Mouvement démocrate : le panache blanc de François Bayrou

Suivant une stratégie semblant suicidaire, François Bayrou fait à nouveau cavalier seul en créant son Mouvement démocrate en vue des législatives. S’appuyant sur un fort soutien populaire mais abandonné par ses ex-amis de l’UDF, le Béarnais compte une nouvelle fois créer la surprise en misant sur son indépendance pour créer la surprise. Mais sa marge de manoeuvre est étroite…

Lâché par les siens (y compris les fidèles Hervé Morin, Maurice Leroy ou encore Nicolas Perruchot, qui ont senti le vent tourner) mais fort d’un clair soutien populaire(33 000 demandes d’adhésion auraient été reçues), François Bayrou peut-il rééditer sa performance du premier tour de la présidentielle et ainsi parvenir à obtenir un groupe indépendant à l’Assemblée nationale?

Alors que les communistes et les Verts sont assurés d’avoir des députés, grâce au soutien du PS, il est impensable que le nouveau MoDem (quelle abréviation ridicule), bien plus représentatif que ces deux partis morts, ne dispose pas d’un fort contingent à l’Assemblée. Mais c’est le jeu : il faut gagner dans au moins vingt circonscriptions pour avoir un groupe.

Et la gageure sera hardue : les 18,5% à la présidentielle ne se tranformeront pas forcément en victoires locales. D’autant qu’une partie de ces électeurs ont peut-être mal vécu l’appel implicite de Bayrou à ne pas voter Sarkozy. Le patron du nouveau MD compte présenter des candidats partout, mais dans les 577 circonscriptions françaises, ils auront face à eux, à moins d’un accord avec le PS, la gauche, la droite, voire l’ex-UDF… Tout en sachant que dans le contexte de la présidentielle qui vient de se jouer, le réflexe utile jouera : les deux principaux partis appeleront d’un côté à donner une majorité puissante à l’UMP pour permettre à Sarkozy d’appliquer son programme de réformes et de ruptures, d’un autre, de voter contre lui pour éviter cinq ans de droite.

Dès lors, malgré tout le panache qu’il faut reconnaître au Béarnais, qui persiste sur sa ligne d’indépendance, à quoi peut-on s’attendre?

– Soit le MD parvient à dépasser les 12,5% au premier tour, et on se retrouve avec des triangulaires, voire des quadrangulaires là où le FN se maintiendra lui-aussi : là, ce sera la lutte à mort. Mais difficile d’imaginer le MD dépassant l’UMP ou le PS. Tout au plus pourra-t-il faire battre la droite?

– Soit le MD n’y parvient pas, et on se retrouvera alors dans la même configuration qu’au second tour de la présidentielle, avec un report de voix classique 50-50…

Dans cette perspective, obtenir dix sièges serait déjà un bon score. Là encore, si l’on postule l’absence d’accord avec le PS…

Cette situation montre d’ailleurs toute l’incurie du système électoral utilisé à représenter fidèlement l’opinion française à l’Assemblée nationale, avec tout pour le gagnant et zéro pour le perdant : dans ces conditions, l’instauration de la proportionnelle semble plus que jamais urgente. Ne serait-ce pas scandaleux que ce PCF exhangue, porté à bout de bras par le PS, obtienne plus de sièges que le MD?

Poster un commentaire

Classé dans Politique

Un petit commentaire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s