Quand la meute se lâche sur Christine Boutin

Christine Boutin a donc annoncé hier soir sur France 2 qu’elle renonçait à être rémunérée pour la mission que lui avait confié l’Elysée sur les conséquences sociales de la mondialisation. Le cumul de cette rémunération (9500€) avec sa retraite de parlementaire (6000€) et son indemnité de conseillère générale (2600€) avait largement de quoi choquer, en plein débat sur les efforts que tous vont devoir réaliser sur les retraites. L’hallali médiatique déclenché contre elle est cependant étonnant : il y a fort à parier que cela reste un écran de fumée qui masque  la grande masse de tous ceux qui multiplient les mandats et missions et squattent les postes publics. Et qui empêche une réflexion de fond sur les retraites par trop généreuses des parlementaires.

On a un peu tout confondu ces derniers jours en parlant de Christine Boutin. Oh, certes, ses rémunérations excessives ont de quoi choquer : il est immoral qu’on puisse ainsi cumuler un emploi public et une retraite, quand les Français, eux, se demandent à quelle sauce il seront mangés au moment de calculer leurs droits à pension. La président du Parti chrétien-démocrate (PCD) a donc bien fait, à mon sens, de maintenir sa participation à cette mission mais de renoncer à être rémunérée. Elle a ainsi refusé la proposition de marchand de tapis formulée plus tôt dans la journée par le ministre du Travail Eric Woerth.

Mais est-ce vraiment le débat auquel on a assisté? Pas vraiment. J’ai plutôt vu une avalanche s’écrouler sur Christine Boutin, une meute s’élancer à ses trousses pour lui mordiller les mollets. Avec en toile de fond, la même forme de démagogie que celle qui a présidé aux déclarations de Rama Yade sur l’hôtel des Bleus. En France, on n’aime pas l’argent, ou plutôt, on n’aime pas que d’autres en gagnent, c’est ainsi. « Il faut que Christine Boutin mesure bien le mal que ce genre de choses fait à la politique en général », a par exemple osé lancer Yves Jégo, moins virulent quand il s’agit de s’attaquer aux puissants.

C’est de bonne guerre, même si c’est injuste, beaucoup de commentaires ont raillé Christine la catholique, pour son salaire « immoral », des commentaires qui s’inspiraient sûrement de la parole de Jésus, dans la Bible : « en vérité, je te le dis, il est plus facile pour un chameau de passer par le trou d’une aiguille que pour un riche d’entrer dans le royaume des cieux ». Voir ce niveau de piété dans le débat public me laisse pantois. Mais ému.

Mais comme piété ne rime pas forcément avec charité, j’en ai vu certains, surtout du côté de l’opposition, mais aussi du côté des journalistes-procureurs, remettre en cause les compétences en même temps que l’honnêteté même de l’ancienne ministre du Logement. 9 500€, ce serait le prix de son silence, de sa non-candidature en 2012. Supputations politiciennes! Quand on voit les convictions de Christine Boutin, quoi qu’on pense d’elle, on ne peut pas imaginer qu’elle vende son âme pour un plat de lentilles.

La réalité, c’est que la liste des cumulards de tous poils, de tous les profiteurs qui s’agrippent au trésor public et sont à la recherche de la moindre rémunération supplémentaire, serait trop longue à établir. Croit-on vraiment que Christine Boutin soit la seule à avoir été rémunérée pour une mission de cet ordre? Les intéressés ont beau affirmer avoir été bénévoles, on est pris de doutes. Celui qui oserait, en pleine tourmente, admettre avoir touché des sous, ne ferait que braquer les projecteurs sur lui.

Quand je vois le nombre de ceux qui cumulent des postes de conseiller général, de maire ou d’adjoint, de président de conseil d’administration d’offices publics, voire d’emplois privés, je me dis qu’on est vraiment loin du compte avec cette triple rémunération de Christine Boutin! Et quand on voit qu’après un seul mandat, un député touche à sa retraite une pension de 1427€ nets par mois, il y a quelque chose qui cloche!

Si on ne veut donc pas lâcher la proie pour l’ombre, une « polémique » de cet ordre n’a donc de sens que si elle débouche sur quelque chose de concret. Si elle ne ne focalise pas sur les cas Boutin ou Raincourt. Si elle modifie les usages, et pourquoi pas la loi. Or si ce n’est pas le cas, ce ne sera sûrement pas la première fois, mais on aura seulement noirci des pages et occupé du temps d’antenne. En attendant la prochaine « polémique ».

