Qui mise sérieusement sur François Fillon?

Voilà-t-y pas, chers amis, que le soleil de mars aidant, certains esprits embués par le sommeil envisagent ouvertement la possibilité d’une mise sur orbite de François Fillon pour 2012. Traduction : l’actuel premier ministre, poussé par sa cote de popularité, par ses réseaux formidables au sein de l’UMP, et par la classe de sa mèche, pourrait envisager le meilleur, à savoir la présidence de la République. Et l’élection de dimanche?

C’est un classique dans notre vie politique. La présidence de la République étant le graal à atteindre, le summum dans une vie politique, il faut qu’on l’envisage pour tous ceux qui à un moment ou un autre, montent à l’intérieur de leur propre camp. Regardez, rien qu’à droite, au cours de ces dernières années, les médias ont accordé une chance à Bertrand, Coppé, Villepin… alors pourquoi pas François Fillon?

Celui-ci faisant la « Une » du Point de cette semaine, il semblait utile de se procurer l’hebdomadaire fogien, que je n’avais pas ouvert depuis des lustres. Le Point, ça accompagne bien les voyages en train. Un premier constat : dans ce canard, il y a toujours autant de pubs nous invitant à acquérir une Rolex. Deuxième constat : je n’ai pas compris cette hagiographie de François Fillon, qui n’est à mes yeux définitivement pas un homme politique de premier plan.

Il peut « multiplier les voyages à l’étranger », « peaufiner sa stature d’hommes d’Etat », selon les mots-clefs utilisés par les journalistes politiques parisiens à chaque fois qu’ils veulent faire mousser un élu, il restera François Fillon. Un homme peut-être brillant, peut-être aimé dans son camp, peut-être populaire à droite, mais qui reste François Fillon. Qui est sympathique, mais absolument pas charismatique. Qui est peut-être à l’aise dans les sondages (il est annoncé devant Aubry ou Royal en cas de duel au second tour d’une élection présidentielle, et devant ses concurrents de droite au premier en cas d’absence de Nicolas Sarkozy), mais sans être particulièrement exposé. Qui a l’air gentil, mais qui ne soulève aucune foule. Qui a peut-être une jolie garde rapprochée, mais qui n’a aucun réseau, par rapport, à Jean-François Copé, qui est le patron des députés UMP, ou à Xavier Bertrand, qui a les clefs du parti.

Pourquoi les journalistes du Point cherchent-ils à nous faire croire qu’un jour, Fillon aura les épaules pour briguer l’Elysée? Peut-être, tout simplement, parce qu’il faut gratter du papier et que Fillon est la lubie du moment. Comme Raffarin l’a été. Souvenons-nous également des taux de popularité de Jospin ou Balladur parmi les journalistes : ils avaient une sacrée cote, mais se sont effondrés devant le suffrage populaire. La présidentielle, c’est une alchimie particulière, c’est la rencontre d’une personnalité et d’un programme avec les électeurs. Difficile d’imaginer Fillon apte à créer cette alchimie.

Souvent, les journalistes pensent qu’il suffit d’un sondage pour créer l’événement et lancer une carrière. Mais le sondage n’est qu’une prise de pouls passagère de l’opinion, pas un oracle. Cela ne suffit pas. Alors c’est bien gentil de tenter de nous faire croire à un scénario impossible, mais personne ne songe sérieusement un seul instant que François Fillon est capable de rééditer le coup de 1976. Poignarder Sarkozy comme l’a fait Chirac avec VGE? Mais Fillon n’a pas assez d’étoffe pour cela. Il n’a pas le verbe de Villepin, n’a certainement pas l’ambition de Copé, et encore moins la roublardise de Bertrand. Sans compter la puissance de Nicolas Sarkozy. Hier soir sur France 2, le premier ministre a parfaitement résumé ce sentiment : « Il y a deux ans j’étais inexistant, il y a six mois j’étais sur le point de démissionner et aujourd’hui je suis présidentiable. Tout cela n’a pas de sens », a-t-il répondu à une question sur son « statut » de présidentiable.

En effet, ça n’a pas de sens. D’autant qu’en attendant, il y a des élections dimanche et le dimanche suivant. Les régionales, paraît-il. On a en peu parlé sur ce blog (voire pas du tout), parce que ces élections offrent peu, mais très peu d’intérêt. Et puis, on ne sait toujours pas pour qui voter. Mais une chose est sûre : si la claque est trop forte, François Fillon pourrait très bien se retrouver plus vite qu’il ne le pense sur le trottoir, en face de Matignon. Et une fois là… Il n’aura plus que la présidence de la communauté de communes de Sablé-sur-Sarthe pour se refaire. Ce qui est un peu court, vous l’admettrez.

