Ensemble, fessons le Grand Orient de France

Le Grand Orient de France, combien de divisions? On a envie de se poser la question, tant la prétention de cette institution n’a d’égale que le mépris avec lequel celle-ci s’obstine à vouloir clouer le bec de tous ceux qui ont le malheur de ne pas penser comme elle. En témoigne le dernier communiqué en date du GOF, au sujet du "mariage pour tous".

Dans la vraie vie, chacun appelle cette réforme le "mariage gay", ou le "mariage homo", mais dans les sphères où l’on réfléchit, on parle du "mariage pour tous". Sur Twitter, cela devient donc #lemariagepourtous. Cela fait égalité des droits, et puis, cela a un mérite : celui qui est contre, il va devoir expliquer pourquoi il cherche à écarter certains d’un droit qui devrait être ouvert "à tous"! Le saligaud. Le traître à la République, même, devrait-on dire!

Le Grand Orient, donc. Cette institution multiséculaire, lorsqu’elle n’est pas occupée à permettre à ses membres de se hisser sur les épaules des uns et des autres pour avancer dans l’échelle sociale, en utilisant le secret comme stratégie payante,  se permet de temps à autre de donner son avis sur la météo, le temps qui passe, la famine en Afrique, ou les grandes réformes de notre temps.

La moitié du temps, ces interventions concernent la laïcité, véritable obsession de nos maçons qui en font leur cheval de bataille numéro un. Et quand un communiqué peut épingler l’Eglise catholique, nos chers vénérables frétillent de joie. On les imagine, le sourire aux lèvres, une pâquerette entre les dents, rentrant le soir chez eux avec le sentiment du devoir accompli : "Chérie, aujourd’hui, j’ai bouffé du catho."

Décortiquons donc leur message sobrement intitulé "Projet de loi sur le mariage pour tous". Naïvement, on pourrait attendre de l’institution qu’elle nous explique en quoi ce projet est bon, qu’elle prenne part au débat, qu’elle avance des arguments, qu’elle réponde… Mais nous allons le voir : ce n’est pas ce qui intéresse le GOF.

Accroche du message :

La définition des droits de la personne ne dépend que de la volonté collective des hommes.

Wouaouh. C’est beau, c’est propre, c’est net. Si ce n’est que c’est faux. Il existe par exemple des droits imprescriptibles, inaliénables. C’est ce qu’on appelle les droits de l’Homme : la bible des francs-maçons, en principe. Ces droits ne dépendent pas de la "volonté collective des hommes". On considère que leur respect est absolu, qu’ils sont gravés dans le marbre. Que la volonté collective des hommes n’y peut rien.

Et puis, aller prétendre qu’on s’appuie sur la volonté collective des hommes, quand on voit ce qui suit dans le communiqué, est tout bonnement hilarant. Continuons.

Le Grand Orient de France condamne fermement les propos de l’Église Catholique au sujet du projet de loi sur l’ouverture du mariage civil à tous les couples qui sera présenté au Conseil des Ministres mercredi prochain.

Bonté divine! "Les" propos! On sent que cela doit être grave. D’autant qu’en plus, il ne s’agit pas de n’importe quels propos, mais de ceux-ci : "les" propos. Alors lesquels, s’interroge le lecteur impatient? Lesquels, fichtre? Lesquels?

Eh bien, mystère. La franc-maçonnerie pratique le lien, mais uniquement en loge, à l’abri des regards. Le lien hypertexte, connaît pas. Donc cher lecteur, il faudra te débrouiller. Et puis flûte, on sait tous que les propos de l’Eglise nous ramènent toujours aux heures les plus sombres! Donc, tu n’as qu’à te baisser pour ramasser. Après tout, Mgr Vingt-trois a parlé de la loi sur le #mariagepourtousetsurtoutpourlesplusgentils comme d’une "supercherie" consistant à "ne pas reconnaître la différence sexuelle". Diable! Au poteau, le curé!

Ainsi, l’évocation par le Cardinal André Vingt-Trois de "mutations profondes de notre législation qui pourraient transformer radicalement les modalités des relations fondatrices de notre société " témoigne de positions arriérées voire obscurantistes en décalage complet avec les nécessaires évolutions sociales et politiques de notre temps.

Oh, suis-je bête! En fait, il suffisait de lire la suite pour comprendre de quels propos parlait ce joli communiqué. Et là, plus de doute! Quels terribles propos de Mgr Vingt-Trois. Quelle infamie! Quelle honte. Oser dire que des "mutations profondes de notre législation pourraient transformer radicalement les modalités des relations fondatrices de notre société", c’est vraiment le signe d’un retour au Moyen Age! A l’inquisition, aux bûchers! Au secours, Voltaire, reviens! les Dominicains reviennent au grand galop…

Notons qu’à ce stade, le GOF ne démontre toujours pas quelles sont les "nécessaires évolutions politiques et sociales de notre temps" dont on cause. Que le GOF ne démontre toujours pas en quoi ces propos sont "arriérés voire obscurantistes". C ‘est d’autant plus délicieux : ces gens se croient décidément tout permis. Et en plus, ils traitent les autres d’arriérés, eux qui utilisent des rituels ésotériques pour admettre de nouveaux membres. Précisons aussi, pour s’amuser un peu, que les femmes n’ont pas accès à leur petit cénacle costumé  (je biffe ce passage qui contient une information manifestement fausse, merci aux lecteurs qui me l’ont signalée). Qui donc est obscurantiste?

Mais ne nous arrêtons pas en si bon chemin, mais poursuivons cette savoureuse lecture.

Ce projet de loi vise à assurer une reconnaissance républicaine du libre choix matrimonial des individus qui le souhaitent, au nom de l’égalité des droits.

