J’aurais aimé aller voir Katyn

katynLes films antisoviétiques ont-ils mauvaise presse en France? J’aurais apprécié d’aller voir Katyn, qui paraît-il a tout du chef d’oeuvre, du film d’épopée et de la fresque historique. Avec un sujet dramatique, et derrière, l’incroyable mensonge des communistes, facilité par l’aveuglement d’une partie de l’élite occidentale au sujet de l’URSS. Mais je ne pourrai pas : seules 12 salles le diffusent en France depuis le 1er avril. Pas une ne le propose à Lille, malgré le lien historique entre le Nord et la Pologne…

Le film du Polonais Andrzej Wajda raconte la terrible histoire de ce massacre de masse, commis en avril 1940 par le NKVD (ancêtre du KGB) sur ordre de Staline : 22 000 membres de l’élite polonaise (personnalités, officiers, médecins, avocats…) à Katyn, près de Smolensk. Une balle dans la tête, et hop, dans un trou. Il s’agissait de supprimer (sans compter les déportations) la classe dirigeante du pays – que nazis et communistes s’étaient honteusement partagés dans une clause secrète du pacte germano-soviétique – pour empêcher toute vélléité de rébellion.

Pendant cinquante ans, les soviétiques réussiront à nier la paternité du massacre, et à tenter de faire croire à la culpabilité des Allemands. Eux qui lors de l’insurrection de Varsovie, qu’ils assiégaient, s’étaient bien gardés d’intervenir pour empêcher l’écrasement par les nazis de la résistance polonaise. Il valait mieux que le sale travail soit déjà fait quand ils entreraient dans la ville…

Il est vrai que l’URSS faisait partie du camp des vainqueurs. Et que l’occident avait autre chose à faire, une fois la paix en vue, que de lui chercher des poux sur la tête pour quelques Polonais. Il faudra attendre Gorbatchev en 1990, puis Eltsine pour entendre les Russes reconnaître avoir été les auteurs du massacre!

Pas étonnant, dans un Occident où on considère le racisme comme le mal absolu, qu’il ait été de bon ton de croire à la responsabilité des nazis, qui auraient très bien pu, il est vrai, commettre eux-mêmes ce crime odieux. Pas étonnant, non plus, que ce film soit aussi étrangement absent des salles.  Je ne crois pas aux problèmes de distribution invoqués par exemple chez Pierre Assouline. D’ailleurs, le journal Le Monde a jugé bon, dans sa critique, de sous-entendre que le film péchait à deux niveaux : le renvoi dos à dos des nazis et des soviétiques, et la confusion qui serait entretenu entre le génocide juif et les massacres de Katyn. Comme si le sujet du film imposait de parler de la Shoah! Une accusation implicite d’antisémitisme qui a parue honteuse à Adam Michnik, qui s’est fendu d’une tribune en guise de réponse.

L’ancien cofondateur de Solidarnosc cite en exemple un bulletin rédigé par la résistance polonaise après la découverte du massacre, en 1943 : « Aujourd’hui, alors qu’éclate toute la vérité sur cet événement tragique, nous disons avec force : nous n’oublierons jamais le crime soviétique perpétré près de Smolensk – comme nous n’oublierons jamais non plus les crimes allemands de Palmir, de Wawer, des camps de concentrations, et ceux de la partie occidentale de la Pologne. » Il écrit aussi ceci, qui me paraît fondamental :  « En Europe occidentale, en revanche, le dogme idéologique interdisait de mettre côte à côte les crimes d’Hitler et ceux de Staline. La critique du Monde est donc prisonnière de ce dogme, alors que Wajda le défie. Le metteur en scène polonais brise le mur du silence. »  Et puis ceci : « Aucune confusion n’est faite dans ce film entre Katyn et Treblinka. Ce furent deux crimes différents ; le film n’aborde que l’un des deux. Le reproche sur le manque de référence à l’Holocauste est donc absurde. Pourrait-on formuler la même critique à l’adresse de Steven Spielberg ou de Roman Polanski qui, dans leurs films (La liste de Schindler et Le Pianiste), ne mentionnent pas non plus le massacre de Katyn, des goulags de la Kolyma, ou de Karaganda ? « 

