Quand la droite se débarrassera-t-elle de ses boulets?

Après le réconfort, l’effort. Après les vacances, le retour aux affaires. Depuis ma retraite bretonne, j’ai assisté effaré à la fuite en avant des boulets de la droite française. Incapables de présenter un bilan positif en matière de sécurité, ils paniquent. Et entre les ministres Nadine Morano qui accuse Marianne de « démagogie », Brice Hortefeux qui veut étendre les cas de déchéances de la nationalité et Christian Estrosi qui veut mettre l’insécurité sur le dos des maires, on atteint des sommets de bêtise. Qui montrent que la droite n’a rien, strictement rien à proposer sur le sujet.

Ils représentent la droite bête, la droite vulgaire, en un mot, la droite sarkozyste. Cette droite qui réagit toujours au quart de tour, qui apostrophe, qui montre ses petits muscle ratatinés pour, sans cesse, faire diversion, cacher le vide abyssal de sa politique, et gratter le populo dans le sens du poil. Elle a compris, cette droite, que l’affaire Woerth ferait long feu. Qu’à l’instar de l’affaire Clearstream, elle accoucherait à coup sûr d’une souris. Ce dossier a beau être révélateur d’un lien malsain entre le pouvoir et les puissants, cette droite savait qu’en agitant d’autres épouvantails, elle pouvait desserrer un peu l’étau insistant se refermant peu à peu sur son ministre du Travail.

La double affaire de Grenoble et de Saint-Aignan, qui est un des signes de l’échec manifeste du gouvernement Sarkozy-Fillon en matière sécuritaire, allait leur donner cette occasion rêvée. L’occasion de dénoncer le danger de la vie nomade, en pratiquant l’amalgame entre les Gens du voyage et les Roms, qui n’ont pourtant pas grand chose en commun. Et dans un second temps, celle de hausser le ton et de menacer carrément de déchoir de la nationalité les Français d’origine étrangère s’étant livré à la polygamie, l’excision et des atteintes à la personne des forces de l’ordre. Sans compter cette idée de mettre en prison les parents de mineurs délinquants multirécidivistes! Voilà qui devrait aider leurs enfants, à coup sûr.

Peu lui importe, à cette droite méprisable, qu’on ancre ainsi dans la loi une différence de statut – droits et devoirs – entre Français, selon leur origine. Un Français « de souche », selon l’expression consacrée, pourrait donc se livrer à la polygamie en toute impunité, quand son voisin de palier, né sous d’autres latitudes, serait privé de ses droits civiques?

L’exemple vient d’en haut, a-t-on coutume de dire. Et entre un président qui traite un inconnu de « pauvre con », qui ridiculise chaque jour la fonction qu’il incarne, et un ministre de l’Intérieur condamné pour injure raciale, déjà, l’exemple se pose là.

Avec Christian Estrosi, on tient un autre phénomène. Quand on écoute parler le motodidacte, on se demande comment celui-ci a pu devenir maire de Nice, président du conseil général des Alpes-Maritimes, ou même ministre de l’Industrie. Un type capable, hier dans le JDD, de menacer les maires d’amende pour le cas où elles ne respecteraient pas leurs « obligations de sécurité ». Mais les cons, ça ose tout, et c’est à ça qu’on les reconnait, ma bonne dame!

En réalité, Christian Estrosi a inventé un nouveau concept : la décentralisation de la responsabilité! Une politique échoue lamentablement, tous les types de violences explosent, la délinquance ne diminue que parce qu’on tord ses chiffres pour les faire entrer dans des cases convenables, et on voudrait faire porter le chapeau aux municipalités. Suivez mon regard : les maires de gauche, bien entendu!

Que dit notre ministre?

Il est temps de former une équipe de France de la sécurité où, enfin, tous les maires assumeraient pleinement leurs responsabilités aux côtés de la police et de la justice. J’en appelle à tous les élus de gauche comme de droite afin qu’ils participent à une lutte acharnée, coordonnée et non partisane contre la délinquance. La sécurité est la première des libertés. Acceptons donc que tous les maillons de la chaîne de la sécurité travaillent intelligemment ensemble: le préfet, le procureur, le recteur d’académie, le maire.

Mais ça existe déjà, mon cher monsieur, et ça s’appelle les contrats locaux de sécurité (CLS). Il y a des réunions dans tous les quartiers, des cellules de veille, des priorités fixées en commun. J’en suis témoin : à Lille, commune de gauche s’il en est, tout cela est en place, comme l’a rappelé l’adjoint à la sécurité, Roger Vicot : « J’ai l’impression que M. Estrosi est Hibernatus: il dormait, il vient de se réveiller et il se dit: ‘Ce serait pas mal de travailler ensemble.’ A Lille, le premier CLS a été mis en place en 1999. Depuis, les préfets sont venus en conseil municipal se féliciter de la qualité de ce travail en commun. »

Ils devront également publier tous les mois un observatoire de la tranquillité publique qui montrera l’évolution mensuelle de la délinquance générale et de proximité. Ils devront également, sous peine de sanction, mettre à jour régulièrement leur CLSPD (contrat local de sécurité et de prévention de la délinquance). Ceux qui ne s’y conformeront pas seront hors la loi.