About these ads

35 Commentaires

Classé dans Chafouinage

35 réponses à “Quand la meute se lâche sur Christine Boutin

  1. Alors ce billet ? Excellent et conforme à ce que je pense de toutes ces polémiques à 2 balles !

  2. Louve

    Je plussoie à tous les niveaux :
    bien que Christine Boutin ait décidé de reconcer à cette rémunération, attérée par la mauvaise foi et la démagogie de beaucoup.

  3. corto, c’est normal on est du même sang toi et moi :-)

  4. J’ai été sidéré de voir comment Aphatie s’est déchainé…Christine Boutin ne mérite pas cet acharnement. Puis ce silence complice de tous les nombreux autres qui sont dans son cas et qui la laissent au milieu de la meute (de journalistes, trop contents de se payer Boutin) c’est vraiment la honte.
    On peut juger immoral ces cumuls, parlons-en !
    Par contre remettre en question les compétences c’est du grand n’importe quoi. Bref je ne fais que répéter tout ce qui est analysé dans ce très bon billet.

  5. Raphaël

    Un peu normal qu’une femme passant son temps à faire la moral aux autres se fasse reprendre de volée ainsi non ? Quand on affiche à ce point ses convictions catho, faut que le reste suive…

  6. Pingback: Tweets that mention Quand la meute se lâche sur Christine Boutin « Pensées d'outre-politique -- Topsy.com

  7. Koz

    Sans être « choqué » (je ne me choque pas facilement), je suis au moins « attristé » par cette affaire.

    Et malheureusement, Christine Boutin n’a pas, à mon sens, apporté les meilleures réponses. Toucher près de 18.000 €, ce n’est pas un scandale en soi. Mais on doit l’apprécier par rapport aux valeurs que porte Christine Boutin. Peut-on ensuite critiquer la rémunération des traders, des joueurs de foot (certes largement plus conséquente) lorsque l’on touche 9.500 € pour une mission (+ secrétariat et chauffeur) ? Christine Boutin veut porter le discours de la doctrine sociale de l’Eglise. Mais dans cette doctrine sociale, on évoque précisément la « sobriété », qui est un peu prise en défaut ici.

    Politiquement, il est encore plus dévastateur de constater que cette « absence de sobriété » intervient sur une mission amenant à s’interroger sur « les conséquences sociales de la mondialisation ». Réfléchir aux injustices sociales pour 9.500 €, ça fait mal.

    D’ailleurs Benoît XVI évoque la sobriété précisément dans Caritas in Veritate, sur la mondialisation. Le contraste est douloureux.

    Christine Boutin a également utilisé comme défense le fait que ce soit en parfaite légalité. Mais, comme je le disais hier sur fb, nous sommes les premiers à soutenir, à raison, que tout ce qui est légal n’est pas moral.

    Je crois que nous sommes assez d’accord. Là où ça coince, c’est dans le déchaînement ensuite, et le bal des faux-culs.

    A-t-elle été achetée ? Il y a quelques jours, elle déclarait dans Valeurs Actuelles « Nicolas Sarkozy a oublié ses engagements ». On ne peut pas dire que ce soit une critique modérée.

    Est-elle incompétente ? Cela fait des années qu’elle se penche sur divers dossiers sociaux, qu’elle a une réflexion sur la mondialisation. Bien sûr, on peut toujours contester la compétence de quelqu’un. C’est assez facile. Je lis ça et là qu’un fonctionnaire aurait pu faire le job : oui, mais le confier à un politique qui bénéficie d’une certaine visibilité, c’est aussi donner au rapport un peu plus d’ampleur que ce qu’aurait reçu un obscur rapport d’une administration.

    Bien sûr, il y avait probablement aussi une volonté de Sarkozy de l’amadouer un peu. C’est la politique. En matière de politique, il faudrait aussi savoir qui a sorti les infos. Non que cela rende excusable les émoluments de Christine Boutin, mais pour être pleinement informés.

    Quant aux autres, qui s’empressent de polir leur bonne conscience en faisant des déclarations à son encontre, ils ne devraient peut-être pas reprendre l’étendard de la morale.

