Le catholicisme, une affaire de mecs virils?

La réacosphère tombe à bras raccourcis sur le lipdub réalisé par les étudiants de l’aumônerie catholique de Rennes, qui a pas mal tourné sur internet ces dernières semaines : les malheureux sont qualifiés, au choix, de ringards, de bisounours, d’incorrigibles niais, ne pouvant s’empêcher de revenir sans cesse au « Jésus, reviens, Jésus, reviens »… Un discours applaudi par tout ce que le web compte de réacs, y compris, bien sûr, et surtout, ceux qui n’ont pas le début de commencement de foi dans le ciboulot.

J’ai eu une petite conversation avec quelques-uns d’entre eux sur Facebook, et j’ai été ahuri devant la certitude du discours qu’on m’a servi : la foi, c’est pas un truc de femmelettes. C’est un truc de mecs virils. Assez avec ces mièvreries! Ce n’est pas ainsi qu’on relèvera notre bel occident menacé par les islamistes et les païens. Et arrive la preuve ultime de cette argumentation : Jésus, d’abord, il a chassé les marchands du temple en se mettant en colère, alors c’est pour te dire s’il n’y allait pas avec le dos de la cuiller! Lui, c’était un homme, un vrai.

Pas de bol pour eux, l’Évangile de dimanche dernier, c’était le fameux couplet sur la joue gauche et la joue droite. « Si quelqu’un te gifle sur la joue droite, tend lui encore l’autre joue (…) Et si quelqu’un veut prendre ta tunique, laisse lui encore ton manteau ». Et si en fait, le christianisme était bien plus compliqué qu’une histoire de virilité mal placée? D’autant que dans ce cas, où case-t-on la Vierge Marie, Mère Térésa, Edith Stein? Dans le camp des pas-virils-pour-un-sou?

Vient ensuite le second argument des éternels râleurs : vous faites de la contre pub à la bande, les gars! Votre histoire, ça ne peut convaincre personne, vous ne faites que passer pour des gentils décérébrés, et en plus, vous décrédibilisez la foi catholique et royale.

Bon, il faut avouer que si ce lipdub s’est répandu comme une traînée de poudre, c’était plutôt un succès au second degré. Pour faire court, l’aumônerie de Rennes en a bien bavé : tout le monde s’est payé leur tête. C’est ce qu’on appelle un bad buzz, qui se retourne contre soi. Bon, moi, les lipdubs, ce n’est pas trop mon truc : en général, c’est mal fait, et ça exhale quelque chose de très ringard. En fait, c’est dépassé. Le lipdub aurait dû être un genre enterré depuis l’exercice ultime réalisé par les Jeunes UMP.

Il n’en reste pas moins que la réaction des grincheux est largement exagérée, voire totalement déplacée. On a vu ce que le chef des chefs des chrétiens leur répondait sur la question de la virilité. Et vous voulez sûrement savoir ce que moi, je leur réponds sur la question de l’évangélisation?

Allez, c’est d’accord. Je vous le donne en mille : et si on arrêtait de se battre? Et si, de l’extérieur, on finissait surtout par passer pour des donneurs de leçons sur l’amour-machin-chose qu’on serait incapable d’appliquer nous-mêmes en interne? Ne nous voilons pas la face : dans cette histoire, les insultes fusent, et bientôt, l’aumônerie catholique de Rennes sera responsable du déclin du catholicisme dans l’Occident ((t’as remarqué, le O majuscule? L’Occident, ce sera bientôt le quatrième membre de la quadrinité)). Je ne suis ni chacha, ni tradi, mais je commence à en avoir un peu assez de ces luttes intestines.

D’autant que depuis les débuts de l’Eglise, il n’y a jamais une seule voie et une seule. Les moyens d’action sont multiples, et aucune ne vaut mieux qu’une autre. Sinon, pourquoi y’aurait-il autant de mouvements, de congrégations, et donc de méthodes différentes? Cessons donc de toujours vouloir que son petit groupe soit hégémonique et reconnu comme la panacée…

Et puis, admettons que toutes les actions menées par des catholiques ne soient pas uniquement dirigées vers un but d’évangélisation.pour le cas de Rennes, je ne sais pas, mais d’autres lipdubs sont organisés par l’Emmanuel – tiens, à Lille par exemple – pour promouvoir les JMJ de Madrid dans une espèce de concours interne. Est-ce que ça mérite, même si le résultat est mauvais, de se voir accusé d’être à côté de la plaque? Peut-on essayer de manifester un peu de solidarité pour ses frères plutôt que de toujours grincer des dents?

Et puis, et puis, au fond, c’est quoi évangéliser? Dans l’esprit de nos contempteurs des temps modernes, on a l’impression qu’il s’agit de diffuser le catéchisme à tour de bras sur au choix, un fond de Wagner. De diffuser des règles, une civilisation, pour contrer l’avancée des méchants païens. Or l’amie Zabou tombe à pic : elle cite un extrait de « Sagesse d’un pauvre », un ouvrage du franciscain et philosophe Eloi Leclerc. Grâce lui soit rendue pour cet à propos :

Evangéliser un homme, vois-tu, c’est lui dire : toi aussi, tu es aimé de Dieu dans le Seigneur Jésus. Et pas seulement le dire, mais le penser réellement. Et pas seulement le penser, mais se comporter avec cet homme de telle manière qu’il sente et découvre qu’il y a en lui quelque chose de sauvé, quelque chose de plus grand et de plus noble que ce qu’il pensait, et qu’il s’éveille ainsi à une nouvelle conscience de soi. C’est cela, lui annoncer la Bonne Nouvelle. Tu ne peux le faire qu’en lui offrant ton amitié. Une amitié réelle, désintéressée, sans condescendance, faite de confiance et d’estimes profondes.

Se comporter avec cet homme de telle manière qu’il découvre et qu’il sente qu’il y a en lui quelque chose de sauvé. Malheureusement, je ne vois rien de tout ça dans le discours de nos amis tradis.

50 Commentaires

Classé dans Religion

50 réponses à “Le catholicisme, une affaire de mecs virils?

  1. Je ne suis pas fan du style libdub, mais je sais une chose : il est toujours, toujours beaucoup plus facile de critiquer que de construire.

    Alors bravo à l’aumônerie de Rennes pour avoir montré le partage, l’activité, la motivation, la prière, tout ce qui fait qu’une aumônerie d’étudiants est plus qu’une bande de potes dans un bar quelconque… Et une mention spéciale au gars avec le polo vert « Souris, Jésus t’aime »🙂

  2. Pour être investi dans un service diocésain et aussi dans l’oeuvre ichtus , je mesure chaque jour ces a-priori de TOUS bords mais aussi les incroyables possibilités d’actions concrètes, hors du bruit et de la fureur, loin des luttes intestines entre les différentes sensibilités chrétiennes. Car ce qui compte ne’est pas ce que l’on dit mais ce que l’on fait et dans quel esprit on le fait. Et là, faut pas mettre tous les « tradis » dans la même charette ! Pas plus que tous les charismatiques !
    Tous les saints qui nous ont précédés, on peut les qualifier de virils, qu’ils soient hommes ou femmes, tout simplement parce qu’ils ont poussé leur amour du Christ, de l’Eglise et de leur prochain jusqu’à donner leur vie, quelque soit le prix à payer.
    Rien ne sert de crier « Jésus revient » si nous ne l’invitons pas à dabords habiter en nous !
    Et pour en revenir à mon modeste expérience mentionnée plus haut, je vois chaque jour que nous sommes tous en conversion. Ce qui n’empêche pas, au contraire, d’être nous-mêmes, mais qui oblige à dabords regarder l’autre, quel qu’il soit, comme un ami et un frère.
    Quand le dialogue n’est plus possible, quand ce qui est en jeu est le Christ et Son Eglise et aussi le bien commun, alors là oui, il ne convient plus de tendre encore la joue ou d’être couleur muraille. Il convient alors de témoigner et d’agir, y compris virilement au sens commun du terme.
    En s’occupant de la promotion du bien commun, les laïcs chrétiens convaincus s’apercevront vite combien ce terrain est propice au dialogue et à travers lui à l’unité. .