Beau sens de la synthèse de la part du GOF. Mais aussi, bel oubli : ce projet de loi ne parle absolument pas, selon le GOF, du sort des enfants. De l’adoption. Le GOF ne s’intéresse donc pas à la liberté des enfants à avoir un père et une mère sur lesquels ils puissent compter tout au long de leur vie. Ma foi, le GOF a tranché! La liberté du plus fort, de l’adulte, est déclarée supérieure à celle de l’enfant. Banco! Il fallait juste avoir le courage de l’écrire, mes petits amis.

Au nom de la Laïcité, le Grand Orient de France rappelle que les Églises doivent se restreindre à la seule sphère spirituelle, et ne pas interférer, par des imprécations stigmatisantes et des amalgames violents et haineux, avec les légitimes débats publics et démocratiques qui président à l’évolution et au progrès des droits civils.

Si j’étais adolescent, je m’esclafferais et me fendrais d’un XPTDR. Ce qui signifie : c’est très très très drôle. Donc là, nous sommes partis dans des hauteurs insoupçonnées, pleine de volutes de crack et de cannabis réunis. Pire : on utilise des concepts. Celui de la laïcité par exemple! Alors. Prenons notre dictionnaire, pom pom pom. Cela tombe bien, quand tu tapes "laïcité" dans google, le premier choix intuitif proposé est "laïcité définition" Preuve que les gens s’interrogent sur ce point, et que le GOF n’est pas encore chargé de l’écriture du Larousse.

Donc, selon le dit dictionnaire, la laïcité est au choix, une "conception et organisation de la société fondée sur la séparation de l’Église et de l’État et qui exclut les Églises de l’exercice de tout pouvoir politique ou administratif, et, en particulier, de l’organisation de l’enseignement", ou le "caractère de ce qui est laïque, indépendant des conceptions religieuses ou partisanes".

C’est drôle, on ne trouve pas dans cette définition celle du Grand Orient, qui prétend que la laïcité doit conduire l’Eglise à ne s’exprimer que sur le religieux, le spirituel. Curieux. Peut-être est-ce parce que cette définition n’existe que dans son esprit, et consiste en une vision fondamentaliste de ce que doit être la laïcité?

Toute autorité religieuse a le droit de dire ce qu’elle veut, et tout ce qu’elle veut, dans la limite des lois, qui lui interdisent, à elle comme à tous les autres citoyens, d’injurier ou de menacer les autres, par exemple. Ce qui est interdit, c’est de confondre pouvoir politique et pouvoir religieux. Mais cela n’a jamais interdit aux Eglises de donner leur avis, n’en déplaise à nos amis francs-maçons. Et donc, cela ne lui interdit pas de participer aux "légitimes débats publics et démocratiques qui président à l’évolution et au progrès des droits civils". Une fois cet avis donné, les pouvoirs publics font ce qu’ils veulent.

Enfin, on aimerait avoir le détail des "imprécations stigmatisantes" et des "amalgames violents et haineux" auxquels l’Eglise s’est honteusement livrée, la scélérate. Je ne vois rien de tout cela par exemple dans la position d’un Xavier Lacroix, intellectuel catholique de renom. Ni dans celle d’un évêque en vue, celui de Lille, Mgr Laurent Ulrich. Vous me direz. Les "imprécations stigmatisantes" et les "amalgames violents et haineux", en réalité, je ne les vois que dans ce communiqué, qui transpire la détestation de la religion, et l’obsession de pourchasser tout ce qui a une soutane.

Ceci est d’autant plus drôle que nos amis du GOF s’abstiennent de tout commentaire sur l’essai publié par Gilles Bernheim, le Grand Rabbin de France. Il ne souffle mot de l’avis du CFCM, qui doit s’exprimer ce mardi sur le sujet, mais dont on connaît déjà la position. Il ne dit rien des déclarations univoques du président de la Fédération protestante de France (FPF), Claude Baty. Non, puisque l’ennemi, ce sont les papistes.

Au fond, si le communiqué du GOF est absolument ridicule, il est néanmoins très intéressant : il montre que dans ces sphères, on panique. Et que les arguments avancés par l’Eglise, qui sont tout sauf théologiques, mais absolument anthropologiques, portent du fruit. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si comme le montre cette étude de l’Ifop, relayée par le Huffington Post, les soutiens du mariage gay et de l’adoption reculent sondage après sondage.

N.B. Cher lecteur, ancien habitué des lieux, ne t’inquiète pas si les toiles d’araignée ont de nouveau envahi cet espace. Je me suis laissé allé à la paresse, et au manque de temps surtout, mais si je réagis aujourd’hui ici, c’est bien parce que ce blog n’est pas mort. Pas encore.

About these ads

39 Commentaires

Classé dans Chafouinage, Société

39 réponses à “Ensemble, fessons le Grand Orient de France

  1. Ah, vous vous êtes enfin remis à écrire ! En France, il y a une propension à systématiquement montrer du doigt l’Église qui est agaçante.
    Elle est bien sûr dans la logique de sa lecture des Évangiles quand elle s’oppose au mariage gay.

  2. @l’hérétique

    Eh oui… Il a fallu la bêtise du GOF pour que je m’y remette… J’espère continuer.

