Le vrai visage de Benoît XVI

YadvashemOn dirait presqu’un titre à la Marianne. Et oui, le vrai visage de Benoît XVI, de brillants journalistes se croient souvent appelés, par devoir, à nous le faire découvrir. Et bien sûr, à le dépeindre comme obscur, forcément tourné vers les traditionnalistes, vers le conservatisme, attaché à la morale, intransigeant, intolérant. Or voilà que le pape, en voyage en Terre sainte, détrompe tout ce beau monde de commentateurs à la petite semaine. Oui, il condamne avec force l’antisémitisme, oui, il appelle au dialogue et au respect mutuel entre les religions, oui, il se veut ouvert à l’égard de l’islam. Et cerise sur le gateau : il appelle à dépasser les conflits entre civilisations, parlant même d’alliance entre les blocs. C’est pas beau, tout ça?

Que n’a-t-on entendu avant le voyage de Benoît XVI en Terre sainte! Qu’après le discours de Ratisbonne, il serait mal accueilli en terres musulmanes. Qu’après la polémique sur la levée de l’excommunication de Mgr Williamson, évêque lefebvriste et négationniste, sa visite d’Israël serait tendue. Certains médias ont de nouveau ressorti cette histoire de passage aux Jeunesses hitlériennes, qui décidément a la peau dure.

Or jusqu’ici, le déplacement du pape au Proche-Orient se déroule sous les meilleures auspices, même si l’accueil qui lui est réservé est plus poli que chaleureux. Et le visage présenté par le souverain pontife est loin de la caricature habituellement croquée par les grands médias.

Sans surprise, le pape appelle à la paix entre les communautés, ce qui résonne particulièrement dans cette région où Juifs et Arabes se déchirent depuis un demi-siècle. Mais Benoît XVI est allé plus loin en Jordanie, assurant la communauté musulmane de son « profond respect », et évoqué une « alliance » entre les civilisations qui sonne comme une réfutation des thèses de Huntington : « Nous pouvons dire que ces précieuses initiatives (de dialogue) ont obtenu de bons résultats, favorisant la promotion d’une alliance des civilisations entre l’Occident et le monde musulman, mettant en échec les prédictions de ceux qui considèrent inévitables la violence et les conflits. » N’en déplaise à ses détracteurs, Benoît XVI se place clairement dans le sillage de l’esprit de Vatican II au niveau du dialogue interreligieux…

Le pape a également plaidé pour une tolérance accrue et une véritable liberté religieuse pour les chrétiens, qui on le sait, sont loin d’être toujours considérés comme les égaux des musulmans dans les pays arabes. En Irak, ils sont même martyrisés dans l’indifférence générale…

Et l’antisémitisme, alors? Là encore, les adversaires du pape en sont pour leurs frais. Oh, ils pourront toujours répliquer qu’ilne s’agit là que d’un masque, qui dissimule de nouveau le « vrai visage » du pape, forcément noir… Ils diront qu’il ne s’agit que de poudre aux yeux.

Mais les faits sont têtus : neuf ans après la visite historique de Jean-Paul II à Jérusalem, Benoît XVI ne renie rien de l’héritage de son prédecesseur. Dès son arrivée en Israël, Benoît XVI a qualifié l’antisémitisme de « répugnant » : « Ceci est totalement inacceptable, a-t-il scandé. Tous les efforts doivent être faits pour combattre l’antisémitisme où qu’il se manifeste, et pour promouvoir le respect et l’estime pour les personnes de toute race, peuple, langue et nation dans le monde entier ».

Hier encore, au mémorial de Yad Vashem, il a martelé le même message, et condamné fermement le négationnisme (comme il l’avait d’ailleurs déjà fait au plus fort de la tempête Williamson)… « Que les noms de ces victimes ne périssent jamais ! Que leur souffrance ne soit jamais niée, discréditée ou oubliée ! Et que toutes les personnes de bonne volonté demeurent attentives à déraciner du coeur de l’homme tout ce qui peut conduire à de telles tragédies ! », a-t-il déclaré. Alors bien sûr, les esprits chagrins sont « déçus » qu’il ne soit pas allé plus loin. Ce n’est jamais assez… Mais pour un présumé antisémite, c’est pas mal, tout de même.

D’autant que Benoît XVI, pour ceux qui n’auraient pas compris, a de nouveau remis le couvert ce matin : « Aujourd’hui m’est offerte la possibilité de répéter que l’Eglise catholique est engagée de façon irrévocable sur le chemin choisi par le concile Vatican II en faveur d’une réconciliation authentique et durable entre les chrétiens et les juifs », a-t-il répété aujourd’hui à la grande synagogue de Jérusalem.

Alors, au sujet du vrai visage du pape, il suffit vraiment d »un brin de bonne foi pour savoir ce qu’il en est!

