Vincent Peillon : le mensonge comme arme politique

Entièrement d’accord avec Nathalie Saint-Cricq, rédactrice en chef de l’émission A vous de juger, qui a parlé de « méthode de voyou » pour qualifier le lapin posé par Vincent Peillon à France 2 hier soir. L’élu socialiste, a refusé in extremis de participer à un débat sur l’identité nationale, laissant ainsi un boulevard à Marine Le Pen et Eric Besson. Quand les socialistes cesseront-ils de jouer les vierges effarouchées dès qu’on parle d’immigration et de contrôles aux frontières?

Qui a dit : « C’est bien mal me connaître, et bien mal connaître les socialistes, que de penser que je pouvais accepter de me prêter à une telle comédie et servir ainsi de caution républicaine à un débat et à des personnalités qui tournent le dos aux valeurs que partagent heureusement encore la grande majorité des Français. » ?

C’est la député socialiste Vincent Peillon. Mais alors, cher monsieur, si c’est « bien mal vous connaître », pourquoi n’avez-vous pas décliné l’invitation dès le départ? Pourquoi avez-vous attendu le dernier moment, alors que votre non-venue était préméditée?

Parce que vous souhaitiez faire parler de vous. Et surtout, vous refusiez qu’un autre socialiste vous remplace et vous chipe la vedette. Pourtant, n’était-ce pas vous qui il y a quelques mois, vous êtes brouillé avec votre ancienne muse, Ségolène Royal, en lui reprochant sa politique de « coups »? Si, il me semble me souvenir que c’était le motif officiel de votre dispute.

Votre attitude est indigne d’un responsable politique. Car vous n’avez même pas eu le courage d’appeler France 2 pour décommander votre venue. C’est par l’AFP que vous avez annoncé la « nouvelle ». C’est vous donner beaucoup d’importance. Désormais, vos amis vont hésiter à vous inviter à dîner, méfiez-vous.

Ensuite, votre attitude illustre la bienpensance qui caractérise votre parti dès qu’il s’agit d’immigration ou de contrôle des frontières. Ces éternelles postures, selon lesquelles il y a un bien et un mal absolu en la matière – vosu qui refusez les dogmes – sont fatigantes. Croit-on sérieusement que lorsque la gauche était au pouvoir – c’était, il est vrai, il y a des lustres – il n’y avait pas de charter ni d’expulsion? Le débat d’hier soir a montré que s’il y avait beaucoup de reconduites à la frontière, il y avait aussi énormément de naturalisations et d’octrois de permis de séjour (sur lesquels le ministère est très discret…), ce qui montre que le gouvernement n’est pas si « strict » que cela. Cessons de considérer, même si on est en désaccord avec lui, que le gouvernement mène une politique pétainiste et que la PAF joue le même rôle que feu la Gestapo.

Ainsi, vous expliquez avoir refusé de participer à un « débat indigne ». Y’a-t-il donc des débats auquel il est digne que votre majesté participe? C’est cette même attitude méprisante et condescendante qui a fait monter le Front national pendant des années, comme Eric Besson l’a rappelé au cours de l’émission. Pourquoi n’êtes-vous pas venu dire à la télé ce que vous avez écrit hier soir sur votre blog? Peut-être parce que sur celui-ci, il paraît que vous effacez les commentaires qui vous dérangent. A la télé, il est vrai que c’est plus difficile.

Vous expliquez ensuite n’avoir pas voulu cautionner le débat le Pen-Besson. Mais du côté de France 2, on réplique que c’est vous qui aviez demandé à passer en dernier : « Vincent Peillon préférait passer en second de manière à entendre au préalable le duel Besson-Le Pen, explique Nathalie Saint-Cricq. Il souhaitait ainsi ramasser les arguments échangés et pouvoir se positionner. » Alors, avez-vous été piégé par France 2, ou est-ce vous qui avez piégé France 2, comme Arlette Chabot l’a dit à plusieurs reprises au cours de l’émission, outrée de votre absence?

Même si on sait tout le mal que je pense de ce ministre qui a trahi son camp et ses convictions pour un plat de lentilles, de ce ministre pour qui la France n’est ni une langue, ni une culture, ni un territoire, mais juste un « conglomérat de peuples » animés par un « même désir de vivre ensemble », (ce qui ne veut strictement rien dire, et revient à nier l’existence de la Nation)Eric Besson, lui, a eu le courage de venir dialoguer avec Marine Le Pen, après le faux-bond du débat de Liévin. J’allais dire l’honnêteté.