    Le plus emmerdant dans tout ça, c’est aussi la question du rôle du chrétien en politique. Chaque incartade, chaque erreur, a une portée qui te dépasse et qui porte atteinte à l’image des chrétiens en politique, à l’image des chrétiens tout court. Et, à l’inverse un comportement droit n’est que la moindre des choses. On dira que la solution, c’est d’être irréprochable. Mais, là, bonne chance tout le monde. On fait tous des conneries.

  8. René de Sévérac

    Moi, je suis choqué par les sommes … mais surtout par le thème de « la mission … sur les conséquences sociales de la mondialisation ».
    Attribuer cette mission à Attali qui est prêt à débattre sur tout (et là je n’évoque pas le cachet) et n’importe quoi … je comprends.
    Mais à la belle Christine je sens la chausse-trappe.
    Maintenant, Xavière Tibéri avait bien étudié pour le Conseil Général de l’Essonne, l’influence de la population d’origine africaine dans ce département (de mémoire)

  9. Louve

    @ Koz
    Tu dis:
    « Mais dans cette doctrine sociale, on évoque précisément la « sobriété », qui est un peu prise en défaut ici. »

    Dans une interview (que je n’arrive pas à retrouver), Mme Boutin laissait toutefois entendre que cet somme d’argent conséquente, prévue par la loi, elle ne la gardait pas pour autant dans un coffre-fort ou sous son oreiller… Elle précisait qu’elle n’allait pas se justifier en faisant la liste de la façon dont elle le redistribuait, mais finalement cela ne m’étonnerait pas qu’elle en fasse un usage perso plus sobre que la moyenne.

  10. luc

    d’une manière générale tout « scandale » aide à mieux faire passer… tout le reste, de la pourriture, en laissant entendre qu’elle serait acceptable.
    Cela dit je me demande si cet article ne commet pas une erreur en se positionnant en sens inverse et s’il ne glisse pas un peu vite sur une situation qui va plus loin que les petits pourboires qui constituent l’ordinaire de la voyoucratie RPR/UMP, et qui dépasse les « services » que cette pulpeuse créature est en mesure de rendre à la République vespasienne : entre son salaire, celui de trois autres clowns, les voitures avec chauffeur, etc., c’est normal que même des personnes qui ne raisonnent pas en terme de »scandales » etc. se soient ici interrogées sur la raison d’être du fabuleux destin de Christine Boutin.

  11. @luc

    Je ne dis pas qu’il n’est pas légitime de se poser des questions, mais que se focaliser sur ce qui n’est qu’une anecdote qu’on aura oublié dans une semaine, comme on a coutume de le faire, n’est pas très rationnel.

    J’ai vu que le total de frais engagés pour cette mission s’élève à 22 000€ par mois, avec le matosse et les collaborateurs. Est-ce trop? Cette question me semble parasiter le sujet initial.

    @Louve

    Exactement. Il ne me semble pas que Boutin se comporte à la Sarkozy ou à la DSK, de façon bling-bling.

    @Koz

    Je n’ai pas assez insisté là-dessus, vu l’hallali médiatique, mais je suis d’accord avec toi, sa position était intenable et elle a bien fait de céder tout de suite. Bien vu sur l’argument de défense de la légalité/moralité, je ne l’avais pas soulevé. Mais c’est important pour elle de le rappeler, car avec les révélations du Canard on a vite fait de penser qu’il y a eu détournement ou abus!

    Quant aux paradoxes, je crois qu’ils caractérisent l’être humain… mais en effet, quand on donne des leçons et qu’on porte un message évangélique, on est bien obligé d’être « plus » irréprochable que les autres. C’est un peu la limite de l’engagement des chrétiens en tant que chrétiens en politique… Et le risque de cette démarche.

    @René

    Moi je pense que Boutin est plus compétente qu’Attali pour mener à bien ce genre de mission. Les éminences grises, il y a un moment où cela commence à bien faire.

    @Raphaël

    Je suis d’accord, mais il faut rester modéré dans l’attaque, peut-être. Se borner à son cas individuel n’est pas satisfaisant.

    @Vlad

    Je n’avais pas vu mais en effet, Aphatie, quel procureur!

