Florent Pagny, un vilain suppôt de Jean-Marie Le Pen

Les antiracistes n’ont rien à faire de leurs journées. Alors, les malheureux, pour tuer le temps, ils cherchent des activités ludiques. Bon, une fois que le puzzle est fait, que les fléchettes sont dans la cible, eh bien il y a un autre passe-temps sympa : écouter Chérie FM. Et entre Jenifer et Christophe Maé, lundi dernier, l’un d’eux a avalé son café de travers, en entendant Florent Pagny expliquer pourquoi il préférait que ses enfants soient scolarisés à Miami plutôt qu’en France. D’après les citations rapportées, le chanteur aurait dit ceci : « Un jour ton môme il rentre à la maison et se met à parler rebeu [arabe, ndlr]. C’est pas possible (…) le verlan encore, tout va bien, mais là il n’y a pas de raison. Les mômes ont peur donc ils raccrochent des codes [la langue arabe, ndlr] pour ne pas se faire emmerder ».

La vidéo est là, tiens.

Bon. A vrai dire, pas évident de saisir la signification profonde de la pensée de Florent Pagny. Ces phrases, c’est un peu de la choucroute verbale. En temps normal, d’ailleurs, personne ne perdrait son temps à tenter de déchiffrer, pardon de défricher les inepties de ce faux cow-boy. Il y a bien des moyens de se débrouiller pour que son fils ne traîne pas dans les rues et ne parle pas en verlan, sans l’emmener à Miami. Bref.

Mais c’était sans compter sur l’homme au café, celui qui voulait tuer le temps. Ce gars-là s’est dit que ça valait le coup de faire remonter l’info tout en haut de la hiérarchie du Cran (conseil représentatif des associations noires de France). C’est bon pour l’avancement. Bon, en passant, on voit pas bien ce que viennent faire les noirs dans cette histoire d’arabes, mais passons.

Et donc voilà, ensuite il y a le grand chef du Cran qui a pris la parole dans les médias, pour tenir ce genre de discours :

Et ensuite, il y a SOS-racisme, qui a demandé à notre Argentin national de présenter des excuses publiques. Allez, Florent, dis le, que tu aimerais bien que tes enfants parlent « rebeu »! Bon, tu vas le dire, oui ou non? Bien sûr, les médias en ligne (exceptés lemonde.fr et lefigaro.fr) et les radios font leurs choux gras de cette non-affaire. Ben ouais! Un dérapage raciste d’un people bon teint, c’est bon ça coco! Du côté de lexpress.fr, on s’engage, même. On parle de propos « scandaleux ». Dans le texte! Ben oui, pourquoi se gêner? Séparer le fait du commentaire, c’est une règle de base du journalisme, mais si on faisait du journalisme à lexpress.fr, ça se saurait!

Bon. Pagny, un suppôt de Le Pen? C’est à en perdre son échiquier politique. Au fond, Pagny connaît là ce que bien d’autres ont connu avant lui : le mécanisme est bien huilé, implacable, et s’abat sur tous ceux qui à un moment, commettent un écart de langage ou sortent des clous de ce qu’il est communément admis de dire ou de ne pas dire.

Mais qu’est-ce qu’on en a à fiche que Pagny veuille que ses enfants parlent anglais et pas « rebeu »? Et ça veut dire quoi parler « rebeu », c’est parler arabe, parler français avec un accent des cités? Et quelle que soit la réponse, c’est une obligation, d’être enchanté à l’idée que notre enfant parle « rebeu »? Et question subsidiaire : qui écoute Chérie FM, pour que ce soit si important de dénoncer ce qui s’y dit?

Cette éternelle idéologie de la victimisation est épuisante. Et cette façon de pointer du doigt les méchants – ceux qui ont commis le crime absolu de racisme – sans même entendre ce qu’ils ont à dire, en ne les jugeant que sur la fois de deux phrases reprises sur l’express.fr, est usante. Quand sortirons-nous de ces enfantillages?