Plutôt que de diaboliser son adversaire, et de se retrancher derrière des arguties assez piteuses – selon vous, « Jamais une telle dérive ne s’était produite. Elle atteint gravement  aux valeurs de la France et aux principes qui doivent commander aux missions de service public comme à la responsabilité du métier de journaliste » – il l’a affrontée calmement. Personnellement, j’ai trouvé Marine Le Pen mauvaise. Elle m’a paru agitée, ne maîtrisait pas son sujet, confondait les concepts, s’emmêlait dans les chiffres. Elle est la fille de son père, mais elle est moins percutante, moins éloquente, et il faut le dire, moins drôle. Même si Eric Beson, de son côté, a surtout essayé de la déstabiliser, il fait mouche à plusieurs reprises, notamment en évoquant les absences de Le Pen au parlement européen, en martelant que le Front national ne savait que « faire peur », et en rappelant que le parti frontiste n’a jamais conservé une mairie, preuve qu’il est incapable d’exercer le pouvoir.

Au final, votre pseudo coup d’éclat, dont l’effet ne dépassera pas vingt-quatre heures, a eu un seul effet : politiquement, il a laissé un boulevard à Eric Besson. Pendant que vous, le chevalier blanc, vous savouriez votre petite « rebellitude », pour plagier votre ex-mentor, il a pu dans un premier temps tranquillement parler de son enfance et se présenter sous un visage humain, lui qui est la cible des critiques depuis des mois. Ensuite, il a pu montrer un visage rassurant et rationnel face au repoussoir Le Pen. Comme l’ont remarqué de nombreux utilisateurs de Twitter au cours de l’émission, vous avez aidé le ministre de l’Immigration et de l’Identité nationale à se recentrer aux yeux de l’opinion. Bien joué, monsieur Peillon.

Le voilà, votre coup d’éclat. Il montre que vous ne serez jamais rien d’autre qu’un second couteau, qu’un lieutenant. Je ne crois pas, au final, que les Français apprécient beaucoup ce genre d’attitude qui est à cent lieues de ce qu’est la courtoisie la plus élémentaire. Bon courage pour l’expliquer quand vous irez sur le terrain. Si vous y allez.

A lire aussi les réactions de Laurent Pinsolle, CaReagit et Marc Vasseur.

MAJ 16/01: le titre initial de ce billet était « lettre ouverte au « voyou » Vincent peillon ». Plusieurs commentateurs ont éveillé mon attention sur le caractère manifestement excessif de l’emploi du mot « voyou ». Je le reconnais bien volontiers et comme seuls les imbéciles ne changent pas d’avis, j’ai décidé de modifier ce titre.

44 Commentaires

Classé dans Politique

44 réponses à “Vincent Peillon : le mensonge comme arme politique

  1. Rien d’autre à ajouter, totalement d’accord avec toi.

    C’est une erreur stratégique majeure.

  2. Pingback: Vincent Peillon, une faute politique lourde.

  3. mignot

    Nous avons regretté l’absence de Peillon au simulacre de débat sur la 2 hier soir.
    Nous aurions préféré que Peillon vienne sur le plateau pour dénoncer devant les téléspectateurs ce panégérique de Besson . Une heure sur Besson qui a donc eu tout le temps de s’exprimer et 10 minutes de « débat ». Les absents ont toujours tort…
    L’utilisation du mot “rebellitude” et le coup d’éclats sont de pâles imitations de Ségolène Royal mais manquent de classe.

  4. René de Sévérac

    « … le débat d’hier soir a montré que s’il y avait beaucoup de reconduites à la frontière, … »
    Oui (29000) soit 25000 environ entre
    – d’une part Mayotte vers les Comores, et
    – d’autre part entre la Guyane et le Brésil
    (cad traversée du Maroni).

  5. « voyou » ? pourquoi pas « meurtrier » pendant que vous y êtes !🙂
    Je ne comprends pas cette réaction excessive pour un non évènement.
    Il y a sans doute pire dans le monde actuellement à dénoncer ou à souligner (la totale incapacité d’un Etat – Haïti – désorganisé, ruiné, abandonné, à secourir sa propre population, par exemple ?).
    Peillon peut bien faire ce qu’il veut, monter les coups médiatique qu’il veut – aller ou ne pas aller à une émission de télé pour se faire remarquer, quelle importance !? – cela ne va pas changer le monde et cela n’en fait surtout pas un « voyou ».

  6. J’avoue que je suis très choqué par ce vocable de « voyou inqualifiable » balancé par des journalistes. Faut pas exagérer quand même : OK, il n’a pas honoré pour faire un coup médiatique, so what ? Des politiques manipuleraient les media à des fins politiciennes ? Les journalistes se trouveraient parfois cocufiés/plantés au dernier mouvement ? Grande nouvelle …
    C’est sûrement pas très malin, à la limite on peut lui reprocher d’avoir loupé son coup, et il y a beaucoup de bruit parce que c’est à la TV et que Peillon lui-même fait du bruit, mais c’est juste de l’écume qui ne mérite pas un tel vocable, surtout de la part de journalistes, qui ne font pas toujours un boulot très « qualifiable » à mon avis non plus … En l’occurence pour ce débat précis, Besson/Le Pen suivi de Besson/Peillon, je ne sais pas si le meilleur qualificatif c’est « débat politique » »; »combat de coqs pour faire de l’audimat sur un sujet sensible avec l’homme le plus détesté de la gauche » me paraît être un meilleur qualificatif.

