Archives de Tag: liberté

Kiss-Haine

Mon billet de dimanche a paru à certains déséquilibré. Comme si en accablant Civitas, j’excusais en quelque sorte les folles des "Femen". Il n’en est rien, cher lecteur. Loin de moi l’idée de me dédire de mon dernier billet, puisque je martèle que j’attends plus de mes frères chrétiens que des féministes hystériques. Mais ce qui m’effare depuis quelques jours, c’est bien la haine qui se répand, de plus en plus, contre les opposants au #mariagepourtous, auto-proclamé réforme de salut public. La haine qui de manière très étrange, habite des membres du "camp de l’amour". Ce ne sont plus des kiss-in mais des kiss-haine! Lire la suite

55 Commentaires

Classé dans Chafouinage, Société

Peace Christ

Photo AFP/Boris Horvat

L’idée d’un billet sur le fameux Piss christ exposé à Avignon me trottait dans la tête depuis des semaines. Mais il y avait un je-ne-sais-quoi qui me soufflait la prudence. J’étais gêné par les pétitions, gêné par les manifestations, gêné par les prières de rue (sic!) organisées devant la galerie Lambert, qui accueille depuis des mois cette oeuvre réalisée en 1987 par l’Américain Andres Serrano. Réservé sur l’opportunité de faire la publicité d’une oeuvre qui mériterait de rester dans les poubelles de l’histoire. Et puis il y a eu ce vandalisme… Lire la suite

36 Commentaires

Classé dans Chafouinage

Eric Besson se croit toujours ministre de l’Immigration

Quelqu’un peut-il rappeler à M. Eric Besson qu’il n’est plus à l’Immigration, mais à l’Economie numérique? Depuis son arrivée dans son nouveau ministère, le transfuge du PS a du mal à prendre ses marques. Parlez lui d’un site étranger arrivé en France sans papiers : il veut illico le renvoyer chez lui! Sauf que quand le clandestin ayant déjà été chassé de chez lui, on risque d’en faire un apatride…

Lire la suite

13 Commentaires

Classé dans International, Médias/journalistes

Expo Larry Clark : tout ça pour ça…

Je suis allé voir la fameuse exposition de Larry Clark, au sujet de laquelle le journal Libération a donc décidé la semaine dernière de faire son beurre à peu de frais, prenant des accents de résistance – ça devient une habitude… – quand absolument rien n’est menacé. Certains auraient dû attendre de voir avant de juger. Résultat, de mon côté : une ambiance très très malsaine à peine compensée par la qualité artistique des photos, sabotée par un manque criant de contextualisation des clichés. Lire la suite

31 Commentaires

Classé dans Chafouinage

L’objection de conscience l’a emporté au Conseil de l’Europe

Il aurait été inquiétant que l’importance donnée à la liberté des uns amène à restreindre celle des autres, surtout dans un domaine où la conviction intime doit être protégée à tout prix. Discutée hier au conseil de l’Europe, la fameux projet de directive du Conseil de l’Europe (1), qui visait à limiter le droit à l’objection de conscience dans des domaines comme l’avortement ou l’euthanasie, a été vidée de son contenu par une série d’amendements qui ont consacré ce droit. Une belle victoire pour la liberté sur ce continent. Lire la suite

14 Commentaires

Classé dans Société

Hellfest, diversité culturelle et sympathique folklore antichrétien

Nous avions déjà débattu, il y a deux ans, du charmant festival Hellfest : j’avais remis en cause sur l’ancien blog le fait que des subventions publiques participent au financement de ce festival qui s’autodésigne comme un festival métal, gothique, et punk hardcore. Le débat avait tourné autour de questions un peu caricaturales : "faut-il interdire ou non ce festival?" et "les spectateurs sont-ils tous satanistes?". Deux ans après, je demeure convaincu que l’existence de ce genre d’événement est nuisible au bien commun et qu’on devrait en finir avec le satanisme affiché de nombre de groupes qui s’y produisent. Et je reste persuadé que les fonds publics n’ont pas à aider ce genre de projet. Lire la suite

