Les ficelles de l’info (10) : une exclusivité en béton!

france3Il y a des fois, comme ça, on rit des mauvaises manières des confrères journalistes… Il en est ainsi de l’histoire de la disparition de la petite Typhaine, à Maubeuge (sur laquelle j’ai très brièvement travaillé). Comme sur d’autres enquêtes du même type, j’ai honte de la façon dont se comportent certains journalistes, qui guettent le scoop avec avidité. Je ne leur jette pas la pierre, car quand on bosse sur ce genre « d’affaire », qui retient l’attention de nombreux lecteurs, auditeurs et télespectateurs, et qui a une ampleur nationale, c’est à qui aura la meilleure info. Et j’ai déjà péché, moi aussi.

La chasse au scoop sur ce genre d’historie, au fond, c’est un peu idiot quand on y réfléchit à tête reposée, puisque toute info nouvelle est automatiquement reprise dans les minutes qui suivent par tous les autres journaux, radios, télés, et au final, personne ne saura que c’est vous qui l’aviez en premier. J’en ai fait l’amère expérience à plusieurs reprises : vous avez juste l’impression d’avoir bossé pour tous les autres, et en définitive, votre « exclu » ne servira pas à grand-chose d’autre qu’à vous coucher heureux la nuit d’après.

France 3 Nord-Pas-de-Calais a décroché la timbale la première au sujet de cette affaire, puisque dès le premier jour des recherches, vendredi dernier, le présentateur de l’édition régionale du midi annonçait en direct que la fillette avait été trouvée morte dans le canal de Maubeuge. Ce que les rumeurs laissaient effectivement entendre. Mais les journalistes ne doivent pas les colporter, en principe. La rédaction devra d’ailleurs démentir quelques minutes plus tard, et bredouiller des justifications alambiquées : France 3 aurait été abusé au téléphone par un plaisantin qui se serait fait passer pour son envoyée spéciale sur place. Voire. Après l’affaire Florence Schaal, la gaffe assumée aurait fait mauvais genre.

Après avoir traqué pendant toute une journée la mère de la fillette disparue (je ne parlerai pas du fond, ça a tout l’air du mystère total jusqu’à présent), lundi, les journalistes locaux finiront donc par décrocher une interview de celle-ci et de son compagnon, aujourd’hui.

Visiblement désireux de montrer son engagement total dans cette affaire, France 3 parlait donc ce soir, sur son site internet, d’une « interview exclusive » de la mère. Appétissant! C’est drôle, parce que j’ai repéré au moins deux autres titres ayant participé à la même interview : La Voix du Nord et l’Observateur de l’Avesnois. Qui ne se privent d’ailleurs pas de diffuser des extraits de la dite interview sur leurs propres sites web…

Une exclusivité partagée, alors? ;) Franchement, à quoi rime ce genre d’enfantillage, qui ne trompe personne, pas même le télespectateur?

Je serais ravi, en tout cas, de lire vos avis sur la notion d’exclusivité. Y prêtez-vous vraiment attention? Est-ce que cela vous incite à retourner consulter un titre, une radio, une télé?

35 Commentaires

Classé dans Les ficelles de l'info

35 réponses à “Les ficelles de l’info (10) : une exclusivité en béton!

  1. Salut Chafouin,

    Je supporte plus cette manière de faire de l’information avec des faits divers. Cela devient proprement insupportable. Et puis alors le pompon pour moi c’est cette mode de place l’adjectif « petite » devant le prénom, signe ostentatoire d’information peoplisée au maximum.

    Et le viol de la petite machine et le meurtre du petit machin et l’autre petite machine qui a disparu…

    Remarque ils ont raison, c’est de l’info gratuite, ou presque, sans besoin de faire grand chose, et qui fait vendre. (Tu confirmes ? de l’intérieur ? Quel est l’aspect « info » de ce genre de news ?)

    Bonne Soirée ami Chafouin !

