Retraite des mères : quand sortira-t-on de la logique comptable?

mereAvec un tantinet de retard, mais une détermination intacte, je voulais revenir sur le sombre avenir qui pèse sur la retraites des femmes ayant elevé un ou plusieurs enfants. Sujet qui montre ô combien comment le gouvernement Sarkozy se fiche comme d’une guigne de la politique familiale de ce pays, et comment l’obsession égalitariste va finir par tous nous mettre tout nus, histoire qu’on soit tous pareils, avec un plus petit dénominateur commun.

Les faits sont connus depuis plusieurs mois, mais ils n’ont été confirmés et précisés que cet été : le gouvernement se prépare à réformer en profondeur la retraite des mères de famille, qui depuis 1971, bénéficient lors de leur départ à la retraite d’un bonus pour chaque enfant qu’elles ont élevé. C’est ce qu’on appelle, cramponnez-vous bien à votre fauteuil, une MDA, comme majoration de durée d’assurance. Il ne s’agit pas de partir plus tôt que les autres en retraite, mais de disposer d’un coup de pouce, qui équivaut à deux années maximum de cotisation par enfant élevé.

Koz a bien disséqué et analysé l’origine du projet de remise à plat de cet avantage, qui devrait figurer dans le projet de budget de la Sécurité sociale pour 2010, examiné fin octobre. Figurez-vous qu’officiellement, il s’agit, ni plus ni moins, de mettre fin à un dispositif jugé inégalitaire, puisqu’il ne bénéficie qu’aux femmes! Une conclusion d’abord initiée par l’inénarrable Halde, dont la bêtise crasse ne nous étonne même plus. Eh ouais. Puisque les pères ne bénéficient pas de ce bonus, c’est injuste. Tralalalalère.

Peu importe, dans ces esprits atrophiés, que ces pères soient une infime minorité à prendre en charge l’éducation de leurs enfants. Peu importe que les mères, qui en constituent les bataillons les plus fournis, en subissent les conséquences chaque jour, dans leur vie professionnelle. Selon une étude citée dans Libération par Pascale Coton, de la CFTC, « 70% des employeurs déclarent préférer recruter un homme plutôt qu’une femme, notamment en raison des problèmes liés à la maternité (congé de maternité, congé parental, enfants malades…) ». Pour une poignée d’hommes, absolument pas touchés par ces désagréments, on est prêt à sacrifier une nuée de femmes! Ce doit être le prix à payer pour la modernité, sans doute. Taillons dans le vif! D’ailleurs, qu’est-ce qu’on en a à faire, de l’éducation des enfants? La famille, c’est un truc de pétainistes, ça.

Suite à cette recommandation de la Halde, d’autres se sont donc infiltrés dans la brèche : le Conseil d’Etat, puis la Cour de cassation, ont rendu des arrêts allant dans ce sens : pour que le dispositif demeure légal, les hommes doivent en bénéficier. Dès lors, notre pauvre gouvernement est contraint d’agir. Comprenez bien : il y a insécurité juridique! Il est obligé de légiférer! Une main sur le coeur, l’autre  sur les yeux, pour masquer ses larmes, le ministère du Travail (dirigé par Xavier Darcos, le même qui a expliqué être tombé amoureux de la dernière encyclique du pape) se retranche derrière ces arrêts pour justifier sa décision. « Au fur et à mesure que les pères de familles vont déposer leur dossier de retraite, on peut craindre qu’ils demandent cette majoration au même titre que les femmes. Or, avec la loi actuelle, nous ne pouvons toujours pas la leur accorder », nous raconte Danièle Karniewicz, présidente du conseil d’administration de la Caisse nationale d’assurance vieillesse (Cnav).

Dans votre entourage, vous en connaissez beaucoup, vous, des hommes qui prennent un congé parental pour élever leur enfant? Sacrée insécurité juridique!

