Un site internet pour tromper son conjoint

alliancesJe suis sur le point de sortir de mes gonds, quand je vois des initiatives telles que celle dont parle Le Parisien dans son édition d’aujourd’hui : un site internet de rencontres exclusivement réservé aux personnes mariées. C’est-à-dire une entreprise dont l’objet, dont la finalité,  est de causer la souffrance et la division au sein des couples. Mais dans quel monde vivons-nous? Quel monde laisserons-nous à nos enfants?

« On ne pousse pas à l’infidélité, on ne fait que répondre à  un besoin », explique au Parisien, hypocritement, Teddy Truchot, l’un des directeurs de la société qui lance fin novembre ce site web (ne comptez pas sur moi pour dévoiler son nom) aux USA et dans sept pays européens.

Je n’aimerais pas être la femme de ce brillant entrepreneur . A 27 ans, il a déjà de hautes ambitions pour la vie qui s’offre à lui.

Répondre à un besoin, dit-il. Ce n’est pas autre chose que la définition du libéralisme économique, qui consiste à tout juger d’après la sempiternelle et horripilante loi de l’offre et de la demande. Pour toute demande qui existe, une offre doit pouvoir exister. Quand on associe cela avec le libéralisme philosophique, on en vient à tout accepter, du moment qu’il y ait une demande. Et du moment, préciseront les habituels défenseurs de la liberté-de-faire-des-conneries-si-ça-ne-dérange-pas-les-autres, qu’on est adulte et responsable.

Mais il y a une victime, ici! La personne qui est en couple avec le grossier personnage qui s’inscrit sur ce site dans le seul but de la tromper. L’objet du site est non seulement de permettre à un conjoint d’être infidèle plus facilement, mais en plus, de se libérer du tabou que constitue l’adultère. Le pauvre, il ne faut pas le traumatiser, non plus. La culpabilité, c’est trop dur à supporter.

« Quand on est infidèle, on se sent rassuré de ne pas être seul dans ce cas », raisonne admirablement Teddy Truchot. Et on se sent rassuré de ne pas être jugé, comme cela peut être le cas sur les sites de rencontres classiques, où on postule que les membres sont célibataires. Mais il y a des filous, puisque selon le Parisien, un tiers des membres des sites de rencontres seraienten couple. Et 31% des femmes inscrites sont déçues et regrettent que les hommes « mentent » sur leur situation.

Ne pas être jugé. C’est à la fois le risque et l’objectif de ce genre de site, qui banalise l’infidélité comme s’il s’agissait d’un passe-temps ou d’une occasion de s’amuser, de donner du piquant à sa vie. Mais quelle vie, que celle de celui qui a besoin de trahir un engagement pour se sentir exister? « Avant, quand les gens étaient infidèles, ils se quittaient. Maintenant, ils veulent gagner sur tous les fronts, tenir leur couple mais s’offrir des frissons. Notre servcie n’est qu’un facilitateur, l’adultère est devenu une façon de vivre, une soupape de sécurité au mariage », ajoute le cofondateur du site. Il ose, sans rire, tenter de nous faire croire que l’infidélité consolide le mariage, à l’heure où un couple sur trois divorce! On est plutôt porté à penser l’inverse : l’engagement étant difficile, et la société de consommation poussant à la facilité, la banalisation de l’adultère et de l’amour libre a joué un grand rôle dans la fragilisation du mariage, ou du couple en général. Bon nombre de gens comme Teddy Truchot sont coresponsables de cet état de fait. Il suffit de jeter un oeil sur le site pour s’en convaincre : l’infidélité est venue comme un produit, ni plus ni moins.

L’infidélité est une trahison, une lâcheté, une faute, et non pas un hobby. Notre Teddy le dit tout net : « Même si la place de l’Eglise est encore forte, l’infidélité se banalise ». Mais l’Eglise est-elle la seule à condamner la tromperie? Allez demander à un mari dupé, à une femme trahie, vous verrez s’ils sont d’accord. L’infidélité, ce n’est pas seulement un péché aux yeux de l’Eglise, c’est une faute tout court, car c’est un manquement évident à un engagement tacite pris avec le conjoint. « La fidélité n’est pas une question de moralité mais de respect de soi et de l’autre« , explique ce sexologue. Disons que ce n’est pas seulement une question de moralité. Ou plutôt, que le respect de soi et de l’autre est une forme de moralité…

Quand on dit que l’infidélité se banalise, en outre, on ne dit pas que ce comportement est de plus en plus accepté dans la société, mais juste qu’il est d’avantage pratiqué. En clair : il y a de plus en plus de salauds, point barre.

Quant à cette société dans laquelle nous vivons, elle est entièrement responsable de ce genre d’avatars. On a toléré socialement l’infidélité. Il n’est pas étonnant que désormais, on pousse à l’infidélité. Il n’est pas question de juger ceux qui peuvent être amenés à commettre des écarts, l’erreur est humaine. Mais ceux qui incitent, qui aident à commettre la faute, sont tout bonnement complices de cette trahison. Tout comme notre pays, qui depuis des dizaines d’années, fait tout pour affaiblir le mariage et l’engagement durable en couple. Alors qu’il faut marteler que celui-ci est le socle de la famille, et que celle-ci est la meilleure défense qui existe pour l’individu.

Alors bien sûr, il y a l’argument selon lequel « quand on veut tromper, on le fait », et selon lequel ce site est juste un bon moyen offert à quelqu’un qui a déjà pris la décision de s’offrir du bon temps sur le dos de son conjoint. Cet argument n’est pas valable, car il oublie que ce type d’initiative tient le rôle de désinhibant. Il y a toujours eu des maris ou des femmes trompé(e)s. mais gageons qu’il y a en a plus quand on nous serine à longueur de journée que ce n’est pas grave, qu’il ne faut pas se culpabiliser, et que si on veut, on peut se créer un profil sur internet pour aller draguer la voisine d’en face.

Enfin, il y a cette attitude qui consiste à regarder passer les trains, et à considérer l’évolution humaine comme une fatalité. Tel ce sociologue spécialiste du couple, Pascal Lardellier, interrogé dans l’article du Parisien : « Le site confirme une vie de couple plus flexible, on passe de la monogamie au polygaming, un modèle postmoderne où avoir une liaison, même si ce n’est pas officiel, devient plus simple. L’évolution de l’espérance de vie et le fait qu’internet multiplie les possibilités de rencontres vont accroître cette évolution des moeurs. »

Postmoderne, tu parles. Barbarie, oui! Car pourquoi faudrait-il s’en contenter, de cette évolution? Pourquoi devrait-on croire qu’elle constitute un progrès? On doit pouvoir dire que cette évolution est un mal, qui n’est nullement nécessaire. On doit pouvoir dire, et on devrait le dire, que cette évolution ne nous rend pas plus heureux, bien au contraire. On doit pouvoir dire que le mariage, que l’engagement, ce n’est pas une prison, mais un épanouissement.

Difficile à dire, lorsque les citoyens sont devenus des concommateurs, et qu’ils ne pensent qu’à manger, dormir, boire et baiser.  Comme des animaux, en somme. mais la responsabilité des gouvernants, n’est-ce pas de dire la vérité, même si c’est difficile à entendre?

161 Commentaires

Classé dans Société

161 réponses à “Un site internet pour tromper son conjoint

  1. « Les français sont des veaux » qui aiment regarder passer le train de leur société en machouillant leur foin. C’est triste à dire et à voir, mais c’est vrai. J’aime me dire que quand tous ces gens se rendront compte qu’ils ont sabordé leur vie et leur société, que par une politique volontairement anti-nataliste, ils auront empêché leurs « idées » perdurent, des conceptions plus saines de la société pourront de nouveau s’imposer… mais ça suppose une certaine patience, et un flegme digne d’un officier britannique

  2. J’étais sur que tu allais bouir en voyant cette info chafouin ! Je suis assez d’accord avec ton point de vue finalement, moi, l’étranger au libéralisme philosophique. Le libertarisme ne me convient pas. En revanche, je me questionne, imagine qu’un couple se forme dans l’illégalité sur ce site et convole par la suite en juste noce… jusqu’à la fin de la vie des deux individus.

    Où est la vérité ici ? Rester fidèle à l’engagement ou oublier une aventure malheureuse pour rebondir ensuite ?

    Certes… il serait intéressant de connaître la part des divorcés qui demeurent mariés jusqu’à la fin de leurs vies… (peu…)

    A+ Chaf’

  3. do

    ce qui est grave, c’est surtout qu’on passe non seulement à une phase de banalisation de l’adultère, mais à sa justification: avec des prétextes du type « l’adultère est une soupape de sécurité au mariage”, des gens qui auraient résisté à une tentation, ou qui auraient évité de se mettre en situation délicate risquent de se dire d’abord intellectuellement que c’est un bien de se laisser aller à une aventure, dans un premier temps pour essayer de sauver son couple, puis ensuite, la barrière étant par terre, les aventures prendront plus de place et le couple ira à la poubelle comme tant d’autres.
    La seule avancée que je vois dans tout ça, c’est qu’aujourd’hui, pour rester quelqu’un de bien, il faut vraiment le vouloir, ce ne sera pas un hasard.
    Le problème étant qu’il faut aussi être drôlement averti, alors :
    Merci d’attirer l’attention là dessus.

  4. Evan

    Quelle prise de position honteusement réactionnaire, vraiment vous ne reculez devant aucune bassesse.

    Faut-il fournir les papiers officiels de la mairie pour l’inscription?
    Si oui, ce type a tout compris.

  5. Seb, un mariage qui debute sur un site de rencontres pour infideles, ne me paraît pas etre la meilleure base de depart🙂

  6. Evan, en quoi est il honteux d’etre reactionnaire? Merci d’argumenter plutot que de perorer.

  7. Evan

    Chafouin, c’était totalement au second degré de ma part bien entendu. Désolé, j’aurais du rajouter un smiley ; je ne pensais pas être pris au sérieux.😉

  8. Tout ceci est bel et bien bon, mais je trouve la charge contre le libéralisme complètement à côté de la plaque. Ca fait très Danser Avec Les Loups (et crier avec).

    C’est d’autant plus comique de charger le libéralisme (et sa philosophie) que tu embrayes
    directement sur un couplet sur la société :
    « Quant à cette société dans laquelle nous vivons, elle est entièrement responsable de ce genre d’avatars. On a toléré socialement l’infidélité. »
    … couplet que je suis sans sourciller puisque tu as raison.

    Le seul souci étant que la société actuelle est certes très progressiste, très permissive, mais … pas du tout libérale (et même de moins en moins).

    Bref, pas convaincu par certaines tirades.

  9. @Evan

    Pardon😉

    @H16

    Pour moi, l’individualisme est la conséquence directe du libéralisme philosophique, qui est roi en ce qui concern les moeurs : ce qui compte, ce sont les désirs de l’individu, qui priment sur l’intérêt du groupe. Et les désirs de l’individu, c’est le plaisir à court terme, pas la vertu. Bref, quand je parle de la société, c’est pour dire que c’est elle qui s’est engagée dans la voie de l’individualisme forcené. Avec les désastres qu’on connaît.

  10. do

    il faut bien préciser de quoi on parle quand on parle de société libertaire, libérale ou libertinaire, ou sécuritaire etc…
    Il y a aujourd’hui une liberté du point de vue des moeurs qui est extrême: chacun a non seulement le droit de faire ce qui lui chante sans aucun risque, mais en plus, c’est socialement neutre, il n’y a même plus de limite dictée par l’opinion publique.
    Il y a une liberté économique excessive dans certains cas, mais qui peut être complètement niée dans d’autres cas.
    Par contre, la liberté de penser et de s’exprimer est de plus en plus réduite, (bien sûr surtout pour les idées qui dérangent quelqu’un d’important).
    Du côté de la sécurité, c’est aussi à préciser: ça dépend si on parle de la sécurité matérielle, de la sécurité physique ou de la sécurité affective, de la sécurité des riches ou de la sécurité des pauvres, de la sécurité de l’emploi ou de la sécurité familiale, de la sécurité sexuelle des jeunes, de la sécurité dans la vie de couple ou dans la vieillesse…
    On ne peut pas dire que la société est libertaire ou non, sécuritaire ou non.
    Par contre, pour ce qui est de la famille, c’est de moins en moins sécurisant ou libérant, mais ça devient des modèles imposés par des gens plein d’idées ou d’intérêts personnels, qui se fichent pas mal du bonheur du citoyen lambda.

  11. NM

    Notre société est une synthèse du libéralisme (version 2.1 c’est-à-dire avec une dose d’Etat providence) et courant libertaire. On parle justement de courant libéral-libertaire (T. Collin not.). Mai 68 n’a pas renversé le libéralisme mais l’a alimenté.
    Résultat : « la liberté-de-faire-des-conneries-si-ça-ne-dérange-pas-les-autres, qu’on est adulte et responsable » (Le Chafouin dixit).
    Cela explique aussi que des gens plutôt de droite se mettent à voter verts en ce moment.
    A mon avis, du point de vue juridique, il y a peut-être un petit problème. Au regard de des bonnes moeurs par exemple (même si les vieux libidineux de la Cour de cassation [pas tous] l’ont vidé d’une grande partie de son contenu).

  12. Yogi

    « Quel monde laisserons-nous à nos enfants? » : de ce point de vue, le même que celui que nos parents nous ont laissé. Ce type de service (auparavant alibis par courrier, faux souvenirs ou fournitures diverses, puis alibis par téléphone) existe depuis au moins la fin du XIXème siècle.

    Réveillez-vous et cessez de pourfendre vos moulins favoris.

  13. @Yogi

    Ce que vous voulez dire, mon cher, c’est que je dois me la fermer et accepter sans broncher les évolutions de la société? Et les considérer comme inéluctables? Ce n’est pas particulièrement la conception que j’ai du débat et de ce qu’est la politique.

    Si je ne m’abuse, je ne crois pas qu’au niveau des mœurs, on laissera à nos enfants la société qu’on a reçu de nos parents. Et vous le savez très bien. ce n’est pas juste une question de possibilités techniques, mais aussi du regard qu’on porte sur les faits et gestes des autres. Au XIXe, ce n’était pas particulièrement bien vu d’abandonner femme et enfants. Aujourd’hui ça n’a rien de choquant. C’est chacun pour soi.

    @NM

    De mon côté, j’aurais ajouté que notre société est un mélange de collectivisme et de libertarisme appliqué aux mœurs. Certains bastions (le respect de la vie à son terme) tiennent encore, mais c’est purement une question d’opportunité et ils finiront par tomber eux-aussi, j’en ai bien peur.

    Du point de vue juridique, je me pose aussi la question mais je me demande qui pourrait attaquer ce site… Une femme trahie par ce biais? Aucune chance. Comme vous l’avez noté, la jurisprudence de la cour de cassation est très permissive sur les « bonnes mœurs ».

    @Do

    C’est vrai que c’est assez nuancé et comme je l’ai dit plus haut, notre pays est libéral voire libertaire sur certains points mais pas sur d’autres (la question de la recherche sur les embryons, par exemple, sur laquelle la France est à rebours des pays anglo-saxons).

  14. Emejie

    Je viens de découvrir votre site avec le papier que le forum des animaux avait mis en ligne avec un lien vers vous, et je trouve amusant et intéressant ces débats de société… Bravo pour l’idée en tout cas !

    Je vais revenir de temps en temps lire vos commentaires et réactions… parfois enflammées mais sincères et toujours passionnantes !

    Pour ce qui est de ce site qui « vend » la facilité de l’infidélité… seuls ceux qui ont envie d’être infidèles iront… vous voyez par exemple, je suis avec le mec le plus génial de la planète… toutes mes copines disent qu’il est beau comme un dieu… je vous passe toutes ses qualités, vous seriez jaloux (ils sont où les smileys sur vot’ truc !!!)… loin de moi l’idée d’un meetic, et autre site d’infidélité…

    Et finalement, tiens, regardons Meetic… combien d’hommes et de femmes mariés y sont mais ne le disent pas et « trompent » ainsi l’amant (e) intéressé(e)…

    Finalement le site des infidèles a le mérite de la transparence… « je suis infidèle… je viens là… toi aussi… donc tu sais à quoi t’attendre… tu sais que je ne suis pas fidèle… alors ne demande pas… »

    Bonne soirée à vous… au fait… avez vous toujours été fidèle ??? (P… ils sont où ces foutus smileys !!!)

