Des avortements jusqu’au huitième mois de grossesse en Espagne

Après la diffusion, jeudi soir, d’un numéro d’Envoyé Spécial sur France 2, qui proposait un reportage sur l’avortement à hauts risques en Espagne, où certains médecins le pratiquent jusqu’au huitième mois de grossesse, deux articles très intéressants de Koz et Polydamas ont suscité un débat passionné.

Leur argument principal consiste à dire que la question de l’avortement doit être envisagée sous l’angle du statut de l’embryon, considéré par Simone Veil comme un être vivant dès sa conception.

Selon Koz :

 »   Il y a une différence de perspective fondamentale entre ceux qui sont favorables à l’avortement, ceux qui sont contre c’est que les uns raisonnent à partir du cas de la mère, ou de la société, les autres raisonnent à partir du cas de l’enfant, de la vie en devenir qu’abrite la mère, et qui ne porte aucune responsabilité dans les choix de cette dernière, ni dans les évènements qui ont pu conduire à son apparition.     »

Plus loin :

 »   Je n’ai jamais réussi à accepter l’idée que l’on puisse, que ce soit administrativement ou scientifiquement, établir une césure entre le moment où l’être est protégé et celui où il ne l’est plus. Même les distinctions médicales ne parviennent pas à me convaincre qu’il est légitime de considérer que la seconde avant la survenance du terme ainsi fixé, l’enfant soit protégé, et qu’il ne le soit plus la seconde d’après. Il y aura toujours ce moment de basculement.    « 

Enfin :

 »    A 8 mois, donc, et très clairement, il ne s’agissait pas exclusivement d’avortements thérapeutiques, loin de là. A 8 mois… A ce que mon épouse m’a raconté, on voyait les pinces utilisées pour arracher l’enfant au ventre de la mère, on voyait la poubelle dans laquelle on va le jeter. Combien d’enfants sont nés à 8 mois ? Comment fait-on pour tuer un enfant, à 8 mois ? Cela ne se produira jamais en France ? Et pourquoi n’y viendrions-nous pas ? Le reportage d’Envoyé Spécial montrait également le Planning Familial en train d’organiser des voyages en Espagne pour les femmes qui avaient dépassé le délai légal en France. Peut-on seulement imaginer qu’un organisme subventionné par l’Etat organise le contournement de la loi ? Facilite cet avortement que le législateur français n’a pas voulu autorise ?!     »

Je trouve ce débat de société très intéressant dans la mesure où il est abordé de façon délicate et respectueuse. Sans a priori ni complaisance. Sans mépris, et avec le respect des opinions de chacun. Car sur ce sujet sensible, que l’on soit pour ou contre le droit des femmes à avorter, chaque position procède généralement de l’intime conviction.

On peut être favorable à l’avortement tel qu’il est pratiqué en France, et considérer que le cas espagnol est tout à fait scandaleux. Une question essentielle en découle : quelle légitimité a-t-on pour fixer le seuil au-delà duquel l’avortement devient un homicide? C’est tout l’objet du débat initié par Koz.

Publicités

1 commentaire

Classé dans Société

Une réponse à “Des avortements jusqu’au huitième mois de grossesse en Espagne

  1. sarah

    bonjours
    jai besoin d’aide je suis enceinte de 8mois é on ma dit que je pouvais avorté en espagne aider moi donné moi des nom svp aider moi si ma famille laprend je vai me retrouvé a la rue aider moi

Un petit commentaire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s