33 Commentaires

Classé dans Société

33 réponses à “Florent Pagny, un vilain suppôt de Jean-Marie Le Pen

  1. Gwynfrid

    Les blogueurs n’ont rien à faire de leurs journées. Alors, les malheureux, pour tuer le temps, ils cherchent des activités ludiques. Bon, une fois que la revue de blogroll est faite, que les twits ont répondu aux twits, eh bien il y a un autre passe-temps sympa : aller voir sur l’express.fr s’il n’y a pas une nouvelle bêtise qui vient de s’écrire… Et un café de travers, un ! Un chanteur connu pour la faible profondeur de ses textes a dit une sottise, une association antiraciste connue pour son pavlovisme a fourni une réaction non moins sotte, un média en ligne connu pour sa passion des débats agressifs a résumé la situation de façon toujours aussi sotte. Ami lecteur, vous reprendrez bien un petit billet avec votre café ?

    (Excusez-moi, je me sens d’humeur taquine ce soir.)

  2. Barbara

    Je n’ai pas suivi l’émission, mais je ne vois pas en quoi ce serait une bêtise de ne pas vouloir que son enfant parle rebeu.
    Pour ce que j’en sais, c’est un sabir, même pas un argot, de quelques dizaines de mots émaillé de quelques mots arabes. Un langage tout juste suffisant pour évoquer quelques prétendues prouesses génésiques, trafiquer des substances illicites, avertir de l’arrivée des forces de l’ordre et éventuellement s’organiser pour lapider ces dernières.
    Bref, pas du tout une langue riche et nuancée qui pourrait permettre à ses utilisateurs de développer leur pensée.

  3. @Gwynfrid

    Euh… Au-delà de la pirouette, j’ai écrit ce billet à 1h du matin et je ne touche aucun subside de l’Etat. Par ailleurs, je n’intente de procès en sorcellerie à personne. La comparaison s’arrête donc là.

    Ces éternelles dénonciations sont un vrai sujet. Mais ce n’est que mon avis.

    @Barbara

    Je ne dis pas que c’était une bêtise. Je m’interroge sur le sens que ça a. Mais en effet, il parle certainement plus d’un baragouin que d’une langue construite…

  4. complètement d’accord avec toi

  5. René de Sévérac

    Permettez-moi une remarque.
    Je ne connais pas ce chanteur, mais si j’étais à sa place et que je vienne de sortir un disque, je ne m’y prendrai pas autrement pour déclencher le buzz.

    De mon temps (qui est celui de Johnny), il fallait organiser un divorce pour le 45 tours « n » et un rabibochage au « n+1 ».
    C’était pire, le CRAN n’existait pas.

  6. @chafouin: Billet parfait !

    @rené de severac: « je ne conais pas ce chanteur » ! Vous vivez ou ?🙂

  7. Bonjour,
    Pour illustration , nous vous invitons à lire quelques uns des commentaires de l’article écrit par nos soins http://www.citeetculture.com/ et publié sur Agora Vox http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/france-oh-ma-france-tres-belle-83744
    L’intro de cet article : « Pour bien de nos contemporains, en particulier les jeunes, la culture française est quasiment inconnue. Et quand elle ne l’est pas, il est presque indécent de dire qu’on l’aime : on risque en effet de passer pour un suppôt du nationalisme, un rétrograde ou encore un citoyen manquant particulièrement d’ouverture à l’heure de la mondialisation et de la nécessaire mixité culturelle. »

  8. cedric

    Effectivement c’est fatiguant de ne pouvoir émettre une pensée qui diffère de la pensée bien séante collective sans être taxé de raciste ou facho, bonjour la démocratie.
    Ce pourrait effectivement être un coup de com’ pour notre cow-boy en carton, vu la piètre qualité de ses albums, ce ne serait pas le premier.
    Chacun a notre niveau nous pouvons apporter une pierre à l’édifice, sans pour autant nous renier, gamin j’allai au collège avec des fils et fille de maghrébins et j’ai appris des mots arabes, c’était marrant d’ailleurs, c’est pas pour autant que j’ai renié ma langue natale.
    Maintenant fermer les yeux sur le problème des différences de culture et de langue, faire taire les remarques avec des procès, c’est comme poser un pansement sur une plaie infectée on risque la gangrène et l’amputation.
    Effectivement ce serait peut être bien qu’il y ai un vrai débat sur le sujet et de savoir ce que chacun a à reprocher à l’autre, nous sommes tous différents et c’est de là que naissent les peurs et mettre une chape de plomb là dessus, nier les souffrances des uns ou des autres ne fera qu’accroître la haine et la colère.

