Archives de Tag: Second Life

La réponse surréaliste de Second Life à Familles de France

La réponse de Linden Lab, le groupe américain gérant le monde virtuel Second Life, n’aura pas traîné après les attaques de Familles de France, affirmant que ce jeu ne protège pas suffisamment les mineurs de la pornographie ou des jeux d’argent.

La riposte est claire, simple et sans appel et a pris en France la forme d’une dépêche AFP publiée hier après-midi : « Un porte-parole de Linden a indiqué que la société californienne n’avait pas été contactée par l’association et ne pouvait pas ainsi répondre spécifiquement. Mais « de toutes les manières, Second Life est une plate-forme strictement pour les adultes (18 ans et plus), et Linden Lab instaure des règles sévères pour empêcher l’accès aux mineurs », a souligné le groupe. »

Il suffit pourtant de quelques minutes à peine pour s’inscrire à Second Life, télécharger le logiciel adéquat et commencer à errer dans ce monde virtuel. Certes, la page d’accueil du site spécifie qu’il est totalement interdit aux mineurs. Mais n’importe quel malin maîtrisant un tant soit peu internet peut saisir une date de naissance erronée…

La réponse de Linden Lab paraît donc d’avantage influencée par la pratique de la langue de bois chère à ce sacré Jean-François Copé que par une réelle volonté de désamorcer les critiques. Il faudra peut-être d’avantage pour convaincre du caractère inoffensif de Second Life?

Poster un commentaire

Classé dans Société

Est-il réactionnaire de vouloir filtrer l’accès à Second Life?

Difficile d’aborder ce sujet de façon plus brillante que celle de Toréador, dont la pique, le paso-doble, sonne comme un terrible coup de poing dans l’estomac de Versac, qui n’en demandait certes pas tant.

L’association Familles de France, comme le racontait déjà Libé dans son édition de vendredi, attaque le site Second Life, ce monde virtuel dans lequel se meuvent des tas d’internautes blasés de la vie au point de s’en inventer une autre (six millions de personnes, selon l’association, sept millions selon Libé). Certains y gagnent de l’argent, d’autres y mènent leur campagne électorale. Il y a là des manifestations, des rencontres, des coups de foudre en puissance, qui sait. Mais là n’est pas le débat.

Ce qui irrite Familles de France, c’est ceci : « De véritables photos et vidéos pornographiques en libre accès placardent certaines régions. Les utilisateurs ont la possibilité de mimer des rapports sexuels, allant même jusqu’à des scènes de viol, de bondage, de zoophilie et de scatophilie. Des passerelles entre l’univers virtuel et des sites internet de pornographie permettent à l’utilisateur d’être redirigé rapidement ».

Or le code pénal interdit que des images pornographiques soient visibles par des mineurs (règle régulièrement violée, en toute impunité, par la plupart des tabacs-presse). Familles de France, qui fustige également les publicités pour le tabac, l’alcool et les jeux d’argent, réclame donc « des mesures techniques efficaces de protection afin que des contrôles soient mis en place pour empêcher l’accès à ces dérives par les mineurs », et en attendant, rapporte Libération, « que l’on débranche l’accès à  Second Life, privant du jeu, plusieurs centaines de milliers de français ». Un tel filtrage s’apparente en effet à une mission impossible : «Le filtrage est infaisable. Tout ce qu’on sait faire, c’est interdire l’accès à tous les sites d’un hébergeur», explique dans le quotidien le président de l’AFA (association des fournisseurs d’accès).

Mais comme le souligne Toréador, pour qui Second Life est un « espace de diffusion qui peut devenir un lieu de transmission de valeurs négatives », où l’« on passe de l’amoral à l’antimoral », cette initiative vaut-elle l’ironie, le « ils n’ont vraiment rien d’autre à foutre » de Versac? La question, en fait, se pose en ces termes : Faut-il accepter qu’internet devienne une zone de non-droit, sous prétexte que les lois y sont plus difficilement applicables?

Mise à jour du 5 juin : pour une analyse radicalement différente, ne pas hésiter à consulter ce texte de Novovision, qui met le doigt sur une autre face du débat : la paresse de la presse sur ce genre de sujet, où elle se contenterait de relayer les informations qu’on lui donne sans les vérifier.

2 Commentaires

Classé dans Société