  15. Yogi

    @le chafouin : Non, je ne dis pas que vous devez « la fermer et accepter sans broncher les évolutions de la société », mais vous devriez selon moi être plus prudent dans l’utilisation de la rengaine « tout se délite, la société d’il y a une, deux, trois générations était infiniment plus solide et plus sage, c’est la faute à … (liste déroulante à remplir) ».

    Pour prendre votre exemple précisément je serais curieux de connaître l’évolution des taux d’abandon de famille et d’enfants sur les derniers siècles ! C’était peut-être « mal vu » mais largement pratiqué. Vous me semblez idéaliser en permanence un passé détaché de tout réalisme.

  16. Ce que tu dénonces me choque aussi, Chafouin. Et autre chose, dans le même ordre d’idée, me choque également : dans une pub pour une voiture familiale, au lieu de voir une famille nombreuse comme c’était le cas jusqu’à présent, l’homme qui fait la pub parle de Théo, l’enfant de sa première femme, qu’il emmène au foot. Puis des jumeaux, les enfants de sa femme, qu’il doit transporter à je ne sais quelle manifestion ; enfin, il va chercher sa fille Aude, celle qu’il a eue avec sa femme, l’actuelle… Le tout avec un grand sourire, une voix qui transpire la fierté de cette famille recomposée…

    Quand j’ai vu cette pub, je me suis dit qu’on banalisait de façon terrible les souffrances que peuvent vivre les gens !! Car ne soyons pas dupes : hors le fait que ce soit déloyal de tromper sa femme / son mari, chaque séparation est une histoire douloureuse, sans parler des états d’âme des enfants ! Comment permettre à des enfants de vivre sereinement, de trouver des repères sains et universels, lorsqu’ils se trouvent ballotés entre deux familles recomposées (celle de Maman et celle de Papa) avec des situations souvent abracadabrantesques ??

  17. @Yogi

    Je pense que les apparences ont une importance. Nos ancêtres n’étaient pas des saints, je n’ai jamais prétendu cela. Mais la société avait le souci des apparences, et le souci de garder une moralité dans les rapports sociaux. Souci qui a disparu aujourd’hui dans bien des domaines.

    Je prends un exemple : quand Philippe-Auguste a ostensiblement trompé sa femme et s’est mis en ménage avec une autre, le légat du pape a proclamé l’interdit sur le royaume. Le roi a dû céder. D’autres rois – les exemples sont légion – ont fait de même mais de manière moins officielle, ce qui permettait de ne pas donner ostensiblement l’exemple d’une conduite honteuse. On conservait donc le principe selon lequel l’infidélité, c’est pas bien (pour aller vite).

    Aujourd’hui, on considère que la moralité est à géométrie variable. Qu’elle dépend des époques, des lieux, des personnes. Et donc on autorise tout et n’importe quoi.

    Comparez la société d’aujourd’hui, et celle d’il y a trente ans. Allez discuter avec les éducateurs qui travalillent dans des centres sociaux où l’on accueille les enfants victimes (ou délinquants, ou les deux, en même temps, comme ça tout le monde est au même endroit), en gros les enfants de la DDASS. Vous y verriez les ravages que produisent sur eux les divorces, les familles décomposées, recomposées, décomposées, à nouveau recomposées… Ce sont les éducateurs qui le disent eux-mêmes, qui disent que c’est de pire en pire, et je ne crois pas qu’ils soient particulièrement passéistes. J’avais écrit un billet là-dessus il y a deux ans…

    Je ne dis pas pour autant que c’est TOUJOURS mieux quand il n’y a pas de divorce. Mais je prétends que la généralisation de l’affaiblissement de l’engagement et de la famille est nuisible à l’individu (même si à première vue cela semble le satisfaire), et partant, à la société.

    @Tigreek

    J’ai vu aussi cette pub.. C’est marrant, on passe de la famille nombreuse ringarde à la famille moderne car recomposée…

  18. Yogi

    @le chafouin : « Vous y verriez les ravages que produisent sur eux les divorces, les familles décomposées, recomposées, décomposées, à nouveau recomposées » : et oui, à chaque époque ses maux … il y a deux générations et plus c’étaient précisément les enfants abandonnés qui faisaient les innombrables bataillons de l’Assistance Publique.

    Quant à savoir s’il vaut mieux « sauver les apparences », et se livrer à toutes les turpitudes sans plus de limites tant que l’on garde le masque de l’hypocrisie, ou si « l’exposition au grand jour » est plus saine, ce serait un vaste débat.

  19. Pingback: Théologie du Corps

  20. @Yogi

    Oui, mais les éducateurs constatent que la situation empire. Je ne l’ai pas inventé : ce sont eux qui me l’ont dit. Certains sont là depuis plusieurs années et peuvent constater l’évolution.

    Et sinon, le « toutes les turpitudes » me gêne un peu. Je ne dis pas que c’est bon de cacher les choses en soi, mais je trouve ça mieux d’encourager au bien qu’au mal.

    Et au fait, vous trouvez ça bien, vous, l’idée de ce nouveau site? Sans parler du « c’était mieux avant »?

    @Emejie

    Certes, c’est plus transparent. Est-ce mieux pour autant? Je n’en suis pas persuadé. La tromperie assumée et encouragée, ça a un côté gênant, je trouve. Et oui, la fidélité, c’est une valeur qui me parle. Mais la vertu, c’est démodé, non?😉 (vous voyez, les smileys sont possibles si on en use avec modération…)

  21. Lagavulin

    Salut le Chafouin! Moi aussi, ça a commencé par me faire recracher le café du matin par les naseaux. Excès de bordeaux la veille et biberon de six heure du mat’, elle commençait très mal, la journée… Et puis, hop, illumination subite: et si ce truc foirait lamentablement? si l’immense majorité de nos concitoyens s’en tapait éperdument? si le petit cynique de service s’en allait rejoindre la tribu des déplumés précoces, le terminus des prétentieux, les inventeurs de clodogame? Bon forcément, le papier, écrit par un type tellement fin qu’il pense faire du journalisme alors qu’il ne fait qu’un minable petit communiqué tout juste étayer par le moulin à vent de service, ne laisse pas supposer une telle issue. Et pourtant… Promis, parfois, il faut savoir faire confiance à nos semblables qui, soit dit en passant, ne sont pas des veaux. Si c’était le cas, je m’empresserais de changer de boulot, histoire de voir si le râtelier est mieux fourni ailleurs. Parole de journaleux!

  22. Pingback: Balzac et l’adultère « Pourquoi se compliquer la vie ?

  23. Yogi

    @le chafouin : « vous trouvez ça bien, vous, l’idée de ce nouveau site? » … hmm, bonne question … cela rappelle les débats sur les maisons closes ou les clubs échangistes : faut-il que des comportements répréhensibles puissent avoir pignon sur rue ? Ce site peut-il contribuer à ce que les annonces sur les sites de rencontres de célibataires soient plus honnêtes ?

    Faut-il encadrer les comportements blâmables ou les nier ? Les encadrer peut en effet les encourager, les nier rend en général leurs conséquences plus dramatiques … pas facile.

  24. Et tenter de lutter contre, a defaut de les nier, et surtout a defaut de les encourager?

    J’admets ceder facilement au pessimisme, mais vous me paraissez souvent sur une ligne tres tres optimiste.

  25. « Difficile à dire, lorsque les citoyens sont devenus des concommateurs, et qu’ils ne pensent qu’à manger, dormir, boire et baiser. Comme des animaux, en somme. mais la responsabilité des gouvernants, n’est-ce pas de dire la vérité, même si c’est difficile à entendre? »

    (Des conSommateurs, plutôt, non ?) Ce que tu décris dans ta première et deuxième phrase (la cité vue sous son angle uniquement économique), Platon l’appelle, dans la République, je crois, « la cité des pourceaux ».

    Sur le fond, pas d’avis : personnellement opposé à l’adultère, et trouvant l’initiative fondamentalement immorale, mon libéralisme en matière de moeurs me pousse à dire qu’on ne peut rien faire contre. Sinon espérer un peu plus de jugeote chez les gens qui décident de s’engager dans le mariage (mais si, ce truc dont l’Eglise a décidé arbitrairement que ça serait un sacrement… :p c’est de l’humour, c’est de l’humour !).

  26. @Raveline

    Il y a quelques mois, me préparant au mariage religieux (eh ouais), j’ai fait un week-end de discernement en couple, vu sous un angle catholique bien entendu, mais qui contenait beaucoup de conseils de pur bon sens. Il y avait aussi des athées, qui y ont trouvé leur compte.

    Je m’étais dit à l’époque que ce genre de formation était totalement absente du mariage civil, où il suffit de remplir des papiers et de signer un contrat. Et j’en ai conclu qu’il pourrait être profitable aux couples d’en profiter aussi. Bien sûr, c’est peine perdue : jamais on ne réussirait à imposer ça. Dommage, car le mariage n’est à mon sens pas qu’un contrat. Le Pacs, si.

    PS et merci pour la faute!😉

    PPS je ne répondrai pas à ta vile provocation de huguenot!😉

  27. pourquoisecompliquerlavie

    @Ceux qui disent que le passé était mieux et ceux qui disent que le passé était pareil mais autrement, vous avez tous raison.

    Je crois que les tentations étaient identiques dans le passé mais que notre aujourd’hui les rend plus faciles d’accès : un exemple au milieu d’autre :es téléchargements de musique ou de films.

    Quand j’étais petite, voler un disque était un acte pas évident à accomplir (fallait surveiller le commerçant, qu’il n’y ait personne dans la boutique, le planquer sur soi et ressortir sans avoir l’air d’un voleur !). Aujourd’hui, c’est juste un clic. Mais c’est le même vol.

    Mais quand nous prions de ne pas pécher « en pensée, en parole et en action », c’est bien qu’il y a un péché sans acte ….

    Probablement que sur ce site, il y aura aussi – enfin j’espère – des inscrits qui aujourd’hui fantasment à l’idée de revivre les émotions de la séduction (argument 1 du site) et qui ne passeront probablement pas à l’acte.

    Je crois surtout que notre société est passé de interdire à empêcher et que l’essentiel de la population en déduit (in)consciemment : si je peux c’est que c’est autorisé !

    Ce qui entraîne en vrac : les triches de la Sécu, la loi Hadopi, plus une seule fenêtre qui s’ouvre dans les bus et les trains, et un truc qui me fait hurler, l’obligation de mettre des panneaux « interdit de fumer » dans les lieux publics ! Palsembleu, c’est interdit de tuer partout, il n’y a pourtant pas de panneaux partout😉 et encore un truc marrant : pourquoi les voitures ne sont-elles pas bridées à 130 km/h ?

    Ceci étant, je pense aussi que la société d’aujourd’hui (c’est-à-dire l’éducation que l’essentiel des parents donne aux enfants) vise quand même à exalter l’individu et ses envies et non pas la personne et ses responsabillités.

    Faut que j’arrête, je ne peux pas commencer la journée en râlant ! C’est pas bon pour l’estomac😉

  28. Pingback: Adultère sur abonnement… « Blogue qui peut !

  29. Oscar

    Je ne comprends vraiment pas comment on peut soutenir, approuver ou même tolérer ce genre de site.
    Bien entendu que l’adultère a toujours existé ! Mais on a toujours considéré que ce n’était pas forcément une bonne chose, mais au contraire une fragilisation de la société. Il y a toujours eu des menteurs, ou des tueurs, ce n’est pas pour cela qu’on va leur faire un site pour qu’ils ne soient plus culpabilisés…
    C’est une étape de plus vers l’abandon de l’union monogame, un retour vers la polygamie, pratiquée dans les cultures les plus primitives et les moins humanisantes.
    D’autre part, ce sera une sorte de stress permanent pour les couples. On ne pourra jamais savoir si son conjoint est fidèle ou non, cela peut amener un climat de suspicion encore fragilisateur.
    Mais bon, puisqu’il est prouvé que les divorces rendent les gens heureux, après tout…

  30. koz

    Yogi, je trouve un peu rapide d’invoquer l’argument usuel : « mais cela existait avant sous d’autres formes, vous vous battez contre des moulins à vent ». Il faudrait tout de même nous donner des exemples convaincants d’initiatives commerciales destinées à faciliter l’adultère. Et puis, merde, c’est pas Martine qui nous a sorti la « décence ordinaire », ce solide bon sens des gens simples qui constatent simplement, sans arguties inutiles, qu’inciter, favoriser le mensonge, la tromperie, la dissimulation jusque dans la famille, non, ça n’est pas acceptable ?

    NM a bien raison d’invoquer l’axe libéral/libertaire.

  31. pourquoisecompliquerlavie

    L’adultère commercial ? les péripatéticiennes ?😉

  32. koz

    Certes, elles peuvent être mariées, mais vous m’accorderez que c’est un peu différent.

  33. Obi-Wan Kenobi

    Ah, quel dommage que nos sociétés post-modernes aient renoncé à la lapidation…

    @ Oscar :
    superbe amalgame entre tuer et tromper son conjoint. Pour ma part, je ne soutiens et n’approuve pas ce genre d’initiative, mais la tolère. Suis-je complice ?

    @ Chafouin :
    notre société horriblement post-moderne considère l’adultère comme relevant de l’intime. Ce n’est plus un crime, pas même un délit ou une infraction contraventionnelle : le déplores-tu ?
    Par contre, cela peut peser dans la balance en cas de divorce (preuve que notre belle République laïque ne prend pas la chose aussi à la légère que tu ne le penses).

    Sinon, oui, le mariage civil est un contrat entre deux personnes majeures, libres et consentantes. Si il y a tromperie sur la marchandise, cela peut entraîner annulation du contrat (et éventuellement faire la Une de Libé puis provoquer 1500 commentaires chez Eolas). Comme tout contrat, il peut être rompu.
    Ensuite, rien ne t’interdit d’aller dans une église pour te marier religieusement et « mettre du sens » dans ton union. Là, les règles diffèrent car ce que Dieu a uni, l’Homme ne peut le défaire. C’est ton choix.

    Je sais que cela te fait peine, mais c’est ainsi : en République, tu ne peux pas imposer ta morale aux autres. On les considère comme assez grands pour avoir un libre arbitre. On permet au serpent de se balader librement pour tenter Eve et Adam et les pommes sont en vente libre.

    Heureusement, pour ceux que cet état de fait chagrine vraiment, il reste l’Arabie saoudite.

  34. AncillaDomini

    @ Obi-Wan Kenobi :

    « Je sais que cela te fait peine, mais c’est ainsi : en République, tu ne peux pas imposer ta morale aux autres. On les considère comme assez grands pour avoir un libre arbitre. »

    Bon, ben si ça ne vous dérange pas trop, je vais aller faire cramer ce @*!@# de bar à côté de chez moi, qui m’enfume tous les jours avec ses fritures.
    Comment ça, c’est pas moral ? Mais je fais ce que je veux, vous avez rien à dire là-dessus !😉

  35. @ Yogi:

    Votre question:
    « je serais curieux de connaître l’évolution des taux d’abandon de famille et d’enfants sur les derniers siècles ! »

    Juste pour satisfaire a votre curiosité, environ 1000 enfants sont abandonnés par an, en France. C’est peu.. Très peu.
    Il se trouve que le nombre a considérablement baissé ces dernières années… mais alors la société aurait elle grandit en sagesse ?

    Non. C’est juste qu’aujourd’hui 220 000 enfants sont avortés chaque année ! (Je sais c’est un chiffre qui ressort souvent… mais je ne m’y fait toujours pas.)

  36. Oscar

    @Obi
    Il est étonnant de voir ressortir ce terme d’amalgame à tout propos. Cela discrédite l’interlocuteur, et ça évite de réfléchir. Je ne fais pas d’amalgame, je fais une comparaison. Comparaison n’est pas raison.

