Le bla-bla hystérique de Julien Coupat

photo AFP - Julien Coupat lors de son arrestation

photo AFP - Julien Coupat lors de son arrestation

Il faut lire l’interview exclusive de Julien Coupat publiée aujourd’hui par Le Monde. On y constate précisément toute l’hystérie, la paranoïa et la haine de ce monde de cette mouvance anarchiste dont ironiquement, le « martyr », comme voudraient nous le présenter les sainte-nitouche de gauche, refuse de se revendiquer. On y voit tout le bla-bla ultragauchiste qu’on entend, dans les manifestations, dans la bouche des marginaux de la CNT, pour qui tout n’est qu’argent, complot et fascisme. Je ne sais si cet homme est coupable de ce dont on l’accuse (quelques sabotages de lignes à grande vitesse), mais une chose est sûre : d’une part, il n’y répond pas, et d’autre part, son langage révolutionnaire et sa passion de la « rue » en font un homme dangereux, à combattre sans lassitude dans le domaine des idées.

Il avait l’occasion de se défendre, d’aborder le débat sur le fond, de se placer au niveau du droit. Cela peut être utile et intelligent, quand on fait l’objet de poursuites judiciaires. Il a préféré s’empêtrer dans des propos généraux contestataires qui ne font que confirmer, par leur délire, ce qu’on a dit depuis le départ sur Julien Coupat et sa bande d’utopiques, arrêtés dans l’enquête sur des sabotages commis sur des caténaires de ligne à grande vitesse, qui avaient à l’époque semé la zizanie dans les transport des passagers. A savoir que son « groupe » appartenait à une mouvance d’ultra-gauche. Car il s’agit bien de ça : des anticapitalistes rétifs à l’autorité et à l’ordre, qui assimilent droite et gauche à blanc-bonnet et bonnet blanc, et qui appellent à abattre l’Etat au plus vite. Comment vous appelez ça, vous? Ce n’est pas de la gauche, c’est autre chose que de l’extrême gauche. De l’alter-gauche, alors?

Julien Coupat avait surtout l’occasion, dans cette interview, d’enfin nous expliquer clairement ce qu’il faisait le 7 novembre dernier, avec sa compagne, au bord de la ligne du TGV-est qui sera sabotée la nuit-même. Tous nos amis de gauche qui crient au « vide » des charges contenues dans le dossier d’instruction, pour mieux dénoncer l’incarcération pour « délit d’opinion », seraient sûrement aussi intéressés que moi d’entendre la réponse à cette question centrale du dossier.

Cette question ne lui a pas été posée, mais de toutes manières, notre victime de la répression d’Etat refuse de rentrer dans le débat, puisque grosso modo, ses réponses consistent perpétuellement à affirmer que l’Etat, la police, la Justice, la prison, n’ont aucune légitimité et aucun pouvoir moral sur lui. Cela commence dès le départ de l’ITV : Coupat compare les policiers venus l’arrêter à « une bande de jeunes cagoulés et armés ». Le ton est posé : Coupat n’est pas là pour répondre à une interview people, ni pour se défendre, mais pour faire passer des idées politiques. A la fin de l’entretien, réalisé par écrit, il explique pourquoi il n’est pas là pour se déclarer innocent : « La race des innocents est éteinte depuis longtemps, et la peine n’est pas à ce à quoi vous condamne la justice : la peine, c’est la justice elle-même, il n’est donc pas question pour mes camarades et moi de « clamer notre innocence », ainsi que la presse s’est rituellement laissée aller à l’écrire, mais de mettre en déroute l’hasardeuse offensive politique que constitue toute cette infecte procédure. »

Ah, si, quand même, Coupat nous livre quand même une information, puisqu’il affirme que les sabotages ont été revendiqués par un groupe d’écologistes allemands, qui auraient voulu « protester contre le transport vers l’Allemagne par voie ferroviaire de déchets nucléaires ultraradioactifs et de dénoncer au passage la grande arnaque de « la crise » « . La belle affaire.

Le martyr de Tarnac pratique ensuite la technique de « je-tourne-autour-du-pot » et du « je-délaie-derrière-des-propos-bien-généraux » pour surtout, ne jamais répondre à la question posée. Ne perdons pas de vue que pour ce monsieur, Le Monde représente la presse bourgeoise, aux ordres du pouvoir et du système. On peut même s’étonner qu’il ait accepté d’ainsi frayer avec « l’ennemi ». Par exemple, quand on lui demande s’il appartient bien à la mouvance dite anarcho-autonome ou à « l’ultragauche », notre homme réplique, en gros, qu’on serait bien en peine de dire ce qu’est l’ultra-gauche, et que la méchante droite a créé la « fable des anarcho-autonomes » pour disposer d’un adversaire identifié et « reléguer dans l’inexplicable une révolte que tout justifie ».