  9. Mais où trouves-tu ces idées de sujet?🙂

    Bon billet🙂

    Cela dit, décrire Pagny comme un « people bon teint », c’est un peu osé il me semble, Pagny est surtout connu pour des déboires de fraudes fiscales, son exil dans la pampa et son « savoir aimer »…

    Mais il est clair que nous n’aurons pas sa liberté de pensée🙂

  10. Barbara

    Désolée, j’aurais dû préciser. C’est Gwynfrid qui semblait penser que c’était une bétise.
    A part ça, j’allais acheter un CD de Florent Pagny, histoire d’encourager la sincérité contre le politiquement correct, mais il paraît que le rebelle s’est dégonflé. Je ferai donc des économies.

  11. @Barbara

    Il n’a pas vraiment changé d’avis, il s’explique sur ce qu’il entend par « rebeu ». http://www.lejdd.fr/Culture/People/Actualite/Au-Grand-Journal-Florent-Pagny-tente-de-justifier-sa-reflexion-un-peu-bete-232747/?sitemapnews

    @laloose

    En étant au taquet sur l’info, tiens🙂

    @Romain Blachier

    Très bon billet! Sans doute plus nuancé et complet que le mien.

  12. do

    moi, je comprend!s pas, avec toutes les bêtises que je dis par jour, que l’Express.fr il se soit pas déjà acheté un bureau en face de chez moi! c’est de la discrimination, je suis sûre.

  13. Ce que je trouve particulièrement savoureux, c’est que Florent Pagny essaie de se faire passer pour un citoyen du monde qui aime tout le monde, dénonçant les discriminations et tout le bazar gaucho (=de gauche, et pas argentin :-))… et voilà que finalement, on découvre que tout ce baratin n’est que de la belle hypocrisie. Cela m’amuse beaucoup de voir encore un bien pensant qui ne vit pas comme il le professe.

  14. Bob

    Le « rebeu » dont P. nous parle semble être tout simplement le semi-argot parlé par tous les gamins.

    Pagny devait surtout avoir besoin de se justifier de son « exil » à Miami auprès de ses spectateurs français. Et je doute fort que la question de l’éducation ait pesé fort dans sa décision.

    Si Pagny tenait tant au français c’est tout de même curieux d’aller s’expatrier à Miami, outre le fait que la culture ne se résume pas à la langue.

    Et pour que ses gamins parlent français à Miami, il faut qu’il les ait inscrits dans une école privée française : il aurait pu en faire autant en France … vu ses moyens financiers.

    Bref, le motif avancé par Pagny pour son départ à Miami semble totalement bidon voire abracadabrent.

    Mais bon, c’était un moyen garanti de faire parler de lui — l’air du temps, que voulez-vous.

    PS. Pagny était un cancre. Pourtant, admirez comme il a « réussi ».

  15. Bob

    En outre, le verlan existe depuis des lustres.

    Tout cela devient franchement ridicule.

  16. cilia

    Pour une fois que je ne suis pas d’accord avec Gwynfrid, j’en profite et du coup, je me fends d’un commentaire, en grande partie, très personnel.

    Il y a de cela environ un tiers de siècle, papa a pris la décision de me faire changer d’école et de m’inscrire, à la rentrée suivante en privé.

    La goutte d’eau qui a fait déborder le vase est que dans la riante école publique Jean Zay de ma zone, ma meilleure copine était, en CE1, une fille qui cumulait d’être née en début d’année civile, d’avoir déjà redoublé une fois, et, fait plus rare, d’être redescendue d’une classe.
    Le redoublement était déjà, à cette lointaine époque, un problème, et j’imagine donc qu’on l’avait fait passée, à la rentrée, dans la classe supérieure pour ne pas la faire redoubler deux fois, mais son niveau étant si décalé, elle avait dû redescendre, au cours du premier trimestre, dans la classe du dessous, la mienne donc.
    Cerise sur le gâteau, je suis native de la mi décembre.

