La fausse excuse des abstentionnistes

voteOn entend beaucoup, depuis hier, les abstentionnistes s’exprimer à la radio, à la télé, et même dans la vie réelle : à 60% de non-votants, on en connaît tous une bonne flopée (c’est plutôt d’avoir un électeur dans sa famille qui doit être rare). Il y a certainement de bonnes raisons de ne pas avoir participé à cette élection. Mais s’il y a bien une explication qui agace prodigieusement, c’est celle qui consiste à rejeter la faute sur les politiques, voire pire, sur les médias…

Chacun n’a-t-il pas, en effet, le devoir de se renseigner un minimum avant de voter? Est-ce si compliqué, de taper « élections européennes » sur google et de lister les candidats, puis d’aller examiner leurs propositions sur internet? Est-ce si compliqué, de faire l’effort de lire les professions de foi qu’on reçoit par la Poste? Et-ce si compliqué, de se bouger les fesses quand la couleur politique du continent est en jeu? Doit-on tout recevoir sur un plateau pour se décider, comme un assisté?

Ils me font rire. C’est la faute des politiques! Sans doute qu’ils ont fait campagne a minima, et alors? Qui punit-on, en restant chez soi regarder Federer triompher à Roland Garros ? Les politiques, ou soi-même? Bien sûr que les médias auraient pu, auraient dû en faire plus. C’est un peu l’histoire de l’oeuf et de la poule, car les médias ont tendance à parler de ce qui intéresse les gens. Et en même temps, si on ne leur en parle pas, ils ne risquent pas de se passionner… C’est moins vrai pour la télévision, mais la radio et les journaux ont fourni le minimum permettant à l’électeur moyen de se faire un avis : descriptif de chaque liste, retour sur ce qu’est l’union européenne, sur le rôle du parlement… Que veut-on de plus?

Au fond, je me demande si cette abstention de dimanche ne démontre pas l’idiotie absolue que représente le suffrage universel. Les sondages sortis des urnes semblent d’ailleurs montrer que ceux qui ont voté sont majoritairement issus des classes socio-professionnelles les plus élevées, c’est-à-dire ceux qui ont les moyens intellectuels ou la disponibilité d’esprit suffisante pour voter. Ceux qui ont une conscience politique aiguisée. Et surtout, ceux que la vie n’a pas encore tout à fait découragé.

Le pire, c’est que les abstentionnistes de dimanche seront les premiers à râler contre « Bruxelles et compagnie »…

18 Commentaires

Classé dans Europe, Politique

18 réponses à “La fausse excuse des abstentionnistes

  1. Scoop : peut-être même qu’une partie des abstentionnistes s’est abstenue parce que fâchée avec « bruxelles et compagnie ». Qui sait ?

  2. sysedit

    C’est presque le suffrage censitaire du XXIe siècle…

    Si seulement ce fort taux d’abstention pouvait reposer la question du vote blanc… Entre ne pas voter et voter blanc, c’est pareil actuellement, alors autant ne pas aller voter… Alors que si la case « je veux voter, mais bon, aucun candidat ne me correspond » avait un peu plus de valeur, peut-être que plus de gens se bougeraient.

  3. Evan

    Salut chafouin,

    Comme disait le regretté Jacques Faizant, les abstentionnistes sont des gens qui font la grasse matinée le dimanche matin, la sieste l’après-midi, somnolent entre les deux et se réveillent le lundi pour critiquer violemment le choix des électeurs ! 😉

    Quand au vote blanc, s’il était comptabilisé, il ferait 80% à chaque scrutin, ce qui au final résoudrait encore moins de problèmes qu’actuellement.

  4. mouai, « les abstentionnistes » pour moi ça veut rien dire, au même titre que « les nonistes », il y a des profils mais pas de généralité …

  5. Thaïs

    j’y vois plus le résultat :
    – du nombre de listes. Cela devient illisible. D’ailleurs, sur les 19 listes, seules 13 étaient représentées avec des bulletins à disposition.
    – A part les ténors dont on nous a rebattu les oreilles, quid des tête de liste en région ? qui sont-ils, qu’ont-ils fait ? S’il ne sont pas de notre département, c’est comme si ils étaient « nationaux » ou « européenne » bref pas proche des gens.
    – Et puis le jour de la fête des mères, des fêtes diverses et variées et puis l’heure…Plusieurs personnes sont arrivées pendant le dépouillement pensant que le bureau fermait à 19 ou 20 heures .