Il confirme ainsi être adepte de la théorie du complot, mais ne répond toujours pas à la question.

Idem quand on lui parle de terrorisme ! il ne dit pas ce qu’il est, ni ce qu’il a fait ou pas, mais nous fait un exposé sur le terrorisme, nous narrant combien il est délicat de définir ce concept, qui ne sert aux Etats qu’à identifier des ennemis déclarés. Pauvre Action directe, pauvre ETA, pauvre IRA,  victimes de l’arbitraire étatique, qui de manière étonnante, a toujours choisi de lutter contre ceux qui menaçaient ses fondements!

Julien Coupat, au fond, paraît ici comme un type qui a des idées, mais qui ne les assume pas, puisqu’il décide de se présenter un victime de la Gestapo moderne : l’antiterrorisme. Il ne va pas au bout, puisqu’il choisit d’être ennemi déclaré de l’Etat, de vilipender ses actions, sa légitimité, son fondement, avec un discours théorique ultracontestataire et radical, et dans le même temps, qui exige que ce même Etat respecte le droit à son égard et lui donne ses chances de parvenir à ses fins en tout légalité. Qui ne comprend pas pourquoi on lui en veut. Que croit-il? Que la démocratie est un système de bisounours, où toutes les idées sont permises? Que la démocratie ne lutte pas contre les menaces qui pèsent sur elles? Que la démocratie « moderne » ne contient pas de germes totalitaires? Que croit-il récolter, quand il assène qu’ « un tel régime, même installé par un plébiscite aux apparences démocratiques, n’a aucun titre à exister et mérite seulement d’être mis à bas »? Des fleurs, des bisous? Révolutionnaire en peau de lapin, va.

Au passage, lui, l’agneau sans tâche, il use sans cesse des mots « guerre », « révolte », « rue », et dézingue un peu tout le monde. Les syndicats? « Plus vendus que jamais ». Besancenot? « Quels que soient ses scores électoraux, et même sortie de l’état groupusculaire où elle végète depuis toujours, elle n’a pas de perspective plus désirable à offrir que la grisaille soviétique à peine retouchée sur Photoshop. » Le monde pénitentiaire? Là, il vise plus juste, puisqu’il clame que « la plus remarquable imposture du système judiciaro-pénitentiaire consiste certainement à prétendre qu’il serait là pour punir les criminels quand il ne fait que gérer les illégalismes. »

Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais je crois que Julien Coupat, avec cette interview, a fait exactement ce qu’il ne fallait surtout pas faire. Jusqu’ici, ses fans l’avaient érigé en martyr, ce qui lui avait certainement fait gagner des sympathies, et donc fait avancer sa cause. Désormais, on sait que cet homme n’est que venin, et qu’il rêve de tuer cette société. Merci donc, Julien!

Lire aussi les billets d’Edgar et Nick Carraway.

44 Commentaires

Classé dans Chafouinage

44 réponses à “Le bla-bla hystérique de Julien Coupat

  1. What else ? … Rien tout est dit.

    Par contre il fait rêver la gauche sur la toile. Ils adorent, l’intellectuel anti système et anti tout en fait…

  2. rien à foutre de Coupat, je n’aime pas les icônes, encore moins les martyrs. mais oui, j’aime bien qu’il en reste pour casser du bourgeois et faire trembler dans les jolies chaumières. il vous fait peur ? tant mieux !

    j’aime quand le bourgeois en appel à l’ordre et à l’autorité quand il croit sentir peser la menace. c’est qu’il sait bien que s’il venait l’idée aux opprimés du capitalisme de se révolter, ils auraient beaucoup à perdre – on pourrait même leur brûler leur belle bagnole, allez savoir.

    c’est d’un drôle !

    (allez camarade, rassure-toi, celui-ci au moins est en prison)

  3. Chafouin, vous estimez tout à fait normal que les enquêtes à propos des actions des antinucléaires (Coupat, c’est la face émergée de l’iceberg qu’est l’antiterrorisme) soient placées de plus en plus souvent sous la juridiction d’exception qu’est l’antiterrorisme ?

    Pour ne pas me faire attribuer des opinions que je n’aurais pas, je suis partisan du nucléaire, du moins en France…mais que des gens qui n’ont rien à voir avec ce pour quoi on nous a « vendu » ces lois d’exception se retrouvent quasiment au secret, avec des droits de la défense réduits au minimum, ça me pose un gros problème.

    Pourquoi Coupat n’est pas « tout bêtement » accusé de sabotage ou d’atteinte au bien public ? Pourquoi l’antiterrorisme ? Parce qu’il a dans sa bibiliothèque des livres jugés douteux ?

