De la difficulté d’intégrer des nomades dans une société sédentaire

Je me permets de reproduire ici, en le développant un tantinet, le commentaire que j’ai laissé chez Natalia, qui s’est fendu d’un article sur les tsiganes et l’ostracisme qu’ils subissent, reprenant notamment un communiqué virulent de la fédération protestante de France. Réagissant elle même aux déclarations fracassantes de Sarkozy après les violences de Saint-Aignan. Il est évident que de nombreuses communes ne jouent pas le jeu et ne respectent pas la loi leur imposant (lorsqu’elle ont plus de 5 000 habitants) de prévoir une aire d’accueil pour les Gens du voyage. Mais après tout, l’intégration de nomades dans une société sédentarisée est-elle réellement possible?

Dire que les Tsiganes sont des citoyens de seconde zone, c’est bien, mais je pense qu’il faut aussi voir qu’il n’est pas évident pour une société d’accepter des comportements à la fois très minoritaires et très différents. Les gens du voyage sont très peu nombreux, mais ont surtout un mode de vie TOUT A FAIT différent du nôtre. Toute la question est là, je trouve. Bien sûr qu’il faut condamner avec la plus grande fermeté tout racisme ou toute haine à l’égard de ces communautés. Mais s’arrêter à cela, c’est peut-être passer à côté du sujet.

Une société qui prévoit d’accueillir malgré tout ces gens, tels qu’ils sont, en ne leur demandant pas de changer de mode de vie, est très généreuse. On ne peut que s’en féliciter. L’est-on assez? Sans doute pas. La loi n’est pas respectée. Mais est-il bien raisonnable que toute commune de plus de 5 000 habitants soit obligée de prévoir un terrain d’accueil, quand bien même personne ne viendrait jamais? Tout cela est très complexe et mérite mieux que des propos définitifs dans un sens ou dans un autre.

Et puis, n’oublions pas que certains se sédentarisent sur les terrains d’accueil. Privant tous les autres des places disponibles. Il pourrait y avoir une autre solution : pourquoi la communauté des Gens du voyage ne financerait pas l’achat de terrains qui lui appartiendraient et sur laquelle elle ferait ce qui lui plairait? Personnellement, je ne demande pas à l’Etat de me trouver un logement. Les Gens du voyage ne sont pas des miséreux, loin de là.

D’ailleurs, quand on voit parfois les voitures et les caravanes de certains, il y a de quoi pleurer. En tant que journaliste, j’ai déjà couvert à de multiples reprises des cas de tensions entre sédentaires et nomades, notamment lors d’installations sauvages dans des endroits qui n’étaient pas forcément faits pour ça. Les premiers sont souvent inquiets de voir débarquer des gens dont ils ignorent tout, et dont ils pensent avoir tout à craindre. Eh bien mis à part le cas des Roms, que j’ai vus le plus souvent plongés dans une misère absolu et dans un dénuement total, j’ai souvent trouvé des gens très revendicatifs, qui demandent qu’on leur passe tout alors qu’ils conduisent une BMW dernier cri.

Après, ce n’est que le fruit de mon expérience, je ne connais pas tous les nomades de France et ne prétend pas tout connaître du problème.

Enfin, car il ne faut pas se cacher derrière son petit doigt, n’oublions pas aussi que les problèmes d’accueil des Gens du voyage ne sont pas que du fait de la communauté sédentaire. Il y a encore beaucoup trop de délinquants parmi les Gens du voyage, et ça, ce n’est pas de la haine ou de la stigmatisation, mais la simple expression d’un fait. Il m’est arrivé, une fois, d’avoir une arme braquée sur mon visage dans un de ces campements. Je vous assure, ça fait réfléchir.

Juste une histoire : il y a quelques mois, étaient venus s’installer à Lille des dizaines, des centaines de caravanes. Un grand chapiteau avait été dressé pour accueillir des mariages évangéliques, qui devaient être célébrés le samedi soir. Rien que de très classique, on voit très souvent ça aux quatre coins de la France. Savez-vous ce qui arriva le mardi? Une bande de types cagoulés et armés braqua une boutique de robes de mariées. Emportant l’essentiel du stock. Bien sûr, cela pourrait prêter à sourire, s’il n’y avait pas eu des employés traumatisés par cette attaque. Mais je vois mal comment en adoptant ce genre de comportement, on peut espérer obtenir la compréhension d’une société qui ne saisit pas grand-chose à votre mode de vie.