  37. Mayaz

    C’est encore un indice de plus de la dérive de notre société! Lorsque je dénonce une société en dérive depuis les années 1970, il y en eut bien qui osèrent me contredire. Combien ose dire qu’elle ne dérive pas du tout ? Et c’est d’autant plus inquiétant pour moi, comme pour d’autres, de savoir que nos descendants auront encore plus de risques que nous d’être broyés par autant de scélérats vivant sur cette planète. On légifère les divorces mais on ne légifère pas les mariages. C’est comme si la société s’inquiétait seulement des maladies sans s’inquiéter de la santé.
    Ne faut-il pas estimer qu’un contrat de mariage doit prévoir tout ce qui se passerait en cas de divorce ? Et ne faut-il pas mettre un terme au parasitisme social lié au mariage ? Pourquoi bénéficier d’une pension à vie, pour l’une des parties, parce qu’elle a décidé de divorcer ? C’est d’autant plus vrai, avec les changements de mentalités : « on divorce pour s’offrir du beau temps en reformant un nouveau couple » ou encore « on divorce pour vivre plusieurs expériences amoureuses » ou aussi : « on divorce car la vie est bien trop courte pour vivre toute une vie avec la même personne ».
    Alors, si c’est ça la conception de la vie en couple, trompez-vous belle jeunesse, devrions nous dire aux jeunes tourtereaux qui se marient.
    Hier, une amie m’annonça qu’Étienne allait se marier. Aussitôt je lui demandai : « Contre qui il va se marier ? ».

  38. @obiwan

    Ce qu’oscar veut dire, c’est si on considère objectivement qu’un comportement est mauvais, on doit éviter de s’en rendre complice. Ou d’y inciter.

    « Notre société horriblement post-moderne considère l’adultère comme relevant de l’intime. Ce n’est plus un crime, pas même un délit ou une infraction contraventionnelle : le déplores-tu ? »

    L’adultère n’est plus cause de divorce puisque le divorce n’existe plus. La société a donc soit considéré que l’adultère n’était pas une faute, soit cherché à faciliter le divorce.

    Ce que je déplore, ce n’est pas qu’on ne poursuive pas en justice celui qui trompe son conjoint, ou c’est qu’on proclame que c’est une soupape de sécurité pour le mariage. Implicitement, cela revient à dire que c’est chouette.

    « Je sais que cela te fait peine, mais c’est ainsi : en République, tu ne peux pas imposer ta morale aux autres. On les considère comme assez grands pour avoir un libre arbitre. »

    Merci de me comparer aux salafistes😉 Encore une fois, je ne veux rien imposer aux autres, je considère que le mariage n’est pas qu’un contrat. Qu’il soit religieux ou civil. Sinon, on n’aurait pas inventé le Pacs. Relis les articles proclamés à la mairie : ils parlent de devoirs! Pas de simples obligations, comme c’est le cas dans un contrat. Je suis convaincu que nombre de ceux qui se marient ne voient pas dans cet engagement un simple bout de papier.

    Et oui, je considère que chacun doit conserver son libre-arbitre. Mais peut-on éviter de proclamer publiquement que la pomme doit être croquée?

  39. Soph

    Tuer la Famille et toute la société tombe!

    Autoriser tout et vous n’aurez plus sur terre que des « Bêtes »! On y arrive… pornographie partout et donc viols, pédophilie, ivrognerie…

    On facilite le divorce , on remet la répudiation au goût du jour avec le pacs, sous prétexte de laïcité on met Dieu à la porte, on tente de tout permettre (heureusement le bons sens résiste encore!), on promotionne les bas instincts, on raconte et on fait dire les pires ordures aux (très) jeunes à la radio le soir, on nie la différence des sexes (et on voit des jeunes gars marcher et s’habiller comme des minettes en dandinant des fesses et en minaudant avec des bijoux et des sacs (l’horreur absolue!)…etc…

    Il ne restait plus qu’à promotionner l’adultère c-a-d la trahison.
    La vieille stratégie subversive en 45 points établie à Düsseldorf en 1919 et publiée en 1963 est presque accomplie!
    Comme disait Soljénitsyne « on asservit plus facilement les peuples avec la pornographie qu’avec des miradors »…

    

  40. Il y a quelques années, il y eut une publicité pour un site du genre, au Québec, plus précisément à Montréal. J’ai beau chercher sur le web, mais je ne retrouve rien, en rapport avec ce site, dont le nom avait même, comment dire, quelque chose de plus classe que simplement « machintruc.com ». Bref, ce nouveau site, que vous dénoncez, n’est peut-être qu’un feu de paille, et s’éteindra de lui-même après quelques mois.

    De nos jours, au Québec, à tout le moins, une bonne partie de la clientèle des sites de rencontres recherche « les petits papillons », bref l’excitation des débuts d’une relation. Une fois que la relation descend de son nuage rose, on prend un autre appel. Peut-être en sera-t-il de même avec ce site; au début, beaucoup seront curieux, mais au fil des mois, il se fera probablement gober par un site plus conventionnel, faute de clientèle suffisante pour le maintenir en vie.

  41. Obi-Wan Kenobi

    @ AncillaDomini :
    le problème que vous posez n’est pas uniquement moral. La destruction de bien privé est punie par la loi (de la République). Avant de mettre à exécution votre projet, je vous suggère de sensibiliser au problème votre député, afin qu’il mette en débat à l’Assemblée la dépénalisation de la destruction de bien privé. Pas sûr qu’il y parvienne.

    @ Oscar :
    « Comparaison n’est pas raison. » Vous avez tout dit.

    @ Chafouin :
    « Ce qu’oscar veut dire, c’est si on considère objectivement qu’un comportement est mauvais, on doit éviter de s’en rendre complice. Ou d’y inciter. » Merci, j’avais compris. D’ailleurs, je posais cette question : le fait de tolérer l’existence de ce site me rend-elle complice, à tes yeux ou aux yeux d’Oscar, d’incitation à l’adultère ?

    Enfin, Chafouin, relis ton contrat… de travail. Il comporte également des obligations. Le mariage civil, désolé de te contredire, est bel et bien un contrat, un document juridique. Il peut donc être rompu, devant un juge. Si tu veux un engagement plus fort, à la vie, à la mort, il faut passer devant un prêtre, un imam ou un rabbin. En tout cas, c’est comme ça que ça se passe dans notre beau pays laïc.

    Rien ne t’interdit de ne pas divorcer, mais rien n’oblige ton voisin à rester marié. Moi, cet état de fait me convient tout à fait. J’appelle cela la « liberté ».
    Tu pleures sur le malheur qui va s’abattre sur tous ces couples. Crois-tu que nos aïeux qui ne divorçaient jamais étaient tous heureux ? Qu’ils ne trompaient jamais leur conjoint ? Crois-tu que l’homme ou la femme qui va s’inscrire sur ce site est heureux en ménage ?

  42. Evan

    Il y a des noyeurs de poisson professionnels ici.

    Ce site propose d’organiser et de faciliter l’infidélité. En ce sens il a vocation à encourager la trahison de la confiance placée en son/sa conjoint(e).

    Navré s’il m’est difficile de considérer ça comme l’expression d’une formidable avancée pour nos insatiables libertés individuelles.

    Question subsidiaire : la part de la confiance dans une relation humaine – sexuelle ou non – est-ce une réalité, ou un fantasme réactionnaire?

  43. Pour contribuer au débat à propos du libéralisme/libertarisme/ etc.

    « Le matérialisme libéral : incompatible avec la vision biblique et chrétienne de la vie »
    http://plunkett.hautetfort.com/archive/2009/09/22/le-materialisme-liberal-incompatible-avec-la-vision-biblique.html#more

  44. @Obi Wan

    C’est bien ce que je dis, mon contrat de travail parle d’obligations, pas de DEVOIRS. Tu ne vois pas la différence?

    Tu ne vois pas non plus la différence entre ce que tu vis chez toi et la relation que tu as avec ton patron ou avec ton propriétaire?

    Tu pleures sur le malheur qui va s’abattre sur tous ces couples. Crois-tu que nos aïeux qui ne divorçaient jamais étaient tous heureux ? Qu’ils ne trompaient jamais leur conjoint ? Crois-tu que l’homme ou la femme qui va s’inscrire sur ce site est heureux en ménage ?

    Mais, merde, est-ce une raison pour l’y inciter?? Et puis, la facilité est rarement la bonne solution. J’aime assez l’idée stoïque, je trouve ça plus intéressant que l’hédonisme ambiant et le fais-ce-que-tu-veux érigé en religion agressive.

  45. Ayayaye

    La question qu’il faut se poser aussi c’est : sera-t-il *vraiment* plus heureux en étant infidèle ?

    Parce que ce site ne pousse pas spécialement au divorce… Mais à l’infidélité ! Si je suis déjà divorcée, je ne ment pas quand je vais sur meetic ou autre et que je dis que je suis célibataire.
    Le divorce est une banalité aujourd’hui et cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas lutter contre.
    Mais le débat n’est pas là. Le problème de ce site, c’est qu’il propose de banaliser la tromperie. Donc, c’est fait pour les gens qui veulent le beurre, l’argent du beurre et la crèmière… Je reste avec ma femme/mon mari, mais je me donne aussi à mon amant/mon amante (voire mes amant(e)s), mais je ne le dis pas !
    Comme disait Goldman « maîtresses, plusieurs, pas de plaisir sans gêne ».

    Étant fille de divorcés, je ne peux pas cautionner un truc pareil. Et même si c’était déjà le cas avant, ce n’est pas une raison pour l’accepter.

  46. Obi-Wan Kenobi

    Pardonnez-moi, j’ai dû mal me faire comprendre. Ai-je écrit quelque part que je trouvais cette idée de site géniale ? Ai-je promu (et non « promotionné ») l’infidélité ou l’hédonisme ?
    Vous vous méprenez : je dis juste que je m’en fous, que ce site peut exister, ça m’est bien égal. Que des hommes ou des femmes trompent leur conjoint en passant ou non par ce site m’est encore égal : qui suis-je pour les juger ? Ma morale vaut-elle réellement mieux que la leur ? Je le pense mais comme je n’en suis pas sûr à 100 %, je leur accorde le droit de se tromper de chemin.

    Comme je suis un animal doué de raison, je pense que je suis capable de résister à la tentation. Je trouve d’ailleurs plus admirable d’être stoïque dans un pays libre comme le nôtre qu’en Afghanistan du temps des talibans.

    Ce qui me gêne dans la posture du Chafouin et des commentateurs qui l’approuvent, c’est le fait de savoir pour les autres ce qui est bon pour eux.

    Sur ce, cher Evan, je retourne noyer des poissons, puisque manifestement, il n’existe pas de position intermédiaire entre les tenants du Bien et ceux du Mal.

  47. Obi-Wan Kenobi

    @ Ayayaye :

    quelqu’un vous a demandé de cautionner quoi que ce soit ?

  48. Oscar

    @Obi
    Non, je vous en prie restez !😉
    Votre position est caractéristique. Vous opposez votre morale à une autre morale. C’est faire erreur, si je puis me permettre !, sur la nature même de la morale.
    La morale n’est pas quelque chose d’imposé de l’extérieur, sinon elle n’est que contrainte pour la liberté. Si c’était le cas, je n’aurais aucun scrupule à violer quelque morale que ce soit.
    S’il doit exister une morale, elle doit venir de l’intérieur, pour guider la liberté. Ainsi pour une voiture : il ne vous viendrait pas à l’idée de mettre du diesel s’il faut de l’essence, de mettre des chaînes sur les pneus à Paris etc…De même pour l’homme je pense. S’il ne suit pas les orientations de sa nature, il ne marchera pas bien. Dès lors, suivre ces mêmes orientations, c’est non seulement se réaliser soi-même, mais c’est aussi être souverainement libre, tout comme celui qui conduit le plus librement est celui qui se sert au mieux des possibilités de sa voiture.
    Pour moi, le mariage monogame et fidèle est une des orientations de notre nature. Il serait illusoire de trouver le bonheur ailleurs, et la liberté.
    Il semble difficile cependant que l’Etat interdise les adultères, bien évidemment. Mais il s’agit là d’une initiative institutionnalisée, et donc dangereuse, et je ne verrai pas de problème à ce que l’état l’interdise. De même qu’un constructeur de voitures peut empêcher que les utilisateurs de sa marque se servent de l’air-bag comme ballon de foot dans la voiture. il y a va de leur vie…

  49. panouf

    @ obi-wan: je suis d’accord avec vous pour dire que l’on peut ne pas détruire ce site. Effectivement, ce n’est pas une faute morale.

    Chafouin ne me semble pas savoir mieux que les autres ce qui est bon pour eux: il se contente de pointer du doigt ceux qui utilisent tous les désirs pour se faire de l’argent, et qui disent par cette attitude: tout est permis, il n’est absolument pas grave de tromper son conjoint. Il ne juge pas ceux qui s’inscrivent sur ce site, mais réprouvent ceux qui encourage cette pratique (pour se faire des sous parce que dix contre un que ce site est payant…) Laissez lui au moins le droit de s’indigner! (à condition qu’il ait aussi une capacité d’émerveillement lol)

    « D’ailleurs, je posais cette question : le fait de tolérer l’existence de ce site me rend-elle complice, à tes yeux ou aux yeux d’Oscar, d’incitation à l’adultère ? »

    Non, c’est un principe admis de théologie morale…

  50. @Obiwan

    « Que des hommes ou des femmes trompent leur conjoint en passant ou non par ce site m’est encore égal : qui suis-je pour les juger ? Ma morale vaut-elle réellement mieux que la leur ? Je le pense mais comme je n’en suis pas sûr à 100 %, je leur accorde le droit de se tromper de chemin. »

    je ne pense pas spécialement à eux (quoique…) mais plutôt à ceux qui n’y peuvent rien, et se retrouvent bernés. Et je ne suis pas d’accord avec toi : le relativisme, c’est une idée dépassée. Si on est persuadé qu’un comportement est mauvais, il n’y a pas de raison de se priver de le dire. Ce qui ne veut pas dire que personne n’a le droit de se tromper… Dans le sens premier du terme😉

    « quelqu’un vous a demandé de cautionner quoi que ce soit ? »

    Se taire, n’est-ce pas cautionner? C’est ce qu’on fait depuis quarante ans, pour ne surtout pas être traité de réac. « ça me choque, mais ça ne me regarde pas donc je me tais »…

    @Panouf

    Je m’émerveille, oui, de temps à autre… Mais rarement au niveau politique ou sociétal.

  51. Oscar

    @Pamouf
    C’est quoi le principe admis de théologie morale ? Je n’ai pas bien compris.

  52. S1ned

    @Obi
    « Rien ne t’interdit de ne pas divorcer, mais rien n’oblige ton voisin à rester marié. Moi, cet état de fait me convient tout à fait. J’appelle cela la “liberté”. »
    Tu as tout à fait raison, on ne peut obliger les gens à faire ce qu’on trouve juste. Si ces personnes mariées, que ce soit à l’Eglise ou à là mairie, désirent s’abonner à ce site, qu’ils le fassent! C’est leur liberté. Bien entendu, Chafouin, on ne l’encourage pas pour autant. Mais comprendre, ce n’est pas justifier.
    @ Ayayaye
    « La question qu’il faut se poser aussi c’est : sera-t-il *vraiment* plus heureux en étant infidèle ? »

    La question qu’il faut plutôt se poser c’est: Cela vous regarde-t-il? Aucunement. Comme dit précédemment, cela les regarde, on ne peut faire le bonheur des gens s’ils ne l’acceptent.

    Il faut être réaliste, nous ne sommes pas en mesure de changer la société complètement, de bout en bout, et même si nous pouvions le faire nous n’aurions pas à le faire. Alors, faison ce que nous pouvons faire, mais sinon abstenons-nous!

  53. @sined

    Pas bien compris ta position… C’est aussi notre liberté de dire ce qu’on en pense. Et je ne renoncerai jamais à ce que la société change😉

  54. S1ned

    @Chafouin

    Ma position est celle d’Obi-Wan. C’est à dire que je trouve cette idée déplorable, mais je la tolère. Je considère que c’est un droit de tromper sa femme ou son mari. Je ne dis pas que c’est un « bon » droit, mais c’est un droit. S’ils veulent être malheureux, eh bien qu’ils le soient! On ne peut pas empêcher tout le monde de faire n’importe quoi! Je respecte leur liberté, et même ce qu’ils font je le comprends. Après, ce que je dis justement c’est que comprendre n’est pas identique à justifier.

  55. Tromper sa femme, ce n’est pas un droit, c’est une erreur…

  56. S1ned

    « Tromper sa femme, ce n’est pas un droit, c’est une erreur… »
    Quand je dis un droit, c’est dans l’absolu. En soi, personne ne peut interdire à quelqu’un de tromper sa femme. On peut discuter, lui prouver que c’est mal, mais on ne peut l’en empêcher. Et quand tu dis que c’est une erreur, c’est pourquoi? Parce que tu en est conscient. Mais bcp ne considèrent pas ça comme une erreur. ALors même si après avoir discuté avec eux, ils persistent dans leurs erreurs, eh bien tant pis. Ils en ont le droit. Tu ne peux forcer quelqu’un à faire le bien… Surtout ton bien

  57. C’est donc une possibilité qui est offerte, une voie possible. Et certainement pas un droit. En revanche, un conjoint a le droit de savoir la vérité, et a droit au respect. Et si je ne peux pas obliger quelqu’un a faire le bien, je peux en revanche lui dire qu’il se plante!