  4. Il faut reconnaître qu’il a un sacré brin de plume…

  5. « Que la démocratie “moderne” ne contient pas de germes totalitaires? »

    J’aime beaucoup ce passage où tu anéantis ton billet en dix mots. Que Coupat soit en prison pour des motifs assez minces (il s’explique assez bien sur la probable implication d’anti-nucléaires allemands, contrairement à ce que tu écris) est bien une alarme qui révèle les germes dont tu parles.

    Tu lui donnes ainsi raison, sauf à imaginer que tu souhaites que ces germes prospèrent pour donner de beaux arbres noirs…

  6. C’est qu’il finit par vraiment terroriser son monde, le diable!🙂

    La question demeure: y a-t-il un seul fait dans ce qui lui arrive qui élimine le scandale que représente sa détention et le chef d’accusation dont il est l’objet?

    Mérite-t-il d’être enfermé pour ses idées?

    Liberté de pensée ET présomption d’innocence, voilà ce qui devrait être fondamental dans cette histoire et rassembler tous les démocrates.

  7. @Dedalus

    Ne fantasme pas, je n’ai appelé ni à l’ordre ni à l’autorité, et à aucun moment je ne me suis réjoui qu’il soit en prison, où vas tu chercher tout ça?

    J’ai appelé explicitement à le combattre sur le terrain des idées, point barre. Et c’est ce que je fais : contester ses idées.

    Cette position que tu me prêtes, qui est, je le répète, de l’ordre du fantasme de ce que tu crois que je suis, serait tout aussi caricaturale que la tienne, à savoir qu’il est cool ou aware d’appeler à la destruction de l’Etat bourgeois.

    Vous tous qui défendez ce faux martyre, allez donc dans les pays non démocratiques, vous verrez que ce qu’il en coûte d’être un opposant au régime.

    Je n’ai pas « peur » de lui, j’ai peur que ses délires convainquent des esprits faibles et victimes de la crise, c’est tout.

    @Seb

    Tu m’étonnes : ils ont là leur idole de pacotille. Qui aurait parlé de Julien Coupat sans cette affaire? Personne.

    @Moktarama

    Où ai-je dit que je trouvais ça normal? Encore un fantasme! Non, je ne trouve pas ça normal car confier une affaire à l’antiterrorisme devraitêtre dicté par deux conditions : l’une, qu’il s’agisse de terrorisme (les antinucléaires peuvent l’être), de deux, qu’une unité de police « normale » soit en difficulté pour résoudre l’affaire.

    Quant aux droits de la défense, avez-vosu des éléments qui vous laissent à penser que Julien Coupat est au secret? Il a pu accorder une ITV à un grand journal! Il y a mieux, comme mise au secret!😉

    Enfin, sur le dernier point, vous savez, il est très fréquent que la justice vous poursuive pour plus que ce que vous avez fait réellement, « au cas où » : on ouvre l’information judiciaire au plus large, quitte à la réduire ensuite. Par exemple, on poursuit pour homicide volontaire même si le caractère volontaire n’est pas totalement certain, quitte à réduire ça à homicide involontaire ensuite. Bref.

    Il est probable que ces gens n’aient rien fait du tout, ou se soient contenté de sabotage, mais s’il s’agit d’un groupe constitué qui ait eu pour objectif de faire des actions de ce type. D’ailleurs, tout dans le discours de Coupat légitime ce genre d’action, non? Il appelle à abattre l’Etat, alors pourquoi pas saboter une caténaire?

    @Edgar

    Je dois admettre, comme je l’avais fait sousun précédent billet au sujet de Besancenot, que je ne suis pas en désaccord total avec le constat qui est fait. Mais je pense que cela n’anéantit pas mon billet, car si j’estime (tout comme toi, d’ailleurs!) que la démocratie « moderne » contient bien des germes de totalitarisme dans son évolution, cela ne veut pas dire que j’approuve les pensées de Coupat, et les actions qu’on lui impute.

    Sa vision des choses est noire, entièrement négative, dénuée de nuance et surtout, d’espérance…

    @Aurélien

    As-tu lu le dossier d’instruction? Moi pas. Je ne préjuge pas de sa culpabilité, mais pas non plus de son innocence, et je ne veux pas tomber dans la facilité qui est de dire qu’il est enfermé uniquement pour ses idées. Ce n’est pas MAM ou Sarkozy qui le retiennent en prison, mais des juges, des cours d’appel et compagnie!

    Quant à sa présomption d’innocence, nous sommes tous d’accord pour lui accorder. Mais je remarque juste qu’il ne fait rien pour qu’on le croie innocent. Lui-même ne dit pas l’être, si tu lis bien!😉

    @Criticus

    Certes! Belle plume, et pensée riche et construite. Mais blabla hystérique, tout de même.