  3. Pingback: Tweets that mention Le catholicisme, une affaire de mecs virils? | Pensées d'outre-politique -- Topsy.com

  4. Henry le Barde

    Pour avoir vécu dans une de ces aumôneries, je retrouve les débats qui tiraillaient déjà la communauté. Les « progressistes » vs. les « tradis » (en fait des « classiques » un peu bourges du centre-ville, hein).
    D’ailleurs, dans la vidéo, on en voit certains se mettre à genoux : on est là dans l’aumônerie de la fac de droit. Bref, les clichés sont assez respectés.

    A mon époque, on avait même composé une chanson sur l’air de Come Together et My Generation pour se moquer gentiment du camp d’en face. Bref, tout ça n’est pas nouveau.

    Ce qui l’est, c’est que, à peine 10 ans après, plus rien n’est interne. La moindre plaisanterie peut prendre grâce au web des proportions inimaginables (même s’il faut relativiser) et cristalliser des problèmes beaucoup plus profonds et signifiants que cette chorégraphie.

    C’est ce qui m’a frappé dans les commentaires chez F+ : une faille énorme qui est une blessure dans le flanc de l’Église, et qui s’ouvre à chaque occasion.

    Tout ça ne retire rien de ce que je pense de cette expérience et, si l’on sépare le bon grain de l’ivraie, certaines critiques formulées par nos « amis tradis » ne sont pas sans fondement.

  5. « Et si on arrêtait de se battre? »

    Tendre la joue gauche est une hyperbole. Cela ne veut pas dire que les chrétiens doivent pratiquer un pacificme radical et une résignation face à la moindre hostilité, cela veut dire qu’il ne faut essayer de ne pas créer de conflit inutilement lorsque cela est possible. Or c’est seulement possible avec des gens raisonnables et rationnels. Cela exclut malheureusement un très grand nombre des disciples du Coran, de Marx, de Darwin et de Freud.

    On le voit très bien au Québec, ou le clergé catholique est castré depuis 50 ans, ou les évêques sont fous d’oeucuménisme et d’interroligiosité, et ou les pasteurs protestants acceptent n’importe quoi pour ne pas faire de polémique. Résultat ? Les grands médias, le système d’éducation, et tout le système continue quand même de dénigrer les chrétiens chaque fois que la chance se présente. Même s’il reste probablement juste 5 % de la population qui est vraiment chrétienne et que le christianisme est pratiquement banni de la sphère publique, les laïcards et multiculs semblent être pris d’une véritable obsession, comme si le christianisme était le péché originel des sociétés occidentales et que l’on aura pas fini de faire notre repentance tant et aussi longtemps qu’il restera un seul chrétien vivant. La société postmoderne a besoin d’un bouc émissaire (il faut toujours un « méchant »), et les différents églises sont l’ennemi tout désigné.

    Être plus « ouvert » et moins militant n’y changera strictement rien. Ce n’est pas en étant « gentils » et femmelettes que les chrétiens vont améliorer la situation, mais c’est en affirmant nos Droits en tant qu’Occidentaux et en proclamant la Vérité de l’Évangile… n’en déplaise aux laïcards, aux multiculs et aux mahométans.

    Durandal
    http://ralliementidentitaire.wordpress.com/

  6. Erratum :
    « Cela ne veut pas dire que les chrétiens doivent pratiquer un pacificme radical et une résignation face à la moindre hostilité, cela veut dire qu’il faut essayer de ne pas créer de conflit inutilement lorsque cela est possible… »

  7. @Durandal:
    E ntre « pratiquer un pacificme radical et une résignation face à la moindre hostilité » et rentrer dans la figure du catho d’une sensibilité un peu différente, je pense qu’il y a une nuance qui n’est pas manifestée par les comportements dénoncés par notre hôte.
    Nous sommes une Eglise, une famille, montrons-le que diable! Dans nos familles, du moins je l’espère, nous pouvons nous opposer fortement à nos frères et soeurs, nos parents, nos enfants, sur des questions importantes, et ne pas cesser de nous aimer, et de nous pardonner. Nous pouvons affirmer nos désaccords fermement, et franchement, sans méchanceté ni procès d’intention ni agressivité excessive. Ce n’est pas la question d’être tradis, ou modérés ou progressistes. Nous pouvons être en désaccord sans pour autant mettre en doute la sincérité, la profondeur de l’engagement ou les motivations de l’autre.
    Par ailleurs, la mentalité de siège que reflète votre discours sur les musulmans (je préfère à « mahométans », les croisades c’est fini), les marxistes, les darwinistes etc., s’il fait allusion à certains problèmes réels par rapport auxquels chaque catholique se doit de réagir en conscience et fermement, me parait assez peu évangélique. Ceux qui pensent différemment de nous ou contre nous, nous nous devons, en tant que chrétiens, certes de dénoncer le mal dans leur discours, mais également de rechercher et d’espérer, de stimuler aussi, le bien en eux. Et je pense que ce n’est pas en les traitant en ennemis, en répondant à l’agressivité par l’agressivité que nous y arriverons, mais par le témoignage et le dialogue.
    Les premiers chrétiens étaient dans une situation bien pire que la notre, et pourtant ils ont converti Rome, non par les armes (même si elle est tombée peu après) mais par le martyre, c’est à dire le témoignage de leur amour, ce qui ne les a pas empêché de combattre fermement l’hérésie et le paganisme dans leurs paroles et leurs écrits.
    @Chafouin: merci pour ce très beau billet!

  8. Un petit témoignage pour la route:
    Je retrouve à la messe chaque dimanche deux amies: l’une est plutôt tradi (elle va à une messe non tradi, certes, mais l’Eglise tradi la plus proche est FSSPX, et elle a eu, je crois, une mauvaise expérience avec eux: c’est une « tradi modérée », on va dire). L’autre est progressiste, grimace lorsqu’on parle de lutte pour la vie naissante, m’a dit récemment que l’important dans l’Eucharistie n’est pas la manière dont on la célèbre, mais ce qui se passe dans le coeur. Moi je suis plutôt dans le camp des « modérés ».
    Nos différences on le voit, sont importantes, et même profondes sur certains points. Cela ne nous empêche pas de nous appuyer les uns sur les autres dans notre vie de foi et sacramentelle, d’avoir vécu ensemble des retraites, des partages, qui ont façonné en profondeur notre coeur.
    J’espère montrer par là que l’affrontement et l’hostilité ne sont pas une fatalité, et que nous pouvons faire Eglise ensemble malgré la profondeur et l’importance de nos désaccords, car au final, nous sommes unis par le Christ et non par nos mérites respectifs, que ce soit notre intelligence des enjeux de la crise de l’Eglise, notre assiduité à certains combats, notre compréhension des sacrements, etc. Ce qui ne signifie pas qu’il ne faut pas débattre de ces problèmes au contraire, mais qu’il ne faut pas perdre de vue que l’essentiel reste l’unité des chrétiens…

  9. « eglise tradi » avec un petit « e »… Pardon pour cette coquille inopportune…

  10. @Cité et culture

    « Ce qui n’empêche pas, au contraire, d’être nous-mêmes, mais qui oblige à dabords regarder l’autre, quel qu’il soit, comme un ami et un frère. »

    Je ne mets pas tous les tradis dans le même panier – c’est une faute si je donne cette impression – mais ceux qui se permettent de critiquer violemment leurs frères. En l’occurrence, je parie que les plus virulents ne sont même pas chrétiens.

