Archives de Tag: Religion

Ensemble, fessons le Grand Orient de France

Le Grand Orient de France, combien de divisions? On a envie de se poser la question, tant la prétention de cette institution n’a d’égale que le mépris avec lequel celle-ci s’obstine à vouloir clouer le bec de tous ceux qui ont le malheur de ne pas penser comme elle. En témoigne le dernier communiqué en date du GOF, au sujet du "mariage pour tous". Lire la suite

40 Commentaires

Classé dans Chafouinage, Société

Le Ramadan m’impressionne

Il y a de quoi être frappé, impressionné par le courage de ceux qui pratiquent le ramadan. Voir un collègue ne rien consommer de la journée, ne serait-ce qu’une gorgée d’eau ou de café, force le respect. Disons-le très franchement : j’en suis totalement incapable. Mais totalement. Lire la suite

42 Commentaires

Classé dans Religion

Quick halal de Roubaix : qu’en penser?

Depuis quelques jours, le restaurant Quick de Roubaix est au centre d’une polémique aux accents électoraux : impossible en effet, dans ce fast-food, de manger autre chose que de la viande dite halal. Comme sept autres Quick en France, celui de Roubaix teste pour six mois ce concept dans une ville où les musulmans représentent une clientèle importante. Est-on dans le registre du marketing, ou s’agit-il d’un problème dont le politique doit se saisir? Lire la suite

32 Commentaires

Classé dans Société

La laïcité doit-elle conduire à bouter les religions hors de l’espace public?

Ce billet me démange depuis des semaines, des mois, voire des années. Alors que la définition traditionnelle de la laïcité est la neutralité de l’État vis à vis des cultes, la liberté de conscience et l’égalité des citoyens devant la loi, quelle que soit leur religion ou absence de religion, la conception moderne de ce qui est devenu au fil du temps la quatrième devise de la République consiste de plus en plus à vouloir créer un espace public sans religion. Les croyants vont-ils devoir à nouveau creuser des catacombes? Lire la suite

64 Commentaires

Classé dans Religion, Société

Mais au fait, c’est quoi une excommunication?

Bon, vous allez dire que je radote, mais on a tellement parlé d’excommunication ces derniers temps, dans les médias ou sur ce blog (enfin en tout cas, bien plus que de football), que je pensais qu’il était de bon aloi de préciser un peu ce que ce mot signifie, et quelle réalité il recouvre. J’ai donc demandé à une de mes bonnes connaissances, qui est prêtre, qui a quelques diplômes en théologie, et qui commente parfois ici, de rédiger pour nous un petit texte pour nous expliquer tout cela.

Je vous le transmets sans modification, tel quel. Bonne lecture! Et bon week-end. Lire la suite

22 Commentaires

Classé dans Religion

La parole est souvent d’argent, mais le silence parfois d’or

Au sujet de cette nouvelle affaire portée au discrédit de l’Eglise, celle de cette enfant brésilienne de 9 ans, violée par son beau-père avant d’avorter de jumeaux, et dont la mère a été excommuniée avec l’équipe médicale ayant pratiqué l’avortement, je suis bien d’accord avec Koz. Une nouvelle fois, j’allais dire. Même si j’y mettrai sans doute moins de fougue.

Mais il dit mieux que moi le sentiment qui habite un catholique qui se demande si l’Eglise est forcément là pour être la gardienne d’un code, d’un catéchisme, ou si parfois, elle n’a pas le devoir et l’intérêt de la mettre en veilleuse. Et d’éviter les anathèmes. Je vais essayer, à mon tour, d’exprimer ce sentiment. Lire la suite

52 Commentaires

Classé dans Religion

Quand Guillon fait son Dieudonné sur France Inter

Ce genre de sketche n’a rien, mais vraiment rien de comique : c’est un dézinguage en règle de Benoît XVI, ni plus, ni moins. On se demande pourquoi on entend des rires à côté… Je me souviens être allé à un spectacle de Stéphane Guillon il y a quelques années, il riait lui-même, je me souviens, de la différence de traitement entre les religions en France, et assurait qu’il était bien plus facile, et surtout beaucoup moins risqué, de rire aux dépens d’un catholique que d’un musulman ou un juif. Le voilà qui tombe dans le panneau à son tour, de la manière la plus odieuse qui soit : il ne rit pas du pape, il le traite de nazi, tout bonnement. Lire la suite

34 Commentaires

Classé dans Chafouinage, Religion

Les Lefebvristes devraient être les seuls à qui l’Eglise ne tendrait pas la main?

stpiev1Il y a de quoi s’agacer à la lecture des commentaires au sujet de la possible levée de l’excommunication concernant les quatre évêques dirigeant la Fraternité Saint Pie X, que d’aucuns appellent lefebvristes, et que d’autres nomment intégristes. L’oecuménisme devrait donc se pratiquer en-dehors de l’Eglise, mais surtout pas en interne! Lire la suite

31 Commentaires

Classé dans Religion

Laïcité positive?

Nicolas Sarkozy vient de réitérer, de concert avec le pape Benoît XVI actuellement en voyage pastoral en France, son souhait de voir émerger une laïcité positive.

"Dans son discours au pape, Nicolas Sarkozy a réaffirmé lui aussi le concept de "laïcité positive", qu’il avait abordé lors de son discours du Latran. Pour le président français, il est "légitime pour la démocratie et respectueux de la laïcité de dialoguer avec les religions (…). Ce serait une folie de nous en priver, tout simplement une faute contre la culture et contre la pensée".

