Disparitions à Lille : décorticage d’un naufrage médiatique

L’affaire qui fait jaser, qui fait vendre des journaux et est l’occasion de records d’audience des médias en ligne, actuellement à Lille, c’est cette histoire de jeunes hommes qui disparaissent mystérieusement au terme de soirées arrosées, suscitant la psychose de tout un quartier. Enfin, en théorie, puisque les médias ne nous montrent évidemment que les réactions de Lillois affolés, prêts à se constituer en milice pour arrêter le serial killer qui rôde dans le Vieux-Lille.

Tous les ingrédients sont en effet là pour créer un sentiment de peur et parallèlement, pour constituer un beau succès médiatique. Des disparitions inexpliquées, qui permettent de fantasmer sur ce qui s’est passé : une agression, un gang de « pousseurs » qui jeterait les jeunes dans le canal de la Deûle, ou pire, un groupe qui traquerait les homos à Lille. Tant pis si deux des trois disparus ne sont pas homosexuels : l’important, c’est que le doute s’empare de la population!

Le décalage entre la disparition et la découverte des corps permet à ce fantasme d’exister, d’autant qu’il se conjugue avec une attente forte des familles et des proches, qui jusqu’au bout, pensent qu’on va retrouver leur copain, leur frère, leur petit ami. Ce décalage permet aussi à un feuilleton de se mettre en place : il y a d’abord une première disparition, assez classique, suivie par la découverte d’un corps dans la Deûle. Puis une seconde, et enfin une troisième, qui posent logiquement question du côté des policiers, et donc leurs sources journalistiques les plus proches, qui ont l’avantage de bénéficier de confidences et qui ont connaissance de leurs doutes.

Le cercle vicieux se met alors en place : les policiers ont besoin de la médiatisation pour lancer un appel à témoins et tenter de retrouver le troisième disparu, qui est peut-être encore vivant quelque part. Dans ce genre d’affaire, l’expérience montre qu’il faut faire très vite. Les journalistes, eux savent que les policiers échafaudent l’hypothèse d’un lien entre les trois affaires. Le cocktail est réuni pour lancer un bel emballement médiatique…

Dans les jours qui suivent, nul ne sait si les médias se contentent de rendre compte de l’existence d’une psychose, ou s’ils la créent. Il y a sans doute un peu des deux. C’est comme la saisine de la PJ, chargée des trois affaires : dans l’esprit du procureur, il s’agit de tenir compte de l’inquiétude et de la pression médiatique, et de saisir le service le plus compétent et le plus disponible. Mais dans l’esprit de la population, c’est avant tout le signe que l’affaire est « plus grave qu’on ne le dit »… Une nouvelle fois, le cercle vicieux s’installe.

La presse régionale a intérêt à « coller » aux inquiétudes, à rendre compte de ce que les gens disent ou pensent, pour vendre. Bien sûr, le prétexte reste toujours « d’accompagner » le déroulement des faits. En réalité, on fait tout pour que l’audience soit maximale. Et ça n’a pas loupé : la Voix du Nord, qui a multiplié les angles, qui a réalisé des vidéos, des montages sonores, aurait réalisé ses meilleurs scores sur son site web depuis le début de cette affaire. Alors que d’habitude, les médias tâchent de garder une distance par rapport à leur sujet, par rapport à ce que disent les gens, cette fois, il n’y a aucun recul : journaux, télés et radios rapportent les théories échafaudées par les uns et les autres sans les questionner. Et font ainsi l’enquête à la place de la police, qui de son côté, avance tranquillement et à aucun moment, n’effectue officiellement de lien entre les trois affaires.

Dans les premiers jours, on assiste donc surtout à une couverture très émotionnelle de l’affaire. Avec encore une fois, un feuilleton à étapes : d’abord l’angoisse qui monte dans la population, puis les recherches avec les chiens, puis la découverte d’un premier corps, puis d’un second, au moment où l’émotion culmine. C’est seulement à ce moment que la couverture médiatique redevient raisonnable. Enfin, on dispose d’éléments tangibles : les conclusions de l’autopsie. Sauf qu’il est trop tard. Elles ne rassurent personne : les policiers ont beau expliquer qu’il n’y a pas de trace de violences, qu’il y a en revanche des forts taux d’alcool et/ou de stupéfiants dans le sang, beaucoup n’y croient pas. A commencer par les proches des noyés.