    Comme vous dites, l’essentiel est l’esprit dans lequel on fait les choses. Tout ce que je vois dans ces critiques, ce n’est que du procès d’intention. On attaque des charismatiques pour ce qu’ils représentent, en se permettant de fantasmer sur leur tiédeur supposée, sur leur complicité avec le monde, que sais-je encore…

    Je ne sais pas où est la virilité, mais je préfère, à tout prendre, la maladresse de ces étudiants rennais à la méchanceté de ces virils occidentalistes🙂

    @Henry Le Barde

    « Certaines critiques formulées par nos « amis tradis » ne sont pas sans fondement. »

    Peut-être! Je ne suis pas là pour donner raison à l’un contre l’autre, qui sommes-nous pour cela? Mais la forme compte, et là elle n’y était pas.

    @Durandal

    « Cela exclut malheureusement un très grand nombre des disciples du Coran, de Marx, de Darwin et de Freud. »

    Vous n’y allez aps par quatre chemins pour citer vos ennemis, vous, au moins🙂

    « Être plus « ouvert » et moins militant n’y changera strictement rien. Ce n’est pas en étant « gentils » et femmelettes que les chrétiens vont améliorer la situation, mais c’est en affirmant nos Droits en tant qu’Occidentaux et en proclamant la Vérité de l’Évangile… »

    Je ne suis pas fondamentalement en désaccord avec vous, mais là où réside votre erreur, c’est lorsque vous mettez tout le monde dans le même panier, et que vous fantasmez sur un ensemble « mauvais chrétiens » dans lequel appartiendrait tout chrétien qui à un moment, commettrait une action qui vous déplairait. Que savez-vous de ces catholiques? Que savez-vous de leur action? Je connais des tas de gens plutôt dans la tendance « louange », qui sont beaucoup plus investis dans l’action concrète que d’autres. L’inverse est sûrement vrai, mais dans ce cas, pourquoi chercher à condamner une « tendance » au profit d’une autre?

    Où voyez vous ce pacifisme radical et cette vocation à baisser les bras, que vous dénoncez, dans ce clip?

    Enfin, je vous suggère d’essayez de réfléchir à la conclusion du billet. Peut-être qu’au lieu de brandir l’épée, il faudrait plutôt en passer par la conversion personnelle, et notre propre rayonnement individuel. Je ne crois qu’à la conversion personnelle. Pas au grand chambardement.

    @Darth Manu

    « Ce n’est pas la question d’être tradis, ou modérés ou progressistes. Nous pouvons être en désaccord sans pour autant mettre en doute la sincérité, la profondeur de l’engagement ou les motivations de l’autre. »

    Vous touchez du doigt le fond du problème. Cessons les jugements hâtifs! malheureusement c’est un travers dans lequel nous tombons tous… chrétiens ou pas, d’ailleurs.

    « J’espère montrer par là que l’affrontement et l’hostilité ne sont pas une fatalité, et que nous pouvons faire Eglise ensemble malgré la profondeur et l’importance de nos désaccords, car au final, nous sommes unis par le Christ  »

    Je suis entièrement d’accord, mais comment expliquer ça à quelqu’un qui juge que l’oecuménisme est une erreur?

    P.S merci pour le compliment, tout le plaisir est pour moi🙂

  11. @ Manu, vous dites : « Nous pouvons affirmer nos désaccords fermement, et franchement, sans méchanceté ni procès d’intention ni agressivité excessive. »

    Je suis d’accord, mais je ne comprends pas trop ce qui vous offusque dans la façon dont ce « libdub » plutôt bébé (soyons honnêtes) a été critiqué sur le blogue que vous avez mis en référence (Fromageplus). L’auteur me paraît plutôt compréhensif, il reconnaît que ces « cathos cool-branchés-bobo » peuvent avoir des motivations relativement louables, il prend la peine de faire une critique sociologique pertinente du problème plutôt que juste basher sur la mauvaise esthétique de la pub.

    Maintenant, certains cathos FSSPX sont nettement trop crinqués, c’est vrai, j’en ai fait l’expérience désagréable sur Fdesouche. Et puis ? Sincèrement je m’en fou, je ne me sens pas menacés par eux, même s’ils voulaient être une menace, ils n’en auraient pas les moyens. Regardons plutôt les lobbys LGBT, féministes et islamistes. Ceux-là constituent un danger réel.

    Vous dites : « les croisades c’est fini »

    Le djihad, lui, n’est pas terminé. Nous en sommes la preuve.

    Et puis, la ‘Culture War’ ne s’essoufle pas aux États-Unis, un million deux cent mille Espagnols sont descendus dans les rues à Madrid quand le gouvernement a légalisé le génocide clinique (infanticide-avortement) l’an passé, l’Église romaine défends ses droits en Italie, l’Église orthodoxe renaît de ses centres en Russie et en Europe de l’Est… Vivat Christianitas !

    Vous dites « nous y arriverons le témoignage et le dialogue »

    Les laïcistes et surtout les musulmans ne dialoguent qu’à condition que vous leur faites des concessions unidirectionnelles. Faire autrement va à l’encontre leurs principes. La réciprocité est un concept chrétien et ils ne faut pas s’imaginer que les non-chrétiens voient les choses comme nous. Jouez leur jeu, et bientôt vous allez vous faire bombarder comme les Coptes d’Égypte. D’ailleurs, en France, vous n’en êtes pas si loin : http://indignations.org/

    @ le chafouin , vous dites :

    « pourquoi chercher à condamner une ‘tendance’ au profit d’une autre? »

    Parce qu’une est mondaine, postmoderne, nonchalente, infantilisante, de mauvais goût, et hypcrite sur les bord (cette manie de toujours faire semblant d’être hyper-heureux, désolé, c’est tellement fake), tandis que l’autre est… hé bien… je suis pour le culte en langue vernaculaire, mais je dois concéder aux cathos tradis que leur culture est franchement plus décente & noble et moins sotte que la culture contemporaine qui s’est emparée de la plupart des autres dénominations chrétiennes.

  12. @chafouin,
    « Je ne sais pas où est la virilité, mais je préfère, à tout prendre, la maladresse de ces étudiants rennais à la méchanceté de ces virils occidentalistes  »
    Je me refuse quant à moi à simplifier ainsi les choses, désolé ! Je ne choisis pas entre la « petite » Sainte thérèse, la cloîtrée Marthe Robin, le bouillant Saint Bernard prêcheur des croisades, le pourfendeur des hypocrisies mondaines Saint Vincent de Paul. S’ils ont été déclarés saints , c’est sûrement en partie pour notre édification.
    Se faire l’écho, publiquement, de ces « divisions », je ne suis pas sûr que cela serve la cause du Christ. Il y a tant d’autres choses à faire.

  13. @ Darth Manu : « Les premiers chrétiens étaient dans une situation bien pire que la notre, et pourtant ils ont converti Rome, non par les armes (…) mais par le martyre, c’est à dire le témoignage de leur amour »

    Au moment où Constantin le Grand a décrété l’Édit de tolérance de Milan en 313 (arrêtant la persécution), les chrétiens ne fesaient pas plus de 10 % de la population de l’Empire. Ils étaient encore très minoritaires. Par la suite, s’ils sont devenus majoritaires, c’est en bonne partie car ils n’ont pas eu peur de déplaire aux impies en créant des polémiques (Cf Athanase d’Alexandrie), car ils se sont impliqués en politique et car ils ont eu une part active dans les conflits militaires. Même en prenant en compte qu’après l’Édit de Théodose (392) une portion substancielle des « chrétiens » ne l’étaient que nominalement, le christianisme n’aurait jamais dépassé la barre des 15-20 % s’ils n’avaient fait que tenter de plaire à la populace en étant des gentils martyrs débordants d’amour.