    Quand mon père, donc, a réalisé, en m’entendant parler (et le « sociolecte des banlieues, merci Romain Blachier, n’existait pas encore) et raisonner, a pris conscience que ma grande copine avait presque trois ans de plus que moi, et qu’en plus, elle était arabe, il en a tiré la conclusion que ça allait bien maintenant, et que zou, ce serait l’école privée.

    J’ai perdu une copine en changeant d’école, mais j’ai découvert, en CE2, trois grands bonheurs que je ne pourrais jamais hiérarchiser, suivre de vrais cours de musique, de vrais cours de sport et avoir une instit pour qui être bon élève était positif, et certainement ni suspect ni méprisable.

    Alors je n’ai ni antipathie ni sympathie particulières pour Florent Pagny, mais quand je l’entends parler dans l’extrait que tu nous donnes, c’est un peu mon père que j’entends.

    La tolérance au verlan était celle à l’argot.
    Le goût prononcé pour l’Autre de Pagny était, et est toujours, celui des milieux et des quartiers populaires.
    Aucun rapport de près ou de loin avec Jean-Marie Le Pen.
    Et ce qui a traversé le temps, cette envie profonde et noble que son gosse soit tiré vers le haut et non vers le bas, ou tout au moins ne soit pas tiré du tout.

    Si l’école privé du coin n’avait pas été catholique, je me demande avec malice ce que tous les parents de mes copines, tous, absolument tous de gauche, et avec des professions et des salaires qui faisaient rêver mes parents, auraient osé avancer comme arguments pour ne pas scolariser leurs gosses dans l’école publique du quartier.

    C’est si pratique la religion…
    Sans compter que c’est bien moins cher et non SOSracismo-détectable que de déménager à Miami…

  17. Gwynfrid

    @ Barbara & Cilia

    Si ça n’a ne vous a pas semblé évident, c’est que ce n’était pas clair, alors je précise: bien entendu, M.Pagny a bien le droit de préférer que ses enfants parlent un français correct et aillent dans de bonnes écoles avec de bonnes fréquentations. C’est là une aspiration assez universelle, en fait.

    Par contre, quand il nous explique qu’il a scolarisé ses enfants à Miami pour optimiser leurs compétences langagières, il dit, à mon humble avis, une hénaurme bêtise. J’irais presque jusqu’à avancer l’hypothèse qu’il se fout un tout petit peu de notre gueule.

    @ Chafouin: oui, c’est un sujet. Mais c’est un sujet qui revient très souvent, et sur lequel il ne se dit à peu près jamais rien de nouveau. Je me trompe peut-être, mais il me semble que votre archive doit déjà contenir pas mal de billets sur ce thème. D’où mon petit réflexe agacé, pas des plus constructifs, je l’avoue, et pour lequel je vous prie de me pardonner.

  18. J’adore voir les réactions outrées des mecs qui n’ont rein à ce mettre sous la dent pour nous dire, que dis-je! nous sommer de retirer de la place public ce que nous pensons.
    Pardons, certains d’entre nous puisque d’autres aimeraient tant que leurs enfants rentre à la maison en parlant rebeu.

    Pagny ou comment se donner bonne conscience fiscale, j’adore beaucoup moins mais c’est un angle de tire assez facile. Bravo au chafouin pour son billet d’humeur tardive qui pointe bien les absurdités de cette mécanique du buzz creux.

  19. @Gwynfrid

    Si je dois éviter de parler de sujets dont j’ai déjà parlé, autant fermer boutique tout de suite. L’actualité est une boucle qui fait revenir sans cesse sur le tapis les mêmes questions. Sur l’antiracisme, je ne lâcherai jamais l’affaire : ces types sont dangereux, selon moi, et je ne me priverai jamais de le répéter. La preuve : ils sont incapables de faire la différence entre un propos idiot et un propos raciste.

    Bien sûr qu’il a dit une énorme bêtise. Mais il a surtout menti : ce n’est sûrement pas la vraie raison. A Miami, on ne parle peut-être pas « rebeu » mais le français n’est sans doute pas moins approximatif.

