Martine Aubry, une main de fer dans un gant… de fer

 

Photo Reuters

Photo Reuters

« Il n’y a pas de majorité et de minorité, a dit récemment Martine Aubry à ses opposants la communauté urbaine de Lille. Il y a une majorité, et ceux qui n’en font pas partie. » Cette conception très étrange du pouvoir, cet autoritarisme, le maire de Lille ne l’utilise pas que dans ses relations avec son opposition, qui sont courtoises mais généralement ultra-fermes. La Dame de fer du Nord a visiblement décidé d’agir de même au sein du PS. Pour le meilleur comme pour le pire?

Dernier exemple en date du sale caractère de Martine Aubry : la démission d’André Vallini, le monsieur « Justice » du Parti socialiste. Le député socialiste de l’Isère, connu de l’opinion pour avoir présidé la commission parlementaire d’Outreau, a été sévèrement rappelé à l’ordre pour avoir osé, l’odieux personnage, donner son avis sur la suppression annoncée du juge d’instruction, sans en avoir auparavant référé à la patronne du PS! François Lamy, le bras droit de Martine Aubry, a eu beau rappeler qu’ « il s’agit d’une nouvelle méthode de travail, qui vise à mettre de la cohérence dans la parole socialiste » personne n’est dupe sur la façon dont la fille de Jacques Delors s’est adressée à Vallini.

Martine Aubry espère ainsi ramener le PS à l’ordre, pour en faire enfin une machine de guerre politique capable de rivaliser avec l’UMP, au sein de laquelle les rivalités sont moins exacerbées. Pour ce faire, il y a sa volonté de parvenir à une unité de parole, ce qui a coûté sa place à Vallini. Mais il y a aussi un cadenassage en règle du PS, à Paris, où les Royalistes (qui osent s’appeler l’espoir à gauche, les comiques) ont quasiment été mis à la porte, mais surtout à Lille, où Aubry joue à fond sa carte de chef du parti. Dans son fief, où elle est désormais la véritable patronne des socialistes locaux (ce qui n’a pas toujours été le cas), gare à ceux qui ne la soutiendraient pas! Deux barons locaux, ex-jeunes premiers de l’ère Mauroy, et concurrents potentiels d’Aubry, ont fait les frais de la nouvelle donne et ainsi été récemment mis sur la touche.

Pour l’instant, le fonctionnement clanique d’Aubry, qui a emporté avec elle, rue de Solférino, ses fidèles de la mairie de Lille, semble avoir du mal à passer au sein de l’appareil socialiste, où on va jusqu’à reprocher à l’élue du Nord d’être trop présente dans sa ville, et pas assez à Paris. On cherche encore l’opposition à Sarkozy, qu’Aubry promettait pourtant offensive… On a par exemple du mal à comprendre l’idée de proposer un contre-plan de relance aussi tardivement. Quand on veut courir plusieurs lièvres à la fois, pas facile d’exister.

Il faudra attendre, au fond, la bataille des Européennes pour juger de la capacité d’Aubry à mobiliser son camp. Pour le moment, la machine a du mal à se mettre en marche… Mais après le sanglant congrès de Reims, pouvait-il en être autrement?

4 Commentaires

Classé dans Politique

4 réponses à “Martine Aubry, une main de fer dans un gant… de fer

  1. marc vasseur

    ben je t’avoue que je suis pas mobilisé et Pargneau (celui qui tue le père…) n’aura jamais ma voix… la prime à la médiocrité très peu pour moi

  2. Une main de fer dans un gant … de plomb, même !

  3. qu’elle ait de la poigne, et qu’elle en use et abuse, je pense que ce n’est pas forcement un problème en soit. Le souci majeur c’est qu’elle semble ne pas avoir la moindre vision, ni la moindre maitrise des outils de communication, et surtout, elle semble se satisfaire du maintien du status-quo. Qu’est ce qu’elle attend? le bon timing? l’homme providentiel?

    Le contexte de son arrivée à la tête du PS rend déjà son rôle extrêmement complexe, la décision de ne pas ouvrir sa majorité vient compliquer encore un peu les choses, son peu de gout et de dispositions naturelles à représenter le PS dans les médias ajoutent encore à sa peine…

    et pour les Européennes, selon la formule du Figaro, « Elle gardera plus qu’un œil sur la bataille politique nationale »… n’est elle pas censée la mener la bataille?

    enfin bon, évidement il est bien trop tôt pour désespérer, disons que les premiers signes sont plutôt inquiétants.

  4. @marc vasseur

    Pargneaux? Le plus idiot de tous, casé à ce poste pour ne gêner personne.

    @Manue

    Méchante, va!

    @Gasper

    Détrompez-vous, martine aubry donne peut-être en ce moment le sentiment de patauger mais elle connaît très bien les ficelles de la com’. A Lille, elle est une Sarkozy-bis en la matière. Sur tous les fronts, des communiqués de presse en veux-tu en-voilà, dix fois par jour. Et surtout, elle cadenasse tout.

Un petit commentaire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s