Pour le tribunal de Lille, il n’est pas illégal de pratiquer une circoncision sans diplôme sur la table de la cuisine

J’avais commis un billet au mois de mai dernier, me faisant l’écho de deux affaires de circoncision clandestine pour lesquelles la justice nordiste semblait bien légère, puisqu’elle semblait ne pas voir d’inconvénient à ce qu’un jeune enfant soit circoncis au domicile par un non-médecin. Dans les deux cas, un enfant est pourtant passé à deux doigts de la mort. Dans les deux cas, l’ablation rituelle a été pratiquée par un homme dépourvu de tout diplôme médical. Eh bien hier, le tribunal de Lille a relaxé l’un d’entre eux!

Comment pourrait-on donner un blanc-seing plus officiel aux charlatans qui pratiquent des circoncisions à domicile, hors de tout cadre médical, et sans aucune qualification pour le faire? Après le classement sans suite d’une affaire de violences volontaires et exercice illégal de la médecin à Dunkerque, en mai, le tribunal correctionnel de Lille vient donc de relaxer purement et simplement un homme de 43 ans, qui avait manqué de tuer un enfant de sept jours, dont la plaie n’avait pas cicatrisé.

A Dunkerque, cet homme de 59 ans a beau avoir reconnu pratiquer régulièrement cet « acte rituel » sans aucune qualification, avoir réalisé une centaine d’opérations de ce type dans les mêmes conditions en vingt ans, avoir failli tuer en Belgique un enfant de deux mois, et en France, avoir entrepris une opération suivie de complications pour un enfant de deux ans, il n’a fait l’objet d’aucune poursuite.

Conclusion : continuez, mon bon monsieur! On ne vous importunera que lorsque vous aurez vraiment dépassé les bornes. Quand vous aurez tué un marmot, par exemple.

A Lille, une affaire similaire vient donc de faire l’objet d’une relaxe. Rappel des faits, tels que nous les décrivions en mai : 

L’affaire implique un homme d’origine syrienne qui travaille dans le milieu médical, mais n’est pas médecin, contrairement à ce qui avait été dit aux parents. Agé de 54 ans, il était jugé hier [le 27 mai] au tribunal de Lille, pour avoir pratiqué sans titre une circoncision sur un enfant de trois semaines. Lui aussi s’est retrouvé aux urgences et a évité le pire, je cite : “Mais une semaine plus tard, alors que M. (le pseudo-médecin) persiste à ne préconiser que du Doliprane®, le bébé n’a toujours pas cicatrisé. Il est tout blanc : « Il faut le tenir au chaud » aurait affirmé le prévenu. Le bébé se vide de son sang, il ne bouge presque plus : les parents foncent à Jeanne de Flandres à Lille. Le CHR sauve de justesse le bébé.”

L’homme avoue pratiquer une dizaine de circoncisions clandestines par an, pour 150€ l’unité, un prix compétitif [par rapport aux prix pratiqués dans les hôpitaux]. Sauf si le bébé meurt. En l’occurrence, celui-ci est passé à deux doigts du clap de fin.

Déjà, le 27 mai dernier, le parquet avait requis la relaxe sur les deux infractions poursuivies : exercice illégal de la médecine et blessures volontaires. Les deux délits semblent pourtant constitués! Mais comme la Voix du Nord le rapporte, « aux yeux du représentant du ministère public, la circoncision était une « pratique coutumière » qui n’était «  pas assimilable à un acte médical  ». Il n’y avait donc pas à poursuivre Mazen M. pour cela ou même pour blessures involontaires, « la loi n’obligeant pas les parents à amener les enfants à l’hôpital pour une circoncision », que «  l’ONU ne considère pas comme une mutilation  ». »

Réaction de l’avocat des parents, Me Abderrahmane Hammouch : « C’est terrible : un bébé a failli mourir, il ne peut pas se plaindre et la justice explique qu’il ne s’est rien passé ! Sous prétexte qu’il s’agit d’un rituel ? Alors que les parents se sont placés eux-mêmes sous la protection des lois de la République car ils croyaient s’adresser à un médecin ! Le premier devoir d’un Etat, c’est de protéger les enfants. C’est un principe de base. On envoie un message très dangereux : on peut circoncire des enfants de quelques jours sur une table de cuisine ! C’est impossible ! Je vais interjeter appel. »

Et comment les parents pourraient-ils se passer de faire appel? Et comment interpréter autrement ces décisions, qui se basent sur l’absence de précision de la loi, que comme des chèques en blanc délivrés aux apprentis médecins – dont certains se font passer pour médecins, comme l’exemple présent le montre! – qui à tout moment peuvent avoir la mort d’un enfant sur la conscience?

