Ces journalistes français, quel talent d’investigation, quand même…

sarkojuppe

Nicolas Sarkozy et Alain Juppé près du Mur, le 16 novembre 1989. Et non pas le 9, détail capital!

Aux Etats-Unis, cette histoire aurait fait la une de tous les journaux, affirmait hier soir Samuel Laurent, journaliste au figaro.fr. Mais quelle histoire? La preuve que Nicolas Sarkozy a piqué dans les caisses ou truqué les élections? Un rebondissement dans l’affaire Clearstream? De nouveaux éléments dans celle du sang contaminé? Le fin mot de l’histoire des frégates de Taïwan? Une enquête exclusive sur le déficit de la Sécurité sociale? Non, mieux que cela, bien mieux : le fait que Nicolas Sarkozy ne se soit pas rendu à Berlin pour assister à la chute du Mur, le 9 novembre 1989, contrairement à ce qu’il a prétendu sur son profil Facebook. Mais peut-être plutôt le 10, le 11, le 16, selon les versions… Cela valait bien la mobilisation de tous les médias en ligne pendant 24 heures, non?

C’est l’histoire du serpent qui se mord la queue. Ou quand l’excès de communication revient comme un boomerang exploser à la figure de celui qui a pourtant su si bien la maîtriser pendant de longues années. Mais voilà : Nicolas Sarkozy, ces derniers temps, a la poisse. Dieu seul sait qui lui a conseillé de raconter son 9 novembre 1989 sur son profil Facebook, dimanche. Qui lui a soufflé de prétendre qu’il était à Berlin ce jour là, avec Alain Madelin, Alain Juppé et François Fillon. « Le 9 novembre au matin, nous nous intéressons aux informations qui arrivent de Berlin, et semblent annoncer du changement dans la capitale divisée de l’Allemagne. Nous décidons de quitter Paris avec Alain Juppé pour participer à l’événement qui se profile. Arrivés à Berlin ouest, nous filons vers la porte de Brandebourg où une foule enthousiaste s’est déjà amassée à l’annonce de l’ouverture probable du mur « , écrit-il sur sa page personnelle. S’agit-il d’un mensonge volontaire ou d’un trou de mémoire? Toujours est-il que cette « révélation » aussi soudaine qu’imprévue, qui donnait une nouvelle fois le beau rôle à notre super-président, a attiré l’attention et les soupçons de plusieurs journalistes un brin chafouins. Et ce qui devait arriver arriva : l’information s’est révélée fausse. Ou du moins inexacte.

C’est Alain Auffray, journaliste à Libération, qui a été le premier à soulever le lièvre sur son blog, dès dimanche. Selon lui, il paraissait très étrange que Nicolas Sarkozy et Alain Juppé aient pu pressentir cet événement que nul ne pouvait prédire, à l’époque : « Le matin du 9 novembre, personne à Paris – ni même à Berlin – ne pouvait soupçonner que le mur allait tomber. les radios et télévisions ouest-allemandes n’ont commencé à évoquer la « libre circulation » qu’à partir de 20h. Et ce n’est qu’après 23 heures que les Berlinois de l’Est, prenant ces informations prématurées pour argent comptant, furent si nombreux à se masser devant le poste frontière de la Bornholmer Strasse que les garde-frontière  est-allemands finirent par lever la barrière. »

sarkoberlin

La photo de Paul Clave, par laquelle le scandale du siècle est arrivé.

Forcément, quand on lit ça, l’histoire de notre président prend un peu de plomb dans l’aile. Patatras. Mais le meilleur restait à venir, puisque suite à ce billet d’Alain Auffray, l’Élysée a confirmé la version initiale de Nicolas Sarkozy. Du coup, les meilleurs limiers de la presse nationale se sont mis sur le coup. Et tout au long de la journée d’hier, les versions se sont succédé. On a parlé d’une visite de Sarkozy et Juppé à Berlin le 10, le 11, le 16… Que ce soit sur rue89, au monde.fr, à LCI, au figaro.fr, au point.fr ou à marianne2, toute la fine fleur médiatique du pays s’est mise en branle pour démonter ce mensonge éhonté. Et il faut dire que les journalistes ont fait du beau travail, à force d’acharnement.