    @Cilia

    « Et ce qui a traversé le temps, cette envie profonde et noble que son gosse soit tiré vers le haut et non vers le bas, ou tout au moins ne soit pas tiré du tout. »

    Mais c’est peut-être ça qu’on lui reproche : d’avoir voulu (si l’on postule que son propos n’est pas juste une excuse bidon improvisée) autre chose pour son fils. Mais tu as raison : en France, la volonté d’excellence, c’est suspect, généralement… Merci pour ce témoignage.

    Moi j’ai fait l’inverse : privé puis public! Mais je n’ai jamais entendu d’argot à l’école… Je devais être dans une ville très bourgeoise.

    @Bob

    Je souscris totalement à votre commentaire.

    @La femme des steppes

    « Cela m’amuse beaucoup de voir encore un bien pensant qui ne vit pas comme il le professe. »

    Mais non! Florent Pagny est un re-belle, vous ne saviez pas?🙂

    @Do

    Faut en dire plus, encore!

  20. Heureux de voir que vous avez repris le chemin de votre clavier. Du coup, je me sens un peu obligé de sortir de ma réserve habituelle…

    Je suis entièrement d’accord avec votre billet: il est lassant de voir le CRAN, SOS Racisme et une bonne partie des médias être à l’affût du moindre « dérapage » et s’ériger en une sorte de police de la pensée.

    Cela me rappelle la polémique à propos de Morrissey, l’ancien chanteur des Smiths, qui avait déclaré en 2007 au New Musical Express que « plus l’afflux d’étrangers est en hausse en Angleterre et plus l’identité britannique disparaît ». Aussitôt, en France, les Inrocks et Rue89 avaient parlé de propos « accablants » ou « bourbeux » et crié en choeur au « dérapage »!

    Bien sûr, musicalement ou intellectuellement, Pagny est loin d’être à la hauteur de Morrissey! La comparaison s’arrête là. À cette notion de « dérapage ». Ce que Pagny a dit est idiot. Et au final, ce qui est désespérant ici, c’est de voir nos champions de l’antiracisme réagir avec autant d’empressement à des propos complètement débiles!

  21. cilia

    Gwynfrid,

    Si ce n’était pas clair, je me fiche éperdument de Pagny.
    Ce n’est pas méchant, juste de l’indifférence (et c’est certainement un sentiment assez partagé sur ce blog).
    Son intervention n’est qu’un prétexte bien évidemment.
    Mais un prétexte à parler de choses très importantes.

    Quand vous écrivez « c’est un sujet qui revient très souvent, et sur lequel il ne se dit à peu près jamais rien de nouveau » , je vous imagine haussant les épaules et pensant qu’il y a tant de choses plus importantes. Ai-je tort ?

    Eh bien, pour ma part, Gwynfrid, je ne saurais pas citer dix problèmes, dans notre société française, plus essentiels que ceux que la polémiquounette de Pagny soulève.

    Si la question est de dire ou ne rien dire de nouveau, alors, c’est pathétique.

    Puisqu’il faut être novateur pour être entendu, considéré, je suis tranquille pour les prochains week-ends d’élections ; pour moi, je sais déjà que ce sera piscine, ou peut être même plage, tiens, si il fait bon.

    Et pendant que je ferai plouf plouf, notre petit hexagone avalisera majoritairement, une fois de plus, les choix et les jugements qui font :

    qu’on s’en bat l’œil de tous ces esprits vifs qui valent le coup, dans les mauvais quartiers ;

    qu’on s’extasie, toujours en haut lieu, mais étrangement, jamais à Pôle Emploi, de ce « langage » si original, mais si pauvre qu’il nous ramène, parfois, des millénaires en arrière ;

    qu’on déverse des milliards d’euros dans un tonneau percé pour se donner bonne conscience ;

    que les ‘élites’ et les bobos demandent et savent obtenir les dérogations nécessaires pour que leurs chères têtes blondes ne participent jamais à la diversité sociale qu’ils nous vantent et revendiquent en permanence ;

    qu’une réelle, tangible police de la pensée s’est installée bien légalement et interdit toute réflexion objective et tout débat ;

    et qu’il vaut mieux que je m’arrête, tant ce que je dis n’est pas nouveau …

  22. Gwynfrid

    Cilia, c’est avec plaisir que je débattrais d’un désaccord avec vous (c’est vrai que nous sommes souvent d’accord, ça nous changerait un peu).
    Le problème c’est que je ne comprends pas où vous voulez en venir avec votre commentaire, et que je ne sais donc pas pas quel bout le prendre… Désolé.

