Archives de Tag: fin de vie

« Débattre », pour quoi faire?

Sur le « débat » que promet François Hollande sur l’euthanasie les « cas exceptionnels où l’abstention thérapeutique ne suffit pas » pour traiter une « douleur irréversible » et qui pourrait nécessiter un « acte médical, assumé, au terme d’une décision partagée et réfléchie », que dire de plus après Natalia? Lire la suite

7 Commentaires

Classé dans Chafouinage

Manifeste contre le suicide assisté et pause sur le blog

Alors que ce blog va entrer en sommeil pendant quelques semaines en raison d’une indisponibilité à l’alimenter, je signale à votre attention le manifeste publié par le collectif Plus belle digne la vie, qui a pour objet de rappeler que « tout dispositif législatif visant à reconnaître un droit à une injection létale et/ou à un suicide assisté constituerait un contresens grave faisant courir des risques aux plus vulnérables et aux plus démunis d’entre nous ». Ce manifeste est publié alors que va être examiné au Sénat le 25 janvier prochain une proposition de loi visant à instaurer une aide active à mourir, qui n’est autre qu’une reconnaissance du droit au suicide assisté. La commission des affaires sociales du Sénat a d’ailleurs voté cette proposition de loi aujourd’hui. Chacun de vous peut signer ce manifeste. Lire la suite

7 Commentaires

Classé dans Société

C’est quoi, l’amour d’une mère?

Le téléfilm Marie Humbert, l’amour d’une mère, diffusé ce soir sur TF1, me met mal à l’aise. D’emblée, il trouble en ce qu’il éclaire sur la souffrance de ces familles désemparées par de telles blessures. Elles prennent corps. L’accident, le coma, l’attente, l’espoir, les déceptions, les progrès, la déprime. Les conflits avec le monde médical. Les divergences de vues. Tout cela, il faut vraisemblablement le vivre pour le comprendre totalement, mais on peut l’imaginer.

Il trouble, parce qu’on prend conscience de ce qu’on avait imaginé, des images que nous nous étions forgées en pensant à ce qu’avait vécu Vincent Humbert. Les articles de journaux prennent vie. L’affaire devient palpable. On va pouvoir juger, finalement. Est-ce que ça valait le coup? Devait-on le faire? Devait-on arrêter le combat de Vincent et de sa maman, ou devait-on l’écouter? Le scénario, le script, prennent leur importance. On y découvre un Vincent Humbert désireux dans un premier temps de prendre contact avec sa mère.  Puis assez rapidement, convaincu à l’idée de mourir et à refuser la vie que le sort lui a injustement réservée. Au point de tenter invariablement d’en convaincre son entourage, à commencer par sa mère.

On sent une question, lancinante. L’amour d’une mère. Le personnage central du film, c’est Marie Humbert. Ses doutes, ses choix, son incroyable ténacité. Ses espoirs fous. Sa sensation de solitude. Tout le bien qu’elle lui a fait. Tous les efforts entrepris pour rentrer en communication avec lui.

Et à un moment, nous sommes appelés à juger. Elle-même hésite dans un premier temps, refuse de céder à son fils, lui demande de se battre. Elle met fin au débat. Tente de l’infléchir maintes et maintes fois. Et puis petit à petit elle évolue dans son jugement, jusqu’à se persuader, elle-aussi, que c’est la seule solution, puisqu’il en veut ainsi. Vincent lui avait répondu que sinon cela signifiait qu’elle ne l’aimait pas. L’amour d’une mère.

A partir de là, les dés sont jetés. Et le téléfilm nous demande d’entériner ce moment-là, le plus important. Cet instant où on juge que tout est fini. qu’il n’y a plus rien à faire. L’amour d’une mère. Qu’est-ce au fond, l’amour qu’une mère éprouve pour son fils? Question centrale, dont la réponse est tellement compliquée à trouver.

Nous n’avons pas à juger Marie Humbert. Nous n’avons pas à estimer son amour pour son fils, à le jauger. Ce point la regarde, même si on peut l’imaginer. Tenter de se mettre à la place de, c’est impossible.