    A part ça, je ne pense pas que l’Eglise lise les Evangiles quand elle parle de ce sujet : pas une fois elle ne parle de foi. Elle parle uniquement d’arguments purement humains…

    @Jibitou

    Merci

  3. Béatrice

    Un grand bravo pour ce billet! Dieu sait (oups!) que je suis parfois en colère contre notre Église ( mais pas la peine d’appeler les Dominicains, ce sont mes potes…) , mais là je trouve que sa voix est ferme et mesurée à la fois: je m’évertue à dire tout autour de moi que sa position n’a strictement rien à voir avec le spirituel, que ras le bol d’être les seuls sur lesquels on peut taper sans que cela ne choque personne, que NON ce n’est pas de l’homophobie. etc… Alors oui, il y en a marre de tous ces donneurs de leçons sectaires qui méprisent ceux qui ‘osent’ ne pas être d’accord ! Bon bah voilà, je crois que je me suis un peu énervée… Encore bravo et merci pour ce billet :)

  4. René de Sévérac

    Le GODF est composé de gens tout à fait raisonnables.
    Leur attitude résulte d’un pavlovisme qu’ils semblent ignorer. Ce n’est qu’à leurs réflexes qu’on leur identifie.
    Interdire au citoyen (fut-il ensoutané) de participer au débat (et non d’imposer ses vues [ce qui serait confessionnel]) voilà ce qui les démasque !
    Notez au passage que ce type de rigueur sur la laïcité ne saurait s’adresser à des porteurs de djellaba.
    On les identifie clairement grâce à un vocabulaire stéréotypé : "imprécations stigmatisantes" ainsi que des "amalgames violents et haineux" (notez le dernier adjectif systématiquement employé lors d’une critique de l’Islam!), ou obstacle au progrès.
    Bref, ils sont dans leur rôle de destructeurs de la société chrétienne ou de ce qu’il en reste; et la novlangue est à leur service !

  5. Question

    Bonjour,
    Jean XXIII, Paul VI… Vatican II, etaient tous des PAPES Francs Maçons des très hauts degrès, donc je trouve assez drole le fait de dire que la franc maçonnerie est anti-église alors qu’elle est faite par l’église et par ses plus hauts représentant

  6. @Question

    Merci de cette très belle tranche de rire! Il faut arrêter de se piquer en lisant Da Vinci Code par contre.

  7. Question

    @ Le chafouin

    Ca vien pas du Da Vinci Code mais des écrits qu’ils ont laissé et aussi du simple fait que Paul 6 portait une Tiare avec 4 cercles qui representaient de bas en haut:

    La première représente le Pouvoir Politique
    La deuxième représente le Pouvoir Monétaire
    La troisième représente le Pouvoir Religieux
    La quatrième qui n’existe que depuis Paul VI,représente la Franc-maçonnerie

    Et pour Info
    Paul VI est le seul à avoir porté une Tiare à quatre couronnes, tous les autres en avaient seulement trois. Elle est ea seule aussi à avoir porté le
    titre de "VICARIUS FILII DEl", il est également un des seuls Papes qui ai été courronné

    Vous me direz que ce titre n’a jamais été donné aux Papes donc:

    une phrase du latin du Donation de Constantine. Ce papier a été confirmé par le conseil d’église, incorporé dans la loi de canon Catholique Romaine par Gratian, plus tard endossé par le Pape Gregory XIII; et cité par le lettré et l’historien Lucius Ferraris Catholique, qui a prouvé qu’il est un document forgé.
    Ut sicut Beatus Petrus in terris Vicarius Filii Dei fuit constitutus, ita et Pontifices eius successores in terris principatus potestatem amplius, quam terrenae imperialis nostrae serenitatis mansuetudo haber videtur" Lucius Ferraris, Prompta Biblietheca, (edition of 1890), art, "Papa," II, Vol. VI, p. 43.

    Un journal catholique a répondu que ces mots latins sont inscrits sur les headdress du pape.

    " les lettres inscrites dans les mitres du pape sont ces ‘VICARIUS FILII DEI’. qui sont le latin pour le ‘ CURÉ DU FILS D’UN DIEU. ‘ Les catholiques soutiennent que l’église, qui est une société visible, doit avoir une tête visible. Le Christ, avant son ascension dans le ciel, désigné rue Peter à l’acte en tant que son représentatif… Par conséquent à l’évêque de Rome, comme tête de l’église, a été donné le titre, ‘ CURÉ DU CHRIST ‘.

    Et le meilleur pou la fin:

    Certains ont douté qu’un tel titre est, ou ont jamais été, assigné la tête de l’église catholique. Ce sujet est d’importance majeure parce que c’est un de plusieurs traits d’ identification de l’organisation que la bible nous avertit explicitement. Lisons l’indice de Dieu de la bible catholique de Douay: Voici la sagesse. Il qui a la compréhension, l’a laissé calculent le nombre de la bête, parce que c’est le nombre d’un homme; et son nombre est six cents et sixty-six (Apocalypse 13:16, Douay).

  8. Question

    je vins de relire dsl pour les fautes de frappes et de lexiques

  9. Yaob

    Juste un truc, le GODF est mixte depuis quelques années donc ligne à corriger

  10. cilia

    Excellent billet mon cher chaf’!

    Il n’y aurait même rien à ajouter. Mais sur un blog, du coup, c’est ballot.

    Développons donc un chouia et notons que tu mets le doigt en plein dessus quand tu parles de panique.
    Les arguments des ‘antis’ se construisent, s’élaborent, s’enrichissent essentiellement de réflexions sur la bienveillance naturelle, anthropologique en l’occurrence, pour la descendance, les enfants, et traitent donc, de fait, d’un sujet distinct ; lié, induit, mais distinct.

    Et que les ‘antis’ s’octroient le droit de réfléchir sur ce sujet distinct fait paniquer les ‘pros’.
    Ils devaient penser que les bornes qu’ils avaient fixées suffiraient à délimiter le champ de réflexion de tout un chacun.
    Seulement voilà … la pensée humaine est potentiellement profondément libre !
    Les ‘pros’ ne semblaient pas s’y attendre…

    Autre point remarquable, pour ce qui me concerne : la preuve que la réflexion s’affûte grâce au débat, y compris face à des arguments perçus comme foireux.
    Tu ne cites pas dans ton billet certaines premières réactions de religieux cathos annonçant la prochaine légalisation de l’inceste et de la polygamie en cas d’adoption d’une loi pour le mariage homosexuel.
    Je te comprends, tu n’es pas maso, et tu mets en avant, dans tes liens, ce qui est le plus réfléchi, le plus sage, le plus universel. Normal.