N.B. Et puis tout sympathique qu’il soit, François Fillon a un blog un peu trop mal tenu pour être président.

Advertisements

11 Commentaires

Classé dans Politique

11 réponses à “Qui mise sérieusement sur François Fillon?

  1. Moi ! J’y songe. Devant une vague d’impopularité croissante et la fin d’une crise économique qui n’arrivera pas avant 2012, Sarkozy devrait se pousser (et pourrait). A gauche, l’on a passé 5 belles années à ne parler que de Sarkozy. Envoyer Fillon ce serait juste la meilleure manière de couper l’herbe sous le pied au PS. Les Français eux, veulent du stable, du sérieux. Fillon et sa mémère permettent de reconquérir l’électorat âgé de l’UMP. Enfin Sarkozy, si ami avec Poutine, pourrait très bien pousser le bouchon jusqu’à tenter le même coup de passe-passe…

    Pour ce qui est des régionales, a ma connaissance, son poste n’est pas en danger (je crois que Sarkozy s’est exprimé là-dessus) d’autant qu’on sait déjà que le PS va faire le grand chelem ou presque.

  2. F.Fillon ne se présentera jamais « contre » N.Sarkozy. Ensuite en campagne, ça serait un désastre, ce n’est pas un leader, il n’a aucun charisme ni dons oratoires particuliers.

    Il est populaire car il prend très peu de coups. François Baroin soulignait à juste titre que « quand il aura quitté Matignon, on aura oublié dans la seconde qu’il était Premier Ministre… »

  3. Frank P.

    Je le trouve personnellement intelligent et il semble honnête. Cela ne me ferait plaisir d’avoir un président intelligent et honnête!

    a+

  4. cilia

    Et voilà un billet qui illustre parfaitement l’un des drames de notre pays : un type sans exubérance et dépourvu du gêne de la trahison et du vice ne saurait être élu président de notre république ! Tout est dit.

    Ceci étant, tout comme toi, je suis assez stupéfaite du jeu médiatique, même si finalement, sans cette facétie des medias, Royal n’aurait pas été la candidate PS en 2007.
    Et je suis d’accord, Fillon ne semble pas avoir le projet de diriger le pays.

    Tout cela ne me donne décidément aucun espoir pour 2012.
    Sarko, c’est non, ma décision est prise depuis un petit moment.
    Juppé, je doute tout autant de son envie de s’y frotter que de celle de Fillon.
    Bertrand, je suis incapable de le cerner, donc hors campagne pour la présidentielle ou pour ses « primaires » où il pourrait se préciser, je ne le compte pas.
    Copé se tire la bourre avec Sarko sur la discipline du socialisme de droite.
    Quant à Villepin, je me fous comme de ma première chemise de sa prestance et de son verbe tant ce qu’il a pu démontrer sur le fond m’a semblé décevant.
    Reste donc…ben…personne.

    Quand je pense que les irakiens sont allés voter sous les bombes, j’ai comme un haut le coeur…

  5. @Cilia

    Eh oui, c’est vrai que c’est en soi dommage car Fillon est plus « discret » que d’autres. Mais l’idée selon laquelle il serait moins traître ou plus désintéressé que les autres me semble à mon avis… peut-être un peu trompeuse. N’est-il pas simplement moins exposé?

    Mais en effet, ce cirque médiatique qui conduit certains profils à être éliminés d’office, alors même qu’ils ne seraient pas moins aptes pour le poste, est regrettable. ça va sûrement s’aggraver avec le temps.

    Et moi aussi, je suis un peu « désenchanté » en terme électoral. Je voterai sûrement encore blanc à la prochaine présidentielle. Comme aux régionales.

    Quant à Bertrand, c’est à mon avis un bel opportuniste. Comme Copé. Villepin me semble avoir un tantinet plus de classe. Mais bon, les goûts, les couleurs…

    @Franck P

    C’est l’image qu’il donne! Quand il n’a pas été reconduit au gouvernement, en 2004, Fillon a déclaré : « En ne me nommant pas, Chirac me nomme directeur de la campagne de Sarko ». Cet épisode en dit long sur l’opportunisme du type. Rappelons aussi qu’il a démarré séguiniste. Bref, une vraie anguille.

    @Seb

    Comme Fillon l’a dit : c’est de la science fiction, ce que tu racontes! 😉 Sarko ne s’effacera jamais devant son premier ministre!