    La croissance numérique des religions ne s’explique pas en termes de sentimentalisme (sauf pour le new-age). Au 21e siècle, les cathos et les évangélique essaient de vendre la foi comme si c’était un « bon produit ». Mais l’évangélisation « hip-cool » n’est pas un gage de réussite. Si on regarde les mormons, qui grossissent actuellement au rythme où l’Église primitive grossissait dans l’Empire romain (40 % par décennie), seulement 10 % de leurs nouveaux adhérants sont atteints par leurs missionnaires. Les 90 % autres rentrent car ils voient dans le mormonisme un *système social* (c-à-d une RELIGION dûment constituée) qui peut leur assurer plus de succès que le restant de la société : communauté solidaire, familles soudées, moins de problèmes familiaux car l’homme et la femme respectent leur rôle distinctif et car les enfants sont mieux élevés, assurance de soution des correligionnaires en cas de difficulté majeure, etc.

    C’était pareil dans l’Empire romain. Le christianisme s’est répandu car il offrait un SYSTÈME SOCIAL ALTERNATIF aux échecs de la société païenne. Les femmes, particulièrement, y étaient attirées car la la distribution des rôles dans le mariage y était plus équitable, car la répudiation des épouses était interdite (sauf pour adultère), et car les veuves étaient soutenues financièrement plutôt qu’abandonnées à elles-mêmes. Pendant les grandes pestes, les chrétiens mettaient sur pied des « hôpitaux » où ils soignaient les malades pandant le les prêtres païens fuyaient.

    Or en France, depuis la Troisième République, l’État-providence s’est arrogé les rôles de l’éducation et des soins infirmiers — et de multiples autres champs de compétence — qui étaient normalement réservés à la juridiction de la société civile (c-à-d tout ce qui ne ne relève pas de l’État ou qui n’a pas une vocation mercantile = les églises, les regroupements communautaires, etc.). Bref l’État laïc (c-à-d athée/agnostique) a pris le contrôle du communautaire et a utilisé ses nouvelles écoles pour endoctriner les nouvelles générations dans l’incroyance. Tant que cette situation ne change pas, le champ d’action de l’Église demeurera beaucoup plus restreint que ce qu’il n’était dans l’Empire romain. Même si on ne nous crucifie pas dans des stades (pour l’instant), en terme de *force sociale*, notre potentiel est beaucoup moindre que celui de l’Église primitive.

    Cependant, je pense que nous pouvons faire quelque chose malgré tout, mais pour cela il faut arrêter de vouloir se fondre dans la masse et rejeter la rectitude. Si nous voulons vraiment faire des disciples : SOYONS DIFFÉRENTS, offrons un SYSTÈME SOCIAL ALTERNATIF !

    Arrêtons d’obéir à la culture postmoderne avec les cultes pop-rock, les jeunesses infantilisantes et l’attitude archi-émotionnelle, arrêtons d’envoyer nos enfants chrétiens se faire inculquer le paganisme à l’école laïque/multicul, arrêtons de laisser les vices postmodernes pénétrer dans nos congrégations, bref démontrons que la religion du Christ est une alternative crédible à la mondanité. Là, les gens verrons de leurs propres yeux toute la différence, constaterons notre réussite, et voudront faire partie du Corps de Christ.

    P.S. Références bibliographiques : ces deux ouvrages d’histoire/sociologie des religions…
    http://www.catholicity.com/mccloskey/riseofchristianity.html
    http://cup.columbia.edu/book/978-0-231-13634-1/the-rise-of-mormonism

  14. pedro

    « Ce n’est pas ainsi qu’on relèvera notre bel occident menacé par les islamistes et les païens »

    J’espère que cette phrase était ironique, car sinon ça s’appelle de l’incitation à la haine raciale et fait perdre toute sa crédibilité à cet article !

  15. @Durandal

    « Parce qu’une est mondaine, postmoderne, nonchalente, infantilisante, de mauvais goût, et hypocrite sur les bord  »

    Mais qu’est-ce que vous êtes méprisant. Comment pouvez-vous vous permettre de généraliser à ce point et de juger le fond des coeurs? Je pourrais vous répondre en vous parlant de certains tradis que je connais, mais je préfère éviter de rentrer dans votre jeu.

    A mon avis, je pense qu’avant tout vous ignorez tout des milieux charismatiques.
    Par ailleurs, en contre-exemple de votre démonstration destinée à Manu, je vous dirais que les Évangélistes, dont la spiritualité est plus proche des charismatiques que de la vôtre, sont loin d’être en recul, bien au contraire : leur nombre ne cesse d’augmenter, y compris et surtout dans les quartiers populaires.

    Tant que cette situation ne change pas, le champ d’action de l’Église demeurera beaucoup plus restreint que ce qu’il n’était dans l’Empire romain. Même si on ne nous crucifie pas dans des stades (pour l’instant), en terme de *force sociale*, notre potentiel est beaucoup moindre que celui de l’Église primitive.

    Eh bien, apprenez la doctrine sociale de l’Eglise et répandez la autour de vous! Croyez-vous que tout cela ne soit qu’une affaire de codes, d’habillement? Je peux très bien aller au Mc Do, écouter les Beatles et aimer les films des frères Cohen. Je ne crois pas que ce soit en se mettant en marge du monde (tiens, au hasard, comme les mormons) et en le rejetant que vous le convaincrez, mais ce n’est que mon avis. Vous l’avez dit, il faut être différent et montrer en quoi le christianisme est une révolution. Mais ça ne passe pas forcément par le fait de se replier sur soi-même!

    @Les yeux ouverts

    « Se faire l’écho, publiquement, de ces « divisions », je ne suis pas sûr que cela serve la cause du Christ. Il y a tant d’autres choses à faire. »

    L’attaque était publique, la réponse doit l’être. J’en ai vraiment assez de ces missiles permanents que les milieux tradis envoient en continu sur internet.
    Maintenant, je ne vais sûrement pas me borner à ce sujet dans les mois qui viennent🙂

  16. @Pedro

    Ce n’était pas ironique, c’était une traduction du discours de certains sur le blog cité en lien. D’ailleurs, vous avez quasiment le même discours chez Durandal : au secours, l’islam et les païens nous menacent.

  17. Pingback: Revue de Blogs : Vidéos (encore), actu et non actu ! « Lemessin

  18. Durandal,

    Les « païens » nous menacent ? Quels païens ? Les sorcières de la Wicca ?
    Qu’est-ce que c’est que cette attitude de « citadelle assiégée » ? Le christianisme n’est pas une citadelle, et n’est pas assiégé. Et si vous regrettez les croix dans les arènes et rêvez de martyre, prenez-la, votre croix, et allez prêcher la bonne parole là où c’est vraiment risqué. En Lybie, par exemple. Mais n’oubliez pas que personne n’a envie de rejoindre une citadelle assiégée.

  19. PS : Désolée, Chafouin, mais Durandal m’a mise en colère.
    Vous parlez à juste titre de répendre et d’appliquer la doctrine sociale de l’Eglise. Assez bizarrement, la plupart des tradis de ma connaissance – et j’en ai fréquenté un paquet – se retrouvent plus dans le capitalisme mondialisé et l’ultralibéralisme que dans la Doctrine sociale en question.

  20. Oscar

    Intéressante réflexion.

    On oublie souvent quelque chose : le catholicisme pourrait presque se résumer à un petit mot : le ET. Le Christ est homme ET Dieu ; Dieu est Justice ET Amour. A chaque fois qu’on le supprime, ce petit mot, ça fait une hérésie…

    En l’occurrence, j’aurais assez tendance à approuver le billet du Chafouin. C’est vrai quoi, si ces gars ont envie de dire Jésus t’aime en jouant la guitare, je ne vois pas très bien ce que ça peut nous faire, chacun sa vocation, chacun son rôle, chacun sa façon de faire. Moi je ferais pas ce qu’ils font, mais je suis content que eux le fassent.

    Je pense donc qu’ils faut des tradis ET des charismatiques, ça a toujours été comme ça dans l’Eglise, d’une façon ou d’une autre.

