Quand « le Monde » se pâme pour le porno chic

L’hédonisme est vraiment la nouvelle religion à la mode. On lui voue un culte à n’en plus finir. On ne pense qu’à ça. Et la pornographie, elle, fait tout ce qu’elle peut pour s’insinuer partout, y compris sous couvert d’art, de littérature, de « chicos ». Dans son édition de mercredi, le Monde nous faisait l’éloge de Second Sexe, un site internet dont le mot d’ordre est clair : « la jouissance des femmes est désormais sans limite ». Tout un programme! Plus d’entrave à la jouissance, super!

Le titre fait référence, comme notre « quotidien de référence » nous le confie, au « Deuxième sexe » de Simone de Beauvoir. Un support féministe, donc.

Son but est de « mettre en ligne un site portail, dédié à l’ensemble des différents aspects de la sexualité de la femme », littérature, e-commerce (sex toys : vive la libération de la femme, elle peut désormais s’amuser toute seule, quel progrès!), conseils en sexologie, mais aussi lectures par des artistes de textes érotiques et pour finir, un espace de « vidéos à la demande », qui ne contiendront pas d’extraits de Bambi, mais « essentiellement des films faits par des femmes pour le plaisir des femmes ». Le plaisir, encore et toujours. D’ailleurs, l’objectif de la société éditrice du site est  « d’aider les femmes à se déculpabiliser, et d’autre part à aider à la stimulation de son désir. » Diable, nous sommes naïfs! Nous pensions naïvement que nous vivions dans un monde où tout n’était pas stimulation du désir, dictature des sens et rabaissement perpétuel de la condition féminine, bien souvent réduite au rang d’objet! Tu parles d’une libération… Même les pubs d’aspirateurs sont vendues par des femmes nues comme Eve, de nos jours.

En ce qui concerne les vidéos qui seront diffusées sur ce site, qui est interdit aux mineurs (oui, il suffit de cocher « j’ai plus de 18 ans » pour y pénétrer), une seule ambition : « inventer un nouveau genre : la pornographie esthétique ».

On y est! Du porno vulgaire, trash, ça non. C’est pour les beaufs, ça! C’est « contraire à la dignité de la femme »! Mais si c’est beau, si c’est chic, on peut faire un article dans Le Monde… C’est propre, il y a de belles couleurs, des caractères élégants… Et puis Karin Viard qui lit des textes! Vous rendez-vous compte, madame la marquise?

Le Monde, lui, se pâme. Ce n’est  « pas chose aisée que de s’aventurer en pareil terrain miné ». Mais ça peut rapporter un bon paquet de dollars, en revanche! Peu importe pour le quotidien du soir. Ce qui compte, c’est que ce ne soit pas « racoleur ». Pas racoleuses, ces « nouvelles orgasmiques »? Pas racoleuses, ces histoires de femmes fouettées? Pas ridicules, ces objets horribles qui ont pour seuls objectifs d’atteindre seul la jouissance sacrée? Cette jouissance qui semble pour beaucoup devenir le seul, le dernier objectif à remporter?

Qu’un journal comme Le Monde se fasse l’écho de tels « phénomènes de société », dignes de l’égoût, n’est pas très étonnant. Mais décevant, et la déception, on ne s’y habitue jamais. En ce qui concerne ce quotidien, on ne sera jamais au bout de nos surprises. Dès que c’est lounge, in, cool, on fonce. Enfoncer des portes ouvertes, on sait faire. Comme dirait Gustave Thibon, « être dans le vent, une ambition de feuilles mortes ».

1 commentaire

Classé dans Société

Une réponse à “Quand « le Monde » se pâme pour le porno chic

  1. Pingback: La pornographie est une catin « Pensées d’outre-politique

Un petit commentaire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s