On a tellement fait monter la sauce, pendant des jours, et la psychose s’est tellement elle même auto-alimentée, qu’ils ne veulent pas se rallier à l’hypothèse la plus probable : trois jeunes se sont noyés tout seuls en tombant à l’eau, bêtement, car ils avaient trop bu et ne savaient pas ce qu’ils faisaient. L’hypothèse n’est pas si idiote, simplement, elle ne correspond pas à ce qu’on leur a vendu depuis des jours et des jours. Et concrètement, il est très difficile de démontrer qu’une noyade est accidentelle : la boucle est bouclée. Comme il sera impossible de prouver que la mort n’est pas criminelle, on ne pourra pas empêcher quelqu’un d’y croire.

Mais cet état d’esprit a justement été rendu possible par une couverture médiatique globalement – il y a eu des exceptions – dépourvue de recul. Les médias ont ainsi, sans que la police y soit pour quoi que ce soit, accrédité l’idée que l’hypothèse d’un tueur en série, d’un gang de pousseurs ou d’agresseurs d’homos était possible. Il ne faut pas s’étonner, ensuite, de constater que les forums des différents médias régionaux soient envahis de réactions dubitatives et complotistes, estimant que la police « cache quelque chose », voire même que la théorie de l’accident n’a « aucun sens ».

Exemple tiré du forum de la Voix du Nord. D’après le dénommé Djoulz :

C’est une plaisanterie j’espère? Qui est ce témoin qui a vu Jean Mériadec près des berges? Ce n’était pas du tout son chemin, habitant dans le vieux Lille il aurait dû se trouver sur le trottoir d’en face, quant aux allégations disant qu’il était alcoolisé, oui d’accord, mais il était 6h30, il était parmi les derniers à partir, donc il y a de fortes chances qu’il ait arrêté de boire depuis un moment et qu’il soit redevenu à peu près conscient non? Pourquoi ce serait-il approché des berges, et surtout comment serait-il tombé? C’est pratiquement impossible.

C’est rassurant, tout de même, de savoir qu’on a dans la population des individus plus habiles et plus perspicaces que les membres de la PJ. Et que des citoyens, sans rire, osent croire en savoir plus qu’un policier qui a tout le dossier sur son bureau. J’aime particulièrement le « c’est pratiquement impossible ». Il laisse quand même une porte ouverte sur le doute. Tout le reste est pathétique.

L’idée que je me fais d’une couverture honnête, de mon côté, c’est un compte-rendu des faits qui ne laisse pas de place à l’interprétation, qui soit prudente, qui mette en doute ce qu’on nous raconte, et qui ait constamment à l’esprit cette question : dans mon article, ce que je raconte est-il indispensable à l’information du public, ou est-ce que ça ne contribue pas à affoler inutilement sans faire avancer le schmilblick? Malheureusement,dans ce milieu uniformisé et d’un conformisme absolu, il est de plus en plus difficile de résister à la tentation de violer ses propres convictions.

Personnellement, je n’habite pas le Vieux-Lille, mais je ne suis nullement affolé, et je continuerai à me balader à pieds si ça me chante. Qu’il fasse nuit ou pas. Avec une précision : je ne me saoulerai pas avant d’aller me balader au bord d’un canal.

Publicités

26 Commentaires

Classé dans Lille

26 réponses à “Disparitions à Lille : décorticage d’un naufrage médiatique

  1. S1ned

    Connaissant des étudiants habitants à Lille, et faisant la fête dans ce coin là comme des milliers d’autres étudiants, ils sont quasiment certains qu’ils avaient trop bu et ne croient pas une seconde à la thèse du sérial-killer. Mais plus grave que ce que tu décrit, certains commentateurs en sont rendu à ce point là :
    Il était temps que la PJ soit saisie de l’enquête! ça commençait à faire trop…
    Mais personne ne parle de cette autre disparition, celle de l’an dernier. Un jeune homme de 19 ans si je me souviens bien, qui avait disparu après une soirée dans un bar rue de Solfé. Il s’était disputé avec des amis et était parti en courant. On avait fini par retrouver son corps dans la Deûle plus tard. Y aurait-il un lien? Quelles avaient été les conclusions de l’enquête?