    Tout le contraire de ce site.

  58. Obi-Wan Kenobi

    @ Chafouin :
    je n’ai pas dit que tout était relatif. J’ai des convictions mais je me garde des certitudes absolues, surtout en ce qui concerne l’intime.

    Rassure-toi : je ne te priverai jamais de dire tout ce qui te chante. Je ne suis qu’un modeste visiteur de ce blog qui se permet d’avoir, de temps à autre, des pensées déviantes (et dès que je vois un poisson, je m’empresse de le noyer, c’est bien connu).

    Se taire, c’est cautionner ? Il nous faudrait donc avoir un avis sur tout ? Je me demande bien pourquoi l’abstention est encore autorisée lors des votes et n’est pas comptabilisée comme un vote positif.
    Et je maintiens : personne n’a demandé à Ayayaye de cautionner quoi que ce soit. Surtout quelque chose de contraire à sa pensée. Il n’y a que dans les dictatures que cela peut arriver.

    @ Oscar :
    Si j’essaye de vous suivre, il n’y a qu’une morale, mais bizarrement elle n’est pas imposée de l’extérieur, elle naît spontanément en chacun de nous (c’est vers quel âge ?). Sans blague ?
    Et il n’y aurait qu’à se laisser guider par sa nature pour comprendre ce qui est bien ou non. Et ensuite, à nous la Liberté.
    Hum, hum…

    « Il serait illusoire de trouver le bonheur ailleurs. » De grâce, en ce cas, laissez aux pauvres bougres leurs illusions.

    « Il semble difficile cependant que l’Etat interdise les adultères, bien évidemment. » Pourtant, certains Etats hautement évolués essaient. Mais pour cela, il faut disposer de cailloux, afin de lapider gaiement les contrevenants.

    « Mais il s’agit là d’une initiative institutionnalisée, et donc dangereuse. » Je disconviens : il s’agit d’une initiative privée et commerciale. Je n’ai pas entendu parler d’une quelconque subvention d’une quelconque institution. Dangereuse ? Pourriez-vous expliciter ? Quel danger courons-nous ? Est-il plus grand que celui de la grippe A ? J’aime beaucoup votre sens de la mesure.

    « et je ne verrai pas de problème à ce que l’état l’interdise ». C’est vous qui parliez de liberté dans votre préambule ?

    Bon, je vous laisse, j’ai une partie de foot à terminer. Je joue avec un airbag et je n’ai toujours pas vu en quoi, ça aussi, était dangereux (et pour info, c’est le législateur qui fixe les interdits, pas les constructeurs automobiles).

  59. Oscar

    @Sined

    Je ne suis pas tout à fait d’accord avec ta position. L’Etat t’oblige bien à porter ta ceinture de sécurité. Il oblige la censure des films. Il impose (ou fait mine d’imposer) une règlementation pour que les plus jeunes n’aient pas accès à la pornographie etc…

    Donc évidemment, on ne peut interdire aux gens d’être adultère. Ni d’aller sur le site. En revanche, on peut interdire le site, puisque c’est une institutionnalisation de la chose. Tout comme l’état je pense ne pourrait pas poursuivre un mineur pour consultation de magazines pornographiques, mais pourrait condamner une revue qui fait de la pornographie pour mineurs.

  60. pelmer

    @ sined
    « S’ils veulent être malheureux, eh bien qu’ils le soient! »
    Pas d’accord. Moi, ça m’embête qu’ils soient malheureux. Pour eux. Pour leurs enfants. Pour la société.
    Quant à la morale libérale : « le renard libre dans le poulailler libre » (cf. un peu plus haut, le serpent libre et les pommes en vente libre), non merci. On sait ce que ça donne au plan politique, mais aussi au plan humain. Il y a une vérité de l’homme, il y a un bien de l’homme, et je ne comprendrai jamais qu’on reproche à quelqu’un de vouloir la faire partager et respecter. Par exemple par un blog.

  61. S1ned

    « Pas d’accord. Moi, ça m’embête qu’ils soient malheureux. Pour eux. Pour leurs enfants. Pour la société. »

    Je suis d’accord avec toi, je me suis en fait mal exprimé. Ce que j’essaye de dire, c’est que s’ils n’écoutent pas, s’ils refusent de comprendre, pourquoi se fatiguer? Cela ne sert à rien de gaspiller ton énergie si cela n’en vaut pas la peine. Comme je l’ai dit plus haut, nous ne sommes pas en majorité, faisons donc le plus utile possible avec nos petits moyens.

  62. S1ned

    @Oscar »Je ne suis pas tout à fait d’accord avec ta position. L’Etat t’oblige bien à porter ta ceinture de sécurité.  »

    oui, et ta mère t’oblige à manger ce que tu as dans ton assiette jusqu’à 18 ans. C’est une affaire de pouvoir. Légalement et idéologiquement, l’Etat à le droit et le devoir de te protéger, c’ets une de ses fonctions. Tu peux protéger la vie de quelqu’un sans qu’il le veuille mais pour lui imposer le bonehur comment fais’tu?

  63. Oscar

    @Obi
    Non non, je ne blague pas ! La conscience vous connaissez ? Ou pas ? L’instance qui en nous nous dit qu’il n’est pas très bien de tuer sa mère ?
    Si vous voulez connaître la date où elle apparaît, c’est approximativement vers l’âge de raison, quand on discerne le bien du mal. Ce que je dis là n’a rien d’extraordinaire ni de révolutionnaire.
    Et effectivement, une conscience bien formée nous fait trouver la liberté et le bonheur. Personne n’est plus heureux qu’un saint, d’ailleurs.
    Et non, je ne me contente pas de laisser à ces pauvres bougres leurs illusions. Elles sont mortifères. Le taux de suicide est la première cause de mortalité chez les 15-25 ans et on n’a jamais pris autant d’antidépresseurs (oui je sais, gros amalgame, ça n’a aucun rapport et tout et tout).

    Institutionnalisé, je conviens, est un mot mal choisi. Disons, promue et commercialisée. Une institution gère la chose. Comme il y a des institutions pour orphelins, il y a aura une instituion pour adultères. Et oui, dangereux. Merci de votre compliment pour la mesure. Mais il faut vraiment se boucher les yeux pour ne pas voir la déliquescence de notre société, le malheur que cela engendre, le désespoir de plus en plus fréquent. Ce n’est pas de la démesure, c’est une constatation. Ouvrez les yeux.

    Oui je parle de liberté. Cela ne me choquerait pas que l’Etat ferme ce site. Cela ne me choque pas non plus qu’il interdise la pornographie pour les enfants.

    Enfin, merci pour l’information sur les constructeurs automobiles. Mais, puisque vous aimez bien cette phrase je vous la rappelerai : comparaison n’est pas raison.
    Bon foot (remettez l’airbag après quand même).

  64. pelmer

    @ sined

    D’accord avec toi : on ne va pas leur seriner notre chanson 24h sur 24 ! Mais on ne se contentera pas de se taire. Sans quoi, on serait coupable de non-assistance à personne en danger, n’en déplaise à Obi-wan.
    Alors oui, cela suppose de défendre une certaine idée de l’homme, une certaine idée de ce qu’il doit faire pour être heureux, et, par conséquent, une certaine idée de ce que la société doit promouvoir ou réprouver (je ne dis pas nécessairement interdire…).
    Mais je constate que nous en sommes tous là, absolument tous, même les libéraux à tout crin. Car eux aussi ont une certaine conception de l’homme et de la société, qu’ils défendent et prétendent promouvoir (ce qui est leur droit le plus strict). Une idée selon laquelle, par exemple, « on ne sait pas bien en quoi consiste (le bonheur de) l’homme ».

  65. Oscar

    @Sined
    Je ne parle pas d’imposer le bonheur. Je dis de faciliter les conditions de son développement. Nous ne sommes pas dans un régime totalitaire, du moins pas encore.

  66. jjacquesb

    On peut chercher à convaincre sans rêver de contraindre…

    Aucune loi n’interdira jamais l’adultère, mais il est légitime d’exprimer le point de vue qui consiste à souligner que l’adultère est l’expression d’une fausse liberté et qu’un coeur libre est un coeur lié, comme le soulignait avec justesse le philosophe et théologien Soren Kierkegaard.

    Il n’y a pas d’un coté ceux qui s’opposent à la liberté et ceux qui la défendent, il y a confrontation entre deux définitions de la liberté.

    Relativement à cet enjeu, la question n’est pas de savoir si l’adultère doit être condamné que de savoir ce qu’il implique de désespoir objectif chez la personne qui s’y livre… non ?

  67. pelmer

    @ jjacquesb

    « Il n’y a pas d’un coté ceux qui s’opposent à la liberté et ceux qui la défendent, il y a confrontation entre deux définitions de la liberté » : entièrement d’accord avec vous !

  68. Louve

    Sined : « Tu peux protéger la vie de quelqu’un sans qu’il le veuille mais pour lui imposer le bonehur comment fais’tu? »

    Imposer non. Eduquer oui. Quelle image donnons-nous du mariage à nos enfants (et surtout quelle espérence et quelle confiance en l’autre!) quand la présentatrice du 20h (sur M6) annonce la création de ce site avec un petit sourire amusé et condescendant ?
    Bien sûr, ensuite, on leur explique, on essaie de témoigner que l’amour c’est bien plus grand.

    Tiens, c’est-y-pas ce que fait le Chafouin avec cet article ?…

    Tout le monde n’a pas eu la chance d’avoir des parents qui leur ont dit ou témoigné que l’amour avec un grand A existait, que c’était possible, qu’il faut se donner les moyens et que ça mène au bonheur. Eh bien alors quel mal y a-t-il à ce que ceux qui ont eu cette chance la partage avec tous ? A ce que certains disent haut et fort que des initiatives comme ça pourrissent l’homme de l’intérieur ?

    Imposer non. Eduquer oui. Témoigner oui. Merci Le Chafouin.

  69. S1ned

    @ Tous

    Votre idée est de vouloir les empêcher de commettre ces adultères. Très bonne idée. Mais pourquoi les empêcher? Parce que vous trouvez ca mal? On est ( à peu près ) tous d’accord dessus. Chafouin fait un article pour dénoncer ce site, qui est vraiment de la pourriture, on est ( à peu près ) tous d’accord là dessus.
    Mais là où ma position diverge, c’est que vous semblez (à peu près tous) être très certain de ce qu’set le bonheur et de comment on l’obtiens.
    Tout ce que je dit, c’est que, si bon leur semble, ils sont en droits, oui je l’affirme, de tromper leurs femmes et leurs maris. Ca s’appelle de la tolérance.

    Et je trouve que vous criez un peu trop sur ce gens, alors qu’en même temps, vous criez aux méchants qui sont intolérants avec les gentils cathos. Moi, je veux bien, mais il faut un peu de constance. Vous n’avez pas de tolérance, vous ne semblez pas comprendre leurs actes, vous les jugez seulement.

  70. jjacquesb

    « vous criez un peu trop sur ce gens »

    Je ne crois pas trahir la position de beaucoup en soulignant que, pour ce qui me concerne, je ne juge nullement ceux qui commettent d’adultère, car c’est souvent là l’expression d’un profond désarroi…

    Mais n’est-il pas légitime d’éprouver de la colère à l’égard de ceux qui exploitent commercialement cette souffrance, en sachant pertinemment qu’ils vont ainsi briser des familles et plonger leurs clients dans une misère affective durable ?

  71. Louve

    @ Sined
    Personne ici ne veut (ni ne pourrait d’ailleurs) empêcher de commettre un adultère !

    Commençons déjà par éviter d’y encourager, ça serait pas mal.

    Si, en plus, on pouvait s’encourager, les uns les autres (nos enfants, nos amis, nos proches) à croire en l’Amour et à y rester fidèle, ça serait tiptop.

  72. Louve

    Sined: « Mais là où ma position diverge, c’est que vous semblez (à peu près tous) être très certain de ce qu’set le bonheur et de comment on l’obtiens. »

    Le bonheur est une chose bien mystérieuse que l’on n’atteint jamais vraiment, mais qui se laisse toucher quand on se met en chemin vers lui.
    La seule chose qui est sûre, c’est que le malheur nous en éloigne…

  73. Si vous souhaitez l’interdiction de ce site, commencez par demander la fermeture des meetic et compagnie, de tous les sites libertins où pullulent des millions de gens mariés.

    La tromperie n’a jamais été aussi facile depuis l’arrivée d’internet…On ne va pas réécrire l’histoire.

    Tout ça pour dire qu’ayant fait une note sur le sujet chez moi, de façon bcp plus légère, je vous invite à la lire, si vous le souhaitez…

    http://scoops.canalblog.com/archives/2009/09/30/index.html

    Vous verrez que ce n’est pas pour autant que je cautionne l’infidélité.

  74. Oscar

    @sined
    Ca y est le petit couplet habituel « faut pas juger, faut être tolérant »…ca commence à bien faire ! On dit pas qu’il faut brûler ces gens en les ayant un peu torturés avant quand même, personne n’a dit que c’étaient des gros affreux non plus. Autre chose est de constater objectivement que la tromperie et la trahison de son conjoint ne sont pas quelque chose de bien. Quand je dis « la terre est ronde » je fais un jugement, je juge que la terre est ronde ; ici c’est pareil, la trahison est un mal, un point c’est tout. Je ne vois le rapport avec l’intolérance ; pourquoi pas le racisme tant qu’on y est ?
    Le Chafouin ne se mêle pas de comprendre les motivations des adultères ou de critiquer leurs actes, il critique un site…!

  75. Oscar a raison, personne ici n’a pretendu faire le proces des infideles.

    On raisonne non pas au niveau de l’individu, mais de la société!

    Je n’ai pas non plus demande l’interdiction de ce site… Y en a qui fantasment!

    Quant a meetic, il s’agit dun site qui n’est pas directement porte sur l’infidelite. On ne va pas tout condamner, a commencer par le telephone!

  76. Certains ici semblent condamner l’adultère, soit. Il ne faudrait pas non plus oublier qu’il est pratiqué allègrement, tous les jours. Donc, plus que condamner ce nouveau site ( il est vrai condamnable), essayons de comprendre pourquoi il y a tant d’adultères et d’infidélités… Cela me semble bien plus constructif.

    Je suis surpris qu’aucun posts précédents n’ai songé à « condamner » Le Parisien pour la publicité gratuite (?) qu’il offre à ce site…Et n’allez pas me sortir des trucs à la con genre: liberté de la presse, droit à l’information …etc…Mon cul ! Course à l’audience. Point barre. Qui est le plus condamnable le site en question ou le racolage du Parisien ?

  77. Je permets d’ajouter et sans trop vouloir me faire de la pub: en matière d’infidélité et d’adultère, vs pouvez lire mon billet d’hier sur mon blog intitulé « marié ou gay »

  78. Louve

    Et bien les deux mon capitaine ! Le site gardant tout de même la première place devant ceux qui en font la pub (plutôt logique).

    « essayons de comprendre pourquoi il y a tant d’adultères et d’infidélités… Cela me semble bien plus constructif. »
    C’est ce que certains ont fait dans les commentaires précédents en pointant du doigt le fait que les couples ne sont guère encouragés à la fidélité.
    Car la fidélité et l’amour de son partenaire, ça n’est pas qu’une affaire de sentiments, ça se travaille aussi… Sauf que notre société refuse la difficulté et prèfère nous proposer des solutions de facilité (pour peu que ça rapporte du pognon, tout le monde est content. Ah non, tiens, le conjoint et les enfants se font quand même avoir dans l’affaire…)

  79. Il y aurait déjà près de 10 000 pré-inscrits sur le site (qui n’est pas encore ouvert) !

  80. Evan

    Ah… je vois. Du moment où on s’autorise à avoir un avis, à critiquer, à ne pas rester dans ce relativisme bon teint « au fond, ça ne me concerne pas », on se retrouve bombardé Croisé du Bien (ou du Mal, pour ses opposants). C’est tout à fait ce que dit le Chafouin plus haut : je regarde mais je me tais, sinon je risquerais de passer pour un horrible réac-oulala.