    Et tant qu’à parler politiques inqualifiables et service public, hier, j’ai été beaucoup plus choqué/énervé par l’invitation de Balkany pour faire la promo de son autohagiographie sur France Inter.

  7. Tout à fait d’accord avec toi, Chafouin.

    Erreur stratégique, comportement minable. Pas très étonnant, au fond.

  8. Pour c’est surtout une monstrueuse erreur stratégique de laisser le « champ libre » à de tels orateurs. Besson a été recentré. Bref, tu as du me lire, pas besoin de saouler tout le monde. Cliquez sur CaRéagit en bas du lien de Chafouin !

    A+ cher ami.

  9. Pingback: Tweets that mention Lettre ouverte au “voyou” Vincent Peillon « Pensées d’outre-politique -- Topsy.com

  10. Superbe papier : complètement d’accord.

  11. Rien d’étonnant dans le comportement de Peillon. Je dirai même, parfaitement raccord avec le mode de fonctionnement des socialistes dans le paysage politique actuel.

    Parler d’immigration = stigmatisation.
    Parler de burqa= islamophobie
    Parler d’identité nationale= xénophobie
    Etc, etc…

    Osez un billet sur un imam radical qui prêche l’anéantissement de l’occident dans une cave de Seine St Denis, et vous aurez votre lot d’avis éclairées sur vos tendances islamophobes et vos relents racistes.

    La politique de la chaise vide, c’est le déni organisé et consenti du débat républicain. Mais quand on sait qu’on aura rien d’autre à opposer qu’une litanie idéologique mainte fois ressassée et qui ne fait plus recette, on en est réduit à ce genre de comportement…

    C’est évidemment affligeant, et d’une inconséquence achevée.
    Beaucoup plus facile, en effet, de venir dézinguer de la Ségolène sur un plateau de canal + devant un chroniqueur, que de se risquer à donner du verbe à ses contradicteurs quand ils sont assis sur les sièges d’en face.

    Bon coup de gueule le Chaffouin… Et bonne année.

  12. Mouais…
    Moi j’ai fait une experience: j’ai pas regardé le débat pq soirée raclette. J’ai juste ecouté la radio ce matin. Et je suis infoutu de dire ce dont ont causé Le Pen et Besson. Par contre Peillon, lui, qu’est ce que j’en ai entendu parler. A l’heure de la com, si j’étais completement cynique, je dirai qu’au moins a court terme, il a réussi son coup.

    Vais aller lire ce qui s’est dit maintenant…

  13. Voyou ?
    Faudrait peut-être pas exagérer… Jusque là je pensais que l’emploi des grands mots et des jugements moralisateurs étaient justement une marque de fabrique des socialistes. Il est vrai qu’on ne s’y retrouve plus et que le seul socialiste présent au débat républicain était Besson ?
    Mais qui a retenu ce qu’il a dit ? ce qu’a dit Marine Le Pen ? la propagande de Chabot ?
    Non, le grand gagnant, quoi qu’on en ait, c’est bien Peillon.
    Peillon-nous leur tête !

  14. Excellent billet ! Bien que je ne partage pas nécessairementvotre opinion sur ce débat…

    Juste une remarque (encore une !) sur l’emploi du mot « voyou » : c’est d’autant plus exagéré que ceux qui l’ont employé (les journalistes offensés) ne dépassent jamais le très peu stigmatisant « jeunes voyous » pour parler de violeurs, de vandales et de détrousseurs de grand chemin.
    Evidemment, en bon français, écrire le mot « voyou » ici serait juste un peu surfait. Mais avec le sens qu’il a pris ces dernières années à force d’être utilisé à tort et à travers, l’association d’idées qui émerge automatiquement à la lecture produit un effet de démesure assez surprenant, cette expression modérée évoquant instantanément … la barbarie ordinaire, en lieu et place de la petite agitation politicienne qu’elle était censée décrire.

    Même chose que l’emploi indifférencié de « délinquance » pour parler du stationnement irrégulier et du détroussage à l’arme blanche. Les mots perdent leur sens, et la réalité devient confuse, impossible à décrire… Confusion volontaire ?

