Archives de Tag: Afrique

Enrichir nos chromosomes avec l’immigration africaine

Jusqu’où va se nicher l’auto-flagellation occidentale, tout de même… Autrefois plein de supériorité face au reste du monde, l’Occident ne semble avoir de cesse de cultiver un déclinisme pathétique associé à une mauvaise conscience qui le conduit invariablement au dénigrement de soi.

Cet article extrait du Point, glané sur Facebook, est un modèle du genre, car il montre quelles âneries ce complexe d’infériorité est capable de nous faire dire ou écrire : en l’occurrence, alors que le sujet original de l’étude mentionnée est très sérieux quoique contesté, il parvient à inspirer à l’auteur de ce billet une vision raciale de l’histoire. Pour faire oublier à tout prix que l’Européen s’est cru supérieur, on en vient à tenter de nous faire croire que l’Africain l’est…

Oh, occidental, tu n’as pas compris? Tu es un être inférieur. L’Africain, lui, a la « richesse génétique » absolue. A la langue la plus riche. Alors si toi y en a comprendre ce qui est écrit dans ce brillant texte, si toi y en a vouloir « enrichir tes chromosomes », toi y en a intérêt à hâter le métissage de ta population et à intensifier l’immigration. Pour en revenir à la pureté de la race africaine. Et fissa!

40 Commentaires

Classé dans Chafouinage

Pauvre Xavier Darcos

darcosVous allez penser que je radote, et vous aurez entièrement raison. Il n’empêche, le niveau de panurgisme de ce gouvernement ne cessera de m’affliger : quand aura-t-on des politiques capables de réfléchir par eux-mêmes, et non pas seulement en fonction de l’opinion, de l’idéologie dominante? Faiblesse inhérente au suffrage universel, qui favorise la médiocrité.

Ainis, le ministre de l’Education Xavier Darcos sera lui aussi tombé dans le panneau aujourd’hui sur Radio J. Empêtré dans ses projets (en jachère) de réforme du lycée, le Périgourdin est heureusement « du bon côté de la barrière » au sujet du pape. Lui, il a carrément lâché qu’ « aller dire en Afrique qu’il ne faut pas utiliser le préservatif, c’est criminel ». Lire la suite

3 Commentaires

Classé dans Chafouinage, Religion

Benoît XVI : quand le lynchage s’arrêtera-t-il?

Bien que n’étant pas dupe, je suis totalement déconcerté, voire décontenancé, par la violence des réactions qui s’enchaînent contre le pape et l’Eglise, après la triple polémique engendrée par la levée des excommunication des évêques lefebvristes, l’affaire brésilienne puis les propos de Benoît XVI sur le préservatif.

Dimanche matin, des militants d’Act-up, des écologistes et des communistes sont même allés jusqu’à provoquer les catholiques jusque devant la cathédrale de Paris! On y a entendu un militant borné affirmer, sans rigoler, que c’est parce que le pape proclame que la fidélité et l’abstinence sont des stratégies de prévention efficaces contre le sida (ce qui est une évidence) qu’on en arrive à « avoir 22 millions de victimes du Sida en Afrique ». Ben voyons! Lire la suite

38 Commentaires

Classé dans Chafouinage, Médias/journalistes, Religion

Préservons nous des approximations

bxviLa bronca continue contre le Vatican, et le délire est tel qu’on va finir par se poser des questions sur la bonne foi de ceux qui les relaient, sans chercher ni à comprendre, ni à remonter à la source originale. Au fond, que veut-on? Que l’Eglise n’ait plus le droit de l’ouvrir, c’est cela? Ou alors, veut-on que ce blog ne parle plus que de religion? J’y suis bien obligé, devant l’état d’esprit ambiant. Tout comme Bruno Frappat, la lassitude nous guette.

Et puis, j’aimerais aussi parfois parler du parti socialiste, zut alors. ou d’autre chose. Du printemps, tiens. Savez-vous qu’à Lille, le ciel est bleu depuis lundi? ça, c’est une information… Lire la suite

86 Commentaires

Classé dans Médias/journalistes, Religion

La Françafrique a-t-elle vraiment disparu?

Tiens, tiens. Voilà qui est intéressant : quelques minutes après son entretien hier à N’Djaména avec le ministre de la Défense, Hervé Morin, et après que Nicolas Sarkozy ait annoncé que la France ferait « son devoir » au Tchad, au moment où la situation semble se calmer entre forces rebelles et militaires fidèles au régime, le président Idriss Déby a confié lors d’une conférence de presse qu’il n’était « pas impossible » qu’il gracie les six membres français de l’Arche de Zoé condamnés par la justice tchadienne.

Ah bon, en quel honneur? « Il n’est pas impossible si la France en fait la demande (…) Bien sûr, il n’est pas impossible que j’examine cette question », a-t-il dit. On se souvient de l’attitude jusqu’au-boutiste de Déby dans le dossier de l’Arche de Zoé. Il en faisait un peu beaucoup. Le changement d’attitude est ici total. Quel miracle… On imagine bien la conversation qu’il a dû partager avec Hervé Morin. « Bon, tu es bien gentil là Idriss. On t’a aidé à te maintenir dans ton palais pourri et nos militaires y ont même écrasé quelques cafards. Si c’était possible de grâcier les zozos de l’Arche de Zoé, ça nous ferait un bon coup diplomatique. En France, on est encore loin de l’émeute, tu sais, mais la côte de popularité de notre bien-aimé Sarko Ier est en chute libre! » L’échange de bons procédés n’est même pas dissimulé. Comme au bon vieux temps!

 On avait beaucoup glosé, pendant la campagne présidentielle, sur les velléités sarkozystes de révolution de notre politique africaine. En mai 2006, Nicolas Sarkozy avait ainsi promis « une relation nouvelle, équilibrée, débarrassée des scories du passé ». On avait évoqué des changements d’attitude, la fin de l’Afrique à papa des années Mitterrand et Chirac, de cette fameuse « Françafrique », des rapports ambigus avec les chefs d’Etat africains, des pressions, des chantages à la sécurité et à la défense.

Il n’y a pas besoin d’être un spécialiste de l’Afrique pour constater, d’ailleurs sans porter de jugement à cet égard, que Nicolas Sarkozy n’a guère fait évoluer la vision française classique de l’Afrique, hormis en paroles, à l’occasion d’un discours de Dakar inutilement polémique. Il reçoit et échange avec les comparses habituels de la France, en général dictateurs (Omar Bongo, Khadafi, Ben Ali et compagnie). Il aide les présidents « amis » en cas de difficultés intérieurs, comme cela a été le cas au Tchad. Et il reçoit tout naturellement des « facilités » en retour! La rupture, c’est bien plus facile en mots…

Poster un commentaire

Classé dans International