    Et pourtant ! Et pourtant …
    Je ne parle là que de moi, mais si, au moment où j’ai entendu cet argument de la polygamie, j’ai levé les yeux au ciel, le temps passant, je me suis rappelée qu’il n’y a que quelques dizaines de mois, un petit bout de terre de l’océan indien est pleinement devenu département français, notamment en acceptant, à la majorité, de renoncer à la polygamie ancestrale.

    Eh ben , à la réflexion, je serais un(e) Mahorais(e) qui a encore en travers de la gorge d’avoir dû renoncer à la polygamie, je l’attendrais avec impatience cette loi pour le mariage pour tous. Et une fois adoptée, pas bête, je prendrais bien soin d’équilibrer mes réclamations pour l’acceptation égalitaire de la polygamie par celles pour l’acceptation de la polyandrie …
    (bon, d’accord, je suis un peu dans la théorie … n’empêche !)

  11. Yaob

    Cela n’étonne personne cette soudaine passion pour l’anthropologie de la part de ceux qui ont condamné et condamnent encore (pour certains) Darwin ?

  12. "Non, puisque l’ennemi, ce sont les papistes."
    Le Christ a dit que nous serions persécutés à cause de lui et nous a prédit tout un tas de tracasserie.
    Le fait que seule l’Eglise Catholique subisse ces tracasseries de nos jours me tends à dire que cela prouve qu’elle est effectivement la seule dans laquelle Eglise du Christ subsiste intégralement.

  13. Hugues F

    Bravo pour ce décorticage sémantique

  14. Yogi

    Bonjour !

    Je passerai sur les singeries franc-maçonniques et le débat sur le mariage pour relever que, selon moi, les "Droits de l’Homme" relèvent bien en effet de la "volonté collective des hommes" : il s’agit bien d’une invention humaine, qui a cours dans certaines sociétés et pas dans d’autres, qui fonde les systèmes politiques et la vision du monde de ces sociétés, et je ne vois guère d’où pourraient émaner ces principes si ce n’est de l’esprit humain et du "contrat social" élaboré par chaque collectivité.

  15. Vous auriez pu être plus percutant : Quand le texte du GO dit : "La définition des droits de la personne ne dépend que de la volonté collective des hommes." vous auriez pu évoquer l’Allemagne des années trente où le parti nazi, régulièrement venu au pouvoir , expression de la volonté collective de peuple allemand, avait décidé que les juifs ne devaient pas bénéficier des droits de la personne.
    Je vous renvoie par ailleurs à l’admirable lettre de Jules Ferry aux instituteurs qui contient une définition de la morale laïque aux antipodes de celle que défendent ces messieurs, qui ne relisent apparemment plus beaucoup leurs classiques (voyez sur Google : Jules Ferry – lettre aux instituteurs ). RH

  16. très bon article, rien à dire, merci !

  17. Patron de pme

    Je ne serai pas aussi prolixe, beaucoup plus cru et rejoindrai la philosophie de Dassault : si tout le monde s’enfile et que cela devient la référence qui sera là pour en témoigner dans 2 génération ?

  18. @Patron de PME

    Cela me semble un peu hors sujet. Il ne s’agit pas pour le gouvernement d’ériger l’homosexualité en référence. Restons sérieux!

    @Hureaux

    Tout à fait. Quand on me parle de "volonté collective des hommes", j’ai peur. La théorie des droits de l’homme postule que ces droits sont inhérents à l’humanité, qu’ils sont en quelque sorte absolus, qu’on ne peut y toucher et qu’ils préexistent donc en quelque sorte à leur découverte et à leur instauration. Je suis d’ailleurs d’accord avec cette conception des choses : je crois très profondément que des droits et des devoirs sont ancrés dans le coeur humain. Je pense profondément que la loi naturelle s’impose à l’homme.

    En revanche, le reste, l’organisation de la vie en société, dépend de la décision collective, non pas des hommes, mais de partis au pouvoir, influencés par des lobbies. On sait par exemple que le mariage gay va sûrement passer, parce que rien ne s’y oppose. Alors que le droit de vote des étrangers va passer à la trappe, seulement parce qu’il faut une majorité qualifiée pour modifier la constitution, et que le gouvernement ne l’a pas… Bref, tout ceci est une vaste blague et cett ehistoire de "volonté collective des hommes" est ridicule. Et quand bien même elle existerait, je ne vois pas pourquoi on écarterait de la discussion tout un pan de la société, les religieux!

    @Yogi

    Je vous ai répondu en même temps qu’à Hureaux…

    @BL28

    Je pense surtout que la France étant un pays de tradition catholique, le discours du clergé est naturellement plus écouté et a plus d’influence que les arguments des musulmans, des protestants ou des juifs… Il est donc assez naturel qu’on tape sur l’Eglise et pas sur les Juifs…

    @Yaob

    Je ne vois pas le rapport… Darwin, c’est de l’anthropologie?

    Cela dit vous avez raison sur le GOF et la mixité, j’avais loupé un épisode. Je corrrige! Merci de l’avoir signalé.

    @Cilia

    "Eh ben , à la réflexion, je serais un(e) Mahorais(e) qui a encore en travers de la gorge d’avoir dû renoncer à la polygamie, je l’attendrais avec impatience cette loi pour le mariage pour tous."

