Les barbares sont entrés dans Paris

Des jeunes gens « en colère », précisent les journalistes? Disons plutôt des barbares, ou des vandales. Les mots ont un sens, et il faut le respecter. La « révolte des jeunes », dit cette petite pimbèche à la fin du reportage. Mais quelle révolte? Celle d’incultes, qui prennent le soin de prévoir casques, cagoules, capuches et barres de fer avant de venir à Paris? Celle de paresseux qui osent se plaindre de n’avoir pas eu leurs 10€? Celle de capricieux qui, pour se défouler, cassent une voiture ou écrasent la figure d’une passante sous leurs pieds?

Mais nous n’avons que faire de leur révolte.

Reste que le site internet qui a organisé ce « happening » est pleinement responsable de ce fiasco prévisible : l’argent, ça se gagne ou ça se donne, mais ça ne se distribue pas. Une telle opération est indigne. Scandaleuse. Car elle fait appel à ceux qui en ont le plus besoin, ceux qui sont prêts à tout pour gagner quelques euros de plus. Elle suppose nécessairement que des gens se battent comme des chiffonniers pour attraper un billet en premier. Quand l’argent est en jeu, l’Homme devient primaire. Il est regrettable qu’on titille sciemment ce côté bestial de l’humanité. Il est donc tout à fait naturel que le ministère de l’Intérieur dépose plainte contre l’organisateur de l’événement.

J’entendais hier, à l’occasion d’une opération – celle-là organisée par le Secours populaire et le Secours catholique, à qui le site web serait bien inspiré de donner les 40 000€ qu’il devait distribuer hier – le témoignage d’une jeune femme qui disait se coucher chaque soir, et se réveiller chaque matin, avec la faim qui la tenaille. Parce qu’elle se prive pour ses enfants. Quand je repense à elle, au courage qui semblait l’animer, à sa volonté de se sacrifier pour ceux qu’elle aime, cette initiative semble d’autant plus méprisable.

NB : le « final » avec Sarkozy, qu’on doit à l’auteur de cette compliation vidéo, vient un peu comme un cheveu sur la soupe, désolé. Mais c’était le montage le plus complet que j’aie pu visionner.

57 Commentaires

Classé dans Chafouinage

57 réponses à “Les barbares sont entrés dans Paris

  1. Désolé, mais les seuls responsables, ce sont ces singes.

    Si tu vois une nana en mini-jupe, tu ne vas pas la violer, si ? On aurait beau exposer des lingots d’or en public, les seuls responsables du vol en seraient les voleurs. Le propre de l’homme, c’est d’être capable de choisir entre le Bien et le Mal. Ceux qui prétendent ne pas pouvoir choisir ne sont, en réalité, pas humains.

  2. Chafouin, tout d’abord, merci pour le lien🙂
    D’autre part, une question : pourquoi, dans d’autres pays, les mêmes opérations (indigne pour toi) se déroulent sans heurts ?

    Les Français sont-ils incapables de se discipliner ? Sont-ils incapables de prévoir une sécurité suffisante ?

  3. Du haut de son jeune âge, Criticus ne sait rien de la nature humaine : si Criticus laisse ouverte la porte de son domicile, et que quelqu’un le cambriole, il s’agira bien évidemment d’un vol, à condamner, et à poursuivre.
    Seulement, l’assureur de Criticus lui dira d’aller se faire voir pour ce qui concerne l’indemnisation, car il faudrait être vraiment complètement débile pour laisser sa porte ouverte.

    Ensuite, Criticus parle de « singe », qui ne sont « plus humains ». Une entité vivante qui n’est pas humaine peut être domestiquée, approvoisée, tuée, mangée par un homme sans être poursuivi. Est-ce ce que veut dire Criticus? Ces gens peuvent-ils être réduits en esclavage?

  4. @Criticus

    Ce ne sont pas des singes, Criticus. Tu ne devrais pas tomber ainsi dans la caricature et l’insulte…
    Ce sont des humains, bien humains, avec des réactions très humaines. Le but de la civivilisation, justement, est d’atténuer ces réactions bien humaines. On ne mange pas avec les doigts, par exemple. Et quand on est en « déçu », on ne brûle pas des voitures.

    Ceci dit, non, je ne suis pas tout à fait d’accord avec toi : si tu exposes des lingots en public, il ne faudra pas t’étonner qu’on te les vole. Tu seras coupable de naïveté. Chaque homme est libre de choisir el bien ou le mal (quoi que je sois étonné de voir ces mots sous ta plume !), mais celui qui excite les autres a une part de responsabilité : l’exemple typique, c’est ce site internet réservé aux personnes mariées…

    Je dirais que les barbares et les vandales qui ont commis ces dégradations et agressions, sont les premiers responsables, bien sûr. Mais le site web organisteur est partiellement responsable également, car il a eu une initiative détestable qui ne pouvait que mener à ce genre de choses.

    @H16

    Je ne sais ce qu’il en a été dans les autres cas. A New-York, la manifestation était-elle en libre accès? Y’avait-il plus de policiers, plus de sécurité? Je n’ai pas ces éléments pour juger, malheureusement. Car je ne crois pas qu’en matière d’émeutes et de sécurité, les Etats-Unis aient de leçons à nous donner.

  5. Aucun rapport, Chitah : les violences en question ne sont pas directement liées à la distribution d’argent.

    C’est de la violence gratuite, anomique, inhumaine.

  6. Chafouin, même réponse qu’à Chitah : les animaux qui ont shooté dans la tête de cet être humain ne réagissaient pas directement à la distribution d’argent : ils ne s’en sont pas pris aux organisateurs, mais se sont défoulés sur un homme qui n’avait rien à voir avec l’organisation. La tentation existe partout : mais outre qu’elle ne justifie jamais sa transgression, elle justifie encore moins que ceux qui n’ont pas pu la transgresser s’en prennent à d’autres.

  7. @criticus

    Mais non, elle est très humaine, au contraire! Il y a une part d’animalité en l’homme. Qu’il faut combattre, d’où l’intérêt de la société.

    Certes, ce n’est pas lié à la distribution d’argent, ces types sont des agitateurs qui sont venus avec dans l’idée de mettre le bazar. ça ne veut pas dire que ceux qui ont fait ça soient des animaux… Je ne vois pas le rapport. Ton raisonnement est vicié dès le départ.

  8. D’un autre côté, c’est rien que des jeunes, hein ? Et on sait bien qu’il ne faut JAMAIS discriminer les jeunes : c’est mal.

  9. Bon, je dois avouer être un peu d’accord avec Chafouin et un peu avec Criticus. La question qui se pose en fait est : l’humanité est-elle le fruit de la société ou le fait de la nature de l’homme ?