  15. dalletone

    Peillon a été très malin et a bien fait. Les français en ont marre qu’au moment des élections les chaines de télévision soient complices de faire monter les inquiétudes liées a l’immigration à l’idée que notre France catholique est dépassée par l’islam…surtout quand les élections se présentent difficiles à gagner pour la majorité. cette grosse ficelle devait etre explosée, et Peillon s’est sacrifié.. il a bien fait et du coup de debat est relégué au second rang, plus personne ne parle du contenu du débat qui était inquiétant du point de bue de besson qui se montre très malin avec une rhétorique très bien ficelée, ..et épouvantablement dérangeant quant a marine lepen qui fait peur avec son allure prédatrice.

  16. RIN

    @ chafouin
    Au long de vos billets que je reconnais pas lire tout le temps, il me semble que le front national vous hérisse quelque peu le poil !
    Je ne suis pas un adepte de ce parti et pas plus d’un autre, l’esprit partisan et le comportement de nombre de leurs « élites » n’étant pas un sommet de respect, ni de vérité : les retournements de veste et les coups bas sont légion !
    En toute honnêteté, vous reconnaîtrez que ce parti fait quelque peu exception sur les sujets de fond et vous vous souvenez aussi du mot de Michel Rocard  » le FN pose les bonnes questions mais n’apporte pas les bonnes réponses ».
    Quelles réponses ont été apportées depuis, par les partis traditionnels, à la nation ?
    Quelle politique et quels choix ont été posés tant concernant la famille que le respect de la vie, l’éducation…
    Force est de constater que les partis ayant exercé au pouvoir sont tous gangrênés par l’idéologie que celle-ci s’appelle libéralisme, socialisme, communisme, mondialisme, européisme, droits de l’hommisme, haldisme, genrisme…et j’en passe.
    Cela vaut peut-être un billet ?

  17. Pour répondre à ceux qui s’en sont émus, je pense qu’en effet, traiter Vincent Peillon de « voyou » est excessif. Mais ce n’est pas ce qu’a dit Nathalie Saint-Cricq, qui a parlé de « méthode de voyou ». Je modifie donc mon titre, qui est en effet exagéré après réflexion.

    Disons plutôt, si vous préférez, qu’il s’est montré être un grossier personnage, indigne de confiance et qui a trahi sa parole. Je suis d’accord avec ce qu’a dit Aphatie hier soir sur Canal +, où Vincent Peillon était invité au Grand Journal : en aucun cas on ne peut utiliser le mensonge dan sle débat public. Rien ne le justifie. Et sur un plan moral, on ne peut jamais, à mon sens, faire quelque chose de mauvais objectivement (mentir) dans un but noble (alerter sur un danger).

    @Christophe

    Si on doit attendre qu’un événement soit plus intéressant que le séisme d’Haïti pour en parler, autant fermer tout de suite ce blog.

    @Tom Roud

    AU contraire, ce débat me paraît intéressant. Un type de l’UMP, qui vient du PS, et qui discute avec un parti à qui il tente de piquer le discours, ce n’ets pas inutile! Et si vous l’avez regardé, il s’est bien s’agi d’un débat et non d’un combat de coqs.

    @eric

    « La politique de la chaise vide, c’est le déni organisé et consenti du débat républicain. « 
    Entièrement d’accord. les socialistes considèrent que parler de l’identité nationale, cela ne doit pas être, cachez ce sein que je ne saurai voir.

    Moi, je trouve que le débat tel qu’il a été organisé pose problème. Mais dans l’arène politique, c’est autre chose…

    @ le contempteur

    Je ne suis pas d’accord : si Peillon était venu, on n’aurait pas du tout parlé du débat. La radio commente rarement la télé, sauf clash.

    Mais il aurait été beaucoup plus intéressant – et plus honnête, à mon avis, qu’il vienne et qu’il expose ses arguments.

    Résultat, de quoi parle-t-on? D’un socialiste qui dit qu’il faut surtout ne pas parler d’un thème qui à l’évidence, intéresse les gens même s’il a façon dont il a évolué peut les gêner.

    J’ai lu ce qu’a dit Martine Aubry sur le vote des étrangers : oser dire que l’UMP veut faire croire qu les étrangers sont « la cause de tous nos maux », c’est un mensonge éhonté. Il n’a jamais été question de ça.

    Bref, croire qu’en occultant un débat on l’empêche de se tenir, c’est idiot à mon avis.

    P.S : je trouve indigne, par contre, d’organiser une soirée raclette sans m’inviter. Je ne m’appelle pas Peillon, moi.

    @dalletone

    « Les français en ont marre qu’au moment des élections les chaines de télévision soient complices de faire monter les inquiétudes liées a l’immigration à l’idée que notre France catholique est dépassée par l’islam »

    Et moi je pense que ce débat doit avoir lieu à la télé (ou ailleurs), entre personnalités politiques, que dans des sous-préfectures. Est-ce aux journalistes de dire de quoi on doit parler ou pas? Il ne me semble pas.