31 Commentaires

Classé dans Chafouinage

31 réponses à “De la difficulté d’intégrer des nomades dans une société sédentaire

  1. Pingback: Tweets that mention De la difficulté d’intégrer des nomades dans une société sédentaire « Pensées d'outre-politique -- Topsy.com

  2. Dang

    Le Chafouin a écrit !

    Il y a encore beaucoup trop de délinquants parmi les Gens du voyage, et ça, ce n’est pas de la haine ou de la stigmatisation, mais la simple expression d’un fait

    C’est le problème de beaucoup de communautés qui sont malheureusement objet de méfiance, la méfiance conduisant au racisme.
    Le jour où on pourra garer sa voiture près d’un camp de tziganes sans craindre plus qu’ailleurs de la voir dégradée ou volée, le racisme anti-gens du voyage baissera d’un cran. Il en sera de même dans les banlieues lorsque le taux de délinquance chez les jeunes issus de l’immigration ne sera pas supérieur à celui des jeunes des autres quartiers. Les immigrés de la première génération sont pour leur immense majorité de braves gens, travailleurs et honnêtes. Pourquoi leurs enfants tombent-ils si facilement dans la délinquance? Les explications sont multiples mais ce qui est sûr c’est qu’ils portent un immense préjudice à leurs communautés d’origine. Les français ne sont pas plus racistes que les autres peuples, plutôt moins, mais s’ils doivent se méfier de ceux qui sont différents ils le deviendront rapidement.

  3. Cyd

    Tout à fait d’accord avec ceci:

    « Il pourrait y avoir une autre solution : pourquoi la communauté des Gens du voyage ne financerait pas l’achat de terrains qui lui appartiendraient et sur laquelle elle ferait ce qui lui plairait? Personnellement, je ne demande pas à l’Etat de me trouver un logement. Les Gens du voyage ne sont pas des miséreux, loin de là. »

  4. ValLeNain

    D’accord avec le Chafouin et Dang (et du coup avec Cyd).

    On vient d’avoir dans notre « canton » une arrivée massive de Gens du voyage, quand je dis massive c’est plus de 300 caravanes réunies en 4 ou 5 camps (il me fait marrer quand il dit qu’ils arrivent par groupe de 30, le bonhomme ci : http://www.rue89.com/2010/07/21/grenoble-encore-faut-il-savoir-de-quels-jeunes-on-parle-159451)
    Et tout le monde qui en a entendu parlé commence à avoir peur pour sa maison… ça ne peut pas être basé sur des légendes, ce n’est pas la première fois qu’ils viennent, et non je ne l’accepte pas et je comprends les mairies qui leur refusent des terrains !

    Au passage, que paient-ils comme impôt ?

  5. Bashô

    Pour un autre point de vue tout à fait intéressant :

    http://www.mediapart.fr/club/blog/dianne/240710/les-gitans-de-saint-aignan

    Et je ne pense pas que la délinquance d’origine gitane soit l’unique cause du racisme. On parlait déjà du problème rom au XVIIème siècle!

  6. « Pour un autre point de vue tout à fait intéressant : »

    Cet article est stupéfiant, il raconte qu’ils volent pour vivre, mais les plaint parce qu’ils risquent la visite de la police et la prison…

    Pourrait-on faire en sorte que le voleur ne soit plus le héros, et le gendarme forcément le méchant ?

  7. @Xerbias

    J’ai eu le même sentiment que toi. Cette prof écrit un joli article, mais se contente de tout juger du seul point de vue de la belle émotion qu’elle ressent en voyant un type lui dire qu’il aimerait lui amener ses deux filles. Mais comme ils n’ont « jamais volé dans la classe », l’honneur est sauf…

