Valls, bouc émissaire de la nullité du PS?

Manuel Valls provoque une onde de choc au PS, qui une nouvelle fois est sur le point de se tirer une belle balle dans le pied (puis-je en profiter pour réintroduire mon fabuleux jeu de mot sur le sadomasocialisme?). Alors que le maire d’Evry a jusqu’ici toujours refusé de céder aux sirènes de Sarkozy, Martine Aubry est en train de le précipiter dans ses bras, avec sa lettre de menaces ridicule, lui intimant l’ordre de se soumettre ou de se démettre. Le crime de Manuel Valls? Avoir appelé à la réforme, proposé de changer le nom du PS, et surtout, s’être proclamé candidat pour la primaire interne en vue de l’élection présidentielle. Et depuis quelques mois, il est vrai que l’ex-lieutenant de Royal tire dès qu’il peut à boulets rouges sur la direction du parti, qu’il accuse d’immobilisme.

Mais a-t-il tort? Martine Aubry a été d’une rare agressivité dans sa lettre ouverte : « Tu donnes l’impression d’attendre, voire d’espérer la fin du Parti socialiste. […] S’il s’agit pour toi de tirer la sonnette d’alarme par rapport à un parti auquel tu tiens, alors tu dois cesser ces propos publics, et apporter, en notre sein, tes idées et ton engagement. Mais si les propos que tu exprimes reflètent profondément ta pensée, alors tu dois en tirer pleinement les conséquences, et quitter le PS, a averti Aubry. […] On n’appartient pas à un parti pour s’en servir, mais pour le servir. »

Voilà où en est le parti socialiste. A une vision corporatiste des choses : un parti, on doit le servir. Sinon, c’est la purge! Alors que depuis 2002, chaque année, ses dirigeants promettent une rénovation qu’ils ne cessent de renvoyer aux calendes grecques, les francs tireur et les têtes qui dépassent sont soigneusement isolés et mis de côté. Ce parti a un sens de la discipline qui m’épate. Même à l’UMP, on a le sentiment qu’il y a plus de place pour le débat interne!

Quand on échoue lamentablement aux Européennes, qu’on est incapable de porter une alternative à Sarkozy, un projet crédible, ni même de faire l’unité à gauche, l’urgence est-elle vraiment aux remontrances publiques? On croirait revivre l’épisode Jack Lang, où pour se consoler de la réforme constitutionnelle votée en Congrès, le PS avait décidé de tomber à bras raccourcis sur Jack Lang, accusé d’avoir assumé ses convictions et voté en faveur du projet… Et la liberté de pensée, évacuée?

Naturellement, Valls exclut de quitter le PS. Et c’est Aubry qui va devoir endosser le mauvais rôle… Peut-être pas aux yeux des militants PS, mais aux yeux des Français, certainement. Qui a dit qu’il fallait tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler?

Publicités

8 Commentaires

Classé dans Politique

8 réponses à “Valls, bouc émissaire de la nullité du PS?

  1. Valls, l’homme qui n’a jamais eu de travail de sa vie, a répondu : http://progres.typepad.fr/valls/2009/07/r%C3%A9ponse-%C3%A0-martine-aubry.html

  2. Pingback: Banderille n°311 : Martinet dans les Vallseuses | “Toreador, un oeil noir … dans l’arène politique !”

  3. cilia

    Très pertinent rappel de l’affaire Lang/réforme constitutionnelle !

    Mais ce qui me fait le plus rire dans la lettre d’Aubry, c’est « On n’appartient pas à un parti pour s’en servir, mais pour le servir ».
    Venant du premier secrétaire d’un parti d’élus qui en grande partie se fichent pas mal des performances nationales de leur organisation tant la pérennité de leurs mandats locaux est le seul objectif, c’est assez drôle, trouv’je.

  4. La discipline de parti, ça me fera toujours rire… Mais c’est d’autant plus comique qu’en l’occurrence, l’aspect tactique des choses paraît évident, surtout au lendemain d’une autre lettre aux alliés de gauche restée sans réponse (ou avec des réponses négatives…). A lire chez Antidote sur ce point : http://carnet.causeur.fr/antidote/ps-la-maitresse-a-ses-tetes,00339

    Valls est bien une tête de Turc…

    On pourrait ajouter qu’en ce qui concerne Hénin-Beaumont et Gérard Dallongeville, incarcéré pour corruption à trente kilomètres de Lille, Aubry, ici, n’a rien trouvé à redire… Alors que cette affaire a causé bien plus de tort au PS. Etranges priorités!

  5. Pingback: Valls à la tête du PS ? | Expression Libre

  6. cilia

    Tout à fait d’accord avec toi. Et Desgouilles, + 1

    (au passage, je sais que tu étais malade, mais j’ai été déçue de ne pas lire un billet sur l’épilogue Hénin-Beaumont 😉 )

  7. @cilia

    Exact, je l’ai laissé passer à cause de cette maudite angine… Et puis après, on se dit que tellement de billets ont été écrits que ça n’en vaut plus la peine!

    Pourtant, quel échec encore pour le PS. Et le FN a gagné mille voix entre les deux tours, ce qui atténue la prétendue victoire du pseudo « front républicain », qui n’existe que dans les fantasmes de ceux qui en parlent 😉

  8. Sans doute la seule erreur que Valls a fait dans sa communication c’est d’annoncer sa candidature aux primaires. Les français n’attendent pas celà, ils attendent des propositions alternatives à la politique de Sarkozy.

    Si Valls veut faire le lièvre pour tirer en avant une nouvelle génération à la tête du PS, il peut réussir dans cette mission mais il se grillera pour la victoire finale car ça ne plaît pas aux vieux militants socialistes.

    Il ne doit pas trop en faire dans sa communication comme lorsqu’il est allé en Espagne posé pour El Pais avec du scotch sur la bouche !

Un petit commentaire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s