681 Commentaires

Classé dans Chafouinage

Apéros-géants sur Facebook : le corporatisme du web

A chaque fois, c’est la même chose. Dès que le web est mis en cause, qu’on l’accuse hâtivement de tous les maux, on assiste au même phénomène : une bronca un tantinet corporatiste des acteurs du web contre les méchants de l’extérieur, qui osent en dire du mal. Les méchants étant souvent les politiques "déconnectés de la réalité" ne connaissant rien au web, et les journalistes forcément hors du coup, puisque travaillant pour des supports traditionnels. En ce qui concerne les apéros géants organisés sur Facebook, si l’on s’en tenait à la réalité ? Il n’est pas acceptable de laisser se dérouler sur la voie publique un événement qui n’est pas géré de manière rationnelle, et qui prête le flanc à toutes les dérives. Or ceux qui s’en tiennent à une défense du net sont à côté de la plaque : ils passent à côté du vrai sujet. Lire la suite

24 Commentaires

Classé dans Société

Frédéric Mitterrand, Orelsan et la liberté d’expression

Marc Vasseur m’apprend (j’étais en week-end prolongé…) que notre nouveau ministre de la "Culture", Frédéric Mitterrand, ose comparer le rappeur Orelsan à Arthur Rimbaud. Chapeau, beaux débuts! On savait qu’on ne pourrait qu’être déçu avec un ministre qui avait raconté, en 2005, sa "Mauvaise vie" avec de jeunes garçons thaïlandais, italiens, marocains, livre dans lequel il faisait en quelque sorte l’apologie du tourisme sexuel. S’attirant ainsi les hourra des critiques, désarmés devant tant de "franchise". Mais commencer aussi fort, on n’imaginait pas. L’ouverture, quel délicieux concept! Et tout cela, dans le seul but de nuire à Ségolène Royal… Lire la suite

27 Commentaires

Classé dans Société

Christian Vanneste, ou la victoire de la liberté d’expression

Hier, j’ai appris avec une certaine satisfaction que le député du Nord Christian Vanneste avait été blanchi, au final, par la Cour de cassation, quatre ans après ses propos sur l’homosexualité, qui avaient été quasi-unaniment condamnés par les médias et le monde associatif et politique. Voilà qui est rassurant sur la santé "morale" de notre pays.

Comme le rappelle Le Figaro, "l"affaire est née de l’opposition de Christian Vanneste à la loi du 30 décembre 2004, réprimant les injures et discriminations homophobes au même titre que les injures et discriminations racistes ou sexistes. Le parlementaire avait justifié sa position dans deux interviews, disant notamment dans la Voix du Nord que l’homosexualité «était inférieure à l’hétérosexualité. Si on la poussait à l’universel, ce serait dangereux pour l’humanité»."

On peut lire Eolas si l’on souhaite connaître avec précision la chronologie judiciaire exacte de l’affaire, et la justification juridique, basée sur la convention européenne des droits de l’homme, de l’arrêt rendu par la chambre criminelle de la Cour de cassation.

Que ce soit clair, d’emblée : je suis en désaccord avec ce propos. J’ai beau estimer, en raison notamment de mes convictions religieuses, que l’homosexualité est contre-nature, je ne suis pas pour autant "opposé à l’homosexualité", chacun étant responsable de sa propre vie. Je n’ai rien contre les personnes homosexuelles, en qui je vois avant tout des personnes, sans juger leur comportement. Je ne considère donc pas les homosexuels comme "inférieurs" à qui que ce soit. De la même façon, je trouve particulièrement stupide le lien irréfléchi et maladroit établi par Gérard Longuet entre pédophilie et homosexualité.

Et pourtant. Pourtant, on doit toujours être libre de s’exprimer, y compris, éventuellement, pour dire des bêtises. Comme le dit Eolas, "dire des âneries n’est pas forcément un délit en France". Jean-Marie Bigard y a droit, alors pourquoi pas Vanneste ou Longuet? Comme Criticus l’a énoncé de manière volontairement provocatrice, je considère que la liberté d’expression, sans pour autant être totale, doit être considérée de façon bien plus large qu’on ne l’admet aujourd’hui. L’injure, l’appel à la haine ou au crime ne sont-ils pas des limites largement suffisantes?

Au fond, ceux qui ont voulu museler le député du Nord ont contribué à donner une publicité encore plus grande à ses propos, comme ceux qui ont attaqué les caricatures de Mahomet publiées par Charlie Hebdo.