Il est vrai que lorsqu’on gouverne l’Etat, dont la sécurité fait partie des missions régaliennes, et lorsqu’on persiste à pratiquer une politique de réduction drastique du nombre de policiers, on est bien placé pour dire aux maires où se situent leurs devoirs!

L’attaque est ensuite très claire : « Pourquoi Martine Aubry ne veut-elle pas de caméras de surveillance dans sa ville ? » Nous y voilà! Martine Aubry refuse de céder, depuis des années maintenant, au dogme du tout-vidéosurveillance, qui veut nous faire croire qu’en mettant des caméras partout et en supprimant des policiers partout également, on règlera la question de l’insécurité. La belle affaire! C’est donc elle, la coupable. Elle qui ose avoir la conviction – que je partage – que les caméras ne sont pas toujours efficaces, et qu’elles peuvent même présenter un risque pour les libertés.

On a coutume de me dire de droite, étiquette que je refuse plus ou moins mollement selon les moments. Une chose est sûre toutefois : je n’ai rien de commun avec ces roquets qui encombrent les rangs de nos dirigeants depuis plus de trois ans.

23 Commentaires

Classé dans Chafouinage

23 réponses à “Quand la droite se débarrassera-t-elle de ses boulets?

  1. Pingback: Tweets that mention Quand la droite se débarrassera-t-elle de ses boulets? « Pensées d'outre-politique -- Topsy.com

  2. Bravo ! Rien à ajouter.

  3. Idem que Vlad : ça redonne un peu espoir ce genre de billet…

  4. C’est bizarre, je suis d’accord sur le constat…

    Ceci dit, la surenchère sarkoziste n’est pas le fait de quelques « boulets »… C’est une politique de communication, murement réfléchie, destinée à enfumer le débat et à masquer le caractère clientéliste de politique néo-libérale de ce pouvoir… Les maux s’aggravant; il faut bien faire diversion et se trouver des ennemis !

    La droite en choisissant le sarkozisme, depuis disons 2002 , a tourné le dos au gaullisme et à une certaine idée de la société, de l’Etat et du rôle de la France.

    La droite dite classique risque d’ailleurs de tout perdre en 2012, et le pouvoir, et le leadership à droite.

  5. H.

    On a l’impression que seule la médiocrité a le droit de citer à la tête de l’état (je ferai exception pour le PM, il semble être une des rares personnes rationnelles présentes). J’ai sincèrement honte pour mon pays quand j’entends de telles billevesées et je regarde ma carte d’électeur avec de plus en plus de distance. Bien que me sentant de droite, je suis comme vous, je n’ai rien à voir avec les roquets qui encombrent les palais de la république et les médias.

  6. En fait ce monsieur essaye juste de tenter d’avoir une valeur ajoutée, histoire d’échapper aux ciseaux du remaniement.

  7. Dorham

    Bel esprit de synthèse. Je n’ai pas l’impression des « pas perdus », j’ai l’impression d’une politique menée au jour le jour, en fonction de l’actualité. C’est la politique du soubresaut. Elle est sans aucun doute mue par une idéologie très marquée, mais en aucun cas par une vision d’ensemble découlant de cette idéologie.

    Ce qui est désastreux, c’est surtout l’effet que cela produit sur la politique et l’image que cela en donne. Qu’on ne se méprenne pas, ce n’est pas parce que la droite aborde les questions d’immigration et/ou de sécurité que le F.N. risque de revenir pointer le bout de son moite museau lors des prochaines élections, mais parce que le gouvernement n’incarne rien, rien de plus que n’importe quel pilier de bar situé le long de la petite couronne.

    Vautrer la politique, c’est prendre le risque de la voir « rebiquer » du mauvais bord, et c’est exactement ce qui va se produire.

  8. @Des pas perdus

    Ce que je veux dire c’est qu’il existe une majorité silencieuse à droite, qui n’est absolument pas d’accord avec ses envolées pitoyables. Ils la toléraient tant que les résultats suivaient, mais ils vont finir par se rendre compte eux-mêmes qu’ils se sont faits enfumer. Le sarkozysme ne laissera aucune empreinte, si tu veux mon avis. Et à court terme, ça ne peut pas fonctionner comme ça bien lgtps. Sarkozy ne peut pas se permettre de mécontenter son propre camp.