    Le problème, c’est plutôt que tous les thèmes d’actualité soient portés par la droite. Où est la gauche, que propose-t-elle? C’est ça la question. Mais ça, ce n’est pas la faute des journalistes.

    Et ej le répète : personne ne parle, le lendemain, des débats politiques dans les médias. Si on veut savoir ce qui s’y est dit, la plupart du temps, il faut regarder… Ce n’est pas nouveau et pas spécifique au débat Besson-Le Pen.

    @RIN

    En effet je goûte peu au FN. Je trouve qu’à part crier ils ne font pas grand-chose. Certes, leur position sur la « vie » est proche de la mienne, mais ça ne fait pas tout, malheureusement. On en peut pas interpréter toute la vie à travers le prisme des étrangers. C’est malheureusement ce que fait le FN.

    Voilà pourquoi en tant que catholique, et après avoir lu ce que les évêques et les papes avaient à dire sur le sujet (là, il y a matière à billet d’ailleurs), j’estime que je ne peux pas cautionner cette vision des choses.

    Et si on parle des -isme, je crois que le FN est proche du … nationalisme!

  18. Soula

    Il faudra bien que le PS fasse le bilan du brouillamini provoqué par l’absence de Peillon.
    Sa défection ne peut pas être interprétée comme une victoire car elle a permis à Besson d’occuper toute la place et cela avec la complicité de la journaliste qui n’a eu de cesse que de couper la parole à Marine Le Pen.
    Peillon aurait dû être présent pour contrer Besson et pour dénoncer les limites de son discours. Son absence a permis à Besson d’être particulièrement navrant face à Marine Le Pen étant d’une particulière mauvaise foi en se permettant des mensonges de diversion à propos de sa supposée présence au parlement européen (en quoi était-ce en relation avec le sujet de l’identité nationale?) et s’autorisant à utiliser des arguments douteux pour dire qu’avec le physique agréable de Marine Le Pen celle-ci ne devrait pas véhiculer des idées d’extrême droite…
    Se serait-il comporté de la même façon, c’est-à-dire en mettant en évidence la morphologie de son adversaire, si celui-ci avait été un homme ? Certainement non ! Voilà qui met bien en relief l’immense misogynie d’Eric Besson et le fait que même face au FN il n’a pas de discours réellement cohérent à mettre en avant!
    Ainsi Peillon, par sa stupide débandade, a permis à Besson de briller des mille feux de son incompétence.

  19. RIN

    @chafouin
    Je pensais bien vous taquiner un peu !
    Et vous avez raison : le nationalisme ne vaut pas mieux !

    Mais poussons un peu plus loin cependant.
    Parmi LES PARTIS dont j’ai dit de que j’en pensais :

    Sur la famille fondée sur le mariage entre un homme et une femme, quel est le plus proche de ce qu’enseigne l’église ?

    Et sur la responsabilité des parents en matière d’éducation, y compris dans les domaines de la sexualité et de l’affectivité ?

    Et sur la reconnaissance des racines chrétiennes de la France et de l’Europe ?

    Et puisque vous faîtes allusion au respect de la vie, qui est présent à la marche pour la vie depuis la première édition ?

    Enfin, concernant l’immigration, qui a alerté en premier sur les risques encourus ?

  20. @RIN

    C’est ce que j’ai dit : le FN est plus proche de mes convictions que d’autres parties sur ces thèmes là (vie, racines chrétiennes), mais d’une part ce n’est pas le seul, et d’autre part ça ne fait pas tout.

    D’ailleurs, je pense que la « vieille » extrême-droite basée sur des idées chrétiennes (enfin, quand ça l’arrange) est à mon sens sur le point d’être balayée par l’extrême-droite identitaire et païenne, qu’incarne très bien Marine Le Pen, qui ne partage pas le côté « conservateur » de son père sur ces thèmes. Elle a dit plusieurs fois qu’elle ne partageait pas ses idées sur l’avortement, par exemple. Ce n’est pas un hasard si les Carl Lang et compagnie se font virer petit à petit du Front national. Marine Le Pen rêve d’un destin à la Jorg Haider. Il faudra juste éviter de finir comme lui.

    Sur l’immigration, le FN a eu le mérite de dire à une époque ce que personne ne disait. Très bien. J’ai toujours été favorable à ce que le FN soit écouté et qu’on dialogue avec lui plutôt que de l’ostraciser et de sortir les grands mots. Il n’empêche que son discours est à mon sens très exagéré. Les étrangers ne sont pas des méchants venus piquer le pain des Français, mais des personnes qui sont en grande détresse et qui sont poussés à venir ici par des gens sans scrupule qui leur décrivent notre pays comme un eldorado. A leur place, je ferai strictement la même chose. On a voulu la mondialisation, il faut l’assumer.