    Après je pense que la réflexion autour de la virilité n’est pas forcément bien venue. Il me semble que tout chrétien devrait être viril (homme ou femme, on parle pas évidemment d’avoir des poils partout). Sainte Thérèse de Lisieux, elle était « virile ». Evidemment, on peut pas tout montrer dans une vidéo comme ça ; mais peut-être qu’on peut reprocher aux charismatiques d’être parfois lénifiants dans certains domaines (parce que pour évangéliser ils évangélisent) ; je me souviens de grosses réticences pour participer à la marche pour la vie par exemple, par peur de choquer ; tout comme d’ailleurs on pourrait reprocher l’inverse aux tradis d’ailleurs…

    Sans se taper tout le temps les uns sur les autres, on pourrait peut-être accepter les critiques. Encore faudrait-il qu’elles soient constructives…

  21. Koz

    Il me semble aussi que, dans cette affaire de couilles, il y a maldonne. D’une part, parmi les commentateurs de sites tradis/intégros, il y a un paquet de mecs qui ne voient dans la religion catholique qu’une composante de l’Occident. Ils la voudraient plus belliqueuse, pour pouvoir niquer la gueule aux Sarrasins. Ceux-là sont étonnamment présents sur ces sites, alors qu’il ne faut pas creuser longtemps pour voir que leurs références sont néo-païennes. Eux, c’est Odin sur fond de Wagner.

    Quand on parle de virilité, ça me fait penser à l’opuscule de Mounier, que j’avais commenté, L’Affrontement Chrétien

    J’en citerai deux passages (avec un peu de mon billet dans le premier passage) :

    « Mounier évoque ce christianisme dévirilisé2, ce christianisme qui « devient rapidement dans nos pays une religion de femmes, de vieillards et de petits bourgeois ». Il cite cet ouvrage qui fit date3, La France, pays de mission, lorsque les auteurs concluaient « que l’ouvrier moderne, pour entrer dans une sphère de vie chrétienne, n’est pas tant arrêté par le saut spirituel de l’incroyance à la foi, que par le dépaysement sociologique où l’appelle le style de vie moyen4 des chrétiens pieux. « Il leur semble que, pour aimer le Christ, il leur faudrait accepter comme une déchéance, comme un amoindrissement de leur personnalité de rude travailleur » ». »

    et

    « Une main tendue, un regard offert veulent un homme debout. Qu’on ne fasse plus à nos jeunes chrétiens de ces regards sans acier dont on ne sait s’ils offrent ou s’ils mendient l’amour ou je ne sais quel sentiment qui reste entre l’offre et la demande, entre l’amour ou le néant. Qu’ils apprennent à marcher dans le vent et seuls. »

    Mais cette virilité-là, c’est une conviction en acier sur le message véritable et entier du Christ, pas un tri dans sa Parole pour en évacuer ce qui nous paraîtrait insuffisamment viril.

  22. Impec. Très bon billet. Bien d’accord avec le Chafouin sur ce coup là. Je me permets de citer un parole de Jésus qui me vient à l’esprit:

    « C’est à l’amour que vous aurez les uns pour les autres, que l’on reconnaîtra que vous êtes mes disciples. » (Jean, 13, 35.)

  23. @Durandal
    « Sincèrement je m’en fou, je ne me sens pas menacés par eux, même s’ils voulaient être une menace, ils n’en auraient pas les moyens. Regardons plutôt les lobbys LGBT, féministes et islamistes. Ceux-là constituent un danger réel ».

    Le christianisme, si son enseignement doit être protégé contre ceux qui l’attaque, n’est pas comme un parti politique ou une forteresse qui doit à tout prix faire bloc contre les attaques extérieures, au prix de justifier la fin par les moyens. Lorsque pour protéger tl ou tel aspect de son enseignement, nous en venons à nous traiter en ennemis et nous mépriser mutuellement, il est autant en danger que lorsqu’il est attaqué par telle ou telle association proavortement ou féministe dans les médias, ou lors de la sortie de tel livre de Richard Dawkins ou Caroline Fourest. Etre chrétien, c’est aussi s’évangéliser soi-même au jour le jour.

    « Vous dites « nous y arriverons le témoignage et le dialogue »

    Les laïcistes et surtout les musulmans ne dialoguent qu’à condition que vous leur faites des concessions unidirectionnelles. Faire autrement va à l’encontre leurs principes. La réciprocité est un concept chrétien et ils ne faut pas s’imaginer que les non-chrétiens voient les choses comme nous. Jouez leur jeu, et bientôt vous allez vous faire bombarder comme les Coptes d’Égypte ».

    C’est curieux. Ma chef et mes deux soeurs sont laïcistes, mes deux collègues de bureau sont musulmanes, je fais zéro mystère de mon catholicisme, et je ne rencontre pas cette fermeture que vous décrivez.
    Vous dites: « Maintenant, certains cathos FSSPX sont nettement trop crinqués, c’est vrai, j’en ai fait l’expérience désagréable sur Fdesouche ». Je pense que c’est pareil pour les féministes, les laicistes, les musulmans… On en trouve qui sont très politisés, très sectaires, et d’autres qui sont capables de dialoguer. Les premiers sont certes très influents dans certains cercles aujourd’hui, et le Pape lui-même nous appelle à rester intransigeant sur les idées. Mais je trouve que vous fantasmez pas mal sur « l’ennemi ». Ce n’est pas parceque de plus en plus de personnes sont imprégnées de préjugés contre le catholicisme qu’elles sont toutes butées ou de mauvaise foi.

    « Par la suite, s’ils sont devenus majoritaires, c’est en bonne partie car ils n’ont pas eu peur de déplaire aux impies en créant des polémiques (Cf Athanase d’Alexandrie), car ils se sont impliqués en politique et car ils ont eu une part active dans les conflits militaires. Même en prenant en compte qu’après l’Édit de Théodose (392) une portion substancielle des « chrétiens » ne l’étaient que nominalement, le christianisme n’aurait jamais dépassé la barre des 15-20 % s’ils n’avaient fait que tenter de plaire à la populace en étant des gentils martyrs débordants d’amour ».

    J’ai du mal à voir en quoi cette analyse s’oppose à ce que j’ai dit. J’ai rappelé moi-même que les premiers chrétiens ont fermement mené bataille sur le terrain doctrinal par leurs paroles et leurs écrits. Maintenant, sans chercher à plaire au monde, ils ne se sont pas conduit en forteresse assiégée. Vous dites qu’ils se sont impliqués en politique, dans les conflits militaires, qu’ils ont créé des « polémiques ». D’après tous ces exemples, je dirais moi qu’ils ont dialogué, et que malgré le temps et les persécutions, ça a fini par payer. Les méchants païens n’étaient pas tous butés, et ont fini par ouvrir leur coeur à la Grâce.

    Je trouve que la façon dont vous sembler réduire l’amour évangélique au sentimentalisme « hippie » est assez étrange. Etre ferme sur le terrain des idées, créer des « polémiques », ce n’est pas contradictoire avec une attitude de respect et d’accueil serein de la contradiction. Pour prendre en exemple les « mahométans » si sectaires, le collègue musulman le plus assuré doctrinalement, qui était aussi le plus « tradi » et le plus critique à l’égard du christianisme parmi ceux que je connais, était aussi celui avec qui j’avais les conversations les plus agréables et les plus argumentées, et qui respectait le plus ma foi. Et paradoxalement, en cherchant à répondre honnêtement à ses arguments, j’ai compris la valeurs d’aspects de ma foi qui me paraissaient dépassés, comme la confession, et j’ai grandi et me suis affermi en tant que chrétien. On peut être à mon avis tolérant sans être bisounours et sans transiger sur les principes…

  24. Oscar

    En fait j’avais pas vu la vidéo, je pensais que c’était celle de Rennes…

    C’est vrai qu’en voyant celle de Lille, j’étais parfois un peu gêné, je trouve qu’ils font un peu n’importe quoi dans l’église…C’est pas méchant, mais bon, je trouve ça un peu dommage. Après, c’est vrai que traiter les gens de tous les noms pour ça, et brandir la menace de l’Islam, c’est pas forcément le plus intelligent ni le plus évangélique…ni le plus prioritaire.