    Tout ce qu on sait est que l attente doit être épouvantable pour les proches ..
    Maintenant .. il n y a pas qu à Lille …
    A Nantes 2 étudiants ont « disparus » début décembre …

    Et de même, selon certains, il y aurait des disparitions du même type à Strasbourg, Lyon, Brest, Paris, Bordeaux et Lille bien sûr. De là à la thèse d’un maniaque démoniaque chassant l’étudiant jeune alcoolisé dans toutes les grandes villes de France, il y a des kilomètres, qu’eux franchissent en un pas. Des fous…

  2. D’autant que le Charles dont il parle se serait en fait jeté lui-même dans la Deûle d’après les conclusions de l’enquête…

  3. S1ned

    M’étonne pas. De toute façon, à se rythme là, on peut ressortir toutes les disparitions d’étudiants dans les grandes villes depuis 10 ans, et on trouvera forcément des points communs entre elles. Cet aveuglement en ce qui concerne cette affaire en devient presque malsaine, à croire qu’ils veulent à tout prix qu’il y ait un sérial killer. Sur ce point d’ailleurs, petit article:

    http://jeunessepensante.wordpress.com/2011/02/24/tueurs-en-serie-lengouement/

  4. C’est vrai qu’au départ cette coïncidence posait question, c’est naturel qu’on puisse s’interroger là-dessus. Trois disparitions similaires en quelques mois, ça fait beaucoup. Mais il y a une différence entre se poser des questions et s’emballer comme un cheval au galop 🙂

  5. Tiennvs

    Billet très interessant.

    Pour en revenir à la couverture médiatique de ces disparitions, je ne suis pas étonné du rôle de la Voix du Nord. Ce journal aime les faits divers.

  6. Lillois

    Tu critique la voix du nord parce qu’elle parle de l’affaire tu critique ceux qui donne leur avis mais dans le même temps tu publie un article de cette affaire tu donne ton avis pourquoi le tien vaudrais mieux que celui des autre enfin bref …

  7. @lillois ce type de remarque est stupide…je ne critique pas ceux qui donnent leur avis mais ceux qui le donnent à l emporte pièce sans le justifier.il ne suffit pas de donner son avis pour que ça le rende intéressant…par ailleurs ce billet a surtout pour objet d expliquer le fonctionnement des médias,pas de donner mon avis (qui n a pas d intérêt) ni de critiquer la voix du nord en particulier.

  8. Un gamin bourré qui fait l’andouille, tombe à l’eau et se noie, ça arrive.
    Trois gamins bourrés qui font l’andouille, tombent à l’eau et se noient au même endroit, endroit où ils n’ont aucune raison de se trouver, ça pose question.
    L’endroit est-il particulièrement dangereux ?
    Combien de gamins bourrés (et de vieux, et de gens pas bourrés, et de filles) se sont-ils noyés dans ce canal en 2009 ? 2008 ? 2007 ? etc…

  9. ça pose question, oui, ce qui a justifié l’ouverture d’une enquête… Maintenant, que ça signifie automatiquement existence d’un Jack l’éventreur lillois, il y a un pas qu’on peut éviter de franchir trop vite 🙂

  10. Bien sûr qu’il ne faut pas voir des serial killers partout. Même s’ils sont « à la mode ».Nénmoins, la situation est bizarre. S’il s’agit d’accidents, peut-être ne serait-il pas superflu de revoir la sécurisation des lieux…
    A la police de faire son travail (qui n’est pas de communiquer à tout va. C’est son enquête, pas la nôtre, ni celle de la presse. Si la presse veut enquêter, qu’elle le fasse. Correctement.)