Comme Koz le souligne, on peut aussi voir les choses ainsi : « Le pouvoir politique qui, n’assumant pas le rôle qui lui est donné par le peuple et confortant un soupçon de partialité à son encontre, se défausse sur des autorités administratives indépendantes ». Ou sur les juridictions administratives et judiciaires, c’est selon.

Qui peut croire un instant qu’une décision, fût elle prise par la plus haute juridiction civile, s’impose au législateur? Toute jurisprudence est appelée à être « cassée » : la légitimité procède, en démocratie, de la volonté populaire issue des urnes, et qui l’exprime par l’intermédiaire de ses représentants. La Halde et la Cour de Cassation ne bénéficient même pas d’une once de cette légitimité.

La vraie raison est ailleurs, comme le rappelle Famille Chrétienne : « Selon le Conseil d’orientation des retraites (COR), ces MDA coûtent quelque 6 milliards d’euros par an. Autant d’argent économisé si elles étaient supprimées, mais impliquant une nette baisse  des retraites des femmes :  20% en moyenne, aggravant encore l’écart avec celles des hommes  ! »

Comme en matière de Justice ou de Sécurité, ce gouvernement n’a qu’une logique comptable, en dépit des belles phrases qu’il prononce. Souvenez-vous de la politique de civilisation! Pas étonnant qu’il privilégie donc les économies à court terme. Pourtant, le coût d’une politique familiale peut aussi être considéré comme un bénéfice  à long terme : aider les parents à éduquer eux-mêmes leurs enfants s’ils le souhaitent, plutôt que de confier cette tâche à l’Etat, dont ce n’est pas le rôle, c’est obtenir plus tard un retour sur investissement. Sans compter que la question des enfants est intimement liée au problème des retraites! Le serpent se mord la queue : en agissant de la sorte, pour gagner 6 milliards, l’Etat plombe lui-même leur financement.

Et au sujet des inégalités issues de la nature (quoi qu’on en dise, ce seront toujours les femmes qui accoucheront), il serait temps qu’on s’accorde sur le fait que l’Etat n’est pas là pour les supprimer, mais pour tenter de les atténuer, de les compenser, et de faire en sorte qu’elles ne se transforment pas en injustice.

Je connais un exemple concret dans ma famille : une mère qui choisit d’arrêter de travailler pour éduquer ses enfants, qui reprend le travail quinze ans plus tard, nécessité fait loi, et qui voit son mari décéder quelques années après. Eh bien tant pis pour elle : on considérera qu’elle n’a pas suffisamment travaillé pour la collectivité, sans doute.

Advertisements

20 Commentaires

Classé dans Société

20 réponses à “Retraite des mères : quand sortira-t-on de la logique comptable?

  1. RoseNoire

    Comme on dit, l’enfer est pavé de bonnes intentions. J’ai une méfiance viscérale pour certains redresseurs de torts auto-proclamés qui, prétendant combattre une inégalité (réelle ou supposée), finissent par accoucher (c’est le cas de le dire) d’inégalités plus profondes encore.
    Quant à la logique comptable et aux vues étriquées, à court terme, je n’ai rien à rajouter à ce très bon billet.

  2. Ce qui ne m’empêche pas de te remercier pour ce compliment 😉

  3. L’obsession égalitariste de la politique de Nicolas Sarkozy ?

    Tu dis ça pour faire rigoler tes lecteurs de gauche ? C’est gentil.

  4. L’obsession égalitariste de notre société, comme tu l’auras compris! La droite ne fait pas exception. D’ailleus, la Halde est sa création.

  5. Adrien

    Je ne connais pas en détail le contenu du projet, mais s’agit-il vraiment de supprimer simplement cette aide ? Ou ne s’agirait-il pas plutôt (c’est ce que j’ai entendu, mais je peux me tromper) de la rendre accessible à l’homme également, en fonction de celui qui prend le congé parental ?