    En fait, je n’ai pas cité le cardinal Barbarin mais je n’ai rien à redire à ce qu’il a pu dire, si ce n’est la forme. Sur le fond, si on considère que l’argument, c’est l’amour, il n’y a en effet pas de raison d’interdire à une soeur d’épouser son frère ou à une femme d’épouser deux hommes (ou inversement). Aucune raison! Enfin si : ça nous choquerait. Mais de la même façon que le mariage gay choquait toute la société il y a trente ans. Bref : ce hiatus montre bien que les arguments sur l’amour sont pipeau. Et ta réflexion sur les Mahorais sont très justes…

    Et de la même façon, un couple d’hommes qui ne pourra avoir recours à la gestation pour autrui sera discriminé par rapport aux femmes qui pourront utiliser la procréation médicalement assistée!

    @Question

    Euh… Non, rien.

  19. Barbara

    Excellent texte, et en plus on se paie une tranche de rigolade avec le dénommé Question. Si jamais il réapparaît, pourriez-vous lui demander les dates de règne de Vatican II, qui selon lui est un pape ?
    Le pape vicaire du Christ, ça prouve qu’il est franc-maçon… Quand on sait que la plupart des loges sont fondamentalement athées et cherchent à détruire le christianisme, ça ne manque pas de sel.
    Et François Hollande président normal ça prouve qu’il est une femme à la solde de la CIA sans doute ?

  20. Ah oui, le pape Vatican II reste mon meilleur éclat de rire de ces quinze derniers jours, sans contestation possible!

  21. Yogi

    @ chafouin : Certes, la théorie des droits de l’homme postule que ces droits sont inhérents à l’humanité, absolus, et qu’on ne peut y toucher. De même, les "droits" humains vus par les pharaons étaient inhérents à l’humanité, absolus, évidents et incontestables, et étaient pourtant fort différents des nôtres.

    Pourquoi ? Parce qu’à chaque fois ces "droits" traduisent "volonté collective" et sont l’expression du consensus philosophique, spirituel et moral du moment.

  22. Ping : Ce n’est qu’un début… continuons le débat ! « Thomas More

  23. doumet

    Bon, tout d’abord merci pour ce billet. l’inquiétude des FM est toujours une bonne chose.

    Je commence par une révélation un peu choc, j’ai été FM pendant près de 15 ans. Bon, c’était pas au GO, sinon, cela aurait sans doute un peu coincé aux entournures, vu que je suis (au présent, contrairement à ce qui concerne la FM) catholique depuis l’âge de 3 mois. J’ai été entraîné là dedans (la FM, s’entend) par quelqu’un qui me voulait du bien, et qui percevait cette association, strictement masculine à l’époque, comme un endroit où l’on pouvait grandir spirituellement.

    Sur la "gender orientation" de la FM, disons clairement que les rituels qui n’ont pas été bidouillé ces 20 dernières années, aucune ambiguïté possible, pas de femmes dans les loges. C’est ce qui a conduit notamment à la fondation de la Grande Loge Féminine de France ! et comme cela fait quelque temps que je ne fréquente plus ces "cercles", je n’étais même pas au courant que le GO avait, sur ce point aussi, retourné sa veste.

    Le problème de la FM, c’est qu’au départ, cela a été fondé en 1717 (je passe sur les origines dites "opératives", environ un siècle plus tôt, où il s’agissait alors plutôt d’une association professionnelle) par des protestants qui voyaient dans la liberté d’expression des loges une possibilité de parler un peu plus librement que ce qui était admis par les politiques de l’époque. Mais nombre d’entre eux étaient pasteurs. Et quand il fallut écrire les constitutions de cette organisation, on confia cette tâche au pasteur Anderson qui y écrivit notamment, en 1723, que l’on ne devait admettre en loge "ni l’athée stupide ni le libertin irréligieux", ce qui signifiait bien sûr pour lui qu’un athée était forcément stupide et un libertin forcément irréligieux, puisqu’ils refusaient de se soumettre à Dieu. Bien entendu, la "traduction" de ce message par le GO d’aujourd’hui, c’est qu’un athée qui veut devenir FM ne peut pas être stupide, il est donc le bienvenu.

    Enfin, le sens des "vrais" rituels maçonniques a toujours été de travailler sur soi. L’un des livres que j’avais acheté à l’époque, "la voie du FM", décrit merveilleusement bien ce qui s’est alors passé: comme c’est difficile de travailler sur soi, on a modifié les rituels, pour ne plus avoir à le faire! L’interdiction stricte de parler de religion (pour ne pas diviser catholiques et protestants, étant alors clairement entendu qu’il fallait être chrétien, le christianisme étant désigné sous le titre de "religion sur laquelle tous s’accordent"…) et de politique n’a pas alors simplement été adoucie, elle a carrément été inversée. Et les serments prêtés par les FM, au lieu d’être prêtés sur la Bible (ouverte soit au livre des Rois, aux chapitres décrivant la construction du temple, soit sur l’évangile de Jean) ont alors été prêtés sur le code civil, sur un livre blanc,…

    Le XIXe siècle est passé par là, avec la IIIème république, et, clairement, le GO est devenu anticlérical. Comme c’est une "institution" française, cela voulait dire anticatholique, quitte à favoriser les autres juste parce qu’ils sont potentiellement anticatholique aussi. Ceci dit, les FM du début du XXe étaient aussi assez violemment antisémite, mais il semblerait que ceux d’aujourd’hui aient un peu oublié cette page de leur histoire. Au point effectivement, comme signalé dans l’article, ils tapent sur Mgr Vingt-Trois, qui ne dit rien des évangiles mais ne disent rien du Grand Rabbin de France, qui dit beaucoup sur la Genèse…

    Restons laïc, donc, selon la définition d’exclure du débat toute personne à caractère religieux ou PARTISAN ? Le GO serait alors clairement le premier exclu.

