Blogueur frustré victime d’un dégroupage sauvage

Ma livebox se languit de débiter.

Ma livebox se languit de débiter.

Votre serviteur, en plus d’être frustré, est furieux de laisser ainsi en jachère ce bel espace de dialogue républicain et de joutes démocratiques qu’est Pensées d’outre-politique. Il aimerait revenir à vous, vous choyer, vous offrir sur un plateau des prétextes de discussions enfiévrées. Vous prouver ainsi son amour total, son dévouement sans bornes. Las, il ne peut pas. Il n’a plus de connexion internet : la faute à un déménagement suivi d’un dégroupage sauvage dont on entendra probablement parler à l’avenir.

Il y a des moments, comme ça, où l’actualité est d’une densité à faire pâlir d’envie le Préfet de la Creuse. Des instants où le blogueur hésite entre des dizaines de sujet, se tâte, ne sait même plus lequel choisir, tellement il y a à faire.  Il y a eu par exemple, ces temps-ci, les manifestations de ce caricatural Comité de la Jupe, rassemblement hétéroclite de tous les catholiques contestataires tendance Golias, qui sous prétexte de vouloir changer la gouvernance de l’Eglise et d’y accorder une place plus importante pour les femmes, est en réalité là pour faire avancer ses positions progressistes en matière de mariage des prêtres et d’accès à la prêtrise pour les femmes.

Les médias, avides de mettre en avant le premier catholique contestataire venu, ont bien entendu fait la promotion complaisante, sans nuance ni recul des idées de ce groupe marginal et minoritaire, qui croit que l’Eglise est une démocratie, là où elle doit être un roc, qui telle une nef assaillie par les flots, doit garder le cap coûte que coûte. Du moins sur le fond. Et ceux qui osent prétendre que les femmes sont réduits à la portion congrue dans l’Eglise doivent être de ceux qui ne mettent jamais les pieds dans une paroisse : s’ils y allaient, ils verraient que les femmes y sont partout. Et c’est heureux.

Il y a eu également ce prix Nobel ridicule attribué à Barack Obama, qui a ainsi la preuve absolue de la véritable idôlatrie dont il est l’objet de la part des médias et des élites européennes. A part ça, il n’a pas faire grand-chose pour mériter ce prix qu’ont obtenu Henry Kissinger, Jimmy Carter, Mère Thérésa ou Lech Walesa. Lui-même l’a admis, d’ailleurs, gêné de cet empressement un peu trop manifeste à lui cirer les pompes.

Il y a eu, enfin, l’incroyable histoire de cet étudiant en droit de 23 ans, qui a su prouver que le chômage des jeunes n’était pas une fatalité. Un bel exemple de réussite de la jeunesse! Car à peine titulaire d’un Deug, il se retrouve parachuté, par la grâce du Saint-Esprit (qui souffle où il veut), candidat à la tête de l’établissement public de la Défense. C’est beau, c’est touchant! Sauf que le héros s’appelle Jean, que son père est président de la République, et que tout porte à croire qu’il n’y a aucun hasard ni mérite derrière cette promotion éclair, mais juste une preuve de népotisme qui fait rigoler le monde entier.

« Jamais depuis le début de mon parcours politique, je n’aurais été nommé. Je tire ma légitimité de l’élection et du suffrage universel », croit bon de prétendre Jean Sarkozy, oubliant, qu’avant l’élection, il y a sélection des candidats. Bref, Nicolas Sarkozy se croit tellement tout-puissant qu’il ne se cache même plus pour commettre ses pitreries. Comme le rapporte Koz, il est amusant de voir tous les lèche-botte de la bande venir soutenir cette candidature que rien ne justifie. Rien. Que ce charmant mais insolent blondinet aille terminer ses études. Et apprenne l’humilité et l’effort, plutôt que de tout obtenir par la faveur paternelle. Il aura bien le temps de nous casser les oreilles plus tard.

Là encore, cependant, on ne pourra pas chafouiner plus longtemps, même si les doigts brûlent de saisir le clavier et de s’y promener des heures durant.

Tout cela ne sera  pas possible, grâce à la subtile intervention d’un concurrent de mon fournisseur d’accès à internet, qui n’est autre qu’Orange (mon FAI, pas son concurrent!). Comme je viens de déménager, j’ai dû aller signaler mon changement d’adresse dans une boutique Orange, pour effectuer le déménagement de la ligne. Aussitôt dit, aussitôt fait : cela devait prendre quelques jours, le temps que la ligne soit activée, sans changement de mon numéro de fixe. Je devais recevoir un SMS d’activation.

Sauf que lundi, lorsque je rappelle les services techniques d’Orange pour valider le tout, on me répond (au terme de pérégrinations d’un service à l’autre pendant de longues minutes) que ma ligne a été « écrasée » par un autre opérateur (dont je tairai le nom pour le moment). Je ne saisis pas bien ce que ça veut dire, mais on me dit, en gros, qu’il faut que je rappelle France Télécom mercredi. C’est-à-dire aujourd’hui. Fichtre. Diantre.

