Petit bilan (subjectif) du mandat de Nicolas Sarkozy

Pour ceux qui ne l’ont pas vu, il n’est pas trop tard : regardez cet excellent documentaire de William Karel, diffusé le 21 décembre dernier sur Arte et qu’on peut encore retrouver sur Youtube. Looking for Nicolas Sarkozy est une rétrospective du bilan de Nicolas Sarkozy, à travers le regard de 18 correspondants de médias étrangers installés à Paris. Ils sont interrogés très sobrement, face à la caméra, et leurs propos sont entrecoupés d’images d’archives retraçant cinq années de pouvoir sarkozyste.

Un regard forcément subjectif, et parfois un peu décalé, puisque comme l’a relevé l’UMP, qui crie au lynchage, il est un peu cocasse de voir des journalistes chinois ou russes critiquer le président français alors qu’ils n’ont pas la possibilité de le faire en ce qui concerne leur propre pouvoir politique. Mais passons. Ce film reste intéressant car les journalistes étrangers ont probablement bien plus de recul que les journalistes français pour établir ce genre de bilan.

Contrairement aux médias français, les correspondants étrangers ne peuvent en effet être soupçonnés de connivence puisqu’ils racontent qu’aucun d’entre eux, du début à la fin du mandat de Nicolas Sarkozy, n’a pu interviewer le chef de l’Etat. La faute à ce clash survenu avec une journaliste de la chaîne CBS en début de mandat. Tout au plus pourra-t-on suspecter, chez ces dix-huit journalistes, une disposition d’esprit de départ forcément un peu hostile envers un homme qui a toujours refusé de les recevoir. En tout cas, tous affirment avoir été déçus par Sarkozy, sur qui ils avaient misé pour dépoussiérer la France et la réformer.

Quoi qu’il en soit, le résultat est plutôt bon, même si le constat est accablant – à l’actif de Sarkozy, les journalistes étrangers ne retiennent que la gestion de la crise de l’euro et celle de la crise géorgienne, ce qui est sans doute un peu injuste – et qu’on a un vague sentiment de redite en revoyant toutes ces images déjà visionnées mille fois (le Fouquet’s, le Yacht de Bolloré, les footings, les lunettes bling-bling et autre « Casse toi pauv’ con »).

Au fond, l’essentiel est là :

1) Nicolas Sarkozy a beaucoup trop promis et n’était pas en mesure de tenir ses engagements : son passage à la tête du pouvoir est forcément une déception. Alors même qu’elle représentait pour beaucoup un espoir qui en 2007 était important : nombreux étaient ceux qui pensaient élire un homme différent des autres leaders politiques, qui prendrait les problèmes à bras le corps, leur dirait la vérité. Hélas, le rêve de l’homme providentiel était comme bien souvent une chimère.

2) Nicolas Sarkozy est un homme politique qui n’a en définitive aucune conviction stable, aucun système de pensée, aucune direction – même mauvaise – vers laquelle il souhaiterait embarquer la France avec lui. Sa « politique de civilisation » était un leurre. Tout ce qu’il veut, c’est gouverner à tâtons, au gré des sondages, en fonction de l’air du temps et surtout, pour tenter de satisfaire des « groupes de Français » disséqués par tranches, et censés représenter son électorat potentiel. Une seule conviction profonde aura tenu tout au long de ces cinq années : l’impératif de dégraisser la fonction publique pour réaliser des économies (ce qui inclut aussi la réforme des retraites). Sauf que ça n’a même pas suffi à restreindre les déficits…

3) Nicolas Sarkozy n’avait pas et n’aura jamais le style d’un président, qui doit nécessairement être un arbitre digne de son rang, au-dessus de la mêlée. La période bling-bling a entériné le divorce avec les classes populaires. L’omni-présidence du début de mandat a écoeuré le monde politique. Sans compter les vélléités de népotisme (souvenons-nous de l’affaire Jean Sarkozy…) et de contrôle de la télévision et de la radio publiques. La vulgarité affichée tout au long de ce mandat par le pensionnaire de l’Elysée a ensuite fait le reste. Ces derniers mois, Nicolas Sarkozy s’est « représidentialisé », mais personne n’est dupe. On ne se refait pas…

4) Le président en exercice a une circonstance atténuante de taille, celle d’avoir dû tenir le gouvernail dans une période agitée : une crise financière à l’ampleur inédite.