  8. J’aime beaucoup la critique que tu lui fais d’une pensée dénuée d’espérance.

    Comme si, au fond, son crime était de désespérer Billancourt. C’est très catholique comme réaction, comme si, dans la douleur ou le désarroi c’était pêché que de perdre espoir.

    Je ne partage pas son pessimisme sur tous les points, mais je trouve que son avis a le grand mérite d’inviter à réfléchir. Pour tout dire je l’ai trouvé plus libre dans son expression que bien des donneurs de leçon qui débitent des pensées préformatées !

  9. @Edgar

    Inviter à réfléchir, ok, si l’on s’en tient au débat intellectuel, mais inviter à détruire, à se révolter? ça n’amènera rien parce que ce type ne propose rien, à part casser.

    A chaque fois que je discute avec des gens comme lui, il est imposssible de mener un débat censé, car la théorie du complot est toujours présente, donc ça s’arrête toujours très vite… sans compter leurs fantasmes sur la « presse de bourgeois »…

    Sur l’espérance, c’est peut-être très catholique,mais cela rejoitn ce que je disais plus haut sur les propositions qu’on fait pour s’en sortir. C’est aussi cela, l’espérance. Faire en sorte de ne pas uniquement dénoncer. Mais aussi de construire, de proposer. Remarque, il a construit qq chose, une épicerie alternative!😉

  10. souklaye

    Nous sommes dans l’ère des dix commandements où la glorification fanatique précède la condamnation sacrificielle avant de tout oublier et de recommencer.

    Toute problématique trouve une raison et une finalité dès qu’un visage ou un logo correspond au portrait robot que se forge l’opinion publique, peu importe les faits ou les hypothétiques récidives.

    Nul besoin d’imaginer des complots téléguidés par des puissances invisibles pour procéder aux jugements éternels et aux pardons administratifs.

    La machination la plus cannibale, sous couvert de motifs vengeurs et de méthodes victimaires, est gérée par nos propres soins en garantissant notre hygiène morale ainsi que la valeur héroïque de notre égo.
    la suite ici :
    http://souklaye.wordpress.com/2009/03/23/bloc-note-bouc-emissaire-et-alibi-plausible/

  11. Mieux vaut lire ça qu’être aveugle après tout. La liberté d’expression, c’est aussi le droit de ne voir que ce qui nous arrange, et exposer aux autres sa propre vision, profondément immobiliste et inégalitaire de la société dans laquelle on vit, en plein délitement mais qu’on veut garder pareille quoi qu’il en coûte : de la présomption d’innocence, des règles de vie dans les prisons, du système éducatif, de l’inégalité grandissante entre les populations, de la paupérisation générale, de la tentative de contrôle toujours plus grand de la vérité et de la réalité, de toutes les places d’expression, etc.

    Si réellement Le Chafouin est journaliste, j’espère que l’on saura qui il est et où il sévit, la transparence de l’information est à ce prix (dans les conditions d’une société qu’on laisse dériver).

  12. @hillson

    Mais vous mêmes, vous délirez totalement. D’une part, je ne vois pas le rapport entre ce billet et le fait que je sois journaliste, car je n’impose pas mes opinions au média pour lequel je travaille. Et d’autre part, votre propos liminaire montre là encore la passion pour le complot. Bien sûr, je ne vois que ce qui m’arrange! Et bien sûr, Coupat et ses fans ont, eux, une vision objective de ce qu’est la société et des remèdes à lui apporter.

    Une fois que vous avez dit ça, eh bien, vous n’avez pas fait avancer le débat.

  13. Certains voient des complots et du fascisme.
    D’autres, dont le webmestre du présent blog, se gaussent des précédents.
    S’il n’y a ni complot ni fascisme dans le fait exposé ci-après, le webmestre pourrait-il nous en donner l’explication non-complotiste et non-fasciste ?

    Quand le ministère de l’intérieur censure les élections.

    Ayant échoué à censurer le site internet Wikipédia (voir l’article de Rue89.fr tinyurl.com/o6oucx), ayant échoué à censurer la liste Dieudonné pour les européennes (voir l’article de Liberation.fr tinyurl.com/psp87j), le ministère de l’intérieur se rabat sur une censure plus simple à mettre en oeuvre : celle de son propre site internet.
    Et c’est ainsi qu’ont été censurés… les résultats des élections municipales de 2008 !

    La suite sur http://tinyurl.com/p5hjoa

  14. Pingback: Lettre ouverte à J. C. « Baroque et fatigué

  15. @Legrand

    Dois-je expliquer ici pourquoi, selon moi, ce monde s’écroule? c’est bien cela que vous me demandez?😉

  16. Tant mieux si vos opinions personnelles n’influent pas sur votre travail journalistique. C’est tellement rare.
    Si vous (tu, je préfère le tu sur Internet) me permets, je vais citer ceci « qui s’éloigne des cinq opinions publiques et marche à l’écart aura toujours la totalité du troupeau contre lui ».

