Sarkozy va-t-il nous cocufier au sujet de l’adhésion de la Turquie?

On s’en souvient : après s’être déclaré, par pur opportunisme politique, opposé à la fusion entre GDF et Suez, Nicolas Sarkozy a changé d’avis une fois arrivé au pouvoir. Après tout, pourquoi pas : ce refus ne semblait pas issu d’une conviction profonde du ministre des Finances de l’époque, mais plus d’une querelle politique avec la Chiraquie.

On ne peut malheureusement pas en dire autant au sujet de l’épineuse question de l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne. Sarkozy l’a dit et redit. « Si la Turquie était européenne, ça se saurait », fanfaronnait-il en 2004, à quelques mois du référendum sur le Traité Constitutionnel Européen. On croyait entendre un cri du coeur. Mais peut-être aussi, une danse du ventre à destination des électeurs villiéristes et frontistes. Partisan, avant et pendant la campagne présidentielle, d’un partenariat privilégié avec l’Etat turc, Sarkozy l’a répété l’autre soir sur TF1 : « Je ne crois pas que la Turquie ait sa place en Europe, et pour une raison simple, c’est qu’elle est en Asie mineure ».

Argumentation certes un peu courte. Mais qui a le mérite apparent de trancher définitivement la question. Sauf que le ministre des Affaires étrangères, Bernard Kouchner n’a de cesse de répéter de son côté qu’il milite farouchement pour l’entrée de la Turquie en Europe. « Je suis un partisan de l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne, après de longues discussions et beaucoup de conditions posées », a-t-il déclaré mercredi sur France-Inter, rappelant que Nicolas Sarkozy de son côté, y était opposé, préférant un « partenariat privilégié ». Rappelant également qu’il ne pensait pas être « étranger » aux récentes « inflexions » du président sur le sujet. Inflexions? On croyait avoir entendu le fringuant Martinon (également porte-parole de l’Elysée) affirmer, confirmer, assurer que Sarkozy n’avait « pas changé » là-dessus. Surtout pas avant les municipales, hein?

Il faudrait avoir une foi aveugle pour le croire. Il faudrait être autruche. Sarkozy, qui n’a pas hésité à renvoyer Fillon à ses études lorsque celui-ci en avait trop dit au sujet des régimes spéciaux, Sarkozy, qui sèche tout ministre s’exprimant en marge de la ligne officielle, laisse dire, laisse faire Kouchner. Attend de voir. N’a-t-il pas proposé à ses partenaires européens de charger un « comité des sages » de se pencher sur la question des frontières de l’Union? Voilà qui est peu rassurant, un comité.

Et puis dans le même temps, Sarkozy a commis un autre oubli regrettable : il n’a pas désavoué son ministre des Affaires européennes, lorsque celui-ci a proposé, devant la commission Balladur (chargée de réformer les institutions), la suppression de l’article 88-5 de notre constitution, qui oblige la France à organiser un référendum pour valider toute nouvelle adhésion à l’Union. Oubli, vraiment? Quel but poursuit exactement Jean-Pierre Jouyet? Là aussi, Sarkozy laisse faire, alors que c’est lui qui le premier, a observé en septembre 2004 qu’ « une décision aussi importante ne pourrait être prise qu’après qu’il y ait eu un référendum en France pour connaître l’opinion des Français ». A l’époque, c’est vrai, il s’agissait surtout de tacler Chirac.

Et puis il y a eu l’épisode du 27 août dernier, où lors de sa déclaration de politique étrangère, Nicolas Sarkozy avait lâché qu’il ne s’opposait pas à l’ouverture de nouveaux chapitres de négociation entre l’UE et Ankara. Accepte-t-on de négocier le prix d’un scooter si on ne veut pas le vendre?

On comprend que dans l’esprit des néocons, dont Kouchner fait assurément partie, l’intégration de la Turquie dans l’Union européenne représente un pas de plus vers l’unification du monde, vers l’extension du pseudo « monde libre ». Ces gens se moquent de l’Europe politique, dont ils ne veulent surtout pas : ce qu’ils désirent, avec ardeur, c’est l’abolition des frontières, un marché commun le plus large possible. L’ancrage à l’Union d’un pays d’Islam, c’est un prétexte, une fausse raison. Et une argumentation bidon : pourquoi pas le Maroc et l’Indonésie, dans ces conditions?

On pensait naïvement que Nicolas Sarkozy exprimait une conviction forte en estimant qu’on devait aller plus loin dans l’Europe politique avant de penser à intégrer d’autres Etats. Qu’il était sincère. Il y a désormais fort à parier que notre candeur se soit fourvoyée, et qu’on se trouve finalement cocufié. Sarkozy, comme on l’a toujours dit ici, est dans la pure lignée de Chirac. Les promesses électorales n’egagent que ceux qui y croient, non?

Publicités

2 Commentaires

Classé dans Europe

2 réponses à “Sarkozy va-t-il nous cocufier au sujet de l’adhésion de la Turquie?

  1. amike

    Ce n’est pas l’entrée éventuelle de la Turquie dans 15ans qui empêche l’exercice d’une politique européenne (ou à l’européenne ou à la hauteur des ambitions européennes) aujourd’hui. Il faut oser ; et la France est généralement bonne à cette tâche, l’activisme de Sarkozy en plus 😉

  2. Pingback: Obama et la Turquie : mais de quoi je me mêle? « Pensées d’outre-politique

Un petit commentaire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s