    « Le pire, c’est que les abstentionnistes de dimanche seront les premiers à râler contre “Bruxelles et compagnie »
    oui tu as raison mais moi je leur dirais que c’est de la faute de chafouin qui n’a pas fait son boulot 🙂

  6. RoseNoire

    J’estime avoir une conscience politique et un intérêt pour la chose publique, et j’ai lu les différents programmes, pondéré les enjeux.
    Cependant, je ne cherche nulle excuse: en tout âme et conscience, j’ai choisi de ne PAS voter.
    Envoyez-moi les tomates, je n’en ai cure 😀

  7. @rose noire (I.R., c’est fini?)

    Que ce soit clair : je ne parle pas de toi, je l’ai précisé, je parle uniquement de ceux qui disent « j’ai pas voté, mais c’est pas de ma faute, y a pas eu de campagne ». C’est de l’hypocrisie puisqu’en réalité, il s’agit de fainéantise pure et simple. Ce n’est pas un choix, comme tu en as fait un (qui est critiquable, mais c’est un autre débat), mais un non-choix.

    @Thaïs

    Quand même, des listes nationalement représentées, il n’y en avait pas tant que ça! une dizaine!

    D’accord avec toi sur le mode de scrutin en revanche. Ceci dit, je préfère les listes qui ont choisi de mettre des inconnus, plutôt que celles qui ont mis des têtes connues qui n’iront jamais siéger à Strasbourg…

    Sur ta dernière remarque, je pense qu’il y a toujours une bonne raison de ne pas aller voter 😉

    C’est vrai que je n’ai pas non plus bcp parlé de la campagne, mais que veux-tu, ici je n’ai aucun devoir journalistique! 😉

    @Lancelot

    Tu noteras que j’évoque une forme particulière d’abstentionnisme… Je suis globalement en désaccord avec les analyses rejettant la faute sur les médias et les politiques : on a toujours moyen de se renseigner et de voter en conscience.

    Enfin, sur l’abstentionnisme, c’est marrant, j’entendais tout à l’heure un candidat front de gauche, sur france info, qui disait qu’on pouvait l’interpréter comme un avertissement et une défiance à Sarkozy : d’où l’intérêt du vote blanc, qui signifie « je ne vote pour personne », contrairement à l’abstention, qui ne signifie rien, et que tout le monde peu tinterpréter à tort et à travers…

    @Evan et sysedit

    Comme le dit evan, le vote blanc est une solution, mais s’il devient majoritaire, on est mal…

    Sinon, on a une autre solution : le vote obligatoire. Problème : cela peut inciter des gens à voter n’importe quoi ou sans réfléchir, l’essentiel étant de voter…

    @dedalus

    Tout arrive! 😉

    @Edgar

    Merci de l’info! Sauf que quand on n’est pas d’accord, on va le dire, plutôt que de se terrer chez soi. Et pire, d’aller râler le lendemain sur Europe 1.

    Ceci dit, j’admets très bien qu’il puisse exister une part d’abstention « intelligente » et réfléchie. Malheureusement, on est loin de 60% des Français à mon avis…

  8. Il est bien connu que les 40% d’électeurs qui ont voté l’ont tous fait de façon « intelligente et réfléchie » !

  9. Edgar, tu ne serais pas un peu jésuite, toi? 😉 Je n’ai jamais dit le contraire…

  10. do

    « Tout recevoir sur un plateau »: c’est bien ça qui est dangereux! La seule source d’info de la plupart des gens est le plateau [de la] télé;
    …Et si les médias avaient une stratégie politique?
    Et si les médias avaient eu envie de nous faire voter pour EE, par exemple parce qu’ils défendent des idées qui les arrangent, ou parce que des plus gros le leur aurait demandé pour des raisons précises, moyennant finances? Comment la démocratie peut-elle être indépendante du pouvoir des médias, par lesquels on reçoit toutes nos infos?
    Quand on sait ce qui se cache sous le vernis écolo de EE, et que la télé arrive quand même à nous le faire avaler, ça rappelle de l’histoire pas si ancienne que ça, et ça fait froid dans le dos.
    souvenez vous la maîtresse et la fille de Mitterand tenues cachées toute sa vie publique, et son fils qui n’est même pas encore révélé! (ils sont d’ici, et ici tout le monde les connaît). Comment croire que les médias remplissent leur rôle après ça?

