Vidéo d’Hortefeux : mais quel rapport avec internet?

lechatAu sujet de la polémique engendrée par la diffusion des propos peu amènes tenus par Brice Hortefeux à l’université d’été de l’UMP, on a pu relever deux erreurs capitales chez les défenseurs comme chez les opposants du ministre de l’Intérieur, qui prêtent à internet un rôle qui n’est pas le sien. Cessons de fantasmer sur ce qui n’est qu’un média!

Mais quelle mouche les a piqués, ceux pour lesquels internet représente la liberté absolue et l’avenir du combat politique, et ceux pour qui il n’est qu’un espace peu maîtrisable et donc potentiellement dangereux? Dans le sdeux camps, on sombre dans la caricature quant au rôle joué par ce formidable média dans ce qu’il convient d’appeler « l’affaire Hortefeux ».

Il y a d’abord les résistants de service, un brin paranos, qui se réjouissent de voir que grâce à internet, on a pu contourner la censure injustement mis en place par les chaînes de télévision publiques, coupables avant tout procès d’être à la botte du pouvoir en place. Ainsi peut-on lire chez Peuples.net :

Tout plaide en faveur du web, en ce qui concerne les libertés individuelles, de l’information, ainsi que pour la richesse des points de vues et des informations véhiculées. Il y’a tout et son contraire, et en cela le Web fait appel aux pré-requis scolaires de chacun d’entre-nous: capacité d’analyse et de contradiction, recul vis-à-vis de ce qui nous est présenté. Le web n’a pour l’instant aucune tutelle, si ce n’est Google. Et en cela, il est évidemment source de tourments lorsque l’on essaye de maitriser l’information.

Tout plaide en faveur du web, vraiment? Moi, je pensais qu’un média n’était qu’un outil, une caisse de résonnance. C’est bien simple : ceux qui exagèrent le rôle du net fantasment tout autant que ceux de l’autre bord, les Henri Guaino, les Jean-François Copé, qui clament haut et fort, suite à cette polémique, qu’internet représente le danger. Pour tout dire, on pourrait même croire qu’ils font leur jeu.

Guaino concède qu’ « internet n’est pas dangereux en soi », que c’est « ce qu’on en fait qui est dangereux », mais le conseiller du président appelle à la régulation de cet espace : « Il ne peut y avoir de zone de non-droit, une zone de non-morale. il ne peut y avoir de zones qui échappent à toutes les obligations, els exigences sociales, ça n’est pas possible ».

Là, on a le souffle coupé : internet échapperait à toute loi? Il s’agirait d’un lieu invraisemblable où l’ont pourrait tenir toutes sortes de propos qui échapperait aux règles édictées dans ce pays? Mais M. Guaino, la loi s’applique partout, y compris sur internet. A moins que pour vous, l’absence de morale, ce soit la possibilité de contester de façon virulente la politique menée par le gouvernement?

Que ce soit clair : le lynchage de Brice Hortefeux, que regrette Henri Guaino, ne s’est pas déroulé sur internet. Ce n’est pas l’article de peuples.net, de Srkofrance, de Dargouik, de PMA, que les Français retiendront. C’est la saillie de Benoît Hamon, celle de Martine Aubry, ou encore celle d’Aurélie Filipetti.

Copé est sur une ligne un peu différente, puisqu’il tente d’aller au fond du problème que ces images posent quant au rôle des médias et à leur façon de travailler : « Je crains que si on met sur un pied d’égalité des images comme celles-ci, dont je persiste à dire qu’elles sont sorties de leur contexte, avec d’authentiques reportages, il y a un vrai risque de discrédit pour votre profession ». En effet, le journalisme de caniveau, c’est un vrai risque.

Mais le président du groupe UMP à l’Assemblée fait la même erreur que le conseiller élyséen, puisqu’il prévient : « Il faudra un jour ou l’autre qu’on assume un débat public sur internet et la liberté (…) Cet immense espace qu’est internet, dans lequel on peut finalement diffuser n’importe quelle image, la tronquer dans tous les sens… »

Pourquoi les supporters comme les détracteurs d’Hortefeux se trompent-ils lourdement? Eh bien tout simplement, parce qu’internet n’a joué aucun rôle dans la diffusion au grand public de cette vidéo. Comme l’analyse Nicolas Vanbremeersch sur Slate.fr, cette fois-ci, la vidéo d’où vient le scandale n’a pas été publiée sur internet avant d’être reprise, face au buzz, par les médias traditionnels, mais elle a bel et bien été « lâchée » par le site web d’un média dit de référence. La nuance est immense!