    Si on m’interroge sur la pertinence de ce site (ce qui est l’objet du présent article), comme l’a bien résumé jean-jacques je ne peux que répondre que je suis opposé à l’exploitation commerciale de ce genre de situation affective.

    Mais on ne me demande pas un avis sur l’interdiction ou non de ce site. Je ne peux donc que le tolérer. Et là je m’interroge sur la conception d' »Obi-wan » des « positions intermédiaires ».
    Eclairez-moi : le « radical » (par opposition naturelle à la sage « position intermédiaire) c’est celui qui s’autorise à avoir une opinion libre qui ne changera rien, ou celui qui s’interdit d’en avoir (ou d’en émettre) au motif supérieur qu’on a de toute façon l’obligation de tolérer?

  81. Obi-Wan Kenobi

    @ Chafouin, Oscar, Pelmer :

    – sur la notion de morale ou de conscience : elle apparaîtrait donc « à l’âge de raison » (c’est précis, merci). Mais peu importe : cela ne prouve pas qu’elle est unique et commune à tous les êtres humains (d’ailleurs, on a sa conscience… pour soi).

    – sur la notion de droit : dans notre belle République, tout ce qui n’est pas interdit est autorisé. C’est chouette, cela nous protège de l’arbitraire. Donc, désolé, si l’adultère et même l’incitation à l’adultère ne sont pas interdits, ils sont autorisés. Ce sont donc des « droits ». D’ailleurs, la première chose que l’on rappelle aux étudiants en droit, c’est que droit et morale font rarement bon ménage.

    A partir de là, que faire ?
    1) s’indigner. Super. Moi, je préfère m’en foutre. Parce que j’estime que ça n’est pas grave, qu’il y a des sujets plus importants.
    2) demander aux députés que la loi change, que l’incitation à l’adultère devienne une infraction. Je l’ai déjà dit : rien ne vous en empêche, allez-y. Je ne vous soutiendrai pas dans cette démarche, voilà tout.

    – Sur le bonheur : par pitié, ne vous préoccupez pas excessivement du bonheur des autres. Laissez leur cette liberté. La plupart des dirigeants qui ont prétendu vouloir faire le bonheur de leurs concitoyens sont devenus des dictateurs en puissance. Je l’ai déjà dit : je préfère être stoïque en France que chez les talibans, j’en retire une plus grande fierté.

    – Sur la déliquescence de notre société : c’est bien vrai, ma bonne dame, tout fout l’camp. C’était tellement mieux au temps où l’on mourrait à 54 ans de la silicose : au moins, on ne divorçait pas et le travail à la mine nous laissait moins le loisir d’aller voir ailleurs (quoi, qui a dit que l’amour tarifé était le plus vieux métier du monde).

  82. Obi-Wan Kenobi

    @ Evan :
    je ne tolère pas tous les comportements. Le proxénétisme, le trafic de stupéfiants, les crimes… La liste est longue.
    Il m’arrive même d’être radical.
    Mais là, j’ai beau essayer de me forcer, je n’y arrive pas. C’est aussi une opinion. Libre.

  83. Evan

    Je ne dis pas, Obi-Wan, qu’il faut en faire l’étendard d’une polémique généralisée.
    Ce n’est là – pour moi – qu’un symptôme, ce qui vous donne raison, en un sens. Une goutte d’eau dans l’océan.
    Mais c’est un symptôme de plus d’une société qui se plaît toujours davantage à aller plus loin dans la commercialisation de la misère affective.

  84. Louve

    Dire que les gens étaient fidèles parce qu’ils vivaient plus longtemps, c’est une piste intéressante (quoique peu originale), mais ça relève plus, à mon sens, de la mauvaise foi.

    D’ailleurs, c’est étonnant de voir que l’infidélité se pratique en général bien avant l’âge correspondant à la fin de vie de nos aïeux…

    De plus, comme vous dites, l’infidélité n’est pas nouvelle. Je ne pense pas que notre espérance de vie ait quoi que ce soit à voir avec ça. Ce qui est nouveau, c’est qu’on l’encourage au journal de 20h en faisant la pub pour un site qui a la vertu de la « transparence ».

    Tiens, puisque la transparence est à la mode, je propose qu’à chaque nouvelle inscription un mail soit envoyé au conjoint…

  85. Louve

    Oups!
    Lire « moins longtemps » bien sûr…😉

  86. Louve

    « – Sur le bonheur : par pitié, ne vous préoccupez pas excessivement du bonheur des autres. Laissez leur cette liberté. La plupart des dirigeants qui ont prétendu vouloir faire le bonheur de leurs concitoyens sont devenus des dictateurs en puissance. »

    1) Oui « excessivement » est le mot. ça ne veut pas dire qu’il faille tomber dans le relativisme le plus total qui mène à l’indifférence de l’autre.

    2) J’espère bien, pour ma part, que « la plupart des dirigeants » se sont lancés en politique dans un but humaniste, afin de faire de la société un endroit où il fait bon vivre. C’est généralment quand ils commencent à penser un peu plus à leur bonheur personnel qu’à celui des autres qu’ils se transforment en dictateur…

  87. Je suis désolé de ne point intervenir, j’en brûle mais je suis très occupé aujourd’hui… Et je risque de ne pas avoir d’accès internet avant lundi.

    Je vous suis de loin, ne vous en faites pas😉

    Mais avec le téléphone, ce n’est pas évident d’écrire des commentaires élaborés.

  88. pelmer

    @ OWK
    « Moi, je préfère m’en foutre. Parce que j’estime que ça n’est pas grave, qu’il y a des sujets plus importants ».
    Voilà précisément ce qui nous différencie, me semble-t-il.
    Dans votre conception, la fidélité conjugale n’a pas une importance telle, pour l’homme et la société, qu’il faille dénoncer ce genre de site. C’est un problème mineur. Vous souhaitez donc une société où ni la loi, ni les autres ne s’occupent de ce genre de problème.
    Pour moi, au contraire, cette fidélité est capitale, pour le bien de l’homme et de la société. Ce pourquoi je m’inquiète de ce genre de site, et le fais savoir.
    Ce débat n’oppose donc pas les partisans de la liberté et ceux de la contrainte ; il oppose deux conceptions de l’homme et de la société, que chacun cherche à promouvoir parce qu’il pense que c’est la vraie. Ou, si vous préférez, deux dogmatismes : le vôtre (que vous semblez ignorer) ; et le mien (que j’assume).

  89. jeanlandryjr

    Excellent article et très bon jugement sur ce sujet. Dans le fond, lorsque nous évacuons tout aspect spirituel de l’existence et que notre petit moi charnel devient l’élément fondamental de la vie, à partir duquel nous établissons tout notre système moral, il n’est pas étonnant que les gens en arrivent à ce genre de monstruosité. Du moment que nous sommes contents… tant pis pour les autres. Je partage ta colère à ce sujet. C’est vraiment quelque chose de lamentable. Si seulement il existait des mots assez forts pour décrire cela.

  90. … et ceux qui persistent à croire ce que l’infidélité est une chose que l’on peut justifier, je suggère cet article: http://parsagrace.wordpress.com/2009/02/02/parole-de-dieu-aux-epoux-infideles/

  91. Ayayaye

    @ Obi-Wan Kenobi : Non, c’est vrai on ne m’a rien demandé. Mais est-ce que ça m’empêche de dire que je ne suis pas d’accord ? Même si mon avis ne changera effectivement rien, je pense qu’il est important que je puisse le donner.

    Et faut pas croire que je vais me tourner les sangs à cause de cette histoire… J’en rigolerais jaune avec des amis et/ou mon mari un soir, et puis on passera à autre chose.

    Reste que c’est dommage pour les autres.

  92. NM

    @ OWK : sur la notion de droit… merci pour le sophisme ! L’adultère est une faute ; ce n’est pas un droit. Il n’y a pas de droit de commettre une faute. Cela contrevient au devoir de fidélité que se promettent les époux.

    En outre, l’infidélité est un mensonge. C’est une faute morale également pour cette raison. Elle porte atteinte à la confiance que se doivent les époux et que les citoyens se devraient dans une société à peu près saine. Comment apprendre aux enfants à ne pas mentir ? Comment résister à toutes les autres tentations ?

    La liberté mise en avant à plusieurs reprises est une fausse liberté notamment parce que l’on prétend pouvoir faire ce que l’on veut ; cela ne regarderait pas les ‘autres’. Mais il n’y a pas de liberté d’accomplir une faute : Liberté et vérité vont ensemble. L’adultère fait toujours des victimes ; cela ne regarde pas seulement les amants adultères.

    Reste que tous les commentaires conduisent à se poser la question du juste moyen d’éviter que les familles se décomposent aussi tristement. J’avoue que là je n’ai aucune idée.

  93. AncillaDomini

    @ Sined :

    Juste pour tordre le cou à un canard vigoureux… Non, les cathos ne sont pas tolérants, ils sont charitables (enfin, on essaie !), et c’est très différent.
    Vous allez voir lequel est le plus aimant et respectueux des deux… Je vais prendre un exemple concret.

    Supposons que vous ayez un frère, et que ce frère ait le projet de tromper sa femme (on suppose qu’il est marié). Son ménage ne va pas fort en ce moment, froideur mutuelle, libido en baisse, fatigue, le petit dernier qui ne fait toujours pas ses nuits, tout ça…

    La tolérance, dans ce cas, c’est de se dire : « C’est son ménage, pas le mien. Il est libre, c’est un adulte responsable qui fait ses choix comme il l’entend. Je n’ai rien à dire là-dessus. Je l’aime, je le respecte, et je ne vais pas m’en mêler. »
    Si vous êtes tolérant, vous n’allez donc pas vous mêler des affaires privées de votre frère.

    Mais la charité, dans ce cas, c’est de se dire : « Mon frère va faire une bêtise qui risque de lui coûter très cher, qui va faire souffrir sa femme, et qui va le faire souffrir aussi. Je l’aime et je le respecte, donc il faut que je lui parle et que j’arrive à le dissuader de commettre l’iiréparable. »
    Si vous êtes charitable, vous allez donc nécessairement vous mêler des affaires privées de votre frère.

    Appliqué à la société, cela donne le choix de « tolérer » ou non les sites qui font de la tromperie leur fond de commerce.
    On sait que, dans les moments difficiles, la tentation est grande d’aller voir ailleurs si l’herbe est plus verte.
    On sait aussi que c’est beaucoup plus difficile de résister à la tentation quand on l’a, alléchante et bien présentée, juste sous le nez, avec tout un tas de bonnes excuses toutes prêtes au cas où, plutôt que quand elle est hors de portée et accompagnée de l’opprobre publique.

    Alors, sans aller jusqu’à la condamnation systématique des époux(ses) adultères, parce que souvent il y a une raison douloureuse au départ, le minimum de la charité, c’est de ne pas rendre la tentation plus présente et l’adultère plus facile. Faciliter (ou tolérer) ce que l’on sait destructeur et immoral, cela n’a jamais été une preuve d’amour ou de respect pour le prochain dont on sait qu’il va être tenté d’y plonger. Et ce n’est pas une preuve d’amour envers soi-même non plus, parce qu’on n’est jamais à l’abri de la tentation, après tout…

    Alors non : la « tolérance » (au sens moderne du terme) n’est pas une qualité, et ne l’a jamais été. Sauf dans une société sans morale, où le bien vaut autant que le mal, puisque le choix de l’un ou de l’autre n’est vu que comme l’expression naturelle de la liberté.

    Bon, désolé pour le style lapidaire… C’est juste que, l’Evangile déformé pour nous ressortir sans arrêt la tolérance obligatoire, ça me gonfle un tout petit peu quand même.
    Tenez, je vais même tordre le coup à un autre canard boîteux : Jésus n’a jamais été tolérant. D’un bout à l’autre les Evangiles, le Seigneur est charitable, absolument et parfaitement charitable (cf. définitions au-dessus). 😉

  94. AncillaDomini

    @ Obi-Wan Kenobi :

    « sur la notion de morale ou de conscience : elle apparaîtrait donc “à l’âge de raison” (c’est précis, merci).  »

    En fait, dans l’Eglise catholique, on considère que l’âge de raison est 7 ans.
    Cela ne veut pas dire qu’un enfant ne sait pas ce qu’est le bien et le mal avant 7 ans. Mais on considère que c’est en gros à cet âge-là qu’il a suffisamment intégré les différents aspects et nuances du bien et du mal pour savoir choisir entre les deux en connaissance de cause, dans les situations qui se présentent à lui.
    En gros, 7 ans, c’est l’âge auquel un enfant a eu suffisamment de situations de choix sous le nez pour que la distinction bien/mal que lui ont montré à chaque fois ses parents soit établie comme une règle dans son esprit (auparavant, le nombre limité d’exemples en faisait plutôt une concaténation de cas particuliers pas très clairement reliés entre eux).
    Ce n’est pas un « âge magique » : on n’est pas inconscient à 7 ans moins 1 jour, et raisonnable à 7 ans pile. Mais c’est un bon ordre de grandeur pour le début de la responsabilité personnelle, semble-t-il (2000 ans d’observation, ça c’est de l’enquête !😉 ).

  95. S1ned

    @Ancilla

    « Si vous êtes charitable, vous allez donc nécessairement vous mêler des affaires privées de votre frère. »

    Là ce n’est pas une question de charité, c’est une question de fraternité, parce que j’estime que c’est un devoir d’aider mon frère. Et pendant qu’on y est j’estime aussi que c’est un devoir d’aider les autres. Mais il faut aussi être conscient de certaines petites choses.

    1- Ce n’est pas parce que vous allez lui parler qu’il va ne pas faire sa « bêtise ».
    2- Votre exemple était quelque peu un cliché. Il existe bcp d’hommes qui trompent leur femmes tout en étant en parfaite condition familiale.
    3- Si vous êtes certain qu’il ne vous écoutera pas, alors pourquoi se fatiguer? Or là, c’est le cas. Vous criez tous qu’il faut faire arrêter ce site. Ok. Mais vous n’y arriverez pas, et vous le savez. Car il faudrait être plus nombreux. Donc détournons-nous de ce problème, et tournons nous vers des choses que nous pouvons résoudre plutôt que de vouloir passer un chameau par le trou d’une aiguille.

  96. AncillaDomini

    « Vous criez tous qu’il faut faire arrêter ce site. Ok. Mais vous n’y arriverez pas, et vous le savez. Car il faudrait être plus nombreux. Donc détournons-nous de ce problème »

    … Ben on n’a plus le droit de causer, maintenant ?😉
    Comme vous l’avez dit : on ne pourra rien faire, parce qu’on n’est pas assez nombreux.
    Eh bien, parler, c’est déjà augmenter le nombre.
    Et puis, si on ne devait parler que de ce qu’on peut changer, hein… Qui ne dit mot consent, et on ne consent pas.

    A part ça… que vient donc faire ce chameau là-dedans ?😉

  97. AncillaDomini

    Trêve de plaisanteries foireuses… on s’en fiche pas mal, que mon exemple soit « un peu cliché », comme vous dites.
    Le but était simplement de vous faire comprendre l’esprit de la démarche : il ne s’agit pas d’imposer une morale obscurantiste venue du fond des heures-les-plus-sombres-de-notre-histoire, mais de se soucier réellement du bien-être de son prochain (et de ceux qui l’entourent et qui risquent de subir ses âneries). Un prochain que les chrétiens ont une fâcheuse tendance à appeler « frère »… déformation confessionnelle, rien de bien grave !

  98. Ce n’est pas parce que je n’arriverai pas a fermer ce site ( ce qui n’est même pas mon but) que je ne ferai pas ce que je dfois faire : clamer haut et fort que c’est de la merde en barre.

    Voilà. Donc oui, on peut faire autre chise, et ne rien faire du tout, même. Mais je pense qu’il est déjà important de dire ce qu’on pense. Je le repete : se taire, c’est cautionner.

  99. G.

    On est passé d’une société de consommation de produit à une consommation d’expérience. Enfin c ‘est bien, maintenant on ne regarde plus l’autre comme un produit, mais comme une expérience…
    il a un jolie minois le réenchantement du quotidien…

  100. Lagavulin

    Puisque ça n’est pas drôle, profitons des infos du week-end pour nous poiler un peu: pendant que leurs parents chercheront l’âme soeur bis sur le net, les bambins pourront toujours faire une partie de Grand machin chose auto bien trash avec la ministre de la famille (Paris Match, rue 89)!