    @Dorham

    « C’est la politique du soubresaut. Elle est sans aucun doute mue par une idéologie très marquée, mais en aucun cas par une vision d’ensemble découlant de cette idéologie. »

    Je suis parfaitement d’accord avec vous. le sarkozysme ne s’appuie sur aucune idéologie. C’est le fameux « pragmatisme », qui n’est autre que du butinage politique.

  9. cilia

    Quand la droite se débarrassera-t-elle de ses boulets ?

    Quand elle aura un projet solide à proposer en matière de sécurité, pas avant, et cela concerne tout autant les électeurs que les élus.

    S’il est vrai que je n’ai que survolé les réactions défavorables de personnalités de droite aux dernières propositions saugrenues et anti-républicaines de Sarko et de certains ministres et élus UMP, il ne me semble pas avoir lu de contrepropositions sérieuses.

    La critique, c’est bien, c’est surtout un droit, mais, et après ?

    Quel est le plus utile ?

    Répéter en boucle qu’Hortefeux a été condamné pour une blague privée vaseuse et que Sarko a traité un type méprisant de « pauv’con » comme s’il s’agissait de l’alpha et l’oméga de la situation française actuelle ?
    Ou évacuer rapidement et simplement les propositions ubuesques (ce que tu fais pour la déchéance de la nationalité) et passer enfin à la réflexion lucide sur les problèmes puis sur des propositions de solution ?

    Est-il utile de qualifier les sarkozystes, parmi lesquels j’inclue une part importante des électeurs de Sarko en 2007, de personnes bêtes, vulgaires et méprisables ?
    Au delà de l’utilité, est-ce seulement légitime ?

    Ceci dit, j’espère que tes vacances furent agréables et heureuses et je suis bien contente de ton retour😉

  10. @Cilia

    Il est important que la population, que les électeurs de Sarkozy sachent que son bilan est désastreux en matière de sdécurité. Et que les vieilles recettes de la démagogie ne diminueront pas le nombre des agressions.

    Et je pense que oui, il est légitime et utile de dire que ces donneurs de leçons permanents – quand je parle de sarkozystes, je parle des responsables politiques – sont vils et méprisables. Que leur discours n’est que poudre aux yeux. Parce qu’ils attisent la haine! Et qu’on parle de choses importantes, qui ont des conséquences très concrètes sur la vie des gens. Quand on se comporte comme Estrosi le fait, oui, je suis désolé, on est méprisable.

    Maintenant, si tu veux que je fasse des contrepropositions, même si ce n’est pas mon rôle, je peux en faire. Concrètement, cela passe déjà par des moyens. Fermeté et justice, cela me paraît un programme ambitieux mais pas hors de portée. Et appliquons aussi les lois existantes avant d’en échafauder sans cesse de nouvelles à chaque faits-divers.

    Quant à l’anecdote sur Hortefeux et Sarkozy, elle est bien là pour rappeler que personne n’est irréprochable, et que quand on ne l’est pas, on se passe de donner des leçons de morale. Ce que font pourtant en permanence ces types là. Ils manquent totalement d’humilité! Alors même que leur échec est patent.

  11. cilia

    Chafouin,

    Non. Je suis désolée, mais quand on attaque si frontalement un homme, Président en l’occurrence, et certains de son parti, on attaque également ses électeurs.

    Lors du feuilleton Mitterand, j’ai pris pour moi le mépris moralisateur de ses défenseurs.
    De même, quand tu qualifies de vils et méprisables des personnes élues, je prends pour moi ce jugement sans appel.
    Je voudrais tout de même te proposer de réfléchir au véritable sens des mots « vils et méprisables »…

    Oui, je pense que le peuple, je devrais dire la populace tant paraissent nombreux ceux qui estiment devoir l’édifier, n’est pas complètement abruti.
    Et oui, je pense que ce peuple sait, dit depuis plus de trente ans que les solutions adoptées ne sont pas bonnes.
    Ce peuple concerné, dont je suis issue, n’a pas besoin, cher Chafouin d’être édifié.
    Il a besoin que les dirigeants politiques fassent preuve de lucidité, et comme tu le dis d’humilité.

    Ce peuple n’a rien à faire de la répartie foireuse d’Hortefeux.
    Rien à faire !
    Et l’humilité, en l’occurrence, serait précisément d’arrêter de placer les élites politiques dans un Olympe idéal et inaccessible, a fortiori s’il ne s’agit que d’un vernis superficiel.
    Comme par exemple, juger Hortefeux sur son programme plutôt que de se gargariser de sa condamnation judiciaire pour une bêtise.

    Tu dis que ce n’est pas ton rôle de faire des contrepropositions !
    Et pourquoi donc ? Ne sommes-nous pas en démocratie ?

    Sinon, les moyens supplémentaires, tu les finances au détriment de quoi ?
    Et le respect des lois existantes, tu l’établis comment ? Contrairement à tous ceux qui sont aux responsabilités depuis des décennies ?