  2. Sans besoin de faire grand-chose, jene dirais pas ça : c’est vraiment le genre de sujets où les journalistes se mettent en quatre pour fouiner, chercher, écumer le terrain… En tout cas, ce qui est sûr, c’est que ça fait vendre.

    Mais en effet, le terme « petit » est insupportable, le prénom suffit…

    Ceci dit, je ne suis pas d’accord avec toi, jepense qu’il faut traiter ce genre d’info. Mais il y a la manière, et j’avoue que c’est dur de résister.

  3. @Le Chafouin: Désolé pour le ton un peu violent ! Mais cela fait suite à un test que j’ai fait il y a 3 ou 4 jours. J’ai regardé en entier le 20h de TF1 (Si si, c’était super dur) et c’était vraiment allucinant.

    Les 4 premiers sujets étaient des faits divers du même style que « la petite machine et le petit machin » de 20h a 20h17 (je suis précis). En considérant la vitesse des reportages, il y a donc eu plusieurs sujets. Et ca tartinait et ca tartinait…

    Après 20h17, sujet sur l’Iran.. Enfin !

    Je trouve que les faits divers peuvent difficilement faire de l’information, en tout cas, surement pas les gros titres d’un journal télévisé d’une grande chaine européenne…

    Bonne Soirée.

  4. La TV n’a aucun intérêt, ce media est en état de mort clinique depuis quelques années déjà. La dernière fois que j’ai regardé un JT, ça a donné ceci : http://mondodingo.blogspot.com/2008/10/no-tv.html
    Ca fait peur hein?

    De même, concernant la sur-médiatisation de faits divers, aussitôt transformés en « sujets de société », vous pourrez lire le point 3 de ce post : http://mondodingo.blogspot.com/2009/05/un-debat-bidon-de-plus-la-violence.html
    J’y examine notamment les faits divers autour du sujet de société appelé « la violence à l’école ». Où l’on s’aperçoit qu’au 19ème et au 18ème, des faits divers impliquant des flingues à l’école existaient déjà.

    En gros, le fait divers est le moteur des news sur la TV. Tout sujet de fond ne peut y traité, d’une part parce que le téléspectateur va s’ennuyer très vite, mais surtout parce que le peu de gens qui pourraient être intéressé ne s’attend pas à trouver des sujets de fond à la TV.
    Il faut juste se rendre compte d’une métrique absolument capitale : le contenu, au complet, d’un journal TV du 20h tient sur maximum une feuille A4 recto-verso, que n’importe qui peut lire en largement moins de temps que la demi-heure habituelle de ces pseudo rendez-vous d’information.

    Faites comme moi : boycottez la TV.

  5. Tu sais, Chafouin, ce n’est pas vraiment pire que de voir Pujadas préciser après une interview en plateau que celle-ci a été enregistrée dans l’après-midi. Tout ça parce que TF1 a la même personne en plateau au même moment, mais en direct… et se pressera d’ailleurs de rajouter la mention « direct » à l’antenne, parce que faut pas déconner quand même l’exclusivité c’est nous qu’on l’a en mieux que les autre d’abord !
    Ce genre de pratiques n’est pas grave en soi, mais frise le ridicule (ou s’y vautre, c’est selon).

  6. Adrien

    « Je serais ravi, en tout cas, de lire vos avis sur la notion d’exclusivité. »

    La notion d’exclusivité de l’information est une assez vaste fumisterie. Cela signifie qu’on est seul à avoir l’information. A partir du moment où elle est publiée/diffusée, tout le monde y a (potentiellement) accès, l’information est (potentiellement) connue de tous. Et sera reprise. Bref, l’exclusivité de l’information, ce n’est rien d’autre qu’un secret… le contraire du journalisme.