    Ce qui me gêne, ce n’est pas le fanatisme pro ou anti Coupat, c’est l’idée dominante qui veut que tout ce qui sort des clous consensuels et mous soit forcément les propos d’un aliéné, dangereux, d’un psychopathe, ou d’un narcisse, ou d’un …….. Ca peut continuer longtemps.

    Sans partager la vision de Coupat, enfermer ses idées dans un bloc « coco-révolutionnaro-lénino-stalino-etc » ne fait que rendre tout débat caduque à partir du moment où l’avis général disqualifie automatiquement ces idées.

    Et ça me gonfle.

  17. Mais je ne disqualifie pas ses idées, puisque je partage une partie de son constat. D’ailleurs, je le répète, il faut que je lise l’Insurrection qui vient, puisqu’au fond, j’y crois aussi à cette insurrection.

    Sauf que lui l’appelle de ses voeux, et aimerait une révolution sanglante. Ce n’est pas un fou, mais un idéologue, dépourvu de tout espoir. Et donc, pou rmoi, un adversaire.

    Quant aux journalistes, ils ne sont pas forcément tous aussi caricaturaux ou parti-pris que ce que vous pensez…

  18. Une nouvelle de Frédéric Begbeider traite justement d’un cas d’insurrection amusante : l’auteur est installé dans un café bourgeois et entend le peuple qui vient zigouiller tous ceux qui en ont trop profité sur le dos des pauvres.

    Digression une mise à part, je comprends mieux votre propos sous cet angle. Maintenant, ce que je ne comprends pas, c’est d’où provient l’espoir qui vous anime.

    Digression 2 sur le journalisme et les journalistes : issu d’une formation journalistique (publique et gratuite) moi-même, et ayant travaillé dans un quotidien régional (pas longtemps) et suivant de près toute l’actualité journalistique, j’admets que tous les journalistes ne sont pas soumis ou aux ordres ou dominés par leurs opinions, mais rares sont les journaux dont les propriétaires laissent les journalistes sérieux exercer convenablement.

  19. Ah, j’ai oublié tout à l’heure : ma première citation, c’est Nietzsche qui l’a faite (le Gai savoir, n°174).

  20. @Hillson

    Cet espoir provient du fait que je crois en Dieu, et que ce faisant, je suis persuadé que la victoire sera au bout, quoi que le « mal », si on peut l’appeler ainsi, puisse faire. Les puissants qui profitent des autres, cela n’aura qu’un temps, à mon sens.

    Cette même foi en Dieu, et donc une certaine forme d’injustice, m’interdit de penser à détruire un régime si je ne suis pas sûr que la situation postérieure ne sera pas pire encore : d’ailleurs, pas besoin d’être croyant pour ça, c’est un peu de la logique.

    Sur le journalisme, je suis d’accord avec vous, mais je pense que quand on est un minimum honnête, on peut faire son boulot convenablement, car quoi qu’on en dise, il est difficile pour un patron de presse de censurer de manière trop évidente.

  21. Obi-Wan Kenobi

    Eh bé ! Que de commentateurs qui ont choisi de chausser les lunettes de vision en noir & blanc ! « Puisque Chafouin n’aime pas les idées de Coupat, il justifie donc la juridiction d’exception qu’est l’anti-terrorisme. »

    Bon, pour ma part, j’ai lu l’intégralité de l’Insurrection qui vient. Première remarque : c’est marrant comme le style de ce bouquin ressemble à celui de l’interview de Julien Coupat. Mais celui-ci nous assure qu’il n’en est pas l’auteur, ouf, on est rassuré.

    Néanmoins, Julien Coupat adhère aux idées de ce bouquin et les développe dans son interview. Deuxième remarque : c’est fou ce que les gens sont masochistes. Car Coupat nous pisse tous à la raie, sans exception, pour la bonne et simple raison qu’à ses yeux, nous sommes des couilles molles. Lisez L’insurrection qui vient. C’est dit avec d’autres mots, mais ça ne dit pas autre chose. Blogueurs, militants PS ou même du NPA, syndicalistes: tous nous faisons partie de la gélatine humaine, celle qui n’a rien compris à la vie, enfermée dans le système, complice de ce système. Quand je vois Libé prendre autant fait et cause pour lui, je me dis qu’à Libé, ils ont vraiment une bonne âme.

    Ensuite, pour en revenir au billet du Chafouin : qui oserait nier qu’il manque quelques questions à cette interview ? On peut penser Coupat innocent, ça n’empêche pas de s’interroger sur les faits qu’on lui reproche. A moins d’adhérer à 100 % à la théorie du complot et aux preuves fabriquées de toutes pièces.