  12. @Cilia

    Comme je l’ai écrit, la mention des anecdotes Sarkozy et Hortefeux doit être pris pour ce qu’elles sont : des anecdotes. Je n’ai nullement bâti mon argumentaire là-dessus.

    Ensuite, je maintiens que cette « bande » ne représente pas ses électeurs. Ils violent les promesses qu’ils leur ont fait. Donc en les attaquant, je défends plutôt leurs électeurs.

    Pourquoi Fillon est-il si populaire et Sarkozy si impopulaire? Il n’y a pas besoin d’aller chercher bien loin : l’un est discret, humble, poli et donne le sentiment de travailler au bien public (que ce soit vrai ou faux), l’autre est remuant, grossier, et donne le sentiment de n’oeuvrer qu’à son prestige personnel.

    Il en est ainsi des « snipers » sarkozystes que sont Lefebvre, Morano, Estrosi, Hortefeux. J’en oublie peut-être. Ils phagocytent la droite, alors que leur courant n’est pas du tout représentatif de ce qu’est la droite. Alors comment gouverner un pays en ne représentant qu’une faction? je te le demande.

    En tant que blogueur, je ne peux prétendre faire une synthèse complète sur chacun des sujets que j’aborde. Un blog, c’est un tout, ça s’empile, ça se recoupe, les billets se chevauchent, se suivent, on ne peut pas écrire un roman sur un seul thème. Mais je ne suis pas contre faire des propositions.

    Bien sûr, gouverner c’est choisir. Mais je maintiens qu’on ne peut pas nous faire croire qu’on va améliorer la sécurité en diminuant les moyens qu’on alloue à sa politique. A-t-on besoin de financer des stades pour l’Euro de foot? Je préférerais qu’on utilise cet argent pour payer des policiers, des juges et des gardiens de prison. OU même des profs! Quand l’Etat aura rempli ses missions essentielles, il poura se permettre le luxe de s’occuper du superficiel.

    Quant au respect des lois existantes, je ne vois pas où est la difficulté. Un exemple : il existe déjà un article de loi permettant de poursuivre des parents qui ne remplissent pas leur rôle éducatif, notamment quand l’enfant se livre à la délinquance. Ya-t-il besoin d’ajouter une loi sur le sujet? Non. Appliquons cet article pour commencer.

    Sauf que faire cela, ça ne rapporte rien. C’est ça le sarkozysme : des annonces, toujours des annonces, pour occuper l’espace et les sondeurs.

  13. Geargies

    Ils sont non seulement vils et méprisables mais d’abord menteurs, manipulateurs et prévaricateurs … Ah! Où sont les gaullistes de l’apres guerre? Les Brossollette, Aristide Briand, Malraux, Pierre Mendès-France … ( cherchez l’intrus🙂

  14. cilia

    Chafouin,

    Mais je suis d’accord avec toi.
    C’est juste que si Sarko est décevant, je n’entends pas « l’autre droite » faire des propositions tenables et suffisamment globales pour représenter une alternative.
    Le coup du « je n’agis que pour être réélu » est hélas largement partagé par l’ensemble de la classe politique.
    Et ce n’est pas parce que Sarko cumule un manque de classe et un côté hyper volontariste qui fait pschitt dans les faits que cela le rend plus responsable que les autres.
    Visiblement, apparemment plus décevant, oui, mais profondément plus responsable, non.

    Les problèmes en banlieue, les problèmes liés à l’immigration, la gestion de cette immigration, tous les gouvernements depuis une trentaine d’années y ont participé. Sans parler d’une dette faramineuse et insupportable maintenant.

    Les trois prédécesseurs de Sarko avaient une grande culture et une attitude distinguée, mais si c’est dans un français irréprochable qu’ils s’exprimaient, ils n’en ont pas moins consciencieusement accumulé une dette insupportable et laissé des quartiers de banlieue devenir des ghettos dangereux et ingérables.
    Faire des conneries avec le petit doigt en l’air passe peut être mieux dans les dîners en ville, mais cela ne change pas la réalité des conneries.

    Alors oui, Sarko est une vraie déception. Mais et les autres ?
    Les force de l’ordre manquent de moyens, la justice, le système carcéral également. Mais les caisses sont vides. Et tu sais bien qu’on ne les remplira pas avec l’argent de quelques stades de foot.

    Sans compter qu’il faut être cohérent.
    Tu ne peux pas d’un côté trouver normal, et même plutôt bien qu’on ait deux ministres des sports et des députés qui s’occupent de ce qui s’est passé en Afrique du Sud, mais d’un autre côté, reprocher à l’Etat de s’occuper du sport et de défendre l’image de la France sportive en voulant organiser de grandes compétitions internationales.

