Sorti par la porte, le travail dominical revient tout doucement par la fenêtre

hortefeuxQuand un texte sort par la porte, il revient souvent par la fenêtre. Ou inversement. C’est la tactique du rouleau compresseur : quand vous sentez venir la contestation, vous reculez… pour mieux sauter quelques mois plus tard. C’est le cas du texte sur le travail dominical, sur lequel le nouveau ministre du Travail, Brice Hortefeux, est reparti à l’offensive hier sur Europe 1, annonçant un examen du texte au mois de juillet.

On se souvient en effet qu’en décembre, la fronde d’une partie des députés UMP, qui s’était ajoutée à l’opposition forte de la gauche, des syndicats et des responsables catholiques, avait conduit le gouvernement à reculer, et à retirer le texte de l’ordre du jour de l’assemblée. Mais à l’époque, le ministre du Travail Xavier Bertrand, depuis récompensé de sa « loyauté » par l’octroi de la direction de l’UMP, avait clairement dit que le texte serait réexaminé plus tard.

Cela a le mérite d’être clair, et le gouvernement ne fait ici que suivre ce chemin. Mais reconnaissons que la méthode employée, vieille comme le monde, n’est pas la plus honnête du monde, puisqu’elle consiste à faire le gros dos pour fatiguer les opposants, quitte à adopter les mesures contestées plus tard.

Pour revenir à Hortefeux, ce qui est assez amusant, c’est la conclusion de ses propos, ce « Il ne s’agit pas d’une remise en cause du repos dominical ». On l’imagine dire ça avec sa petite bouche enfarinée, là, sûr de lui, de son propos, et certain de convaincre son interlocuteur. Surtout, ne vous inquiétez pas! On fait une loi, mais pour ne rien changer! Ne vous inquiétez pas, on ne remet aucun avantage en cause! Tu parles.

Quand on porte atteinte à un principe, il est un peu hypocrite de parler d’exception et de rappeler que le principe est bon…

Le ministre évoque en effet la possibilité d’ouvrir les commerces de détail à Paris, à Lille, à Marseille, ainsi que dans les zones touristiques et thermales, mais non, il n’y a « aucune remise en cause » du travail dominical. Avec cet argument assez pathétique, consistant à dire qu’il n’est pas normal que lorsqu’on va effectuer une cure thermale, on puisse acheter des lunettes de soleil mais pas des lunettes de vue. Ainsi, il faut tout, tout de suite? Mais qu’est-ce que c’est que cette société capricieuse, qui ne peut pas partir en vacances, en repos, sans pouvoir consommer, acheter, participer à la croissance…

Pour le cas de Lille, il affirme qu’il s’agit de lutter contre l’émigration des clients, qui le dimanche, partent consommer en Belgique. Mais d’une part, il ne s’agit pas de tous les Lillois, loion s’en faut, et d’autre part, je ne crois pas que ceux-ci partent acheter des lunettes en Belgique le dimanche. Les gens y vont surtout pour les magasins d’ameublement. Or ceux-ci, en France, peuvent déjà ouvrir leurs portes chaque dimanche!

Cela aussi, c’est vieux comme le monde.

Certes, dans la plupart des villes du pays, tout restera comme avant. C’est-à-dire, une situation où si la plupart des commerces sont fermés, d’autres, régulièrement, violent l’interdiction de travailler le dimanche en toute impunité. Et lorsque les grandes agglos, les villes thermales, les « zones touristiques » (qui seront choisies par les préfectures, et c’est à mon avis ici que se situe la petite bombe) pourront ouvrir, pourquoi pas les autres? Pourquoi Lille, Lyon et Marseille et pas Strasbourg, Bordeaux ou Nantes?

Surtout quand on tente de faire croire qu’on agit pour le pouvoir d’achat et le bien des employés volontaires pour travailler le dimanche, alors que d’une part, on les compte sur les doigts d’une main, et d’autre part, il est évident qu’il s’agit plutôt de satisfaire les grandes enseignes des centres commerciaux qui violent la loi impunément depuis des années.