Je le fais ce midi. C’est-à-dire que j’attends une demi-heure (on m’avait annoncé quatre minutes de délai…) avant d’avoir quelqu’un au bout du fil, qui m’écoute avant de me mettre en attente et finalement de me raccrocher au nez. Rebelote, nouvelle tentative, un bon chafouin n’abandonne pas ainsi le combat. Pire, il s’efforce à garder son calme, alors qu’il meurt d’envie de fracasser son téléphone contre le mur, et de l’aplatir sous un rouleau compresseur avant de crier à faire tomber les murs de son (nouvel) appartement. Malheureusement, ça ne servirait à rien.

Finalement, une charmante dame me répond. Et m’explique que mon numéro a été repris de manière sauvage (le mot savant est : dégroupage) par un autre opérateur (c’était donc ça), que toutes mes données client ont disparu du fichier Orange, et que je ne suis pas le premier à m’en plaindre. Visiblement, ils reçoivent des appels à la pelle à ce sujet

La conséquences de tout cela, à part d’avoir la preuve – s’il en fallait une – que certains opérateurs téléphoniques, non contents de s’entendre honteusement sur les prix (ça me fait penser à ça), utilisent de véritables techniques de mafieux, c’est que je serai encore privé pendant quinze jours de connexion internet.

Eh oui. Adieu veau, vache, cochon, couvée. Ou plutôt, ce n’est qu’un au revoir, mes frères. Je ne suis pas prêt de bloguer régulièrement avec tout ça. Veuillez m’en excuser.

Le seul avantage de cette situation, comme mon poste de télévision est également H.S depuis le déménagement, c’est que je redécouvre avec joie les plaisirs de la lecture suivie, qui dépasse enfin cinq minutes par jour…

19 Commentaires

Classé dans Nombril

19 réponses à “Blogueur frustré victime d’un dégroupage sauvage

  1. le contempteur

    Elles sont partout, elles sont partout… Elles sont quand même pas derrière l’autel à ce que je sache… (mais bon comme tu veux pas…)

  2. @le contempteur

    Elles ne sont pas derrière l’autel, c’est un fait, mais qu’elles ne viennent pas dire qu’elles sont exclues de l’Eglise, c’est tout simplement mensonger…

  3. Pingback: Ah ! ça ira, ça ira, ça ira….. « La Plume d’Aliocha

  4. Louve

    J’ai bien aimé, au sujet du Comité de la Jupe, la réponse du P. Laurent Villemin, publiée par La Croix.
    http://www.la-croix.com/Quelle-place-peuvent–revendiquer–les-laics-dans-l-Eglise/article/2397400/4078
    Je la trouve très équilibrée. Il ne rejette pas en bloc ce que propose ce comité, tout en rappelant les conditions d’un vrai dialogue au sein de l’Eglise.

  5. Adrien

    « à peine titulaire d’un Deug »

    Même pas titulaire d’un deug, en plus … Seulement 3 matières de 2e années validées. Pas brillant, après 2 passages en 2e année …

    (et en plus, le deug n’existe plus …)

  6. @adrien

    Ah oui tiens, c’est vrai ca, le deug n’existe plus… Alors il n’a vraiment rien, le bougre.

    @ louve

    Je vais lire ca… Mais moi ca m amuse de voir qu’on parle de dialogue, alors que concretement, ces cathos vont manifester dans la rue, traitent le pape de reactionnaires, fondent une quasi eglise parallèle…

  7. doumet

    Je n’arrive pas à comprendre cette obsession sur le mariage des prêtres… A mon avis, il n’y a que deux catégories de personnes concernées: les prêtres, et les diacres mariés.

    A fréquenter des diacres, j’en retire l’impression qu’ils ne sont pas intéressés… En moyenne nationale, je crois que 3% des diacres veufs demandent l’ordination sacerdotale. Pas de quoi provoquer une révolution.

    Allons donc dire à ces personnes qui veulent voir des prêtres mariés qu’il existe cependant une voie permettant de « combiner » sacrement du mariage et sacrement de l’ordre ! Mais comme d’hab, ceux qui veulent révolutionner l’Eglise n’ont pas encore compris que c’est de l’intérieur qu’on la change, et que c’est par la sainteté qu’on la change (bon, y’a du boulot, mais rien n’est impossible à Dieu…)

  8. Louve

    @ Le Chafouin
    Justement, c’est ce que le P. Villemin développe en expliquant que tant qu’on est dans la « revendication », on a loupé un truc dans la compréhension du dialogue écclésial.
    C’est important de le rappeler, mais aussi de rester accueillant. Sinon, c’est créer une scission entre « ceux qui ont tout compris » (qui en général sont loin d’avoir tout compris, mais du moins ont pu bénéficier du bon entourage, des bons exemples, etc.) et « ceux qui veulent rien comprendre » (qui, au contraire, ont une vraie soif de sainteté, mais ont été sans doute blessés, mal accompagnés, etc.)