On verra bien ce que donne l’appel, car une jurisprudence confirmée serait un très mauvais signe donné à la communauté musulmane (et dans une moindre mesure à la communauté judaïque) et aux praticiens clandestins. On peut comprendre que beaucoup soient tentés de ne pas passer à l’hôpital, étant donné les coûts élevés de l’opération, qui n’est bien évidemment pas remboursée par la sécurité sociale lorsqu’elle a un motif religieux (sauf arrangement avec l’urologue). Dans ce cas, la responsabilité de l’Etat n’est-elle pas de fourrer son nez dans cette affaire et de contrôler la qualification de ceux qui pratiquent des circoncisions à domicile?

Publicités

20 Commentaires

Classé dans Religion, Société

20 réponses à “Pour le tribunal de Lille, il n’est pas illégal de pratiquer une circoncision sans diplôme sur la table de la cuisine

  1. Je ne comprends pas votre raisonnement :
    1 – Un fait divers sordide semble être le théâtre de la mise en danger de la vie d’un enfant
    2 – Les parents s’en émeuvent, l’affaire est portée devant la justice et sous la lumière des media.
    3 – Le pseudo-médecin en question est relaxé (pour le moment).

    Et vous en concluez : « une jurisprudence confirmée serait un très mauvais signe donné à la communauté musulmane (et dans une moindre mesure à la communauté judaïque) et aux praticiens clandestins. »

    Donc simplement parce que le type a été relaxé, les musulmans vont se dire « ah bah c’est bon, la loi a dit que c’était légal ». Juste un détail : l’aspect « mise en danger de la vie du bébé », les musulmans s’en foutent?

  2. Il y a un diplôme de circoncision ?

  3. @Nicolas

    Non, mais de médecine, si… D’urologue, même…

    @Chitah

    Non. Parce qu’il n’y a pas de condamnation, on incite ces gens à continuer. S’il y en avait eu une, peut-être que les faux-médecins auraient été amenés à arrêter de mettre la vie des gens en danger. La peur du gendarme, toujours…

    Mais vous avez raison, c’est surtout un mauvais signe adressé aux charlatans.

    J’ajoute que dans le cas de Dunkerque, c’est une mosquée qui avait conseillé aux parents de s’adresser à ce monsieur. C’est aussi pour ça que je parlais de signe à la « communauté » : là encore, on n’incite pas les cadres religieux à conseiller aux fidèles de procéder autrement.

    Enfin, il ne faut jamais sous-estimer le poids symbolique des décisions de justice.

  4. Obi-Wan Kenobi

    Ce jugement… ça me la coupe. J’étais persuadé que le juge aurait plus de discernement que le procureur. Je m’a trompé. Avant même la question de l’exemplarité d’un tel jugement (ce sont les arrêts de la Cour de cassation qui font jurisprudence), ce qui m’ennuie, c’est la manière dont les parents du bébé vont recevoir une telle décision. Ils ont failli perdre leur gosse, ils se placent sous la protection de la justice et on leur dit « tout ça était parfaitement normal » !

    @ Nicolas :

    eh ouais, il arrive même que l’on pratique un geste quasi similaire sur des enfants qui n’ont rien de juif ou musulman, pour des raisons purement médicales.

  5. do

    c’est quand même vrai que c’est un acte rituel qui n’est pas vraiment une opération. la loi de séparation de l’Etat d’avec elles fait (et parfois à juste titre) que l’Etat n’est pas apte à juger d’un rituel. Imaginez que l’Etat nous interdise de communier pour des raisons d’hygiène alimentaire.
    Ce qui est grave c’est que des communautés de croyants ne forment pas sérieusement les personnes qui officient en leur nom.
    Ce qu’il faut juger, c’est 1) de se faire passer pour un médecin si on n’en est pas un et 2) si cette intervention nécessite une formation, qu’on crée un diplôme approprié, même si ce n’est pas un diplôme de médecin.
    On impose bien des tas de formations et de normes d’hygiène pour encadrer un camp scout!
    Mais il est vrai que le législateur a plus de réticences à légiférer pour des musulmans que pour des scouts, et on se retrouve avec le sempiternel problème qui est que la violence paye, quand même …enfin, sur terre!

