Quand le « professeur » Bayrou fait la leçon à « l’étudiante » Royal

Si l’on peut continuer à douter de la légitimité du débat qui vient de se dérouler entre Ségolène Royal et François Bayrou, il faut bien avouer qu’il a permis de répondre à un certain nombre de questions. La candidate socialiste ne gagne pas grand-chose à ce « dialogue » qui n’a pas été le « théâtre » d’un ralliement de Bayrou. En réalité, le patron de l’UDF a profité de ce moment comme une tribune médiatique qui lui a permis de réaffirmer sa ligne d’indépendance et de rupture avec le système.

Qu’a gagné Ségolène Royal à ce « dialogue »? On peut se le demander. Nicolas Sarkozy, c’est sûr, y perd. Mais Royal? Elle a décrit cet événement « inédit » comme un moyen de « sortir du débat bloc contre bloc qui ne marche pas, qui est le symbole de la France qui perd ». Partie comme ça, elle se rapprochait d’emblée de la position des centristes sur le jeu politique français. Aussitôt, Bayrou répliquait qu’il était évident qu’il n’allait pas « se rallier » à Royal, ni Royal se rallier à lui. « Si je me ralliais, je briserais au même instant l’élan que j’ai créé. Je refuse de le faire. Je ne renoncerai pas à nos idées et à notre indépendance », philosophe-t-il.

Dès le départ, les deux participants au débat mettent en avant leurs convergences en ce qui concerne la modernisation politique qu’ils appellent tous deux de leurs voeux. Ségolène Royal parle de sa démocratie participative, et rappelle ses engagements en matière de jurys populaires, de référendum, de régionalisation et de syndicalisme. Bayrou, lui, évoque le pluralisme de la vie politique. Royal enchaîne sur son souhait de rendre dépendants de l’assemblée, plutôt que du pouvoir exécutif, des institutions comme le CSA, le CSM, le Conseil constitutionnel… Ils se mettent d’accord sur leur opposition au « verrouillage médiatique » auquel on assiste depuis quelques années.

Sur l’Europe, aussi, Bayrou et Royal sont d’accord pour réconcilier les Français avec son principe. Ils sont partisans d’une Europe politique, Bayrou insistant sur le modèle allemand et sur l’importance de l’€, et Royal développant les thèmes du salaire minimum européen (qui a l’air d’une belle utopie), de santé, de retraites, de droits sociaux continentaux. Et de lutte contre les délocalisations. Mais aucun des deux n’évoque les protections douanières nécessaires, à la frontière de l’Union, pour pouvoir défendre l’industrie et l’artisanat européens. Dommage…

« De toute façon, le pacte présidentiel sera appliqué »

Puis une fois le moment d’euphorie lié au caractère « historique » de ce débat retombé, le dialogue devient « une leçon du professeur Bayrou à l’étudiante Royal, qui quémande es explications et son soutien », commente violemment Valérie Pécresse, porte-parole de Nicolas Sarkozy. Le leader centriste vient en effet d’évoquer ses « divergences profondes avec l’orientation économique prise par le PS et par Ségolène Royal ». Il dénonce les « promesses énormes, du même niveau que Sarkozy, environ 60 milliards d’euros, qui amèneront un déséquilibre supplémentaire insoutenable qui va aggraver la dette du pays ». La dette, toujours la dette. Royal ne parvient pas à trouver la réplique.

Elle tente de changer de sujet : « Mon objectif n’est pas de convaincre François Bayrou, mais de toute façon, si je suis élue, le pacte présidentiel sera appliqué ». Bayrou critique l’étatisme du PS en matière économique, et ironise : « Si vous n’avez que des défenseurs comme moi, je vous conseille de vous inquiéter! ».

Passe d’armes sur les retraites également : Bayrou assure que « personne ne peut oser abroger les Lois Fillon, parce qu’il faudra nécessairement aller plus loin. On sait que le nombre d’inactifs va bientôt égaler le nombre d’actifs ». Royal, elle, maintient que si elle est élue, elle reviendra sur cette réforme, pour « réduire les inégalités qui en découlent », et notamment sur les petites pensions.

Bayrou et Royal se retrouvent en revanche d’accord sur les questions sociétales, comme les problèmes entre les jeunes des quartiers difficiles et la police. Ils s’entendent pour défendre l’idée d’une police de proximité qui connaisse la population, parce qu’« il faut que le service public soit partout », clame Ségolène Royal. « Agissons sur la priodélinquance par des sanctions pédagogiques dès la première bêtise », avance Bayrou.

Le débat s’enfonce ensuite dans le flou et l’ennui au sujet del’école, du nucléaire ou de l’immigration. Au final, Ségolène Royal « remercie » le leader centriste d’avoir accepté sa proposition et assure que « sur certains point, je pense qu’on fera un bout de chemin ensemble ». Bayrou, lui, se veut plus nuancé :  » Il ne faut plus que les partis soient divisés bloc contre bloc. Il faut qu’il devienne normal que les familles politiques se prononcent sur des textes et non plus en fonction de leur étiquette. Aucun problème de notre pays ne pourra être règlé si on ne sort pas de ce système ».

En réalité, Royal en retire rien de ce débat. A part d’avoir eu le mérite – reconnu par tous – d’avoir une idée moderner et osée. Mais en terme électoral, il n’est pas sûr que l’opération soit profitable. Bayrou s’est abstenu de toute critique directe de Nicolas Sarkozy, et cette tribune lui a surtout servi une nouvelle fois à défendre l’indépendance de l’UDF, sa nouvelle ligne et à rappeler son poids politique grandissant.

Ségolène Royal attendait de ce dialogue une « clarification du pacte présidentiel », sous-entendu aux yeux des électeurs de l’UDF. En réalité, pendant près de deux heures, c’est bien Bayrou qui a pu clarifier le mouvement dont il a pris la tête, et présenter l’originalité de ses idées. Le débat va-t-il influencer, le vote du second tour? On peut raisonnablement en douter.

« L’indigestion orange » continue, mais Bayrou a promis que désormais, il était à l’écoute des deux candidats du second tour. Et qu’il écouterait avec attention le débat du 2 mai. Pas trop tôt!

Poster un commentaire

Classé dans Politique

Un petit commentaire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s