Ils ont réussi à trouver plusieurs extraits vidéos dans lesquels Alain Juppé – qui du coup, s’agace sur son blog – se contredit sur les dates de son passage à Berlin. Recueilli le témoignage d’Alain Madelin, qui assure ne s’y être point rendu le 9. Retrouvé la trace d’un document de l’Assemblée nationale qui montre que François Fillon, contrairement à ce qu’il a prétendu hier, était à Paris dans l’après-midi du 8. Le Point a contacté l’organisateur du voyage, qui s’emmêle les pinceaux. LCI a mis la main sur des images du 16 novembre montrant les trois hommes marchant le long du mur de Berlin. Le Figaro a exhumé de ses archives un article montrant que le 9, Alain Juppé commémorait le 19e anniversaire de la disparition du général de Gaulle, à Colombey. Et rue89 a fini par interviewer l’auteur de la photo himself, Paul Clave, qui a confirmé avoir pris le cliché à 22h le soir du 10 novembre.

Eurêka! Cela valait bien l’opiniâtreté de dizaines de journalistes, qui ont passé leur journée à enquêter sur ce sujet capital. La morale de l’histoire, c’est qu’on sait que Nicolas Sarkozy n’était probablement pas à Berlin le 9 novembre au soir. Mais on n’en est même pas sûr. En revanche, on ne saura pas s’il y était le 10, le 11 ou le 16…

L’information n’est pas inutile, au fond : elle revient à constater, une nouvelle fois, que notre président aime se mettre en scène et adore construire sa propre légende, quitte à broder, à arranger les faits, ou à carrément revisiter l’histoire. Bon, ça, on le savait déjà.

Et… ?

Et plouf. Tout ça pour ça, finalement. Une petite brève dans les journaux d’aujourd’hui, pour rire de cette manie présidentielle, aurait largement suffi. Mais non : les journalistes parisiens sont tombés une nouvelle fois dans le piège présidentiel, qui leur a fait prendre l’habitude d’épier les moindres faits et gestes de Sa Majesté.

Ces mêmes médias auraient mieux fait, dimanche, de vérifier le récit présidentiel avant de le relayer. Une fois qu’ils l’avaient fait, forcément, ils se devaient de démonter l’histoire, pour sauver l’honneur.

Un jusqu’au-boutisme d’autant plus agaçant que la presse française n’est pas réputée pour son impertinence et son goût de l’investigation. Tout se passe comme si, au fond, pour se donner bonne conscience et oublier un peu sa connivence et sa déférence envers le pouvoir, elle jouait de temps en temps les grandes. Histoire de frissonner un petit coup, à enquêter un peu. Mais sur des détails, hein! Faut pas pousser non plus. Juste après, on revient aux bonnes habitudes et au dossier spécial francs-maçons.

25 Commentaires

Classé dans Médias/journalistes

25 réponses à “Ces journalistes français, quel talent d’investigation, quand même…

  1. Non, au contraire, le déroulement de cette affaire est exemplaire : révisionnisme historique et complaisance médiatique. Celui qui contrôle le passé contrôle le présent. Réécrire l’histoire n’a rien d’anecdotique et ceux qui pensent le contraire sont précisément atteint du syndrome du poisson rouge.

  2. Ca devient très grave, ici, voila que sur 2 billets d’affilée nous sommes quasi-d’accord, pffff ! tout fout le camp.
    biz

  3. Pingback: » Archives & Doc Médias Sarko-Trafics » MUR DE BERLIN : SARKO REFAIT L’HISTOIRE

  4. @monolecte

    D’autres revisionnismes sont bien plus graves, mais vous ne voyez que ceux qui vous arrangent…

    Quant a ce fait precis, je m amuse de la disproportion flagrante entre l’objet du delit et les moyens deployes pour le demonter.