  7. @Adrien

    En fait, je crois que l’exclusivité est la petite coquetterie du journalisme. Le petit plus qui fait plaisir en interne, mais qui indiffère complètement le lecteur/auditeur/télespectateur…

    @Edmond

    Ouais, là, c’est de la pinaillerie! Finalement, en parlant d’enfantillage, je n’étais pas si loin du vrai…

    @Chitah

    Ne généralisons pas sur la télé. Ce n’est qu’un média, il y a du bon et du moins bon. Mieux que de boycotter, il vaut mieux choisir les bonnes émissions et ignorer les autres. Le 20h, pour moi, en fait partie.

    @Seb

    Mettre le faits-divers en une au niveau national, pourquoi pas quand ça vaut le coup. Et une disparition d’enfant, ça émeut toujours. Mais le faire systématiquement, ça me gêne. Car ça veut dire que c’est plus important que des tas d’autres événements! Le JT, je ne regarde plus, c’est fini.

    Après, au niveau régional, c’est un peu différent car les titres se doivent d’être « proches » de leur cible. D’ailleurs, plus le journal est local, plus il y a de faits-divers dedans… On le voit partout.

  8. S1ned

    On ne peut pas parler d’exclusivité par rapport aux faits d’actualités comme les faits divers auxquels tout le monde peut prétendre avoir accès. Mais d’autres évènements, par exemple sportifs, eux peuvent avoir l’exclusivité😉 . Roland Garros, ligue 1 , JO…
    Après, si tu parles uniquement des faits divers, en effet qu’on sache que tel ou tel a été retrouvé a 13h15 ou a 13h16 on s’en tape. Mais peut être que la notion d’exclusivité chez le journalisme équivaut à la notion de premier et à la notion de prime?

  9. @sined

    Tu parles de l’exclusivité de retransmission,alros que là, il s’agit plutôt de l’exclusivité d’un einformation. Quand l’Equipe sort une info sur un transfert, qu’ell eest seule à donner, ça ne veut pas dire qu’elle est seule à avoir l’info (le joueur, sa famille, les clubs, les agents, sont déjà au courant😉 ), mais qu’elle est la première à la livrer dans l’espace public.

    Oui, exclusivité signifie « premier », mais pas « prime » du tout… Après, ça dépend de quoi on parle. Libération, ce matin, publie des extraits de l’instruction sur l’attentat de Karachi en exclusivité. C’est une vraie info. Ici, non seulement l’exclusivité est usurpée, mais cette pauvre mère n’a strictement rien à dire. Il n’y a pas d’info dans l’ITV qu’elle donne…

  10. S1ned

    Mouais…. toi, journaliste, quand tu essayes d’avoir l’exclusivité, d’être premier, c’est pour les beaux yeux de ton Journal?

  11. Obi-Wan Kenobi

    Chouette, ça flingue à tout va sur les médias et les journalistes, je vais pouvoir tenter de me faire l’avocat de la profession (de ma profession en fait, ouh le vilain réflexe corporatiste).

    Sur l’affaire en elle-même, on peut constater qu’on a là tous les ingrédients propices aux dérives. Les points de comparaison avec l’affaire du « petit » Grégory sont nombreuses, même s’il ne s’agit pour l’instant que d’une disparition et non d’un meurtre. Et effectivement, quand tous les ingrédients sont là, la chasse aux scoops commence. C’est une drôle de chasse, qui se pratique en meute, mais où chaque membre de la meute joue sa carte personnelle. Quand on est dedans, en tant que journaliste, pas facile de résister à la pression, entre la peur du « ratage » et les demandes de la hiérarchie (« untel dit ça, pourquoi tu n’as pas cette info ? »). Néanmoins, ce n’est pas une excuse : France 3 a vraiment de quoi rougir, principalement pour avoir annoncé une fausse information.

    Ceci étant dit, je suis favorable à la mention « exclusif », à condition, bien entendu, de l’utiliser à bon escient. Là encore, on est d’accord : France 3 s’est ridiculisé.