    Enfin, on peut avoir des doutes sur l’innocence de Julien Coupat (c’est mon cas et c’est mon droit) et ne pas défendre la justice d’exception et les méthodes de MAM. Au final, J.C. n’est peut-être qu’un petit délinquant de droit commun à la langue un peu plus pendue que les autres qui ne méritait pas qu’on s’y intéresse.

  22. Hors tout le débat « politicien », hors le débat sur la justice d’exception (pour ne pas dire l’absence de justice, ou la justice à deux vitesses, ou la justice aux ordres, etc.), hors le personnage de J. C., on peut tout de même noter comme les gens se divisent sur une question : il y a ceux qui aiment finalement qu’on leur crache leurs quatre vérités. Ces gens là aiment Irréversible, Bret Easton Ellis, et les artistes qui montrent leurs défauts aux humains (je ne parle que des plus connus et contemporains). et il y a les autres. Ceux qui détestent cordialement qu’on les mette devant leurs torts, leur apathie, leur lâcheté. Ça les empêche de se mentir encore et encore.

    Plus la vindicte à propos des « montreurs » est forte, et plus j’ai tendance à penser que ceux qui hurlent sont ceux qui souffrent le plus…

  23. Obi-Wan Kenobi

    @ hillson :

    je l’ai précisé : j’ai lu l’Insurrection qui vient. En entier, dans le détail. Je partage sur de nombreux points le constat, même si j’ai beaucoup de mal avec ceux qui disent « en dehors de mon mode de vie, mon mode de pensée, rien ne vaut, tout est pourri ». ça ne me dérange qu’on puisse pointer mes défauts, ma lâcheté supposée – même si je me dis, intérieurement, « qui es-tu pour me donner la leçon ? »

    Mais, plus je tournais les pages, plus on approchait de l’insurrection, je me disais « et après? ». Après rien. Il faut continuer à espérer les lendemains qui chantent. Vous savez, les lendemains qui chantent, c’est ce que nous promettent tous les dictateurs en puissance.

    @ Chafouin :

    As-tu lu le Libé de ce jour ? J’ai du mal à comprendre pourquoi des journalistes de la gauche molle sont tombés à ce point en admiration devant ce jeune homme. Le meilleur, c’est l’article titré « Des policiers à court de preuves ». Le titre laisse penser qu’ils n’ont rien, le contenu montre qu’ils ont déjà pas mal d’éléments, mais qu’ils en auraient eu plus si MAM n’avait pas précipité les arrestations. S’il y a « fiasco », ça ne peut être que là. Mais on trouve encore trop de médias qui fonctionnent sur le mode binaire : « détention provisoire » = coupable, « liberté conditionnelle » = innocent (cf l’affaire d’Outreau). Donc si on remet Coupat en liberté, c’est qu’on a rien contre lui. Pathétique…

  24. Pas de « e » à « martyr », si je puis me permettre, tout au moins pas dans le sens qu’a ce mot à quatre reprises sous votre plume. Ainsi, on peut dire que J.C. est devenu un martyr après qu’il a lui-même vécu le martyre (étant entendu que je laisse à chacun le soin de mettre le nom qu’il veut sur ces initiales).

  25. @obiwan

    « Quand je vois Libé prendre autant fait et cause pour lui, je me dis qu’à Libé, ils ont vraiment une bonne âme. »

    Exactment. Libé, finalement, applique admirablement les valeurs évangéliques : « quand on te frappe sur la joue gauche, tend la joue droite ».😉

    Pour le reste, parfaitement d’accord : je doute de son innocence, je suis même de plus en plus persuadé de sa culpabilité, mais ce n’est pas une raison pour le maintenir enfermé pendant 6 mois et pour luiu donner autant d’importance. Ce n’est que quelques retards de train, il n’y a pas eu mort d’homme…

    Mais au moins, ça permet de flatter cet homme qui ne semble pas se prendre pour du boudin.

    Ce qui est sûr, pour répondre à ton deuxième commentaire, c’est que la précipitation les a empêché d’avoir assez de preuves contre ce groupe « invisible ». Quand ils veulent arrêter des braqueurs, tous les bons flics savent qu’il faut les laisser commettre quelques faits criminels pour pouvoir les coincer…

    @Hillson

    « Ceux qui détestent cordialement qu’on les mette devant leurs torts, leur apathie, leur lâcheté. Ça les empêche de se mentir encore et encore. »

    Vosu parlez de ceux qui crachent sur Coupat?😉

    Personnellement, je vous l’ai dit, je partage une partie de son constat, donc je ne me sens absolument pas responsable de la décadence de notre société. En revanche, je plaide plutôt pour une conversion intérieure, qui a vocation à rejaillir sur les autres, à donner l’exemple, plutôt que de haïr la société. Que ce type fasse ce qu’il doit faire là où il est, plutôt que d’en vouloir à la terre entière, une attitude, je le rappelle, digne d’un gamin.

