Supprimons les ondes de toute urgence, on ne sait jamais!

84372Le sieur Lomig convie tout un tas de blogueurs à une espèce de Grenelle des ondes virtuels (une réunion similaire se tient aujourd’hui au ministère de la Santé, coïncidence ou pas…) où chacun est censé donner son avis sur un sujet grave : les ondes. Et non pas les blondes. Ni les rondes. Car en France, et sans doute dans d’autre pays, on a peur de ces petites particules qui servent notamment à téléphoner. Et on combat l’installation des antennes-relais, tout en pestant dès que le téléphone ne capte plus. Et tout en n’hésitant pas à faire sécher le chat au micro-ondes. Donc mon avis, je vais le donner clairement, et de façon totalement péremptoire : en l’absence de données scientifiques indiquant que ces antennes représentent un danger, il faut dire ZUT à tous les riverains qui râlent. Et leur imposer de force une antenne-relais de plus.

Bon. Il n’a pas de chance, Lomig. Je pense que tout le monde va lui répondre ça. Car franchement, même si on n’a aucune qualification pour s’exprimer là-dessus, et c’est bien mon cas, il suffit d’un tout petit peu de jugeotte pour se rendre compte que contrairement à ce que cherche à répandre la démagogie et la peur populaire, la quasi unanimité des études proclament que les antennes sont sans risque. Pourquoi aller plus loin dans le raisonnement?

Toutes les décisions de justice ayant ordonné le retrait de certaines antennes l’ont fait « au nom de l’incertitude ». Dans le doute, quoi. On ne sait jamais, ma bonne dame. Donc tant pis pour le progrès technologique. Très étonnant, pour des juges. Début mars, le tribunal de Carpentras a même ordonné le démontage d’une antenne, arguant qu’« il n’existe manifestement pas de consensus sur cette question sensible et délicate de santé publique». C’est du négationnisme? On l’a dit juste au-dessus, les scientifiques sont quasi-unanimes.

Le jugement ose  même aller plus loin : «Il existe un questionnement tout à fait sérieux portant sur le danger potentiel présenté par ce type d’installation, risque qui peut être qualifié de tout à fait envisageable, voire probable», explique encore le tribunal de Carpentras. Ah, on passe même à la présomption de culpabilité! et le journal ajoute : « Sans qu’il existe de preuve formelle, certaines personnes vivant à proximité d’une antenne relais se sont plaints de troubles tels que maux de tête, nausées ou palpitations cardiaques ». Eh ouais, coco, pas besoin de prouver de lien de cause à effet, c’est formidable, la justice!

Suivant le même raisonnement que Lomig, je vais donc pouvoir porter plainte contre ma voisine. Depuis quelques mois, j’ai mal au crâne, donc je vais demander au tribunal qu’elle quitte son logement, ça me perturbe gravement. Sa présence est un « risque tout à fait envisageable, voire probable ».

La peur l’emporte sur tout le reste. Et on ose affirmer que cette civilisation n’est pas décadente? Franchement. Ce n’est pas en raisonnant avec ce principe de précaution à la noix qu’on bâtit un monde. Il n’existe pas de réussite sans risque. Vous voyez Alexandre le Grand, Louis XIV ou Hannibal raisonner avec le principe de précaution? « Ah, bah, on sait jamais, les éléphants ne passeront peut-être pas les Alpes… OK, bon, on retourne à Carthage pècher la truite. » 

Mais il faut les comprendre, les Français. On a connu tellement de mensonges (Tchernobyl, sang contaminé, vache folle, amiante…) touchant à la santé publique que désormais,on a tendance à ne plus croire les soi-disant experts. Ajoutons à cela que les pouvoirs publics surfent sur la vague et flattent ce sentiment de paranoïa : on dit qu’il n’y a rien à craindre a priori du téléphone portable, mais on conseille l’utilisation du kit main libre et on propose aux enfants de réduire leur temps d’exposition.

La voilà, la réponse. Comme disait Authueil il y a quelques mois, que ceux qui ont peur des antennes « commencent par s’appliquer à eux-même le principe de précaution, et renoncent au téléphone portable ». On pourrait même leur conseiller de renoncer aux fruits et légumes (il y a des pesticides dans le sol), par précaution. Et pour être prudent, il vaudrait mieux ne plus utiliser de produits ménagers : Dieu seul sait quelle cochonnerie il y a là-dedans! La voiture, pareil, au garage, trop risqué. En fait, le mieux, ce serait même de ne pas sortir de chez soi, on ne sait jamais.

