La mondialisation du relativisme

Je ne sais pas si la mondialisation est en soi une bonne chose, mais en matière de moeurs, cela donne tout et n’importe quoi. Tout fonctionne comme si, finalement, la libre circulation des personnes entraînait une permissivité sans nom et un relativisme moral absolu, chaque législation représentant en théorie la volonté générale de la majorité.

Tu veux quelque chose, ton pays te le refuse? Qu’à cela ne tienne, tu peux te précipiter chez le voisin, qui lui, l’autorise. Ainsi, il est possible d’aller se faire assister au suicide en Suisse. De se marier en Belgique, pour les personnes homosexuelles. Ou même d’y concevoir un enfant. On peut avorter jusqu’au huitième mois de grossesse en Espagne. Toutes ces choses étant légales dans ces pays, comment empêcher des étrangers d’en bénéficier?

On peut aussi, si on a 59 ans et qu’on veut à tout prix un bébé, aller au Vietnam pour y bénéficier d’un don d’ovocytes. En France, la loi de bioéthique de 2004 prévoit pourtant des conditions strictes : « La receveuse doit souffrir d’une infertilité pathologique, ou il doit exister un risque de transmission d’une maladie grave à l’enfant. Le couple doit être en âge de procréer, et la majorité des centres français autorisés fixent la limite d’âge de la receveuse à 42 ans, voire 40 ans, du fait du trop faible nombre de donneuses. La donneuse doit avoir déjà eu au moins un enfant et être âgée en principe de moins de 37 ans. »

Pourquoi empêcher une femme d’avoir un enfant à 59 ans? Voire trois? Quand ces triplés auront 20 ans, elle en aura près de 80. Peut-être la nature, finalement, fait-elle bien les choses?

Malheureusement, on laisse les individus adopter ce type de comportement absolument contre-nature. On laisse passer leur volonté, et donc leur  éventuel égoïsme, avant l’intérêt de la société et de l’Homme, avec un grand h.

Tout cela, pourquoi? Parce que les normes morales n’existent pas, tout simplement. Le bien et le mal, de nos jours, sont des valeurs relatives, puisque les lois, au lieu de dépendre du bien commun, sont dictées par les intérêts particuliers. S’il on conjugue cela à l’échelle mondiale, on se retrouve tout naturellement avec des visions très différentes de ce qui doit être ou non permis.

Ce qui, intellectuellement, n’est pas du tout séduisant. Ni rassurant. Car cela nous rappelle que la norme n’est pas infaillible. Et cela relativise beaucoup la prétendue supériorité morale et civilisationnelle du modèle occidental démocrate.

Poster un commentaire

Classé dans Société

Un petit commentaire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s