    Il y a tout de même un point sur lequel je peux vous répondre:

    « je ne saurais pas citer dix problèmes, dans notre société française, plus essentiels que ceux que la polémiquounette de Pagny soulève.  »

    J’imagine que vous n’avez pas vraiment essayé d’en compter dix, si ? Si vous me mettez au défi, je pourrais sûrement en trouver dix, en se limitant aux problèmes comparables à celui-ci, c’est-à-dire strictement politiques. Si on élargit aux problèmes économiques et sociaux, j’en aurais sans doute une cinquantaine à citer, mais ça finirait par
    être fastidieux!

  23. Barbara

    Cilia a raison, il n’y a pas un si grand nombre de problèmes en France.
    Celui qu’elle signale est primordial. Vouloir mélanger les élèves tire toute la population scolaire vers le bas. Tout le monde le sait, surtout ceux qui prônent cette méthode et en protègent leurs propres rejetons.
    Les problèmes en France (et pas qu’en France d’ailleurs) sont :
    de déclarer bien ce qui est mal et mal ce qui est bien
    une immigration incontrôlée avec ses corollaires : manque de logements, communautarisme, non-intégration des nouvelles populations, aggravation des dettes de l’Etat
    la désintégration de l’agriculture et de l’industrie
    le manque d’emploi

  24. cilia

    Gwynfrid,

    Pardon pour ce si long délai de réponse. J’ai beaucoup manqué de temps ces derniers jours.

    Si l’on considère les problèmes en entier, causes et conséquences ensemble, je ne crois pas que l’on puisse en trouver des dizaines. Y compris en tenant compte des questions économiques et sociales. Précisément parce que tout est lié.

    Le niveau de notre école ne recule pas par l’opération du Saint-Esprit.

    Le pédagogisme, l’égalitarisme puis l’anti racisme y sont pour beaucoup.
    Mais derrière ces trois grands maux, on retrouve toujours la politique.
    Les choix politiques qui ont validé ces trois axes depuis des décennies, par les programmes et les réformes de l’EN, par les choix politiques de céder face à une organisation et une philosophie syndicales.

    Les choix politiques quant à l’immigration, à sa gestion, ceux qui relèvent de l’urbanisme, de la répartition géographique de ces populations immigrées, tous sont des causes aux conséquences que l’on peut observer à l’école.

    Notre rapport politique à la laïcité même, a aujourd’hui des conséquences remarquables sur l’école, et pas seulement publique.

    On ne parle pas zyva par hasard dans une cour d’école.
    Les bons éléments ne sont pas harcelés par hasard (et quand je pense que pour eux, qui sont de tous les types, pas seulement caucasien, personne, aucune association, aucun journaliste bien pensant ne se bat, ça me fout dans une rogne, bref).
    Les parents, de l’élite jusqu’à l’employé ou ouvrier du bas de l’échelle, qui veulent que leurs gosses soient protégés, soient exemptés, d’un certain nombre de dysfonctionnements et de l’impasse de la médiocrité qu’ils imaginent ou devinent dans l’école du coin, non, ce n’est pas un hasard. Il y en a trop.

    Nous ne sommes plus dans le cas de figure des familles un peu prout prout qui souhaitent que leur progéniture ne fréquente que des enfants de leur classe sociale.
    Non, là, nous en sommes maintenant à, si mon enfant va là, à court terme, il risque d’avoir des problèmes ou de filer du mauvais coton pour ne pas avoir de problèmes, et à long terme, n’aura aucune chance d’avoir les bases pour construire une bonne vie.

    Gwynfrid, ce n’est pas mon précédent commentaire qui part dans tous les sens (mais je comprends, à la relecture, qu’il puisse paraître désordonné), c’est le sujet même qui impose d’avoir une vision globale.