  101. pelmer

    @ ancilla domini
    Merci pour votre belle intervention sur la charité et la tolérance !
    Moi je constate qu’il y en a qui passent beaucoup de temps à s’indigner de notre « intolérance ».
    Il faut croire que c’est beaucoup, mais alors beaucoup plus important, que de s’indigner de ce genre de site. C’est vrai, quoi, laissez-les se planter en paix !

  102. Obi-Wan Kenobi

    Avant une réponse globale, quelques remarques…

    @ Louve
    Le journal de 20 h n’est pas là pour faire de la pub, mais pour informer. Ce n’est pourtant pas le traitement de cette info que notre Chafouin journaliste et critique des médias a souligné. Fallait-il le taire ? Etant moi-même journaliste, je pense que non. L’émoi que suscite la création de ce site me donne à penser que j’ai raison.
    Enfin, sur le bonheur, je vous assure que bien des dictateurs disent chercher le bonheur de leur peuple. Mais ne voulant pas me voir décerner un point Godwin, je tairai leurs noms.

    @ Pelmer
    Des choses nous différencient ? Eh bien, ce n’est pas plus mal, non ? Si nous pensions tous pareil, on s’ennuierait un peu sur Terre.

    @ Ayayaye
    Il est effectivement très important que vous puissiez donner votre avis. C’est une liberté fondamentale que l’on retrouve dans la Déclaration universelle des droits de l’Homme. Sur ce point, vous m’aurez toujours à vos côtés.
    « Faut pas croire que je vais me tourner les sangs ». Je souscris doublement !

    @ NM
    C’est moche de m’accuser de sophisme alors que je ne fais que rappeler le principe de base de tout état de droit : ce qui n’est pas autorisé n’est pas interdit (c’est d’ailleurs pour cette raison que nos amis les politiques inventent des lois au premier fait divers venu, au motif qu’il est urgent de combler un « vide juridique »). De grâce, pour la bonne compréhension de ce débat, ne confondez pas « faute » et « infraction ». Droit et morale sont vraiment deux choses différentes.

    @ Ancilla Domini :
    merci pour l’explication sur l’âge de raison. Merci aussi de considérer que l’apparition d’une conscience et d’une morale n’a rien de magique : cela conforte la thèse d’une morale qui ne serait pas unique et indivisible. Mais cela reste une question annexe. Et puis, nous vivons dans un pays où l’Eglise est séparée de l’Etat depuis plus d’un siècle…

    @ Chafouin :
    « Se taire, c’est cautionner ». Je n’ai rien vu sur ton blog au sujet de Roman Polanski. Cela veut-il dire que tu cautionnes ses actes ? Lorsque tu votes nul ou blanc à une élection, cela veut-il dire que tu cautionnes le futur vainqueur ? Je ne suis pas d’accord avec ta formule, un peu lapidaire.

    @ Tous (c’est là ma réflexion globale) :
    Que souhaitez-vous faire ? Vous laissez cette question en suspens (sauf NM qui dit n’avoir « aucune idée). Sincèrement, vous avez tout à fait le droit de vous scandaliser, de vous indigner, de taper des pieds. Souffrez juste que quelques-uns, comme S1ned ou moi, ne se joignent pas à votre choeur.

    Mais après avoir hurlé votre rage et votre désespoir (mais pas votre vieillesse ennemie), que comptez-vous faire ? Estimez-vous, oui ou non, qu’il faille interdire l’incitation à l’adultère, c’est-à-dire qu’il faille légiférer ?

  103. @obiwan

    « je vous assure que bien des dictateurs disent chercher le bonheur de leur peuple »

    Cela veut-il dire que quand on dit rechercher le bonheur des autres, on est un dictateur?

    Et non, tromper sa femme n’est pas un « droit », c’est une possibilité. ce n’est pas un droit, au sens où il n’est pas protégé par la loi. Un droit, c’est cela. une possibilité défendue par la loi.

    Sur ma phrase « se taire, c’est cautionner », un petit mot : je répondais à sined qui me disait « autant ne rien dire, cela ne sert à rien de toutes façons ». Non, cela ne sert pas à rien, et si l’on ne devait l’ouvrir qu’en cas de résultat certain, on se tairait tout le temps et on laisserait la voie libre aux libéraux de tous poils.

    Quant à Polanski, c’est par manque de temps que je n’ai pas abordé la question ici (j’ai pu le faire ailleurs, dans la vraie vie par exemple), et parce que d’autres l’ont fait mieux que moi (sur koztoujours, eolas ou bloguequipeut notamment). Si on me la pose, je ne me tairai pas : je dirais que je suis partagé sur la question, mais que je ne vois pas au nom de quoi un cinéaste devrait bénéficier du soutien de tous s’il a commis un crime. Quel que soit son talent par ailleurs. Qu’il s’explique avec la Justice, plutôt que de fuir comme un couard.

    Et pour en venir à ta conclusion, nul ici ne vous a répondu que vous deviez vous taire, on souffre parfaitement l’opposition : ici , on débat, tout simplement.

    Je ne suis pas là pour demander des interdictions ou pour donner les bons et mauvais points : j’essaie, ici, de défendre une certaine vision de la vie et un certain point de vue sur la vie en société. Cela peut intéresser ou susciter le débat. Rien que cela, ça me va. Je ne prétends à aucun pouvoir d’influence…

  104. pelmer

    @ OWK
    « Mais après avoir hurlé votre rage et votre désespoir (mais pas votre vieillesse ennemie), que comptez-vous faire ? Estimez-vous, oui ou non, qu’il faille interdire l’incitation à l’adultère, c’est-à-dire qu’il faille légiférer ? »
    Et vous-même, maintenant que vous avez dit et répété que vous n’étiez pas d’accord avec le Chafouin, vous allez faire quoi ? Et pourtant, ça ne vous empêche pas de causer, vous aussi !
    Cet argument ne vaut rien, à mon avis.
    Pour le reste, le seul fait de dire aux autres (ou de se dire) qu’on est scandalisé empêche de s’habituer. C’est déjà pas mal. Le jour où l’indignation ne nous touchera même plus, c’est que nous serons de votre avis.

  105. AncillaDomini

    @ Obi-Wan Kenobi :

    Légiférer ? Pourquoi ? Croyez-vous que l’homme soit incapable de se maîtriser lui-même, s’il n’a pas un gendarme à matraque intégrée pour lui rappeler où est la morale ?

    La morale doit s’imposer d’elle-même à la société. Non pas en légiférant, mais parce qu’elle est juste. C’est quelque chose qui se démontre, se justifie, se transmet.

    L’Etat est là pour fixer « la limite droite, la limite gauche et le point à atteindre » de la vie en société. Pour moi, il n’a pas d’autre autorité légitime que ses fonctions régaliennes et un encadrement a minima des comportements (économiques, sociaux, etc.).

    Bref, pour répondre à votre question : non, il n’est pas question de légiférer, parce que l’Etat n’a pas le droit d’imposer à ses citoyens la « bonne pensée » obligatoire (ça vaut aussi pour les lois mémorielles, en passant…).

    En revanche, on peut faire ce qu’a fait le Chafouin : en discuter. Eduquer ses enfants, en parler autour de soi, expliquer en quoi il est moral/immoral d’agir de telle ou telle façon.
    Ca, c’est la vie normale dans une société normale. Une société qui ne considère pas que seule l’amoralité est morale.

  106. Louve

    « Le journal de 20 h n’est pas là pour faire de la pub, mais pour informer. Ce n’est pourtant pas le traitement de cette info que notre Chafouin journaliste et critique des médias a souligné. Fallait-il le taire ? Etant moi-même journaliste, je pense que non. L’émoi que suscite la création de ce site me donne à penser que j’ai raison. »

    Les informations du 20h sont nécessairement réduites. Celles d’M6 le sont encore plus. Les conflits ou les accords internationnaux, par ex, passent souvent à la trappe. On ne peut pas vraiment en vouloir aux journalistes, ils ne peuvent développer qu’un nombre limité de sujets en si peu de temps. Et puis, il ne faut pas endormir ou lasser ses spectateurs, d’où la présence de certains sujets plus « légers ». Précisons bien donc que ce n’est pas la qualité de cette information qui lui a valu d’être choisie mais son potentiel polémique.

    Alors « fallait-il le taire ? ».
    Choisir de le taire, non. Mais lui donner la priorité dans le tri nécessaire des infos à aborder ?…

    « Le journal de 20 h n’est pas là pour faire de la pub, mais pour informer. »
    On est d’accord. Mais on aura toute la volonté du monde, l’objectivité pure du journaliste n’existe pas. Et là, le petit sourire en coin de la présentatrice en disait beaucoup.

  107. Obi-Wan Kenobi

    @ Pelmer :
    « Qu’allez-vous faire ? » Moi, rien de spécial, je croyais que cela coulait de source. Mais puisque vous préférez répondre à une question par une autre question…

    @ Ancilla :
    Merci d’avoir eu le courage de répondre à cette fameuse question et votre réponse me rassure (pour les lois mémorielles, nous nous retrouvons tout autant).
    Nulle part, je n’ai défendu l’amoralité. Je suis juste partisan d’un Etat qui nous laisse à peu près tranquilles pour gérer notre vie privée parce qu’effectivement, nous ne sommes plus des enfants, mais des adultes capables de faire des choix et de les assumer. Quand j’ai lu, dans les commentaires, que certains, non seulement s’étaient étranglés en buvant leur café et en lisant cette information, mais aussi, demandaient l’interdiction de ce site au nom « du bonheur des autres », j’ai ressenti comme un malaise. Voilà tout.

    (Juste une chose, laissez-moi le soin d’éduquer mes enfants moi-même et de ne pas confier cette mission au Chafouin).

    @ Louve :
    Sur la critique des médias et le traitement de cette info, je pense que je vous rejoindrais si on développait cet aspect du débat. Mais là n’était pas le sujet initial du maître des lieux.

    @ Chafouin :
    tu n’as pas répondu à la question ! Interdire ou pas ?

    Sur le droit de s’offusquer, de s’outrer, de se scandaliser, d’être sur le point de sortir de ses gonds, bien sûr que je suis pour ! C’est l’article 10 de la Déclaration des droits de l’Homme, conforté par la loi de 1881 sur la liberté de la presse.

  108. pelmer

    @ OWK
    Laissez-moi deviner : vous êtes rugbyman et vous bottez en touche par habitude ?
    OK, je regagne les vestiaires.

  109. pelmer

    NB : interdire, pourquoi pas ? Toute législation impose un point de vue, je pense.
    Ici, le fait de ne pas légiférer impose le point de vue suivant : « ce genre de site n’est pas bien grave au regard du bien commun ».
    Ce n’est pas pour autant que je vais me battre tout de suite pour cela. Je me contente, pour le moment, de m’indigner avec d’autres. Ca fait du bien.
    Mais bon, tout ça je l’ai déjà écrit, donc je retourne au vestiaire (jusqu’à la prochaine !).

  110. @ Obi-Wan

    « (Juste une chose, laissez-moi le soin d’éduquer mes enfants moi-même et de ne pas confier cette mission au Chafouin). »

    Mais qui te parle de me confier tes enfants? Tu fantasmes. On est en train de parler d’un site qui incite à l’infidélité, et donc à causer la souffrance et la division au sein des couples, et tu me parles de l’éducation de tes enfants? Quel rapport?

    Merci donc de ne pas dériver du sujet.

    Quant à moi, je répète que je n’ai jamais parlé d’interdire ce truc, donc merci de ne pas fantasmer, là aussi. Je serais plutôt favorable à ce qu’on empêche ce genre d’initiative, mais je ne suis pas liberticide et si un type veut se rendre malheureux, eh bien qu’il le fasse. Mais comme ces irresponsables ont droit de parole dans le Parisien (une page de pub), sans aucune contestation nulle part, libre à moi de lui faire comprendre qu’il se plante, c’est ce que je fais ici.

    Merci donc de me reconnaître le droit à la parole, c’est gentil😉

  111. Obi-Wan Kenobi

    Eh Chafouin,

    tu noteras que je prends soin de préciser à qui je m’adresse dans mes réponses ! Sur l’éducation des enfants, je répondais à Ancilla. Au deuxième degré (ce n’est pas interdit, le deuxième degré, sur ton blog ?). Le fait de mettre des parenthèses devait permettre de comprendre qu’il s’agissait là d’une futilité.
    Sur l’interdiction, je répondais à Oscar (qui, hélas, n’a pas répondu depuis). En même temps, le fait que tu t’indignes aurait pu t’inciter à réfléchir sur une éventuelle interdiction voire répression de ce genre de site, alors pourquoi ne pas te poser la question aussi ? Tu y as répondu, nous sommes d’accord sur ce point, tout va bien !

    PS : « Je serais plutôt favorable à ce qu’on empêche ce genre d’initiative, mais je ne suis pas liberticide et si un type veut se rendre malheureux, eh bien qu’il le fasse. » Je ne sais plus qui m’a accusé de noyer les poissons (je crois que c’était pelmer, mais je suis pas sûr). Tu avoueras que ta position n’est pas mal non plus en la matière (comment empêcher sans interdire ?).

  112. Oscar

    @Obi Wan

    Les autres commentateurs disant des choses très intéressantes, je me suis contenté de les soutenir moralement.
    Mais puisque vous regrettez ma disparition (en même temps je vous comprends, je me rends bien compte que ma conversation est particulièrement agréable ;)) je vais clarifier ma position sur l’interdiction.

    Pour moi, ce site est une invitation publique à l’affaiblissement de la famille, une initiative favorisant, à court moyen et long terme, le divorce. Bref, il ne peut que contribuer à l’appauvrissement de la société via l’enrichissement de ses promoteurs.

    Je pense qu’on peut donc légitimement se poser cette question : faut-il l’interdire ?
    Je vais prendre des triple gants : si, mutatis mutandis, toutes choses égales par ailleurs, attention comparaison, non non ce n’est pas un amalgame, un site encourageait les gens à tuer leur voisin, on pourrait envisager je pense de le fermer manu militari. La chose est beaucoup moins évidente ici, mais est-ce une différence de degré ou de nature ? Plutôt de degré selon moi, c’est-à-dire qu’il y a moins d’urgence à le fermer évidemment, que cela paraît moins naturel, mais je pense que cela se justifie. C’est ainsi que des sites pornos sont parfois fermés je pense.
    Voilà !

  113. @obi wan

    Ce que j’ai dit est clair: intellectuellement, je ne serais pas oppose a ce qu’on ferme ce site. Mais ne souhaitant pas imposer mon point de vue qui est largement minoritaire, je me contente de partager mon indignation!:-)

  114. Obi-Wan Kenobi

    Cher Oscar,

    voyez-vous, la provocation à commettre un crime ou un délit est d’ores et déjà interdite par la loi (art. 23 de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse). Donc, un site qui inciterait à tuer son voisin serait effectivement rapidement mis hors d’état de nuire.

    Mais dans le cas qui nous occupe, l’adultère n’est pas un délit et il est même permis de divorcer (c’est une des différences entre la France et l’Afghanistan du temps des talibans). Donc pour interdire ce site, pas le choix : il faudrait légiférer. Soit pour faire de l’adultère un délit. Soit pour interdire l’incitation à l’adultère. Dans un cas comme dans l’autre, si j’avais la chance d’être député ou sénateur, je ne voterais pas une telle proposition de loi (j’aurais trop peur de ne plus avoir droit à l’Ile de la Tentation chaque été sur TF1).
    Voilà, pour moi, il y a une réelle différence entre tuer quelqu’un et tromper quelqu’un (et n’oubliez pas : « on peut tromper une fois mille personnes, mais on ne peut tromper mille fois une personne », in La Cité de la Peur, les Nuls).

  115. Oscar

    @Obi Wan
    Bon, ben voilà, je crois qu’on a essayé de s’expliquer, mais ça ne fonctionne pas.
    Cela me gêne tout de même beaucoup d’être régulièrement assimilé aux Talibans ; ils ne font d’ailleurs pas forcément tout mal, diré-je de plus pour vous titiller. Et le divorce n’est pas forcément non plus un signe de progression énorme de la civilisation. Mais c’est un autre sujet…

    Merci pour la citation, la littérature manquait beaucoup à cette discussion. Si je puis me permettre toutefois : d’une part, la référence devrait normalement être inutile ; d’autre part, ne faudrait-il pas dire plutôt « on peut tromper une fois mille personnes, mais on peut pas tromper mille fois mille personnes » ? Je ne sais pas si je vais dormir ce soir avec cette interrogation…

  116. Obi-Wan Kenobi

    Prenez un chewing-gum, Emile…

    Sinon, je crois au contraire qu’on s’est expliqué, compris et que nous ne tombons pas d’accord. Cela ne m’empêchera pas de dormir.

