Archives de Tag: Leonetti

Jean Leonetti rend un rapport défavorable à l’exception d’euthanasie

Le rapport de la mission conduite par Jean Lenoetti préconise donc (merci Oscar) de ne pas modifier la loi Leonetti d’avril 2005 sur la fin de vie. Il est urgent d’attendre. Il n’y aura pas d’exception d’euthanasie, comme il n’y aura pas de légalisation de l’assistance au suicide. Il y a donc aussi des bonnes nouvelles, parfois!

Cette étude avait été commandée par François Fillon afin de réfléchir sereinement sur cette question suite aux revendications nées des polémiques autour de la mort de Chantal Sébire, au mois de mars dernier, orchestrées comme on s’en souvient, en coulisses, par l’ADMD.

La mission menée par le député UMP s’est heurtée à l’impossibilité d’introduire une exception à la législation actuelle, car selon Jean Leonetti, le comité qui serait chargé de trancher les litiges n’aurait « pas de légitimité à se placer au-dessus des lois ». Dans un entretien au Figaro, qu’il faut lire pour prendre en compte la compexité du problème, il précise très justement qu’il a adopté cette position « parce que [la dépénalisaiton et l’assistance au suicide] posent plus de problèmes hu­mains et juridiques qu’elles n’en résolvent ». Certes.

Selon lui, les situations peuvent se règler d’elles-mêmes : pour les personnes en fin de vie, la loi d’avril 2005 « résout l’immense majorité des problèmes rencontrés ». Il propose néanmoins la nomination d’un médécin référent en soins palliatifs pour jouer un rôle de médiateur des cas difficiles. Et d’un observatoire de la fin de vie, afin de déterminer quels sont les manques et démontrer que « nous avons besoin de moyens, de changer nos modes de pensées et de fonctionnement vis-à-vis des plus fragiles et des plus vulnérables ». Pour ceux qui ne sont pas en fin de vie, en revanche, « nous avons constaté que la loi française n’interdit pas formellement cette démarche mais évite, en interdisant la manipulation des personnes vulnérables et la provocation au suicide, les dérives que la Suisse constate et tente en vain de juguler ».

Une position qui semble équilibrée : on rejette une nouvelle fois l’acharnement thérapeutique, en arguant qu’en médecine, « la technique performante doit s’accompagner d’une dimension humaine équivalente », mais on refuse aussi d’introduire une brèche reconnaissant aux yeux de tous que certaines vies valent moins que d’autres. Et on s’engage à mettre le paquet sur les soins palliatifs, pour marcher sur les pas de la Grande-Bretagne, plutôt que d’empreinter la voie choisie par la Suisse, la Belgique ou les Pays-Bas, où les dérives constatées nous montrent l’écueil à éviter. Au passage, on propose également d’introduire des congés-fin de vie pour les proches des personnes en fin de vie.

D’aucuns crieront à l’hypocrisie, mais la politique, c’est cela. C’est prendre des décicisions, et en assumer les conséquences, plutôt que de céder à la panique et à la dictature du sentiment. C’est défendre l’intérêt général, plutôt que celui de quelques-uns. C’est raisonner en toute indépendance, plutôt que d’écouter les groupes de pression de la « culture de mort ».

La mission refuse également  contrairement à ce qu’il avait dit au mois de mars, la dépénalisation des homicides par compassion, jugeant que les juges ou le parquet ont la possibilité de tenir compte de cette circonstance particulière. Seul bémol : on propose aussi d’en finir avec les agonies douloureuses, en autorisant la « sédation terminale » pour les patients dont on a arrêté le traitement et qui sont inconscients. N’est-ce pas la limite entre aide active et passive? Tout dépend, au final, si le but recherché est de soigner, quitte à ce que la conséquence indirecte de l’injection soit la mort, ou si le but recherché est la mort. La nuance semble ténue, mais elle est de taille!

1 commentaire

Classé dans Société

Jour des Morts : la provocation de l’ADMD

La dernière lubie de l’ADMD, l’association pour le droit à mourir dans la dignité – qu’on pourrait rebaptiser l’association pour le droit au laisser mourir ou au suicide assisté? Faire du 2 novembre, jour où traditionnellement, on célèbre nos morts,  une journée mondiale pour la légalisation de l’euthanasie. Stupéfiant!

Comme l’alliance pour les droits de la vie (ADV) le fait remarquer, on peut parler de cette démarche non seulement comme une provocation – l’association en est habituée, elle qui ne fonctionne que par la stratégie du coup médiatique – mais de façon plus forte, comme d’une quasi-profanation. Quand on en est arrivé à ce niveau, c’est peut-être qu’on n’a plus d’arguments : s’il faut être dans le trash pour faire parler de soi et véhiculer son message, c’est très triste.

Le 2 novembre, dans la tradition catholique, et donc fatalement, nationale, c’est une date où on se recueille, où on essaie tant bien que mal d’honorer ses morts, et Dieu sait si pour beaucoup de gens, il s’agit d’une journée difficile à vivre. Comme dit l’ADV, ce n’est sûrement pas le bon moment pour introduire la « revendication » et le « ressentiment ». Voire la polémique. Surtout sur un sujet aussi délicat, sur lequel on a du mal à discuter sereinement, et qui nécessite une réflexion qui sorte un peu du manichéisme auquel nous a habitués l’association présidée par Jean-Luc Romero.