    Et la réponse est : un peu des deux, comme ça c’est simple. Quand il naît, l’enfant est un homme en puissance. En acte, c’est un petit animal qui mange, bois, réagit à des stimulis.

    Mais il a la capacité, de par sa nature, à dépasser ces simples réactions pour les maîtriser et en faire des puissances qui m’humaniseront.

    C’est là tout le rôle de l’éducation : aider le petit être humain à développer ces puissances, les contrôler et en faire des forces qui lui permettront de construire sa vie de manière libre et équilibrée.

    Lorsque je suis face à un stimulus extérieur : une fille en jupe courte, une pile de lingots, une porte de maison ouverte, il y a chronologiquement 2 réactions : la première est celle qui consiste à être attiré par un « bien » immédiat : un plaisir sexuel, le plaisir de la possession, ou le plaisir d’exercer sa puissance physique en détruisant un bien matériel (il peut y avoir du plaisir à cela); la seconde est-celle qui consiste à se rappeler qu’au delà de ce « bien » immédiat matériel, il faut rechercher un bien supérieur non matériel et médiat : le bien de l’autre, l’ordre social etc…

    L’humanité s’exprime par ce choix de préférer le bien supérieur au bien inférieur. Lorsque l’on choisit le bien inférieur, au détriment d’un autre humain, nous passons d’une humanité en acte à une humanité en puissance. Nous conservons notre humanité, mais nous agissons comme des animaux.

    En conclusion, je dirais qu’il s’agit là bien d’hommes, mais d’hommes ayant renié leur condition d’homme et agissant donc comme les simples animaux qu’ils ne sont pas.

  10. @skeepy

    Tu raisonnes diablement bien, toi! Je suis d’accord avec ton raisonnement, figure-toi. C’est pour cela que je parle de l’intérêt civilisationnel de la vie en société. Mais le qualificatif de « singe » me paraît beaucoup moins bien démontré. Surtout quand on connaît le passif de ce mot, et la façon dont il a été utilisé pour théoriser l’infériorité de certains humains par rapports à d’autres.

    Parlerait-on de singes pour qualifier, je ne sais pas, des Danois se livrant au même type d’agissements?

    Quelqu’un qui cède à ses passions est-il indigne d’être un humain? Perd-il sa nature d’être humain?

    « Lorsque l’on choisit le bien inférieur, au détriment d’un autre humain, nous passons d’une humanité en acte à une humanité en puissance. Nous conservons notre humanité, mais nous agissons comme des animaux. »

    D’accord avec la seconde partie, mais pas la première. Pour moi, ceux qui cèdent à leurs penchants (et ici, on parle des passions les plus triviales puisqu’on parle de sexe et de gains) fotn offense à leur qualité d’être humain. Mais ils ne perdent rien de leur humanité, car ils ont la LIBERTé de faire le « bien », et qu’ils la conservent, sous réserve qu’ils s’amendent.

    @Didier Goux

    Mais que fait la Halde?

  11. @chafouin : merci pour le compliment😉

    Effectivement, la phrase que tu cites es ambigüe : l’homme ne cesse pas d’être humain, car son humanité est inscrite dans sa nature. Cependant, il peut agir sans les outils éducationnels qui lui permettent de se comporter en tant que tel.

    Quand on parle de développement de la personnalité (la notion de personne n’étant employée que pour l’homme), on parle d’une progression, d’un état proche de l’animal vers un état proprement humain… mais il est tout aussi possible de régresser (sans perdre son humanité, mais en étant à la frontière) jusqu’à cet état initial.

  12. Voilà, le grand gourou Skippy a répondu pendant que je faisais la sieste.😉 Si les primates (je rappelle qu’homo sapiens sapiens est un primate) qui ont piétiné la tête d’un homme (c’est ça qui est choquant, pas le commentaire d’un blogueur chez un autre blogueur…) restent matériellement des êtres humains, ils ne le sont plus socialement. Nul besoin de rappeler que l’homme est un animal politique, ou social. Celui qui refuse cette part de sa condition humaine se met du même coup hors du genre humain.

  13. @criticus

    Temporairement? Définitivement? Le problème de ce genre de raisonnement, et c’est bien ce que soulignait Chitah, c’est qu’à ce compte-là, si on peut décréter qui est humain ou pas, on peut aussi tuer ou réduire en esclavage ceux qui auraient prétendument perdu leur nature humaine…

    Et je n’ai pas dit que ton commentaire est plus choquant que les agissements de ces barbares. Je trouve déplacé de juger de l’humanité des autres, c’est tout. tosu ceux qui disent que les pires monstres perdent leur humanité se trompent, à mon sens (même pour Hitler) : ils trahissent leur humanité, c’est tout…

    En plus si on suit ton raisonnement, les anars, les marginaux, les squatteurs, ne sont pas non plus socialement des êtres humains, puisqu’ils refusent la vie en société.

    @Skeepy

    Ce qui reviens à dire que certains, parfois, agissent… de manière inhumaine. Mais en restant des humains!😉

    Tout à fait d’accord sur la régression : d’ailleurs, je pense que nos sociétés régressent de manière générale. Les deux soucis principaux sont le sexe et l’argent. Ce sont les deux moteurs du monde. Ce n’est pourtant pas ce qu’il y a de plus noble sur cette terre…

  14. @Criticus : moi c’est plutôt « Gland Gourou » en fait😉

    Pour ce qui est de la nature humaine, c’est une question qui peut sembler anodine, mais dont les conséquences sont importantes sur nos normes sociales. Si on admettait qu’une personne puisse perdre son humanité, il faudrait admettre comme une évidence :

    – la peine de mort
    – l’euthanasie
    – l’esclavage (il y a des précédents dans la Rome et la Grèce antiques : les esclaves étaient soit des ennemis vaincus, soit des citoyens déchus…)
    – les nettoyages ethniques (peut-être…)

    et toutes sortes d’autres choses…

    Le fait est que l’humanité se découvre également a travers le regard de l’autre : plus je suis regardé comme non-humain; plus j’aurai tendance à avoir le comportement qui correspond avec ce regard.

    Le fait de faire découvrir que tel comportement est loin d’un comportement humain, et de ne pas regarder telle personne comme un cas désespéré, mais plutôt comme un cas où il y a tout à faire (le verre à moitié plein/vide), permet déjà au regardé de relever la tête et de découvrir ce à quoi il est appelé : être pleinement humain.