  12. Bashô

    Un article intéressant mais dévastateur par ricochet pour C. Boutin http://www.rue89.com/2010/06/10/missions-pour-letat-tous-benevoles-sauf-boutin-154361
    (en substance, contrairement à Juppé, Ferry etc Boutin était chargé de mission et donc à ce titre rémunéré)

    Par ailleurs, en tant que cadre de la Fonction Publique, je peux dire que les sujets de mission sont en général assez précis pour qu’on puisse faire raisonnablement le tour de la question en un nombre raisonnable de pages. Là « les conséquences sociales de la mondialisation » est à la fois trop vague et trop ambitieux pour déboucher sur quelque chose de vraiment concret (contrairement au travail réel qu’avait fait Boutin sur les prisons)

  13. Pour la forme, je vous recopie le commentaire que j’ai laissé chez P. de Plunkett, parce qu’il répond aussi bien à un article que l’autre, bien qu’ils soient positionnés assez différemment :

    > Comme Guillaume de Prémare, je ne me permettrais pas de juger des compétences de Mme Boutin pour la mission qu’on lui a confiée. J’ai même tendance à penser qu’un regard vierge peut parfois présager de bonnes surprises. Il est même possible que sa virginité sur le sujet laisse une grande part d’inspiration à l’enseignement de l’Eglise auquel, j’espère, elle ne manquera pas de se référer.

    Cependant, ses justifications sur ses revenus sont simplement aberrantes. Que la mission soit rémunérée selon une certaine grille de salaire, en rapport avec la haute responsabilité, soit. Mais que dire d’une retraite, dont la fonction est normalement d’assurer un revenu à qui s’est retiré de la vie professionnelle ? et d’un autre mandat dont on peut douter de la légitimité à mesure qu’on écoute Mme Boutin s’étendre sur la très très haute responsabilité de sa nouvelle fonction ?
    Cumul de responsabilité qui semble injustifiable + retraite injustifiée en l’état de sa vie professionnelle ! Sa diatribe sur la conformité de son traitement aux règles des mandats pourrait s’entendre de la bouche de quelqu’un qui n’a rien à redire de la logique économique et gouvernementale actuelle, quelqu’un qui s’en satisferait pleinement. Mais de la part de quelqu’un censé oeuvrer pour plus de justice au nom des principes dont elle prétend s’inspirer, son discours sent la corruption pure et simple.

    Je suis très déçu finalement, non pas parce que Mme Boutin représenterait un cas d’abus des biens publics exceptionnel – ce qui n’est évidemment pas le cas – mais justement parce qu’elle fait comme tous les autres feraient dans sa situation, et qu’elle s’en satisfait très bien.
    A moins qu’elle reverse le plus gros de ses traitements à des oeuvres caritatives, n’y a-t-il pas là un exemple de concupiscence scandaleuse ? D’autant plus lorsqu’elle s’attache à un témoin de l’évangile ?

  14. pelmer

    Assez convaincu par les billets de Chafouin et de Koz. J’aimerais toutefois ajouter un élément de réflexion. Je touche un « salaire » (de l’Etat) qui, objectivement, me semble dépasser largement mes besoins. C’est pourquoi j’en reverse une partie à des nécessiteux (ou à des organismes qui me semblent assumer des missions dont l’Etat – à tort – se désintéresse ; par exemple la recherche pour guérir la trisomie 21). Moralement, je suis tout-à-fait à mon aise. Mais si demain, le Canard enchaîné publiait mes revenus, on pourrait crier haro !
    Alors quid ?

  15. @Chafouin :

    Cette affaire a deux aspects AMHA. Tout d’abord, il y a la question du recasage et de la menace évoquée par le Canard, à laquelle je crois bien volontiers, contrairement à vous. Le thème de son rapport est encore plus large que celui d’Attali, comme le pointe un autre commentateur, ce qui n’est certes pas en sa faveur. Après, vous le pointez, ce sont des moeurs communes dans notre république (les USA pratiquent aussi énormément ces recasages éliminant des candidats potentiels) .

    Le second aspect est celui du cumul de la retraite et d’un emploi : beaucoup de retraités (je pense en particulier aux pré-retraités ou aux petites retraites découlant de cotisations insuffisantes) travaillent au noir car il leur est interdit de le faire s’ils veulent continuer à toucher leur retraite. Ce genre de choses est apte à choquer une population électorale plutôt acquise à Sarkozy, ceci dit.