    Dans le second cas, je ne vois pas où est le scandale : un des deux parents, n’importe lequel, choisit de s’arrêter, et c’est lui qui est aidé pour la retraite.
    Dans le premier cas, en revanche, je reconnais qu’il y a problème …

  6. @Adrien

    je n’ai aps abordé cette question mais j’ai lu qu’il n’était pas question de l’étendre à l’homme : ça coûterait trop cher. On aurait pu en revanche imaginer de le réserver au « parent qui élève son enfant », mais visiblement, ce n’est pas dans les projets du gouvernement.

    Enfin, il ne s’agit pas de supprimer ce coup de pouce, mais de le réduire : j’ai cru comprendre que parmi les solutions retenues, il y a celle de rapprocher le statut du parent qui élève de celui de la fonction publique : on passerait de deux annuités à six mois.

  7. sysedit

    De ce que j’en ai entendu, il est effectivement question de l’étendre aux hommes ; cependant, le raccourci suivant a été pris: si on l’étend aux hommes, ça coutera 2 fois plus cher, et en ces temps de disette c’est impensable.
    Du coup, on l’étend aux hommes, mais en diminuant l’aide pour rentrer dans les frais.

    Pourquoi toutes ces belles idées de réduction de coûts ne s’appliquent-elles pas aussi à l’État lui-même ?

    Est-il normal qu’un député-maire, qui donc passe 50% de son temps à sa mairie, 50% de son temps à l’assemblée (ou en permanence, terrain…) gagne autant qu’un maire à 100% et un député à 100% ?

    La question s’applique à tous les cumulards, comme par exemple le président de la Halde, du CA de Renault, AstraZeneca, du conseil de surveillance du monde, membre des conseils de surveillence d’une multitude de petites pme comme veolia …
    (http://fr.wikipedia.org/wiki/Haute_autorit%C3%A9_de_lutte_contre_les_discriminations_et_pour_l%27%C3%A9galit%C3%A9#R.C3.A9mun.C3.A9rations).

    Toutes ces économies permettraient, sans aucun doute, de reconnaitre et de récompenser ce qui est un vrai travail: éduquer ses enfants.

  8. dominique

    Il y a quelque chose que je ne comprends pas bien, c’est que le dispositif actuel permet aux femmes de partir en retraite jusqu’à deux ans plus tôt, mais (me semblait-il) indépendamment du fait qu’elles aient ou non pris de congé parental, non ? Lequel congé parental (enfin le dispositif fiscal) s’arrête de toute façon aux trois ans du bambin, et, comme il est financé par la SS (de mémoire) il compte tout de même comme une « période d’activité » (ce qui n’est d’ailleurs que trop vrai, avoir des enfants est un emploi à plein temps !), de même que le congé maternité proprement dit.
    Je ne suis pas pour ce changement proposé, mais pour ce qui est de « l’éducation des enfants », force est de constater qu’elle ne s’arrête pas aux trois ans de l’enfant. Et dans la société actuelle, où tant de familles éclatent, comment justifier qu’un seul des deux parents puisse bénéficier de ce traitement si l’enfant a été élevé dans le régime « une-semaine-sur-deux-et-la-moitié-des-vacances-scolaires » ?
    Une bonne solution ne serait-elle pas de garder le dispositif actuel, mais en proposant aux parents de se partager le bonus ? (encore que dans le cas de divorce, cela risquerait sans doute de passer devant le tribunal, on n’en sort pas…)

  9. @Nicolas

    J’ai vu… mais pour moi, la Halde n’est pas un « machin de droite » servant à justifier des positions conservatrices, mais un « bidule de gauche » (derrière laquelle court la droite sur les questions de société) converti à l’idéologie de l’égalitarisme. Un truc dangereux et inutile à supprimer d’urgence.