Au final, si Hortefeux annonce vouloir changer la méthode, et en particulier souahite d’avantage de concertation, on rit jaune, car d’une part, le ministre, qui indique que le texte sera d’origine « parlementaire » (on se demande alors pourquoi c’est lui qui vient en parler… nouvelle hypocrisie) ne semble pas désirer autre chose que ce qui avait été prévu l’an passé par l’UMP sudiste Richar Maillié. Et d’autre part, la concertation, c’est pour changer son texte, ou pour l’imposer? La façon dont s’est exprimé le ministre, qui veut appliquer la promesse du président, et qui parle d’un texte nécessaire, voire fondamental, laisse peu de place au débat.

Enfin, le fait que le texte soit proposé au vote des députés en juillet en dit long sur la volonté de discussion du gouvernement…

Crédit photo : ministère du travail.
Advertisements

10 Commentaires

Classé dans Société

10 réponses à “Sorti par la porte, le travail dominical revient tout doucement par la fenêtre

  1. « Quand on porte atteinte à un principe, il est un peu hypocrite de parler d’exception et de rappeler que le principe est bon… »

    « Un peu », qu’y dit, le mec…!

  2. Même si je suis, pour ma part, en faveur de la liberté de travailler le dimanche, je reconnais volontiers que l’idée de limiter l’initiative à quelques villes et à quelques types de commerce est absolument ridicule.

    Si le gouvernement pense pouvoir éviter le débat en procédant de la sorte, il se met, je pense, le doigt dans l’oeil jusqu’au coude.

    Le débat sur la question du travail dominical, ainsi que sur ses tenants et aboutissants, doit avoir lieu. Et il doit avoir lieu sur la base d’un texte simple ; pas d’une réformette teintée d’arbitraire !

  3. Plus on lit ce blog, plus on ouvre les yeux..! Et ça fait du bien !

    En revanche, plus on ouvre les yeux, plus l’on risque de désespérer du gouvernement français et de vouloir mettre les voiles pour d’autres contrées..

    Ô Bon sens, Ô intelligence, Ô sérieux, Ô honnêteté où vous cachez-vous donc…?

    Je dis ça, je dis rien. Mais je l’dis.

  4. h16

    Ce pays est aussi foutu que ce gouvernement est foutraque. Je partage l’avis de Rubin : soit il propose une vraie abrogation de l’obligation de repos dominicale, ce qui ouvre clairement le débat, soit il ne touche à rien.

    En attendant, Hortefeux passe pour un bricoleur … du dimanche, cela va de soi.

  5. Thaïs

    remarque quand tu veux faire passer quelque chose tu le fais quand les personnes et notamment les opposants ont la tête ailleurs et il faut dire qu’au rythme des réformes et des élections qui se profilent c’est peut-être le moment…
    Mais chafouinet veille ! bonne semaine 🙂

  6. J’ai jamais bien compris en quoi voter des lois l’été était scandaleux…

  7. Pas scandaleux, mais ça montre une volonté de squizzer le débat, non? On sait bien que les gens se mobilisent moins pendant les vacances…

    Et puis il ne s’agit pas d’une loi technique mais d’un texte important, aux dires même du ministre…

  8. Irénée

    JF Poisson, député FRS, déclare qu’il s’agit cet été de débattre du travail le dimanche sur la base de l’accord conclu entre les parlementaires et l’Elysée en décembre, et en respectant cet accord.
    Pour info : http://jfpoisson.wordpress.com/2008/11/21/vivement-dimanche/
    La fronde des 50 députés ralliés au mouvement « vivement dimanche » reste prête à se mobiliser, n’en doutez pas.
    Soyons-le avec eux!

  9. Et pourquoi n’aurait-on pas le droit de travailler le dimanche ?

    Une seule raison valable de ne pas pouvoir travailler quand on veut?

    Le droit au travail quand on veut, quand on peut, quand besoin se fait… c’est ça, la liberté de travailler, primordiale à mes yeux.

    cordialement,

    http://corto74.unblog.fr

  10. Pingback: Travail dominical : ce texte est encore pire que le précédent! « Pensées d’outre-politique

Un petit commentaire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s