    Bref, on rejoint le thème de votre avant-dernier billet : quand on a fait dans l’envolée lyrique comme Sarkozy (ce qui fonctionne aussi avec le yes we can d’Obama) , on a une obligation morale en la matière. Là, j’ai du mal à voir la différence avec les pratiques de la Mitterandie, tellement décriées par ailleurs par notre actuel président.

  16. dans le lien donné par Bachô on trouve (si on descend, descend, descend dans la liste des missionnés comparés à Ch Boutin):

    +++++++++++++
    « En octobre 2007, Nicolas Sarkozy commande à Jean-Marie Colombani un rapport sur l’adoption, l’ancien directeur du Monde ayant lui-même adopté deux enfants.

    Pour cette mission, explique-t-il, il n’a pas été rémunéré, mais il disposait de « trois collaborateurs, un secrétariat et un bureau ». »
    +++++++++++++

    Ca fait 4 salaires et un bureau.
    Combien de temps a durée cette mission et combien ont donc couté les 350 pages?
    A comparer avec Christine Boutin par exemple. Si quelqu’un a l’info…
    Intéressant comme cas puisqu’il s’agit d’un journaliste. Caste plutôt bien représentée chez les petits chiens de ces derniers jours (type Apathie)

    Attention. Mon idée n’est pas de faire pire que ces petits chiens, mais de montrer l’absurdité de ce lynchage.

    Je partage l’idée que la globalité de ses traitements (soit 18000 eur) c’est « …pas mal » pour une seule femme ou homme politique responsable à son niveau. Mais quand ça pue le défouloir compulsif j’ai du mal à adhérer.

  17. Théo31

    C’est vrai qu’avec 450 milliards à lever cette année pour sauver le joli système social que personne ne nous envie, filer 40000 euros mensuels pour une missions, c’est une paille. Le problème, c’est que des Boutin, il y en a des dizaines de milliers qui arpentent les trottoirs de la subvention publique, pour des missions qui coûtent très cher et qui ne servent absolument à rien, sauf à enrichir leurs bénéficiaires. Elle est l’arbre qui cache la forêt de ceux qui en profitent pour vivre (et plutôt bien) aux dépends des contribuables auxquels on demande de faire des sacrifices.

    Deuxième remarque : C. Boutin dit défendre la veuve et l’orphelin. En revanche elle n’est pas dérangée que les services fiscaux saignent à mort ces mêmes personnes.

    Dernière remarque et là je vais prendre sa défense : ce qu’on reproche à C. Boutin, on ne le ferait pas à « J’aime pas les riches » ou à tout homme de gauche, qui touche quand même, pour un type qui se dit socialiste et qui prétend détester les gens qui gagnent de l’argent, 30 000 euros mensuels. Donc 2P2M.

  18. René de Sévérac

    « Moi je pense que Boutin est plus compétente qu’Attali pour mener à bien ce genre de mission. »

    Cher Chafouin,
    Mon propos n’a pas été compris :
    ma référence à Attali était pure moquerie, car le zozo est prêt à s’attaquer à tout sujet qui peut le valoriser quitte à produire des annexes par photocopies de pages d’annuaire.

    Pensez-donc une mission … sur les « conséquences sociales de la mondialisation  » va de
    1. C’est la mort du prolétaire européen (vrai),
    2. Du bla-bla sur 450 pages (seul Attali peut).

    Le problème pécuniaire est secondaire.

  19. Je suis assez d’accord avec cette analyse, et les compléments de Koz.

    Boutin a été très naïve. Elle a bien fait de céder tout de suite dès qu’elle a été vue les doigts dans le pot de confiture, et elle aurait pu se dispenser d’un certain nombre de justifications assez maladroites.

    Je note que le Canard a eu communication de documents officiels sur la rémunération de Boutin, peut-être même avant qu’elle-même ne les reçoive, et que l’hallali n’est pas seulement donné par la gauche, mais aussi par des membres de l’UMP dont on imagine mal qu’ils s’expriment sans une forme de consentement de la part du Château…

  20. Bashô

    Podarcis> mais Boutin a aussi un secrétariat et des collaborateurs… Pour une mission d’intérêt général, je trouve tout à fait normal qu’on mette à la disposition des collaborateurs car c’est beaucoup de travail. Pour avoir une idée de ce que ça exige, on peut consulter les rapports de l’Inspection Générale des Finances, du Conseil d’Etat ou du Conseil Général des Ponts sur le site de la Documentation Française. Collecter les informations, les trier, les analyser et en faire la synthèse, c’est beaucoup de travail… La question ici est : est-ce que Boutin méritait une telle rémunération (en plus du reste) pour une mission aux contours aussi indéfinies?