  26. memel

    Quel est le journaliste sans cervelle qui a écrit cette article ?

  27. @memel

    c’est moi-même. Allez-y, commentez sur le fond plutôt que d’insulter. En serez-vous seulement capable?

  28. Pingback: Coupat et le compromis historique « Les coulisses de Sarkofrance

  29. Je trouve qu’il fait un constat très juste :

    * pacte de 1945
    * compromission de la gauche de gouvernement
    * « bureaucraties syndicales vendues »
    * sur Besancennot : « son destin est de décevoir »

    Il faut parfois savoir entendre au lieu de juger.

    -> http://www.voie-militante.com/divers/points-de-vue/interview-julien-coupat-au-monde/

  30. Obi-Wan Kenobi

    @ Denis :

    OK mais qu’est-ce que vous proposez ? Vous croyez sincèrement qu’après l’insurrection vient le bonheur pour tous ?

    Préparer l’insurrection dans de jolis livres collectifs, c’est un loisir réservé aux fils subventionnés par un papa médecin.

  31. @Denis

    J’entends, j’entends, mais il ne fait pas que dire cela. J’entends aussi de la parano, de la théorie du complot, de la haine de l’autrorité, et un appel à abattre l’Etat. Un hypothèse qui, comme on s’en doute, serait préjudiciable aux plus faibles. Comme d’habitude.

  32. zalmoxis

    Mon pauvre petit chou.
    Julien Coupat est un philosophe respecté pour la profondeur de ses idées, par des philosophes de renommée mondiale, tels que Alain Badiou, Toni Negri ou Giorgio Agamben. Qui es-tu, toi? Une larve intellectuelle, soumise à toutes les prostitutions et les immondices d’un régime obscène et profondément infect : le capitalisme. Au demeurant, ton avis sur Julien Coupat, qui a depuis longtemps sa place dans l’histoire des idées politiques (Tiqqun), importe autant que celui de ma concièrge.

  33. @zalmoxis

    Ton héros, ton grand homme, n’est même pas capable d’assumer ses pitoyables actes. Voilà qui aurait eu de la tenue : un Julien Coupat assumant jusqu’au bout, puisqu’il crache sur la justice.

    Au lieu de cela, il préfère essayer de nous faire croire que la nuit même où le sabotage a eu lieu, à l’endroit même où il a eu lieu, comme par hasard, il avait décidé d’aller faire l’amour avec sa petite amie sur des rails SNCF.

    Voilà qui ne convainc que des grands intellectuels comme toi. Pas les larves comme moi.

  34. iouline

    Votre article brille, d’abord, par son acculturation politique particulièrement crasseuse, ensuite, par son adhésion à l’idéologie ultra-totalitaire selon laquelle le capitalisme ne devrait plus aujourd’hui tolérer la moindre opposition.
    Son manque total de sérieux éclate lorsque vous prétendez que Julien Coupat puisse ou ait pu adhérer en quoi que ce soit à une quelconque « théorie du complot ». Il suffit de lire cet entretien pour se convaincre que c’est complètement absurde, puisqu’il y affirme exactement le contraire, savoir, que la structure mafieuse du gang sarkozyste a ceci de particulier qu’elle n’a AUCUN BESOIN DE SE CACHER pour régner. L’actuel Régime (car il s’agit de bien autre chose que d’un gouvernement) est donc le moins opaque et le moins complotiste que la république ait connu depuis, au moins, le gouvernement provisoire de De Gaulle, pour la raison très simple que son tour de force est d’avoir fait disparaître l’opposition – comme le montre l’émergence des formes de vie et de pensée ultra-soumises et ultra-sécuritaires dont vous êtes l’exemple – dont l’adhésion (pour le coup hystérique, et même maniaque) à l’ordre dominant, s’accompagne d’une soumission totale à l’obscénité marchande, à la violence matérialiste et nihiliste, érigée au rang de norme humaine universelle.

  35. Mais bien sûr… Ce qui transpire de vos propos, et de ceux de Julien Coupat, c’est cette théorie du complot, j’insiste, ou plutôt, cette paranoïa qui consiste à penser que tous (sauf vous, bien sûr, qui êtes les seuls rescapés,) sont soumis à un ordre marchand et totalitaire.

    Où voyez-vous le mot capitalisme dans mon billet? où voyez vous cette soumission que vous fantasmez? Je le répète : vous construisez un monde qui n’existe pas. Vous vous construisez un ennemi, le GRAND MECHANT LOUP, et vous interprétez tout en fonction de ça. Donc fatalement, vous en venez à classer tous ceux qui vous contredisent dans la casse des « soumis », des « traîtres », etdes « complices » du méchant loup.