    Mais dans le fond, qu’est-ce qu’une exclu ? C’est le fruit de l’investissement d’une entreprise de presse sur ses journalistes. Quand je salarie un journaliste, ce n’est pas uniquement pour qu’il aille prendre des notes dans des conférences de presse. J’attends de lui qu’il se crée un réseau et qu’il « sorte » des infos que les autres médias n’auront pas. ça n’a rien à voir avec le fait de diffuser les JO ou Roland-Garros (je rassure s1ned, on ne touche hélas pas de prime quand on a une exclu).
    Or, effectivement, à peine une info sortie, elle est reprise par la concurrence (y compris les médias gratuits qui investissent très peu en journalistes). Si je ne peux pas mettre en valeur le fait que j’étais le premier à avoir l’info, à quoi bon continuer à payer des journalistes ?
    Cette mention est aussi là pour montrer à mes lecteurs qu’ils ont raison de m’acheter (ou de m’écouter et de me regarder) : parce qu’ils ont l’info en premiers. Donc oui à la mention « Exclusif » mais à condition qu’elle ne dupe pas les gens.

    C’est en cela que je suis totalement en désaccord avec Edmond Prochain. Quand Pujadas précise que l’ITW a été enregistrée, il est justement honnête. S’il omettait de le dire, le téléspectateur zappeur se dirait « France 2 se fout de nous ». Idem pour TF1 : la mention « En direct » – qui n’a rien à voir avec la mention « Exclusif » – est très importante dans ce cas de figure et à partir du moment où elle n’est pas mensongère, elle ne me gêne en rien.

    Enfin, oui, d’accord, il y a trop de faits divers dans les médias. J’ai un peu étudié la question et je vous rassure : il y a toujours eu beaucoup de faits divers depuis que la presse existe. Faut-il parler de la disparition de Typhaine ? Oui, ne serait-ce que pour diffuser sa photo, expliquer précisément les circonstances de sa disparition. Faut-il parler des faits divers en général ? Oui, ils illustrent des phénomènes de société qui, sinon, resteraient abstraits. Ils ont aussi valeur d’exemplarité (histoire de comprendre ce que l’on risque si l’on ne respecte pas les Dix commandements). Je pense que le débat devrait surtout porter sur la manière de les traiter et sur la manie qu’ont certains de les exploiter (suivez mon regard… il va vers l’Elysée).

  12. Obi-Wan Kenobi

    @ Chitah :

    « Faites comme moi : boycottez la TV. » Mais comment avoir un avis dessus alors ? Si ça se trouve, depuis le temps que vous ne regardez plus TF1, cette chaîne diffuse les anciens programmes d’Arte !

  13. S1ned

    @ Obi-Wan
    Toutes mes condoléances pour vos primes😉
    « Quand je salarie un journaliste, ce n’est pas uniquement pour qu’il aille prendre des notes dans des conférences de presse. J’attends de lui qu’il se crée un réseau et qu’il “sorte” des infos que les autres médias n’auront pas.  »
    C’est évident, mais au vu des informations données, comment justement avoir cette exclusivité? N’étant pas journaliste, j’ai sûrement bcp de choses à apprendre😉

  14. Obi-Wan Kenobi

    @ Chafouin :

    « cette pauvre mère n’a rien à dire ». Pas d’accord ! Déjà lui donner la parole est la moindre des choses, vu la manière dont elle a été mise en cause. Et elle revient sur son emploi du temps du jour de la disparition, qui est confirmé par deux témoins qui ont reconnu la gamine sur photographie. Etant donné l’impression générale que l’on pouvait avoir jusqu’alors (« bizarre, bizarre, personne n’a vu Tiphaine dans le quartier depuis des lustres »), ce n’était pas du luxe !