    C’est là notre responsabilité sociale…

  15. Les deux soucis principaux sont le sexe et l’argent. Ce sont les deux moteurs du monde. Ce n’est pourtant pas ce qu’il y a de plus noble sur cette terre…

    En quoi le sexe (entre un homme et une femme, bien entendu) n’est-il pas noble ? Le sexe, c’est la vie.

    plus je suis regardé comme non-humain; plus j’aurai tendance à avoir le comportement qui correspond avec ce regard

    Je crois au contraire qu’il faut faire honte à celui qui commet un acte inhumain, pour lui permettre de recouvrer son humanité. Notamment en lui faisant payer tous les dégâts (par des travaux forcés, par exemple), au lieu d’en imputer la responsabilité (même partielle) à cette opération…

  16. @Chafouin :
    « je n’ai pas dit que ton commentaire est plus choquant que les agissements de ces barbares. Je trouve déplacé de juger de l’humanité des autres, c’est tout. »

    Personnellement, je dis que ce commentaire est bien pire que les agissements délictuels de ces types, car il existe une hierarchie, tout de même, dans le crime : tabasser un mec à 5 pendant quelques minutes, et penser la condition d’un groupe d’individus comme non humains, donc susceptibles d’être esclave à vie sont deux choses bien différentes, donc la seconde est de loin la plus grave.

    Je ne comprends pas ce que signifie « être socialement un être humain » et « être matériellement un être humain ».
    Ainsi, Robinson Crusoe est matériellement un être humain, mais pas socialement? Et lorsque Vendredi débarque, si Robinson ne veut pas avoir commerce avec lui, alors ce dernier n’est toujours pas « socialement » un être humain?

    Non mais qu’est-ce que c’est que ces salades?

    Ayons une vision simple : tabassage en réunion => comparution => condamnation => taule. Si récidive, alors rebelote, avec un bonus de condamnation. Rien de plus simple, on n’est pas en train de découvrir un nouveau type de criminalité, c’est malheureusement quelquechose de courant.

    Depuis que le monde est monde, et ce sera vrai jusqu’à la fin des temps, il existera des individus violents, criminels, etc. C’est une utopie de croire qu’un jour il n’y en aura plus, en tout cas je n’y crois pas.

  17. @Criticus :
    « Je crois au contraire qu’il faut faire honte à celui qui commet un acte inhumain, pour lui permettre de recouvrer son humanité. »

    Faux, il faut qu’il paie sa faute et qu’on passe à autre chose. Et pour que la victime, elle-même, recouvre son humanité (fin du désir de vengeance, etc.) il faut que justice soit rendue ET qu’elle pardonne à l’individu qui aura payé son crime, une fois que tout sera terminé.

    J’adore lire les petits kakous qui pensent que quand on n’est pas « soft on crime », on est un gros cador. Ce n’est pas cela la justice.

  18. @Criticus : le fait de faire honte sur le fautif n’exclue pas de poser sur lui un regard d’humanité. Le risque sinon est d’obtenir l’effet contraire, c’est-à-dire un ressentiment, accompagné de comportement grégaires.

    L’idée est plutôt de punir le fautif pour deux raisons : il est allé contre le bien et l’ordre social, il a un comportement qui ne fait pas honneur à sa condition d’homme. Le fait de punir est une expression de la vision « éducatrice » de la société qui recherche le bien et « l’humanisation » de ses membres.

    D’où la nécessité de bien définir à la fondation de la société, le périmètre de la citoyenneté et donc de l’humanité, en se fondant sur des critères rationnels et naturels. Sinon on risque de se retrouver avec un pouvoir autoritaire qui, comme aujourd’hui, punit les membres qui refusent par exemple la vision des théories du genre. Passons.

    Le but d’une société est le bien de ses membres : elle n’existe pas pour elle-même. Donc, tout rappel à l’ordre ou punition, doit contenir un accompagnement (je dis bien un accompagnement et pas une « ré-éducation ») au comportement social.

    C’est notamment (pour donner une exemple concret), la vision qu’a eue Don Bosco : éducation humanisante : ferme, avec des interdits et des rappels à l’ordre, mais également une bienveillance sans faille.

  19. do

    non, je ne crois pas qu’on puisse dire que c’est le fait d’agitateurs. c’est trop facile! Les autres jeunes disent qu’ils trouvent ça normal. C’est quand même symptomatique.
    Il y a des personnes dont on n’a pas éduqué le discernement ni la maitrise de soi et qui portent ça comme un véritable « handicap social ». On en connait tous. (enfin, j’espère! mais peut-être pas…)

    Ces personnes ne sont pas vraiment responsables, et elles ne sont pas moins humaines que les autres, mais dans une société où on a appris depuis des milliers d’années à se comporter d’une certaine façon, des personnes qui ont appris depuis aussi longtemps à se comporter d’une autre façon, ou qui n’ont rien appris du tout, ça pose des problèmes.

    Alors soit on décide que l’une des façons est la bonne et on se donne les moyens d’éduquer d’abord, et de réprimer si nécessaire (ce qui est une partie incontournable de l’éducation, mais qui aurait dû arriver entre 4 et 10 ans, pas à 19 ans)

    soit on laisse le chaos s’installer.

    C’est ce que nos dirigeants ont décidé il y a déjà trop longtemps, et ces actes là n’en sont que le triste résultat. Avec tous les autres actes du même tonneau: incivilités, vols, voitures incendiées, cambriolages, agressions, oppression de femmes, massacre de jeunes filles qui refusent un mariage forcé, viols, meurtres, abolition de libertés légitimes au profit de libertés homicides, apologie de la transgression, etc…

    Les vrais responsables, je dirais que ce sont d’abord
    1) les inconscients qui ont permis ou promu l’immigration comme main-d’œuvre bon marché ou comme mode de renouvellement démographique, sans prendre les moyens de s’assurer que ces mouvements de population étaient accompagnés des mesures nécessaires d’intégration ou de protection : on n’est pas obligé de s’intégrer, on doit pouvoir choisir de rester attaché à la terre de ses ancêtres, mais alors la loi doit être très ferme pour éviter les incompatibilités, comme ça se fait ailleurs. Au lieu de renvoyer quelqu’un pour des histoires de papiers, il aurait mieux valu ne rien laisser passer (de grave, évidemment) à ceux qui avaient des papiers; on pourrait facilement accueillir les autres maintenant.

    2) les pervers qui ont vidé l’éducation de toutes ses bases en faisant croire aux enfants que tout leur était dû et aux jeunes qu’ils avaient le droit de choisir des études et un travail « intéressant » et grassement payé, ce qui ne les encourage pas à gagner leur vie honnêtement, vu que ce genre de travail n’existe pas (ce qui est « intéressant », les gens payent rarement quelqu’un pour le faire à leur place.)