  21. Bashô
    ce qui me choque c’est le soudain intérêt pour ce genre de cachets.

    Cachets qui existent depuis que l’homme se choisit des princes. Ces missions bien que réelles tombent évidement du ciel pour la plus part. Elles n’ont d’autre but que de flatter, calmer, financer ou compromettre leurs bénéficiaires pour mieux les tenir.

    Je ne dis pas que c’est bien, je pointe un travers du pouvoir. Travers contre lequel on a choisi de lapider une des putains plutôt que de dénoncer les clients.

    Aujourd’hui les clients sont aux abonnés absents (ils vont bientôt réapparaître pour annoncer leur détermination à mettre fin à ce genre de scandales…), et les accusateurs refusent de lâcher leurs pierres tant qu’on leur donnera pas un autre nonos sur lequel s’exciter.

    Quand à votre première remarque Bashô j’entend bien que Ch. Boutin a comme M.Colombani un staff autour d’elle, mais mettez les deux sujets en parallèle et faisons les comptes pour comparer le coût pour le contribuable:
    -les conséquences sociales de la mondialisation d’un côté,
    -l’adoption.

    Je crois que personne dans les médias ne souhaite faire ce genre de compte.

    La cible actuelle « fait le buzz » à la perfection.

  22. hebert genevieve

    merci ! votre titre reflète exactement ma pensée ..ça fait chaud au coeur de vous lire!

  23. degueu

    AH LE POUVOIR LE FRIC CA ME DONNE PLUS ENVIE D ALLER VOTER NOUS AVEC NOS SALAIRES DE MISERES ON DOIT TOUT PAYER ET TOUT DECLARER AU FISC CA COMMENCE A BIEN FAIRE NOUS AVONS TOUS RAS BOL DE NOUS GRUGEZ JUSQU AU DERNIER CENTILE PENDANT QUE D AUTRES ONT TOUS LES DROIT ET NE PAYE RIEN TOUJOUS LES MËMES QUI CREVE LA DALLE BYE LA POLITIK

  24. QUEL MONDE POURRI

    C est comme certains patrons qui ne payent pas les etudiants stagiaire meme pas un pourboire ces radins ca peut pas porter bonheur tout ca rien que pour les faire chier je voterai communiste afin qu ils sortent leurs magots qu ils ont gagne sur le dos des pauvres gens vive le communisme ca vous fera les pieds monde pourri de fric a changer ce monde de profiteurs

  25. do

    @koz : « Le plus emmerdant dans tout ça, c’est aussi la question du rôle du chrétien en politique. Chaque incartade, chaque erreur, a une portée qui te dépasse et qui porte atteinte à l’image des chrétiens en politique, à l’image des chrétiens tout court. Et, à l’inverse un comportement droit n’est que la moindre des choses. On dira que la solution, c’est d’être irréprochable. Mais, là, bonne chance tout le monde. On fait tous des conneries. »

    +1 !

    si les non irréprochables doivent se taire, on peut tous sortir, en commençant par les plus vieux! Mais est-ce que pour autant on n’a rien à dire?

    Par contre, on peut retenir de la leçon, en lien avec l’Evangile, notre rôle n’est pas d’accuser les autres, et c’est peut-être un peu comme ça qu’ils perçoivent notre discours moral…

    Soit, comment annoncer l’Evangile sans commencer par les questions de morale?
    si on y réfléchit, les convertis ne l’ont pas été parce que quelqu’un leur a dit de ne plus coucher avec machin(e), mais parce que l’Esprit Saint leur a montré que Jésus leur parlait, par une parole écrite, par une personne, intérieurement, et pour ça, la prière est à mon avis plus « efficace » que les « bonnes paroles »!

    Mais ensuite, après la conversion, Jésus nous dit « va, et désormais ne pèche plus », mais ce n’est pas un pécheur qui le dit, c’est Jésus, et franchement, les convertis, ce ne sont pas les autres qui leur disent de ne plus pécher, c’est leur conscience.