    On nous a tenus au courant heure par heure! C’est ridicule.

    @corto

    Tout arrive🙂

  5. josépha

    Excellent, ce billet! C’est vrai qu’on dirait un ado qui est bien content d’habiter chez papa-maman mais qui pousse un epetite gueulante de temps à autre… histoire de garder la forme, quoi.
    Pour parodier Lénine: la liberté de la presse, pour quoi faire?

  6. Vraiment, z’êtes tous des méchants. Tout le monde connait l’impact que Nicolas Sarkozy aura eu tout le long du 20ème siècle, enfin !

    http://h16.free.fr/wordpress/index.php/2009/11/10/969-les-petits-moments-sarkozy-de-lhistoire

  7. Obi-Wan Kenobi

    Je disconviens, cher Chafouin. Mentir, que ce soit à son partenaire (cf un autre billet) ou à la France entière, ce n’est pas beau, c’est vilain, il faut le dire. On connaît un président de l’autre côté de l’océan dont le mensonge, plus que l’adultère, a bien failli lui faire perdre sa place.

    En amateur d’Orwell et de 1984, je rejoins Le Monolecte : il n’est jamais anodin de réécrire l’Histoire, la grande ou la petite. Juste une brève, cette affaire : nous sommes en total désaccord.

    Une journée d’investigation ? Ce n’est pas tant que ça. Toi qui es journaliste, tu devrais le savoir.

    Quant au déferlement de brèves sur le Web ? C’est parce que tu y es connecté en permanence que tu le subis. Et un esprit aussi fin que toi devrait distinguer les différentes sources plutôt que de nous faire un bon gros paquet de « journalistes parisiens ». Ceux qui ont relayé l’info initiale ne sont pas toujours les mêmes que ceux qui l’ont démenti.

    Néanmoins, si nous pouvons nous rejoindre sur un point, c’est la question que pose le média Internet, véritable déversoir à infos non encore recoupées. L’exigence d’alimenter le fil info de nos sites Web et, parfois, la volonté de créer le buzz pour gagner des clics, poussent à « balancer », tout en usant de conditionnels et de termes prudents, avant d’avoir commencé le boulot de vérification.

    Cordialement.

    PS : tu as retrouvé une connexion Internet ? ça fait plaisir !

  8. @Obiwan

    « Quant au déferlement de brèves sur le Web ? C’est parce que tu y es connecté en permanence que tu le subis »

    Lis les différents articles que j’ai cités en lien, ils ont fait un véritable boulot quasi heure par heure, il ne s’agit pas de simples brévounettes… Mais en effet, il y a un effet déformant de la réalité, car j’ai passé une bonne partie de ma journée devant l’écran, j’en conviens.

    Au final, tout ce travail pour montrer que le récit factuel donné par Sarkozy était faux. Mais on ne sait pas quand il y est allé, on ne peut même pas dire qu’il n’y était pas le 9, on peut juste dire qu’il était impossible qu’il y soit le 9 dans les conditions qu’il a décrites.

    Je ne dis pas que le mensonge ou la réécriture de l’histoire sont de bonnes choses, tu le sais bien. C’est juste une question de juste proportion. Voir que le jour de la commémoration des vingt ans de la chute du Mur, une bonne partie des rédactions en ligne ont passé leur journée à ça, je trouve ça déplacé… Mais en effet, ceux qui l’ont dénoncé ne sont pas uniquement ceux qui avaient relayé l’info de départ sans l’avoir relayé, mais en bonne partie quand même…

    @H16

    Excellentes tes photos…

  9. Clairvoyant cet article, merci.

  10. Rom1

    L’histoire telle que racontée sur la page facebook est d’un ridicule achevé: « nous nous intéressons aux informations qui arrivent de Berlin ».