Le législateur en sera-t-il capable? Car il n’y a pas besoin d’être grand clerc politiquement parlant pour deviner que ce film est une arme en faveur du droit au laisser-mourir, même s’il a le mérite de rendre compte de la complexité de la situation. L’argument de l’amour en étendard. Il y a quelque chose qui nous échappe, cela signifierait donc que l’amour l’emporterait sur tout? Que tout devrait lui être dévolu? Que jamais, on puisse rien lui refuser? Qu’il ne puisse jamais être criminel? Dès lors, autant légitimer l’amour d’une mère en légalisant après coup cette terrible histoire, qui mérite pourtant bien mieux que cette mise en pâture médiatique. Elle est devenue une sorte de cause. Or à aucun moment, Vincent Humbert  ne parle d’autre chose que de sa propre vie. Et de sa propre mort. Il ne généralise pas. Il est clair, il veut juste qu’on l’aide à mourir.

Poster un commentaire

Classé dans Société

Le débat sur l’euthanasie approche-t-il de sa dernière ligne droite?

L’occasion était trop belle à quelques jours de la diffusion d’un téléfilm racontant l’histoire de Vincent Humbert et de sa mort, et largement inspiré par le témoignage de sa mère, Marie Humbert, qui a bénéficié d’un non-lieu à la suite de ce drame. Un kiné du jeune homme donne sa vision de l’histoire dans une vidéo diffusée par l’association sos fin de vie et envoyée à tous les médias et chacun des députés. Vidéo reproduite ci-dessus.

Que vaut-elle? Sur le site de l’association, un texte précise plus longuement la thèse du kinésithérapeute :  Selon lui, Vincent Humbert n’aurait pas voulu de lui-même mourir, mais aurait été influencé par sa mère. « Profondément, je ne crois pas qu’il avait envie de mourir. On l’a forcé » , prétend-il dans une interview au Parisien, faisant éclater – à dessein? – un nouveau débat sur ce qu’on doit malheureusement appeler l’affaire Humbert.

Plus troublant encore, il assure que  « Vincent était en excellente santé et aurait pu vivre longtemps dans cet état ». Selon lui, Humbert n’était pas tétraplégique, mais souffrait d’une double hémiplégie. Il n’aurait pas été aveugle, mais mal voyant. Il assure ne pas vouloir s’immiscer dans le du débat sur l’euthanasie, mais juste rétablir « sa » vérité sur les derniers mois de Vincent Humbert, érigé selon lui en faux symbole.

Le kiné parle de « désinformation » et affirme que les médias ont été trompés, créant ainsi un courant d’opinion sur un sujet qui ne concernait pas Vincent :
 

« Ce qui m’a le plus révolté dans l’avalanche médiatique, c’est la répétition en boucle d’une multitude de mensonges. Tous les médias ont repris ces inepties comme s’ils n’avaient aucun souci de vérifier la vérité. Vincent n’était pas tétraplégique. Aucun médecin n’a dit à Marie que son fils avait une lésion de la moelle épinière. Vincent n’était pas aveugle même s’il ne voyait pas bien. Vincent n’avait pas de perfusion. Il avait juste une gastrostomie parce qu’il ne pouvait déglutir correctement. (C’est d’ailleurs par là que sa mère mettra le Phénorbital. S’il avait été injecté dans une perfusion, Vincent serait mort en une heure. Dans l’estomac, il faut beaucoup plus de temps…) »


Sa conclusion est sans appel :

 
« On ferait un film qui aurait lieu à Marseille avec un gamin qui s’appelle Paul, je ne dirais rien. Là, on lance, à grand renfort médiatique un téléfilm avec les vrais noms du patient et de sa mère. La scène se passe à Berck. On veut donc faire croire au bon peuple que tout ce qui est dans le film est une réalité. Manque de pot, le film, comme le bouquin, ce n’est pas la vérité. Je peux vous certifier que Vincent n’a rien écrit de son livre, il ne pouvait pas. Marie prenait des notes, les donnait au journaliste qui faisait à sa sauce, dans le sens où il voulait emmener l’opinion. Le film comme le livre, ce n’est pas de l’information, c’est de la déformation, c’est même ni plus ni moins de la désinformation.
La disparition de Vincent Humbert, ce n’est pas l’histoire d’une souffrance insoutenable, ce n’est pas l’histoire d’une mort dans la dignité, ce n’est même pas l’histoire d’une euthanasie…
Au nom de la vérité et de l’amitié, j’ose vous dire que Vincent avait encore plein de choses à vivre. Il y a aujourd’hui, dans nos hôpitaux, beaucoup de Vincent qui sont dans des situations dix fois pire que lui. Et les familles veulent que leur proche continue à vivre. Même le patient, quand il peut s’exprimer, veut continuer l’aventure de la vie. Il y a certes, des jours, des moments de dépression. A nous, personnel soignant, de les soutenir, on est là pour cela. Mais il nous faut un climat de confiance. »

Que penser de telles accusations… C’est si loin, septembre 2003. Pourquoi ne pas avoir parlé plus tôt? Si la vérité s’exprime dans ces lignes, pourquoi avoir gardé cette version pour lui tout ce temps? Cet « oubli » est un élément fragilisant terriblement cette thèse.