16 Commentaires

Classé dans Religion

16 réponses à “Le vrai visage de Benoît XVI

  1. koz

    Il faudrait parvenir à oublier les réactions amères et obtuses. J’ai parfois du mal à comprendre comment une erreur, reconnue comme telle, peut effacer des dizaines d’années d’action en faveur du rapprochement judéo-chrétien, par le Pape, le cardinal et le Père Ratzinger. Les Juifs de bonne volonté auront été à bon droit choqués par l’affaire Williamson, mais pouvaient-ils imaginer que cela constitue un quelconque revirement de l’Eglise ?!

    Je lis que le Yediot Aharonot regrette que le Pape n’ait pas parlé du négationnisme. C’est à desespérer. Toute sa méditation est une méditation sur la négation du nom !

    Lorsqu’il dit :

    « Puissent les noms de ces victimes ne jamais périr ! Puisse leur souffrance ne jamais être niée, minorée ou oubliée ! »

    Est-ce que ce sont encore des mots trop compliqués ? Je me goure ou « nier » et « négationnisme » font vaguement partie de la même famille de mots ?

    Et serait-ce un manquement à la charité que de penser que certains font vraiment preuve d’une mauvaise foi délibérée ?

  2. h16

    « serait-ce un manquement à la charité que de penser que certains font vraiment preuve d’une mauvaise foi délibérée ? »

    Ce serait surtout de la lucidité.

  3. Je pense que nous disons tous trois la même chose😉

    Seule la mauvaise foi et le désir de nuire ou de contrarier le rapprochement entre les religions peut amener à penser que l’Eglise est antisémite.

  4. Mais est-il si nécessaire que cela de rapprocher les religions ? Pour quoi faire ? Dans quel but ?

  5. Pour essayer de réfléchir ensemble sur la vérité, par exemple😉

  6. Castafiore

    Ah ah!
    Tiens Le Figaro faisait un très bon article sur le pape, les institutions du Vatican, et recadrait bien les choses: Benoît 16, qui est passé de proche conseiller de Jean-Paul 2, à pape, « ne fait que » reprendre le message de son prédécesseur.
    Qui, et là est l’ironie, est maintenant encensé comme un pape qui était progressiste, comme un pape de la modernité, alors qu’il fût de son temps vertement critiqué par les médias et la classe politique…
    La méfiance envers les médias ne fait que se renforcer, pour ma part. Alors espérons que ceux-ci arrêteront de vouloir se « payer le pape », pour citer les propres termes de Mgr Vingt-Trois.

  7. Pingback: Pensées d’outre-politique

  8. Pingback: La mauvaise foi des détracteurs israéliens du pape « Pensées d’outre-politique

  9. cilia

    Je pense souvent à ce qu’un prochain Pape issu d’Afrique ou d’Amérique du Sud pourrait entraîner de prise de distance d’avec les atrocités du nazisme et de la seconde GM et leurs conséquences.
    Je ne veux pas dire qu’il faudrait, par stratégie politique, élire un Pape non européen. Mais, je me demande si la nature n’est pas suffisamment bien faite pour générer, dans un avenir proche, une issue, ou tout au moins une arrivée d’air par ce biais.

    La repentance, sur la durée, est une impasse, quand bien même il faudrait être inhumain pour ne pas comprendre qu’elle est légitimement recherchée par les victimes et leurs descendants.
    Sortir de l’impasse de la repentance de la Shoah par l’intelligence et la bonne foi de tous et de chacun est-il simplement humainement réalisable ?

  10. schydlowsky ALAIN

    je n’écris jamais sous le couvert nauséabond de
    l’anonymat .
    pour ceux qui me connaissent je suis un juif pratiquant de l’orthodoxie chrétienne
    mais si je revendique ma proximité avec Sa Sainteté et talentueux Poète JEAN-PAUL ET LE
    CARDINAL JEAN-MARIE Lustiger jesuis dans l’obligation dedevoir défendre RATZINGER
    CONTREcertaines attaques dont il afait l’objet provenant de ses propres troupes et certains israèliens que je qualifierais de traitres quoique je pense de la réhabilitation partielle et conditionnelle de BRITANNIQUES QUI N’ont rien compris au message du CHRIST;courage BENOIST
    TU SAVAIS QUE LA MISSION SERAIT ARDUE
    TA VISITE ENTERRE SAINTE RACINE DE NOTRE SAUVEUR JOSUé BENCHLOSEPH DEVENU LE CHRIST ROI DES JUIFS ET DE LA PLANète est une réussite de L’AVIS DE LA MAJORITE JUIVE CHRETIENNE ET MUSULMANE MAIS CERTAINS Medias préfèrèrent insister sur autre chose
    QU’ils soient maudits parce-que ceux- là ne furent guère exposés exposés à la shoah et ont surtout la haine DE LA PAIX ENCORE UNE FOIS POUR LA MAJORITé juive notamment ce fut un grand moment
    BRAVO Joseph courageux missionnaire de la fraternité universelle.
    ALAIN schydlowsky

  11. @ Cilia

    Le crois-tu vraiment? Je vois mal quelle est la distance dont tu parles, et pourquoi un pape devrait en avoir vis-à-vis de la shoah?