  25. S1ned

    Comme je l’ai dit chez e-deo, ( le réac précedemment cité :D), pour moi, cette différence de forme, c’est ca qui fonde l’Eglise. C’est un peu, venez, il y en aura pour tout le monde. L’emmanuel pour ceux qui aiment la bougeote, la guitare à la messe, les tradis pour ceux qui aiment le latin et les rites, les LC pour ceux qui aiment la mission et le volontariat, Saint Vincent de Paul, pour ceux qui aiment aider les ado en difficultés etc etc…. Il y en a tellement. Mais c’est autant de facettes du christiannisme, qu’aucun homme ne peut avoir en lui même, parce qu’aucun homme n’est parfait, mais que l’Eglise concentre comme un tout. Et c’est ca sa vraie force. Alors, même si cette vidéo est naïve, le seul truc que je trouve dommage, c’est que les autres communautés ne fassent pas de vidéos pour montrer ce qu’eux aiment. . Car, avec cette vidéo, on ne voit que l’aspect bobo-coincé des cathos. Et pas la multitude des autres. Bien sûr, on imagine difficilement des tradis tapant dans leur main et jouant de la guitare. Mais on ne leur demande pas ca. Si toutes les communautés faisaient des vidéos pour montrer ce qu’ils vivent, leurs messes, leurs temps de jeux, etc ca serait très profitable !

    Ps: voici une vidéo (faite en partie par votre serviteur) sur un camp fait en Irelande. Regardez si ca vous chante:

  26. @Koz,
    « couilles, tradis/intégros, mecs, niquer la gueule ».
    Vous croyez que c’est avec ce genre de vocabulaire que vous allez faire avancer le schmilblic ? Je suis même très convaincu du contraire mais suis disposé à changer d’opinion.
    Le vocabulaire utilisé me donne l’occasion de vous demander ce que vous comptez faire de ce billet que je vous ai adressé il y a quelques jours :
    http://www.citeetculture.com/article-hellfest-2011-l-abjection-en-plus-66931225.html
    Cette info a été adressée à plusieurs dizaines de destinataires très divers, de « la vie », « Le pélerin », « la voix protestante » à « Edeo » et « le salon beige »…
    Ceux qui ont répondu pour le moment sont ici :
    http://www.citeetculture.com/article-hellfest-le-pelerin-et-enquetes-debats-67905168.html
    Cordialement

  27. Koz

    En tout cas, on ne vous retirera que vous savez vachement donner envie aux gens de vous répondre.

  28. Pingback: Promenade sur la toile (24/02/11) -E-deo

  29. @ koz,
    Dommage que vous le preniez mal ! Et ce d’autant que je fais depuis un an une veille très constante sur ce dossier, en relation avec des métalleux qui ne rechignent pas à échanger avec moi et qui sont même de plus en plus à l’écoute.
    Comme quoi, on est pas toujours prophète dans son pays !

  30. @Oscar

    « Je pense donc qu’ils faut des tradis ET des charismatiques, ça a toujours été comme ça dans l’Eglise, d’une façon ou d’une autre. »

    Exactement! C’st ce que je voulais dire en soulignant la multiplicité des mouvements et congrégations qui composent l’Eglise.

    Après, sur la virilité, ce qui me gêne dans les commentaires que j’ai lus chez Fromage Plus ou e-deo, c’est qu’il se dégage la volonté d’en « découdre » avec nos supposés ennemis, qui sont, bien sûr, toujours les marxistes et les musulmans. La virilité, en soi, j’ai rien contre, et les extraits du livre de Mounier partagés par Koz sont éclairants. La virilité, ce n’est pas en découdre avec les autres, c’est être ferme sur ses convictions, les défendre, ne pas hésiter à aller au charbon.

    Or rien ne dit que ces qualités ne soient pas partagés par les charismatiques.

    Et au fait, le premier lien renvoie vers la vidéo de Lille, et le deuxième vers la vidéo de Rennes.

    En effet, les Lillois sont peut-être un peu limites sur ce qu’ils font dans une Eglise, mais ils ne dansent pas non plus nus sur l’autel. ça me paraît acceptable, mais je ne suis pas un spécialiste de ce qui est sacrilège ou pas🙂

    @Koz

    En effet! Nombre de ceux qui raillent ce lipdub ne sont même pas chrétiens. Tout ce qui les intéresse, c’est la chrétienté, et les guerres de civilisations. Bref, plus identitaires que religieux.

    @Darth Manu

    « On peut être à mon avis tolérant sans être bisounours et sans transiger sur les principes…. »

    Exactement. J’aime tout particulièrement votre passage sur l’évangélisation de soi-même, je crois qu’il n’y a que comme ça qu’on peut convaincre.

  31. Henry le Barde

    @ le chafouin
    « Peut-être! Je ne suis pas là pour donner raison à l’un contre l’autre, qui sommes-nous pour cela? Mais la forme compte, et là elle n’y était pas. »

    Je suis d’accord avec toi. Nous ne sommes légitimes ni pour juger, ni pour défendre quiconque, d’ailleurs. Les gens sont assez grands.
    Dommage que cette polémique (qui a presque fini par me faire culpabiliser de m’être bien marré en voyant le clip) ait masqué le fond de l’affaire, dont nous aurions pu parler, les uns et les autres, avec vérité ET charité : la communication de l’Église…

  32. @les yeux ouverts

    Félicitations, mais honnêtement, je ne vois pas trop le rapport avec le sujet qui nous préoccupe ici🙂

    @Henry le barde

    La communication de l’Eglise… Eternel problème, et serpent de mer insoluble!🙂

    @gauchedecombat

    Content de te faire rire. C’est pas souvent!

  33. Pour revenir aux fonds des coeurs, je ne doute pas qu’il soit sincère et bien intentionné. J’ai moi-même déjà été impliqué dans des campagnes d’évangélisation semblables, je sais que les gens qui y particippent veulent vraiment sauver des âmes. On ne critique pas leurs intentions, juste leurs méthodes que nous jugeons, hé bien, mauvaises. L’Église de Dieu n’est pas un club de divertissement.

    Un des mes ex-colocs étudie pour être pasteur et un autre de mes ex-colocs travaille à plein de avec Campus Pour Christ. J’en ai tellement vu et entendu, j’en suis plus capable. J’EN AI MARRE, comme vous dites en Europe. Il y a quelques années, à 18 ans, je quitte le foyer parental, change de ville et déménage en appartement. Je m’achète une voiture, je travaille et je subsiste à mes besoins. Dans ma tête, à ce stade là, je suis un adulte. Et là je décide de fréquenter une église, ce qui m’était interdit depuis l’âge de huit ans. On me fait participer à des « jeunesses » où on joue des jeux adéquats pour des ados de 12 ans, on fait des « défis », etc. Je décide ensuite de lâcher la jeunesse, puis je me fait dire par ma nièce de 7 ans que je ne « suis pas assez chrétien » ! Bong sang. LAISSEZ-NOUS DEVENIR DES ADULTES.

  34. « Viril » ? J’ai envie de dire oui, et plutôt deux fois qu’une… Vous remarquerez que « Viril » et « Vertu » (Virtus) ont la même racine latin « vir » : homme.

    C’est qu’en fait pour être chrétien faut être couillu (et il y a des femmes qui en ont)… mais pas de n’importe quelle façon : on besoin de beaucoup de « couilles spirituelles » pour taper sur nos copains cathos que pour tendre l’autre joue.

    Donc oui, viril, dans la lutte intérieure : c’est là que se trouve le bon combat… celui des vrais « hommes ».

  35. Merci pour ce très bon billet.

    Le problème des discussions, c’est d’être d’accord avec le sujet. Or souvent, les uns parlent de religion, les autres de Foi. Forcément, il y a peu de chance de se comprendre.

