« La dictature de l’expression des opinions bêtifiantes »

Bénedicte Desforges se lâche, pour notre plus grand bonheur :

Cette frénésie propre à Internet qui consiste à déverser son opinion partout et sur tout, me saoule.
De plus en plus rares sont ceux qui admettent sereinement qu’il existe des sujets sur lesquels ils n’ont rien à dire, ou trop peu pour que la chose mérite d’être exprimée et rendue publique. C’est exactement le contraire qui se passe. Comme si le simple énoncé d’un avis abolissait la frontière entre les domaines du néophyte et de l’expert. Tout le monde se doit de parler de tout, d’intervenir partout, et de fait, le nombre aidant, entrainer n’importe quel thème abordé dans une désastreuse médiocrité rarement atteinte avant l’ère du web 2.0.

Le sentiment de passer pour un con appartient à un temps révolu, et a disparu des structures mentales de l’internaute. Il faut juste qu’il cause, s’émeuve, s’agace, et surtout qu’il participe au bavardage pandémique, et laisse sa trace pour trouver une place dans le magma numérique.

Dans cette immédiateté facilitée, tout se dit dans l’urgence. On ne réfléchit plus trop, on s’exprime à la manière des micros-trottoirs, dans la gueulante ou l’émotion plutôt que le raisonnement. (…)

Trêve de démagogie et de simulation de copinage, toutes les opinions ne se valent pas. (…)

La dictature de l’expression des opinions débiles ou bêtifiantes qui veulent exister au même rang que les authentiques argumentations, je m’en tape.(…)

Internet est une illusion de débat. Il ne s’y passe pas grand-chose de conséquent hormis une hallucinante dépense d’énergie et de temps, à la manière d’un grand jeu de société.
Pendant ce temps, le monde tourne…

Merci, Bénédicte. C’est vrai que le principe d’un blog, c’est de parler de soi, et donc fatalement, de ses opinions, quand bien même elles ne seraient pas très étayées. Mais c’est justement ce qui différencie le bon blog du mauvais blog : le premier apporte une plus-value à l’information ou l’opinion qu’il transmet, que ce soit par l’humour, le style, l’originalité, ou l’expertise.

Bénedicte a les quatre. Et en plus, elle a la gnaque.

Publicités

6 Commentaires

Classé dans Blogs

6 réponses à “« La dictature de l’expression des opinions bêtifiantes »

  1. Magnifique plume !

    Je ne suis pas nécessairement d’accord avec les arguments qu’elle développe mais diable, quelle poésie dans la violence de ses propos !

  2. Merci ! Z’êtes très urbain !
    🙂

  3. Lafliquette a du bagout, de la hargne et un tantinet de poésie, sans doute aussi, une haute opinion d’elle-même… Nulle n’est parfaite:)

  4. h16

    « Ici, quand je veux, je censure ou j’envoie chier. C’est comme ça. »

    Intéressante, finalement, cette position très libérale d’affirmer la propriété de son blog : c’est chez moi et je peux donc censurer ce que je veux.

    Je plussoie évidemment.

  5. do

    Pour une fois, je ne suis pas tellement d’accord.
    Oui, il y a des blogs « meilleurs »que d’autres « pour untel », et je crois que, comme à l’oral, l’expression peut rester dans la critique stérile, ou être le lieu privilégié d’une évolution.
    Cela dit, on ne s’est pas tellement étonné des joutes orales de bistrots ou des commérages, mais maintenant que ça reste par écrit, on se permet des jugements sur les propos qui sont aussi des jugements sur les personnes. Il faut faire attention là encore de ne pas juger l’autre parce qu’il est différent de soi dans sa capacité à formuler sa pensée.
    Que chacun puisse s’exprimer, c’est bien.
    Par écrit, c’est bien aussi.
    Mais peut-être faut-il que l’on ait la patience d’attendre que les personnes se forment à cette discipline nouvelle. Des choses s’organisent, ce qui est retenu, c’est ce qui est bon, le reste passe, des critères se mettent en place; soyons indulgents envers ceux qui ne savent pas s’exprimer aussi bien que d’autres, qui n’ont pas la rigueur de faire des recherches approfondies, et qui se heurtent oralement: ils expriment quelque chose qu’ils pressentent, et s’exposent à le dire et à lire quelque chose de contradictoire, qui enrichit leurs connaissances, même si la réaction est épidermique. c’est déjà une forme de lecture chez des gens qui parfois ne liraient rien sinon, et un progrès par rapport à la violence physique. Ce qui serait condamnable, c’est l’incitation à la violence physique ou psychologique, mais la loi le réprime déjà.
    Je trouve cet article très critique, je ne suis pas sûre qu’il soit fondamentalement différent de certaines réactions dites « débiles » sur le fond: c’est juste la forme qui est plus élaborée, mais là, on instaure vite un système de castes.
    En gros, si les mauvais ne devaient plus faire de blogs, qui aurait autorité pour différencier les bons des mauvais?

  6. schydlowsky ALAIN

    Trop de démocratie tue la démocratie.on s’exprime
    parfois comme on pète.Il y a lieu de restructurer
    ce concept n’est-ce pas Bénédicte, « fait ce que je te dis mais pas ce que je fais »la meilleure défense c’est l’attaque » balayons devant nos portes avant de
    se làcher pour le bonheur de son égo.Loin d’ètre un adepte _àl’origine ,en tout cas_ d’internet je crois savoir que cet outil n’est globalement pas conçu pour réaliser des monuments littéraires.

Un petit commentaire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s