Bridoire, le château oublié à la recherche du temps perdu

bridoire1Bridoire. Château oublié, château abandonné. Perdu au fin fond de la commune de Ribagnac, au cœur du Périgord pourpre, ce joyau dont les parties les plus anciennes remontent au XIIème a résisté aux assauts de la guerre de Cent Ans, mais pas à l’amnésie, aux affres du XXème siècle. Ignoré de tous les circuits touristiques, comme banni du cercle restreint des « châteaux forts », il semble prendre son mal en patience, le bougre. Il faut pourtant le contempler, avec ses hautes toitures caractéristiques, ses murs épais, ses créneaux solides, son chemin de ronde. L’admirer avec ses douves, son donjon sur lequel ne flotte plus aucun étendard. Et pleurer avec lui sur son funeste destin.

Car à l’entrée, point de guichet, point de queue impatiente, point non plus de boutique attrape touristes. Un panneau interdit l’entrée du parc en tentant de dissuader les curieux : « Danger – Pièges ». Château perdu, l’on vous dit. Mais n’en faisant qu’à votre tête, vous pouvez insister. Pénétrer malgré tout dans l’enceinte. Farfouiller autour de cette relique d’un autre siècle. Emprunter le petit chemin creux qui contourne le château sur son flanc est. Errer au pied des fières murailles, pendant que la magie des pierres taillées vous envahit. Mais rapidement, le malaise s’installe : à l’intérieur du château, règne un silence de mort.bridoire2 Une sensation étrange vous prend à la gorge, comme lorsque vous débarquez dans un village perdu, où les commerces, les écoles ont disparu, où même l’église a fermé ses portes à jamais. C’est alors que vous réalisez peu à peu l’ampleur de la catastrophe, face à l’irrésistible beauté des lieux. Face à la majesté de la forteresse maudite.

C’est au début des années 70 que le mauvais œil s’est posé sur Bridoire. Le site a été acheté par un cabinet d’affaires sénégalais, pour le compte d’un mystérieux monarque africain. Si le nom de Bokassa est régulièrement cité, nul ne connaît l’identité de celui qui a laissé le site sombrer dans le chaos et la honte. Car son heureux propriétaire n’a jamais pris possession des lieux. Les mauvaises herbes, les ronces et le lierre l’ont fait à sa place. Puis ce fut au tour des vagabonds, squatteurs et pilleurs de flairer en Bridoire la poule aux œufs d’or. IMG_6361Méthodiquement, le bastion a été vidé de tous ses ravissants atours. Meubles, tapisseries, boiseries, tout ce qui avait fait la renommée et la splendeur de la place-forte s’est envolé, par la négligence de son propriétaire et la cupidité de quelques aventuriers avides d’antiquités.

Dans le même temps, l’eau prenait ses aises à travers la toiture affaissée de la forteresse, avec son lot de crasse, de moisissure et de pourriture. Bridoire ne doit finalement son salut, comme c’est souvent le cas en matière de patrimoine, qu’à une poignée d’amateurs d’art et de vieilles pierres, qui ont remplacé les soldats aux défenses du château. Luttant pied à pied, à coups de tortueuses procédures, contre l’indélicat acheteur du domaine, ils finirent par remporter une décisive bataille : l’expropriation pour cause d’utilité publique, qui est définitive depuis janvier dernier. IMG_6364Désormais, le fanion du ministère de la Culture a repris possession du bastion. Et la restauration a pu commencer, sous l’égide du conseil général de la Dordogne. Le temps des larmes est peut-être achevé pour Bridoire, celui des rires peut reprendre. Les herbes folles, peu à peu, vident les lieux. La couverture, les tuiles, ont été remplacées. Certes, il faudra sans doute bien des années avant que le château puisse retrouver son lustre d’antan. Et il n’est pas sûr que les Périgourdins, qui se sont battus pour lui, retrouvent ce joyau dans leur patrimoine, puisque le ministère de la Culture a annoncé que le château serait vendu aux enchères à la fin de l’année. Mais le renouveau pointe le bout de son nez : une seconde vie pour ce site abandonné de tous…

11 Commentaires

Classé dans Chafouinage, Histoire

11 réponses à “Bridoire, le château oublié à la recherche du temps perdu

  1. menez

    Merci pour ce joli récit qui donne envie de découvrir les coins et recoins cachés du Périgord.

  2. cilia

    Voilà un billet qui nous laisse, me laisse pour le moins, ni heureux ni malheureux.
    Je vais choisir d’être optimiste et me réjouir qu’il existe cette possibilité d’expropriation pour cause d’utilité publique, puisqu’après tout, le nouveau propriétaire, après enchères, pourra se trouver pareillement exproprié en cas d’abandon flagrant.

