Après l’intox au vote utile, le chantage à la peur?

Gros ouf de soulagement à gauche (26%), raz-de-marée sarkozyste dès le premier tour (31%), espoir déçu à l’UDF, effondrement du FN. Finalement, les deux tactiques de Royal et Sarkozy ont bien fonctionné hier, pour un premier tour où les Français ont massivement voté. Comme un clin d’oeil au 21 avril.

Premier constat de ce résultat surprenant mais logique : la vague bleue a tout emporté sur son passage hier. Les deux tiers des départements ont voté majoritairement pour Nicolas Sarkozy, qui fait un score énorme en réussissant le pari de faire le plein des voix à droite avant de tenter de rassembler au second. Pour cela, le candidat de l’UMP a marginalisé le Front national, à qui il a chipé une bonne partie de ses suffrages. La concurrence avait été rude entre Sarkozy et Le Pen, qui a été le dindon d’une farce qui l’a cette fois berné. Sans même qu’il s’en aperçoive. Les électeurs n’ont pas été fidèles au FN : un bon nombre d’entre eux n’ont-ils pas jugé plus intéressant de voter pour un possible vainqueur, que par un éternel protestataire dont l’accès au pouvoir est impossible? La stratégie a été la bonne pour l’UMP : à droite, Nihous, Villiers et Le Pen ne lui font pas d’ombre.

Rumeurs d’un Sarko-Le Pen

Ségolène Royal avait d’ailleurs fait de cette concurrence FN-UMP un argument électoral. Ces quinze derniers jours, le PS a tout fait pour accréditer l’idée qu’un Sarkozy-Le Pen était possible au second tour. C’est d’abord un sondage confidentiel des RG, censé prédire une élimination de Royal par Le Pen. Puis les « rumeurs », qui fuitaient de partout. Et enfin les appels de Rocard et Kouchner à une alliance avec Bayrou avant le premier tour. Et au final, la réponse est claire : un incroyable phénomène de vote utile s’est également exercé à gauche, après un chantage à la peur liée au souvenir du 21 avril 2002. Du coup, une grande partie de la gauche, y compris la plus dubitative vis-à-vis de Ségolène Royal, a voté pour la candidate du PS dont le score est un beau pied de nez à ses détracteurs. Un seul hic à gauche : là où Sarkozy a réussi à mobiliser un vote d’adhésion, Royal a dû compter sur un vote « anti » pour se qualifier. L’extrême-gauche est affaiblie, mais la LCR en prend la tête grâce à l’inflation de son capital électoral (600 000 de plus qu’en 2002).

Reste le cas Bayrou. On a pu mesurer l’impact de sa candidature, à l’aune de la place de choix que l’UDF a désormais dans l’échiquier politique. Avec 18,5% des voix, François Bayrou multiplie par trois le score obtenu en 2002. Derrière lui, un mouvement de fond s’est constitué : il sera intéressant de voir comment il va réagir au second tour.

Il va même être l’objet de toutes les attentions des deux candidats. On peut lui prédire des ponts d’or à gauche et à droite. Le débat sera-t-il pour autant passionnant tout au long de cette nouvelle campagne, qui débute dès ce soir? Deux choix de société vont s’affronter. Bloc contre bloc. Un vrai choc des cultures. Le PS tentera vraisemblablement de mobiliser un vote anti-Sarko, pendant que celui-ci essaiera d’applanir son image, de se présenter en sauveur de la Nation. Avec les législatives en ligne de mire. Pourvu, quand même, que le débat s’épaississe à l’approche du finish. Espérons qu’on parle d’hôpital, de santé, d’emploi, de dette, de qu’on évoque le financement des projets, et les priorités qu’on veut définir pour la société.

Tiens, juste un dernier mot. Nicolas Sarkozy vient de recevoir le soutien d’Eric Besson, le transfuge du PS, dont les ventes de son livre, Qui connaît Madame Royal?, lui assurent un bel avenir. Quelle surprise!

Poster un commentaire

Classé dans Politique

Un petit commentaire?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s