Dos à dos. Nazis et soviétiques. Même terreur, même totalitarisme, même perversité. Que leurs cibles aient été différentes n’a donc pas d’importance fondamentale : la nature de ces deux systèmes était équivalente, c’est tout ce qui compte. Leur objectif était de broyer l’humain, de tuer sa liberté, d’épuiser ses capacités de résistance. C’est d’ailleurs dans le même ordre d’idée que sur ce blog, j’assimile extrême-droite à extrême-gauche : même haine, même combat. Mais ça nous fait toujours mal de le dire, de l’admettre, car on croit toujours qu’il est moins grave de tuer quand on a un objectif noble quand on se base sur des principes qu’on juge généreux.

Et ce film, alors? Eh bien, il faudra attendre le DVD…

35 Commentaires

Classé dans Histoire

35 réponses à “J’aurais aimé aller voir Katyn

  1. S’étonner, encore de nos jours, de l’assimilation du nazisme au stalinisme (ou l’inverse), c’est vraiment découvrir la lune ! Tout cela est déjà décrit (et magnifiquement, qui plus est), dans le « Vie et Destin » de Vassili Grossman, l’une des oeuvres majeures du siècle écoulé.

    Je me souviens notamment d’une scène hallucinante, dans un camp de concentration nazi : une discussion entre le commandant du camp et son prisonnier, un colonel soviétique. Ils s’affrontent dans un dialogue serré, mais, rapidement, on ne sait plus qui dit quoi. Parce qu’en fait ils disent la même chose, ce sont des « doubles antagonistes », au sens que René Girard donne à cette expression.

    Bref : il faut absolument lire « Vie et Destin » (collection « Bouquins », de préférence).

  2. Bon article, il répéter encore et encore ces évidences pour espérer sortir un jour en France de notre pro-communisme complètement hallucinant.
    Par contre, en ce qui concerne la phrase de conclusion, je ne vois pas trop en quoi l’objectif des communistes serait plus « noble » que celui des fascistes… vous semblez vous aussi victime à une échelle moindre du syndrome français pro-soviétique😉

  3. Le reproche fait au film le plus consternant me semble être sa non-mention de la Shoah. Ce n’est pas le sujet ! À ce moment, il faut reprocher aux nombreux films sur le Débarquement de Normandie de n’en avoir pas parlé non plus ! Comme Paul en revanche, je ne vois pas bien en quoi l’objectif des communistes était « noble », surtout que tu dis deux lignes plus haut : « Leur objectif était de broyer l’humain, de tuer sa liberté, d’épuiser ses capacités de résistance. » Avec de telles semi-réhabilitations, la différence de traitement entre le communisme et les fascismes continuera !

  4. Tous les extrémismes sont bâtis sur la haine. Qu’on parle d’extrémisme politique, religieux, écologique, quel que soit le domaine, les idées extrêmes naissent d’une peur insurmontable et aboutissent à une violence sans nom…

    Je crois qu’aimer commence par connaître. Ce n’est pas pour rien que les ravisseurs ont davantage de mal à abattre des otages dont ils connaissent un tant soit peu la vie ; inversement, le syndrome de Stockolm poussera une victime à avoir pitié de son bourreau, parce que celui-ci lui aura exposé ses motivations, sa vie, ses sentiments…

  5. @criticus et paul

    Vous n’avez pas compris cette phrase. Si l’on cherche à comprendre ceux qui refusent cette assimilation entre les extrêmes, on se rend bien compte que l’idéal communiste, quoique pervers, a un but généreux à la base. L’idéal fasciste ou nazi,en revanche, je ne vois pas😉

    Bon, je ne dis pas que cet argument est valable, mais c’en est un.

  6. @ Le Chafouin

    « Vous n’avez pas compris cette phrase. »

    Dans ce cas, il te faut la modifier, car tu utilises deux fois « objectif », la première fois en disant qu’il est commun aux fascismes et qu’il est « de broyer l’humain, de tuer sa liberté, d’épuiser ses capacités de résistance »,la seconde qu’il est « noble ».