    Classique, mais tellement décevant.

    Vous seuls, finalement, avez compris le monde. Quel bonheur ce doit être pour vous!

    Ou quelle tristesse, plutôt, car vous ne voyez la vie qu’en noir, avec des méchants capitalistes partout. Vous ne pouvez vous empêcher de baver sur tous ceux qui ne pensent pas comme vous. Et votre vie n’est qu’une suite de jérémiades. Sincèrement, je vous plains.

    Si vous étiez allé plus loin que le bout de votre nez, vous auriez vu que je dénonce, moi aussi l’obscénité marchande, le matérialisme, le nihilisme. Je n’ai tout simplement pas besoin de commettre des sabotages pathétiques pour cela. Mais si je le faisais, je l’assumerais, plutôt que de nier comme un pleutre.

  36. Si je comprends bien le raisonnement et au-delà des personnes, des opinions et des faits, vous ne voyez rien d’anormal.

    Vous vous promenez un soir , on vous arrête, on vous enferme dix jours, on vous interroge, vous devez prouver que vous n’y êtes pour rien (de quoi, c’est à vous de le savoir) et vous devez encore vous justifier une fois qu’on vous relâche.

    Finalement, que reproche-t-on exactement aux pays totalitaires ?

    Vive la novlangue ?

  37. @Annie

    Contrairement à ceux qui ne voient dans cette affaire QUE le problème de la liberté de Coupat, moi,, j’y vois le symptôme d’une montée d’un gauchisme similaire à celui des années 70. Et un réel risque terroriste. Quan don analyse les propos de Coupat, et de ceux qui pensent comme lui, on y voit surtout de la haine, et du radicalisme. Et quan don a la haine, on finit par faire mal.

    Peut-être pas, remarquez. C’ets pour ça que s’il n’y a pas de preuve contr elui, je préfère qu’on el relâche, ce n’ets que justice.

    Mais vous ne m’empêcherez pas de croire, à titre personnel, que sa culpabilité ne fait que peu de doutes.
    Il ne se « promenait » pas un soir. Il était sur les lieux la nuit-même du sabotage. Nuance.

    Je ne dis pas qu’il doit se justifier. Je dis que quand on donne des leçons au mond entier, comme c’est le cas dans cette ITV, eh bien on assume. Et là, ce n’est pas son cas.

  38. donos

    @ l’auteur : Le monde dans lequel vous vivez est totalement déconnecté de la réalité, il appartient au passé et à montré qu’il nous menait droit dans le mur, continuez de vous complaire dans l’autosatisfaction de vos tours de verre, mais attention, le réveil n’en sera que plus brutal…

  39. @donos

    Qu’en savez-vous, du monde dans lequel je vis? Rien du tout. Qu’en savez-vous, de qui je suis? Rien du tout. Vous présupposez. « Avec moi ou contre moi », c’est votre seul moteur, pas vrai?

    On a beau être d’accord avec vous sur une partie du diagnostic, si on ne propose pas de détruire ce monde on est pourri, donc…

  40. S1ned

    De ce que je vois, je note que tous les « adeptes » de Julien Coupat, dans leurs commentaires sont d’une agressivité largement supérieure aux autres.

    La haine va t’elle jusque là? Quand on a eu de la haine dans le coeur toute sa vie, pour fonder un nouveau régime franchement c’est pas top🙂

  41. Et ça fait surtout froid dans le dos pour ceux qui sont vus comme « déconnectés de la réalité »

  42. Obi-Wan Kenobi

    @ zalmoxis, iouline et consorts :

    vous n’avez pas honte d’enrichir EDF en utilisant votre électricité à réagir sur ce blog ! Suppôts du capitalisme, va !
    Euh, sinon, y aurait quelqu’un pour me répondre à ma précédente question : y a quoi après l’insurrection ? du bonheur pour tous, y compris les larves soumises comme moi qui n’adhère pas à votre discours ou bien serais-je fusillé pour l’exemple ?

    @ chafouin :
    pas facile de défendre une vision du monde qui ne soit pas en noir et blanc. et pas simple de discuter posément avec ces nostalgiques de la Terreur. M’enfin, continue comme ça !

  43. Obi-Wan Kenobi

    Aïe, caramba, les disciples de J.C. ne sont plus sur ce blog en train de dénoncer la bêtise crasse de l’auteur de ce billet ! Sont sans doute en train de préparer une petite insurrection de derrière les fagots. J’annule mon billet de train…

  44. zinzin

    Dans le domaine de l’hystérie je pense que vous êtes bien placé. Pour un peu on se demande si Coupat ne mériterait pas le bagne. …mon dieu mon dieu. .

Un petit commentaire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s