    Quelle information ? Ceux qui connaissent un peu l’histoire savent que l’ouverture du mur résulte d’une erreur de communication: Schabowski qui avait mal préparé sa conférence, a fait une annonce reprise prématurément par les télévisions ouest-allemandes, très regardées à Berlin Est.

    Le 9 novembre au matin, ni les médias, ni même le bureau politique n’étaient au courant que le mur tomberait le jour même.

    Bref, la version de facebook est digne du mur du çon. Une occasion supplémentaire de se marrer made in Élysée.
    Un jour d’investigation pour ça, c’est effectivement un overkill.

  11. Obi-Wan Kenobi

    @ Chafouin :

    j’espère au moins qu’avec tout ça, la France remontera dans le hit-parade de la liberté de la presse😉
    Si tout ça peut redonner le goût de l’investigation à notre belle profession, ça n’est peut-être pas plus mal. Se plaindre que des journalistes aient bien fait leur boulot, c’est quand même un comble.

  12. @obiwan

    Je ne me plains pas! J’ironise. Ils le font parce que c’est facile. Le reste du temps, ils subissent l’agenda mediatique dicté par le pouvoir. Ce que je veux dire par la, c’est qu’ils devraient peut etre reserver leurs talents aux vraies affaires.
    D’autre part, il n’y avait peut etre pas besoin de tout ce tintouin pour arriver a ce résultat somme toute mitigé…

    @rom1

    Oui en effet, l’histoire racontée sur facebook est impensable…

  13. Obi-Wan Kenobi

    @ Chafouin :

    attention, tu pourrais finir par passer pour un aigri ! Etant toi-même journaliste, tu sais ô combien il est difficile d’établir une vérité incontestable. Surtout quand la source initiale ne ment pas sur toute la ligne. Tu sais ô combien enquêter demande d’efforts et de temps pour un résultat incertain. Alors ne blâme pas trop nos confrères : c’est déjà un bon début.
    Et puis, si tu estimes qu’il y a des grosses affaires qui méritent plus d’attention, vas-y, balance. Si ça se trouve, tout va beaucoup mieux depuis l’Angola gate…😉

  14. @obiwan

    C’est justement parce que je connais les contraintes et difficultés du métier que je m’amuse de la persévérance avec laquelle les journalistes enquêtent sur des sujets mineurs. C’en est un, quoi qu’on en dise. Mais vu qu’on est en désaccord là-dessus, on l’est aussi sur le reste, forcément.

  15. Cochise

    Excellent article ; je me doutais que tu pondrais quelque chose sur ce sujet tant affligeant pour notre hyper-mégalo-président😉

  16. cilia

    Ravie de te retrouver enfin cher Chafouin !

    D’accord avec toi, c’est un sujet mineur, Sarko n’a tout de même pas prétendu qu’il y était pour quelque chose dans la chute du mur.

    Mais on peut tout de même se réjouir qu’il y ait eu, si j’ai bien compris, un journaliste qui le premier a réalisé que l’histoire vendue sur le Facebook de Sarko était insensée.
    Et qu’internet apprenne à coups de trique, enfin de buzz, à nos politiques à ne pas raconter n’importe quoi me plaît assez.

  17. @cilia

    Merci🙂

    Il est vrai que ce Alain Auffray a été plutot inspiré sur ce coup-là…

  18. « Faut pas pousser non plus. Juste après, on revient aux bonnes habitudes et au dossier spécial francs-maçons »

    Excellent. y a le dossier spécial vins aussi, et puis immobilier…

    Plus sérieusement, je suis abasourdi par le bruit qu’à fait cette affaire. Et je me demande si on n’a pas basculé depuis l’affaire polanski, puis mitterrand, puis jean epad dans une nouvelle ére du buzz sur le net, où celui-ci dicte une partie de l’actualité aux médias traditionnels.