    Et la crise ne change rien à l’affaire : il faut un socialiste en face, pour que Sarkozy perde. Il ne sera sûrement pas battu dans son propre camp, il tient le parti et les quadras le laisseront partir devant…

    @Reversus

    Je suis du même avis. Il faut raisonner hors contexte, et en effet, quand il ne sera plus à Matignon, il ne sera plus rien…

  6. Bonjour,

    Rien à voir avec le sujet François Fillon, mais je me permets de vous communiquer une information : en vue des régionales, Axel de Boer, tête de la Liste Chrétienne et fondateur du parti Solidarité – Liberté, Justice et Paix sera présent sur le forum La Cité Catholique pour répondre aux questions des participants inscrits au forum. C’est l’occasion de se faire une idée plus précise sur son projet politique. L’inscription au forum est libre.

    Précision : la Liste Chrétienne n’est pas une liste communautaire, mais une liste laïc qui se fonde sur la doctrine sociale de l’Eglise (à distinguer de la foi chrétienne), en proposant un projet de civilisation pour le bien de tous, sans distinction d’origine ou de religion et dans le respect des libertés de chacun. Son projet s’articule autour des principes de Solidarité et de Subsidiarité.

    A ce titre, il s’inscrit (comme le nom du parti l’indique d’ailleurs, en plus de son programme politique) dans la lignée de Solidarnosc en Pologne (sans qui il y aurait encore un rideau de fer qui divise l’Europe).

    Je pense que, lorsqu’on est francilien, avant de voter blanc (comme je le ferais moi, n’ayant pas de Liste Chrétienne dans ma région), ça mérite qu’on y réfléchisse à deux fois et qu’on se renseigne un peu sur cette option.

  7. @Pneumatis

    Vous êtes pardonné, mais en tout sympathie, de manière générale, je suis favorable à ce que les commentaires soient en rapport avec le sujet du billet 😉

  8. A lire le contenu de cet article et les commentaires, il y a comme un parfum de désenchantement, voire de désespérance.
    Rassurons nous, il y a une vie après le vote et c »est tant mieux : il y a tant de façons de faire de la politique !
    le pouvoir politique s’adossant à la culture, c’est celle-ci qui est le vrai « combat » et pousse à se poser la question : la culture, c’est quoi pour nous la culture ? Nous avons présent à l’esprit cette réflexion de Mermaz, après le succés de Mitterand : « La gauche est culturellement au pouvoir depuis 150 ans », allusion à la révolution francaise.
    C’est quoi aujourd’hui les différences sur les valeurs fondatrices de la culture entre ce qu’il est convenu d’appeler la gauche et la droite ? Vous voyez des différences vous entre le pass contraception de Ségolène et celui de Valérie ?
    Vous voyez des différences sur le drame de l’avortement entre Roselyne et Jack ? Vous voyez des différences sur la conception de la famille entre François et Martine ?
    Nous pas.
    Il faut donc se consacrer à l’essentiel : changer le regard et le coeur de nos concitoyens pour les orienter vers ce qui est vrai, beau et bien. Ce blog y contribue : il faut tenir !

  9. Pingback: Ségolène Royal veut mettre en orbite pour la présidentielle | Actualité Informatique et Internet

  10. Obi-Wan Kenobi

    @ cilia :
    « dépourvu du gêne de la trahison »… Il aurait fallu ajouter un LOL derrière. Mais Chafouin a précisé quelques-uns de ces retournements de veste.

    @ Chafouin :
    Tu pourrais rédiger ce genre de billet très régulièrement, aussi bien avec les médias de droite qu’avec ceux de gauche. La question que cela pose est : est-ce que l’intéressé y croit ? Voyant Le Point, François Fillon s’imagine-t-il dans les habits d’un président de la République ? En général (je n’ai pas lu celui-ci), ces articles sont très joliment rédigés et il y a de quoi se laisser bercer d’illusions (je crains que je m’y laisserais facilement prendre…). Et là, la responsabilité des médias est immense : c’est moche de se moquer de François Fillon.

  11. Rien d’étonnant, ce gouvernement accumulent les affaires et les erreurs pour en pas dire les mensonges sans jamais s’excuser ou sanctionner les coupables (le plus fort c’est l’affaire des cigares de Blanc qui demande a échelonner le remboursement de son vol, on atteint des sommets). On peut critiquer la gauche mais M Sarkozy a bel et bien dispersé les rangs de la droite.

Un petit commentaire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s