  7. Voilà, tu es content? Vil chipoteur, va…

  8. Je ne t’en demandais pas tant ! Mon commentaire précédent était une boutade. Mais merci quand même.
    😉

  9. h16

    Le seul but noble que je reconnais au communisme, c’est sa volonté d’annihiler l’Etat.

    Bon billet, ceci dit🙂

  10. @ H16 : enfin, annihiler l’État une fois qu’il s’est confondu avec la société (socialisme). Amusant qu’ils n’aient jamais pu réussir à dépasser ce stade…

  11. Anihiler l’Etat? C’est peut-être un but à long terme mais on n’en a jamais vu le moindre début d’exécution dans tous les pays qui ont adopté le système communiste…

  12. Je partage tout sauf les points suivants :

    -Je ne veux aucun cas atténuer ou minimiser les crimes du communisme stalinien, mais j’estime que la Shoah est Unique de part son mode opératoire : l’industrie de la mort. Pour cette raison, comparer la Shoah à d’autres génocides ou crimes de masse me semble une erreur qui peut prêter à polémique.

    -Renvoyer extrême gauche et extrême droite est également une erreur historique, puisque l’extrême gauche a été victime du stalinisme, du nazisme et du pétainisme, alors qu’il me semble que l’extrême droite (sauf quelques exceptions comme le Colonel de La Roque) a collaboré avec les deux derniers régimes précités.

    C’est vrai que « Vie et destin » de V. Grossman est incontournable, l’égal de guerre et paix pour le XXe s. A lire aussi l’Univers concentrationnaire et « les jours de notre mort » de D. Rousset. Ou les mémoires de E. Guinzbourg.

    Par ailleurs, l’exemple de ce film prouve que la main invisible du marché faillit parfois et qu’il serait bon de prévoir un mécanisme de régulation dans ce secteur.

    @Paul : si je vous comprends la France est une petite URSS ? Réguler la distribution de films ne serait-ce pas un moyen de créer de la bureaucratie et de favoriser des films d’obédience bolchévique ?

  13. @ Chafouin : nier la réalité sociale et vouloir la modeler de force, qu’il s’agisse de classes ou de races, ce n’est jamais ni noble ni méchant, c’est simplement stupide.

    @ Pas perdus : je n’ai jamais demandé à ce qu’on régule la distribution de films. Si les salles n’ont pas envie de passer ce film, tant pis pour elles, elles se privent d’éventuels bénéfices.
    Et oui, la France est une petite URSS, où l’on croit encore que les idées socialistes ont simplement été « mal appliquées » par les soviétiques, les cubains, les coréens-du-nord, les khmers rouges et j’en passe.
    Et non, la Shoah n’est pas un événement particulièrement indépassable. Toutes les horreurs commises par l’homme peuvent être également comparées.

  14. @pas perdus

    c’est vous qui parlez de la Shoah et qui comparez avec Katyn, moi, je ne fais que répondre à l’attaque injustifiée du Monde.

    Il est clair qu’on a là un cas de massacre de masse (un quasi génocide), et qu’on peut très bien en parler sans être obligé de reparler de la Shoah. Pour moi, la Shoah n’est pas « le crime absolu », mais c’est un crime d’une ampleur inégalée.

    Par ailleurs, il y a bien là « industrie de mort » puisque si vous vous renseignez bien sur ce massacre, il y a eu planification, et exécution minutieux du plan.

    Enfin, le trotskysme n’a été victime du stalinisme uniquement parce qu’il était un rival gênant à écarter, voilà tout.

    Et je n’ai pas dit que extrême droite et extrême gauche étaient alliées, mais qu’il fallait les mettre toutes deux dans un même sac. Car elles conduisent toutes deux aux mêmes stupidités, à la même haine, et fatalement, au bout, aux mêmes crimes.

    @Paul

    Mais nous sommes d’accord… Pour moi, c’est le marxisme qui est pervers. Le léninisme en découle, et le stalinisme en est encore une troisième application.