  11. Cochise

    Un peu catégorique ton billet, cher Chafouin!
    Pour moi, quand on regarde les yeux dans les yeux ce qu’apporte Bruxelles aujourd’hui, c’est -grossièrement- un tas de réglementations sur le calibre des pommes, sur les dates des saisons de pêche, etc. Des trucs vraiment secondaires et qui ne nécessitent pas cette usine à gaz qu’est aujourd’hui l’UE.
    En revanche, quand il s’agit d’apporter une réponse concertée sur des enjeux politiques (crise en Géorgie, …), économiques (plans de coopération interbancaire pour répondre à la crise, …) ou sociaux (harmonisation des pans les plus importants du droit du travail, …), il n’y a plus personne (de d’accord), aucune action n’est menée, et en tout cas rien n’aboutit!
    Alors l’utilité d’engraisser des tas de fonctionnaires et élus européens dans ces circonstances…
    Et pour ma part, si je suis allé voter, c’est au mieux par idéal, et au pire par naïveté ; mais avec la certitude que si les choses ne changent pas de manière significative d’ici la fin de cette nouvelle législature, c’est bien la dernière fois que j’aurais voté pour ces imposteurs…!

  12. @cochise

    Mais dans ce cas tu n’as pas du tout la même attitude que ceux qui se retranchent derrière une fausse excuse de manque d’informations, qui de fait, trahit plutôt soit une fainéantise aboslue, soit une bêtise crasse, soit un désenchantement vis-à-vis de l’Europe.

    J’aurais dû titrer « la fausse excuse de ces abstentionnistes-là », plutôt que « des » abstentionnistes en général.

    Ceci dit, je ne suis pas tout à fait d’accord avec toi sur le rôle du parlement européen, qui vote sur bien d’autres choses que la taille des pommes. Regarde par exemple l’interdiction de certains pesticides ou produits chimiques (une première au monde) ou les directives sur le secteur internet (hadopi estd’ailleurs en contradiction, mais bon…). Je suis en manque d’exemples, mais c’ets justement parce que l’Europe esttrop éloignée du citoyen, que les députés européens (du moisn en france) sont souvent très absents des débats à Strasbourg, et qu’ils n’ont pas le lien avec l’électeur que peut avoir le député français, qui tient une permanence, rend compte de son activité, laboure le terrain.

    Ceci dit, d’accord avec toi sur le fond : tant qu’à faire de perdre de l’argent et de la souveraineté, autant que ce soit pour quelque chose, sinon, on pourrait aussi bien ne rien faire et se contenter de l’interétatique, qui fonctionne très bien pour les thèmes que tu as cités (crise économique, Géorgie, etc).

  13. Une première au monde l’interdiction de certains produits chimiques ? c’est une blague ?

    Les partisans de l’UE ont l’art de faire passer pour des premières mondiales des actes d’administration assez banals.

    Les états ont toujours effectué des contrôles sanitaires et interdit des produits dangereux, REACH n’a rien inventé.

  14. @Edgar

    Pas l’interdiction en soi, mais le nombre de produits interdits. C’est plus facile de Strasbourg que de Paris…

  15. Cochise

    Pour ma part, en interrogeant les abstentionnistes de tous poils qui m’entourent, j’ai l’impression que leur mobile se situe bien davantage sur le plan du manque de légitimité des institutions européennes et du peu d’importance de leur rôle, que sur le terrain de la connaissance savante des institutions communautaires et des prétendants au strapontin…
    En bref, au plan national, le peuple se fait déjà « entuber » sa souveraineté, et il ne veut plus cautionner! Au plan européen, c’est la même chose sauf que, de surcroît, les institutions et ceux qui les hantent ne servent pas à grand-chose… Et ça, les politiques ne veulent pas le comprendre…
    Que faudra-t-il?

  16. Tu sais très bien que de nombreuses lois prises en France sont des applications de directives et autres textes européens. Tu sous-estimes, à mon avis, le nombre de textes normatifs produits par l’Europe, je crois que dire qu’elle ne « sert » à rien est un erreur.

    Personnellement, je déplore plutôt qu’elle serve « beaucoup trop », et ce alors même qu’on a très peu d’info sur ce qui s’y fait, et sur la façon dont ça se fait.

  17. Abstentionniste et fier de l'être

    Si le peuple vote « oui », le « oui » l’emporte ; si le peuple vote « non », le « oui » l’emporte quand même. Dans ces conditions le vote est parfaitement inutile.

Un petit commentaire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s