    L’association, elle, est coupable de bêtise crasse: il y a des associations qui travaillent jour et nuit pour rejoindre les personnes touchées par la pauvreté, souvent des femmes avec des enfants, pas des jeunes oisifs avides de bière ou d’une casquette de marque! donner de l’argent à n’importe qui, à celui qui va cogner le plus fort sur son voisin pour lui piquer son enveloppe, c’est d’une telle bêtise que ça laisse sans voix. Mais ce n’est pas un délit: le loto fait légalement presque la même chose chaque semaine.

    quant à ces jeunes, oui, ce qu’ils font est une imbécilité et une horreur, et qu’ils soient d’accord avec est encore pire, mais franchement, que sont-ils capables de comprendre à tout ça? les vrais responsables sont bien en amont de ça, et ils continuent à sévir, par exemple en préconisant comme seul moyen d’éducation sexuelle de fournir des chèques pilule à toutes les filles de 13 ans! Voilà où on en est. Voilà pourquoi on a élu un président comme celui qu’on a et dont on se plaint chaque jour. Et quand on voit ce qui se passe dans les cours des écoles, on se dit que c’est loin d’être fini. Une génération abîmée, ça se répercute sur toutes les générations suivantes.

    Daniel Ange disait (de mémoire) « Les peuples décadents ont tous fini envahis par des barbares; sauf que nous, les barbares, c’est nos enfants! »

    On pourrait les éduquer après coup, car ils ont envie d’avoir une vie réussie, eux aussi; mais il faudrait être courageux et proposer des valeurs sûres. Or les seules que je connais sont tellement taxées de « désuètes » ou de « réacs » que je ne vois pas comment on pourrait passer tous les barrages du « bien-pensisme » ! Alors ces jeunes se tourneront chacun vers ses traditions, avec tout ce qu’elles comportent de bien comme de mal, et ils s’opposeront de manière tribale, parce qu’on ne leur donnera pas les moyens de réfléchir, ce qui est pourtant possible!

  20. do

    je ne résiste pas, quand même, à pointer vers un autre article au sujet des singes ! On verra que Criticus n’est en fait qu’un progressiste qui s’ignore😉
    http://fromageplus.wordpress.com/2009/11/12/la-planete-des-progressistes/

  21. Cochise

    Pour moi, ces destructions et ces passages à tabac n’ont rien à voir avec l’idiote distribution d’argent qui avait été programmée par Mailorama.

    Il s’agit ici des sauvages qui déjà chaque jour prennent au hasard un voyageur du métro pour lui casser la gueule, ce sont les mêmes qui lors des manifs du CPE rackettaient les grèvistes et frappaient les femmes au visage. Ceux encore qui attendent les flics en embuscade comme des loups, pour leur régler leur compte. Oui, les barbares sont aux portes de Paris, et cela fait froid dans le dos.

    La fracture sociale n’a jamais été réduite, et pas une seule action du gouvernement actuel ne semble en prendre la mesure… Je pense hélas que nous ne sommes qu’aux prémisses de cette « Chronique de désastre annoncé ». Merci pour ce reportage de LCI où nous entendons l’absurdité abyssale des commentaires d’une journaliste qui n’a aucun recul critique sur les évènements.

  22. Je suis assez d’accord pour dire que ces manifestations de violence n’ont eu besoin que d’un prétexte pour avoir lieu.
    cette affaire me fait penser aux scènes d’émeutes ayant suivi l’annonce de l’annulation tardive d’OM-PSG : tout le monde a mis en cause la fédération pour avoir annulé le match trop Yard, en oubliant que ces matchs sont systématiquement l’occasion de bastons…
    Je ne sais s’il faut en tirer des leçons sur l’humanité de qui que ce soit. Je pense juste que dans la situation actuelle comme le souligne Chafouin, distribuer de l’argent pour de la pube est purement scandaleux sur le principe. Sur le fond, que cet argent soit donné à Tf1 ou dans la rue ne change pas grand chose…

  23. @criticus

    Je ne parlais pas du sexe en soi, bien entendu. Mais de la parodie de sexe dont on nous abreuve matin, midi, et soir. En fait, je mettais en cause notre société pornographisante. D’ailleurs, hasard ou pas, ton ami Robin n’a-t-il pas écrit que la société dont il s’agit a également des intérêts dans la pronographie?

    En parlant d’inhumanité, je crois qu’il ya bien plus grave que ces troubles de samedi. Tiens, ça par exemple. Cela paraît vraiment inhumain. Et pourtant, c’est bien un humain qui a commis ces actes horribles. Je suis toujours tenté, quand je pense à ce genre de fait-divers, à penser qu’il existe une humanité en marge de l’humanité. Mais en y réfléchissant vraiment, je pense juste que dans ce genre de situaiton, il y a des causes bien précises. Tiens, au hasard, l’alcoolisation massive de certains quartiers populaires. Pas les quartiers « difficiles » dont on nous parle sans cesse, mais les quartiers « Villageoise ». Ceux où se déroulent incestes, violences conjugales et enfance maltraitée.

    Mais même ici, je pense qu’on peut prétendre que l’Homme reste l’Homme. Encore faut-il qu’il sache user de sa liberté, la vraie. Pas celle des droits, mais celle qui le fait vivre en Homme, et non en sauvage. D’où l’intérêt de la vie en société, et des oeuvres comme celle de Donc Bosco dont nous parle Skeepy.

    Mais cette vie en société suppose des règles. Qu’il faut donc tout simplement faire appliquer! La honte me paraît assez inutile, donc. Le temps du pilori n’était pas meilleur, je crois.

    @Chitah

    Je ne sais si Criticus va aussi loin que tu le dis. Il n’a pas encore tiré les conséquences de l’inhumanité supposée de tels ou tels groupes. je lui laisse le soin de répondre sur ce point.

    @Do

    L’immigration? Mais dans ces groupes de barbares, je ne pense même pas que l’immigration soit en cause. C’est plus un problème de quartiers, de structures, de façon de vivre. Tu pourras très bien trouver des enfants d’immigrés là dedans. Mais je ne pense pas que ce soit la cause. De toutes manière, maintenant, c’est fait, ces gens sont là. Donc il leur faut s’adapter, et nous, il nous faut réagir. Et allier la sévérité à la justice. Ce que Skeepy (il m’ôte les mots de la bouche, c’lui-là, je vais devoir agir!) appelle une « bienveillance sans faille ». C’est peut-être naïf mais les « on va vous débarrasser de cette racaille » me paraissent vraiment improductifs.

    @Cochise et laloose

    Il est difficile de démêler les responsabilités, et si, comme vous le dites fort justement (le parallèle avc OM-PSG est assez bien trouvé), ces débordements auraient pu trouver une toute autre cause, et s’épanouir dans d’autres circonstances, le site internet en question a une responsabilité originelle, je trouve. Celle d’avoir fait miroiter des richesses improbables à des malheureux. Et dans le lot, il se trouve qu’il y avait des barbares.

    @tous

    Ce que je trouve intéressant dans la comparaison avec les singes, même si elle me paraît toujours ici assez incongrue, c’est qu’on cherche en effet, comme on le voit de manière ironique dans le billet de Fromage Plus, à sans cesse nosu décrire le monde sismiesque comme en avance sur nous. On ne cherche même plus à trouver des similitudes entre l’homme et le singe : on ose prétendre que l’homme est en retard sur le singe. Comme ici, par exemple.