  25. @Cilia

    Je suis tout à fait d’accord avec toi, le problème de l’éducation est central. Je peste par exemple sur la notation, sur le fait qu’on veuille s’en débarrasser pour la remplacer par des évaluations avec des couleurs différentes, qui compliquent la tâche des profs, et rendent les élèves idiots et paresseux. Le seul truc que l’on réussit, c’est de décomplexer les derniers de classe. Belle réussite!

    Je pense que cet égalitarisme est la base du problème éducatif. Les soucis d’intégration sont une des facettes de ce problème là.

  26. Gwynfrid

    Cilia, notre désaccord restera virtuel, car il reposait sur un malentendu quant au sujet considéré. Vous m’en voyez désolé🙂

    Je pensais que nous étions en désaccord sur l’importance du sujet de ce billet: les agaçantes, répétitives et pavloviennes dénonciations de tout et n’importe quoi par les antiracistes patentés.

    Mais en fait vous vouliez dire, si je comprends bien, que cet épisode est révélateur des problèmes de l’éducation en général et que peu de problèmes sont plus importants que ceux-là. Je n’ai pas de mal à me trouver en accord sur ce point.

    Les dénonciations des Pagny et autres, pour leur part, restent – surtout relativement aux difficultés de l’éducation – un problème très mineur, purement médiatique, et donc par définition un épiphénomène.

  27. cilia

    Et zut, encore raté🙂

  28. eh bien tout est bien qui finit bien!

  29. Gwynfrid

    Après, si vous y tenez vraiment🙂 je pourrais pinailler à propos de votre diagnostic sur le fond des problèmes de l’éducation, leurs causes, etc. Mais on s’éloignerait encore plus du sujet du billet. J’ai plutôt envie d’attendre que le Chafouin nous sorte quelque chose sur l’école.

  30. cilia

    Ah oui oui, j’y tiens vraiment.
    Que nos politiques sachent se mettre d’accord sur ces points essentiels (enfin, qu’ils les envisagent avec courage), j’en ai fait mon deuil.
    Mais que nous puissions, entre nous, nous comprendre et confronter nos points de vue, au contraire, je n’y ai jamais renoncé.

    Mais sous le billet d’Asia Bibi, je me suis déjà fait répondre qu’on s’éloignait trop du sujet…ce qui m’a rendue timide…(personne n’a le droit de rigoler)

    Chafouin,
    As-tu lu ces derniers temps, certaines études officielles sur l’école ?…

    Toute allusion à une quelconque envie personnelle de voir ici, traitée la question de l’école étant, bien évidemment, tout à fait fortuite !🙂

  31. berthaud

    tout d abbord excuser moi de mes l accunes en ortographe et gramaticale…
    ayant lu vos commentaires: ils y en as des bon et des moin bon.
    florent et pour moi un chanteur qui a des trippes et qui chante du fond de son coeur. dejas pour ce qui ne l aime pas…
    je le rejoint pour la scolarisation de ces enfants a vraie dire si il a le choix de les faires etudiers a l étranger pourquoi pas??
    en france le systeme scolaire et enccord mal adapter; je me r appel a mon adolescence il y avais quelque que classe de soutien et on y trouver les addos en diffilculter scolaire.
    le college privilégier comme on dis les rebeux en classe de cppn ou LEP. si il y avait a la base déjas en ecole maternele une surveillance des enfants a diffilculter d intégration de groupe ou d enfants turbulants on ciblerer dejas le probleme.
    de ce problemes mettre en oeuvre un encadrements peut etre plus educatifs. LE verlant ou le rebeux peut si il est employer a bon essiant pourquoi pas .enrichissemaent pour lacademis internationnal?
    florent pour moi veus protéger ces enfants des dérappages des groupes qui ne sont pas encadrer et je le suis peut etre pas sur ces propos qui dises que pour lui c est seulement la langue qui de dérange.
    a mon souvenir il a rectifier ces dires en publique disant qu il voulais que ces enfants parle bien la langue francais.

  32. Pingback: Procès en racisme de Florent Pagny : Des bêtises de toutes parts | Romain BlachierRomain Blachier

Un petit commentaire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s