    Or rien de tout cela dans le discours de Marine Le Pen. Jeudi soir, on n’a fait que l’entendre brailler. Je préfère les gens qui dialoguent posément et sont raisonnables. Elle ne me semble pas l’être.

    Besson ne l’est pas plus puisque son ministère passe son temps à mentir et à communiquer sur les expulsions plutôt que sur l’octroi de titres de séjour, qui sont infiniment plus nombreux.

    @Soula

    Entièrement d’accord avec vous. J’ai bien écouté l’émission, mais je n’ai pas réussi à distinguer un discours cohérent d’Eric Besson sur ce qu’est supposée être notre identité « nationale ». Il est flou sur l’idée de nation. Donc il ne peut que l’être sur l’immigration.

  21. Mr Peillon a fait preuve de lacheté politique en ne voulant pas débattre avec un ministre et une représentante d’un parti politique, de couhardise en ne participant pas à une émission TV au dernier moment, de mépris à l’encontre des citoyens. Cette attitude de la part d’un dirigeant politique ne correspond en aucun cas à l’image que l’on se fait d’une démocratie.

  22. RIN

    @chafouin
    En fait de partis « valables » selon vous pour un chrétien, sur les principes de vie sociale non négociables selon l’église, à savoir le respect de la vie de la conception naturelle à la mort naturelle, la famille fondée sur le mariage, la responsabilité de la famille en matière d’éducation, y compris au niveau affectif et sexuel, il y a quoi ?

  23. Excellent billet, comme d’habitude !!!
    J’ai relayé ce propos sur mon blog:
    http://www.berdepas.wordpress.com
    sous le titre du « Coup Peillon ».

  24. Pingback: L’absence de Peillon, une défaite républicaine | Reversus

  25. Pingback: Revue des blogs (semaine 2)

  26. Bob

    Que des gens souhaitent débattre de « l’identité nationale », soit. Mais quelqu’un peut-il m’expliquer en quoi est-ce le rôle de l’état de définir ce qu’est l’identité nationale ?

  27. @bob

    L’Etat peut inciter au debat, encore que… Mais en effet, je ne vois pas pourquoi il se mele de ca. Et surtout, ce qui peut deboucher d’un tel debat….

    @RIN

    Il y a ke MPF, le parti de Boutin… Mais pour moi ce n’est pas le seul critere de vote. Sinon cela revient a s’abstenir a chaque election!

  28. Ce qu’a fait Peillon est vraiment pas intelligent. C’est petit, et les journalistes de FR2 n’y peuvent pas grand chose. Ils sont la pour faire de l’audience ( c’est comme ça que ça se passe, sinon pas de sousou ), et entre un débat Besson/Le pen et Besson/Peillon, en plein débat sur l’identité nationale qui tourne bien trop souvent à un ramassis de racisme et d’amalgame contre les populations immigrés depuis 50 ans ( que l’on compare bien trop souvent à cette soi disant vague d’immigré clandestins ). La gauche passe encore pour des couillons, qui refuse le débat et la joue très très très petit …

  29. RIN

    @chafouin,
    Je continue sur ma lancée, si vous le voulez bien : c’est quoi les autres critères de vote pour un chrétien, quelle hiérarchie pour ces critères et pour quel type d’élection ?
    Toujours bien sûr sous l’angle chrétien puisque c’est votre positionnement.

  30. Eh bien justement, je ne suis pas que chretien, je suis aussi membre d’une certaine categorie sociale, j’ai tel age, j’habite dans telle region, tout cela a des consequences sur le vote. Je ne me reduis pas a ma seule « qualité » de chrétien. Si c’était le cas, l’Eglise donnerait des consignes de vote precises!

  31. Obi-Wan Kenobi

    @ RIN :
    N’oubliez pas que le Chafouin est aussi fan des Beatles. Et Paul Mac Cartney, il donne quoi comme consigne de vote ?

    @ Chafouin :
    Je réagis en tant que journaliste. ce qui me chiffonne le plus dans cette histoire, c’est que Vincent Peillon a exigé la démission d’Arlette Chabot. Dieu sait que je n’aime guère la façon dont elle conduit les débats et que je pourrais très bien me passer de sa présence dans ma télé à écran cathodique (et oui, ça existe encore). Mais qu’un élu demande la démission d’un journaliste me paraît anti-démocratique. On peut critiquer son travail, estimer que le débat était destiné à servir la soupe à Eric Besson et faisait le jeu de l’UMP avant les régionales. Mais cela reste hautement subjectif. Si on aime et on respecte la liberté de la presse, on doit accepter que des journalistes ne pensent et n’agissent pas comme on le souhaiterait.