  15. S1ned

    @ Obi Wan
    Ouh Pinaise! =D
    Si le JT n’est pas interessant en soi ( ce que je compred fort bien), ce n’est pas une raison pour regarder Arte😉

  16. Obi-Wan Kenobi

    @ S1ned :

    eh bien voilà. Quand tu arrives dans une ville que tu ne connais pas (j’ai vécu cette situation déjà sept fois dans ma carrière), tu ne vaux rien. Pourtant, ton patron te paye chaque mois. A force d’aller en reportage sur le terrain, tu croises des gens, avec lesquels tu « sympathises ». Grâce à cette relation de confiance, ils vont commencer à te parler, à te raconter des choses (donc des « infos ») qu’ils ne t’auraient pas livré s’ils ne t’avaient pas connu. Et là, si tu bosses bien (en croisant l’info bien sûr), tu vas pouvoir sortir une « exclu ». Au bout d’un an, un an et demi, tu possèdes ce réseau ô combien précieux et ton patron peut estimer qu’il commence à avoir un retour sur investissement.

    Voilà, j’aimerais l’illustrer avec des exemples personnels, mais bon, je préfère rester anonyme sur ce blog😉.

    J’espère t’avoir éclairé. Pour moi, un bon journaliste c’est quelqu’un capable de sortir des « exclus » vérifiées et recoupées et re-recoupées. Sa plume, on s’en balance.

  17. Obi-Wan Kenobi

    Confidence (un peu hors sujet) : il m’arrive de regarder Secret Story, juste pour m’assurer qu’on n’a pas encore toucher le fond.😉

    Oups ! La Voix m’appelle au confessionnal.

  18. @ObiWan

    Sur cette ITV : Même si ça lui a permis de faire retomber la pression qui pesait sur elle (cela doit être très difficile à vivre), à mon avis elle aurait mieux fait de ne pas parler : dans cette ITV, elle explique que lorsque sa fille a disparu, elle n’a demandé à personne si quelqu’un l’avait vue, et qu’elle n’est pas rentrée dans des magasins pour la chercher car « sa fille n’avait pas l’habitude d’y entrer sans permission ». Bref, elle est peut-être juste très simple (et très jeune!), mais cette ITV nous montre bien pourquoi la police l’a soupçonnée au départ : ses propos sont incohérents, et donnent le sentiment qu’elle ne s’est pas du tout affolée devant la disparition de sa fille, et qu’à la limite, elle ne l’a pas vraimetn cherchée. Heureusement pour elle, un témoin assure l’avoir vue avec elle dans l’après-midi…

    Elle aurait dû demander conseil avant de s’exprimer publiquement, mais ce n’est que mon avis.

    Ensuite, lui donner la parole, bien sûr! Mais en faire une « info » (le fait qu’elle s’exprime) montre à quel point les journalistes n’ont rien à dire sur cette affaire à part spéculer. Normal, le parquet a mis le black-out. C’est une info que si la mère donne une info, alors que là, il n’y a rien de nouveau…

    Sur cette affaire : oui, cela risque de devenir une affaire Grégory, ou pire, une affaire Estelle Mouzin. Si on ne la retrouve pas très vite, je ne donne pas cher de l’enquête… le moins grave serait qu’elle ait été capturée par un des membres de la famille.

    Sur la notion d’exclusivité : du point de vue d’un journal, de la radio, de la télé, oui, je comprends qu’on parle d’exclusivité. mais même en faisant cela, aucun autre média (ou presque) ne vous cite. L’exclusivité en général, ou sur une info importante, oui, cela montre qu’un journal a un réseau, mais sur une affaire comme celle-ci (c’est bien de ça dont on parle) où il existe un flot d’infos continu, je n’en suis pas persuadé : de toutes façons, c’est une info qui avait vocation à être révélée quelques heures, ou quelques minutes plus tard. Donc si exclusivité veut dire être le plus rapide à taper sur son clavier, c’est vraiment ridicule je trouve.