Bon documentaire à ceux qui ne l’ont pas vu, et pour les autres, tant pis pour vous! 🙂

Publicités

17 Commentaires

Classé dans Politique

17 réponses à “Petit bilan (subjectif) du mandat de Nicolas Sarkozy

  1. Journé

    pourquoi tant pis pour nous si on ne le regarde pas ??
    Ce Monsieur ne représente pour moi pas plus d’intérêt qu’une girouette, l’histoire n’en retiendra pas grand chose, ce n’est pas un président c’est un parvenu, excité, sans conviction, bref une erreur de casting à laquelle je n’ai pas participé!

  2. La neige qui tombe c’est toooooooooooooooooo much, enfin je veux dire les petits points blancs qui traversent l’écran de la droite vers la gauche. Cela dit comme le fond d’écran est blanc, blanc sur blanc ce n’est pas tip top non plus. C’est peut-être voulu, pour un effet de neige discret. L’année prochaine essayez donc la neige noire, ça sera plus clair.

  3. Pour les autres signifie : pour ceux qui l’ont déjà vu.

    Le reste de votre commentaire montre qu’en fait, pas besoin de s’embêter à écrire trente lignes de bilan. En réalité, quatre suffisent à certains.

  4. @Moijedis

    Belle participation de votre part!

    En réalité, la neige s’active toute seule pendant les fêtes de Noël et de nouvelle année. Et ça m’est vraiment, mais vraiment complètement égal 🙂

  5. Nooooooooooon! le sens de la neige dépend de la position du pointeur!!! Là on touche au grandiose.

  6. Ici c’est la pluie qui tombe même quand on ne l’a pas demandée. Sur Sarkozy je ne dis rien car beaucoup d’autres s’expriment mieux que moi, par contre Edgar Faure me semble un peu négligé ces temps-ci.

  7. Hé oui, cette neige est tout bonnement magnifique. Content que vous le reconnaissiez. Quant à Edgar Faure, il est très bien là où il est…

  8. « Aucune conviction stable ». Le pire est qu’il est loin d’être le seul…

  9. Oui, le cimetière de Passy (75) est pas mal. Personnellement je penche pour l’incinération. Bon je vous laisse (je suis arrivé chez vous via la TL d’@embruns – vous savez ce que vous lui devez). Joyeuses fêtes.

  10. @Bashô

    Bien sûr, mais même si je n’en pense pas du bien, j’ai le sentiment que quelqu’un comme Hollande a davantage de points de repères stables. Bon, ceci dit, on n’a pas l’impression qu’il sache vraiment où il va mais bon…

    @Moijedis

    Je suis très reconnaissant à ce cher Laurent de m’apporter des contributeurs aussi rafraîchissants! Bon, blague, à part, bonne soirée et bon week-end à vous.

  11. Moi j’ai pas de neige sur mon blog. Que fait la Halde ?

  12. Bonne année chafouin !

  13. Marie Loury

    C’est assez drôle de lire successivement vos deux intertitres :
    Nicolas Sarkozy n’avait pas et n’aura jamais le style d’un président
    Le président en exercice a une circonstance atténuante de taille

  14. Pingback: 2012 c'est demain by nmathey - Pearltrees

  15. Pingback: undessinparjour | Pearltrees

  16. Pingback: UMPistes | Pearltrees

  17. http://podar.wordpress.com/2012/03/13/2012-2017-prevenir-les-desillusions-trop-lourdes/

    je viens de regarder l’ensemble du reportage sur Ytube. Ouf! En effet quand on fini on se dit qu’une touche de contradiction n’aurait pas nui à notre petite intelligence d’électeur.
    Je vous propose donc cette lecture pour vous permettre de voir les choses de façon -à minima- binaire. Ca ouvre un peu l’esprit de passer d’une « disposition d’esprit de départ forcément un peu hostile » (le « un peu » m’a bien détendu) à une disposition « un peu » contraire.

    Bonne réflexion.

Un petit commentaire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s