    PS : j’ai déserté ton billet sur le débat autour de l’identité nationale parce qu’il commence à me saouler gravement. Si le gouvernement est en quête d’identité nationale, qu’il se réfère à la Constitution : tout est dedans.

  32. RIN

    @chafouin et Obi
    Eh bien, il se trouve que l’Eglise donne des consignes, et même relativement précises !

    « En 2002, le cardinal Ratzinger publiait une note, approuvée par Jean-Paul II, sur le comportement des catholiques en politique. Après avoir rappelé la nécessité pour les laïcs chrétiens de participer à l’action politique, en prenant notamment pour modèle st Thomas More qui refusa tout compromis au motif que « on ne peut séparer l’homme de Dieu, ni la politique de la morale », le cardinal Ratzinger jugeait opportun de souligner que l’engagement social et politique des chrétiens, indispensable au regard de leur foi, relevait de la conscience personnelle, une conscience éclairée.
    Concernant le vote, il notait : « La conscience chrétienne bien formée ne permet à personne d’encourager par son vote la mise en oeuvre d’un programme politique ou d’une loi dans lesquels le contenu fondamental de la foi et de la morale serait évincé par la présentation de propositions différentes de ce contenu ou opposées à lui. »
    Et parmi « les principes moraux qui n’admettent ni dérogation, ni exception, ni aucun compromis », c’est-à-dire là où se joue « l’essence de l’ordre moral, qui concerne le bien intégral de la personne », le cardinal citait notamment l’avortement, l’euthanasie, la famille fondée sur le mariage monogame entre personnes de sexes différents, la liberté d’éducation des enfants comme droit inaliénable des parents.

    Vous pouvez connaissance du texte dans son intégralité que vous trouverez :
    http://eucharistiemisericor.free.fr/index.php?page=doctrine_foi

  33. Obi-Wan Kenobi

    @ RIN :
    Reste à savoir ce que le Chafouin place au sommet de sa hiérarchie : le Pape ou Paul Mac Cartney ?
    Quand bien même, là n’était pas le débat et libre au Chafouin d’obéir scrupuleusement aux consignes papales ou de s’en affranchir tout en se considérant comme chrétien. Mais je ne suis point son avocat, je vais le laisser se défendre comme un grand.

  34. @rin

    C’est bien ce que je dis, si on suit ces consignes on ne vote pour personne. Les seuls partis qui correspondent à ces critères (MPF, PDC) sont des alliés objectifs de l’UMP, qui lui ne rentre pas dans la case…

    @Obiwan

    Je n’ai pas réagi là dessus car si Peillon estime que Chabot, qui est journaliste sur le service public télévisuel, est incompétente, il ne me semble pas scandaleux qu’il demande sa démission. Je trouve que Duhamel et Aphatie, sur ce coup là, ont été diablement corporatistes. Seuls les journalistes pourraient exiger la démission de tel ou tel? Et les dits journalistes seraient au-dessus de tout reproche? Trop facile!

  35. Obi-Wan Kenobi

    @ Chafouin

    Ce n’est pas ce que j’ai dit. J’ai bien précisé que cela me gênait car la demande émanait d’un élu, d’un politique, qui plus est au motif que le débat n’était pas organisé à sa convenance (on est loin de la faute lourde, non ?). Tu me sais suffisamment critique sur notre profession pour ne pas me soupçonner de corporatisme, non ?
    A la limite, si Peillon avait écrit à De Carolis pour demander cette démission, ça aurait été son droit le plus strict. Mais il a opté pour l’AFP, histoire de prendre l’opinion publique à témoin. Tout ça manque d’élégance et il semble que Vincent Peillon va en payer les frais.

    En outre, vouloir couper des têtes à tout bout de champ ne me semble pas très sain. Je suis tout autant gêné quand on cloue au pilori un juge d’application des peines coupables d’avoir osé remettre en liberté un meurtrier qui n’a rien trouvé de mieux à faire ensuite que de récidiver. Je sais que notre époque n’est pas à la mesure et à la pondération, mais bon…

  36. PeutMieuxFaire

    V. PEILLON a fait un « coup médiatique ».
    Le mensonge, provisoirement nécessaire à la réalisation de ce coup, est secondaire et de plus immédiatement reconnu.
    Dans un monde politique où mensonge, manœuvres et instrumentalisations sont monnaie courante, on pourrait s’offusquer quotidiennement de pratiques peu « charitables », à la différence qu’elles ne sont, elles, jamais assumées. Ne condamner ce coup que parce qu’il utilise et reconnait le mensonge, c’est conforter les comportements hypocrites.