    Moi qui suis catho, je dois dire que je suis un peu scandalisé par certaines pratique de cette laïcité. Aujourd’hui, un prêtre ne peut pas être enseignant. Pour la philo, ça peut se comprendre, mais serait-ce vraiment différent, du point de vue de la laïcité s’entend, que d’avoir un prof FM? ou athée militant (ce qui a été mon cas en terminale) ? Mais pour les maths? Quelle est la justification ?

    Je me rends compte que mon propos est assez confus, en fin de compte, mais rien à voir avec Question, je n’ai pas utilisé Google Translate pour recopier des pages de propagande.

    Ce que j’aimerais, c’est que vous sachiez qu’il reste dans la FM des hommes de bonne volonté; qu’ils sont égarés, pas encore perdus; que dans certaines loges, certains reçoivent l’incitation de leurs frères de lire la Bible.

    Je commençais en disant que l’inquiétude des FM est toujours une bonne chose : c’est peut-être une des rares occasions où ils pourraient arriver à se remettre en cause…

    En un mot comme en cent: en tant que citoyens, luttez contre eux; en tant que chrétiens, priez pour eux.

  24. oscar

    @ Yogi
    Donc il n’y a pas de droits de l’homme, il n’y a que les droits de l’homme de telle époque et de tel pays.
    Donc si de tels droits de l’homme sont définis par la majorité et le consensus, Hitler aurait pu signer une "Déclaration des droits de l’homme hitlérien", en y incluant Mein Kampf.

  25. @Yogi

    Pardon je n’avais pas vu votre réponse… Ben pas mieux qu’Oscar. Soit on croit à une loi naturelle, soi on n’y croit pas. Mais elle ne peut pas "changer" en fonction de l’air du temps ou de la pseudo "volonté collective des hommes". Pour moi, celle-ci ne fait que "révéler" ces droits.

    @doumet

    Je ne vous prends pas du tout pour un troll, merci bcp pour votre témoignage qui est tout à fait pertinent et très intéressant…

  26. Yogi

    @ oscar : Tout à fait.

    @ le chafouin : Bah tous les peuples ont mis des significations différentes derrière leur notion de "loi naturelle", et il me paraîtrait bien présomptueux de penser que la nôtre serait plus légitimement "naturelle" que la leur.

    J’adhère totalement à la notion d’égalité entre les êtres humains, mais il est bien clair que c’est une pure convention. Par définition une "loi" est l’émanation d’un esprit, et est donc une construction humaine. Il n’y a pas de "loi naturelle" mais des hommes qui interprètent la nature à leur manière.

  27. Yogi

    Plus précisément, une loi mathématique (et sans doute physique) se découvre et préexiste à l’esprit humain. Une loi sociale, un "droit" est une construction culturelle qui n’a rien de "naturel".

  28. oscar

    @Yogi
    Mais ne pourrait-il y avoir, de la même manière que les lois physiques préexistent à l’esprit humain, une loi naturelle du même ordre ? Doit-on écarter cette possibilité a priori ? Cela me semble hasardeux. Et ce qui est intéressant c’est que vous dites "par définition une loi est l’émanation d’un esprit et est donc une construction humaine", tout en reconnaissant l’existence de lois mathématiques immuables…

    D’autant qu’il y a certains actes qui paraissent mauvais, ou bons, à tous les hommes, sous toutes les latitudes, à toutes les époques. Tuer un innocent, par exemple. Evidemment, il faudrait nuancer, ce n’est pas aussi simple que ça, mais je pense qu’on peut reconnaître que, en gros, tous les hommes ont toujours pensé qu’il était mauvais de tuer un innocent. Et je crois que l’on pourrait trouver d’autres exemples. Ne peut-on trouver là une trace d’une loi naturelle préexistante et indépendante d’un consensus ponctuel et évolutif ?

    Et n’y a-t-il pas quelque chose de révoltant à penser que, si la majorité grave dans le marbre de la loi qu’il est bon de supprimer telle classe de la population, cela est une vraie loi ?

  29. Yogi

    @ oscar : Intéressante question.

    Il me semble qu’il y a déjà ambigüité sur les mots : les "lois" mathématiques ou physiques décrivent des propriétés d’objets ou des règles qui préexistent à l’esprit humain et qui sont indépendantes de lui, là où les "lois" sociales sont posées par l’homme pour instituer des règles là où elles lui paraissent nécessaires car justement manquantes.

    Mais ces "lois" sociales très variables sont-elles fondées sur des "principes" immuables ? Oui et non. De par sa nature l’homme est un animal social, dont le milieu naturel est "le groupe" (et non "la savane" ou "la jungle") et qui ne peut survivre qu’en groupe. Ceci requiert que quelques principes de base tels que empathie, collaboration, équité, … soient un minimum respectés pour que le groupe fonctionne. Ces principes nécessaires à la survie sont alors entretenus et renforcés par l’évolution, et sont formalisés comme des "principes moraux", que l’on retrouve chez tous les peuples et dans toutes les cultures, mais aussi chez les mammifères sociaux et les primates.

    Le passage de ces "principes naturels" à la loi me semble beaucoup dépendre de la notion de "groupe" au sein duquel ces principes seront (plus ou moins) respectés : famille seulement ou parentèle, tribu, ethnie, race, … ? Le cercle d’application de ces principes augmente avec ce que l’on appelle habituellement le "progrès civilisationnel", mais j’y vois un effet culturel et non plus naturel.

    Une "Déclaration des droits de l’homme" doit-elle couvrir "la famille royale", "le citoyen athénien", "l’homme aryen" ou "l’être humain" ? On est là dans la culture et non plus dans la nature.

  30. cilia

    Yogi,

    Mais précisément !