  117. Louve

    Non, c’est bien « On ne peut pas tromper mille fois une personne (quoique l’autre proposition soit pas évidente à réaliser non plus !). L’idée étant qu’au bout d’un moment la personne trompée a beau être un peu trop confiante ou aveugle, elle finit bien par s’en rendre compte.
    Je rebondis là-dessus pour bien différencier le divorce et la tromperie. Si le premier peut être considéré comme un moindre mal, le second consiste bel et bien en un mal, point. Alors, oui, ça n’est pas illégal, mais si au moins on pouvait reconnaître socialement cette amoralité (par ex, en ne manquant pas de s’estimer choqué par une telle initiative), ça éviterait peut-être aux victimes de voir leur souffrance niée derrière un « ça a toujours existé » ou un « on peut rien y faire ».

  118. @Louve

    Exactement. Obi wan se retranche derrière un « ah mais vous voulez l’interdire », et il faut lui répondre « non, mais on peut très bien le laisser faire, totu en le condamnant moralement ».

    Or notre société, non seulement le tolère, mais en plus, les médias lui accordent une place totalement neutre, sans recul. Bref, on cautionne.

  119. Louve

    « totalement neutre »
    Et encore, même pas, l’adultère est présentée de façon plutôt positive. On en sourit, on trouve ça coquin et ouvert et le ou la cocu(e) passe pour un imbécile (cf la pub en ce moment sur les scénaristes de canal plus qui montre un mari trompé gober l’histoire rocambolesque de l’amant de sa femme)
    Notons d’ailleurs que ça passe beaucoup mieux quand c’est la femme qui trompe plutôt que le mari. Comme quoi, l’égalité homme/femme nous tire aussi vers le bas…

  120. @Louve

    Les femmes qui trompent, ça existe?😉

  121. Obi-Wan Kenobi

    Moi, je l’trouve drôle ce nouveau spot de Canal +.

    Pas tapé, pas tapé !

  122. Louve

    Mais moi aussi, je l’ai trouvé drôle !!
    Y a de quoi ! Il est très efficace, très bien monté et puis le mari est si naïf, si idiot, qu’on se dit « presque » qu’il l’a bien mérité…

    Tu vois pas la banalisation en marche là ?
    En quoi ça ressemble à la réalité ?

  123. Obi-Wan Kenobi

    Tu as raison. Les gens sont incapables de recul, d’ironie ou de second degré. Nous sommes foutus, le monde court à sa perte.
    J’ai bien envie de te dire que le gag de l’amant dans le placard est vieux comme mes robes. Mais non, c’est un sujet bien trop grave pour qu’on en rit.

  124. Louve

    Moi j’aimerais bien que tout le monde soit capable de recul, mais au vu du nombre de préinscriptions à ce site, j’en doute…

    Je crois profondément en l’Homme et en sa capacité à prendre pour lui et ses proches de bonnes décisions. Mais, je nous sais aussi fragiles et influençables… C’est là toute notre complexité. Nous avons besoin d’être encouragés à prendre de bonnes décisions (prends, par ex, l’écologie, c’est à coup de spots, de films et de mesures politiques qu’on arrive à faire, lentement, bouger les choses) et découragés à prendre les mauvaises (par la justice, quand il s’agit d’un délit).

    Quand il ne s’agit pas d’un délit mais d’une action « seulement » immorale, je suis totalement d’accord avec Ancilla Domini, c’est à l’Homme de s’en détourner de son propre chef, car qu’est-ce que la fidélité, par ex, si elle est imposée ? ça n’est plus qu’une coquille vide. Mais il serait illusoire de nier que ce « propre chef » ne soit pas influencé par son éducation et, nécéssairement aussi, par la société.

    La « société », c’est chacun de nous qui la faisons. ça n’est pas une entité sans âme. Dire « la société est comme ça, on ne peut rien y faire, à part éduquer nos enfants à prendre du recul », c’est nier de voir qu’on en fait tout autant partie que les créateurs de ce site.

  125. Zab

    J’ai lu avec intérêt toutes vos réactions. Plusieurs choses m’ont fait réagir.

    « L’adultère n’est pas un délit. » Cet argument revient souvent. Je voudrais répondre deux choses.

    1/
    L’adultère n’est pas un délit mais c’est une violation de l’engagement pris lors du mariage civil : la fidélité fait partie des obligations des époux. Il est d’ailleurs sanctionné comme faute dans le cadre d’un divorce.
    De la même façon, un salarié peut être sanctionné pour des manquements à son contrat de travail.

    Il ne me paraît donc anormal que des sites ou des entreprises commerciales qui incitent les citoyens à ne pas respecter leurs engagements qu’ils soient matrimoniaux ou autres soient autorisés.

    La condamnation de l’incitation à l’adultère n’est pas la condamnation de l’adultère. Si on autorise l’incitation de l’adultère, pourquoi ne pas tolérer aussi l’incitation à tromper son propriétaire, son locataire, son employeur ou son salarié concernant les clauses des contrats qui lient avec eux.

    2/
    Si l’adultère n’est pas délit, le suicide, la trop forte consommation d’alcool, l’anorexie etc. ne le sont pas non plus. Ce ne sont pas même des fautes ou des manquement à un engagement. Par contre, ce sont des comportements nuisibles.
    L’incitation au suicide et le suicide assisté sont donc bel et bien punis par la loi. Je ne crois que l’incitation à l’anorexie l’est aussi.

    Pour résumer, la société peut tolérer un acte (ou ne le sanctionner que dans un cadre civil quand il y a engagement ou contrat) et condamner pénalement son incitation.

    @Obi-Wan Kenobi
    « L’adultère n’est pas un délit et il est même permis de divorcer »

    Je n’apprécie pas trop la relation de cause à effet qu’induit la phrase.
    Le divorce est un acte légal qui n’a rien d’immoral en lui-même. Il établit un état de fait. Certes, il peut sanctionner un adultère. Dans l’idéal, une personne mariée qui souhaite aller voir ailleurs doit choisir le divorce avant ou bien renoncer à son désir d’infidélité. On ne peut tout avoir.

  126. Obi-Wan Kenobi

    @ Zab :
    Aïe, caramba, vous m’avez démasqué: sur ce coup-là, j’ai joué, un peu, au troll de service.

    Sur le début de votre premier point, nous sommes d’accord. J’avais pensé que le Chafouin me mettrait avant vous à l’amende avec le Code civil, mais sur ce coup-là, il m’a déçu. Effectivement, l’adultère n’est pas plus un droit qu’un délit. Celui qui le commet viole je ne sais plus lequel des articles 212 à 215 du Code civil « les époux se doivent fidélité » (néanmoins je sens Eric Besson en pleine forme en ce moment, il va nous changer tout ça).

    Sur la suite et sur votre deuxième point, nos points de vue divergent. La loi prévoit effectivement de punir l’incitation à commettre des faits qui ne sont pas des infractions. Mais, premier point : l’incitation à l’adultère n’étant pas encore prévue par la loi, interdire le site, comme le réclament certains commentateurs de ce billet, relèverait de l’arbitraire. Admettez qu’il faille en premier lieu passer par la case Parlement avant toute chose.
    Deuxième point : l’incitation au suicide est-elle comparable à l’incitation à l’adultère ? Je pense que non. Celui qui incite au suicide nuit directement à autrui (en provoquant une chose assez définitive qu’on appelle la mort). Celui qui incite à l’adultère ne nuit pas directement à autrui. C’est bien celui qui s’inscrit sur ce site qui peut nuire, éventuellement, à son conjoint – et encore, tant que la tromperie n’est pas révélée, tout le monde est content (je sais que ce n’est pas moral, je ne dis pas que je l’approuve, mais le droit et la morale font rarement bon ménage).

    Pour conclure, sachez que je suis quelqu’un à la moralité irréprochable (ou presque). Et je souhaiterais, comme beaucoup ici, que ce soit aussi le cas de mon voisin. Mais à la différence de beaucoup ici, je ne veux pas y parvenir par la contrainte (par exemple, je suis non-fumeur mais contre l’interdiction du tabac dans les bars et les cafés). Je pense que chacun (ou presque) est en mesure de faire ses choix, y compris dans un environnement incitant à la débauche. Comme je l’ai déjà écrit plus haut, j’estime avoir plus de mérite à être fidèle en France aujourd’hui qu’en Afghanistan du temps des talibans.

  127. @obiwan

    Relis plus haut, je t’ai bien contredit sur le fait que l’adultère soit un droit, ce que tu affirmais😉

    Et j’ai aussi rappelé en commentaires les devoirs du mariage, il me semble…

    « Celui qui incite au suicide nuit directement à autrui (en provoquant une chose assez définitive qu’on appelle la mort). Celui qui incite à l’adultère ne nuit pas directement à autrui. C’est bien celui qui s’inscrit sur ce site qui peut nuire, éventuellement, à son conjoint  »
    Dans les deux cas, la personen responsable est celle qui commet l’acte (tromperie, ou suicide). Si l’on est aussi libéral que toi quant au suicide, il ne faut donc pas pénaliser l’incitation au suicide… Ceci dit, des associations suisses très bien vues en France dans les petits milieux branchés proposent le suicide en toute impunité.

  128. Zab

    @Obi-Wan Kenobi
    Je reconnais que entre l’incitation au suicide et l’incitation à l’adultère (ou à la violation de tout autre contrat civil), il y a une différence de degré.

    Cependant si je suis votre logique, des sites donnant des astuces et au besoin une aide pour ne pas respecter les clauses de son contrat de bail, de son contrat de travail ou tout autre engagement contractuel pourraient donc avoir pignon sur rue en toute légalité ? Personnellement, cela me choque.

    Vous affirmez que la personne adultère ne nuit au pire qu’à son conjoint et encore si celui-ci/celle-ci est au courant. Vous oubliez les cas (moins nombreux qu’autrefois mais enfin…) où un enfant survient. Sans parler de certaines maladies.

    Vous dites :
    « sachez que je suis quelqu’un à la moralité irréprochable (ou presque). Et je souhaiterais, comme beaucoup ici, que ce soit aussi le cas de mon voisin. Mais à la différence de beaucoup ici, je ne veux pas y parvenir par la contrainte »

    Je comprend votre hostilité à tout moralisme et à toute contrainte concernant les comportements relevant de la vie privée. Je suis comme vous contre toute sanction de l’adultère hormis dans le cadre civil du divorce. Chacun sa vie.
    Vouloir réprimer l’adultère me semble d’ailleurs voué à l’échec. Depuis toujours, des hommes et des femmes (surtout des hommes lol) ont trompé leurs conjoints. Il suffit de relire les livres de Guy Breton (un peu lassant à la longue…).

    De la même manière, il ne me viendrai pas à l’idée de vouloir sanctionner les manquements d’un locataire envers son bailleur en dehors du cadre civil.

    C’est bien l’incitation qui me choque en ce qu’elle porte atteinte non pas à une personne (le conjoint trompé) mais potentiellement à toutes les personnes mariées et donc à l’institution du mariage ou à la société. Par ailleurs, l’incitateur n’a pas l’excuse de la passion, de l’instinct sexuel mais a la circonstance aggravante de l’appât du gain.

    Si l’adultère n’a pas à être puni (en dehors du divorce), il n’a pas à être encouragé par ce genre de sites. Tout comme un site n’a pas à vous inciter à vous saouler.

  129. Obi-Wan Kenobi

    @ Chafouin :
    Effectivement, je suis assez libéral en matière de moeurs. Pourquoi, néanmoins, trouvé-je qu’il faille continuer à punir l’incitation au suicide ? Parce que l’incitateur commet son acte sur une personne dans un état de faiblesse. Or la loi doit protéger le faible.
    Tu me diras alors que la chair est faible et que même toi, saint parmi les saints, tu commences à te demander si tu ne vas pas t’inscrire sur ce site, comme ça, juste pour voir. Bon, là, j’avoue que je suis coincé, je n’ai plus de contre-argument.

    @ Zab :
    Merci, effectivement, vous faites preuve de la mesure qui a tant manqué à nombre de commentateurs de ce billet ; manque de mesure qui m’a tant hérissé les poils que j’ai fini par me moquer de ces ayatollahs.

    Je ne suis néanmoins toujours pas opposé à l’existence de ce site – comme vous le reconnaissez, tout n’est pas comparable, tout est question de degré. Et je reste persuadé que pour l’interdire, il faudrait d’abord en passer par la loi (dans les pays libres, tout ce qui n’est pas interdit est par nature autorisé). Ma connaissance hélas trop limitée en droit (que n’ai-je pas fait des études dans ce domaine, en plus ça m’aurait donner une chance de présider un établissement public d’aménagement) me laisse penser que, si ça trouve, un texte existe déjà qui pourrait mettre fin à l’activité de ce site. Je laisse le soin aux partisans de l’interdiction d’éplucher leurs Codes.

  130. Zab

    @Obi-Wan Kenobi
    « Je reste persuadé que pour l’interdire, il faudrait d’abord en passer par la loi »

    Sur ce point, je vous rejoint totalement. Il est heureusement impossible d’interdire un site, quelque soit son immoralité, sans passer par la loi.

    Il serait néanmoins intéressant de savoir si un texte de loi peut être opposable à ce genre de pratiques répugnantes (je parle bien de l’incitation).

    Tout ceci me rappelle la brève existence en mars dernier d’un site proposant aux collégiens (moyennant petites pépettes bien sûr) de faire leurs devoirs à leur place. Le ministère de l’Education Nationale n’avait semble-t-il trouvé aucune parade juridique pour le faire interdire. Finalement, le site, très critiqué, a rapidement fermé sur décision de son fondateur.

    Cette exploitation financière sans fin des faiblesses humaines quelles qu’en soient les conséquences m’écœure. Que ne ferait-on pour les petites pépettes…

  131. Obi-Wan Kenobi

    @ Zab :
    « Il serait néanmoins intéressant de savoir si un texte de loi peut être opposable à ce genre de pratiques répugnantes (je parle bien de l’incitation). » Je l’ai écrit juste avant : que les partisans de l’interdiction s’en chargent. Pour ma part, j’ai d’autres chats à fouetter (oups, Stéphane Lamart va me tomber dessus).

    Cordialement.

  132. Louve

    « Finalement, le site, très critiqué, a rapidement fermé sur décision de son fondateur. »

    Comme quoi, râler sans faire nécessairement appel à la loi, ça peut marcher…😉

    Pour ce qui est des derniers commentaires, merci Zab d’avoir exprimé plus clairement que moi un avis que je partage totalement.

  133. Obi-Wan Kenobi

    Ben là, le Chafouin ne semble pas avoir fait plier le fondateur de ce site… (je suis déçu, je le croyais plus influent).

  134. C’est drôle, obiwan, que tu t’obstines à placer le débat sur l’interdiction de ce site, alors que ce billet a pour objectif de s’interroger sur son bien fondé.

    On peut se poser la question sans forcément vouloir le tuer, non? Donc en répondant non à cette question, tu éludes la vraie, qui est celle-ci : les fondateurs de ce site sont-ils de gros crétins qui auront la responsabilité morale des tromperies qui seront consécutives à leur idée stupide? Et la réponse est oui.

    Deuxième étape du raisonnement : tout cela n’est possible en France que parce qu’on a des lois qui n’ont eu de cesse d’affaiblir le mariage, l’engagement, le couple et la famille. Après, bien sûr, la tromperie et la duplicité apparaissent comme des comportements inoffensifs. OU en tout cas pas si graves que ça.