A l’instar de Jean Leonetti, dont la mission approche de son terme (ce qui peut expliquer la colère de l’ADMD), je pense que « le « prendre soin » est la véritable attitude de modernité ». Et que l’urgence, aujourd’hui, est de développer les soins palliatifs. Il s’agit d’une solution d’espoir, contrairement à l’euthanasie, qui est un aveu d’échec consistant à dire ou penser que la mort est la seule solution face à la souffrance. A-t-on, franchement, tout tenté à ce niveau? J’en doute.

Jean Leonetti effectue d’ailleurs une séparation nette (contrairement à l’ADMD qui introduit volontairement la confusion entre les deux notions) entre les malades en fin de vie, qui n’ont plus d’espoir et dont les jours sont comptés, et les malades incurables dont la mort n’est pas d’actualité. Dans la première hypothèse, dit-il, la fameuse loi du 22 avril 2005 « répond à quasiment toutes les situations ». Dans la seconde, « la personne peut se suicider, c’est un « droit liberté », mais pas un « droit créance » vis-à-vis de la société. En d’autres termes, la société n’a pas à assumer ce geste pour elle ».

Dominique Quinio, éditorialiste à La Croix, résume très bien au final l’alternative qui s’offre à nous, et qu’il ne faut pas perdre de vue dans ce débat : « Veut-on une société individualiste où chacun disposerait d’un droit à tout maîtriser de la vie, de la naissance à la mort et où le devoir de la collectivité serait de leur permettre d’exercer cette succession de droits ? Ou bien veut-on une société solidaire où la communauté humaine se donne pour mission d’accompagner, de soutenir, de soigner les plus faibles, avec le souci de leur dignité et de leur bien-être, sans croire, ou surtout sans leur laisser croire, que la seule solution serait la mort ? »

Lire aussi Koz.

11 Commentaires

Classé dans Société

Affaire Sébire : il est urgent d’attendre

Voilà, Chantal Sébire est décédée hier soir à son domicile situé près de Dijon. Qu’elle soit en paix. Désormais, puisqu’elle est devenue un symbole, l’ADMD n’aura de cesse de se servir de cette femme afin de réclamer à cor et à cri une nouvelle loi.

Les médias soutiennent ce « mouvement » de manière totalement partiale. Regardez Le Monde par exemple. Ce n’est pas du journalisme, mais du parti pris. Ces gens-là n’ont aucune éthique, ils vont là où le vent souffle, sans se poser de question, ni réfléchir. Ils ne prennent aucun recul sur les choses. Ils sont en complète empathie avec le sujet dont ils parlent.

Ainsi, dans l’article susvisé, on est surpris d’apprendre ceci :

 

Ces spécialistes ne cachent pas leur très vif étonnement au vu de l’absence, durant six ans, de prise en charge médicale adaptée de la malade. Ils indiquent que la maladie dont souffrait Mme Sébire (un esthesioneuroblastome ou neuroblastome olfactif) ne peut être qualifiée d’incurable, notamment si elle est traitée de façon précoce. Les taux de survie sont de l’ordre de 70 % cinq ans après une intervention, quand les troubles sont pris en charge assez tôt, affirment ces experts.

D’autant que le même journaliste, auteur du même article, écrit quelques lignes plus tard :

Le cas de Chantal Sébire, soutenu par l’Association pour le droit à mourir dans la dignité, a relancé le débat sur l’euthanasie en illustrant les limites de la loi Leonetti de 2005 sur la fin de vie. Celle-ci ne permet pas de répondre aux personnes en situation d’incurabilité qui réclament le droit de mourir en toute conscience.

Alors, schyzophrénie? Panurgisme, plutôt. Cette phrase signifie, en fait : la loi Leonetti de permet pas de solution à ceux qui refusent de profiter des mesures qu’elle propose… De la même façon que le Code de la route n’offre pas de solution à celui qui veut griller les feux rouges!

Pourquoi parle-t-on de fin de vie? Pourquoi parle-t-on de maladie incurable? Pourquoi établit-on un lien avec la loi Leonetti? Pourquoi cherche-t-on à distiller la confusion dans les esprits, en jettant volontairement le flou sur les notions d’euthanasie, d’acharnement thérapeutique et de suicide? Le gouvernement temporise pour le moment, en demandant à Jean Leonetti de faire le bilan de la loi portant son nom et votée à l’unanimité à l’Assemblée nationale. Il y a eu unanimité il y a moins de trois ans, et il faudrait modifier ce texte excellent, qui établit une distinction entre euthanasie et arrêt de l’acharnement thérapeutique? Non. Il est probable que l’exécutif soit plutôt en train de gagner du temps.

Moi, j’attends toujours qu’on nous explique ce qu’est une mort digne. Qui peut juger de la dignité d’une mort, plus que d’une autre. Et si la tyrannie de la volonté individuelle, érigée, en norme suprême, doit s’imposer à la collectivité.

Sur cette affaire, il faut encore une fois lire Authueil, car tout est dans ce paragraphe :

Sur ce sujet, il faut que les parlementaires sachent résister aux pressions médiatiquement bien organisées. Chantal Sébire, c’est une très belle opération de lobbying, parfaitement orchestrée par l’ADMD, qui, comme par hasard, vient de lancer une grande campagne auprès de ses adhérents, pour qu’ils envoient tous à leur député un petit carton pré-rempli, façon « contribuables associés ». On légifère pas sous le coup de la pression de l’émotion provoquée par des images choc au JT.

Poster un commentaire

Classé dans Société