Archives de Tag: catholicisme

Faut-il une bataille culturelle pour défendre l’honneur du Christ?

C’est le sujet du moment dans la blogosphère catholique, et au-delà, alors qu’après l’affaire du Piss Christ, l’institut Civitas refait parler de lui en menant une guérilla sans merci contre la christianophobie supposée de deux pièces de théâtre, Sur le concept du visage du fils de dieu et Golgota Picnic. Si ces pièces peuvent choquer le spectateur chrétien, faut-il pour autant rentrer dans une guerre culturelle qui plongerait perpétuellement les croyants sur la défensive et dans une position victimaire qui ne leur ressemblent pas? Modestement, je ne crois pas. Ce qui, il faut insister sur ce point, ne signifie absolument pas qu’il faille se taire et ne rien faire. Lire la suite

Publicités

71 Commentaires

Classé dans Chafouinage, Religion

La vocation extraordinaire d’hommes ordinaires

Je ne me souviens pas d’avoir vu un film aussi poignant depuis plusieurs années. Rarement pareil silence envahit une salle de cinéma. Dès les premières images, il se fait complet. Pas un son. Le bruit du train-train du quotidien s’efface, pour laisser place au chant des moines et à la grâce du film de Xavier Beauvois, Des hommes et des dieux. Un film à voir d’urgence. Une histoire simple, sans jugement ni interprétation, d’un sacrifice accepté, d’un choix libre, de la vocation extraordinaire d’hommes… comme les autres. Lire la suite

23 Commentaires

Classé dans Religion

13% des catholiques français pratiquants réguliers ne croient pas au paradis

… C’est une des leçons qu’on peut tirer de la lecture de ce surprenant sondage publié en juillet par l’hebdomadaire chrétien La Vie. En fait, j’ai du mal à comprendre ses résultats. 44% seulement des catholiques, pratiquants ou non, croient au Paradis. Bon, ça, encore, on peut l’entendre, puisque beaucoup de Français se disent catholiques en ignorant tout de ce que c’est, que d’être catholique. Et nul ne leur jette pas la pierre! Mais tout de même, la vie éternelle, c’est l’espérance majeure du christianisme, et au-delà, de toute religion… Sans la résurrection du Christ, sans notre propre future résurrection, sans la vie éternelle, à quoi bon croire?

C’est cette dernière interrogation qui me pousse à être encore plus inquiet en louchant sur les réponses des pratiquants. Parmi les personnes interrogées par les sondeurs, et dans le sous-groupe de celles qui vont à la messe tous les dimanches, qui fréquentent les sacrements, qui « savent », 13% ont répondu ne pas croire en l’existence du Paradis! Et 8% ne se prononcent pas…

Autant vous dire que je suis resté estomaqué. J’ai même failli tomber de ma chaise en lisant cela. Mais alors, mais alors, mais alors, mais en quoi croient ces gens? Et… pourquoi pratiquent-ils? Mais comment peuvent-ils être dans la même assemblée que moi, au fond de l’Église, là, près du radiateur, sans être en accord sur un élément aussi fondamental de la foi catholique?

Je ne dis pas ça pour les exclure, mais davantage pour comprendre. Alors si quelqu’un a la clef, je suis preneur…

78 Commentaires

Classé dans Religion

Sacristains, c’est (bientôt) parti

logoIl y a des esprits plus alertes que d’autres, et ceux-ci avaient très bien compris que derrière le ding-ding-dong de la semaine dernière , se cachait une horrible conspiration d’inspiration catholique. Eh bien, ils ont tapé dans le mille : lundi, avec toute une bande de joyeux blogueurs, nous lançons Sacristains, le site qui sonne les cloches. Des cloches aigües, graves, ou un peu entre les deux. Mais des cloches qui toutes, mènent à Rome! Lire la suite

16 Commentaires

Classé dans Blogs, Religion

Aller au festival Anuncio malgré tout

anuncioEdmond Prochain nous apprend que le festival Anuncio, prévu de longue date pour s’achever à Montmartre ce week-end, connaît des avatars désagréables, puisque les concerts du samedi 29 août au soir doivent être annulés sur injonction tacite de la mairie de Paris. Désolation. Lire la suite

9 Commentaires

Classé dans Religion

Les catholiques aussi ont leurs fondamentalistes

Comment un catholique, qui se revendique comme tel, qui agrée aux valeurs évangéliques, peut-il en arriver là? Les faits et le contexte mériteraient d’être précisés bien d’avantage. Selon Libération, rejoints par les autres médias, quatre Versaillais âgés de 20 à 24 ans auraient été surpris par la police, mercredi soir à Pau où ils étaient en vacances, alors qu’ils fracturaient leur quatrième distributeur de préservatifs de la soirée.

 » La technique était bien rodée. Ils arrachaient le boîtier avec un pied-de-biche, volaient l’argent et jetaient ensuite les préservatifs dans les poubelles de la voie publique. Et, apparemment, ce n’était pas la première fois. Ils ont avoué avoir mené une action similaire le 17 juillet dernier.