Et que serait notre société, si la justice était continuellement appelée à décider quels propos doivent être "autorisés" ou pas? Le débat démocratique, les échanges, les contradictions publiques, doivent suffire. Quand Jean-Marie Le Pen, par exemple, ose dire que l’occupation allemande n’a pas été si "inhumaine" que cela, chacun ne constate-t-il pas qu’il se trompe? Chacun n’est-il pas en mesure de constater qu’il s’agit d’une énormité? Les opinions adverses, et c’est heureux, ne peuvent-elles pas s’exprimer, et renvoyer le provocateur dans ses buts? A-t-on absolument besoin que la Justice vienne conforter l’opinion dominante?

La discussion est ouverte. Une chose est sûre : on ne pourra jamais empêcher quelqu’un de penser. Ou de s’exprimer dans la sphère privée. Dès lors, autant accepter que les opinions contraires s’expriment, ce qui laisse la possibilité de les contredire.

Poster un commentaire

Classé dans Chafouinage

La liberté, pour quoi faire?

Une vidéo chipée chez Maxime Pisano, d’une conférence de Pascal Salin, un libéral-libertarien qui se dit "fier d’être extrémiste" (c’est un gag) et qui pense qu’on peut "résoudre tous les problèmes" en laissant la liberté… libre de toute contrainte. N’hésitez pas à écouter la conférence en entier (la vidéo ci-dessus n’est qu’un extrait), qui en dit long sur l’idéologie la philosophie libérale.

Alors que l’actualité récente nous montre bien que la liberté des hommes doit être sous contrôle si on veut éviter au système de ne profiter qu’aux plus fort, il est assez comique d’entendre un tel discours, qui incite à l’irresponsabilité.

L’impôt "consiste à transférer de façon forcée la propriété de quelqu’un à quelqu’un d’autre", selon lui, est un système "immoral par nature parce qu’il repose sur la contrainte", un système qui n’est "pas juste", ce qui est assez drôle de la part de quelqu’un qui un peu plus tôt, explique qu’il ne "peut y avoir de justice sociale", puisque la définition de la justice dépend de l’opinion de chacun . Les morales personnelles de chacun "entrent nécessairement en conflit", donc la "justice sociale ne peut pas être définie" et donc, est "un concept dénué de sens".

Si l’on suit son raisonnement jusqu’au bout, la morale de chacun étant personnelle, on se demande au nom de quoi on devrait tenir compte des idées libérales, qui ne sont après tout également que l’expression d’une morale personnelle…

Pascal Salin, bien sûr, a la réplique toute trouvée : si j’ai bien compris, dans son schéma, le droit de propriété doit être le curseur, la ligne rouge qui nous dit ce qui est bien ou mal :  comme il s’agit du "fruit de l’effort humain", son respect absolu doit être érigé en "morale universelle", qui nous permet de déterminer ce qui est juste ou non. Pour moi, il y a une limite toute trouvée au droit de propriété : la destination universelle des biens.

Voilà qui me paraît en tout cas à la fois incohérent et dangereux. Ce relativisme absolu ne conduit-il pas tout droit à "l’état de nature", c’est-à-dire la loi de la jungle? Le problème, dans un système où on érige la propriété en valeur absolue et inviolable (Lomig disait bien, l’autre jour, qu’un principe connaissant des exceptions n’en était pas un), où on insiste sur la liberté de chacun, c’est que très rapidement, ce sont toujours les plus faibles qui se retrouvent pénalisés. C’est la dissolution du contrat social!

On peut là encore employer le mot "naïveté"  : à trop croire, à l’instar de Jean-Jacques Rousseau, que "l’homme naît naturellement bon", on peut aboutir aux pires dérives. Non, l’homme naît avec ses faiblesses, ses passions, il est un "loup pour lui-même", pour paraphraser Hobbes (tiens! un libéral…). Il faut donc le tenir à carreau.

Le caractère absolu de la liberté, tout comme celui de l’égalité, ne peut conduire qu’à la pagaille : sans contrainte, il n’y aurait certes pas d’impôt, mais il n’y aurait peut-être plus de charité. Chacun sera d’accord pour dire qu’une solidarité volontaire a plus de valeur qu’une solidarité collective. Peut-être même que cette dernière est une des causes de l’égoïsme, puisque si on donne déjà aux impôts, ma bonne dame, on n’a pas à sourire au sdf qui mendie en bas de chez soi. Il n’empêche : on a de quoi se méfier de la générosité personnelle, dans une société où on ne prône que la réussite personnelle et matérielle.

Mais ça, est-ce vraiment le souci de M. Salin?

Un commentaire

Classé dans Chafouinage