  9. @Louve

    Je m’en voudrais d’être trop méchants envers les membres de ce comité, justement pour ne pas les rejetter, mais il faut avouer que c’est justement leur action revendicative qui pousse les autres catholiques à se positionner par rapport à eux. Dommage car la démarche sur le positionnement du laïc par rapport au clerc n’est pas inintéressante…

  10. NM

    Le deug existe encore sous la licence. Il reste un diplôme un peu symbolique… Le goût de JS pour le droit administratif doit expliquer sa fréquentation assidue de la deuxième année.
    Bon courage pour la course à la connexion.

  11. Adrien

    Dans un parcours « sans faute », le bac est obtenu à 18 ans, le deug donc à 20.

    Ainsi que le faisait remarquer je-ne-sais-plus quel député PS, 23 ans, encore en 2e année de droit (donc n’ayant pas encore ce fameux deug), ca fait tout de même 4 ans de retard par rapport à un parcours « sans faute ».

    Comment prendre au sérieux, après ça, le père, lorsqu’il dit : « ce qui compte en France pour réussir, ce n’est plus d’être bien né, c’est d’avoir travaillé dur et d’avoir fait la preuve par ses études de sa valeur ». Quand le fils est le parfait exemple du contraire …

  12. lesset

    Moi, il y a une chose qui me rassure dans l' »histoire de cet étudiant en droit de 23 ans », c’est justement qu’il ait 23 ans révolus. Il ne sera donc pas nécessaire de modifier la constitution pour que, à l’horizon de 2017, il puisse se présenter à la présidence de la République. Il aura alors largement dépassé l’âge légal et il n’y aura pas lieu de polémiquer ni de chafouiner.

  13. @lesset

    Bien dit😉

    Je me tiendrai donc coi à ce moment là. Mais j’espère qu’il n’y aura pas 500 élus assez fous pour risquer de faire basculer notre belle République en Monarchie élective !

    @Adrien

    C’est vous, en fait, le chafouin!😉

  14. C’est bien triste qu’un manque de débit te mette la pression.

    Ca donnerait presque soif, tout ça.

    Bon courage dans ta pêche à la ligne🙂

  15. lesset

    @chafouin
    Et bien figure toi que certains courtisans la verraient bien carrément basculer en monarchie héréditaire. Ce matin, ainsi, j’entendais un ministre de la République – bon, ok, c’était Eric Besson, peut-être pas le plus fiable… – s’exprimer sur France Inter, justifier la candidature de Jean Sarkozy à la tête de l’Epad et estimer que l’on acquiert des compétences politiques simplement en côtoyant durant des années une personnalité aussi rayonnante que celle de Nicolas Sarkozy. La légitimité par la parentalité, en somme. Après Nicolas 1er, bientôt Jean III, et les sarkoziens succèdent au capétiens.

    PS : en tant que fils de médecin qui a passé nombre d’années au contact rapproché d’un ponte de la médecine générale de ville, je diagnostique une lèche-bottite aigüe chez un membre de notre gouvernement.

  16. cilia

    Pas légitime pour donner mon avis sur les jupettes révolutionnaires.
    Tout a été dit sur JS et l’EPAD.
    Pas la virtuosité de jouer avec les mots d’H16.
    Ne me reste donc qu’à te dire platement mais sincèrement que ça fait long et que tu nous manques😉

  17. Obi-Wan Kenobi

    Salut Chafouin,

    je sais que t’as pas le temps de rédiger un long billet durant tes heures de travail – et c’est heureux😉 – mais peut-être pourrais-tu répondre à cette question : comment sont calculés tes billets les plus consultés ? Est-ce sur les 7 derniers jours, sur le mois ? Parce que c’est intéressant de voir qu’en cette période d’inactivité, celui qui prend la tête concerne un sujet qui, s’il avait donné lieu à des articles dans notre bonne presse régionale, n’avait pas défrayé la chronique dans les « grands » médias nationaux…

  18. Ben je sais pas trop justement… J’ai l’impression qu’il y a un calcul qui prend en compte l’évolution dans la journée pondéré avec les résultats sur une semaine…. Puisque sur ces sept derniers jours le bilan est celui-ci : 1/ blogueur frustré 2/circoncisions 3/site internet pour tromper son conjoint 4/Katyn 5/L’affaire mitterrand…

    Et sinon, non, je n’ai vraiment pas le temps d’écrire des billets au bureau! Cette situation est bien la preuve, d’ailleurs, que ce n’est pas chose possible.

  19. François

    Je confirme le fait que l’étudiant-en-droit-de-23-ans a fait rigoler partout … Voici un écho d’Outre-Quiévrain http://mediatheque.lesoir.be/v/le_kroll/963oct2409bis.jpg.html

Un petit commentaire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s