    …et regretter de ne pas vivre plus près de Bridoire pour aller donner un peu de mon temps et de mes bras… à moins que près de chez moi existent des situations comparables ?
    Connais-tu un ou des sites qui pourraient me renseigner ?

  3. @cilia

    Je pense que le conseil général se débrouillera pour faire en sorte que le propriétaire soit contraint d’agir. Le souci avec le précédent, c’est qu’on ne connaissait pas son identité, et qu’il était étranger.

    Le seul risque, je trouve, c’est que le nouveau propriétaire ne ferme le chateau aux visites, alors mêmes que ce sont des citoyens qui se sont battus pour qu’il ne disparaisse pas. Et que c’est la collectivité qui a payé d’importants travaux de rénovation.

    Ceci dit, tu peux toujours adhérer à l’association, si le coeur t’en dit (elle est en lien), quant à trouver un château perdu là où tu habites, je ne sais pas du tout comment tu pourrais faire!

  4. Laloose

    Bravo chafouin, grâce à toi Bridoire sort un peu de l’anonymat dans lequel son ex-propriétaire indélicat l’a plongé… Espérons que le futur sera un peu plus riant pour ce chateau qui mérite nettement mieux, et pour les périgourdins qui sont injustement privés d’une part de leur patrimoine.
    Egalement navrant de voir qu’une administration peut être à ce point aveugle, et stupide au point de ne pas consulter une asso qui s’est battue pendant des années pour la sauvegarde du site…

  5. Indélicat? Carrément criminel, oui!!😉

    J’ai lu dans l’article de sud ouest, cité en lien dans le billet, que les prochaines journées du patrimoine seraient peut-être la dernière occasion de la visiter avant longtemps. Et peut-être la dernière tout court…

    Le problème, avec les enchères, c’est qu’on ne maîtrise pas l’identité du propriétaire… Quant à l’asso, oui, elle peut se dire qu’elle a bien bossé… mais n’a pas tellement été récompensé, hormis la satisfaction de voir Bridoire sauvé au moins au point de vue matériel.

  6. le gobbi énervé

    Ce château faisant partie des 1700 biens de l’Etat à vendre, va être vendu probablement à un privé fortuné cette année 2010. (voir le site de France Domaine).Tout le patrimoine de la France échappe au peuple…

  7. Merci de l’info… Le problème c’est aussi que l’Etat brade son patrimoine…

  8. Bonjour,
    je viens de recevoir un courrier de l’association pour la sauvegarde de Bridoire, vu que je me présente aux élections cantonales de Mars.
    Je porte haut et fort les couleurs de Europe écologie les Verts et suis un paysan vigneron bio depuis 1989 date de mon installation sur le domaine familial.
    L’association m’interpelle pour savoir quel est ma position sur le sujet:
    il est clair que pour moi Bridoire doit resté dans le domaine public avec une mise en valeur de ce patrimoine cher à mon coeur.
    Le canton de Sigoulès doit par le biais du conseil général et régional devenir propriétaire de ce splendide château .
    Ce magnifique domaine pourrait abriter différents pôles:
    Un conservatoire de variété d’arbres fruitiers, de maraichage, de ceps de vigne, tout ce qui fait l’histoire et la diversité du coin
    Un lieu de rencontre des savoirs faire humain du Périgord pourpre….
    Le canton doit absolument faire fructifier ce que nos ancêtres nous ont légué.

  9. Bonjour,
    Merci à l’auteur de ce blog pour ce bel article que nous avons référencé sur notre blog http://chateaubridoire.blogspot.com, blog sur lequel nous invitons les futurs élus du canton (dont Thierry Baudry) à s’engager sur des propositions concrètes pour que le château devienne un lieu ouvert au public et dynamisant le tourisme de la région.
    En vous remerciant pour cette tribune,
    L’association.

  10. Depuis le 13 Septembre 2011, Bridoire est la propriété privée d’une famille de passionnés de patrimoine et de châteaux ! Forts de leur expérience avec le Château de la Ferté St Aubin dans le Loiret http://www.chateau-ferte-st-aubin.com/, l’ouverture au public est prévue pour le 1er Juillet 2012 ! La famille Guyot fait participer la population locale lors de journées bénévoles, mais surtout d’artisans pour refaire tout l’intérieur du Château ! L’intégralité du rez-de-chaussée sera aménager pour cet été, ainsi que la cour et les écuries !
    Suivez la nouvelle aventure de Bridoire ici: http://chateaudebridoire.com/crbst_0.html
    Florent Piednoir de Frise

  11. alagiraude

    allez les benevoles donner de votre temps a un pauvre chatelain qui ne peut pas payer ses employés il faut aider les riches enfin c’est la nouvelle logique.où va t’on ?? perso je préfererai donner de mon temps à des associations caritatives.

Un petit commentaire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s