    Mais vous ne m’empêcherez pas de penser que, perversité ou pas, on peut comprendre qu’il soit plus généreux d’essayer de se battre pour l’égalité sociale, la lutte des classes (même si en pratique cela conduit au désastre) que de prôner la suprématie d’une race sur une autre ou l’exclusion de l’étranger.

  15. Si j’ai bien compris, Aymeric t’a sauvé en te filant le lien en streaming ?

    Sur le fond du sujet je suis assez d’accord avec toi figure toi donc pas la peine d’en remettre des couches.

    A bientôt.

  16. @Seb

    Chut!!!!! Oui en effet Aymeric m’a dépanné, et c’est très aimable à lui, mais j’avoue que le sujet va au-delà du simple caprice de ma part!🙂

  17. Je trouve incroyable que ce film ne sorte que dans douze salles. Cela en dit long sur l’emprise que la pensée unique a gardé sur le monde intellectuel. Imaginons un film sur le Che qui ne sortirait que dans quelques salles, on en entendrait des jérémiades et des plaintes. Entièrement d’accord avec toi donc, Chafouin. Sauf que réduire le fascisme au racisme est un peu…réducteur (cf. ton comm. de 15h15). J’ai assez dit sur les blogs ce que je pensais du fascisme, ce qui m’a attiré les foudres des nostalgiques des faisceaux aussi bien que des nostalgiques du IIIe Reich, pour me permettre de dire que le fascisme de Mussolini n’était pas à l’origine fondé sur l’idée de suprématie d’une race.Les mesures anti-juives de Mussolini interviennent en fait tardivement, sous la pression de l’allié nazi et les juifs italiens furent nombreux à adhérer au parti, au moins au début. Je crois d’ailleurs qu’il convient de faire une différence entre idéologie fasciste et nazisme. Les deux sont certes des aventures dont on aurait aimé se passer (et j’ai déjà dit que le nazisme était un mal absolu) mais celui-ci n’est pas l’égal de celui-là. Ce qui bien sûr n’absout pas le fascisme italien de ses crimes.

  18. « Pas étonnant, dans un Occident où on considère le racisme comme le mal absolu, qu’il ait été de bon ton de croire à la responsabilité des nazis, qui auraient très bien pu, il est vrai, commettre eux-mêmes ce crime odieux. »

    Oui enfin pour être dupe à l’Ouest, il fallait vraiment le vouloir. Dans cette affaire ça a toujours été la seule parole de l’URSS contre toutes les preuves du monde. Dans les mémoires de Churchill, on voit que celui-ci était déjà parfaitement conscient à l’époque de ce qu’il s’était passé, mais ayant d’autres chats à fouetter, il continua son alliance avec les soviétiques sans avoir d’illusions, et encouragea également le gouvernement polonais en exil à faire de même (sans succès).

  19. @Xerbias

    Je parlais plutôt des pseudo-élites intellectuelles. Tel Aragon qui allait se pavaner en URSS avant de revenir en France vanter ce modèle béni des dieux… Après, que les dirigeants étaient conscients de la responsabilité des Russes, peut-être, mais sous leur pression, le crime de Katyn a bien été introduit au réquisitoire de Nuremberg (même si au final personne, parmi les nazis qui y étaient jugés, n’a été condamné pour ce crime en particulier).

    D’ailleurs, pendant longtemps, en France, celui qui parlait des goulags était illico traité de facho. Non, ça n’existait pas, tout simplement…

    @Dang

    En effet, le parallèle avec le Che est bien trouvé!

    J’admets que la définition du fascisme n’inclut pas forcément comme critère le racisme. Disons plutôt que le racisme, en ce qu’il est une conséquence naturelle du nationalisme exacerbé, est un défaut courant à l’extrême-droite😉

  20. J’ai toujours été étonnée qu’on me renvoie le nazisme à la figure à chaque fois que je dénonçais le communisme. Comme si le communisme de mes interlocuteurs devait être aboli par mon prétendu nazisme. Ce qui en dit long au fond sur l’idée que les amis du communisme se font du communisme.