  19. @laloose

    Sur ce sujet du buzz, un article intéressant ici : http://moktaramablog.over-blog.com/article-debat-de-blogueurs-buzz-morale-et-semantique-38315535.html

    Je maîtrise mal ces notions, et la quesiton est difficile, mais je me dis que le net n’est qu’un bruit de fond, je ne suis pas persuadé qu’elle dicte quoi que ce soit aux médias. Cela peut servir de caisse de résonnance. Mais après tout, internet n’est pas une concurrence aux « médias », c’est une partie des médias. C’est un outil, utilisé par les médias également, et par des citoyens (blogueurs). Donc ils peuvent faire de bruit sur un sujet ingoré des médias traditionnels, mais en l’occurrence sur les trois premières affaires, les médias tradis n’ont pas eu besoin du net pour s’emballer. Et sur la quatrième, l’emballement a eu lieu sur internet mais par les médias traditionnels! On n’a pas vu énormément d’articles de blogs sur ce sujet…

  20. Je ne dis pas qu’internet a créé l’actualité, mais dans ces trois affaires, comme dans celle d’Hortefeux aux journées d’été UMP, il a constitué une caisse de résonnance telle qu’elle a poussé les médias traditionnels à accorder à l’information beaucoup plus de place (voire trop) qu’initialement.

  21. pas bien important cette histoire sinon se méfier de toutes infos sur le Net. Je me suis plus « amusée » avec sa mauvaise traduction d’une phrase célèbre. Là l’amateurisme de NS est flagrant. On ne se loupe pas quand on revisite des phrases aussi célèbres.

  22. @Thaïs

    Quelle phrase??

    @laloose

    Moui, peut-être, je ne sais pas… Franchement, les affaires Polanski, Mitterrand et Epad ont fait énormément parler en soi… A la radio, à la télé, dans les journaux… Pour moi, le net n’est pas un truc « à côté » de la vie, il en fait partie, donc j’ai du mal à comprendre qu’on el considère comm eun truc à part qui fait caisse de résonnance.

  23. Obi-Wan Kenobi

    @ Chafouin :
    « événement mineur ». C’est souvent en invoquant cette excuse que nombre de confrères ne font pas l’effort d’enquêter sur de bonnes infos qui leur tombe dans l’oreille. Je me souviens, dans notre belle région, d’un scoop lancé un jour par un quotidien au sujet de la gestion de la mairie d’Hénin-Beaumont. Le lendemain, un peu vexé d’avoir été grillé sans doute, entamait sa prose par cet aveu terrible : « C’était un secret de polichinelle… » (Pourquoi n’en avait-il pas parlé plus tôt, alors ?)
    On peut déplorer le « bruit médiatique » autour de ce « petit » mensonge, mais je pense sincèrement qu’en étant, comme tu sembles l’être, branché à de multiples sources d’infos, on peut avoir une perception faussée de la quantité que reçoit réellement Mme Michu.

    PS : lis ou relis 1984 d’Orwell. Ce qui me rassure par rapport à ce roman, c’est que NS et ses affidés restent relativement mauvais en manipulation.

    @ Thaïs :
    c’est moche de se moquer. Pour avoir longtemps subi des cours d’allemand, ce n’est pas à la portée du premier venu de prononcer correctement les mots de la langue de Ghoete. (Si ça se trouve, NS a pris espagnol en LV2, réponse bientôt sur son Facebook).

  24. @obi, star wars : je ne me moque pas. Je trouve qu’en tant qu’homme politique qui dispose de nombres de conseillers, répéter un texte avant c’est la moindre des choses. Que l’on ne soit pas doué c’est une chose (il n’est pas top en anglais non plus), mais connaitre et répéter une phrase pour la dire correctement, c’est du respect pour ceux qui le reçoivent. C’est à ce genre de choses que l’on voit et sent l’improvisation. A vouloir tout faire, on ne fait plus les choses bien. Et c’est valable me semble-t-il pour tout le monde.
    Bon dimanche Jedi🙂

Un petit commentaire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s