  8. Bashô

    Le Chafouin> Ne tournez pas « ils n’ont jamais volé dans la classe » en dérision; c’est bien plus intéressant que de prime abord. Bon, je vais paraître prétentieux mais il faut aussi aborder cette histoire sous l’angle sociologique et ethnologique : toute communauté repose sur la distinction intérieur/extérieur, voire ami/ennemi. Les Gitans n’ont jamais fait partie de notre communauté, tant de notre point de vue (des gens forcément suspects, forcément dangereux; à éviter à tout prix) que du leur (nous sommes des sédentaires.) Comme disait le père Gonzalve Chatard (mort en 1964), loin d’être un gauchiste disait qu’il ne fallait pas les voir comme « les épaves d’une nation disloquée, mais les derniers survivants du monde antique des nomades, dont la seule vraie patrie fut la steppe, les témoins de ce que furent nos ancêtres à l’origine des temps, les messagers d’une liberté dont les peuples sédentaires ont trop souvent perdu le goût ».

    C’est ainsi qu’ils se voient eux-même, et que nous les voyons inconsciemment (cf le premier commentaire sous l’article). Ils, ou plutôt la plupart d’entre eux, n’ont aucun scrupule à voler les étrangers de « l’extérieur » tout simplement parce que c’était (et c’est) le premier moyen de substance des nomades avec la chasse (qui est lui impossible) mais ils ont un code de l’honneur extrêmement fort qui nous paraît incompréhensible, nous les sédentaires, comme ne jamais voler un autre gitan ou un ami de la tribu. C’est ainsi qu’il faut comprendre la phrase « ils n’ont jamais volé dans notre classe. »

  9. @Bashô

    C’est bien cette opposition frontale en terme de compréhension réciproque et de mode de vie que je pointais comme principale difficulté dans ce débat.

    Il est bon que la société dominante (les sédentaires) respecte les droits des minorités, mais il lui est difficile de s’adapter à un mode de vie totalement différent… D’où les mots très forts de Sarkozy, qui croit qu’en fronçant les sourcils il va rendre le « contrôle » de ces populations possibles.

    Mon propos vise essentiellement à réfléchir sur cette dichotomie. Je crains juste que les deux modes de vie ne soient inconciliables.

  10. Bashô

    Le Chafouin > C’était ce que j’avais compris mais j’avais été agacé par certains commentaires (comme payer des impôts…)

    Et quant à inconciliabilité, vous avez tout à fait raison. Les cultures sous-jacentes à ces deux modes vie sont totalement antinomiques. En général, la société -de bonne foi- essaie d’y remédier avec des recettes typique du cadre de pensée « sédentaire » cf ce rapport intéressant mais discutable sur bien des points : « http://www.cncdh.fr/IMG/pdf/08.02.07_Etude_et_propositions_sur_la_situation_des_Roms_et_des_gens_du_voyage_en_France-2.pdf »
    Mais ça ne signifie pas qu’on ne peut rien faire. Comme mettre en place une scolarité compatible avec les déplacements incessants des gitans… Mais il faut une politique forte et du sur-mesure.

  11. Dang

    @Bashô : les enfants de mariniers sont parfaitement bien scolarisés, donc cela doit être possible pour les nomades. Quand j’étais gosse j’habitais à la campagne et il y avait une petite gitane dans la classe. Elle était sympathique et parfaitement bien intégrée, en revanche ses parents avaient souvent des problèmes avec les gendarmes qui allaient souvent à la roulotte pour récupérer des objets chapardés dans les environs. Cela faisait que personne n’invitait leur fille.
    Je suis persuadé que c’est la délinquance potentielle des nomades qui exaspère les populations et leur donne si mauvaise réputation. Je me garderai bien de juger un peuple dont le mode de vie est finalement sympathique dans une société de standardisation, mais une amie qui a travaillé comme assistante sociale chez les romanichels n’a pas de mots assez durs pour décrire leur a-sociabilité, leurs exigences, leur manque de reconnaissance etc… En revanche une amie irlandaise qui a fait le même travail chez les « tinkers » (les gitans d’Irlande sont tous appelés « tinkers » car l’étamage était leur spécialité, comme le cannage ici) en garde un merveilleux souvenir. Alors?….

