Mise au point au sujet de Kiwis

Quel perte de temps, de devoir s’expliquer – dès la rentrée, qui plus est – sur le fonctionnement interne de Kiwis, qui ne concerne pourtant personne d’autre que ses membres.

Ce sujet agacera tous ceux qui se moquent des querelles stériles qui agitent les blogs. Et ils auront bien raison. Qu’à cela ne tienne, car de toutes façons, je n’ai aucune légitimité pour parler de Laure Manaudou, du dalaï-lama ou de la Géorgie.

Les Kiwis, qui viennent de fêter leur anniversaire, sont obligés de sortir du bois, puisqu’un ex-membre (Criticus), fondateur revanchard d’un réseau similaire et concurrent, crache dans la soupe après coup, en expliquant les raisons (qui lui appartiennent) de son départ. Nul ne songeait à riposter à cette attaque, tant nous la trouvions inutile et caractéristique d’une certaine forme d’aigreur.

Mais l’occasion était trop belle pour les Left-blogs, ces militants anti-Sarko durement secoués ces derniers temps et notamment par Embruns. Désireux de détourner l’attention, certains en ont profité pour s’emparer d’une partie du propos de Criticus, et le déformer, croyant dénicher là un scoop sur notre fonctionnement interne : nous serions sectaires, antidémocrates, et surtout, l’obligation de renvoyer vers le site web commun serait une façon de tricher avec wikio. Elle est bien bonne!

Cette phrase, la voici : « Le rôle de ce comité directeur ? Filtrer les demandes d’adhésion au réseau. Le critère principal était la qualité rédactionnelle, mais comme l’appréciation de ce critère est toute subjective, Kiwis est devenu, plus qu’un label qualitatif, un réseau de blogs « amis ». Des amis liés par une obligation commune : pointer vers le portail du réseau. »

La crème de la blogosphère croit tenir sa revanche : dagrouik, pas perdus ou encore maxime pisano se lancent dans la bataille avec des arguments tous aussi pitoyables les uns que les autres. En réalité, ils n’ont pas pris la peine ni d’aller sur le site de Kiwis, ni de s’interroger sur l’affirmation de Criticus.

Dagrouik, qui n’a pas peur du ridicule, parle de fonctionnement « mafieux », de « chasse aux liens ». Ridicule!

Il y a donc trois réponses à apporter à ces attaques insignifiantes, pour rétablir la vérité :

– D’une part, personne ne fait mystère des règles qui régissent le groupe Kiwis, puisqu’elles sont écrites noir sur blanc sur le site commun. Celui qui n’est pas d’accord, il n’entre pas.

Ces règles, quelles sont-elles? « Tout blog de qualité a vocation à rejoindre Kiwis : il vous suffit de joindre l’un des membres du Cercle qui relaiera votre candidature. Si aucun membre du réseau ne s’y oppose, vous serez coopté en trois jours. La seule obligation est d’afficher le logo de Kiwis sur votre blog, de mettre en lien la page dédiée et de respecter nos principes fondateurs évidemment. Dans l’hypothèse où un débat s’installerait entre les membres – car nous sommes sélectifs – c’est le Shadock Wabinet, rassemblant les 6 blogs rédacteurs de la Charte qui tranchera », précise le dit site.

– Qu’y a-t-il de mal à ce que le comité directeur, comme l’appellent nos démocrates (vous savez, ces staliniens qui appellent à virer Jack lang du PS parce qu’il a voté la réforme des Intitutions), ait un droit de regard sur les nouveaux entrants? Tout en sachant qu’il y a débat et vote, que rien n’est verrouillé. Et est-ce anormal de demander à tous d’afficher leur appartenance à Kiwis en affichant le logo renvoyant vers le site? Sans s’extérioriser, un réseau n’existe pas. Rien à voir avec une chasse aux liens.

Mais nos maîtres censeurs préfèrent juger et condamner avant d’examiner les faits. Aucun d’entre eux, avant décrire son pitoyable article, n’a cherché à comprendre ou à recouper. C’est ça, le problème du militant : il ne raisonne souvent qu’en fonction d’une idée préconçue des choses, et il fonce sans réfléchir.

S’ils s’étaient renseignés, ils sauraient que dans Kiwis, c’est justement l’excès de démocratie qui nous ralentit et a causé des crises à de multiples reprises. C’est ce qu’on appelle un coup d’épée dans l’eau.

J’en profite pour tordre le coup à un autre mensonge colporté par les left-blogs, qui ne fonctionnent décidément qu’en termes binaires, et ne connaissent pas la moitié de nos membres : non, Kiwis n’est pas un réseau de blogs de droite. Il a été fondé par deux blogs affichés de droite (CaReagit, Pierre Catalan) modérée, deux affichés de gauche (Le bistrot de Nico, aujourd’hui fermé, et Frednetick, fermé puis ressuscité) et deux blogs qui revendiquent, n’en déplaise à ceux qui aiment mettre les gens dans des cases, leur indépendance idéologique (Toreador et moi-même).

Et aujourd’hui, sur treize membres, il y a des blogs de droite, de gauche, du centre, et des inclassables(notamment ceux qui parlent surtout d’affaires étrangères). Et pour info, nous avons refusé de nombreux blogs libéraux ou de droite, que nous jugions caricaturaux.

C’est dit!

1 commentaire

Classé dans Blogs

Une réponse à “Mise au point au sujet de Kiwis

  1. Pingback: Positionnement politique des LHC (suite) « Réseau LHC

Un petit commentaire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s