Pour leur défense, les quatre jeunes assurent qu’ils remettaient systématiquement à leur paroisse les pièces de monnaies récupérées dans les distributeurs. Agés de 20 à 24 ans, les quatre jeunes, en vacances à Jurançon, se sont présentés comme de «fervents catholiques», fermement opposés «à l’avortement et la contraception».  »

Sud-Ouest précise de son côté que les jeunes gens ont expliqué aux policiers que ce sont bien leurs « convictions religieuses » qui les poussent à « lutter contre la contraception », et que 6 distributeurs au total ont été dégradés et pillés.

Des questions complémentaires mériteraient d’être posées : qu’entendent ces jeunes gens exactement par « fervents catholiques »? De quel « type » de catholicisme s’agit-il? Quel est le rôle exact joué par la paroisse évoquée dans l’article de Libération? S’agit-il d’un acte isolé?

Mais avec les éléments dont on dispose, on peut d’ores-et-déjà pencher entre la bêtise pure et simple et le jusqu’au-boutisme intégriste pour expliquer ce geste absurde. Que n’aurait-on dit, en effet, si l’on avait été en présence de quatre jeunes musulmans? Je n’ose imaginer le concert d’indignations. Ici aussi, l’information fera probablement rapidement le tour des rédactions.

On peut être opposé à la contraception, heureusement, car il s’agit d’une conviction intime tout à fait respectable. Mais ce que ces braves Versaillais oublient, c’est que si l’Eglise, effectivement, est opposée au principe de la contraception (qui supporte des exceptions), elle est tout autant attachée au respect d’un autre principe : celui de la non-violence. Qui  supporte également des exceptions, comme la guerre juste, l’assassinat d’un tyran, etc.

La démolition de distributeurs de préservatifs ne fait pas partie de ces exceptions. Quel est l’intérêt de ce type d’action? Sur le fond, personne ne va ouvrir un débat avec ces jeunes gens sur le port du préservatif. Même auprès des policiers et de la justice, il y a peu de chances que leurs convictions cheminent dans les esprits. Et sur la forme, leur message (y en a-t-il vraiment un, d’ailleurs?) est décridibilisé : cette arrestation va permettre à coup sûr à Golias, et à tout ce que la terre compte d’anticléricaux et d’anticatholiques, de hurler au conservatisme incroyable du Vatican. Et quand le bénéfice d’une action est négatif, que fait-on? On s’abstient.

C’est bien là le drame des fondamentalistes : en collant trop au texte, ils en oublient l’esprit, ainsi que les nuances.

Poster un commentaire

Classé dans Religion

Nadine Morano et le catholicisme

Depuis quelques semaines, je m’interroge sur Nadine Morano, secrétaire d’Etat à la famille. Vues les positions qu’elle affiche dans la presse, y compris tout récemment sur l’homoparentalité et encore plus récemment sur les mères porteuses, je me demande pourquoi on n’arrête pas, à tout bout de champ, de la dépeindre comme une femme « catholique », et même « catholique convaincue ».

Est-ce elle, qui insiste là dessus? Ou sont-ce les journalistes, qui nous le rappellent sans cesse comme un gimmick?

Quand il s’agit d’homoparentalité, Nadine Morano explique (Valeurs actuelles) : « Je me place du côté de l’enfant et quel que soit leur nombre, la société ne peut pas rester indifférente à leur sort ». Quand elle parle des mères porteuses, cela devient (Libération) : « Oui, si ma fille était atteinte de ce genre de malformation, je le ferais. Pour moi, ce serait un geste d’amour ». Des déclarations qui ne montrent pas une grande conviction : ses principes lâchent à la première émotion. Est-elle guidée par l’Evangile, sincèrement? Ou ses opinions sont-elles influencées, au gré du vent, en fonction de l’instinct du moment?

Rien n’est plus vrai, à ce sujet, que ce qu’en dit Patrice de Plunkett :

« Mme Morano serait une « catholique déclarée » alors que ses convictions (dans les domaines de la vie) sont le contraire de celles de l’Eglise catholique. Pour des multiples raisons, expliquées cent fois, l’Eglise désapprouve le business des mères porteuses et ce qu’on nomme « homoparentalité ». Pour autant de raisons, elle désapprouve l’euthanasie. Mme Morano approuve tout ça, et même le recommande. Comment peut-elle se déclarer catholique? Parce que l’époque est ainsi : on a le « droit » de revendiquer n’importe quelle « identité », de façon subjective, sans avoir à en donner les raisons. Mme Morano pense le contraire du pape et des évêques  mais à ses yeux – et à ceux des médias – ça n’empêche pas de se dire catholique. Après quoi l’on s’étonne de la pauvreté des débats dans ce pays: mais si les mots n’ont plus de sens, il est difficile de débattre. L’irrationnel est au pouvoir. »

Faut-il décerner des brevets de bon catholicisme? Pas sûr, cela peut être un facteur de division. Mais il est très contestable que cette dame porte sans cesse une écharpe de catholique en bandoulière si c’est pour prendre des positions exactement inverses de celles du Vatican. A la limite, ne pourrait-elle pas s’abstenir?

2 Commentaires

Classé dans Religion