    Mais tu as raison, de toute façon, le pape ne sera pas éternellement européen, numériquement, les autres continents prendront bien vite le dessus…

  12. schydlowsky ALAIN

    je crois que la perfidie se porte bien.
    Je le répète je suis d’origine juive et au fond je le resterai comme tout chrétien qui se respecte .
    De Gaulle parlait de l’immensité testament qui nous a légué une lithurgie magnifique .LES ADEPTES DE LA SECONDE ALLIANCE QUI COMPLète la première attendue ne disent rien d’autre s’ils sont dignes de la nouvelle alliance fruit somptueux de la première
    BENOIT 16 (pour rejoindre les évènements récents) a eu des propos d’une évidente clarté
    sur l’histoire et notamment la shoah .Encore une fois seuls quelques imbéciles y compris parmi les
    siens-si j’ose dire- trouve quecela n’était pas assez.
    La majorité Juive la mère du Christiannisme résidant notammnt en Israel ou ailleurs félicitent cet homme de Paix le christiannisme le judaisme
    auront ,et c’est heureux toujours des adeptes
    Ils restent majoritaires l’assassinat de qui que ce soit y compris le suicide qui est un homicide est condamné Tu ne tueras point.
    Shimon PERES àgé tout de mème de 85 ans est en concordance avec l’héritier de Jean-paul 2 admirable homme de culture et indiscutable pacificateur.
    Alain Schydlowsky ,Officier des Palmes

  13. schydlowsky ALAIN

    AMIS DES BLOGS ENRELISANT LE TEXTE SPONTANé de mes prises de positions j’ai relevé
    tardivement des fautes de frappes
    Initialement réfractaire à l’utilisation d’internet
    j’ai fini par m’y mettre sous l’amicale pression de nombreux proches
    Le rodage n’est visiblement pas terminé et je vous sais gré de votre indulgence sur ce point
    ALAINschydlowsky

  14. cilia

    Oh je ne crois rien Chafouin ! En relisant mon commentaire, effectivement, on pourrait le penser.
    Non, j’y pense simplement. Je me demande en quoi les compréhensions, les susceptibilités varieront quand un futur Pape sera non européen. Mais c’est une réflexion générale.

    Pour ce qui est du sujet précis de ton billet – et par extension ceux des catholiques blogueurs que je suis sur le même sujet -, si je suis, à titre individuel, très réceptive au discours de BXVI à Yad Vashem, je pense comprendre aussi, ne serait-ce qu’un peu, n’ayant aucun autre moyen intellectuel de m’approcher de la compréhension que celui de comparer avec mes propres expériences de vie, pourquoi certaines personnes ont pu le trouver trop froid.

    Je n’ai pas conservé le lien, mais je lisais un propos critique qui disait en substance que le Pape avait placé l’Holocauste au sein de l’humanité et de ses horreurs et que c’est ce qui l’avait brusqué.
    Or de toute cette ‘histoire’, j’ai avant tout retenu deux choses.
    La première, tu l’as écrite, la question d’un état palestinien est probablement l’origine de bien des reproches et susceptibilités.
    La deuxième est que le discours de BXVI est surtout tourné vers le présent et l’avenir. En ce sens, il est, pour moi et je pense pour bien des juifs, très précieux parce qu’il participe de la force, de l’endurance, de l’entêtement même, de la vie.
    Mais, pour l’auteur du propos que j’évoque comme pour certaines personnes, certains caractères, certains vécus aussi, ce regard vers demain plutôt que vers hier ne peut-il pas être « de bonne foi » insuffisant voire blessant et effrayant ? A fortiori quand il émane d’un homme que sa nationalité et son âge lient inévitablement au temps et à l’espace de l’hécatombe ?

    Et quand je parlais, maladroitement, de distance, c’est à cela que je faisais allusion.
    Etre conscient d’un massacre et se sentir ou devoir se sentir co-responsable d’un massacre sont deux notions bien distinctes.
    Un Pape issu d’Afrique noire par exemple serait, par rapport à l’Holocauste, considéré comme innocent. Et pourtant, en rien il ne manquerait d’empathie pour ces si nombreux millions de personnes mortes ou rescapées et leurs descendants.

    Suis-je plus claire ?

  15. schydlowsky ALAIN

    Raisonnement respectable défendable et qui mérite,selon moi réflexions
    Alain SCHYDLOWSKY

  16. @Cilia

    Tout à fait claire!

    En fait, ce sont les tenants de l’unicité de la Shoah qui parlent ainsi, ceux qui estiment que c’est un crime inédit par nature, qui dépasse tous les autres. Et que donc, on doit avoir des réactions également inédites…

Un petit commentaire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s