  6. @do

    Oui, on pourrait très bien imaginer des infirmiers spécialisés, ou quelque chose comme ça, et des cabinets plus ou moins réservés. Mais pas des marabouts et des tables de salle à manger!

    @Obiwan

    Ben moi aussi, j’étais à cent lieues de penser qu’un juge pourrait aller dans ce sens… Je suis stupéfait! Mais le silence médiatique m’étonne encore plus.

  7. Obi-Wan Kenobi

    @ do :

    si votre curé vous servait des osties à base de farine animale à la vache folle et que vous développiez une maladie de Kreutzfeld-Jacob, peut-être iriez-vous déposser plainte et peut-être le procureur poursuivrait-il et peut-être, lors de l’audience, demandrait-il autre chose qu’une relaxe et peut-être le juge prononcerait-il autre chose qu’un non-lieu.

  8. RoseNoire

    J’ai un peu de mal à suivre la logique de certains commentateurs. Certes l’Etat n’a normalement pas à juger d’un rituel religieux. Sauf que, dans le cas de la circoncision, ledit rituel consiste en…un acte médical. Dans ce cas, il est on ne peut plus normal de se pencher sur les qualifications de ceux pratiquant un tel acte.
    Surtout qu’il n’est pas sans risque. Le pénis est une zone extrêmement irriguée du corps humain, et l’hémorragie peut être très importante en cas de coupure. La comparaison avec la communion n’est pas valide (sauf si on souhaite démontrer ce qu’est un sophisme), cette dernière n’implique, que je sache, ni scalpel ni ablation!

  9. Obi-Wan Kenobi

    @ Chafouin :

    le silence médiatique ? Quelqu’un a le numéro de téléphone de la correspondante de Libé ? Comme toujours, il n’est pas exclu d’assister au contraire à un phénomène d’emballement médiatique… trois jours, une semaine, deux semaines après la presse locale (cf l’affaire du mariage annulé).

  10. @rose noire

    « Sauf que, dans le cas de la circoncision, ledit rituel consiste en…un acte médical.  »

    Justement, c’est ce que nie cette décision de justice!

    Or ici, il y a comme tu dis scalpel, ablation d’une partie de peau, et anesthésie locale. Si c’est pour raison médicale, le médecin ne le fera pas dans son cabinet mais vous enverra chez un urologue… Pourquoi procéder différemment quand il s’agit d’une coutume religieuse mais du même ACTE?

    « Il n’est pas sans risque » : en effet, puisqu’ici deux gosses ont failli mourir…

    @obiwan

    L’info est parue en tout petit dans deux canards régionaux, en gros sur ce modeste blog, masi à part ça, je n’ai rien vu nulle part. Même pas dans les journaux gratuits ou la télé locale. Quant à France 3, ils ne se déplacent que s’il y a des valises avec des cadavres dedans 😉

  11. Obi-Wan Kenobi

    @ Chafouin :

    attend encore un peu. Peut-être qu’à Libé, ils cherchent un jeu de mot pour leur gros titre de Une… Peut-être qu’Eolas attend de récupérer le jugement pour le commenter et que là, le buzz sera assuré (l’avocat le plus célèbre de la blogosphère a manifestement des antennes à Lille). Et puis ça cadre tellement avec le cliché du « palais de justice de Lille et son minaret » ! Mais je peux me tromper.

  12. celticcross01

    Une veritable honte,alors au nom d’une religion on peut faire tout et n’importe quoi

  13. @obiwan

    J’attends mais ça m’énerve, car la presse ne fait pas son boulot. L’actu, c’est l’actu. Ce n’est pas dans trois semaines qu’il faut en parler, c’est au moment où ça se passe…

    Mais c’est vrai que c’est tellement plus facile d’aller payer un envoyé spécial aller se dorer la pilule à los angeles pour aller recueillir le témoignage poignant d’adultes à peine sortis de la puberté en train de pleurnicher devant la porte d’un chanteur mort, soi-disant superstar, et qui en réalité est une lavette et la cible des mêmes médias depuis dix ans…

  14. do

    @tous:
    Bien d’accord sur le fait que ce n’est pas normal de laisser faire un acte médical, surtout dangereux, n’importe comment, même pour une raison religieuse. Simplement, je suis d’accord pour que, quand c’est un rituel religieux, cette dimension soit prise en compte aussi par le système juridique, parce que c’est particulier. Mais il faut qu’on trouve des nouvelles façons de procéder parce que d’une part, la circoncision à tout va, en France, c’est un peu nouveau; et d’autre part parce que certains groupes utilisent l’intimidation et qu’on arrive difficilement à légiférer sans déplacer des montagnes. Et là, je ne suis pas d’accord pour laisser faire… mais c’est pas simple.