  11. C’est clair que la question de la sécurisation des berges se pose, car on tombe très facilement dans ce canal… Et il est quasi impossible de s’en sortir si on en tombe même accidentellement.

    Là dessus, si la pression médiatique peut avoir servi à qq chose a posteriori, si ça pouvait être là dessus, ce serait très bien!

  12. Barry

    Tous les ans, au mois de septembre à Lille, se déroule une braderie… Tous les ans cette braderie attire plusieurs dizaines de milliers de personnes… Tous les ans, plusieurs milliers de personnes déambulent le long des berges de la Deûle… Jamais, à ma connaissance, ne sont retrouvés des dizaines de corps au fond de l’eau suite à cet événement… Je sais par contre, de source sûre, que bon nombre de bradeux pourraient justifier d’un taux d’alcoolémie bien supérieur à la normale.
    Le Chafouin, avec ses belles phrases, nous exprime une frustration. Il aurait tant aimé pouvoir mener l’enquête, pouvoir publier ses petits papiers…
    Pour progresser, choisis mieux tes sujets. Opte pour ceux dont la portée médiatique correspond à celle de ton intervention. Envoie ton CV aux magazines People et la prochaine fois, explique nous pourquoi Senna de Secret Story ne s’est finalement pas marié avec Amélie!

  13. @Barry

    C’est tellement plus simple de répondre à côté et de s’en prendre aux personnes! Mais je vais vous répondre : vous croyez vraiment que le rêve de tout journaliste est d’enquêter sur les bords de la Deûle? 🙂

    Honnêtement, il y a plus gratifiant, et il y a des enquêtes plus urgentes. Mais bon.

    Quant à votre petit couplet sur la braderie, il est hors sujet : justement, avec le monde qui passe, une personne qui tomberait dans la Deûle aurait très peu de chance de passer inaperçue. Comme quoi, on peut penser faire de l’esprit mais raconter n’importe quoi.

  14. opps'

    Vraiment désolé, même s’il y a manipulation ou exploitation , même si certains arguments sont mauvais, parce que confus , la thèse d’une série accidentelle tient plutôt mal la route.
    Je connais personnellement une amie de Thomas Docroo. L’accident est une suite d’hypothèses peu vraisemblables pour ne pas dire invraisemblables car on ne peut jurer de rien . Il en est de même pour les autres.
    Outre que quelque chose colle mal aux personnalités, aux modes de vie, à l’état physique, au degré d’ébriété dans lequel ils auraient été , il y a incohérence entre les endroits où on les a vus en dernier et ceux où on les a retrouvés, et certains trajets semblent illogiques !

    Je connais assez bien ces berges et les chemins qui les longent à ces endroits là , et même pompette , il faut tout de même vouloir tomber !
    Par ailleurs, dans aucune ville dotées de canaux ou de fleuves , on n’a pour l’instant noté une propension spéciale des étudiants fêtards et bourrés pour aller se jeter dans l’eau.

    Ainsi Thomas Ducroo qui demande expressément les clés de l’appartement d’un ami place St André , pour précisément ne pas conduire , par prudence, aurait fait un crochet de la rue Royale vers le canal , donc traversé la façade de l’esplanade, puis la pelouse arborée, pour probablement aller faire pipi et basculer dans la Deule ?

    Je dirais même donc qu’individuellement ces morts sont étranges. Et s’il s’agit d’accidents, il manque trop de choses pour qu’on puisse comprendre même comment de tels accidents ont pu se mettre en place . Mais enfin ces détails se semblent pas intéresser .

    Que les fantasmes les plus divers, les peurs et les exploitations les plus grossières se greffent là dessus, ne rajoute aucune crédibilité à la thèse à laquelle probablement la police ne peut que s’en tenir, compte tenu des éléments dont elle dispose.
    La question n’est donc pas de prétendre en savoir plus que la PJ. !
    La question est qu’un doute , substantiel, subsiste même après analyse clinique des raisons de ces décès. Ce qui est pathétique c’est de nier cela. Misère du pseudo-rationalisme !