    Tu parles d’un Etat qui s’occupe uniquement de l’essentiel. OK. Mais quel politique, quel parti propose cela ?
    Ce que tu proposes, c’est du libéralisme. Tu connais des politiques libéraux français toi ?
    Et question subsidiaire, tu connais beaucoup de français prêts à supporter un Etat plus libéral qui se concentre sur l’essentiel, ses missions régaliennes ?

    Tu parles d’une droite phagocytée par quelques tontons flingueurs. En terme de morale, d’état d’esprit, très certainement.
    Mais tu oublies que cette autre droite est tout autant interventionniste que les sarkozystes.
    Et que si c’était elle qui se retrouvait aux manettes, nos finances ne s’amélioreraient pas, l’Etat s’occuperait toujours de tout, financerait, subventionnerait toujours tout, n’aurait pas le courage de mettre à plat la question de l’immigration, et encore moins celui des milliards de subventions et allocations en tout genre qui, par les déficits qu’ils occasionnent, nous asservissent à nos créanciers.

    Cette ‘autre’ droite n’aurait donc, j’en suis navrée, pas plus les moyens de payer des fonctionnaires de police ou de gendarmerie en plus grand nombre, ainsi que les moyens de construire de nouvelles prisons.

  15. Pingback: Les nationalités, un droit de l’homme ? « Pourquoi se compliquer la vie ?

  16. @Cilia

    Je ne comprends pas vraiment ton raisonnement. Parce que les prédécesseurs de Sarkozy ont été nuls, on devrait se satisfaire de sa duplicité? On est typiquement dans le politicien qui promet un résultat mais engage des mesures qui amènent au résultat inverse. NI Mitterrand, ni Chirac, n’ont été aussi femres sur la sécurité! Mais en effet, je te l’accorde, ils sont loin d’être exempts de tout reproche.

    Mais tout de même! Je reste idéaliste, je reufse d’admettre que nous soyions gouvernés par des types qui ne pensent qu’à leur réélection. Alors qu’il y a tant de politiques de qualité!

    Maintenant, je ne suis pas en train de dire que Sarkozy est responsable de tout, mais que la droite a intérêt à sérieusement se remettre en cause et justement bosser sur du fond et des idées pour se débarrasser de ses boulets. Sinon, il est quasiment sûr que Sarkozy laissera un champ de ruines derrière lui.

    « Tu ne peux pas d’un côté trouver normal, et même plutôt bien qu’on ait deux ministres des sports et des députés qui s’occupent de ce qui s’est passé en Afrique du Sud, mais d’un autre côté, reprocher à l’Etat de s’occuper du sport et de défendre l’image de la France sportive en voulant organiser de grandes compétitions internationales. »

    Que Bachelot s’exprime, ça ne coûte rien… Je ne suis pas franchement libéral sinon j’aurais exclu l’éducation des proprités, mais bon, je me dis juste que c’est une question de priorité. Quand il faut débloquer des milliards pour les banques, on y parvient. Quand il faut acheter un avion pour le président, on y arrive. je ne te parlerai pas de tous les gaspillages de ce quinquennat, ce serait indécent. Mais quand c’est pour les flics, c’est plus dur. Etrange!

    Enfin, tu me mets au défi de trouver quelqu’un qui aurait le courage de faire les réformes qui s’imposent, de sauver la France du déficit tout en sauvegardant son modèle social, de résoudre la crise des banlieues et de l’identité tout en renforçant notre système éducatif, en améliorant l’hôpital français et en dopant le nombre de praticiens dans notre pays. Ah oui, et qui éliminerait le chômage.

    ça, je n’y crois pas. En revanche, quand on le promet mais qu’on fait précisément le contraire, ça mérite d’être dit. Il manque sûrement un grand leader à droite, un leader humaniste, gaullien, et Villepin n’a pas l’ombre d’une chance de le devenir. Mais tant pis, quant à moi, je ne voterai jamais pour ce ramassis de forbans.

  17. cilia

    Chafouin,

    Je ne me satisfais pas de Sarko et de ses erreurs puisque ma décision est prise depuis un moment de ne pas voter pour lui en 2012.

    Mais si l’on parle de promesses non tenues, pardon, mais Mitterrand et Chirac ont fait très fort eux aussi.
    Tonton a-t-il tenu ses promesses d’un socialisme radieux avec du travail pour tous, durable et bien payé ?
    Chichi a-t-il réduit en quoique ce soit la fracture sociale ?
    Non.
    Donc je ne vois pas pourquoi je serais plus sévère avec Sarko qu’avec les autres.

    Maintenant, si tu connais « tant de politiques de qualité », qui se fichent comme d’une guigne de leur statut, de leur réélection, qui ont un programme global solide, pérenne, et sont suffisamment organisés en un parti pour avoir une chance d’être connus des électeurs, sincèrement, communique sur leurs identités, ça m’intéresse, et je ne suis certainement pas la seule😉

    Quant à la droite, cela fait un bail qu’on se demande ce qu’elle pense et en quoi elle ressemble à ses électeurs.
    Sarko avait promis de la décomplexer, c’est à dire de l’affranchir de la doxa de gauche. J’attends toujours.