    Donc on doit décidément se recentrer sur l’annonce première: la résurrection, l’amour de Dieu, la divinité de Jésus, sa victoire sur le mal, prier pour les malades, les désespérés, pratiquer la charité qui, seule, peut aider un coeur fermé à se rouvrir, et laisser les paroles de morale là où les intéressés iront les chercher eux-mêmes, dans l’accompagnement, dans certains livres, mais pas les brandir comme une évidence, car ce n’en est pas pour les non croyants.

  26. Bashô

    Podarcis> Je ne comprends pas votre question à la fin. J’avais dit dans mon premier commentaire qu’une condition nécessaire (mais pas suffisante) pour une mission réellement utile est d’avoir un sujet suffisament conscrit pour qu’on puisse faire raisonnablement la question en un nombre limité de pages. Je n’ai pas lu le rapport de Colombani mais on peut le lire à la documentation française :

    http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/084000162/index.shtml

    et d’après le résumé, c’est sur la politique nationale de l’adoption (à la fois sur le plan administratif et juridique); un grand sujet donc mais suffisament limité pour qu’on puisse avoir une vue d’ensemble. Alors que « les conséquences sociales de la mondialisation », c’est beaucoup trop vaste. On peut comparer avec une autre mission qu’avait fait C. Boutin sur le suicide des adolescents. Un sujet important mais limité (le suicide chez les adolescents) et déjà très bien documenté (cf les innombrables articles de sociologues) sur lequel Boutin a fait un réel travail en 2004 et 2005. J’ai même entendu des militants gays louer son travail (car le taux de suicide est particulièrement important chez les jeunes homosexuels).

  27. Bashô, « Un article intéressant mais dévastateur par ricochet pour C. Boutin » dites-vous à propos de rue89. Et c’est cette phrase qui m’a interpelé, pas votre analyse sur le fond. En effet vous suggérez que Boutin est la seule profiteuse.

    Ch.Boutin est prise la main dans pot de confiture et fait une superbe bouc émissaire. Voilà mon sentiment.
    Montrer face à elle, comme le fait votre lien, toute cette panoplie d’éminents bénévoles me semble plus que douteux, ou je ne vie pas dans le même monde que vous.

    Ce n’est pas par-ce-que vous n’êtes pas directement payé que vous ne profitez pas des largesses de l’Etat. Tous nos hommes de médias ou politiques ont un staff à entretenir et quand l’Etat leur confie une mission (que je ne discute pas) le montant du cachet global devrait être le seul paramètre de comparaison entre deux missions. Pas le simple fait que le titulaire soit rémunéré. Ne soyons pas naïf.

    d’ailleurs le sujet ne soulève pas que le problème du salaire. Il y a aussi ce cumul de traitement qui choque.
    Là encore Ch Boutin est-elle la seule????

    Concernant votre dernier post sur « une mission réellement utile est d’avoir un sujet suffisament conscrit »: Un sujet du type -conséquences de la mondialisation- pourrait être dénoncé, en revanche si on précise quel type de conséquence, il me semble que le sujet reste vaste certes mais circonscrit. Ce qui pourrait peut-être justifier que le coût globale soit important, comparé à un rapport sur l’adoption.

    Vous notez que Ch. Boutin a fait un travail remarquable la dernière fois que l’Etat lui a confié un travail de ce type (sur le suicide dites-vous). Pourquoi n’en ferait-elle pas autant aujourd’hui. Faisons lui crédit (si j’ose dire), et laissons le débat sur les montants des cachets et les cumuls se dérouler.

    Ha! non pardon (ma mauvaise langue se réveille) les journalistes du canard ont autre chose à faire que de creuser, et puis c’est la coupe du monde.

    Le sujet Boutin n’est désormais qu’un sujet hasbeen ou au mieux de plaisanterie.

  28. @Bashô

    Une précision tout de même : l’article de rue89 souffre de ne repose que sur les dires des personnes intéressées. ça limite un peu sa portée, je trouve.