  15. @Opps

    Je ne nie pas qu’il puisse y avoir un doute. Je ne nie pas non plus que ces noyades puissent paraître suspectes. Bien évidemment que tout cela est étrange. Vous ne croyez pas qu’en laissant l’enquête se dérouler on a plus de chances d’arriver à un résultat qu’en donnant chacun notre opinion à tort et à travers?

    Je n’ai rien contre l’expression du doute, et vos propos sont relativement mesurés, je m’en prends plutôt à ceux qui sont péremptoires et considèrent que c’est sûr, ils ont été assassinés. Restons prudents, c’est tout, et si la population peut verser là-dedans, je m’étonne juste que les médias aient pu à un moment flatter ce sentiment, au lieu de le freiner.

  16. opps'

    Oui Chafouin, on est d’accord que le décorticage de la forme est très édifiant , et qu’il dit des choses de fond … mais pas sur le fond de l’affaire elle-même.

    C’est vrai que d’un côté c’est un peu agaçant de n’entendre que « accident » . D’un autre côté … que dire d’autre en l’état.

    Mais j’imagine que le mot « accident » a comme conséquence de clôturer affaires et recherches et , ça ne doit pas être facile à entendre de la part des familles et amis des victimes, surtout quand , même si rien n’est trouvé, rien ne colle non plus.

  17. Notez bien que l’accident est la thèse privilégiée en l’état, ça ne veut pas dire que la police ne continue pas l’enquête… Toutes les hypothèses restent ouvertes.

  18. hum hum

    « Quant à votre petit couplet sur la braderie, il est hors sujet : justement, avec le monde qui passe, une personne qui tomberait dans la Deûle aurait très peu de chance de passer inaperçue. Comme quoi, on peut penser faire de l’esprit mais raconter n’importe quoi. »

    Mais justement, le fameux Charles qui s’est noyé en 2009 n’est-il pas tombé dans l’eau au moment de la braderie? Comme quoi une chute peut passer inaperçue : personne ne l’a secouru, parce que personne ne l’avait vu et l’affaire a à peine été relayée dans les médias.

    Soit.

    Vous dénoncez un engouement de la part de la presse.
    Certes, la presse s’en est donné à coeur joie pour sensibiliser la population lilloise qui s’est fait sa propre idée de l’affaire. Et c’est vrai qu’à y voir le vocabulaire utilisé, les journalistes se sont fait plaisir probablement dans le but de faire de l’audience.
    Or, votre choix de vocabulaire n’est guère plus valable. Il suffit de regarder votre titre : « Décorticage d’un naufrage médiatique »
    = la garantie d’un article à sensations? Car c’est bien cela que vous vouliez en le nommant ainsi?

    Votre article est intéressant, mais ne vaut guère mieux que tous les autres. Vous cherchez à attirer l’attention du public, vous avez juste opté pour la voie inverse en dénonçant plutôt qu’en appuyant.
    Pire, vous critiquez les journalistes pour leur manque de recul de d’impartialité alors que vous en faites tout autant, vous donnez votre opinion comme ils le font, vous avez juste le mérite de l’avoir fait avec plus de subtilité.

  19. @hum hum

    Alors comment dire… je ne recherche aucune, mais absolument aucune audience. Quant à l’attention du public : elle m’indiffère. L’analyse des faits médiatiques m’intéresse, c’est tout…

    Et non, je le répète, je ne donne pas ici mon opinion. Ce n’est pas le but de l’article : relisez-le, vous verrez bien. Ensuite, à la limite, si je donnais mon opinion, on ne pourrait pas vraiment me le reprocher : ici, c’est un blog, pas un journal. Enfin, je ne reproche pas tant aux médias d’avoir donné à l’opinion (ce n’est pas vraiment exact) mais plutôt d’avoir manqué de nuance et de prudence dans leur compte-rendu de l’inquiétude des Lillois.

    Quant à Charles, il a été retrouvé pendant la braderie mais avait disparu la semaine précédente.

  20. topaz

    mouais
    Bah tout ça est une bien triste distraction pour les spectateurs avides de sensationnel que nous faisons.
    Quant aux médias quels qu’ils soient, ils ont toujours intérêts à remplir les objectifs de leurs actionnaires (faire du fric). Pour ça le mieux c’est bien de nous vendre ce qu’on attend.