    @sined

    « toi, journaliste, quand tu essayes d’avoir l’exclusivité, d’être premier, c’est pour les beaux yeux de ton Journal? »

    Non, j’essaie de bien faire mon boulot, et si j’ai une info avant les autes, je suis content car ça signifie que j’ai bien travaillé, ou en tout cas mieux que les autres… Bref, c’est la petite carotte qui me fait avancer. Au risque, et c’est pour ça que je ne me dédouane de rien, de se tromper. Ou de s’emballer.

    « C’est évident, mais au vu des informations données, comment justement avoir cette exclusivité? »

    Ben, en ayant des bons contacts qui te la filent en premier… Ou parfois, en posant simplement une question que personne d’autre n’a soulevée…

  19. @obiwan

    « Pour moi, un bon journaliste c’est quelqu’un capable de sortir des “exclus” vérifiées et recoupées et re-recoupées. Sa plume, on s’en balance. »

    Alors pas du tout d’accord! pour moi, un journaliste est quelqu’un qui intéresse son lecteur (éventuellement avec une bonne plume), qui est curieux de tout, qui n’est pas blasé par la vie, qui a des idées (je crois que c’est ça le critère le plsu important à mes yeux), et qui reproduit fidèlement ce qui lui est dit (il ne travestit pas la réalité). S’il a tout ça, il aura naturellement des infos et sortira éventuellement des exclus, mais le journalisme de scoops n’est pour moi pas un but en soi (cf médiapart, qui en fait sa spécialité alors qu’ils ne sortent jamais ou presque d’info réellement intéressante), c’est une conséquence, la cerise sur le gateau…

  20. Obi-Wan Kenobi

    @ chafouin :

    Dans cette ITW, on pourrait ajouter que la mère reconnaît avoir laissé sa gamine de cinq ans durant dix heures seule à la maison le 13 juin dernier. Ce n’est pas un comportement très responsable. Et alors ? Tu voudrais qu’elle fasse du média-training comme les politiques ? Bon, je crois que le fond de l’affaire reste assez annexe dans notre débat. Quant au black-out du Parquet, je crois qu’il s’explique assez simplement : le Parquet n’a pas d’infos à communiquer car il n’a tout simplement aucune info fiable, l’enquête piétine (c’est là où on retrouve l’affaire du petit Grégory : les enquêteurs n’ont que des hypothèses, les journalistes font pression sur le Parquet et le juge d’instruction qui lâchent des bribes de renseignements pas toujours vérifiés et comme ils n’en ont pas assez, les journalistes interrogent plein de témoins parfois avant la police. Résultat : tout a foiré, l’enquête et le traitement médiatique.)

    Sur la notion d’exclusivité, on est d’accord : quand on est plusieurs journalistes autour de la table, il n’y a pas d’exclu, tout comme lorsqu’on reçoit un invité qui fait le tour des médias (Europe 1 et RTL sont spécialistes des fausses interviews exclusives). Sinon, je maintiens ce que j’ai dit sur l’intérêt de cette mention utilisée à bon escient.

    Quant aux qualités d’un journaliste, on est d’accord, après, c’est une question de priorité. Pour moi, la « bonne plume » n’arrive pas en première position. Quel intérêt d’avoir quelqu’un qui écrit joliment ce que tout le monde raconte déjà par ailleurs ?
    – Curieux de tout, pas blasé : ben oui, c’est une chance de plus de glaner des infos exclusives !
    – Qui a des idées… Tu peux préciser ? Tu veux dire « qui propose des sujets » ou « qui a des idées à défendre » ? Si c’est la première hypothèse, je pense que c’est surtout une qualité pour la presse mag. En PQR, les gens « qui ont des idées » font souvent partie de la hiérarchie : ça leur permet de se donner de l’importance, mais derrière, ils passent commande aux petites mains.
    – Qui reproduit fidèlement ce qui lui est dit : c’est la base ! Un journaliste qui n’aurait pas cette qualité devrait être viré sur le champ !