  15. do

    En plus ça donne du grain à moudre à ceux qui veulent critiquer les religions, alors que le problème vient de la carence de la législation qui devrait défendre ces gens contre la malhonnêteté de charlatans, ça ne vient pas de la religion.
    On a des normes incroyables pour des trucs idiots, parfois, et là il y a une vraie lâcheté, volontaire.
    La même lâcheté qui a fait voter les accords de Munich en 38, après que l’Eglise en ait clairement montré l’extrême danger, en 37 …
    On croit toujours que la lâcheté paie.
    C’est toujours faux.

  16. Monette

    Des parents qui demandent à un musulman de pratiquer une circoncision à domicile à un prix défiant toute concurrence savent à quoi ils s’engagent. Qu’ils décident ensuite de se placer sous la protection des lois de la république, c’est un peu tard. Quant à vouloir faire rembourser la circoncision par la Sécu, faudrait peut-être pas abuser. En revanche il y aurait peut-être quelque chose à faire pour interdire effectivement les excisions des petites filles qui sont des mutilations sexuelles et non des rituels respectables.

  17. @monette

    Rembourser par la sécu, non. Mais il me semble qu’on pourrait arriver à un système où des infirmiers qualifiés pourraient se charger de ces opérations, s’ils avaient uen sorte de « label », qui éviterait aux parents de tomber sur le premier charlatan venu recommandé par la mosquée du coin… Enfin, je crois qu’un type qui met en danger la vie d’un enfant n’a pas à être relaxé.

    L’excision, c’est un tout autre problème… ça n’a vraiment rien à voir.

  18. Obi-Wan Kenobi

    @ do :

    je ne crois pas que l’on soit face à une « carence » législative. Les articles de loi existaient dans le Code pénal (exercice illégal de la médecine, mise en danger de la vie d’autrui), mais le procureur et le juge ont estimé qu’ils ne s’appliquaient pas dans le cas présent, en raison du caractère religieux de l’acte pratiqué. Cette dimension peut effectivement être prise en compte, mais elle ne doit pas annuler les deux délits. (Enfin, à mon sens, dans le cadre d’une République laïque…)

    @ Monette :

    vous êtes un peu péremptoire. « Les parents savent à quoi s’attendre »… Vous ne connaissez ce dossier que de loin : ils pensent avoir affaire à un médecin diplômé (d’où l’ « exercice illégal de la médecine »). Enfin, le nourrisson étant passé à un cheveu de la mort, je pense qu’on peut retenir la mise en danger de la vie d’autrui. Je ne crois pas qu’à 7 jours, on soit en mesure de mesurer les risques que l’on prend. Quand un enfant meurt, ce n’est pas juste une perte pour ses parents, c’est une perte pour la société.

  19. do

    @Obi-Wan Kenobi
    oui, je suis d’accord avec tout ça.
    Il y a vraiment une peur des musulmans du fait qu’ils n’hésitent pas à être offensifs et surtout que les pays islamiques sont en train de devenir franchement menaçants.
    Je trouve qu’on ne devrait pas céder, parce que ce n’est toujours que reculer pour mieux sauter, mais personne ne veut endosser ce genre de responsabilité. Il y a en France une démission des responsables qui est inquiétante.
    Par contre, ça ne les gêne pas de mettre des pauvres gens impuissants dans un charter pour nulle part!

  20. Bonjour à tous,

    Et si la circoncision n’avait rien avoir avec l’islam?

    Voilà une question que je me suis posé, étant donné que moi-même j’ai subit la circoncision à mon enfance, et à ma grande surprise, j’ai découvert, entre autres que, par exemple, le Coran ne l’a jamais prescrit !

    Le mot « circoncision », ou l’un de ses synonymes, n’y figure même pas !

    Pour plus d’information, je vous invite à visiter mon blog « Écrire sans censures! », vous y trouverez, entre autres, mon article sur la circoncision que vous pouvez télécharger en format PDF en cliquant sur : http://mlouizi.unblog.fr/files/2009/07/lejusteprixdelaterrepromisereflexionautourdelacirconcisionmohamedlouizi.pdf

    Cordialement, Mohamed LOUIZI

Un petit commentaire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s