« Le web, l’internaute, la source citoyenne, la caméra amateur, dans tout cela est absente. On est dans un phénomène qui concerne la profession des faiseurs professionnels d’info », note Versac.

Internet n’est donc pas au coeur du buzz, il a juste été le vecteur de diffusion initial de la vidéo : un média choisi pour son immédiateté. La véritable question est donc davantage celle de la course à l’info entre différents médias, qui veulent être les premiers à « créer l’événement » (j’entends des collègues utiliser assez souvent cette expression, que je trouve ignoble), coûte que coûte, que celle de l’outil utilisé pour tailler des croupières à ses concurrents.

5 Commentaires

Classé dans Blogs, Médias/journalistes

5 réponses à “Vidéo d’Hortefeux : mais quel rapport avec internet?

  1. Rien à rajouter. Excellent, excellent billet.

  2. Il faut également préciser qu’Internet a été utilisé dans le cas présent comme un outil de libération de la parole journalistique, et non pas dans l’unique but de faire du buzz.

    Les journalistes qui ont tourné cette vidéo ont essayé de la faire diffuser sur LCP-AN, puis sur Public Sénat. Pour refuser, la rédaction de la première a argué de manque de temps pour pouvoir rajouter les transcrits, la seconde a refusé également pour des raisons obscures.

    Semble-t-il, l’un des journalistes de la rédaction de Public Sénat, fort mécontent de cette décision, qu’il estimait consécutive d’une peur panique de pressions politiques probables, a envoyé cette vidéo à l’un de ses amis et collègues du journal Le Monde. Lui demandant d’en diffuser un extrait, afin d’obtenir l’autorisation de sa rédaction de lâcher la vidéo entière par la suite…

  3. @Raveline

    Merci!

    @AymericPontier

    Selon Marianne, la vidéo a été envoyée à de nombreux médias mais Le Monde aurait dégainé en premier…

  4. cilia

    Très très bon billet.

    Dans un récent C ds l’air, Thréard parlait du travail, de la responsabilité du journaliste de transmettre ce qui est véritablement de l’information, donc, en amont, de faire un tri. Or cette vidéo est-elle une information ?
    Informer et créer l’événement ne sont synonymes. On peut craindre que des journalistes l’oublient de plus en plus.
    Et si internet n’est pas responsable puisqu’il n’est qu’un outil, tout comme les téléphones portables, on peut aussi réfléchir aux conséquences que l’existence d’un nouvel outil entraîne sur nos comportements.

  5. @cilia

    Bien vu!

    La première réaction que j’ai eue en voyant cette vidéo c’est « mais ce n’est pas de l’info! »

    Car la conséquence de cette diffusion, c’est de se dire « Hortefeux est raciste ». Ce qui d’une part n’est pas vérifiable au vu de cette seule vidéo, et d’autre part, ce qui est du militantisme pur et simple. Ce n’est pas le rôle d’un journaliste que de dire « Hortefeux est raciste ». Poster cette vidéo, sans mise en perspective, se résumait à cela…

    Et certes, Internet a des conséquences très importantes sur le métier de journaliste. Je ne développerai pas outre-mesure, mais en gros, ça a un epart de positif puisque cet outil nous permet d’ajouter de l’image et de la vidéo sur des sujets donnés, et de mettre en lien des articles les uns avec les autres, ce qui est super quand on travaille dans un journal. Mais le gros souci, c’est l’immédiateté. ça nous conduit à éventuellement dire des bêtises, puisqu’on transige avec le recoupement des sources. Et ça nous conduit à se dispenser de recul.

    Mais en tout état de cause, il n’est pas quesiton de « liberté », ça n’a rien à vroi avec ça. la loi s’applique, et si on fait une boulette, et bien le droit parlera. Ce n’est sûrement pas aux politiques à se mêler de la conduite éthique du monde.fr.

Un petit commentaire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s