  21. « Quel intérêt d’avoir quelqu’un qui écrit joliment ce que tout le monde raconte déjà par ailleurs ? »

    Ben… On a envie de le lire. Il y a une façon pénible de raconter un fait, et une façon qui donne envie, et donc qui augmente les chances de lecture d’un article. C’etsquan dmême la base : si tu as une super info mais que tu incites le lecteur à fuir au bout de vingt lignes, ben, c’est raté…

    « qui a des idées » : oui, je pensais idées de sujets. Et non, il n’y a pas que les chefs qui aient des idées. Les journalistes qui se contentent de marquer à leur agenda les conférences de presse, et les suivre à la lettre, pour moi, ne sont pas des journalistes. ça fait la différence essentielle entre un bon et un mauvais. il y a ausi les idées d’angles, de photos…

    « C’est la base ! Un journaliste qui n’aurait pas cette qualité devrait être viré sur le champ ! »

    Ah bon?? On est dans le même métier ou pas?😉 Il devrait, mais il ne l’est pas.

    « comme ils n’en ont pas assez, les journalistes interrogent plein de témoins parfois avant la police. Résultat : tout a foiré, l’enquête et le traitement médiatique »

    Je crois qu’on n’en est pas très loin, ici. Tous les témoins clefs de la famille ont été harcelés par les journalistes et ont raconté des choses… pas très intéressantes. Donc aucune info, à part à dire « ah on a interrogé l’oncle, super! » Tout le monde s’en fout.

  22. Obi-Wan Kenobi

    « si tu as une super info mais que tu incites le lecteur à fuir au bout de vingt lignes, ben, c’est raté… » Ben, c’est ce que je dis : il faut commencer par avoir une bonne info. Après, on peut continuer ce débat théorique éternellement et je ne crois pas que nous soyons en position de recruter qui que ce soit dans les mois qui viennent😉 Mais si j’avais à le faire, je ne me contenterais pas de regarder le style du candidat.

    « Qui a des idées ». Je traduirais ça par « capacité à sortir des sentiers battus » et là, nous tomberons d’accord. Mais bon, on s’est pas mal éloigné du sujet avec tout ça.

    Quant à l’affaire, j’espère qu’on en connaîtra bientôt le dénouement. Quoi qu’il arrive, cela illustrera, hélas, le fait que « la profession » ne retient jamais aucune leçon du passé… Mais ça, ce n’est pas une surprise.

  23. Obi-Wan Kenobi

    @ s1ned :

    alors, vous ai-je convaincu ou faut-il encore que j’améliore mon argumentation😉

  24. S1ned

    @ Obi Wan
    J’étais en train d’écrire quand l’orage à éteint mon ordi :@
    “Pour moi, un bon journaliste c’est quelqu’un capable de sortir des “exclus” vérifiées et recoupées et re-recoupées. Sa plume, on s’en balance.”
    Tu es sûr? Je ne suis pas journaliste, je l’ai dejà dit, mais je suis d’accord avec Chafouin.
    Ce-dernier écrit des articles intéressants, parfois non (pardonne moi :)) , mais somme toute, ils sont à peu près tous commentés, et lus par vous. Pourquoi? Parce que ce n’est pas ennuyeux, qu’il a de l’humour (je me reprend mieux la hein?) et patati et patata. Tu as beau avoir le meilleur sujet du monde, si tu n’as pas la forme…..
    Preuve: je passe mon bac de francais cette année. J’ai recu comme commentaire sur plusieurs copies:
    Sujet inintéressant, mais bien écrit (14/20).

