Archives de Tag: web

Eric Besson se croit toujours ministre de l’Immigration

Quelqu’un peut-il rappeler à M. Eric Besson qu’il n’est plus à l’Immigration, mais à l’Economie numérique? Depuis son arrivée dans son nouveau ministère, le transfuge du PS a du mal à prendre ses marques. Parlez lui d’un site étranger arrivé en France sans papiers : il veut illico le renvoyer chez lui! Sauf que quand le clandestin ayant déjà été chassé de chez lui, on risque d’en faire un apatride…

Lire la suite

13 Commentaires

Classé dans International, Médias/journalistes

DailyNord : « On ne veut pas être une alternative, mais plutôt un complément »

L’expérience de « pure-player » régional initiée par le site dailynord.fr m’intéresse à double titre : en tant que blogueur, et en tant que journaliste local. Les médias papiers, et en particulier la presse quotidienne régionale, sont-ils condamnés à une mort lente? Le web peut-il être une solution de repli, et existe-t-il un modèle économique viable? L’un des fondateurs du site, Nicolas Montard, a accepté de répondre à quelques questions sur ces thèmes et sur la position de DailyNord dans le paysage médiatique régional. Merci à lui d’avoir joué le jeu. Lire la suite

2 Commentaires

Classé dans Médias/journalistes

« La dictature de l’expression des opinions bêtifiantes »

Bénedicte Desforges se lâche, pour notre plus grand bonheur :

Cette frénésie propre à Internet qui consiste à déverser son opinion partout et sur tout, me saoule.
De plus en plus rares sont ceux qui admettent sereinement qu’il existe des sujets sur lesquels ils n’ont rien à dire, ou trop peu pour que la chose mérite d’être exprimée et rendue publique. C’est exactement le contraire qui se passe. Comme si le simple énoncé d’un avis abolissait la frontière entre les domaines du néophyte et de l’expert. Tout le monde se doit de parler de tout, d’intervenir partout, et de fait, le nombre aidant, entrainer n’importe quel thème abordé dans une désastreuse médiocrité rarement atteinte avant l’ère du web 2.0.

Le sentiment de passer pour un con appartient à un temps révolu, et a disparu des structures mentales de l’internaute. Il faut juste qu’il cause, s’émeuve, s’agace, et surtout qu’il participe au bavardage pandémique, et laisse sa trace pour trouver une place dans le magma numérique.

Dans cette immédiateté facilitée, tout se dit dans l’urgence. On ne réfléchit plus trop, on s’exprime à la manière des micros-trottoirs, dans la gueulante ou l’émotion plutôt que le raisonnement. (…)

Trêve de démagogie et de simulation de copinage, toutes les opinions ne se valent pas. (…)

La dictature de l’expression des opinions débiles ou bêtifiantes qui veulent exister au même rang que les authentiques argumentations, je m’en tape.(…)

Internet est une illusion de débat. Il ne s’y passe pas grand-chose de conséquent hormis une hallucinante dépense d’énergie et de temps, à la manière d’un grand jeu de société.
Pendant ce temps, le monde tourne…

Merci, Bénédicte. C’est vrai que le principe d’un blog, c’est de parler de soi, et donc fatalement, de ses opinions, quand bien même elles ne seraient pas très étayées. Mais c’est justement ce qui différencie le bon blog du mauvais blog : le premier apporte une plus-value à l’information ou l’opinion qu’il transmet, que ce soit par l’humour, le style, l’originalité, ou l’expertise.

Bénedicte a les quatre. Et en plus, elle a la gnaque.

6 Commentaires

Classé dans Blogs

Vidéo d’Hortefeux : mais quel rapport avec internet?

lechatAu sujet de la polémique engendrée par la diffusion des propos peu amènes tenus par Brice Hortefeux à l’université d’été de l’UMP, on a pu relever deux erreurs capitales chez les défenseurs comme chez les opposants du ministre de l’Intérieur, qui prêtent à internet un rôle qui n’est pas le sien. Cessons de fantasmer sur ce qui n’est qu’un média! Lire la suite

5 Commentaires

Classé dans Blogs, Médias/journalistes

Les ficelles de l’info (9) : les forçats et les pantouflards de l’info

bagnardJe réagis un peu tardivement (mieux vaut tard que jamais) à l’article paru la semaine dernière dans Le Monde , et qui affublait les journalistes web du doux sobriquet de « forçats de l’info ». Cette « enquête » de Xavier Ternisien nous les décrit comme des professionnels obligés de toujours travailler dans l’urgence, avec des salaires inférieurs aux standards, et des conditions de travail au rabais. Bref, de vrais « Pakistanais du web »! La réalité est tout autre : si les conditions de travail n’y sont pas forcément idéales, elles ne sont pas propres au monde du web. Et nombre de critiques sous-jacentes, dans cet article, sont inhérentes à la nature même d’internet. Lire la suite

16 Commentaires

Classé dans Les ficelles de l'info, Médias/journalistes

La réponse surréaliste de Second Life à Familles de France

La réponse de Linden Lab, le groupe américain gérant le monde virtuel Second Life, n’aura pas traîné après les attaques de Familles de France, affirmant que ce jeu ne protège pas suffisamment les mineurs de la pornographie ou des jeux d’argent.