  12. Bashô

    Je viens de voir les annonces du Gouvernement, ça devient du n’importe quoi. D’abord, si on démantèle 300 camps illégaux, il faudra bien les reloger quelque part, sachant que les terrains réservés par les communes pour les gitans sont en général trop petits. Ensuite, beaucoup des gens du voyage sont nés en France et ne l’ont jamais quitté; je doute qu’ils sont expulsables vers la Roumanie et la Bulgarie. Enfin, bon courage au fisc pour les contrôler sachant qu’ils n’ont pas de domicile fiscal…

    Dang> Je n’ai jamais vu des enfants accompagner leur père sur les cargos, ils restent avec leur mère au port.

  13. cilia

    Dang,

    Si l’on tient pour exacte l’explication de Bashô sur leur distinction « civilisationnelle » extérieur/intérieur qui n’entraîne pas de condamnation morale aux vols des sédentaires, je vois mal comment nous pourrions en arriver, par exemple, à garer sa voiture sans crainte près d’un camp tsigane.

    Le parallèle que tu fais avec l’insécurité dans les banlieues pourries et notre méfiance envers elles me semble du coup révélateur.
    Les voyous et autres caïds de ces quartiers ne peuvent en aucun cas justifier leurs comportements par une quelconque tradition, une quelconque Histoire. Or, notre désastreuse gestion de ces lieux et de ces populations ont fini par fabriquer un sentiment de civilisation puis de territoire plus tout à fait français. Mais il ne s’agit là que d’un sentiment, qui plus est extrêmement récent.
    Le problème est donc, à mon sens, très distinct de celui des nomades, même si la question de l’insécurité pour les personnes (et leurs biens) venant de l’extérieur se pose dans les deux cas.

    C’est d’ailleurs pourquoi je désapprouve largement tout ce cinéma initié par Sarko.
    D’une part, en terme d’insécurité, c’est le problème des banlieues qui est très préoccupant et certainement pas celui des nomades (même s’il existe).
    D’autre part, si l’on peut considérer les nomades comme une marge assez inévitable de notre société (ce qui implique peut être une certaine forme de fatalisme), ce ne devrait certainement pas être le cas vis-à-vis de nos mauvaises banlieues.

    A part cela, tout à fait ravie de te voir ici😉

  14. @Cilia

    « C’est d’ailleurs pourquoi je désapprouve largement tout ce cinéma initié par Sarko.
    D’une part, en terme d’insécurité, c’est le problème des banlieues qui est très préoccupant et certainement pas celui des nomades (même s’il existe). »

    Tout à fait d’accord! Sarko gesticule, parce qu’il veut gesticuler à chaque fois qu’il se passe quelque chose. Va-t-il se fendre d’une loi sur l’infanticide après l’octuple infanticide qui vient d’être révélé dans le Nord?🙂

    @Bashô

    « Mais ça ne signifie pas qu’on ne peut rien faire. Comme mettre en place une scolarité compatible avec les déplacements incessants des gitans… Mais il faut une politique forte et du sur-mesure. »

    Entendons-nous bien, je ne dis pas qu’on ne peut rien faire, mais on fait déjà beaucoup, et que le discours des Gens du voyage est un peu trop victimisant. Encore une fois il est difficile pour la majorité de s’adapter à la minorité. Mais des efforts existent comme à Lille où la plupart des Roms sont scolarisés. Comem tu le dis, il faut une politique très volontariste… Car un maire ne doit pas toujours être bien vu quand il procède ainsi…

  15. Dang

    @Bashô : vous confondez « marins » et « mariniers ». Les mariniers se déplacent sur des péniches et parcourent fleuves et canaux. Leurs enfants suivent une scolarité à peu près normale. C’est un exemple dont on pourrait s’inspirer pour les gens du voyage.

  16. Dang

    @Cilia : ce que nomades et loubards des banlieues ont en commun c’est le mépris des lois, et cela les gens ont du mal à l’accepter, quelle qu’en soit la cause.(PS: Ravi aussi de te voir chez Le Chafouin)

  17. cilia

    Dang,

    « ce que nomades et loubards des banlieues ont en commun c’est le mépris des lois, et cela les gens ont du mal à l’accepter, quelle qu’en soit la cause »

    Je comprends ce que tu veux dire, mais je ne crois pas que les français soient incapables de distinguer les différentes causes d’un problème plus global.

    Que le saccage de Saint-Agnan et la fusillade de Grenoble se soient produits dans un même court laps de temps ne transforme pas pour autant la réalité ni surtout la hiérarchie dans la gravité des maux de notre pays.