  24. je dis que ce commentaire est bien pire que les agissements délictuels de ces types, car il existe une hierarchie, tout de même, dans le crime : tabasser un mec à 5 pendant quelques minutes, et penser la condition d’un groupe d’individus comme non humains […] sont deux choses bien différentes, donc la seconde est de loin la plus grave

    C’est bien, tu es tombé dans le piège : tu ne réagis pas à l’événement, mais à l’écho qui lui est donné.

    Donc, vouloir faire exploser la boîte crânienne de quelqu’un est moins grave que de dire que ceux qui se comportent de la sorte ne pas des êtres humains.

    Parfait : je peux tout te faire dire, et même le pire…

  25. Absolument, je réagis à l’écho qui est donné à l’évènement, je l’ai souligné par ailleurs au tout début de mon intervention : « l’évènement » dont parle Le Chafouin est un détail de chez détail, ce n’est absolument rien du tout.
    Les réactions qu’il suscite, en revanche, sont très intéressantes, elle montre ton positionnement : être un journaliste de faits divers type chiens écrasés. Aucune mise en perspective, aucune réflexion, aucune prise de recul.

    J’aurai voulu lire, de la part de gens qui se targuent de parler de ce non-évènement des éléments comme « Apaches », ou « blousons noirs », ou « montmartre », des choses comme cela.

    Mais non, ce fait divers sert de trampoline à loosers, comme toi Criticus, qui en profite pour vendre sa soupe. Ou comme je ne sais plus qui ci-dessus, qui en profite pour dire tout le mal qu’il pense de l’immigration.

    Zemmour, lui, dira que c’est le post-soixante-huitardisme et son concept de la jouissance immédiate et sans entrave qui créé cette fascination pour l’argent facile.

    Besancenot dira que le grand capital a sciemment déclenché, en proposant puis retirant l’argent au dernier moment, ces « émeutes ».

    Et Criticus, qui veut jouer à la dînette comme les grands, sort lui aussi ses salades avec des concepts qu’il ne connait pas, comme « non humain », etc.

    Bref : tout ce que tu écris, en général, c’est poubelle. Et une fois de plus, c’est vérifié.

  26. Encore une fois : il ne suffit pas que tu le dises pour que ce soit vrai. Il faut fournir des arguments, des preuves ! Dire que l’autre est con n’a aucune valeur.

    En revanche, dire que tu minores l’indéfendable, si.

  27. @chitah

    Bien sûr que c’est un détail. Mais un détail symptomatique qui montre que la moindre étincelle sert de prétextes à des bastonnades en tous genres. Il y a les supporters bêtes à manger du foin, et il y a les barbares. Ce sont deux phénomènes tout à fait intéressants à observer et à commenter. Mais libre à toi de trouver que c’est peanuts…

    Mais je te saurais gré de ne point tomber dans l’invective, s’il te plaît. Nous ne sommes pas ici pour lire ou commenter votre discorde, mais pour tenter, autant que possible, de parler de fond.

    Toi c’est caca, ou toi t’es nul, ou moi je suis mieux, cela ne nous intéresse pas. Parce qu’immanquablement, ça nous amènera à aller lire ton blog et à aller chercher la petite bête pour voir si toi, tu y parles de choses vachement importantes et cruciales.

    Maintenant, si tu as des réflexions passionnantes, plus intéressantes que ce que nous, méprisables vers de terre, avons pu dire à ce sujet, n’hésite pas à nous en faire profiter😉

  28. Dang

    Les perturbateurs venaient de toute évidence, pour la plupart, de quartiers défavorisés situés au-delà du périphérique, du 9-3 ou du 9-5. D’ailleurs ils ont l’habitude de venir jouer au foot sur les pelouses du Champ-de-Mars chaque week-end, au grand dam des riverains. Etaient-ils pour autant tous des barbares? Ce serait faire injure à tous ceux qui dans ces quartiers cherchent à s’en sortir et qui se sont peut-être laissé berner que de l’affirmer, mais leur comportement était incontestablement barbare, de même que l’idée de distribuer de l’argent était indigne. D’ailleurs il faudra bien en finir un jour avec la tentation de l’argent facile. Il y a trop de jeunes qui ne rêvent que de « coups », de succès foudroyants au foot, au cinéma, ou pire dans la drogue et pas assez qui ont envie de se prendre en main et de gagner leur vie honnêtement. Il faut taxer les gains inconsidérés du sport, du spectacle, et des trafics, et encourager les autres. Il n’en reste pas moins que ce à quoi on a assisté à Paris pourrait se passer n’importe où avec n’importe quel groupe. L’homme en groupe est dangereux, il faut tout simplement l’admettre. J’ai vu des monomes d’étudiants dégénérer, j’ai vu de paisibles rencontres sportives dégénérer, j’ai vu des gens en venir aux mains pour rentrer dans un cinéma… Nous sommes tous des singes en puissance.Ce n’est guère rassurant.

  29. Zab

    @Criticus
    Juste une question :
    Trouvez-vous normal que les organisateurs échappent à leurs responsabilités sous prétexte que leurs provocations ne sont pas une excuse pour les casseurs ?

    Excuser les violents sous prétexte de cette opération me semble effectivement déresponsabilisant pour eux.

    Mais excuser, voire exonérer de toute responsabilité, les organisateurs sous prétexte que les émeutiers étaient prêts à en découdre à la moindre occasion me paraît tout aussi déresponsabilisant. Ils n’avaient pas à fournir cette occasion.

    Si mon frère est colérique, je n’ai pas à provoquer sciemment sa colère pour en retirer un profit personnel.

    Les excuses inacceptables pour l’une des parties ne le sont pas plus pour l’autre.

  30. Zab

    @Dang
    Les phénomènes de groupes sont en effet très deresponsabilisants et entraînent souvent des violences que les mêmes individus n’auraient jamais commis seuls.

  31. do

    @Chitah « je ne sais plus qui ci-dessus, qui en profite pour dire tout le mal qu’il pense de l’immigration. »

    non, je ne pense pas du mal de l’immigration: je pense du mal de l’absence d’éducation: éducation-initiale des enfants nés en France (issus ou pas de l’immigration) ET éducation-intégration des jeunes ou adultes venus s’installer en France après avoir eu une autre éducation: j’ai, en plus, bien fait attention de mettre les deux en parallèle.

    si on veut voir des racistes partout ou des homophobes partout, on en voit, c’est une forme de racisme qui n’est pas mieux que de voir des étrangers partout.

    quand on en est à dire que tout ce que dit une personne « c’est poubelle », comment peut-on se targuer de créer des ponts entre des gens différents? Attention à l’intolérance « bien pensante »: elle ne vaut pas mieux que l’autre.