  25. Obi-Wan Kenobi

    @ s1ned :

    mais quand le Chafouin écrit sur son blog, il ne fait plus du journalisme, il commente, il éditorialise, à partir d’infos sorties par d’autres. S’il n’y a plus de journalistes pour aller à la pêche aux infos, nombre de blogueurs vont se retrouver bien embêtés😉
    Et je le répète, c’est une question de priorité. Une bonne plume ne gâche rien, mais…

    PS : « sujet inintéressant mais bien écrit ». Deux conseils : si vous voulez être journaliste, oubliez vos cours de français, et si jamais votre rédac’chef vous fait la même remarque, il ne vous donnera pas 14/20, mais une lettre de licenciement🙂

  26. S1ned

    @ Obi
    Je ne voulais pas comparer les deux, juste donner un exemple. Si tout vos lecteurs sont assidus à votre lecture ( je n’en doute pas une seule seconde😀 )
    dans ce cas ils vous liront, que ce soi intéressant ou non, parce qu’ils auront envie de le lire, grâce à votre style (que je ne doute pas fort bon😉 )
    Après il se peut évidemment que vous ayez les deux😉

  27. Obi-Wan Kenobi

    @ s1ned :

    si vous connaissiez le pourcentage de lecteurs qui arrivent au dernier mot d’un article ! Les lecteurs sont tout sauf captifs. Si le sujet ne les intéresse pas, ils zapperont – peu importe la signature. Si le sujet les intéresse, ils liront. Et si c’est un sujet qui les concerne particulièrement, ils iront au bout du papier même s’il est mal écrit.

    Bien entendu, nous sommes d’accord, la recette du succès, c’est sujet intéressant + facile à lire.

    Quant à mon style… Eh bien, disons que j’évite les tournures telles que « que je ne doute pas fort bon » car elles ne sont pas françaises (douter est un verbe transitif indirect, très cher). Continuez donc à me chercher des noises, mais encore un conseil si vous souhaitez devenir journaliste : postulez ailleurs que dans le Nord car je pourrais fort bien avoir envie de laver cet affront.😉

  28. S1ned

    @ Obi
    Tu dois sans doute avoir raison, vu ton expérience…
    Ce que je voulait dire c’était je ne doute pas que votre style soit bon, et non pas je trouve que votrz style est mauvais. « que je ne doute pas fort bon » => Je pense qu’il est bon! Dans ces circonstances, ma tournure est bonne!
    Ne vous inquiétez pas très cher Obi, l’idée de vous insulter était loin de moi!
    Que la force soit avec vous😉

  29. Obi-Wan Kenobi

    Mon style est même excellent et mon patron me paie très cher pour me garder dans sa rédaction…

    Petite correction : vous vouliez donc dire « dont je ne doute pas qu’il est bon ». Allez, vous êtes pardonné.

  30. s1ned

    “dont je ne doute pas qu’il est bon”.
    Dont je ne doute pas qu’il soit bon plutôt non?
    Merci mon père😉

  31. Obi-Wan Kenobi

    Si tu doutes, subjonctif. Mais si tu ne doutes pas, indicatif (puisqu’il n’y a plus de place pour le doute). Néanmoins, le subjonctif peut aussi s’employer. Les deux modes sont acceptés : nous avons tous les deux raison, nous pouvons rester en bons termes.

    Je fais parfois des fautes grosses comme une vache perdue dans la braderie de Lille, mais je suis pas trop quiche en grammaire😉

    PS : désolé, chafouin, je crois que là, nous avons énormément digressé…

  32. Scoop

    Vous voulez un scoop ???

    Si je vous dis Climate-Gate ???
    Personne ne vous le volera celui-là, le fait est que pas un journal en France n’est assez couillu pour traiter ce scandale mondial avant le sommet de Copenhague.

    Est-ce qu’il reste un journal libre en France ?

  33. @Scoop

    Oui je veux bien le scoop car là je vois rien dans vos propos😉

  34. Barbara

    Euh, pour le style, il faut dire « dont je ne doute pas de l’excellence ». On dit « douter de », suivi d’un substantif, ou à l’inverse « ne pas douter de » . C’est beaucoup plus élégant comme tournure de phrase.

Un petit commentaire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s