Quelle stratégie pour François Bayrou?

Quelle stratégie François Bayrou va-t-il mettre en place? A la veille de sa prise de position, on peut se poser la question tant le patron de l’UDF joue gros dans cette affaire de second tour.

Toute sa tactique reposait jusqu’à présent sur une présence au second tour pour pouvoir se poser en rassembleur dans toutes les options possibles. Mais maintenant. Il a tout à perdre en choisissant un camp.

Va-t-il pour autant se taire, ou miser sur un échec de Sarkozy en se liguant contre lui? L’intérêt pour le mouvement qu’il a créé : voilà ce qui doit trotter dans la tête de Bayrou en ce moment. Comment concilier son indépendance avec un soutien à l’un ou l’autre? Comment agir sans affaiblir cette dynamique qui s’est créée autour de lui? Comment la faire fructifier en vue des législatives? Car il faudra à l’avenir un groupe parlementaire conséquent pour l’UDF, si elle veut continuer à peser politiquement dans ce pays.

Il peut laisser ses électeurs libres, et autoriser ses élus à se ranger discrètement du côté de l’UMP. Avec en ligne de mire les législatives : n’oublions pas que la plupart des députés UDF ont été élus au terme d’accords avec l’UMP. Mais s’il fait ça, il revient en arrière par rapport à son « émancipation de la droite » qu’il a clamé pendant toute la campagne du premier tour. Il ne peut plus revenir en arrière s’il veut garder ses chances.

Deuxième solution, céder aux sirènes socialistes, et ouvrir le « débat public » que lui propose Ségolène Royal depuis deux jours. Il pourrait ainsi négocier la dose de proportionnelle, en échange d’un soutien clair de sa part. L’inconvénient, c’est qu’en faisant ce choix, il s’inscrit dans ce jeu politicien qu’il dit réprouver. Il se compromet, lui qui se veut indépendant des idéologies et des clans.

Troisième solution : rester dans la même lignée qu’au premier tour, renvoyer Ségo et Sarko dos à dos, en jouant ensuite le même refrain aux législatives. C’est peut-être la meilleure chance pour Bayrou de s’accrocher. Et de viser 2012?

Mais au-dela du problème politique qui se pose à François Bayrou, la véritable question est celle de l’attitude que vont adopter les électeurs qui ont choisi Bayrou dimanche dernier. 19% quand même. Vont-ils massivement rejoindre Royal? En tout cas, ils seront les indéniables arbitres du second tour. Ca risque d’être un peu aléatoire…

Poster un commentaire

Classé dans Politique

Un petit commentaire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s