    J’ai fait attention (et de toutes façons c’est ce que je pense profondément) à ne pas mettre en cause les personnes, mais les systèmes qui enferment des personnes dans ces comportements. Les personnes que je mettrais en cause éventuellement, c’est celles qui, sur des bases théoriques (qui font joli, intellectuellement, dans les discussions de comptoirs ou de ministères) fondent des systèmes de pensée qu’ils imposent par la force ou la manipulation et qui créent des structures complètement tordues, comme la théorie du « gender », comme la théorie selon laquelle il ne fallait plus de politique nataliste car les flux d’immigration remplaçait la population, comme la théorie selon laquelle il était interdit d’interdire, et des tas d’autres, pensées par des intellos qui vivent dans un autre monde et qui détruisent le nôtre. J’ai plus de choses en commun avec une fille musulmane qu’avec ségolène ou sarko. Et je n’ai pas de problème pour discuter avec un jeune des quartiers de Marseille en quête de repères. Mais je ne supporte plus ces systèmes de déshumanisation des jeunes et des enfants. Seuls les riches s’en sortent. Les autres ne peuvent pas veiller à l’éducation de leurs enfants, dans ce monde où tout leur échappe.

  32. Athanagor

    @Chafouin :
    « Bien sûr que c’est un détail. Mais un détail symptomatique qui montre que la moindre étincelle sert de prétextes à des bastonnades en tous genres. Il y a les supporters bêtes à manger du foin, et il y a les barbares. Ce sont deux phénomènes tout à fait intéressants à observer et à commenter. Mais libre à toi de trouver que c’est peanuts… »

    Je t’invite à lire ceci : http://fr.wikipedia.org/wiki/Apaches_(Paris)

    Tu verras que les débats actuels sont transposables il y a 100 ans : tu remplaces « soulier qui brille » par « Nike » ou « Reebok », et tu as exactement le même phénomène, sans arabes, sans media, sans banlieues sensibles. Moi, ma conclusion est double : le fait divers tel que relaté est banal; d’autre part, ces gens sont loin d’être des « barbares » aux portes de la cité, mais au contraire une composante de cette cité.
    Je dis bien : une composante de cette cité, car désormais tu seras d’accord j’imagine, la cité de Paris s’étend bien au-delà du périphérique.

    @Criticus :
    « dire que tu minores l’indéfendable, si. »

    Je te pardonne ce biais intellectuel classique : expliquer, analyse, n’est pas dédouaner ou défendre. Ton esprit grossier raisonne à la « with us or against us », je te laisse avec ces divagations sans intérêt. Mais tu es pardonné.

  33. cilia

    Je ne parviens pas à visionner la vidéo…gros soupir…

    Sur la responsabilité de ces exactions, je partagerais tout de même le gâteau en trois parts (pas forcément égales).

    Les ‘bip’ qui ont agi et démontré, une fois de plus, toute l’ampleur de leur bêtise épaisse et grasse, nid, douillet à souhait, d’une cruauté à un tel point efficiente et inutile que nos élites en perdent leur latin à s’échiner à la (cette cruauté) rattacher à de grands principes progressistes…pour l’amour de l’art sûrement…à moins que ce ne soit, plus prosaïquement, pour préserver la supériorité morale et intellectuelle qu’elles (nos élites) se sentent légitimes d’accaparer.

    Les ‘autorités’, qui étaient au courant et, si j’en crois H16, devaient logiquement interdire la manifestation en amont puisque « le fait d’utiliser comme support d’une publicité quelconque des pièces de monnaie ou des billets de banque ayant cours légal en France ou émis par les institutions étrangères ou internationales habilitées à cette fin est puni de l’amende prévue pour les contravention de 2e classe ».
    La manifestation étant donc annoncée comme une distribution de billets de banque ayant cours légal etc…, qu’est ce qui empêchait la préfecture d’interdire la dite manifestation ? Enfin, ça finit par rendre complètement dingue ce genre d’histoire !

    L’entreprise à l’initiative de l’opération qui doit se régaler à cette heure de son opération. Un coup de pub épatant. Combien de clics sur le site en question depuis ces événements ?
    Et si une plainte est déposée et aboutit, quel sera le rapport entre l’amende et les bénéfices ?

    Ce que j’aime le plus, finalement, se trouve dans l’article du Parisien du 29 octobre :
    Dans seize jours, c’est du « cash » qui sera directement remis aux quidams croisés dans la rue. …Peut-être que ça va en choquer certains. Mais filer de l’argent aux gens, c’est ce qu’on fait tous les jours…
    …Le pilotage de cette initiative, d’un budget de « plusieurs centaines de milliers d’euros », a été confié à Stéphane Boukris. Ce jeune diplômé d’une école de commerce avait fait parler de lui en lançant, en mars dernier, le site Faismesdevoirs.com, qui proposait, moyennant rétribution, de faire les exercices de maths à la place des élèves…

    Et pour la partie légale de l’affaire :
    …Le Code de la consommation est aussi respecté dans la mesure où il n’y a aucune obligation d’achat ni de « publicité trompeuse ». « C’est absolument sans contrepartie. Ce n’est pas une arnaque, c’est un don », répète Stéphane Boukris. Et sur le plan du droit pénal ? « Le seul risque, c’est qu’il y ait un attroupement avec trouble à l’ordre public…

    Je vous laisse découvrir la stratégie prévue au cas où tout ne se passerait pas dans un esprit bon enfant :
    http://www.leparisien.fr/societe/il-va-vous-donner-de-l-argent-29-10-2009-691858.php

    …m’enfin, comme ils ont prévu de longue date de filer de la thune au secours populaire, hein…

  34. cilia

    PS :
    Chafouin, je voudrais bien, parfois, pouvoir écrire en italique, pour être plus claire…

    Chitah, ah non hein, athanagor c’est niet ! Un commentateur, un pseudo ! Non mais !😉

  35. Athanagor, quelle explication, quelle analyse as-tu données ?

  36. @ Zab : attention, je ne défends pas pour autant cette entreprise : cette opération me rappelle une scène similaire de Batman 1, où le Joker lance des billets dans les rues de Gotham City. Je dis que les actes de violence ne peuvent pas lui être imputés. D’ailleurs, ils ne sont pas directement liés avec elle.

    @ Do : progressiste, ça dépend de ce qu’on entend par là : je crois au progrès, mais je suis lucide.