    La recherche de la vérité, l’objectivité ou la prise de distance est depuis longtemps de notre seule responsabilité.
    Alors que celui qui mythone dans son coin fasse bien ce qu’il veut.
    Moi je ne crois qu’aux actions concrètes :
    – Martine bouge ton uque et sécurise ce putain de ruisseau
    – Policier, plutôt que de faire du pognon en passant ton temps accroché à ton carnet de contraventions, veille un peu plus à la sécurité du public sur ce genre de lieu non sécurisé…

  21. sylvain

    moi ce que je veux savoir ,c’est comment des jeunes qui sont gai mais pas ivre se retrouve avec stupefiants et alcool à gogo ?
    pourquoi se sont ils rendus à l’esplanade ,pour rencontrer qui ?
    il y a trop de questions sans reponse ,je ne parle pas d’un serial killer ,mais il manque des pieces au puzzles .

  22. fabouney

    +1 topaz

    J’habites le vieux lille, à 50 mettres de la deule, et je peux vous dire, que oui, en effet, cette affaire ne nous laisse pas indifférent.
    Un nouveau corps vient d’être découvert ce mardi 27, en pleine période de bizutages d’étudiants. Certainement qu’une piste de l’accident va encore être soulevée.
    Donc comme le dit Topaz, quand va-t-on sécuriser « ce putain de ruisseau » quand il y aura eu 10 morts ? Je pense vraiment qu’il y a des mesures à prendre.
    Si une fois ces mesures prises, plus aucuns fait divers de la sorte arrivent, alors on pourra dire que ce n’était pas des accidents ?
    Bref, ce nouveau fait divers, va encore relancer la machine à suppositions et speculations.

  23. @Fabouney

    La sécurisation a débuté. Ce qui est amusant puisque la mairie a d’abord dit qu’il n’y avait aucun problème, et puis finalement, n’a rien pu faire d’autre que bouger ses fesses et s’activer.

    Sauf que les lignes de vie sont un bon début, mais n’empêcheront jamais un type saoul de tomber à l’eau. C’est un peu comme si on mettait du polystyrène le long des murs pour empêcher les gens de se cogner.

  24. fabouney

    Franchement, avec des amis on était curieux de voir le nombre de témoins potentiels à leur des drames, et de pouvoir juger de la dangerosité du lieu, en effet, non seulement il n’y a AUCUN éclairage, mais en plus personne ne peut voir quoique ce soit, si ce n’est d’entendre quelque chose à la rigueur, bien que les premiers immeubles soit assez loin.
    Ce qu’il faut c’est beaucoup plus d’échelles ou d’endroit où l’on peut remonter en cas de chute accidentelle ou non, mais aussi un éclairage sur ces échelle, pour qu’on puisse les repérer d’assez loin.
    Je trouve juste ces mesures « logique » après de telle événement, mais on a tendance à toujours tout dédramatiser, ça à le dont de m’agacer, c’est un peu comme avec le gouvernement qui prend quasi tout à légère, pour nous démontrer qu’on est un peu idiot de s’emporter comme ça, à faire grève à tout bout de champs, mais il le faut, on va pas les laisser faire leur petit bout de chemin ou encore s’engraisser en toute impunité.
    Et bien pour moi c’est la même chose avec ce genre d’affaire, c’est devenu très vite médiatisé, mais normal non ? le but étant aussi que si tueur, ou bande il y a, de les dissuader au maximum.

    Mais j’y pense, dans un excés de paranoïa, c’est peut-être toi le tueur Le chafouin, tu tentes de dissuader les gens de mener leur propre enquête, afin de pouvoir continuer ta série morbide en toute tranquillité :p

    C’EST BON LES GARS, ON LE TIENT !

  25. fabouney

    Désolé pour les fautes, en me relisant, j’ai honte 😉

  26. thomas

    Et encore un… encore des coïncidences…
    Une pensée aux familles.

Un petit commentaire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s