Mais ce qui est troublant dans l’autre sens, c’est que Marie Humbert, dans les interviews qu’elle a accordés pour contrer ce témoignage, ne répond pas directement, sur le fond, à ce qui fait la consistance du message du kinésithérapeute. A savoir les contre-vérités soupçonnées sur un certain nombre de points et surtout sur l’état de Vincent Humbert. A l’éventuelle manipulation de Vincent, qui n’aurait pas lui-même choisi de mourir. Autant dire que les accusations portées par le kinésithérapeute sont très graves.

Elle, de son côté, rétorque que « lorsqu’il me disait qu’il voulait mourir, il savait ce qu’il disait« . Déplaçant le débat sur le caractère consentant ou non de Vincent Humbert. Insistant sur le fait que c’était bien lui qui avait écrit le livre. Reste qu’elle contre-attaque sans épargner le moins du monde le kiné :

« Nous sommes démolis par tant de méchanceté gratuite. Ce n’est pas la première fois que ce kinésithérapeute cherche à m’atteindre. Il a toujours eu envie que l’on parle de lui. Et, derrière lui, l’association catholique SOS Fin de vie, qui est contre l’euthanasie, essaie par tous les moyens de me déstabiliser. Ces gens charitables ont financé le DVD qu’espère diffuser Hervé Messager. Peut-être, aussi, veulent-ils réduire l’impact du film de lundi*. Ont-ils peur de ses conséquences sur l’opinion ? Je ne sais pas quoi penser… (…)
Et, à l’époque où il l’a pris en charge, Titi n’avait plus droit qu’à une ou deux heures maximum de kinésithérapie par semaine ! Je suis outrée qu’il prétende l’avoir massé une heure par jour et cinq jours par semaine ! (…)
Avant de lui donner la parole, on aurait pu interroger ses médecins, les professeurs de Paris, Lille et Rouen qui le suivaient. On aurait pu demander aux experts dépêchés par M. Jacques Chirac s’ils pensaient, après avoir longuement examiné mon fils et échangé avec lui, que Vincent souhaitait vivre. »


Certes! On se demande pourquoi les médecins, les dirigeants du centre de Berck, ne prennent pas la parole pour infirmer ou confirmer les accusations portées par Hervé Messager. Cela ne fait pour l’instant que donner du poids à ce témoignage qui, rappelons-le, peut très bien être une invention pure et simple.

En attendant, on ne peut nier que la concommittence de ces révélations avec la diffusion du téléfilm n’est sûrement pas dûe au hasard. Si cette vidéo se révèle être une manipulation, ce que j’espère ne pas être le cas, il faudrait avoir honte du côté de sos fin de vie. Parce que ça voudrait dire qu’une association clairement revendiquée comme catholique se permet d’utiliser des méthodes douteuses et surtout, très peu compatible avec l’esprit qui anime l’Evangile. On rejoint là le débat suscité par la dénonciation récente par Koz, au sujet de l’exploitation de la disparition tragique de la victime du RER D, Anne-Lorraine, de la dérive de certains catholiques qualifiés d’identitaires. Peut-on utiliser des moyens immoraux pour défendre la moralité?

Il faut que l’opinion sache néanmoins si ce kiné dit vrai, même si cela semble a priori peu crédible. Le rapporteur de la précédente loi (éponyme) sur la fin de vie, le député Jean Leonetti a bien martelé que la question de la vérité de cette affaire n’était de toutes façons pas de nature à même de remettre en cause la législation adoptée à l’hiver 2004 et promulguée en avril 2005.

Ce qui est pourtant bien dans les intentions et les rêves de l’Association pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD), rejointe dans son lobbying en faveur de la dépénalisation de l’euthanasie par Marie Humbert. Nul n’a oublié les déclarations pour le moins floues de Nicolas Sarkozy – à l’instar de ses contradicteurs – sur ce sujet pendant la campagne présidentielle. On peut donc se demander si le combat entre les « antis » et les « pros » euthanasie ne viendrait pas, par hasard, de rentrer dans sa dernière ligne droite. Supporters de la loi Leonetti contre défenseurs de la liberté totale des corps à disposer d’eux-mêmes.

Poster un commentaire

Classé dans Société