  37. Athanagor

    Si tu savais lire, Criticus, tu aurais vu que l’analyse que je propose de ce fait divers négligeable est (je te le résume pour t’aider, je sais que tu as du mal) :
    1 – il est d’une banalité confondante
    2 – les « bandes de jeunes » telles que celles-ci existent depuis des siècles, en remontant au début du XXème on peut se renseigner sur les Apaches
    3 – les délinquants concernés ne sont pas des barbares aux portes de la cité mais une partie de celle-ci
    4 – ce fait divers permet d’apprendre plus de choses sur ceux qui le commentent que sur ceux qui sont directement concernés par celui-ci.

    Pour le détail de chacun de ces 4 points, tu as des billes ci-dessus.

    Autre élément d’analyse : en droit, il existe une notion de chaine de responsabilité : les dirigeants de la société ne vont certes pas prendre perpète pour ce qu’ils ont fait et ce dont ils sont responsables, mais leurs décisions font partie du fait générateur.
    Dans un supermarché, si Chitah renverse du lait par terre, et que Criticus glisse dessus et se casse le bras dans la minute qui suit, le propriétaire aura des comptes à rendre (plus ou moins élevés, mais des comptes quand même).

    Voilà, 5 points, il suffit de demander.

    Et toi, de ton côté?

  38. Athanagor

    Ps : en droit, la notion dont je parle s’appelle je crois « responsabilité aquilienne », que les juristes lecteurs de ce blog n’hésitent pas à me corriger si je dis des sottises:

  39. 1) En est-il moins choquant ?
    2) Ça a toujours existé, et donc il faudrait le tolérer ?
    3) Ils ne sont pas aux portes de la cité en effet, mais dans la cité. Cela ne veut pas dire qu’ils en soient une partie saine. Ils en sont la partie malade.
    4) Procédé rhétorique qui te permet, une fois de plus, de ne pas te formaliser de ce que des types veuillent briser le crâne d’une personne innocente.

  40. Athanagor

    Je ne suis pas un professionnel du choquage, je préfère tenter de devenir un professionnel de l’analyse. Donc :
    1 – je n’ai pas un esprit binaire, un fait peut-être banal ET choquant. Je comprends au passage que tu acceptes qu’il est banal.
    2 – « comprendre Vs justifier » est une erreur intellectuelle classique : on « comprend » ce qui pousse un violeur a agressé sa victime (une pulsion sexuelle irrépressible » et paf, on est instantanément classé du côté des « soft on crime » parce qu’on a fait marcher son cerveau.
    Non, il ne s’agit pas de tolérer ces faits, Criticus, je vais même te donner un scoop qui va changer ta vie : il existe deux entités chargées justement d’être intolérantes envers ces faits, la première est composée de gens habillés en bleu qu’on appele « la police », et la seconde des gens à perruque et robe noire qu’on appelle « magistrats ». Je te renvoie à un dictionnaire pour voir ce que ces deux termes recouvrent.
    3 – Tu n’as pas compris ce que j’ai écrit : une cité comprendra toujours des éléments tels que ceux qui ont été impliqués dans ce faits divers.
    4 – ah, oui, « soft on crime »…… c’est minable comme commentaire. Tu sous-entends que je m’en fiche qu’une personne se fasse fracasser le crâne. « you are with us or against us ». Cette disposition d’esprit, Criticus, fera que tu ne seras jamais qu’un éditorialiste de seconde zone, et probablement pas un analyste sérieux.

    Je note que l’analyse numéro 5, sur la responsabilité aquilienne, dépasse ton entendement, c’est dommage c’est un point important.

  41. 1) Sauf qu’il ne te choque pas, manifestement.
    2) Soft on crime, oui, puisque tu trouves qu’un commentaire (volontairement outrancier pour polariser le débat…) est plus grave qu’une agression.
    3) Et donc ?
    4) Venant d’un éditorialiste de troisième zone, c’est ce qui s’appelle une promotion.Je continue ma route.
    5) Le magasin ne serait certainement pas tenu de rembourser les soins. La comparaison ne tient pas.

  42. Athanagor

    1 – Criticus est désormais télépathe, de mieux en mieux.
    2 – Un commentaire qui en appelle à la réduction en esclavage de personnes, rappelons-le tout de même. Ta posture matamoresque est facile à prendre.
    3 – Tu devrais apprendre à réfléchir seul.
    4 – Mais quel sens de la répartie! Je ne suis pas un éditorialiste, je ne réagis pas à tous les faits divers, j’essaie plutôt d’être analyste, donc ce que tu dis ne tient pas.
    5 – Ah, Criticus maintenant est le magistrat omniscient capable de prévoir comment un cas sera jugé, indépendamment de savoir si il y a eu négligence ou pas, si les secours ont été appelés rapidement ou deux jours plus tard, etc. C’est ça, un éditorialiste de seconde zone, comme Zemmour ça a un avis sur tout, même les sujets pointus qu’il ne maîtrise pas. Et n’oublie pas de me remercier de t’avoir appris quelquechose, la responsabilité aquilienne.

  43. 1) Non, je lis les commentaires que tu postes ici.
    2) Où cela ? Nulle part.
    3) Je ne peux pas réfléchir à ta place.
    4) Un analyste de quatrième catégorie, si tu préfères.
    5) « Dans un supermarché, si Chitah renverse du lait par terre, et que Criticus glisse dessus et se casse le bras dans la minute qui suit » : en quoi le propriétaire du magasin pourrait en être tenu pour responsable ? Ça, c’est un cas de responsabilité civile de celui qui fait tomber l’autre, tout simplement…

  44. Athanagor

    Tout simplement parce que la propreté et la sécurité du lieu est sous la responsabilité du propriétaire en premier lieu et par défaut; celui-ci, et du reste le reste de l’enquête aussi, peut dédouaner le proprio (si le lait au sol est un acte de malveillance conscient d’un employé par exemple), mais à la base, c’est bien lui le responsable : le lieu est à lui, le lait est à lui, tout est à lui dans l’histoire.

  45. l’enquête […] peut dédouaner le proprio (si le lait au sol est un acte de malveillance conscient d’un employé par exemple)

    Bien.

    Je crois que l’on peut qualifier le fait de savater la gueule d’un type à terre d’« acte de malveillance ».

  46. Athanagor

    Mais qu’est-ce qu’il raconte……..

  47. Je poursuis simplement ton raisonnement initial.

  48. Athanagor

    Non, tu déformes ce que je dis pour faire croire que je trouve normal qu’un type se fasse tabasser dans la rue. Je trouve ce procédé extrêmement humiliant pour …. toi.

    Le phénomène est simple : renvoyé dans tes 22, tu éructes, tu racontes nimp, tu n’es donc plus digne de débattre.

    Allez, va boire frais, ça soulage.

  49. @Chitah

    Merci pour ton lien sur les Apaches. Et alors, parce que c’est récurrent, on ne peut s’en plaindre et s’en désespérer?

    J’ai particulièrement apprécié ce passage du texte visé : « Certains sont d’ailleurs particulièrement violents, n’hésitant pas à aller jusqu’au vol de bicyclette. »

    Les Apaches brûlaient-ils des voitures pour protéger leur répère?