Tiens, je vais dire ça à mon patron, ce matin. Juste pour voir sa réaction.

12 Commentaires

Classé dans Chafouinage

12 réponses à “Supprimons les ondes de toute urgence, on ne sait jamais!

  1. Salut,
    merci d’avoir répondu aussi rapidement…et je t’avoue que je trouve ton billet excellent : à lui tout seul il justifiait de lancer cette chaine !

    tu dis : « on dit qu’il n’y a rien à craindre a priori du téléphone portable, mais on conseille l’utilisation du kit main libre et on propose aux enfants de réduire leur temps d’exposition. »
    Cela aussi me fait bondir, et les opérateurs – certainement en essayant de marier la chêvre et le choux – tiennent effectivement ce double discours. Communication difficile. Nous n’avons pas leur contrainte, et c’est pour cette raison que nous devons dire franchement les choses.

    Bachelot est une idiote, sur ce sujet.
    Les journalistes qui laissent planner un doute sur l’utilisation du portable (les antennes, c’est sans danger, mais le portable, attention…) sont des menteurs. Il n’y a pas plus de risques avérés (statistiquement significatifs) pour les portables que pour les antennes…

    Bravo pour ton texte, que je vais relire tellement il m’a plu !

    Merci à toi

  2. Pingback: La chaîne des ondes | Expression Libre

  3. @lomig

    euh.. merci! C’est écrit à toute vitesse mais merci😉

    Les journalistes ne sont pas menteurs, ils reproduisent le discours des inquiets et le mettent en exergue, c’est tout… Ils pourraient choisir de donner autant d’importance aux dires des experts mais c’est moins vendeur… Chez nous, dès qu’il y a un collectif qui se monte contre une antenne, on y court pour recueillir l’angoisse des riverains.

    Après, on peut se dire que ce grenelle peut servir à rassurer. Quoi qu’on en dise, il y a une angoisse réelle, et la mission du politique est aussi d’y répondre. Mais je suis d’accord avec toi, pas en flattant les peurs!

  4. grande question que tu soulèves là…!

    « Quoi qu’on en dise, il y a une angoisse réelle, et la mission du politique est aussi d’y répondre.  »

    je pense le contraire : la mission du politique n’est pas du tout de répondre aux angoisses des gens. Encore moins quand elle n’est fondée sur rien d’autre que de la propagande…

    tu dis : « Les journalistes ne sont pas menteurs, ils reproduisent le discours des inquiets et le mettent en exergue, c’est tout »

    d’accord avec ça. Mais il y a une hiérarchisation à faire dans la présentation de l’information. Mettre au même niveau le discours et les opinions d’une association (mêlant souvent écologie, principe de précaution et politique), et les études et rapports scientifiques, c’est se prêter au jeu des premiers. Et ce n’est donc pas faire son travail d’information proprement, selon moi.

  5. Je ne suis pas sûr qu’on trouve des truites à Carthage. M’enfin, faut vérifier.

  6. @ Lomig

    Je ne dis pas que le politique doit épouser les angoisses des gens, mais si celle-ci existe, il est utile d’écouter pour pouvoir expliquer et rassurer.

    D’acccord avec la hiérarchisation. Ce que je voulais dire, c’est que les journalistes sont dans leur rôle en se faisant le relais des craintes. Ce qui est dommage, c’est ce relativisme qui veut que toutes les idées sotn équivalentes : du coup, les tirades d’une asso du type Robin des toits sont présentées comme étant aussi sérieuses qu’une étude de l’OMS!

    @Raveline

    Tu ne serais pas un peu chafouin, toi?😉

  7. @le chafoin,

    Excellent billet qui reflète une certaine paranoïa ambiante, aussi injustifiée que stérile.
    Il est d’ailleurs amusant de constater que ce sujet t’a interpellé de la même façon que lomig et moi(*).

    Je mettais cependant un bémol quand au rôle des scientifiques sur tel ou tel sujet. En effet, la liste des revirements de perceptions des dangers et de leur traitement est longue dans notre histoire. Cela dit, ce fichu principe de précaution risque bel et bien de ruiner à jamais notre recherche scientifique.

