Archives de Tag: Elysée

Jean-Marc Ayrault et les « boules puantes »

L’affaire Jean-Marc Ayrault est tout sauf anecdotique, car elle place d’emblée le président de la République, François Hollande, face à ses responsabilités et un engagement qu’il a pris librement : ne pas nommer autour de lui des personnes jugées et condamnées. A l’évidence, personne – pas même l’UMP – ne songerait à disqualifier le maire de Nantes pour une faute qu’il a payée et qui est ancienne. Personne, sauf M. Hollande, qui a décidé de lui-même de limiter son champ des possibles en matière de choix de collaborateurs. On verra mardi si le nouveau président choisit ou non de placer son mandat sur le terrain des valeurs.

Lire la suite

7 Commentaires

Classé dans Politique

NKM s’y voit en 2017

Photo Marie-Lan Nguyen

Nathalie Kosciusko-Morizet a un nom prédestiné. Un patronyme en forme d’initiales (NKM), ça claque, ça pète, ça vous ouvre les portes du mythe. Alors elle y croit très fort. Le maire de Longjumeau, ministre de l’Ecologie, des Transports et du Logement croit en elle, en ses capacités déjà éprouvées. Et comme elle a un culot monstre, elle n’hésite pas à se confier sur son destin. En toute « transparence » : la présidentielle, elle y pense pour 2017 ou 2022, et pas qu’en s’épilant. Du coup, elle s’épanche. Elle livre les clefs de son ambition à des journalistes de l’Express, qui s’empressent bien sûr de tout raconter. Un hasard, sans doute. Certainement pas une manœuvre de communication. Mais au fond, n’est-ce pas un peu tôt?  Lire la suite

5 Commentaires

Classé dans Chafouinage, Politique

Affaire Woerth/Bettencourt : quand l’UMP pète les plombs

Capture d'écran lefigaro.fr

D’accord, la comptable Claire T. a démenti devant les policiers avoir tenu certains propos relayés par le site Mediapart. D’accord, l’auteur du scoop a sûrement manqué de prudence en balançant cette « bombe » sans précautions. Mais l’UMP, trop pressée de faire diversion, a littéralement pété un plomb en s’en prenant à des « méthodes fascistes ». C’est encore la faute d’internet, on vous dit! Lire la suite

14 Commentaires

Classé dans Politique

Ridicule!

On croit rêver. A nouveau, on parle dans les grands médias de parano présidentielle, de complot, d’utilisation des services secrets pour protéger l’Etat « en danger »… Et tout ça, pourquoi? Une nouvelle affaire Clearstream? Que nenni! Cette fois, Nicolas Sarkozy refuse que les rumeurs sur son couple prospèrent. Mais à qui la faute, mister president? Lire la suite

13 Commentaires

Classé dans Chafouinage

Qui mise sérieusement sur François Fillon?

Voilà-t-y pas, chers amis, que le soleil de mars aidant, certains esprits embués par le sommeil envisagent ouvertement la possibilité d’une mise sur orbite de François Fillon pour 2012. Traduction : l’actuel premier ministre, poussé par sa cote de popularité, par ses réseaux formidables au sein de l’UMP, et par la classe de sa mèche, pourrait envisager le meilleur, à savoir la présidence de la République. Et l’élection de dimanche? Lire la suite

11 Commentaires

Classé dans Politique

L’Elysée commente les décisions de justice, maintenant?

Je m’étais promis de ne pas parler de l’épilogue de l’affaire Clearstream, à laquelle je ne comprends rien depuis le départ, et pour laquelle Dominique de Villepin a été finalement blanchi, ce qui réjouit bien sûr Laurent Pinsolle. Je voudrais juste attirer l’attention sur ce qui est selon moi un véritable scandale : le communiqué diffusé il y a quelques instants sur le site de la Présidence de la république, et qui commente la décision prise par le Tribunal correctionnel de Paris. Lire la suite

22 Commentaires

Classé dans Chafouinage

Nicolas Sarkozy affaiblit la présidence de la République

Et voilà. Après être passé, aux yeux du monde entier, pour celui qui faisait tout lui-même, y compris le travail de simple collaborateur. Pour celui qui négocie les traités simplifiés, quand d’autres ont fait le boulot à sa place outre-Rhin. Pour celui qui libère les infirmières bulgares de Libye en raflant le long travail de préparation de nos partenaires de l’Union européenne. Pour celui qui accueille en grande pompe un dictateur, sans réelles contreparties. Après être allé se faire insulter lui-même par les marins-pêcheurs, après s’être ridiculisé en personne devant les cheminots. Après, finalement, avoir contribué à transformer l’hyperprésidence en petite présidence, Nicolas Sarkozy donne cette fois de la France une bien piètre image : il officialise sa réputation de coureur de jupons.

Certes, il n’est pas le premier à le faire. Chirac, Mitterrand, en ont vu d’autres. Louis XIV et madame de Maintenon, Louis XV et la Pompadour, c’était blanc bonnet et bonnet blanc. Mais ces illustres prédécesseurs avaient, comment pourrait-on dire, un souci de préserver… les « convenances ». Chirac a toujours sauvegardé les apparences avec Bernadette. Mitterrand a voulu jusqu’au bout sauver le secret de sa fille cachée.

Sarkozy, lui, a usé jusqu’à la corde l’image du bon mari, pour un objectif purement électoraliste. Il a feint de se sentir affecté du divorce d’avec sa tendre Cécilia, comme par hasard annoncé en pleine grève de la fonction publique. Après avoir roucoulé avec une journaliste du Figaro chargée de suivre l’actualité de son parti, la déontologique Anne Fulda, à l’époque où il était « simple » ministre, Nicolas Sarkozy a donc accroché à son tableau de chasse la chanteuse et mannequin Carla Bruni. Et a voulu que la France entière le sache, puisque les photos que nous verrons du couple, en promenade ce week-end à Disneyland (quel romantisme), n’ont pas l’air de clichés volés.

J’ai longtemps pensé que les critiques sur la personnalité de M. Sarkozy, et surtout celles émanant de ses adversaires les plus coriaces (Libération, Marianne), étaient dérisoires, car excessives. Je ne crois pas qu’on ait affaire à un cinglé. Mais à un homme sans foi ni loi, qui n’a pas de convictions, qui change d’idée ou de femme comme de chemise, ça, j’en suis intimement persuadé. Il est à ce titre, comme on l’avait prévu, le digne fils de Jacques Chirac!

C’est quoi, désormais, un Président de la République française? C’est un type qui fait la une de Match et Gala, comme Johnny ou Sardou. Un type qui convoque la presse pour lui montrer sa nouvelle conquête. Espérons juste pour lui, et surtout pour la France, qu’il ne s’agira pas d’une lubie. Qu’il ne va pas se lasser de cette femme, même si on pouvait espérer meilleur parti pour l’Elysée qu’une chanteuse de variété améliorée. Qu’on ne vas pas voir sa tête tous les mois dans les « people » avec une nouvelle prise de guerre.

Aucun moralisme là-dedans. Plutôt de la tristesse. Même si c’est une folie de le croire, j’espérais secrètement que le président, en tant qu’institution, était une forme de modèle, quelqu’un au-dessus du lot, même symboliquement, même de façon illusoire. En agissant ainsi, Nicolas Sarkozy ne s’affaiblit pas mais affaiblit la présidence de la République : eh oui, le locataire de l’Elysée est un homme comme les autres Dommage.

1 commentaire

Classé dans Institutions