    L’évolution de notre rapport à l’homosexualité se traduit déjà en droits.
    Par exemple, il y a bel et bien consensus moral à ce qu’aucun juge des affaires familiales ne traite différemment les droits d’un père ou d’une mère passé d’une pratique hétéro à une pratique homosexuelle.
    Il y a bel et bien un consensus autour du PACS, et même une bienveillance répandue pour son amélioration si besoin est.

    Tout ceci sanctionne notre volonté collective quant à l’organisation de la société hic et nunc.

    Au contraire, quand il s’agit de PMA, il ne s’agit plus seulement de volonté collective mais de la prise en compte d’une loi préexistante à l’esprit humain :
    deux mâles ou deux femelles ne se reproduisent pas ensemble. Humains ou pas.

    Nous ne sommes plus là dans le domaine de l’interprétation.

    Et le fait que nous (anti et pro) argumentions souvent avec les conséquences que cette loi naturelle, ‘ ante-humaine’, a sur notre quotidien, nos coutumes, nos civilisations bien humains et bien actuels, ne peut occulter la réalité de la nature.

    Nos rapports humains sociétaux sont le fruit de cette loi de la nature, ils n’en sont pas l’arbre !

  31. Yogi

    @ cilia : La référence littérale à "la nature" me paraît une impasse. Deux mâles ou deux femelles ne se reproduisent pas ensemble, mais peuvent très bien élever un petit ensemble. Par ailleurs à l’état naturel l’homme ne vole pas, ne va pas sur la lune, ne sait pas traiter la stérilité humaine ni soigner la variole. Alors quoi ?

  32. cilia

    Yogi,

    Pouvons-nous nous accorder, vous et moi, sur le fait qu’élever un enfant qui existe et concevoir un enfant qui n’existe qu’à l’état de projet mais sera une vraie personne si le projet aboutit sont deux situations distinctes ?

    D’autre part, pouvons-nous nous accorder sur le fait que si demain, je suis blessée et bénéficie d’une transfusion sanguine d’un ou plusieurs donneurs anonymes, cette situation est franchement distincte d’une autre où je serais inséminée d’une gamète mâle anonyme et donnerais naissance à un enfant, être à part entière, distinct, autre que moi ?

    Confondre l’outil avec la capacité me semble une erreur essentielle de raisonnement.
    Pour vous reprendre, nous ne savons pas voler.
    Je ne prétends pas qu’il est contre nature de vivre les sensations exceptionnelles d’un vol en parapente par exemple, mais je prétends qu’il serait absurde d’en déduire que la norme humaine devrait inclure la capacité naturelle de voler et que par voie de conséquence, il faudrait revoir toutes nos conceptions les plus réalistes, instinctives, ataviques pour coller à cette fausse réalité.

    J’ajouterai même que cela s’apparenterait à une croyance. Je sais pourtant que ce n’est pas votre mode de réflexion…

    Pour finir, si vous condamnez les lois en ce qu’elles ne sont qu’une émanation très subjective et circonstancielle de l’esprit humain, mais que vous condamnez également la référence à la nature préexistante comme impasse, quel chemin légitime vous autorisez-nous à emprunter pour raisonner ?

  33. Yogi

    @ cilia : Je demande juste que les opposants expriment des arguments qui se tiennent. Et depuis l’invention du feu, l’argument "c’est pas naturel" n’a plus de valeur. Ça commence quand même à dater.

    Qu’ils disent "je veux interdire les avions parce que je pense que voler c’est dangereux", et qu’ils argumentent, et pas "je veux interdire les avions parce que voler c’est pas naturel" ni "voler ça va détruire notre civilisation de piétons" et non plus "le fait que des gens prennent l’avion ça va modifier mon droit de marcher".

    Je ne condamne pas les lois parce qu’elles sont subjectives, je souhaite juste que ceux qui s’imaginent que leurs croyances personnelles sont absolues, évidentes et "naturelles" pour l’unique raison que ce sont leurs croyances personnelles, prennent conscience de cette subjectivité.

    Sur le fond, je ne sais pas trop quoi penser de l’adoption homo. Comme on ne peut pas empêcher que certains homosexuels aient des enfants (en dehors de leur couple évidemment), et à supposer que ce soit effectivement "dangereux", est-ce que pénaliser cette situation arrange le problème ? Est-ce que mettre les parents en taule ou leur rendre la vie impossible va améliorer le sort du gamin ?

  34. oscar

    @ Yogi
    Je crois que nous n’entendons pas la même chose avec le mot de nature.
    En évoquant le terme de nature humaine, je ne signifie absolument pas l’état de nature, l’homme à l’état "naturel", qui effectivement ne va pas sur la lune…La nature de l’homme, c’est son essence on pourrait dire ; vous dites "animal social" et je suis plutôt d’accord (je rajouterai "raisonnable"). Si aller sur la lune est contraire à l’état naturel de l’homme, à son état de nature, ce n’est absolument pas contraire à sa nature d’animal social.

    Pour moi, les droits de l’homme ne sont que la conséquence logique, le déroulement et le développement de cette nature humaine (il faudrait les reprendre un par un pour le montrer pour chaque mais ce serait sans doute un peu long…).
    D’autre part, les lois mathématiques préexistent à l’esprit humain, sans doute, mais non aux objets mathématiques qu’elles régulent. Il en va de même pour les lois humaines ; à la différence près qu’une pierre n’est pas capable d’évolution, et que l’homme si ; que sa conscience s’éveille progressivement ; que certaines choses qu’on ne saisissait pas autrefois nous apparaissent aujourd’hui plus clairement ; ainsi de l’interdiction du meurtre, qui s’est généralisée, développée, éclairée, jusqu’à aboutir à l’abolition de la peine de mort. Je pense que le fruit était déjà dans la graine.