  36. loupiot

    Bravo pour ce texte, vous avez raison! merci

  37. do

    en même temps, pendant que les libyens se font -courageusement- massacrer pour accéder à un peu de liberté , où des religieuses décident de rester à leurs côtés pour soigner leurs blessés, ces bagarres autour d’un lipdub trop ou pas assez couillu, trop ou pas assez catho, ça a quelque chose de … comment dire.
    on aimerait voir les cathos sur d’autres terrains, même si, ok, c’est pas forcément la place de tout le monde.
    On pourrait être dans la rue pour pousser nos dirigeants à faire des blocus, les compagnies pétrolières à refuser le pétrole des pays qui participent à ça, je sa

  38. do

    is pas, ou organiser des veillées de prière multiconfessionnelles, mais on devrait pas être en train de prendre la température de lipdubs faits par des amateurs, dans une aumônerie.

    je crois que notre crédit auprès des musulmans ne dépendra plus jamais de nos lipdubs ni de notre encens.

  39. Déjà bravo à Darth Manu, il arrive à dialoguer réellement et ne s’emporte pas. Ca manque pas mal sur le net.
    Pour répondre sur deux sites que je fréquente, e deo a aussi mis en lien cet article (c’est par lui que je suis arrivé) et le SB a aussi mis en ligne de très bon articles sur la DSE.
    Ca me semblait bien de signaler aussi les bonnes choses non?

    @Les yeux ouverts: j’avais vu un blog de quelqu’un qui essayait réellement de comprendre les métalleux, est-ce le votre? C’est vrai que le contexte manquait chez Cité et culture, même si je suis d’accord sur le fond pour ce que je connais…

  40. J’ai aussi par curiosité été lire le blog de durandal, qui n’a pas parlé de ce lipdub, qui est cklairement un identitaire. J’ai aussi trouvé un article assez étudié sur la signification du jihad dans l’Islam: visiblement il a creusé le sujet…

  41. [J’ai supprimé des phrases, reformulé des paragraphes et enlevé des liens. SVP ayez l’aimabilité de publier cette fois-ci.]

    @ chafouin :

    « Comment pouvez-vous vous permettre de généraliser à ce point et de juger le fond des cœurs? (…) A mon avis, je pense qu’avant tout vous ignorez tout des milieux charismatiques. »

    À vrai dire, je suis un chrétien évangélique, et ce lipdub m’est d’un air parfaitement familier. Une chance que c’est précisé que c’est catholique et qu’il y a une petite scène dans une cathédrale, car j’aurais pu jurer que c’est une production évangélique.

    « les Évangélistes, dont la spiritualité est plus proche des charismatiques que de la vôtre, sont loin d’être en recul, bien au contraire : leur nombre ne cesse d’augmenter »

    Au Québec, les évangéliques font du sur-place, malgré tous les efforts déployés. En France, les évangéliques font quelques progrès qui méritent d’être soulignés, mais cette augmentation est en bonne partie due à l’immigration de chrétiens originaires d’anciennes colonies comme le Congo et pas seulement aux nouvelles conversions.

    « Eh bien, apprenez la doctrine sociale de l’Eglise et répandez la autour de vous! »

    C’est exactement ce que je fais, mais les autres chétiens sont très peu réceptifs : ils font beaucoup trop confiance au pouvoir civil et, pire, ces dernières années dans le milieu évangélique s’est imposé la mouvance dite « Emerging Church », postmoderne, dont le dogme premier est que le christianisme n’est « pas une religion mais seulement une relation avec Dieu », slogan fancy en apparence anodine, mais lourd de conséquences : hyper-individualisme, rejet des pratiques holistes chrétiennes comme la prière avant les repas (marque de la déstructuration de la famille même dans les milieux chrétiens), négligeance de l’éducation spirituelle des enfants, et j’en passe. Ils veulent juste du feel-good, des effusions émotionnelles, pas une doctrine sociale solide et érpouvée au fil des siècles. Leurs fondements sont instables : dans quelques décennies ont sera déjè dans une autre époque et ils devront encore tout réinventer !

    @ lambertine :

    « Les païens nous menacent ? Quels païens ? (…) Le christianisme n’est pas une citadelle, et n’est pas assiégé. »

    Le christianisme est certainement, au sens figuré, une citadelle, une forteresse, un temple, etc. Tout ça est dans la Bible.

    Maintenant, pour ce qui est des attaques contre le christianisme, j’ai déjà cité un lien plus haut. C’est dur d’être exhaustif. Pour apporter preuve à mes dires , quelques liens :

    http://ralliementidentitaire.wordpress.com/2010/12/10/totalitarisme-laicard/
    http://redux.over-blog.net/article-25677881.html

    Et non je ne crois pas que « c’est juste une minorité d’extrémistes » ou qu’« ils s’assimilent après quelques générations ». 44 % des musulmans britanniques de 35 et moins sont favorables à l’instauration progressive de la sharia en Grande-Bretagne…

    http://www.bivouac-id.com/billets/grande-bretagne-44-des-jeunes-musulmans-sont-favorables-a-linstauration-delements-de-la-charia/

    Il y a d’ailleurs déjà plus de 85 tribunaux de sharia qui opèrent en toute légalité au Royaume-Uni. Pour l’instant ils ne traitent que des affaires internes à la communauté musulmane, mais cette sharia légale a tendance à s’appliquer même aux non-musulmans dans les zones où les disciples d’Allah sont majoritaires :

    http://www.familysecuritymatters.org/publications/id.290/pub_detail.asp

    Donc ce n’est qu’une question de temps et d’évolution jurisprudentielle avant que la sharia ne tordre tout le système juridique britannique. D’ailleurs la pression légale se fait déjà sentir.

    http://www.bivouac-id.com/billets/gb-un-musulman-converti-au-catholicisme-menace-la-police-lui-repond-darreter-de-se-comporter-en-croise/

    Adieu le Common Law aux racines ayant 800 ans d’âge, adieu à l’isonomie des citoyens, adieu la Magna Carta, et bonjour la dhimmitude.

  42. @panouf,
    Je dialogue en effet pas mal avec les métalleux dont Darth Manu. Est-ce mon blog que vous avez vu ? Allez le consulter puis dîtes moi.
    Le problème, ce n’est pas le métal mais les excès de celui-ci avec un propension très affirmée par le hellfest à la transgression.
    Le fondateur de ce festival que j’ai rencontré à 2 reprises persiste dans une attitude d’autisme et s’enfonce d’édition en édition dans l’abject.
    La réaction des métalleux/Satanic Warmaster et celle de la fédération nationale des déportés sont les signes avant-coureurs que les lignes bougent.
    Dans quelques jours, je mettrai en ligne deux billets pour m’adresser aux métalleux. D’autres suivront plus en direction des mécènes et partenaires.
    @chafouin
    La virilité, puisque tel est le sujet de ton billet, c’est poser des oui mais aussi des non. C’est dans cet esprit que je me suis permis mon combat.

  43. @Durandal

    Désolé, votre commentaire était bloqué dans la file des spams parce que les liens étaient trop nombreux… et je ne vérifie pas les spams tous les jours🙂

    Encore une fois je ne vois pas ce qui vous permet à partir de ce seul lipdub de juger ceux qui y apparaissent. Vous ne connaissez rien d’eux.

    Par ailleurs pour répondre à votre couplet sur la dhimmitude, je trouve un peu normal que le droit musulman s’applique, le jour où les musulmans seront majoritaires. Si n ne voulait pas que ça se passe ainsi, il fallait prôner l’intégration et lutter le communautarisme. On ne l’a pas fait, il ne faut donc s’étonner de rien.

    Honnêtement, au stade où on n’en est, je ne vois pas ce qu’on peut faire, surtout en Grande-Bretagne. En revanche, je ne vois pas ce que votre religion vient faire là-dedans. C’est plutôt votre appartenance au milieu identitaire qui vous fait réagir ainsi.