    @sysedit

    Dan sle mêm eiordre d’idées, l’Etat ne cesse de diminuer les dépenses, et d’augmenter ses recettes. Pourtant,le déficit est toujours aussi énorme… Et qu’on ne me parle pas de la crise.

    @dominique

    Je suis nul en technique, je ne saurai répondre au début de votre commentaire. En revanche, sur la fin, je dirai qu’en principe, ce qui est gagné par la femme n’est pas forcément perdu pour l’homme si on parle de couple. Sauf bien sûr si on a une conception réductrice de ce dernier;) c’est vrai qu’à l’heure où un couple sur trois divorce…

  10. Le Chafouin,

    On ne va pas négocier ! 😉

    Pour moi « bidule de droite », c’était « bidule créé par la droite pour faire croire qu’elle est égalitariste ».

  11. do

    moi, je trouve très inégalitaire que les hommes aient un zizi et pas les femmes!

    quand-est-ce que le Halde va enfin exiger que tous les hommes se fassent opérer, qu’on en finisse?

  12. @do

    ça me paraît nécessaire, oui, comme ça les hommes arrêteront de jouer à qui fait pipi le plus loin.

    @Nicolas

    Quand tu vois au jour le jour ce que fais ce bidule, tu vois qu’il ne fait pas seulement « mine » d’être égalitariste!

  13. Cher Chafoin,
    joli billet, j’attends le prochain sur le douloureux problème des pension de réversion pour les femmes qui n’ont eu qu’un seul tort: laisser leur mari bosser pour s’occuper de la famille

    biz

  14. @corto 74

    Problème qui concerne aussi l’exemple que j’ai cité plus haut!

  15. dominique

    En fait, le vrai problème, c’est que le système a été mis en place pour inciter les femmes à avoir des enfants. Pour les hommes, personne n’est dupe, ils sont toujours partant, au moins pour les 5 premières minutes de grossesse… Et si les femmes avaient besoin d’être incitées, c’est qu’il est universellement reconnu que leur carrière en souffre.

  16. Laloose

    Excellent rappel sur l’éminente supériorité du législatif sur le judicaire en terme de légitimité démocratique. Navrant de voir à quel point ces politiques essaient de nous pipoter par tous les moyens dès qu’ils peuvent arriver à se défausser…

    Sur le projet en lui-même, le flou semble être de mise, et ton post n’indique pas clairement quelle peut être l’option retenue au final : Il ne me semble clairement pas avoir vu que le projet était de supprimer la retraite des mères de famille, mais plutôt de répartir les quelques 6 milliards entre les parents qui ont eu effectivement charge d’éducation, ce qui ne semble pas choquant dans l’absolu.
    Le flou régnant n’est-il pas la marque d’un énième ballon d’essai lancé pour tester les réactions?

  17. pelmer

    Excellent billet, merci. Ce gouvernement nous prend pour des imbéciles, mais grâce à ta vigilance, ça ne prendra pas !

  18. do

    @ le chafouin :
    ah bon! vous jouez à ça?

  19. @dominique

    N’est-ce pas le but d’une politique familiale? Sans enfants, une société meurt. Il suffit de voir ce que donne le système des retraites! Or quand on connaît l’échec de l’intégration dans notre pays, il est suicidaire de vouloir remplacer la politique familiale par une politique d’immigration choisie.

    Ceci étant dit, je pense que ce genre de mesure est d’avantage fait pour récompenser celles qui choisissent de s’arrêter momentanément de travailler (compensation) pour élever leurs enfants, plutôt que pour les inciter à avoir des enfants.

    @laloose

    Je n’ai pas pu accéder en détail au projet, puisque comme tu dis, il n’est pas ficelé. Comme d’habitude, on teste en annonçant un projet et une date d’exécution proche dans le temps.

    Perso, de ce que j’en ai lu, j’ai clairement vu qu’il était question de diminuer de manière conséquente la durée de ces MDA.

    @do

    Mais non, mais non !;)

Un petit commentaire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s