Ouverture : effet d’annonce ou réelle volonté de changement?

Beaucoup sont d’accord pour dire que maintenant que Nicolas Sarkozy est élu, autant attendre de voir ce qu’il va faire avant de juger. Et à ce titre, l’intervention du nouveau futur président devant les parlementaires UMP est une bonne surprise : Sarko promet l’ouverture politique, donne ses conditions à une alliance avec l’UDF ex-look et assure qu’il ne distribuera pas ses ministères comme des hochets à destination de ses à ses amis. Qui vivet videbit…

Sarkozy promet de ne pas faire comme Chirac en 1995 (exclusion du gouvernement des Balladuriens, dont le nouveau président, punis pour leur trahison) et en 2002 (pas d’ouverture en dépit d’une situation politique inédite). Le futur président s’est notament engagé à ne pas « récompenser » ses amis politiques qui ne trusteront donc pas les ministères qu’il attribuerait dès le 17 mai prochain, en attendant les législatives.

On veut y croire, on veut essayer de lui faire confiance. Mais on a du mal. Estrosi, Guéant, Hortefeux, Morano, Dati, Bertrand, n’auront-ils pas leur récompense? Accoyer, pour sa fidélité? Copé, pour sa langue de bois?

Le président a également annoncé qu’il s' »ouvrirait » aux autres formations politiques qui l’ont soutenu ou qui le feront. On pense à l’UDF, bien sûr. Aux députés qui ont lâché Bayrou pour garder leur poste, ou peut-être parce qu’ils ne croyaient pas en lui en dépit d’un trsè bon score le 22 avril, et qui devraient composer une scission dirigée par Gilles de Robien. Mais y aura-t-il également Besson? Allègre? Un Villiériste? Un partisan de Christine Boutin? Un ami de Dupont-Aignan? Des Gaullistes comme Villepin, Baroin, MAM? Borloo?

Au fond, on veut bien tout croire, on veut bien attendre, on veut bien accorder le bénéfice du doute. Mais quand on voit la façon dont les primaires se sont déroulées à l’UMP, les pressions qu’ont subies Rachid Kaci ou Dupont-Aignan, on a du mal à être naïf.

Car en ligne de mire, il y a les législatives, qui seront décisives pour Sarkozy. Les derniers sondages mettent en effet l’UMP au coude à coude avec le PS, même si ces élections sont particulières car à la fois nationales et locales. Même si on se décide aussi sur des critères liés à la personnalité des candidats de sa circonscription. Même si le principe « légitimiste » devrait jouer.

Dans cette optique, ce message présidentiel peut s’apparenter à une forme de manipulation. Sarkozy a verrouillé l’UMP, mais ouvrirait son gouvernement? Et puis, si c’est pour marchander avec les ex-UDF pour plomber Bayrou, si c’est pour nommer des Besson ou des Allègre, qui ne représentent qu’eux-mêmes, on ne voit pas trop l’intérêt.

Mais enfin, on verra bien après tout. Si l’avenir nous donne tort, très bien!

Poster un commentaire

Classé dans Politique

Un petit commentaire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s