    Si Sarko avait utilisé son quinquennat à régler en profondeur le problème, ou au moins largement amorcé le règlement en profondeur des problèmes des quartiers devenus insupportables, il y aurait de quoi se réjouir et avoir confiance en nous, en notre système démocratique.
    Et ce, même si la question des nomades n’avait pas avancé d’un iota.

    L’alternative, l’autre scénario, privilégiant non pas la hiérarchie des problèmes mais l’égalité du citoyen dans sa sécurité et celle de ses biens, aurait pu être un quinquennat entièrement dédié au respect des lois existantes.

    Si, personnellement, j’aurais trouvé plus judicieuse et plus urgemment nécessaire la première solution, je n’aurais pas été scandalisée du choix de la deuxième.

    Mais à presque trois ans et demi consommés du quinquennat, je ne vois rien sur quoi capitaliser.
    Et surtout, je ne vois rien qui ait concrètement permis aux ‘gens’, aux français, au peuple, de se sentir effectivement mieux protégés des personnes qui méprisent les lois, quelle que soit la cause de ce mépris …

  18. Ante Christ

    Cet article est proprement anti chrétien, « satanique » au sens de ce qui jette la discorde. Je m’explique.

    Par définition, une société est un groupement qui intégre non seulement des gens qui se ressemblent et des gens différents, ce que l’article souligne justement, mais aussi qui les intègre en tant qu’ils n’ont ni ces ressemblances ni ces différences. Elle les accueille en tant qu’humains, le Christ disait enfants de Dieu, les philosophes disent « sujets ». Le fondement du christianisme repose sur cet reconnaissance de l’autre en tant qu’autre et non en tant que ceci ou celà. Une société qui soumet l’autre à un mode de vie, à un ordre imposé par certains, fussent ils majoritaires, à d’autres, a cessé d’être une société de sujets libres. C’est la négation même du statut de cette majorité, une contradiction (c’est pourquoi je parle de propos sataniques).

    Analyser les liens entre délinquances et modes de vies n’est pas en soi inintéressant mais faire de ces questions de sociologie un fondement de la société, c’est renoncer au message fondateur d’aimer son prochain, non pas pour ce qu’il est, malgré ce qu’il est (ce qui n’est qu’un message de tolérance), mais comme soi même (ce qui est un message d’engagement pour la sainteté).

    L’auteur de ce billet a clairement choisi son camp. Le chrétien, lui, lave les pieds du gitan qui squatte son champ, ou du moins, parce qu’on ne renoncera pas à être un pécheur, s’abstient de l’offenser sur son mode de vie, ne le juge pas comme plus ou moins apte à la société ou la délinquance « parce qu’il sera lui même juger ».

  19. @Ante Christ

    Cela faisait longtemps qu’on en m’avait pas accusé de « satanisme »… Je crois même que c’est la première fois!🙂

    Je crois en l’accueil des populations « différentes », et des « minorités », mais également que les Roms et Gitans ne sont pas uniquement victimes mais aussi parfois responsables de leur propre sort.

    C’est pour cela que je m’interroge sur leur mode de vie. J’ai lu ici ou là que c’était davantage leur marginalisation que leur mode de vie qui était responsable du basculement de certains (j’ai bien dit certains) dans la délinquance, mais c’est un peu un cercle vicieux : la société doit faire un pas, et c’est très bien lorsqu’elle est généreuse, mais il y a bien un moment aussi où ceux qui se livrent à la délinquance engagent leur propre responsabilité. Ce qui renforce la marginalisation!

    Pour conclure, je dois dire que je n’ai jamais prétendu être un « bon » chrétien. Je cherche juste à réfléchir et à dialoguer…

  20. Ante Christ

    A réfléchir, certes, à dial0guer, visiblement pas avec tout le monde. Renoncer à Satan, ses oeuvres et ses pompes, n’est pas chose facile. On peut commencer par ne pas s’en faire l’instrument et, si on prend la parole, dire dans la cité que le regard qu’on porte en tant que catholique sur l’autre est celui d’un amour (une fraternité) inconditionnel.