    @Cilia

    J’ai adopté le même partage de responsabilité chez h16! Mais lui, il dénie la responsabilité de l’organisateur.

    Et pour l’italique, tu peux utiliser les codes qui vont bien (je crois que c’est et )

    @Chitah et criticus

    Vous n’avez pas avancé d’un poil, je crois😉

  50. Zab

    @Chafouin
    « Les Apaches brûlaient-ils des voitures pour protéger leur repère ? »

    Ils auraient un peu de mal à se pratiquer ce genre de « sport ». Les automobiles, objets de luxe à l’époque, ne restaient guère garées dans les rues. 😉

  51. Zab

    Oups ! Un mot m’a échappé.

    @Chafouin
    “Les Apaches brûlaient-ils des voitures pour protéger leur repère ?”

    Ils auraient « eu » un peu de mal à se pratiquer ce genre de “sport”. Les automobiles, objets de luxe à l’époque, ne restaient guère garées dans les rues.😉

  52. Zab

    Oups ! Un mot m’a échappé.

    @Chafouin
    “Les Apaches brûlaient-ils des voitures pour protéger leur repère ?”

    Ils auraient « eu » un peu de mal à pratiquer ce genre de “sport”. Les automobiles, objets de luxe à l’époque, ne restaient guère garées dans les rues.😉

    Moi non plus, je ne trouve pas les codes pour mettre en italique (les combinaisons de Word ne marchent pas).

  53. @Chafouin :

    Juste un mot sur OM-PSG, les barbares, leurs éventuelles ascendances…

    Le PSG, c’est Auteuil et Boulogne, deux tribunes composés de kop violents, dont l’un est composé essentiellement de jeunes de « banlieues » (càd celles qui sont pauvres) avec une grande mixité de couleurs de peau (les « singes » , je suppose, si on écoute Criticus) ; et l’autre composé essentiellement de jeunes de « banlieue pavillonnaire » et de la ville avec une mixité de couleurs de peau nulle. La question qui se pose est : en quoi les supporters du PSG sont-ils témoins de la dégradation de notre société à cause de la bienpensance gauchiste et de l’immigration ?

    La réponse est simple : en rien. Les supporters du PSG, c’est deux kop qui se haïssent, pratiquent la violence avec autant de ferveur l’un que l’autre malgré des opinions politiques opposées. Ceci appelle une question : Criticus se permettrait-il de parler des supporters de Boulogne (tous bien blancs, et tous avec des idées proches des siennes, qu’ils appliquent d’ailleurs avec un virilisme assumé, des vrais hommes quoi) comme de singes ? Je ne sais pas pourquoi, m’est avis que la réponse est non.

    Après, je suis d’accord sur un point : les types qu’on a vu dans ces reportages étaient visiblement des abrutis et des vandales – les mots ont un sens, comme vous dites, et barbares pour 1 voiture retournée et un panneau indicateur par terre, c’est un peu trop grandiloquent à mon goût, à cette aune n’importe quelle manif’ d’agriculteurs est l’oeuvre de barbares.

    Mais la responsabilité de l’organisateur dans ce bordel semble évidente (je crois que le « débat » entre criticus et un commentateur patient a clarifié ce point) , surtout quand on pense que ce sympathique Fedida est aussi à l’origine du glorieux « faismesdevoirs.com » . Si on veut le calmer, va falloir une bonne grosse amende, sinon la prochaine fois il va organiser un truc encore plus débile.

    PS : pardon si je donne un peu l’impression de m’en prendre audit Criticus, mais je viens de passer sur son blog, et ce commentaire (les « singes ») me semblait tellement emblématique d’une pensée qui se présente faussement comme complexe, que je me suis senti obligé d’y répondre. Ce type devrait aller dans le Nord Pas de Calais se faire agresser par des gens plus blancs que lui, ça lui remettrait un peu les idées en place sur l’inanité de ses réflexions sur les « barbares » . La connerie (la nature ? ) humaine n’a pas de couleur. Et l’abaissement réflexif du groupe touche aussi bien les demeurés de banlieues pauvres que les classes moyennes bien-comme-il-faut. C’était même l’axiome du « Ruban blanc » d’Hanneke .

  54. Chitah

    @Le Chafouin : un article de Rue89 revient sur les bandes structurées des années 70-80, ça fait autrement flipper que les petites frappes qu’on voit à la Techno Parade.
    http://mondodingo.blogspot.com/2009/11/les-barbares-dans-la-cite-un-phenomene.html

    Rien que la carte de la région parisienne fait froid dans le dos.

    @Moktarama : Criticus, lorsqu’il parle de « singes », est comme un enfant qui cherche à tout prix à attirer l’attention en criant « caca, zizi, pipi » à tout bout de champ pour énerver les adultes. Much ado about nothing.

  55. CafédesSports

    Ok. Mailorama, la boite qui a lancé cette juteuse idée, est inconsciente ; d’autant qu’elle n’est guère à son coup d’essai. Ok, la grue qui évoque « la révolte des jeunes », manque sans doute de vocabulaire pour exprimer correctement ce qu’elle ressent. N’empêche qu’on aurait peut-être tort d’éluder totalement son témoignage et sa colère bien réelle. Ok, c’était prévisible, et les Pouvoirs publics auraient pu interdire la manif, disons la veille, afin que l’annulation soit amplement relayée dans les media. Les media, justement. Etaient-ils obligés de relayer l’info? Dans notre société de consumation, oui, forcément, elle était tellement croustillante! Finalement, Mailorama n’a fait qu’exploiter un travers de la presse pour assurer sa comm’…

  56. @Moktarama

    De mon côté, je ne réserve pas le mot barbare à ceux qui ne sont pas blancs. Les barbares dont je parle, ce sont les racailles, et celles-ci peuvent être de toutes couleurs de peau. C’est une attitude de fausse rebellion capricieuse, qui sous le prétexte de contester une prétendue ghettoïsation et contre des prétendues bavures policières, est en réalité une pure pratique délinquante. Les émeutes dans les quartiers dits sensibles sont souvent le moyen de protéger les trafics en tous genres.

    Mais le côté « limite de l’humanité » n’est certes pas réservé à ces « barbares » (on pourrait dire hors-la-loi), il ya bien d’autres catégories de la population, comme les babaches par exemple. Là, c’est plutôt le syndrôme Villageoise. Et là, le Nord est plutôt bien représenté.

  57. Marco

    Ces casseurs sont haineux, indisciplinés, idiots et j’en passe. De vraies brutes finies au QI plus que limité. Ils ont a peine le nombre de neuronnes nécessaires pour ne pas se chier dessus. Des gardiens de chèvres.

Un petit commentaire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s