L’eugénisme frappe à notre porte : ouvrirons-nous?

Je ne sais pas si vous l’avez lu, mais Libération a publié cette semaine un article assez inquiétant. Il s’agit des manipulations d’embryons en Grande-Bretagne, qui s’apparentent de plus en plus à de l’eugénisme. Qui sont de l’eugénisme, même!

On peut y lire l’histoire de cet Anglais possèdant dans sa famille des antécédents de la maladie d’Alzheimer décider de procéder, avec son épouse, à une fécondation in vitro suivie d’un DPI (diagnostic pré-implantatoire). Evidemment, pour ne garder que les embryons sains. Son angoisse : que ses enfants soient porteurs du gêne en cause.

Mais le plus grave, c’est que l’agence britannique de bioéthique a également autorisé, en mai dernier, la même opération en vue de prévenir du risque de strabisme. C’est drôle, parce que dit comme ça, on trouve ça beaucoup moins justifié que pour l’Alzheimer, hein?

Pourtant, il s’agit exactement de la même chose. De créer de multiples embryons avant de les « trier », c’est-à-dire de détruire ceux qui ne conviennent pas. Bon, à la limite, si on ne considère l’embryon que comme un amas de cellule, on n’est pas choqué.

Sauf qu’il s’agit ainsi de créer une société où on n’aura plus de strabismes, d’ Alzheimer, plus d’aveugles, de sourds, de muets. Plus de petits, de gros. On sera tous pareils? Vous choisirez votre enfant dans le catalogue La Redoute. Une société « parfaite ». Une société « calculée ». Une société qui refuse le risque. Et donc la vie!

On s’indigne, on s’élève contre les OGM, contre les manipulations génétiques aux risques incontrôlées… On se dit catastrophé par l’idée qu’on puisse effectuer un test ADN sur un candidat au regroupement familial! Mais on se moque comme de l’an 40 des catastrophes qui sont en train de se jouer en Grande-Bretagne. Vous souvenez-vous de ces embryons hybrides homme-vache?

On ne saurait trop vous conseiller, toutefois, de ne pas vous sentir rassuré en vous disant qu’ « heureusement, ça se passe chez ces maudits Anglais », et que « nous, en France, on a le sens des principes ». A ceux qui raisonneraient ainsi, on ne saurait trop rappeler le sort, dans notre pays, de ceux dont la trisomie est révélée au cours de la grossesse. Pour ceux-là, on peut aller bien au-delà du délai de douze semaines. Un avortement dit « thérapeutique ». De l’eugénisme, là aussi! Et l’on ose parler des barbares du Moyen Age.

Sur ce sujet, s’il vous intéresse, lisez Koz, et son analyse plus approfondie : Eugénisme, nous y sommes. Il fustige notamment le libéralisme (« au nom de quoi refuser ce droit »?) et le relativisme (« comment peut-on juger? ») qui sont sous-entendus dans cette affaire :

« Libéralisme mal placé : “de quel droit le gouvernement“… Qui donc sont ces gens pour décider que… ? Libéralisme, ou anti-étatisme. Demain, les seuls “juges” seront donc les parents, ce qu’ils sont capables d’accepter (davantage que ce que leur enfant serait capable d’accepter, soit dit en passant) et… un docteur Tornhill ?Relativisme : il n’y a pas de principes, de valeurs supérieures qui vaillent. Chaque expérience est personnelle, chaque personne est libre de sa décision, et qui sommes-nous pour juger ? Hein, “de quel droit juge-tu ?!” ? Qui es-tu pour cela ? Et la souffrance, as-tu pensé à la souffrance des parents ? Cette souffrance devant laquelle il faudrait nécessairement s’effacer. Cette souffrance qui écraserait de sa légitimité exclusive toute autre appréciation. Alors que, peut-être, si ces parents sont particulièrement qualifiés pour s’exprimer sur leur expérience personnelle, ils ne le sont pas nécessairement, dans ce temps de la souffrance, pour déterminer les solutions à appliquer à la société dans son intégralité. Alors que la souffrance évoquée passe de celle de parents confrontés à la maladie de Huttington à celle de parents confrontés à un strabisme sévère.

Au demeurant, nous dit-on, “les couples ne s’engagent pas dans une telle démarche à la légère“. Le propos comporte une faille : en l’occurrence, le couple confronté à un risque de développement d’un Alzheimer précoce n’a pas jugé utile de vérifier si le père était effectivement porteur du gène. Ce qui n’a pas empêché l’autorité britannique de donner son autorisation. »

EDIT : Toujours via Koz, cet article de Patrice de Plunkett rapportant la position d’Axel Kahn et de Boris Cyrulnik, qui s’inquiètent tous deux de la montée de l’eugénisme.

Axel Kahn :
« Aujourd’hui les tests génétiques permettent de choisir l’embryon en fonction d’autres caractéristiques, comme le sexe. A l’avenir, il sera sans doute possible de sélectionner l’embryon en fonction de son potentiel physique…  Dans tous ces domaines, dès lors qu’il s’agit d’une technique possible, il y aura toujours des ressorts psychologiques et des moyens économiques pour les mettre en œuvre. La question, comme pour le clonage reproductif, est davantage du domaine du jugement moral que celui de la réalisation…  Je ne pense pas qu’il soit prudent de permettre [aux parents] d’avoir l’enfant qu’ils ont pré-dessiné. De plus, l’enfant qui va naître est une autre personne […]. Il ne doit pas devenir une prothèse du corps des parents ou le produit du choix parental en fonction de son identité biologique, comme le sexe ou la forme du visage ».

Boris Cyrulnik :

« On appelle ces enfants les « chargés de mission » : ils doivent être parfaits, sinon ils deviennent des sous-hommes ! […]   D’un point de vue génétique, on sera un jour capable de fabriquer l’enfant de nos représentations idéales. Les prémices sont déjà présentes, avec la loi autorisant les avortements en cas d’anomalie génétique grave […] Mais cette situation soulève un problème, à savoir que nous nous prenons pour des dieux capables de fabriquer l’enfant rêvé. »

1 commentaire

Classé dans Société

Une réponse à “L’eugénisme frappe à notre porte : ouvrirons-nous?

  1. Pingback: 96% des trisomiques dépistés avortés, c’est pas de l’eugénisme? « Pensées d’outre-politique

Un petit commentaire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s