  21. Pingback: J’en ai marre ! de la polémique sur les Roms « Pourquoi se compliquer la vie ?

  22. imbert

    Dommage que la hiérarchie catholique, son chef en premier, ait mis … plus de temps pour condamner les actes pédophiles des ses prêtres! Cela aurait certainement donné plus de poids à leurs leçons de morale à l’ usage … des autres!

  23. @imbert

    Je vous encourage à user de la même sévérité à l’encontre de toutes les institutions confrontées à la pédophilie…

    A bon entendeur.

    @Ante Christ

    « A réfléchir, certes, à dial0guer, visiblement pas avec tout le monde »

    C’est-à-dire, pas avec tout le monde?

    « si on prend la parole, dire dans la cité que le regard qu’on porte en tant que catholique sur l’autre est celui d’un amour (une fraternité) inconditionnel. »

    Que voulez-vous.. Nul n’est parfait.

  24. imbert

    Que je sache, les autres « institutions » n’ont pas les mêmes prétentions à enseigner les vertus qui sont l’apanage de la religion catholique et de sa hiérarchie. De plus, les « institutions » que vous évoquez n’ont de pouvoir que temporel et non spirituel (1905) ce dernier étant celui qui m’intéresse. Désolé pour vous cher « chafouin »…
    (pseudo bien trouvé)

  25. @imbert

    Non, c’est vrai que l’Education nationale n’a aucun prétention à transmettre des valeurs! Cocasse.

    Ceci dit sur le fond vous avez raison : l’Eglise doit être irréprochable que les autres.

    Sur la forme, votre intervention m’a agacé, car elle n’a aucun lien avec le sujet, et un brin revancharde. A un moment, il faut aussi reconnaître le travail qui est fait aujourd’hui, plutôt que de tout le temps ramener l’Eglise à ses erreurs passées. Mais pour cela, il faudrait faire preuve d’un minimum de bienveillance.

  26. imbert

    Cher Chafouin

  27. imbert

    Cher chafouin,
    vous m’ êtes très sympathique, je l’ avoue. Comme quoi, nul n’ est parfait, pas même moi…
    Je n’ ai qu’ un reproche, si je peux me le permettre et si je vous ai bien compris, vous croyez en la bonté du genre humain ou peut-être en ses chances de rédemption. Personnellement, à l’ aube de mon … crépuscule, et après tous les joyeux massacres (et lynchages) dont j’ai été le témoin, je ne crois plus qu’en la disparition de notre espèce, la plus malfaisante de la planète. Certes il y a eu des exceptions, mais si rares et dont je ne fais pas partie, ne vous en inquiétez pas. Quant à la bienveillance, vous me faites penser au mot de Clemenceau: « la tolérance, il y a des maisons pour », sauf que je n’ai jamais entendu parler de maison de bienveillance. Par dessus tout, que les opposants de tout poil s’agressent, rien que de très normal, c’est leur commerce, mais je ne peux encaisser les jugements, sans vergogne et oublieux de leurs jardins, ex-cathedra de ceux qui ont en charge les âmes qui leur sont confiées. Sans doute le dis-je mal mais je ne suis ni professeur ni docteur, seulement un écoeuré.

  28. je veux en savoir plus

  29. Amed

    NON MAI VOUS VOUS PRENEZ POUR QUI POUR JUGER LES GENS ONT DIREZ QUE N’AVEZ JAMAIS RIEN FAIT DE MALE. Je ne suis pas gitans mais j’ai bien étudié les différents religion et culture,je dois dire que les gitans ne sont pas les pire vous avez tous fait quelque chose de MALE . A COMMENCER PAR JUGER LES AUTRES VOUS ÊTES QUI POUR LES JUGES ET VOUS PARLER POLITIQUE 😳😁😔😌😒😞😣😝⚡️🐔 vous êtes que des poules

  30. Amed

    Ça vous apporte quoi de juger les gens comme ça. Ont direz des gamins qui qui parle politique. OUI CE SONT DES GITANS ET À LORS. En quoi ça vous regarde (et pour quoi ont devrait pas laissé ça voiture près d’un gitan ).je vous assure je ne suis pas un gitan, je suis juste contre le racisme. Le mode 🌍 ne vous appartient pas , laisser les vivre leur vie

  31. soutenons les nomades

Un petit commentaire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s