La récession, et alors?

L’économie, alpha et oméga de nos vies? On pourrait le croire à lire ces esprits apeurés se flageller devant l’affreuse nouvelle qui nous est tombée sur la tête la semaine passée : au deuxième trimestre de 2008, l’économie française a légèrement rapetissé, de -0.3%. L’horreur totale !

Rendez-vous compte! La catastrophe n’est pas loin. Pire, on a rempli la première partie des conditions définissant la récession, qui rappelons-le aux incultes, est  constituée lorsque deux trimestres consécutifs, le PIB d’un pays recule. C’est bien ça, j’ai bon?

Ré-ces-sion. Ils n’ont que ce mot là à la bouche, nos chers économistes. Vous savez, ceux qu’on voit partout dans les journaux, à la télé, prêchant la bonne parole, se plantant tout le temps sans conséquence, multipliant les pronostics sans aucune responsabilité ni risque, jouant le rôle d’oracles anonymes de notre chère économie moderne, érigée en divinité redoutable et capricieuse. Et dont les encycliques sont la croissance, les taux d’intérêts, les chiffres du chômage… L’économie est une science inexacte, à qui l’on peut tout faire dire, mais eux sont perpétuellement appelés par les journalistes à donner leur avis d’experts. Un avis jamais démenti, jamais confronté à la réalité, quand bien même il s’avère faux par la suite.

Ré-ces-sion. Le spectre du malheur, en somme! Peut-être allons-nous être moins riches. Et on s’en relèvera! Ils doivent bien rire, ceux qui prêchent la décroissance. Sans aller jusque là, il semble que l’Occident ait perdu la tête, ou au moins le sens des priorités. La rigueur, oui, et alors? Est-on devenu à ce point pauvres d’esprits, pour que la courbe du moral devienne dépendante de l’état du porte-monnaie et de la richesse collective? Va-t-on se laisser abattre par une mauvaise nouvelle économique? Souvenons-nous du passé et retroussons-nous les manches.

Pendant ce temps, l’Occident décadent réfléchit à liquider des vieux. Remarquez, les deux sujets sont liés : avec le poids démographique et les contraintes budgétaires qui pèsent sur nos pauvres économies, ceux qui coûtent le plus cher et qui ne rapportent rien de palpable, ce sont les vieux. Et j’insiste : ce sujet est autrement plus important. Car c’est d’humain qu’il s’agit. Et comme chacun sait depuis Jean Bodin, « il n’est de richesses que d’hommes ».

Non mais!

Lire aussi Seb de CaReagit, qui n’est pas du tout d’accord avec moi, le fourbe.

Publicités

1 commentaire

Classé dans Chafouinage

Une réponse à “La récession, et alors?

  1. Je pense qu’une récession n’est pas anodine. Si elle était également répartie entre tous, ce ne serait effectivement pas grave que nos revenus décroissent de quelques pourcents.

    Mais dans les faits, cela veut souvent dire que les personnes les plus faibles se retrouvent sans emploi pour « compenser » ceux qui ont un statut protégé. Pour ceux-là, les conséquences peuvent être vraiment désagréables, et pas juste du confort: par exemple, devoir déménager.

    Les récessions ont néanmoins leur utilité: elles obligent les organisations et les individus les moins efficaces à se remettre en cause.

    J’avais développé le sujet dans cet article

    http://uchimizu2.blogspot.com/2008/10/la-crise.html

Un petit commentaire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s