  21. Historiquement, vous avez tort: le massacre de Katyn a été dénoncé très rapidement par des communistes, à savoir les partisans de Léon Trotsky.
    Les brochures de « l’ultra-gauche » en parlaient ouvertement au lendemain de la seconde guerre mondiale en France, avec le « revival » trotskyste pendant et après mai 68 c’était un thème habituel et, enfin, c’est revenu quand ces courants marxistes ont commencé à soutenir -avant tout le monde- les opposants en URSS.

    C’était au temps où, quand par exemple des contestataires distribuaient des tracts et dénonçaient la venue des choeurs de l’armée rouge en France, ces manifestants étaient ridiculisés à la fois par le P.C.F., la droite et tous les bien-pensants. On entendait une bonne partie des journaleux de l’époque dire:

  22. @didier specq

    Que représentaient ces courants, concrètement, face à l’intelligentsia et la bienpensance? Rien du tout…

  23. Pingback: Трусы тоже играли в хоккей – вместе с хоккеистами! :) « Beobaxter’s Weblog

  24. severr

    Katyn c’est un grand mensonge hitlérien qui avec un très grand plaisir est toujours utilisable par la propagande occidentale. Même que URSS n’existe plus déjà 20 ans.

    sur la photo – scene d’un filme moderne montrant exécution des résistants français par un officier gestapo.

    mes salutations aux élèves de Goebbels.

  25. @severr

    Comme quoi, la propagande soviétique fonctionne toujours! Réveillez-vous.

  26. ANDREJEWSKI

    Lisez le livre de ALEXANDRA KWIATKOWSKA-VIATTEAU:

    « KATYN,L’ARMEE POLONAISE ASSASSINEE »
    1940-1943: La Mémoire du Siècle
    « Editions complexes » Texte inédit
    ISBN 2-87027-310-X
    DL/1638/1989/42
    Vol B

  27. BIERNAT

    J’ajouterai un autre livre d’Aleksandra Kwiatkowska-Viatteau que vous pouvez lire.
    Il s’agit de « Katyn, la vérité sur un crime de guerre »
    Editeur : André Versaille Éditeur
    Collection : Histoire
    Parution : 25/05/2009
    Nombre de pages : 221

    Je voudrais juste penser aux victimes de ce génocide (officiers et leurs familles) et de leur rendre hommage. Mon sentiment est que ces « quelques polonais » ne comptaient pas et ne comptent toujours pas pour la majorité des gens.
    Malheureusement leur martyr a été vain. On préfère ne pas trop en parler, passez sous silence ce crime. Pourquoi? Certains génocides sont plus importants que les autres?
    Pour moi celui-ci est le plus important, il concerne ma famille.
    Je veux juste dire que je pleure toujours de grosses larmes en lisant la lettre de mon grand-père, adressée à sa femme, du camp de Kozielsk. Il s’inquiétait pour elle et ses deux enfants, il demandait à ce qu’elle ne s’inquiète pas pour lui, qu’il était en bonne santé…Et pourtant, en parlant de lui, il parlait déjà au passé….Il s’avait qu’ils allaient être exécutés. Il y a tant d’années qui se sont écoulés depuis mais pour moi c’est comme si c’était hier…

  28. Serge

    The photo is a FAKE. white panties – ha-ha-ha I bet made in China

  29. Pingback: Défilerions-nous avec de petites bougies? « Pensées d'outre-politique

  30. Pingback: Katyn, enfin! « Pensées d'outre-politique

  31. KATYN passe sur ARTE !!!

    Date de première diffusion: Jeu., 14. avr. 2011, 20h40

    Date(s) de rediffusion: Jeudi, 14. avril 2011, 20h40
    Mardi, 19. avril 2011, 01h30

  32. Bonne nouvelle. Personnellement, je l’ai finalement vu l’an dernier sur Wéo.

  33. Pingback: Katyn, 13 avril 1940 | Le blog de Tancrède Lenormand

  34. C’est qui la Shoah ?

Un petit commentaire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s