    Tu n’es pas libéral. Moi non plus.
    Pour autant, cela ne nous empêche pas de réaliser qu’il y a une hiérarchie dans l’importance des missions étatiques.

    Chaque secteur géré par l’Etat a un coût important.
    Considérer que Bachelot parle sans que le fait de parler soit facturé n’empêche pas le ministère des sports d’avoir un coût, et un coût perpétuellement renouvelé, à l’inverse d’actions ponctuelles comme l’achat d’un avion (que je trouve malvenu ceci dit) ou un prêt aux banques remboursé rubis sur l’ongle, et avec intérêts.

    Un poste de flic, c’est un salaire, une formation continue, puis une retraite pendant soixante ans.
    Parce qu’il faut tenir compte de la durée, ce ne sont pas des dépenses comparables.

    Tu m’as parlé d’un Etat qui se concentre sur l’essentiel.
    Je te demande qui, selon toi aurait ce programme et tu me réponds sauvegarde de notre système social, système éducatif, système hospitalier et gestion de l’emploi.
    Tu ne vois pas qu’il y a un hic entre ma question et ta réponse ?

    Il ferait quoi ton grand leader humaniste et gaulliste, ah pardon, gaullien ?
    De belles phrases avec plein de nobles sentiments dedans ?
    Ou des actions toujours plus généreuses et des secteurs toujours plus captés par l’Etat ?
    Mais avec quel argent Chafouin, avec quel argent ?

  18. @Cilia

    J’aime cette discussion.

    D’abord, sur ton premier point, je ne vois toujours pas en quoi le fait que Mitterrand et Chirac aient été mauvais absous Sarkozy de ses errements. Revenons au débat présent : en l’occurrence, je reproche à un ministre de droite nommément cité de dire n’importe quoi sur la sécurité, et de tenter de faire porter à la gauche – pour laquelle je n’ai aucune sympathie – le chapeau de l’insécurité. Un comble!

    Je ne veux donc pas « être plus sévère » avec Sarko qu’avec les autres. Je constate juste, jour après jour, que les raisons qui m’avaient poussé à ne pas voter pour lui en 2007 se sont avérées juste. J’aurais pu me tromper, et je l’aurais reconnu, je pense…

    Quand je parle de politiques de qualité, je pense à des élus discrets, des députés, des maires, qui font leur boulot consciencieusement, sans rien demander à personne. Mais qui n’ont pas forcément la « stature » pour avoir un projet global. C’est ce que je disais aussi il y a quelques mois de Fillon. Il y en a plein, je pense à des types comme Jean Leonetti, Jean-Frédéric Poisson (hélas récemment battu à une législative partielle), Etienne Pinte.. Je ne vais pas faire la liste, je disais cela pour répondre à ton désenchantement que je trouvais proche du « tous pourris ». Mais je suis sûr que tu ne le crois pas sérieusement.

    Ensuite, de l’argent, il y en a, Cilia. On n’est pas en banqueroute. Simplement, il n’y en a pas pour tout faire. Je constate tout de même que des dépenses ponctuelles (tu as raison de faire le distinguo avec les dépenses de fonctionnement pas toujours compressibles) sont possibles en dépit du discours affiché de réduction des coûts. Et qu’on n’a pas hésité à lancer un grand emprunt alors quon est déjà en déficit abyssal.

    Je rêve, moi, sans pour autant être suffisamment fortiche pour élaborer un « programme global », à une vie politique plus digne, plus respectueuse, plus sobre. La « République irréprochable » dont parlait Sarkozy, et qui est restée un doux rêve. On se contente de vouloir économiser sur tout sans faire aucun choix. On brade le patrimoine national en vendant les autoroutes, le parc immobilier de l’Etat…

    « Tu ne vois pas qu’il y a un hic entre ma question et ta réponse ? »

    C’était de l’humour🙂 Je voulais juste dire qu’on attend toujours le sauveur de la nation, l’homme providentiel, alors qu’à l’évidence il n’existe pas. Surtout quand c’est un type comme Sarko qui a écumé tous les postes avant de se présenter comme un premier communiant qui va tout révolutionner!

  19. PeutMieuxFaire

    Pour un sympathisant de gauche [nul n’est parfait :)], c’est plutôt réjouissant de lire ce billet même si vous n’abordez pas les risques que font courir à notre société ces apprentis sorciers en stigmatisant des minorités.
    C’est vrai aussi qu’ici le « bouc-émissaire » c’est l’élu (de gauche de préférence) mais néanmoins aussi légitime que celui de droite puisqu’il fut élu dans les mêmes circonstances …

    Petit bémol peut-être : « les boulets » sont-ils foncièrement si nuls ou simplement opportunistes ? Sur la lancée des consignes reçues avant les vacances, ils espèrent plaire à celui qui procédera au remaniement en octobre.