  44. En principe, quand on arrive dans un pays qui nous ouvre généreusement ses portes, au se soumet aux lois dudit pays, qu’on soit dans un quartier musulman ou non.

    « Lutter contre le communautarisme », comme vous dites, ce n’est pas laisser les immigrants se constituer des enclaves souveraines (ce que vous semblez prôner), c’est assimiler les nouveaux venus. Or avec le stipulat gauchiste que « toutes les cultures sont égales » (sauf l’occidentale qui est inférieure bien entendu), la repentance coloniale et culpabilisation systématique la des chrétiens blancs, il ne fallait pas y compter.

    On a laissé prospérer des idéologiques aliènes sous prétexte qu’elles étaient persécutées par la culture occidentale majoritaire, voilà le résultat. La volonté inconsciente (ou consciente) de « dédommager » les non-occidentaux pur une dette imaginaire à leur égard y a joué pour beaucoup.

    Vous ressassez mon « appartenance au milieu identitaire ». Si je suis identitaire, c’est car je suis chrétien. Et je suis également un nationaliste, un indépendantiste, un conservateur, un minarchiste (Tea Party), un constitutionaliste, etc. Mais je suis d’abord et avant tout un chrétien, et c’est pourquoi je m’oppose à l’islamisation et la sharia. Quand je vois le sort funeste qui est réservé aux chrétiens en terre d’islam, ma conscience me me donne raison.

    Vous tentez de dissocier le christianisme de la lutte pour l’Occident. Non, ce n’est pas « Odin sur fond de Wagner » (dixit Koz), c’est qu’outre quelques apports pré-chrétiens (notion de droit des Romains, rationalité et théâtre des Grecs, alphabet des Phéniciens via les Étrusques), la civilisation occidentale est un pur produit du christianisme, et en cela elle mérite qu’on soit prêt à lui donner notre vie autant qu’à notre foi en Christ.

    Dans votre article initial, vous vous moquez éperdument des défenseurs de la civilisation, vous minimisez (ou plutôt vous niez) la menace de l’islam, et maintenant que j’en ai fait la démonstration, vous me dites « bah, c’est normal, y’a rien là, on peut rien y faire ». Wow. Le « pacifisme radical et cette vocation à baisser les bras » que je dénoncais, ce n’était pas dans le clip lipdub, c’était dans votre article.

  45. @Durandal

    Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit. Je n’ai jamais, ni dit, ni pensé, que l’application de la charia en France serait une bonne chose. J’ai simplement dit que dans la manière dont se passent les choses en GB depuis des décennies, je ne voyais pas trop comment l’éviter.

    A partir du moment où on laisse des communautés se constituer à côté de la communauté nationale, et à partir du moment où ces communautés prennent de l’ampleur, il est inévitable qu’à un moment, lorsqu’elles se sentent fortes, elles exigent de pouvoir présider à leurs destinées. La communauté nationale n’avait qu’à pas se suicider elle-même en laissant des cultures concurrentes se constituer et en n’assurant pas son renouvellement démographique des générations.

    « quand on arrive dans un pays qui nous ouvre généreusement ses portes, au se soumet aux lois dudit pays, qu’on soit dans un quartier musulman ou non »

    Sauf si personne ne l’exige de nous! Regardez les Chinois : ils ne s’intègrent pas. Ils vivent à côté de nous. Entre eux. Et ça n’embête personne.

    On peut être chrétien sans défendre « l’Occident ». D’ailleurs, le christianisme est bien plus dynamique en dehors de l’occident que dans l’occident.

    Enfin, l’occident s’est constitué à travers les valeurs du christianisme, bien évidemment. Mais celui-ci est attaqué depuis bien plus longtemps que l’arrivée de l’islam en Europe. Vous pouvez dater ça à 1789, tiens.

    Je ne me moque pas des défenseurs de la civilisation, j’ironise sur ceux qui se gaussent des charismatiques tout en n’étant pas chrétiens eux-mêmes mais en se contentant de défendre la chrétienté en tant que civilisation. Vous pensez que les identitaires athées sont vos amis, mais c’est faux. Ils n’ont que faire de ce qui fait le terreau du christianisme, tout ce qu’ils veulent, c’est l’homogènie d’un territoire, c’est tout! Il n’y a rien de chrétien là dedans. Vous vous perdrez si vous vous alliez avec ces gens là.

    En somme, je ne dis pas qu’il faut baisser les bras, je dis que si vous voulez défendre les racines chrétiennes de l’Europe, ce n’est pas en jouant aux identitaires que vous y parviendrez. Je pense que la conversion personnelle et le rayonnement que vous pouvez avoir dans votre vie sont les seuls remèdes.

  46. On peut être chrétien sans défendre l’Occident, assurément, si l’on œuvre pour l’Évangile en Asie ou en Afrique. Mais défendre le christianisme en Occident revient à défendre un pilier de l’Occident.

    Il est vrai que les forces vives du christianisme au niveau global ne sont plus en Occident, ironique revirement . Et alors ? On a quand même le droit de prôner un Occident chrétien.

    Il est vrai que le christianisme en Occident est attaqué depuis deux bons siècles par les laïcards… sans eux l’islamisation n’aurait d’ailleurs jamais été possible.

    Ceux qui se « gaussent des charismatiques tout en n’étant pas chrétiens eux-mêmes »… c’est une grosse accusation que vous lancez là. Si vous vous référiez à des marinistes, je vous donnerais raison, mais vous me citez E-Deo et Fromageplus qui — du point de vue d’un observateur externe — sont fichtrement plus catholiques que vous et représentent une branche beaucoup plus engagée et qui traverse beaucoup plus d’adversité que le catholicisme mou de tendance lipdub « seeker friendly ».

    Vous dites « Vous pensez que les identitaires athées sont vos amis, mais c’est faux. Ils n’ont que faire de ce qui fait le terreau du christianisme »

    Vous parlez des « Identitaires » sur un ton très généralisant. Le terme peut soit désigner un membre du parti « Bloc Identitaire », ou bien n’importe quel individu qui défend son identité et son patrimoine. Puisque je suis Québécois, c’est la seconde définition qui s’applique à moi.

    Pour mettre ça au clair quant au *parti* Bloc Identitaire, ce n’est pas un parti athée, même si on peut leur reprocher leur connivence avec Riposte Laïque. Sans doute que certains de leurs membres sont sauvés, et sans doute que d’autres ne le sont pas.

    Vous dites « ce qu’ils veulent, c’est l’homogènie d’un territoire, c’est tout! Il n’y a rien de chrétien là dedans » C’est discutable. c’est Dieu qui, en dispersant l’humanité après l’épisode de la tour de Babel, a créé les peuples et les nations de la terre. Conséquemment,d’un point de vue chrétien, chaque nation à le droit de s’autodéterminer et de maintenir son identité (culturelle, ethnique, linguistique), pourvu que cette identité soit compatible avec la vérité et la moralité chrétienne.

    Maintenant, je vous accorde qu’une bonne tranche du milieu nationaliste a tendance à regarder le christianisme comme étant secondaire, un héritage mais pas un précepte moral qui doit régir notre vie (Marine avec ses deux divorces). Et cela peut être exaspérant, en effet. Mais je pense que c’est une occasion pour s’investir, rectifier les erreurs et rappeler à ceux qui se revendiquent à tord de la civilisation chrétienne ce que le christianisme est vraiment.

    Vous parlez de conversion personnelle et de rayonnement que je peux avoir dans ma vie. Pour moi le christianisme n’est pas un « bon produit » que j’essaie de vendre. C’est la Vérité transcendante pour toutes les époques et tous les contextes, incluant les époques de désintégration civilisationelle où pleins de chrétiens sont prêts à se plier à n’importe quelle mondanité pour mieux paraître.

  47. Pingback: Faut-il une bataille culturelle pour défendre l’honneur du Christ? | Pensées d'outre-politique

Un petit commentaire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s