Une société de codes

Mais non, je ne suis pas étudiant à Paris.

C’est lorsqu’on m’a demandé le code de ma carte d’adhérent de mon club de tennis que j’ai tiqué. Code? Quel code? « Ben, si vous voulez réserver, il va falloir vous en souvenir ». Diantre, ce code. Où est-il? Le numéro d’adhérent, ça, ça va, il est inscrit sur la carte. Le reste est censé être gravé dans notre mémoire… Et Dieu sait si on en apprend, des séries de chiffres! Mais comment fait-on?

J’ai essayé de tous me les remémorer. Tous les codes que j’utilise. Sacrée gageure! Bon, le plus simple, le plus évident, c’est le code de carte bleue. J’ai de la chance, je n’en ai qu’une. Ensuite, il y a le code pin. Enfin, ça se complique quand on a un téléphone professionnel. Puis il y a le digicode. Après avoir emménagé dans une maison, ça en fait toujours un de moins. Ouf. J’imagine que certains doivent ajouter le code de leur alarme, les pauvres.

Arrivé au boulot, un mot de passe est nécessaire pour achever le démarrage de l’ordinateur. Un autre pour pénétrer dans le logiciel de l’entreprise. Enfin, non, il en faut un deuxième, si je veux utiliser certaines fonctions. Et puis, j’oubliais le mot de passe de la messagerie Outlook! Et le code de la carte essence de la voiture de société, si je veux pouvoir emmagasiner des réserves de carburant en cas de coup de pompe…

Mais quel rapport avec le sujet qui nous préoccupe?

Et c’est loin d’être fini, les petits amis. Car si on veut un peu s’amuser en cours de journée, il faut bien se remémorer le mot de passe de sa boîte mail, et si on est un peu idiot comme moi, de ses boîtes mails… Ensuite, il y a Facebook. Deezer. Et le compte en banque, pour déprimer entre deux. Pour celui-là, je dois retenir un code à dix chiffres puis un mot de passe à six lettres. Sans compter la nécessité d’apprendre le numéro de ses différents comptes, et le code de son agence! Et si on a vraiment du temps à perdre, il faut accéder au profil de sa brute, à son compte QPUC (et bien sûr, si on triche, il faut en prévoir plusieurs…) et à Pokerstars. D’autres doivent ajouter, j’imagine, leur compte Ebay, leur profil Meetic, leur accès au boncoin.fr…

En choisissant la voie de l’influence, et donc du bloguing, je me suis compliqué la tâche, je le sens : je dois ajouter les codes d’accès à l’interface de ce blog (sans compter celle de Sacristains), au profil Twitter, à la boîte mail de ce blog, à l’agrégateur de flux, à statcounter, delicious… Et encore, j’ai de la chance, je ne me suis pas inscrit sur Friendfeed! Le coup de bol. Je plains ceux qui alourdissent encore plus leur fardeau en rejoignant la Coopol ou les Créateurs des possibles…

Mais le pire, c’est qu’après tout ça, on puisse s’étonner que plus de la moitié des Français utilisent un même mot de passe pour leurs activités sur internet! Rien qu’en minimisant, on atteint ici dix-huit accès par mot de passe ou code au cours d’une journée normale, et encore, quand on n’a pas joué à La Brute…

Publicités

5 Commentaires

Classé dans Nombril

5 réponses à “Une société de codes

  1. pourquoisecompliquerlavie

    J’ai 66 codes persos et 24 dans ma vie professionnelle. Parmi les codes que vous avez oubliés, il y a le CESU et les codes d’accès à tous les comptes de ceux qui vous ont vendu votre matériel informatique : imprimantes, MAJ de certains programmes, code de vérification de paiement internet, et le code d’accès à tous les fournisseurs qui proftent de la mode écolo pour ne plus vous adresser ni factures ni quittances…

    Aux juristes;, vous ajoutez bien sûr les codes, civil, pénal, adminsitratif, de la SS, de la construction, de la famille, de la forêt, de la forêt à Mayotte, des mines …. Légifrance en répertorie 74 (je ne n’ai pas raté mon compte)

  2. Ouais, c’est totalement vrai…
    Trop de mots de passe, donc on utilise souvent le même. Parfois je me demande si en avoir autant est vraiment utile. En Angleterre, on paie par carte sans taper de code.
    Au boulot, pour accéder aux applications, je dois taper un mot de passe. En tout, comme toi, minimum 4. C’est stressant.

  3. Que tout cela est vrai !
    Mais l’informatique est notre amie : elle nous permet de garder en mémoire les mots de passe utilisés sur les sites dont nous nous servons quotidiennement sur notre ordinateur.

    Et quand on part en vacances et qu’on change d’ordinateur, hein ?

    Et bien on se retrouve comme un blaireau à taper sur le clavier tous les mots de passe dont on se souvient, depuis celui de nos 7 ans pour accéder à la cabane secrète, jusqu’à celui qu’on était persuadé d’avoir choisi pour accéder à son « espace » pole-emploi.
    Mauvaise saisie. Try again.
    Mauvaise saisie. Try again.
    Mauvaise saisie. Try again.
    Mauvaise saisie. Try again.
    Mauvaise saisie. Try again.
    …………………………

  4. pourquoisecompliquerlavie

    Alors, comme j’ai déjà changé d’ordinateur, j’ai un tableur Exel avec tous mes mots de passe.

    C’est comme ça que je sais combien j’en ai ………

    Et la mémoire, que pouic…. Entre les numériques, les alphabétiques, les alphanumériques avec au moins ou 1 lettre ou 1 chiffre.

    Bon, mais les français sont paranos. Mots de passe et firewall et antivirus et sauvegarde. Bref bretelles et ceinture.

  5. Obi-Wan Kenobi

    « Enfin, non, il en faut un deuxième, si je veux utiliser certaines fonctions. » Celui-là, tu peux l’oublier, Chafouin !

Un petit commentaire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s