    Question : à caresser dans le sens du poil l’électorat populaire Sarkozy perd une partie de l’électorat traditionnel de droite. Mais y a t-il une alternative ?

  20. cilia

    OK, pour l’humour de ta réponse. J’étais complètement passée à côté🙂

    Non, pas tous pourris, tu as bien raison de penser que cela ne me correspond pas.
    A droite, comme à gauche d’ailleurs.
    Des députés, des maires de gauche que j’ai l’occasion d’écouter avec grand intérêt parce qu’ils sont intelligents, lucides et dévoués à la chose publique, il y en a, c’est évident.

    Mais cela ne règle pas la question du programme global qui dirige le pays dans une bonne direction.
    Tu dis que de l’argent, il y en a.
    Ca dépend pour quoi faire, me semble-t-il.
    Si c’est pour tenir encore un quinquennat de plus, oui il y en a, puisque ce qui manque, on l’emprunte. C’est même comme cela qu’on fait depuis trente ans.
    Mais si on oublie le court terme, non, nous n’avons pas d’argent. Ni beaucoup de souveraineté non plus d’ailleurs.
    Parce qu’être endetté à ce point nous rend très fragiles et très dépendants de nos créanciers et des crises.
    Et ça, ça ne se règle pas à grands coups d’humanisme.

    Tu penses que Villepin à défaut d’avoir une chance de prendre la place de leader à droite en aurait au moins l’esprit, le talent ?
    Comme quand il nous a pondu un énième contrat de travail étatisé et compliqué ?

    L’humanisme en bandoulière, c’est joli et ça fait bien. Mais que les Français aient du travail, à mon humble avis, c’est pas mal non plus. Et pour ça, on le sait, il faut libéraliser le travail, simplifier, fluidifier et simplifier encore. Et non élaborer un truc compliqué de plus.
    Alors Villepin tu vois, quand bien même il arriverait à prendre une stature de présidentiable à droite, je ne pense pas du tout, mais alors pas du tout, qu’il apporterait de vraies solutions pour le pays.

    Un autre exemple flagrant d’une droite qui, à mon sens, est tellement aveugle aux réalités que ses bons sentiments d’autre part ne suffisent pas à compenser : Boutin.
    Le truc tout simple qui lui sort des tripes.
    Lors de l’affaire de son salaire pour sa mission machin chose, elle se défend en partie en disant qu’elle, dans sa grandeur, ne possède pas d’actions.
    Grande noblesse en apparence, mais incompétence flagrante en profondeur.
    Détester à ce point l’économie, quand on est dans la politique et les responsabilités depuis si longtemps, pour moi, c’est plus impardonnable que les élucubrations d’Estrosi.

    Tout cela pour te dire, Chaf, qu’au-delà de l’apparence des choses, je désespère de voir une droite réellement de droite. C’est à dire un parti qui se base sur la responsabilité et la lucidité.

    J’ai espéré que Sarko fasse le job parce qu’il a, j’en reste persuadée aujourd’hui, de vraies qualités, de vrais bons réflexes de droite (réformer le millefeuille administratif des collectivités locales, faciliter le licenciement, optimiser les installations et l’organisation de nos armées, de nos hôpitaux, de nos tribunaux etc…), mais aussi une pensée, un caractère, plus personnels qui l’incite à avoir des idées intéressantes et non dogmatiques (commission des finances pour l’opposition, pouvoir accru aux parlementaires…) même s’il en a abandonné certaines (je pense au droit de vote pour les élections locales aux résidents stables non français, ça peut paraître un détail, mais je trouve que ça en dit beaucoup sur la pensée profonde du bonhomme).

    Seulement voilà, il y a aussi le reste…
    Notamment, une affection subite pour notre fameux système de protection français née à l’occasion de la crise, alors que je continue de penser qu’il est indispensable de le réformer de fond en comble,
    L’absence de projet, de travail de longue haleine, pour régler la question des banlieues pourries, alors que je pense qu’humainement autant qu’économiquement, ces territoires plus tout à fait estampillés RF sont un scandale, une honte,
    Un projet de réforme des retraites qui, si j’en crois les économistes, ressemble plus à une étape pour tenir jusqu’au prochain coup, plutôt qu’à une véritable résolution du problème,
    Une véritable occasion, de mettre à plat les problèmes de l’immigration, des craintes vis à vis de l’Islam, du sentiment français, foutue à la poubelle par impréparation, par manque de sérieux,
    Etc…etc…

    Alors, à côté de cela, tu comprends que j’ai plus tendance à soupirer en haussant les sourcils quant aux déclarations stupides de quelques-uns plutôt qu’à voir dans ces mêmes déclarations la nature profonde de la droite de cette première décennie.
    Enfin, même si parfois sur le coup, ça me fout en rogne hein😉