    Comme le « coup médiatique » a deux objectifs :
    – dénoncer l’émission dans sa forme inéquitable
    – occulter l’éventuel retentissement de cette émission
    tout le bruit, même négatif, fait autour de cette esclandre contribue à le réussite du coup d’éclat, y compris ici.
    Je ne peux parler au nom de V. PEILLON, mais j’imagine qu’il vous remercie d’y contribuer un peu.

    P.S. : entièrement d’accord, V. PEILLON est un lieutenant ; le fait qu’il ait prévenu M. AUBRY me laisse envisager qu’il s’est sacrifié, du moins à court terme.

  37. RIN

    @chafouin
    Bous dîtes : C’est bien ce que je dis, si on suit ces consignes on ne vote pour personne. Les seuls partis qui correspondent à ces critères (MPF, PDC) sont des alliés objectifs de l’UMP, qui lui ne rentre pas dans la case…

    1. Vous oubliez le FN, me semble t-il et qui n’est l’allié de personne !
    2. On mesure au passage à quel point le régime des partis est une catastrophe et le contraire d’une vraie démocratie !
    3. C’est toute l’importance de « l’objection de conscience » et du nécessaire discernement qui l’accompagne selon la nature et les circonstances des élections.
    Et par ailleurs, il y a une vie à part le vote et heureusement !
    Vraiment, prenez le temps de lire le texte que je vous ai signalé : je suis certain que ce ne sera pas inutile…et comme cela fait partie de l’enseignement de l’Eglise à laquelle vous êtes attaché …vous ne pouvez pas, me semble t-il, en faire l’économie… et ce ne sont que qques pages !

  38. Obi-Wan Kenobi

    @ PMF

    On peut aussi penser que la fin ne justifie pas les moyens. Mais bon, ça doit être mon côté affreusement romantique…

    @ Chafouin

    Cool, tu sais désormais que l’Eglise te laisse le choix de voter FN ou FN (MNR peut-être ?).

  39. @Rin

    Quand j’entends Marine Le Pen aboyer, je n’ai pas l’impression de retrouver chez elle les valeurs évangéliques, voilà tout… Sinon, d’accord avec vos points 2 et 3.

    @Obi-Wan

    Chabot est nulle, nulle, nulle. Qu’on demande sa démission me semble tout à fait naturel,; elle sert al soupe en permanence. Après, qu’il le fasse dans ses conditions, peut-être pas, mais je crois que c’est le débat en lui-même qu’il a contesté, avant de parler de la manière dont il avait été organisé. Ensuite, tu sais très bien que demander une démission dans une lettre privée n’a aucun poids. Au final, je ne défends pas son attitude, mais je ne la trouve pas scandaleuse sur ce point précis.

    @PMF

    Justement, là le mensonge est assumé. On sait qu’il en était un. On ne peut donc pas le laisser passer. Est-ce que parce qu’on n’en remarque pas d’autres, il faut laisser filer celui-là?

  40. PeutMieuxFaire

    @chafouin,
    tout en partageant votre avis sur l’émission « à vous de juger » qui sert la soupe à E. Besson cette fois, à M. Aubry l’autre jour, je considère que la demande de démission d’Arlette Chabot était inutile, du moins dans ce que je crois être la « stratégie » de V. PEILLON.
    Je ne suis pas surpris que « vous ne laissiez pas passer » le mensonge même s’il est assumé.
    J’ai du beaucoup évoluer en vieillissant car, enfant, ce sont les mensonges de la catéchèse qui n’ont fait perdre la foi !

  41. PeutMieuxFaire

    @chafouin , « quels mensonges ? »
    Cela n’a guère d’intérêt, mais comme j’ai commencé, je termine : en découvrant par exemple que j’avais été trompé sur l’origine du monde. A l’époque l’enseignement religieux était plutôt simpliste.

  42. Pour la démission d’Arlette Chabot : la suite du face à face entre Eric Besson et Marine Le Pen, précisant que cela lui permettrait de réagir à l’ensemble des interventions. De plus, il s’était encore entretenu le matin même de l’émission avec Arlette Chabot sur les sujets qu’il souhaitait aborder. Dans ces conditions, la décision de Vincent Peillon est incompréhensible sauf à envisager un coup médiatique

  43. Il connaissait parfaitement la nature et avait accepté en toute connaissance de cause d’intervenir à la suite du face à face entre Eric Besson et Marine Le Pen, précisant que cela lui permettrait de réagir à l’ensemble des interventions. De plus, il s’était encore entretenu le matin même de l’émission avec Arlette Chabot sur les sujets qu’il souhaitait aborder. Dans ces conditions, la décision de Vincent Peillon est incompréhensible sauf à envisager un coup médiatique

Un petit commentaire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s