    Et donc je pense que l’argument "c’est pas naturel" est tout à fait défendable, si l’on ne pense pas la nature de l’homme comme l’homme naturel. Pour résumer très vite : l’homme est un animal social raisonnable, donc il va sur la lune (ça correspond à sa nature), et donc il ne peut admettre le mariage et l’adoption des couples homosexuels (ça ne correspond pas à sa nature).

  35. @Yogi

    Pour revenir au fond du débat initial (même si vos digressions sont tout à fait intéressantes), je dirais qu’on ne peut pas à la fois venir nous dire que les lois sont le fruit de "la définition des droits dépend de la volonté collective des hommes", et postuler (comme le fait sûrement le GOF) qu’il existe des droits de l’homme imprescriptibles et supérieurs au reste. Je crois à cette deuxième proposition, mais je la trouve incompatible avec la première. Car si la volonté collective dit des âneries, ce sont des âneries. Et dieu sait si la volonté collective des hommes est capable du pire.

    Cela dit, il ne faut pas accorder trop d’importance à ce passage de mon billet. C’est accessoire par rapport au reste, à l’essentiel, qui est que le GOF veut exclure certains hommes de cette volonté collective. Ceux qui ne pensent pas comme le GOF, par exemple.

  36. Yogi

    @ oscar : Je crois surtout qu’on a tôt fait de s’approprier la "nature humaine" ou "l’essence de l’Homme" pour appuyer ses orientations propres, alors qu’à part quelques principes très génériques celle-ci me paraît bien difficile à cerner.

    Ainsi on pourrait sans doute arguer que le clonage, ou la fabrication d’un être à partir de gamètes de géniteurs du même sexe, seraient véritablement "contraires à la nature humaine", alors que la capacité à adopter et éduquer un enfant me paraît très culturelle, et a connu et connaîtra sans doute bien des versions.

    Il est bien sûr hors de propos de véritablement faire croire à un enfant que ses parents "biologiques" seraient de même sexe, mais je doute que ce soit l’ambition des couples homosexuels. En effet, "on ne ment pas aux enfants". Mais dans ce cas vous conviendrez que toutes les religions du monde (sauf la vôtre, par définition), mentent à leurs enfants, alors par où faut-il commencer ?

    @ le chafouin : En effet, si le GOF estime qu’il existe des lois "imprescriptibles et supérieures au reste", il nage en pleine contradiction.

  37. oscar

    @ Yogi
    "Je crois surtout qu’on a tôt fait de s’approprier la « nature humaine » ou « l’essence de l’Homme » pour appuyer ses orientations propres, alors qu’à part quelques principes très génériques celle-ci me paraît bien difficile à cerner" : pour moi toute démarche qui s’appuie sur l’argument de la nature humaine doit pouvoir justifier ses dires. C’est ce que s’efforce de faire les opposants au "mariage pour tous". Le tout n’est pas de revendiquer la nature humaine, mais de montrer en quoi telle ou telle attitude n’est pas en accord avec elle, voir s’y oppose frontalement.

    Par où commencer ? Sans doute par ne pas créer une situation de trouble en plus pour les enfants…

  38. marie66

    MONSIEUR LE PROCUREUR ,

    Enseignante titulaire ,je viens porter plainte et vous relater les faits suivants .Malgré une dizaine de plaintes pour violences avec itt ,menaces de mort attestées par témoins et implication dans affaires de stupéfiants tout est classé sans suite en 2000.2003 Je subis violences et tortures physiques morales de la part d’un repris de justice,d’un époux trés fortuné et franc maçon et d’un avocat de sos papa et franc maçon .LA JUSTICE ne donne pas suite et je suis convoquée dans une brigade où un opj suite aux courriers au procureur de l’époque me dit que je ne peux accuser un avocat franc maçon ,que la garde de mes enfants allait m’ etre retirée,il brandissait mon courrier retourné du procureur avec dessus un triangle .J’AI COMPRIS QUE J’ETAIS IMPUISSANTE.
    .Tous les papiers signés par mon époux millionnaire sont signés avec les 3 points quand ils sont destinés à la justice.voir pieces ci jointes.L’Amitié fraternité entre M et son client font que le client richissime voir ci joint se targue d’aide juridictionnelle .EN 2006 ,je subis malgré des preuves accablantes un divorce pour faute à la cour d’appel de montpellier.Je peux prouver l’escroquerie judiciaire. Cela se passe ainsi ,mon dossier prouve noir la cour dit blanc.et je perds.
    J’ai entendu des conversations entre M,Pt et P Ça parlait de drogue ,de cassettes des gosses .JE les ai faites ecouter aux gendarmes.MORTE DE PEUR J’AI LAISSÉ FAIRE PUISQUE LA JUSTICE ETAIT COMPLICE.J’ai meme montré des relevés bancaires avec d’enomes mouvements d’argent tres nombreux.J’ai toutes les preuves en lieux surs et 30 personnes ont les doubles et savent où le dossier se trouve si vous aussi vous etes complice.Mes enfants sont adultes maintenant et peuvent témoigner de certaines choses vues.

    BON TOUT ÇA C’ETAIT IL Y A LONGTEMPS……BEN NON ÇA CONTINUE .En appel toujours demandé par ex mari,malgré rapport expert voir ci joint j’ai été condamné a payer 45 MILLE EUROS .Je demande la cassation l’avocat de PARIS me répond pas possible une fois les délais passés.Mon ex mari a des avocats aussi sur PARIS
    consciente de la gravité de mes propos ,je suis en mesure de démontrer tout ce que je dis .des gendarmes et des gens de lois ,et des francs maçons non corrompus m’ont aidés .Tous ne sont pas pourris.

Un petit commentaire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s