    Et moi aussi, j’aime cette discussion. L’avantage de l’été…

  21. gaspadyin

    Je suis venu lire des articles, des billets,et des commentaires, car j’ai des affinités avec le gaullisme. Celui qui n’affiche pas une pancarte « droite » ou « gauche ». Bien que j’ai voté à gauche depuis l’âge de 18 ans; j’en ai 52. Mais je n’aurais pas voté en faveur de Jospin, et j’ai annulé le bulletin Chirac quand il face à Le Pen. Et je me félicite de n’avoir pas voté pour l’ignoble chanoine élyséen, contrairement à Cilia qui me semble être une indécrottable tzarkolâtre. et je me demande comment on peut l’être. Pour moi ça relève de la pathologie mentale. Comment peut-on faire confiance à un type vulgaire, grande gueule qui a fait intervenir son fils quand il a pris le pouvoir ( » bonne chance, mon papa! ») et en faisant applaudir cette prestation par qqs milliers d’abrutis fanatisés. je fréquente des gens qui votent à droite, nos rapports sont normaux, sans animosité; je parle de ceux qui haïssent autant que moi le fondateur de la tzarkocrature ( ou la PRESIDENTUR – sans -e). Et je trouve tt à fait normal de le critiquer, parce qu’il n’est pas un président, ce n’est pas un homme d’état ( son ex femme l’avait dit); ce n’est qu’un vulgaire mafioso, chef de clan, sociopsychopathe, ultra mégalo, et parfaitement incompétent là où il est. Sauf pour faire des coups médiatiques; et en cela, J.F. Kahn a eu bien raison de le décrire en voyou, ce qu’il est; sans feu, ni dieu,ni foi, ni loi, ni conscience, ni fierté, ni amour-propre. Il veut plier le monde à ses caprices, et heureusement, il-y-a de la résistance. Quant à ses laquais,ministres compris, ils me rappellent les individus assemblés, levant haut le bras droit, à la lumière des flambeaux, il-y-a plus de 70 ans. Le même fanatisme, le même déni des réalités, des mensonges aussi gros, et toujours pas de fierté. Et toujours pas de résultats. et des centaines de millions offerts aux milliardaires; vous trouvez ça normal????? Est-ce-que vous trouvez normal et acceptable qu’on viole un référendum??? et pour quel résultat! un néo-totalitarisme, une véritable pourriture eurocratique, des centaines de milliards gaspillés pour rien, sauf le confort de l’eurocratie( des dizaines de fonctionnaires à la retraite d’office, à 50 ans, avec des pensions de plusieurs milliers d’€, pour permettre à d’autres d’en croquer; etc…). Concernant les nuisances de ceauceskozy on pourrait faire des listes pendant des semaines. J’en suis au point où j’ai l’impression d’être en pays occupé, envahi par une puissance malfaisante, qui n’a rien à voir avec ma France, et encore moins celle du Général, qui a envenimé toutes les structures de l’état et favorise l’infection ds tte la société. Comment peut-on soutenir une telle ordure????

  22. @Cilia

    Désolé, j’avais un peu abandonné le fil. En fait, pour résumer, si Sarkozy faisait ce qu’il fait mais en changeant de méthode, en étant plus à l’écoute, en étant moins insolent et sûr de lui, en étant plus humble, en arrêtant de ne penser qu’à sa réélection, en arrêtant de ne s’intéresser qu’aux sondages comme méthode de gouvernement, ça serait déjà beaucoup plus vivable pour tout le monde. et plus acceptable pour les électeurs.

    Le style compte. Bien sûr il n’y a pas que celà et je partage ton scepticisme à l’égard de Villepin. J’ai bien aimé la première lecture de sa tribune enflammée dans Le Monde d’hier, et à la seconde lecture, j’ai trouvé cela emphatique. Villepin, c’est une belle chevelure et un beau style, mais derrière le vernis, on ne sait pas trop ce qu’il y a.

    Quant au fond de ce billet, à sa raison d’être, c’est effectivement un coup de gueule avant tout…

  23. Je ne sais pas si la même politique appliquée avec plus d’humilité le ferait remonter dans les sondages. Ma réaction est peut-être biaisée parce que je suis « de gauche », mais il applique une politique de droite libérale dure, avec une méthode qui consiste à flatter chaque groupe auquel il s’adresse dans le sens du poil, si possible en le dressant contre le voisin… Je ne fréquente pas que des gens de gauche, et mes amis et connaissances de droite sont consternées par les actions gouvernementales et présidentielles dans le domaine de la culture et de l’éducation. Même si les méthodes étaient plus douces, la pilule ne passerait pas mieux dans ces domaines-là.

Un petit commentaire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s