  135. Obi-Wan Kenobi

    Chafouinou (je peux t’appeler Chafouinou ?),

    tu auras noté que j’ai réagi principalement aux commentaires plus qu’à ton billet initial. Je l’ai confessé : j’avais un peu envie de jouer au troll avec les ayatollahs de service.
    Alors, si, selon toi, la seule et unique bonne question est : « Les fondateurs de ce site sont-ils de gros crétins qui auront la responsabilité morale des tromperies qui seront consécutives à leur idée stupide? » Voilà ce que je peux y répondre : s’ils sont crétins et leur idée est stupide, ça ne devrait pas prendre. Cela reste extrêmement subjectif. Auront-ils une responsabilité morale ? Moui, indirecte. Pour moi, le premier responsable est celui qui trompe (d’ailleurs, avant l’invention de ce site, il paraît que des hommes ou des femmes mariés s’inscrivaient sur des sites théoriquement réservés aux célibataires afin d’avoir une aventure d’un soir). Voilà, comme je l’ai moult fois répété ici : nous sommes adultes, capables de faire des choix et de prendre notre vie en main. Ce site est une tentation supplémentaire, une pomme de plus dans notre jardin d’Eden…

  136. Zab

    @Chafouin & Obi-Wan Kenobi
    « Les fondateurs de ce site sont-ils de gros crétins qui auront la responsabilité morale des tromperies qui seront consécutives à leur idée stupide? »

    Non, ce ne sont pas des crétins, seulement des cupides qui voient là une façon de faire de l’argent sans soucier du côté moral ou non de la chose.

    C’est mignon, chafouinou… lol

  137. @obiwan

    Les ayatollahs sont dans ton imagination. En attendant, les ayatollahs de la liberté sans limite ni entrave ont conduit à la fragilisation du couple et de la famille. Beau résultat, mais le pire est à venir, rassure-toi.

    A force de surtout voulori respecter la sacrosainte liberté des individus, one les conduit à leur perte. Mais bon, on s’en fout, chacun pour soi, hein.

    Et oui, sans problème, tu m’appelles chafouinou quand tu veux😉

    Et pour répondre à ton deuxième paragraphe, oui, le premier responsable est bien sûr celui qui trompe sa femme, on est d’accord là dessus! De même que le premier responsable d’un suicide, c’est celui qui se pend, pas celui qui fournit la corde. Cela n’empêche pas que celui qui fournit la corde, ou qui met en relation deux personnes mariées pour leur faciliter la tâche, a une responsabilité. Cel ane veut pas dire que sans lui, il ne serait pas passé quelque chose. Mais il a participé au truc.

    @Zab

    ça, c’est clair que l’argent est encore le moteur…. Sous ses airs de philantrope souhaitant aider l’homme à se réaliser enfin dans le polygaming, le fondateur de ce site est juste un type qui veut surfer sur l’appétit du sexe.

  138. Obi-Wan Kenobi

    « Autoriser tout et vous n’aurez plus sur terre que des “Bêtes”! On y arrive… pornographie partout et donc viols, pédophilie, ivrognerie… » Soph (tout court, hein, pas Sophocle)

    « Résultat : “la liberté-de-faire-des-conneries-si-ça-ne-dérange-pas-les-autres, qu’on est adulte et responsable” (Le Chafouin dixit).
    Cela explique aussi que des gens plutôt de droite se mettent à voter verts en ce moment.
    A mon avis, du point de vue juridique, il y a peut-être un petit problème. Au regard de des bonnes moeurs par exemple (même si les vieux libidineux de la Cour de cassation [pas tous] l’ont vidé d’une grande partie de son contenu). » NM

    « pour ce qui est de la famille, c’est de moins en moins sécurisant ou libérant, mais ça devient des modèles imposés par des gens plein d’idées ou d’intérêts personnels, qui se fichent pas mal du bonheur du citoyen lambda. » Do

    « Pour moi, ce site est une invitation publique à l’affaiblissement de la famille, une initiative favorisant, à court moyen et long terme, le divorce. Bref, il ne peut que contribuer à l’appauvrissement de la société via l’enrichissement de ses promoteurs.
    Je pense qu’on peut donc légitimement se poser cette question : faut-il l’interdire ? » Oscar

    J’espère t’avoir rafraîchi ta mémoire.

    Désolé si je ne partage pas le pessimisme ambiant et le refrain bien connu du tout-fout-l’camp. Malgré tous ces signes de l’annonce prochaine du grand chaos, j’ai même commis l’imprudence de fonder une famille !

    « A force de surtout vouloir respecter la sacrosainte liberté des individus, on les conduit à leur perte. Mais bon, on s’en fout, chacun pour soi, hein. » C’est là où tu t’égares, Chafouin. Trois grands principes guident ma pensée (à l’heure où l’on nous invite à débattre de « l’identité nationale ») : liberté, égalité, fraternité. Quand tu opposes le troisième avec le premier, j’ai la faiblesse de croire que ces trois principes ne sont pas inconciliables. C’est mon côté Charlotte Corday, faut pas m’en vouloir.

    @ Zab
    En règle générale, argent et moralité font assez mauvais ménage.

  139. Zab

    Par contre, argent et sexe vont souvent un peu trop bien ensemble…

  140. @Zab

    Donc autant en profiter…

    @Obiwan

    C’est qui, Soph?

    Je ne vois pas d’ayatollahisme dans ces propos, désolé. Va écouter Ali Khamenei parler et tu sauras ce qu’est un vrai ayatollah.

    Et ce n’est pas parce que tu as décidé de fonder une famille, et que bien d’autres le font, qu’il n’y a pas une perte des valeurs familiales et un manque de soutien public à cette institution de base de la société, qui est le premier refuge et la première protection de la personne. Quoi que tu en dises, il y a un recul de l’engagement (regarde le nombre de pacs, ce contrat qu’on résilie par fax). Sans dire que tout fout le camp, on peut s’interroger sur les causes de tout ceci.

    Et sinon, quel rapport avec la fraternité? Ici, on favorise la liberté (arbitraire) de l’un au détriment des intérêts (légitimes) d’un autre. C’est juste idiot. Quant à Charlotte Corday, tu sais où elle a fini, la pauvre!😉

  141. Zab

    @Le Chafouin
    « regarde le nombre de pacs, ce contrat qu’on résilie par fax »

    Gloups !
    On peut vraiment résilier un pacs par fax ?

  142. @Zab

    Non, c’était pour blaguer. En réalité, c’est par courrier envoyé au tribunal d’instance… C’est pas mieux…

  143. Oscar

    Me revoilà ! Je crois qu’Obi Wan se languissait de ma présence, et je ne veux pas le décevoir !🙂

    Ceci dit, je suis presque d’accord avec son dernier commentaire. Enfin ses deux derniers commentaires (je ne commenterai pas celui sur Chafouinou, que je trouve aussi très gentil).

    Effectivement, tout cela est laissé à notre responsabilité personnelle. J’ai bien aimé la phrase sur la pomme.

    Mais je vois dans ce cas une grosse différence : c’est que la famille est une institution sociale. Sans famille, il n’y a pas de société. Et autant une pomme de plus pourrait être acceptée dans notre jardin d’Eden (enfin, Eden, c’est pour le style, parce que franchement on en est loin), sous couvert de liberté (une liberté de faire le mal ?) individuelle, et quitte à mettre le bazar dans le jardin, autant je trouve très dangereux de produire une pomme qui risque de détruire le jardin lui-même.

  144. Obi-Wan Kenobi

    @ Chafouin :
    – Remonte plus haut, tu verras Soph dans les commentaires.
    – “A force de surtout vouloir respecter la sacrosainte liberté des individus, on les conduit à leur perte. Mais bon, on s’en fout, chacun pour soi, hein.” Relis bien tes deux phrases : la première parle de la liberté, la seconde indique que si l’on respecte cette liberté, c’est qu’on s’en fout, chacun pour soi, ce qui est bien l’inverse de la fraternité. Mais bon, là, on est vraiment sur une question rhétorique.
    – Sur le reste : hélas, je suis un incorrigible optimiste. Et une récente histoire de candidature à la tête d’un établissement public m’indique que même chez les divorcés, il peut subsister un véritable esprit de famille. Plaisanterie à part, j’ai la naïveté de croire que la société peut évoluer sans oublier l’essentiel. Et que chacun peut trouver son bonheur (ou tenter) sans forcément en passer par le modèle traditionnel mariage hétérosexuel, fidélité, enfants (avec monospace, pavillon et animal de compagnie). Je sais que nous tomberons difficilement d’accord sur ce point. (Mais par pitié, ne t’exile pas à Tradiland, ils y jouent très mal au poker).

    @ Oscar :
    pour paraphraser une chanson célèbre : je peux très bien me passer de toi.

    Sur la dernière partie de votre exposé, l’histoire des cultures et des civilisations nous enseignent que si la « famille » est effectivement à la base de toute société humaine, sa définition peut varier d’un endroit à un autre et d’une époque à une autre (ne le répétez à personne, mais il paraît que certaines peuplades pratiquent la polygamie).

  145. Zab

    @Obi-Wan Kenobi
    « mais il paraît que certaines peuplades pratiquent la polygamie »

    Vous oubliez celles qui pratiquent la polyandrie.😉

  146. Oscar

    @Obi
    Ah bon, certains peuples sont polygames ?! On ne m’avais pas prévenu !
    Cependant, chez ces peuples (qui, ne le répétez pas, ne sont pas les plus « civilisés ») il y a une première épouse, tandis que les autres ne sont que des concubines. Curieux non ?
    Et j’aimerais bien savoir combien de musulmans polygames s’inscriront sur le site…

  147. Obi-Wan Kenobi

    Merci de rectifier. Un peu plus et j’avais la Halde sur le dos.

  148. @Obiwan

    « Et que chacun peut trouver son bonheur (ou tenter) sans forcément en passer par le modèle traditionnel mariage hétérosexuel, fidélité, enfants (avec monospace, pavillon et animal de compagnie).  »

    Mais certainement! quoiqu’on pourrait chipoter sur la définition du mot bonheur. faire ce qui me plaît ne me paraît pas être une définition satisfaisante. Beaucoup croient être heureux quand ils ne font qu’obéir à leurs pulsions. Mais c’est un autre débat.

    Après, ce qui m’intéresse, puisqu’on parle Politique avec un grand « P », c’est l’intérêt de la société, pas seulement le bonheur individuel.

    P.S : J’appelle la Halde aussi sec. Et je mets les scellés sur ton commentaire en attendant qu’elle s’y intéresse. Non mais!😉

  149. Obi-Wan Kenobi

    @ Chafouin :

    le bonheur… C’est pas pour rien que ce sujet de philo tombe une fois tous les trois ans au bac.

    Sinon, pitié, pas la Halde. Tout mais pas la Halde…

  150. Pingback: Bqqmf » Meilleurs Vœux

  151. miss

    Après 31 ans de mariage, j’ai 50 ans et lui 57, j’ai surpris par hasard que mon mari faisait « ses courses » sur meetic et compagnie… c’est lamentable d’en arriver là ! et en plus il preuve de déni ! où sont les valeurs du mariage et de l’amour. Lui qui est super jaloux et possessif et bien… Si cela avait été moi, je vous raconte pas comment cela aurait fini. Il a tout gagné, j’ai demandé le divorce !

  152. @miss

    J’en suis désolé… Comme vous dites, c’est lamentable d’en arriver là, et ce doit être désolant de le découvrir. Bon courage à vous.

  153. Palladio

    Impossible de définir précisément la notion de « fidélité ». Chacun et chacune a la sienne, et reste responsable des transgressions aux limites qu’il, ou elle, a fixé.
    Certains couples, nombreux, ont une vie sexuelle épanouie et heureuse en pratiquant , sans tabou inutile, l’échangisme ou le triolisme. Ces couples là sont très solides, simplement parce qu’ils ont évacué avec courage les interdictions sociales ou religieuses qui pésent sur la sexualité.
    Créer un site qui permet aux hommes et aux femmes mariés de faire des rencontres extra conjugales, répond a leur besoin, et à leur manque de courage, de sortir du carcan social où ils sont enfermés.
    Je suis persuadé que les plus virulents prophètes de la vertu, ceux qui ne tolèrent aucune défaillance à la « fidélité » conjugale, sont tout autant et tout aussi fréquemment infidèles que celles et ceux qui n’associent pas indéfectiblement l’amour a la sexualité.

  154. @Palladio

    Vous appelez ceux qui pratiquent l’échangisme des courageux? Vous plaisantez. Ce sont juste des farfelus frustrés, voilà tout.

    On ne parle pas de ça, ici. On parle de ceux qui sont engagés dans un couple, et qui trompent sciemment leur conjoint. Vous êtes donc hors-sujet.

    Si vous considérez que la fidélité est un « tabou inutile » (mais vous seriez le premeir à râler si l’on vous mentait, à coup sûr!), ne vous engagez pas. Mais laissez les autres le faire si ça leur chante.

    Quant à votre chute, elle est pitoyable. Vous cherchez à vous rassurer à bon comtpe, mais vous ne faites que de l’incantation. Brisez votre tabou de votre côté, mais ne venez pas mettre la vertu de votre côté. Par pitié.

  155. Oui, c’est vrai que l’infidélité a toujours existé. Mais je ne peux m’empêcher de penser que les personnes adultères y étaient poussées par le hasard d’une rencontre, d’une fréquentation. Quelque chose qui leur tombe dessus, soudainement ou pas, et qu’ils l’aient inconsciemment ou pas souhaité.

    Mais là, c’est autre chose.

    On ne se « résoud » pas à l’infidélité. On la provoque, on la cherche, on la chasse, on s’en délecte d’avance.

    Vous avez raison, c’est abject !

  156. Palladio

    L’infidélité est abjecte. Soit. Etre infidèle, ce n’est pas bien, quelque soit la nature de l’infidélité. Trahir un ami, une cause, renoncer unilatéralement à une promesse, c’est toujours impardonnable.
    Mais associer fidélité conjugale à la vie sexuelle, c’est à la fois illusoire et beaucoup trop facile.
    Dans un couple, celui ou celle qui n’aime plus l’autre et qui ne lui dit pas est fondamentalement infidèle. Beaucoup de couples restent fondamentalement fidèles et unis alors qu’ils n’entretiennent plus aucune relation sexuelle. Beaucoup de couples sont fidèles en entretenant une vie sexuelle extra conjugale très active.

  157. @Palladio

    Je vois une différence claire entre celui qui malgré la disparition progressive de son amour, reste « fidèle » à son engagement vis-à-vis de l’autre, et celui qui se croit obligé d’aller « voir ailleurs ». Et quand on dit disparition de l’amour, que dit-on? Modification, peut-être, de cet amour!

    Je ne suis décidément pas convaincu par vos arguments. Ni par votre histoire de fidélité accompagnée d’une vie extraconjugale active.

  158. Pingback: Bilan pour l’année 2010 | Pensées d'outre-politique

  159. L’exclusivité amoureuse dans le cadre du couple n’est jamais, au mieux, qu’une sorte de contrat (tacite le plus souvent) : l’un s’engage à quelque chose (l’exclusivité amoureuse), en échange de quoi l’autre s’engage à autre chose (l’exclusivité amoureuse, ou simplement : rester avec son conjoint, dans le cas où seul un des membres du couple exige l’exclusivité). Tout contrat peut être rompu s’il ne convient plus à l’un des co-contractants, ou s’il n’est pas respecté par une des parties. Il libère l’autre de ses obligations et celui-ci peut partir si la situation ne lui convient pas, et cela peut donner lieu à des compensations en justice. Point. Le reste n’est que littérature…

    Je parie que vous seriez bien en peine de me citer une seule raison non-religieuse de juger immoral le comportement d’un couple dont chaque membre autoriserait l’autre à avoir une vie amoureuse avec des tiers. Après tout, on ne fait pas tant d’histoire en amitié… Pourquoi se compliquer la vie en amour ? Il est possible d’aimer plusieurs personnes à la fois comme il est possible d’avoir plusieurs amis. C’est un fait.

    Les adultères se rendent peut-être coupables de non-respect de contrat d’exclusivité, soit. A leur décharge, c’est un contrat difficile à tenir, contre-nature, et que les gens continuent d’imposer à leurs partenaires par pur conformisme non-réfléchi à la « morale » commune… Irait-on blâmer d’immoralité une famille de condition modeste qui ne parvient plus à payer son loyer ? Pourtant il s’agit là aussi d’une rupture de contrat… de bail, en l’occurrence. Mais d’un autre côté, on peut aussi se dire, avec humanité, que condamner cette famille à la rue, surtout en plein hiver, est inadmissible. Bref, les contrats sont importants, mais le respect du droit naturel prime. On ne peut pas renoncer par contrat à ses droits naturels, et je pense – mais là ce n’est que mon avis – qu’aimer est un droit naturel.

Un petit commentaire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s