Nicolas Sarkozy a défini la "laïcité positive" comme offrant "à nos consciences la possibilité d’échanger, par delà les croyances et les rites, sur le sens que nous voulons donner à nos existences". En particulier en matière de moralisation du capitalisme financier, de bioéthique et face aux progrès de la science. "La quête de spiritualité n’est pas un danger pour la démocratie, pas un danger pour la laïcité", a-t-il martelé."

On a le sentiment, en observant ces deux conceptions que le concept de laïcité positive suppose, plus qu’un changement de législation, une révolution des esprits. Pour qu’on cesse de considérer les religions avec méfiance, alors que comme Benoît XVI l’a rappelé dans l’avion qui l’emmenait en France, "la foi n’est pas politique et la politique n’est pas une religion" : Ce sont "deux sphères qui doivent être ouvertes l’une pour l’autre (…). Il est évident que la laïcité n’est pas en contradiction avec la foi."

C’est une attitude, un état d’esprit, une façon ouverte et détendue de voir la vie. Respecter les croyances et accepter le rôle social des religions, c’est aussi valider le principe de la liberté de penser de chaque homme/femme. Une application de cette tolérance chère à notre beau pays. Les religions n’apportent-elles rien? Et le catholicisme n’a-t-il pas apporté beaucoup dans l’histoire de la France et du monde?

La laïcité positive, au fond, c’est tout le contraire de cet anticléricalisme protestant ou typiquement de gauche. Sans parler de Jean-Luc Mélenchon et de son traditionnel coup de gueule à contre-courant. Ni de la mauvais foi délirante de Henri Tincq, dans Le Monde. Hashtable fait un bon résumé de l’attitude des médias dans cette affaire.

Dans le texte de cette pétition, par exemple, on prône un refus de la laïcité positive, une vigilance de tous les instants, et on définit ainsi la laïcité espérée : "une laïcité qui distingue bien la sphère de la puissance publique de la société civile et de la sphère privée. Cette séparation tient sagement à distance le politique du religieux, dans l’intérêt des deux."

Une définition proche de celle qui a été proposée par le pape… Sauf que le texte précise tout de même sa pensée profonde vis à vis du Vatican : "Un Etat théocrate et patriarcal", qui "use essentiellement de son siège d’observateur permanent à l’ONU pour faire reculer tout programme en faveur de la planification familiale, des droits des femmes, de la lutte contre le sida, ou des minorités sexuelles. Souvent aux côtés des pires dictatures de l’Organisation de la Conférence islamique."

Et puis : "Benoît XVI est un pape ultraconservateur et liberticide. Sa vision du catholicisme, promue à travers des mouvements comme l’Opus Dei ou la Légion du Christ, est dogmatique, étroite, antiféministe, inégalitaire, hostile à un véritable œcuménisme et à l’esprit moderniste de Vatican II"

On veut séparer les sphères, mais tout en désignant l’une d’entre elles comme étant intégriste. Curieuse manière d’envisager le dialogue. Au fond, avec tous ces contre-exemples, on comprend mieux ce que ne doit pas être la laïcité dans notre pays, non?

Lire aussi le point de vue de Sebastien de CaRéagit!

2 Commentaires

Classé dans Institutions

Nadine Morano et le catholicisme

Depuis quelques semaines, je m’interroge sur Nadine Morano, secrétaire d’Etat à la famille. Vues les positions qu’elle affiche dans la presse, y compris tout récemment sur l’homoparentalité et encore plus récemment sur les mères porteuses, je me demande pourquoi on n’arrête pas, à tout bout de champ, de la dépeindre comme une femme "catholique", et même "catholique convaincue".

Est-ce elle, qui insiste là dessus? Ou sont-ce les journalistes, qui nous le rappellent sans cesse comme un gimmick?

Quand il s’agit d’homoparentalité, Nadine Morano explique (Valeurs actuelles) : "Je me place du côté de l’enfant et quel que soit leur nombre, la société ne peut pas rester indifférente à leur sort". Quand elle parle des mères porteuses, cela devient (Libération) : "Oui, si ma fille était atteinte de ce genre de malformation, je le ferais. Pour moi, ce serait un geste d’amour". Des déclarations qui ne montrent pas une grande conviction : ses principes lâchent à la première émotion. Est-elle guidée par l’Evangile, sincèrement? Ou ses opinions sont-elles influencées, au gré du vent, en fonction de l’instinct du moment?

Rien n’est plus vrai, à ce sujet, que ce qu’en dit Patrice de Plunkett :

"Mme Morano serait une "catholique déclarée" alors que ses convictions (dans les domaines de la vie) sont le contraire de celles de l’Eglise catholique. Pour des multiples raisons, expliquées cent fois, l’Eglise désapprouve le business des mères porteuses et ce qu’on nomme "homoparentalité". Pour autant de raisons, elle désapprouve l’euthanasie. Mme Morano approuve tout ça, et même le recommande. Comment peut-elle se déclarer catholique? Parce que l’époque est ainsi : on a le "droit" de revendiquer n’importe quelle "identité", de façon subjective, sans avoir à en donner les raisons. Mme Morano pense le contraire du pape et des évêques  mais à ses yeux – et à ceux des médias – ça n’empêche pas de se dire catholique. Après quoi l’on s’étonne de la pauvreté des débats dans ce pays: mais si les mots n’ont plus de sens, il est difficile de débattre. L’irrationnel est au pouvoir."

Faut-il décerner des brevets de bon catholicisme? Pas sûr, cela peut être un facteur de division. Mais il est très contestable que cette dame porte sans cesse une écharpe de catholique en bandoulière si c’est pour prendre des positions exactement inverses de celles du Vatican. A la limite, ne pourrait-elle pas s’abstenir?

2 Commentaires

Classé dans Religion