    @Pneumatis

    « A moins qu’elle reverse le plus gros de ses traitements à des oeuvres caritatives, n’y a-t-il pas là un exemple de concupiscence scandaleuse ? »

    Mais justement, on ne sait pas ce qu’elle en fait…

    @Pelmer

    « Moralement, je suis tout-à-fait à mon aise. Mais si demain, le Canard enchaîné publiait mes revenus, on pourrait crier haro ! Alors quid ? »

    Eh bien, le hic (et non pas le nunc) c’est qu’on ne sait pas ce que Christine Boutin fait de cet argent…

    @René de Séverac

    « Le zozo est prêt à s’attaquer à tout sujet qui peut le valoriser quitte à produire des annexes par photocopies de pages d’annuaire. »

    Vous pouvez vous vanter de m’avoir fait beaucoup rire avec cette phrase :-)

    @Hypparkhos

    « Je note que le Canard a eu communication de documents officiels sur la rémunération de Boutin, peut-être même avant qu’elle-même ne les reçoive »

    ça peut très bien venir d’un collaborateur quelconque de l’Elysée ou du ministère du Travail… Je ne vois pas vraiment ce que Sarkozy a à gagner à montrer qu’éventuellement, il achète le silence de ses alliés…

    @Quel monde pourri

    « rien que pour les faire chier je voterai communiste »

    Deuxième éclat de rire dans la même matinée! Voilà une journée qui commence bien…

    @Do

    Se recentrer sur le message premier, d’où découle la morale : je suis 100% pour. De toute façon, vous n’arrivez pas chez quelqu’un en lui demandant où sont ses préservatifs, pour les brûler :-)

    @Podarcis

    Je suis d’accord avec vous : elle est loin d’être la seule. Visiblement, la polémique aura eu le mérite de remettre en lumière cette question du cumul et de pointer du doigt dix ministres qui cumulent leur traitement avec leur retraite de parlementaire. ça ne peut plus durer, ce système « privilégié ». Ils râlent contre le régime spéciaux des cheminots? Qu’ils commencent par balayer devant leur porte. Un sénateur, c’est 1900€ net de retraite par mois après 60 ans, pour un seul mandat réalisé!

  29. Gwynfrid

    Il est intéressant de constater que tous les mignons discours des ministres sur la transparence et l’exemplarité n’auront aucun effet en pratique:

    http://www.lemonde.fr/politique/article/2010/06/15/l-affaire-boutin-classee-sans-suites_1372881_823448.html

    Mme Boutin restera donc bien la seule et unique perdante de cette histoire. Elle paie non pas une situation exceptionnelle, mais tout simplement son isolement politique.

    Le cynisme et l’hypocrisie des dirigeants de la majorité sont incroyables, mais je n’excuse pour autant pas le comportement de Christine Boutin. Le cumul emploi-retraite sur fonds publics, surtout avec des chiffres aussi conséquents, est un grave abus, qui rend caduc tout ses discours sur les valeurs.

    @ Pneumatis et d’autres: quand bien même elle ferait « bon usage » de tout cet argent, je ne vois pas pourquoi cela rendrait la chose acceptable. L’argent du contribuable n’est pas censé être à la libre disposition d’individus plus ou moins proches du pouvoir. Il doit être employé exclusivement au service du public, et non pas pour les besoins d’un parti politique, ni même d’une oeuvre charitable.

    @ Chafouin:
    « Je ne vois pas vraiment ce que Sarkozy a à gagner à montrer qu’éventuellement, il achète le silence de ses alliés… »
    Vu le niveau de cynisme à l’oeuvre dans cette affaire, on ne peut pas exclure que Sarkozy soit satisfait de la fuite. Cela lui permet de rappeler à C.Boutin qu’elle est dépendante de lui financièrement et politiquement, et qu’une dissidence trop affirmée lui attirera des ennuis.

  30. Cochise

    Sarko est en passe d’optempérer suite à ta demande de moraliser l’exécution des budgets publics, notamment en ce qui concerne la garden-parade du 14 juillet. Quelle influence chafouinesque! Chapeau bas :)

  31. @Cochise
    :-)

    C’est exactement ce que je me suis dit en apprenant la nouvelle! Mais je trouve ça un peu ridicule : la garden-party, c’est dérisoire. Ce qui est agaçant, c’est le gaspillage, pas la dépense.

  32. Pingback: Chroniques d’un pingouin ordinaire » Blog Archive » Coupé du monde

  33. hebert genevieve

    Merci pour cet article, et bon courage à Madame Boutin !

  34. delbeck

    en attente d’une ablation des seins, christine boutin n’a rien à craindre côté ablation du cerveau… elle n’en a pas…

Un petit commentaire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s