    (*)http://blog-ccc.typepad.fr/blog_ccc/2009/04/fait-pas-si-fait-pas-%C3%A7a-et-alertez-les-b%C3%A9b%C3%A9s-.html

  8. Gwynfrid

    Très bon billet, rien à dire. Ah, si, quand même: en prétendant ne pas être qualifié, vous faites dans la fausse modestie: la jolie expression « particules qui servent à téléphoner » révèle que vous connaissez, au minimum, les bases de la mécanique quantique (le mot « petites » est redondant, toutefois). 🙂

    Il faut espérer que cette histoire de principe de précaution, surtout appliqué à tort et à travers, ne sera qu’une mode passagère. Sinon, nous sommes bien partis pour le repli sur soi.

  9. RoseNoire

    Queqlqu’un peut-il éteindre le Soleil, s’il vous plaît. Y fait rien qu’à nous bombarder avec les rayonnements électromagnétiques provoqués par ses vilaines réactions thermonucléaires. Même que la couche d’ozone ne parvient pas à tout stopper. Même que…bigre…certains de ces rayonnements sont plus intenses énergétiquement que ceux de votre GSM, antenne-relais, cable électrique ou antenne WiFi. Non, j’vous dis, faut éteindre ce truc.

    Et le jour où on inventera des éteignoirs à conneries, je prends des parts dans la société. En pas longtemps, je serai une riche actionnaire😉

  10. laloose

    ouaich… je comprends l’énervement, sans avoir d’avis tranché sur la question, les absolutistes du précautionnisme à tout crin m’agacent également.
    Cela dit, Tu dis que les études démontrent à une quasi-unanimité l’absence de risques : peut-être, même si les rares émissions que j’ai vues sur le sujet semblaient dire que les avis scientifiques étaient partagés. Mais a-t-on suffisamment de recul pour juger?
    Est-il idiot, avant de laisser les opérateurs installer leurs pylones (affreux) un peu partout, de se poser un minimum de questions, reconnaitre qu’on n’a pas les données pour se positionner dans un sens ou dans l’autre, et donc en attendant poser certaines limites?
    Ces « précautionnistes » et ces empecheurs de progresser en rond ont au moins le mérite de susciter le débat, reconnaissons-le… ce ne sont pas les opérateurs qui l’auraient lancé…

  11. @ Laloose: on ne peut pas démontrer l’absence de risques. Cela ressort de la logique, et c’est une des points que j’essayais d’expliquer à la fin de mon article : on ne peut pas démontrer l’absence de risques. C’est une impossibilité logique. C’est ce qu’ont bien compris les plaignants, et à mon avis ce que n’ont pas bien compris les juges qui ont décidés de faire démonter des antennes. Ils ont dit explicitement que Bouygues Telecom n’avait pas montré l’absence de risques…comment le pourrait-il ?

    Tout ce qu’on peut faire c’est évaluer les risques, sur la base de macro-études épidémiologiques. Toutes celles qui sont en notre possession ont conduits des organismes de santé publique (OMS, Académie de Médecine) à conclure qu’il n’y avait aucune corrélation entre l’utilisation des téléphones portables, et une augmentation des problèmes de santé. AUCUNE.
    Par ailleurs, ceux qui veulent faire croire à un danger ne disent pas quel serait le mécanisme d’action de ces ondes qui conduirait à des cancers ou autres. Le seul effet connu des ondes de portable est d’élever la température des cellules de quelques dixièmes de degrés. C’est à dire moins que quand votre appartement est un peu trop chauffé, ou que quand vous prenez les transports en communs aux heures de pointes.

    Va-t’on interdire aussi le bus ?

  12. s1Ned

    C’est pas une mauvais idée d’interdire le bus;)

    Nan à part ça, je pense que de toute facon la justice ne peut pas trancher de cette manière. C’est elle qui décide ce qui est bon ou nocif?
    De plus, ou est passé le bénéfice du doute?
    « risque tout à fait envisageable » envisageable ok, mais y t’il des preuves? Chafouin nous dit non. A partir de ce moment, que peut t’on faire?

    A votre avis, si l’antenne avait été a 5 km de la maison du juge, l’aurait t’il fait abattre? Je ne pense pas…

Un petit commentaire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s