La riposte est claire, simple et sans appel et a pris en France la forme d’une dépêche AFP publiée hier après-midi : « Un porte-parole de Linden a indiqué que la société californienne n’avait pas été contactée par l’association et ne pouvait pas ainsi répondre spécifiquement. Mais « de toutes les manières, Second Life est une plate-forme strictement pour les adultes (18 ans et plus), et Linden Lab instaure des règles sévères pour empêcher l’accès aux mineurs », a souligné le groupe. »

Il suffit pourtant de quelques minutes à peine pour s’inscrire à Second Life, télécharger le logiciel adéquat et commencer à errer dans ce monde virtuel. Certes, la page d’accueil du site spécifie qu’il est totalement interdit aux mineurs. Mais n’importe quel malin maîtrisant un tant soit peu internet peut saisir une date de naissance erronée…

La réponse de Linden Lab paraît donc d’avantage influencée par la pratique de la langue de bois chère à ce sacré Jean-François Copé que par une réelle volonté de désamorcer les critiques. Il faudra peut-être d’avantage pour convaincre du caractère inoffensif de Second Life?

Poster un commentaire

Classé dans Société

Est-il réactionnaire de vouloir filtrer l’accès à Second Life?

Difficile d’aborder ce sujet de façon plus brillante que celle de Toréador, dont la pique, le paso-doble, sonne comme un terrible coup de poing dans l’estomac de Versac, qui n’en demandait certes pas tant.

L’association Familles de France, comme le racontait déjà Libé dans son édition de vendredi, attaque le site Second Life, ce monde virtuel dans lequel se meuvent des tas d’internautes blasés de la vie au point de s’en inventer une autre (six millions de personnes, selon l’association, sept millions selon Libé). Certains y gagnent de l’argent, d’autres y mènent leur campagne électorale. Il y a là des manifestations, des rencontres, des coups de foudre en puissance, qui sait. Mais là n’est pas le débat.

Ce qui irrite Familles de France, c’est ceci : « De véritables photos et vidéos pornographiques en libre accès placardent certaines régions. Les utilisateurs ont la possibilité de mimer des rapports sexuels, allant même jusqu’à des scènes de viol, de bondage, de zoophilie et de scatophilie. Des passerelles entre l’univers virtuel et des sites internet de pornographie permettent à l’utilisateur d’être redirigé rapidement ».

Or le code pénal interdit que des images pornographiques soient visibles par des mineurs (règle régulièrement violée, en toute impunité, par la plupart des tabacs-presse). Familles de France, qui fustige également les publicités pour le tabac, l’alcool et les jeux d’argent, réclame donc « des mesures techniques efficaces de protection afin que des contrôles soient mis en place pour empêcher l’accès à ces dérives par les mineurs », et en attendant, rapporte Libération, « que l’on débranche l’accès à  Second Life, privant du jeu, plusieurs centaines de milliers de français ». Un tel filtrage s’apparente en effet à une mission impossible : «Le filtrage est infaisable. Tout ce qu’on sait faire, c’est interdire l’accès à tous les sites d’un hébergeur», explique dans le quotidien le président de l’AFA (association des fournisseurs d’accès).

Mais comme le souligne Toréador, pour qui Second Life est un « espace de diffusion qui peut devenir un lieu de transmission de valeurs négatives », où l’« on passe de l’amoral à l’antimoral », cette initiative vaut-elle l’ironie, le « ils n’ont vraiment rien d’autre à foutre » de Versac? La question, en fait, se pose en ces termes : Faut-il accepter qu’internet devienne une zone de non-droit, sous prétexte que les lois y sont plus difficilement applicables?

Mise à jour du 5 juin : pour une analyse radicalement différente, ne pas hésiter à consulter ce texte de Novovision, qui met le doigt sur une autre face du débat : la paresse de la presse sur ce genre de sujet, où elle se contenterait de relayer les informations qu’on lui donne sans les vérifier.

2 Commentaires

Classé dans Société